Maslow et sa pyramide infranchissable

20/01/2024 (2024-01-20)

[Source : off-guardian.org]

Par Todd Hayen

Tout le monde connaît Maslow et sa pyramide des besoins, n’est-ce pas ? Ne vous sentez pas mal si ce n’est pas le cas ; il s’agit simplement d’un de ces concepts psychologiques que les psychologues aiment inventer pour illustrer les explications de l’étrange esprit humain.

Ce n’est pas pour critiquer Maslow, il était plutôt cool. Et beaucoup de ces gars (et filles) étaient plutôt brillants dans ce qu’ils ont inventé. Je ne connais Maslow que parce que j’ai dû l’étudier à l’école de thérapie.

Voici ce qu’il faut savoir sur Maslow, avec l’aimable autorisation de Wikipédia :

« Abraham Harold Maslow (/ˈmæzloʊ/ ; 1er avril 1908 – 8 juin 1970) était un psychologue américain qui a créé la hiérarchie des besoins de Maslow, une théorie de la santé psychologique fondée sur la satisfaction des besoins humains innés en priorité, culminant dans l’accomplissement de soi. Maslow était professeur de psychologie à l’université Brandeis, au Brooklyn College, à la New School for Social Research et à l’université Columbia. Il a souligné l’importance de se concentrer sur les qualités positives des personnes, plutôt que de les traiter comme un “sac de symptômes”. Une enquête de la Review of General Psychology, publiée en 2002, a classé Maslow au dixième rang des psychologues les plus cités du 20e siècle. »

Un « sac de symptômes » ? Je l’aime déjà. Quoi qu’il en soit, je me concentrerai sur sa célèbre « pyramide des besoins » dans le cadre de cet article.

Jetons-y un coup d’œil :

[ou :

]

Comme le montre le diagramme, la pyramide des besoins de Maslow se présente sous la forme d’une pyramide. Cette forme est divisée en cinq niveaux. Le premier niveau, celui de la base, est décrit comme les « besoins physiologiques ». C’est à ce niveau que la nourriture, l’eau, le logement, les vêtements, la respiration, etc. sont considérés comme des « besoins ». Une grande partie des habitants de la planète ont satisfait à ce niveau, mais bien sûr, beaucoup ne l’ont pas fait. En Amérique du Nord, la plupart des gens sont passés au deuxième niveau.

Il s’agit de la « sûreté et de la sécurité ». Il s’agit du niveau de besoin qui comprend la santé, l’emploi, la propriété, la famille et la sécurité. Je propose que nous soyons essentiellement bloqués à ce niveau, et c’est à ce niveau que l’agenda s’attache principalement à nous maintenir. Je reviendrai sur ce point après avoir passé en revue les autres niveaux.

Vient ensuite « l’amour et l’appartenance ». On pourrait penser que la plupart des pays développés se trouvent à ce niveau. C’est là que les relations deviennent la priorité : romance, amitié, famille, enfants, intimité et, surtout, sentiment de connexion. Bien que la culture s’efforce d’atteindre ce niveau, l’agenda [mondialiste] déploie la plupart de ses efforts pour nous faire redescendre au niveau 2. Le niveau 3 est dangereux pour l’agenda, car c’est là que les humains commencent à fonctionner comme des humains, et non comme des machines à consommer.

Le niveau 4 ne concerne que très peu d’entre nous. C’est le niveau de « l’estime de soi ». Ici, nous nous concentrons sur la confiance, la réussite personnelle et, surtout, le besoin d’être un individu unique. Bien entendu, l’agenda fera tout ce qui est en son pouvoir pour nous empêcher de passer du temps à ce niveau.

Le dernier niveau (5) est celui de la « réalisation de soi », qui englobe le besoin d’un sens moral, de créativité, de spontanéité, de but, de sens et de potentiel intérieur. Combien d’entre nous se situent à ce niveau insaisissable ? Combien de moutons s’y trouvent ? Ce niveau, selon l’agenda, doit être évité à tout prix. La spiritualité, la religion et l’intuition profonde sont des tabous majeurs pour l’ordre du jour, dont l’objectif premier est l’assentiment total des masses. Leur but, bien sûr, est le contrôle total. Ils souhaitent être le « dieu », la « religion » et le « centre spirituel » de l’univers de chacun. L’un des moyens d’y parvenir est de convertir la science en religion — le scientisme — et de faire de la consommation — le consumérisme — le but et le sens de la vie.

Revenons un instant au niveau 2. J’avais oublié, après les nombreuses années qui se sont écoulées depuis que j’ai étudié la pyramide des besoins de Maslow lorsque j’étais étudiant, que ce niveau correspondait au besoin de sécurité. Voici une citation du site web « Simply Psychology » qui éclaire un peu plus ce concept :

« Les besoins de sécurité peuvent être satisfaits par la famille et la société (p.e., la police, les écoles, les entreprises et les soins médicaux). Par exemple, la sécurité émotionnelle, la sécurité financière (p.e., l’emploi, la protection sociale), la loi et l’ordre, l’absence de peur, la stabilité sociale, la propriété, la santé et le bien-être (p.e., la sécurité contre les accidents et les blessures) ».

J’ai trouvé cela intrigant après avoir récemment revisité les concepts de Maslow. « La police, les écoles, les entreprises et les soins médicaux », sans oublier le « gouvernement », sont les principales « sources de satisfaction » des besoins au niveau 2. On comprend mieux pourquoi l’agenda doit tout mettre en œuvre pour que nous soyons tous aussi profondément ancrés que possible au niveau 2. L’alarmisme, le consumérisme et la dépendance médicale sont autant d’éléments essentiels pour nous empêcher de passer de ce niveau aux niveaux supérieurs de l’individuation et de la réalisation de soi.

Presque tout ce qui se passe dans le monde aujourd’hui semble conçu pour nous maintenir au niveau 2. Les dangers des niveaux 3, 4 et 5 sont tout simplement inacceptables pour eux.

Nous maintenir dans un état de peur perpétuelle est l’une des stratégies clés pour s’assurer que la sécurité est hors de portée. Je n’ai pas besoin de décrire comment cette tactique a été utilisée et continue de l’être depuis des décennies. Il y a l’infusion directe de la peur, comme nous l’avons vu au cours des premiers mois (années, en fait) de l’absurdité de Covid. Ensuite, il y a la peur médicale qui nous est continuellement jetée à la figure, jour après jour — peur du cancer, peur des maladies cardiaques, peur des maladies mentales, peur du sucre, peur du cholestérol, peur de ceci et peur de cela. Toute l’industrie médicale repose sur l’entretien de la peur, puis sur l’offre d’une « solution » à ce qui nous effraie (qui, le plus souvent, implique plus de médicaments et plus de traitements pour traiter les effets secondaires du traitement initial).

Il y a ensuite la peur générale de la vie elle-même, la peur des catastrophes financières, la peur du terrorisme, la peur des catastrophes naturelles, la peur des incendies, la peur des tremblements de terre, la peur des inondations, la peur des tempêtes tropicales, la peur du réchauffement climatique (la plus grande de toutes les peurs).

Il est donc clair que l’incitation à la peur est une méthode très puissante pour maintenir le sentiment de sécurité à distance. Par conséquent, nous restons au niveau 2 et, comme l’a dit Maslow, nous ne pouvons pas passer confortablement au niveau suivant tant que les besoins du niveau inférieur que nous occupons ne sont pas satisfaits.

La peur n’est pas la seule tactique dont dispose l’agenda ; il en existe d’autres, comme celle qui consiste à maintenir la culture à un niveau constant de consommation débordante de « choses » — créant ainsi un sentiment de valeur uniquement par la consommation et l’acquisition. La dépendance à l’égard des téléphones portables, des jeux vidéo, des drogues (alcool et marijuana en particulier), de la pornographie et, bien sûr, du gouvernement lui-même. Toutes ces dépendances peuvent être manipulées par le haut. Elles peuvent être supprimées, ou leur besoin accru, tout ce qui est nécessaire pour maintenir notre sentiment d’insécurité, de sorte que les besoins du niveau 2 ne sont jamais satisfaits.

Examinez de plus près les niveaux supérieurs au niveau 2. Le niveau suivant est celui de la connexion avec d’autres êtres humains. Vous voyez comment l’agenda a fait de son mieux pour nous empêcher de satisfaire ces besoins ? L’amour de la famille, l’amour réciproque, l’intimité sexuelle profonde qui ne s’obtient que par des rencontres significatives avec l’objet de l’orientation sexuelle (combien d’entre vous savent que le transsexualisme n’a rien à voir avec l’intimité sexuelle ?) sont tous des besoins de niveau 3. Il est clair que l’agenda ne veut pas que nous nous aventurions au niveau 3, et encore moins aux niveaux 4 et 5. Si nous le faisons, nous pourrions commencer à fonctionner comme des êtres humains, et il est clair que personne dans la classe des élites ne le souhaite.

image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

S’abonner à la discussion
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires