PCB : Les changements irréversibles de François Bergoglio : un chemin qui mène à l’enfer

21/06/2022 (2022-06-21)

[Voir aussi sur bcp-video.org]

Par Patriarcat Catholique Byzantin

Le pseudo-pape Bergoglio a déclaré qu’il ne partirait pas tant qu’il n’aurait pas apporté de changements irréversibles.
La question essentielle est la suivante : Bergoglio est-il un véritable pape auquel les catholiques sont tenus d’obéir en toute conscience ? Non, il ne l’est pas ! Le fait est que c’est un hérétique qui détruit les fondements de la foi, et donc aucun catholique ne peut lui obéir ! Si quelqu’un lui obéit, il trahit le Christ et ses enseignements !

Chaque catholique doit savoir que selon Gal 1: 8-9, Bergoglio est sous un anathème multiple de Dieu – une malédiction – pour avoir prêché un faux évangile, et est par le fait même expulsé de l’Église catholique. S’il continue d’occuper la plus haute fonction, c’est parce que les évêques et les prêtres sont incapables d’appeler la vérité la vérité, ou une hérésie une hérésie, et d’en tirer une conclusion adéquate. Ils sont donc impliqués dans son crime. Ils expriment même leur unité avec cet hérétique à haute voix au cours de la messe, tous les jours, et sont incapables d’effectuer même un tout petit changement consistant à prier en silence après la consécration, comme c’était la pratique dans la messe latine. Ce faisant, ils éviteraient de proclamer leur unité avec ce pape invalide.
Que signifient les changements irréversibles dont Bergoglio parle ?

Bergoglio abolit le premier et le plus grand commandement du Décalogue. Des dizaines de milliers de martyrs ont préféré subir la torture et la mort les plus cruelles plutôt que de laisser tomber un seul grain d’encens devant les idoles et de trahir le Christ. Bergoglio, en revanche, intronise publiquement le démon Pachamama, légalisant ainsi l’idolâtrie païenne et le satanisme ou, en d’autres termes, le culte des démons, en tant que nouvel enseignement de l’Église. Nous demandons : est-ce son affaire privée, ou est-ce un acte ex cathedra de foi et de morale ? L’idolâtrie publique n’est en aucun cas l’affaire privée de celui qui agit comme Pape. Par cet acte, Bergoglio s’est avéré être un hérétique, et donc un pape non valable. Par conséquent, toutes ses actions sont nulles et non avenues. Si un catholique est assez aveugle pour prétendre, contrairement aux Écritures et à la tradition de l’Église, que Bergoglio est un pape légitime, il nie le dogme de l’infaillibilité papale.

Après que Bergoglio ait abusé de l’autorité papale et commis une idolâtrie publique, tous les catholiques qui le reconnaissent en tant que pape doivent considérer son apostasie publique comme étant un enseignement de l’Église. Cela signifie qu’ils ne doivent plus se repentir des péchés contre le Premier Commandement, mais doivent prendre le chemin de l’anti-repentance, c’est-à-dire approuver l’idolâtrie. Cette élimination du repentir rend les changements de Bergoglio irréversibles.

Quiconque se repent des péchés d’idolâtrie ou de sodomie est en rébellion ouverte contre le soi-disant pape actuel. Une telle personne sera sûrement punie par la secte Bergoglienne pour cela. Ces prêtres ou évêques seront même démis de leurs fonctions. C’est un non-sens ! C’est la preuve que la secte bergoglienne occupant les plus hautes fonctions de l’Église n’est pas l’Église du Christ, mais la pseudo-église de l’Antéchrist – la synagogue de Satan (Apoc 3). La mission de l’Église du Christ consiste à proclamer la repentance. Jésus a dit :

« Il faut prêcher la repentance pour le pardon des péchés… »

(cf. Lc 24, 47).

Aujourd’hui, tout le Vatican est gouverné par l’esprit de l’Antéchrist, avec les francs-maçons. Cet esprit ne travaille plus secrètement, mais ouvertement. Bergoglio a tenu des réunions avec des francs-maçons au sein même du Vatican. Ils le considèrent comme leur chef spirituel. Il a pleinement adopté leur programme et le met activement en œuvre. Sous la menace de sanctions, il fait pression en faveur d’une dangereuse vaccination à ARN messager, fait appliquer l’Agenda 2030, tient des conférences promotionnelles transhumanistes au Vatican, des forums sur le climat, etc.

La promotion de l’homosexualité par Bergoglio, et même la légalisation des mariages de ces déviants, choque même les gens en dehors de l’Église ! Nous demandons à chaque évêque catholique, à chaque prêtre et à chaque croyant : la sodomie est-elle un péché très grave, ou est-elle en harmonie avec l’Écriture et la Tradition de l’Église ? La réponse est claire : la sodomie est en contraste frappant avec l’Écriture et la Tradition. Son approbation par l’Église revient à mélanger un puissant poison et de l’eau claire, la lumière et les ténèbres, le Christ et Bélial.

Si cette immoralité est légalisée, ce contre quoi la Parole de Dieu met en garde en parlant non seulement du feu temporel (2P 2:6), mais aussi du feu éternel (Jude 1:7), toutes les lois morales seront annulées. Les évêques et les prêtres en Allemagne ont déjà commencé à bénir les mariages sodomites dans les églises. Bergoglio l’approuve par son silence délibéré. De même, le Concile de Vatican II, avec Jean XXIII et Paul VI, a approuvé en silence les hérésies longtemps condamnées du modernisme, déguisées plus tard en la soi-disant méthode historico-critique. En conséquence, toutes les écoles théologiques et toute l’Église ont été infestées immédiatement après le Concile.
En légalisant la sodomie, l’Église bergoglienne a radicalement changé sa mission, et a cessé d’être l’Église. Elle dit aux sodomites que leur perversion est voulue par Dieu. C’est pourquoi ils ne doivent plus, et même ne peuvent pas, se repentir. Il ne reste plus qu’à accompagner les sodomites sur le chemin de l’enfer. Par analogie, Bergoglio applique ce principe de négation du péché et de repentance à tous les péchés. Il nie ainsi la nécessité d’un Sauveur ! Personne dans la secte de Bergoglio n’a donc une chance de sauver son âme immortelle !

Avec son encyclique Pascendi Dominici Gregis de 1907, saint Pie X condamnait catégoriquement le modernisme au sein de l’Église. Cela a conduit à un réveil spirituel. Il était associé à la dévotion au Sacré-Cœur, aux premiers vendredis, etc.

En revanche, le moderniste Angelo Roncalli, Jean XXIII, a nommé des théologiens libéraux en tant que modérateurs du Concile de Vatican II. Les décrets hérétiques du synode amazonien et l’acte de sorcellerie effectué avec Pachamama dans les jardins du Vatican aujourd’hui, sont la continuation des documents hérétiques et du faux esprit du Concile. Ce démon, à qui l’on offrait autrefois des sacrifices humains, a été intronisé dans la Basilique Saint-Pierre. Si l’un des évêques accepte les changements irréversibles de Bergoglio, il finira comme l’apôtre Judas.

Bergoglio opère des changements irréversibles dans tous les domaines. Il a changé les dogmes et les commandements de Dieu avec une approche dite dynamique. En légalisant la sodomie, il a changé les mœurs. Il a procédé à des changements de personnel irréversibles en nommant des évêques et des cardinaux homosexuels, hérétiques ou idolâtres. Il a fait vacciner tout le Vatican à l’aide d’un vaccin expérimental, il l’a donc soumis à un anti-baptême satanique. Cela aussi est un changement irréversible.

Néanmoins, certains prêtres et évêques disent : Il y a toujours eu des crises dans l’histoire, mais nous devons rester fidèles au Saint-Père, et vous voyez, l’Église est encore là aujourd’hui.

Nous répondons : l’Église du Christ sera toujours là, quoique dans les catacombes. Aujourd’hui, cependant, la structure de l’église est occupée par la secte de l’Antéchrist sous l’hérétique Bergoglio.

Un pape a-t-il été hérétique dans le passé, comme Bergoglio ? Oui, c’était Honorius I, au 7e siècle. Il a été excommunié à titre posthume de l’Église en tant qu’hérétique. Cependant, ses hérésies du monothélisme, comparées aux hérésies de Bergoglio, ressemblaient à une piqûre de moustique par rapport à la morsure d’un serpent venimeux mortel. Mais encore une fois, il a été suivi par de vrais papes catholiques parce que la structure de l’Église était encore vraiment catholique. Aujourd’hui, cependant, alors que le Vatican est déjà sous l’emprise des francs-maçons, c’est-à-dire le Nouvel Ordre Mondial, une nouvelle structure ecclésiastique a été construite et dotée d’un autre esprit que celui du Christ (cf. Rm 8, 9). Tout ce système fait en sorte qu’après Bergoglio, la structure apostate ne pourra plus élire un vrai pape catholique. Par conséquent, une chose est nécessaire : se séparer de cette structure bergoglienne, non seulement à l’intérieur mais aussi à l’extérieur. Il ne sert à rien de s’attendre à ce que cette structure soit relancée à l’avenir. Le bergoglianisme est comme le naufrage du Titanic. La seule échappatoire consiste à monter à bord des canots de sauvetage à temps, et de quitter le Titanic. Ce n’est pas l’Église du Christ, mais une église profonde (Deep Church).

Si vous, les évêques actuels, ratez cette occasion et négligez de franchir une étape historique et de conduire le peuple dans ces canots de sauvetage, vous serez responsables de tous ceux qui couleront dans le lac de feu avec le Titanic bergoglien. Vous devez montrer un véritable repentir ! La situation a déjà été rendue beaucoup plus facile pour vous par un témoin courageux du Christ, qui a créé une alternative. Il s’agit de Carlo Maria Viganò, l’ancien nonce américain. Si seulement il était rejoint au moins par vous, les évêques retraités. Bergoglio ne peut plus vous punir. Faites ce pas au moins pour votre propre salut et pour donner le bon exemple. En vous séparant d’un hérétique, vous n’abandonnerez pas l’Église du Christ ; au contraire, vous ferez un geste de fidélité au Christ et à son Corps mystique, son Église saignante.

Quelles sont les options pour vous ?

La première option consiste à sombrer avec Bergoglio et son parcours synodal, tout en prétendant jusqu’au dernier souffle que tout va bien. Dans le document maçonnique « L’instruction permanente de l’Alta Vendita », les catholiques avaient depuis longtemps été ridiculisés pour avoir cru qu’ils marchaient sous la bannière des clés de Pierre, tout en marchant sous la bannière maçonnique.

La deuxième option consiste à se séparer au plus vite de Bergoglio et de son chemin irréversible menant à la destruction, et de rejoindre Сarlo Maria Viganò. Mgr Williamson et Mgr Lenga le soutiennent également publiquement. L’archevêque polonais a appelé les fidèles à se préparer pour les catacombes. Il leur conseille de trouver un vrai prêtre catholique qui célébrerait la messe pour eux et chez eux, les églises étant occupées par le système bergoglien au service de l’Antéchrist.

Chers évêques, la solution consiste à choisir la deuxième option, car ces changements irréversibles conduisent à la damnation éternelle.

Le Fils de Dieu s’est fait homme et, par sa mort, nous a ouvert les cieux éternels. Cependant, ceux qui acceptent les changements irréversibles de Bergoglio, rejetant ainsi la repentance, ne seront pas sauvés.

+ Élie
Patriarche du Patriarcat Catholique Byzantin

+ Méthode OSBMr + Timothée OSBMr
Évêques secrétaires

Le 9 juin 2022

image_pdfPDF A4image_printImprimer
S’abonner
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
1 Commentaire (en rapport avec l'article et compréhensible, SVP)
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires