Ariane Bilheran : « La persécution va s’étendre à d’autres catégories de la population »

09/06/2023 (2023-06-09)

[Source : Epoch Times France]

Diplômée de l’École normale supérieure (Ulm), Ariane Bilheran est philosophe, psychologue clinicienne et docteur en psychopathologie. Elle est spécialisée dans l’étude de la psychopathologie du pouvoir, de la manipulation, de la perversion, de la paranoïa, du harcèlement et du totalitarisme.

Il y a quelques mois, elle a publié un nouvel ouvrage intitulé « Sur le Totalitarisme, conférences 2021-2022 », qui rassemble plusieurs conférences consacrées au phénomène totalitaire.

Au regard de ses travaux en psychopathologie, Ariane Bilheran considère que le totalitarisme correspond « à un délire paranoïaque », c’est-à-dire « une pathologie de contrôle » et « de persécution » des populations.

« La spécificité du totalitarisme consiste à viser la domination totale, notamment sur la vie intime des gens. Le totalitarisme s’approprie le corps des individus et les réduit à des corps que l’on peut anéantir. Dans le système totalitaire, l’être humain devient superflu. »

Selon l’auteur, le totalitarisme fonctionne à l’idéologie — « une narration mensongère du point de vue de la vérité et de la réalité de l’expérience vécue » — et recourt à la propagande pour endoctriner les masses.

« Les masses sont fabriquées. Cette fabrication passe essentiellement par la propagande, c’est-à-dire la répétition permanente d’un mensonge. C’est un lavage de cerveau. Nous avons des boîtes à endoctrinement qui sont notamment la télévision, et tout le règne de l’image en général », poursuit-elle.

Outre le caractère mensonger des récits fabriqués par le pouvoir totalitaire, Ariane Bilheran relève le recours systématique aux paradoxes, qui permettent de sidérer la pensée, ainsi que la manipulation des émotions « à la terreur et à la culpabilité ».

« La langue totalitaire change le sens des mots et introduit une série de paradoxes qui empêchent d’avoir accès à une langue qui permet de nommer la vérité des choses et de l’expérience. Quand on appelle santé publique le fait de ne pas soigner des gens, par exemple, nous sommes dans un langage mensonger. »

Inspirée par les travaux d’Hannah Arendt, la philosophe estime que :

« Le système totalitaire est la rencontre entre un pouvoir cynique et corrompu, et une masse d’individus crédules et obéissants ».

« L’individu, parce qu’il appartient à un groupe, parce qu’il ne veut pas sortir de cette appartenance, va accepter différentes situations intolérables. À partir du moment où il s’est engagé dans des actes, c’est beaucoup plus difficile de faire machine arrière, car il a accepté une collaboration et, inconsciemment, il est très compliqué pour lui d’assumer sa propre culpabilité. »

Pour Ariane Bilheran, la lutte contre totalitarisme consiste notamment à sortir des conditionnements collectifs pour reprendre « son pouvoir personnel », cultiver sa liberté d’esprit et sa spontanéité afin de retrouver « le chemin de notre vie intime ».

« Nous avons affaire à un empoisonnement minutieux, généralisé, pas uniquement alimentaire, mais d’abord mental et émotionnel. La meilleure résistance au totalitarisme, c’est de nourrir l’âme humaine. »

« Tout le monde doit s’interroger sur ses actes, ses choix et ses prises de décision. À quel moment et pourquoi est-ce que je collabore à ce système totalitaire ? Est-ce que je le fais par peur ? Par culpabilité ? Pour être tranquille ? Parce que j’y crois ? Tout cela doit être clarifié », conclut Ariane Bilheran.

Pour suivre l’actualité d’Ariane Bilheran : https://www.arianebilheran.com/

  • 00:00 Intro
  • 02:09 En quoi la psychopathologie aide-t-elle à comprendre le phénomène totalitaire ?
  • 05:38 En quoi sommes-nous confrontés à un nouveau totalitarisme à l’échelle planétaire ?
  • 17:43 En quoi la dérive totalitaire était-elle en gestation depuis plusieurs années ?
  • 23:17 Comment distinguer totalitarisme, dictature, tyrannie et despotisme ?
  • 27:32 Pourquoi le pouvoir totalitaire veut-il amener les individus à s’autodétruire ? Quels sont les moyens qu’il emploie pour y parvenir ?
  • 33:37 Pourquoi les masses acceptent-elles de collaborer et de se soumettre ?
  • 44:22 Pourquoi le totalitarisme est-il voué à s’effondrer ?
  • 51:57 En quoi les témoins du phénomène totalitaire jouent-ils un rôle essentiel ? Quelles sont leurs caractéristiques ?
  • 59:56 Le wokisme et la cancel culture participent-ils du totalitarisme ?
  • 01:06:20 Quelles sont les « urgences » qui pourraient être instrumentalisées à l’avenir ?
  • 01:11:33 Comment combler le vide spirituel du monde moderne, retrouver le chemin de l’harmonie et la conscience du caractère sacré de la vie humaine ?
  • 01:20:35 Conclusion

Journaliste : Henri-Michel Thalamy
Images : David Vives/Vincent Su

image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

S’abonner à la discussion
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires