Les aveux du New York Times : des journalistes demandent aux soldats ukrainiens de cacher leurs insignes nazis

13/06/2023 (2023-06-13)

[Source : geopolitique-profonde.com]

[PHOTO : ASSOCIATED PRESS / EFREM LUKATSKY]

Un rapport du New York Times reconnaît que des combattants ukrainiens sont des nazis, tout en essayant de minimiser les faits

Le New York Times a été contraint d’aborder très tardivement un sujet qui était depuis longtemps évident et connu de nombreux analystes et médias indépendants, mais qui avait été soigneusement caché aux masses occidentales pour des raisons évidentes.

Le surprenant titre du Monday Times disait que « Les symboles nazis sur les lignes de front de l’Ukraine mettent en lumière les questions épineuses de l’histoire ».

Cette reconnaissance intervient après des années pendant lesquelles des journalistes indépendants et des commentateurs géopolitiques ont souligné qu’en effet, les groupes militaires et paramilitaires ukrainiens, en particulier ceux qui opèrent dans l’est depuis au moins 2014, ont un sérieux problème d’idéologie nazie.

Cela a été documenté de manière exhaustive, une fois de plus, depuis des années.

Mais le rapport, qui tente simplement de minimiser ce problème en le qualifiant de « question épineuse de l’histoire unique de l’Ukraine », suggère que le véritable problème pour les relations publiques occidentales est fondamentalement le fait que cette idéologie soit affichée si ouvertement.

Les troupes ukrainiennes sont invitées à recouvrir ces symboles nazis.

Rapport de NBC News en 2014 : Les Allemands ont été confrontés à des images du sombre passé de leur pays lundi soir, lorsque la chaîne publique allemande ZDF a montré une vidéo de soldats ukrainiens portant des symboles nazis sur leurs casques dans son journal télévisé du soir.

Les auteurs du rapport du NYT commencent par exprimer leur frustration quant à l’aspect visuel des symboles nazis arborés si fièrement sur les uniformes de nombreux soldats ukrainiens.

Suggérant que de nombreuses photographies journalistiques qui ont parfois été publiées dans des journaux et des médias du monde entier (généralement accompagnées d’articles généralement positifs sur l’armée ukrainienne) sont simplement « malheureuses » ou « trompeuses ».

Le rapport du NYT indique que :

« Sur chaque photographie, les Ukrainiens en uniforme portaient des écussons arborant des symboles qui ont été rendus célèbres par l’Allemagne nazie et qui font depuis lors partie de l’iconographie des groupes haineux d’extrême droite. »

Le rapport admet que cela a conduit à une controverse pour laquelle les salles de presse doivent supprimer certaines photos de soldats et de militants ukrainiens.

« Les photos, et leurs suppressions, mettent en évidence la relation compliquée de l’armée ukrainienne avec l’imagerie nazie, une relation forgée sous l’occupation soviétique et allemande pendant la Seconde Guerre mondiale », poursuit le rapport.

Il s’agit donc simplement d’une question « épineuse » et « compliquée », nous dit-on.

Voici un petit échantillon des types d’écussons qui apparaissent sur les uniformes militaires ukrainiens avec « une certaine régularité », selon les termes du New York Times :

L’OTAN a dû supprimer des images gênantes également

Dans un passé récent, l’OTAN elle-même a été contrainte de supprimer des images sur ses comptes officiels de médias sociaux en raison de la présence d’images nazies parmi les troupes ukrainiennes lors de séances de photos.

Traduction :
– Merci de votre attention, OTAN pour avoir supprimé ce tweet, qui montrait un soldat portant un symbole néonazi en forme de soleil noir.
Le Podcast « Against Antisemitism » de demain traite des troupes néonazies, de la rhétorique de la « nazification » et de la réaction de l’extrême droite à la guerre.
– N’oubliez pas que l’on nous répète sans cesse que les néonazis en Ukraine sont une frange insignifiante et que si vous les montrez du doigt, vous êtes un suppôt de Poutine, voire pire.

Le paragraphe suivant du rapport dit tout ce qu’il faut savoir sur le soi-disant « journal de référence » et sa couverture unilatérale et ultra-simpliste de ce que beaucoup réalisent enfin comme une guerre à la réalité profondément complexe (pour ne pas dire plus), loin du récit hollywoodien des Médias Mainstream opposant les bons et les méchants au monde libre, typique des réseaux de CNN à Fox en passant par NBC (ou LCI et BFMTV en France).

« En novembre, lors d’une réunion avec des journalistes du Times près de la ligne de front, un attaché de presse ukrainien a porté une variante de Totenkopf fabriquée par une société appelée R3ICH (prononcer “Reich”). »
« Il a déclaré qu’il ne pensait pas que l’écusson était affilié aux nazis. Un deuxième attaché de presse présent a déclaré que d’autres journalistes avaient demandé aux soldats d’enlever l’écusson avant de prendre des photos. »

NY Times

Oups !

Traduction :
– À vérifier. En 2019, le New York Times décrivait avec précision le bataillon Azov comme une « organisation paramilitaire néonazie ukrainienne » (image de gauche). Aujourd’hui, il s’agit simplement d’une « unité de la Garde nationale ukrainienne » (image de droite). Vous voyez comment cela fonctionne ?
– C’est le New York Times de Schrödinger : Azov, que le journal a correctement décrit comme une « organisation paramilitaire néonazie ukrainienne » en 2019, est maintenant un groupe de rebelles modérés « pro-démocratie ».

Minimisation pour un dérapage contrôlé

On peut maintenant s’attendre à des efforts importants pour limiter les dégâts, ou peut-être même assister aux prémices d’une évolution des définitions et d’un déplacement des poteaux d’affichage.

Plus d’informations dans le NY Times :

« Mais certains membres de ces groupes combattent la Russie depuis que le Kremlin a illégalement annexé une partie de la région ukrainienne de Crimée en 2014 et font désormais partie de la structure militaire élargie. »

« Certains sont considérés comme des héros nationaux, même si l’extrême droite reste marginalisée sur le plan politique. »

« L’iconographie de ces groupes, notamment une tête de mort portée par les gardiens des camps de concentration et un symbole connu sous le nom de “Soleil noir”, apparaît désormais avec une certaine régularité sur les uniformes des soldats qui combattent sur la ligne de front, y compris des soldats qui affirment que cette imagerie symbolise la souveraineté et la fierté de l’Ukraine, et non le nazisme. »

NY Times

Certains écrivent des titres plus appropriés pour l’article du NYT :

Traduction :
– NYT : La décision de certains soldats ukrainiens de porter des écussons avec des icônes nazies menace de renforcer la propagande russe utilisée pour justifier l’invasion. Elle pourrait également redonner vie à ces symboles après les efforts déployés par l’Occident pendant des décennies pour les éliminer.
– Titre alternatif : « L’Occident a blanchi les éléments nazis de l’Ukraine pour combattre la Russie. »

Ce n’est que très récemment que le ministère de la Défense ukrainien et même le bureau du président Zelensky ont été pris en flagrant délit :

« En avril, le ministère ukrainien de la Défense a publié sur son compte Twitter une photo d’un soldat portant un écusson représentant une tête de mort, connue sous le nom de Totenkopf (tête de mort). »

« Ce symbole a été rendu célèbre par une unité nazie qui a commis des crimes de guerre et gardé des camps de concentration pendant la Seconde Guerre mondiale. »

« L’écusson figurant sur la photo représente le Totenkopf au sommet d’un drapeau ukrainien avec un petit numéro 6 en dessous. »

« Cet écusson est la marchandise officielle de Death in June, un groupe néo-folk britannique qui, selon le Southern Poverty Law Center, produit un “discours de haine” qui exploite les thèmes et les images du fascisme et du nazisme. »

NY Times

Comme on pouvait s’y attendre, le Times tente toujours de tirer la couverture à lui tout en cherchant désespérément à « rassurer » son public en écrivant :

« À court terme, cela menace de renforcer la propagande de Poutine et d’alimenter ses fausses affirmations selon lesquelles l’Ukraine doit être “dé-nazifiée” — une position qui ignore le fait que le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy est juif. »

De nouveaux niveaux d’exploitation, en effet.

Traduction : Le NYT invente de nouveaux niveaux d’escalade : l’iconographie nazie a des « significations propres à l’Ukraine » ; les symboles nazis « devraient être interprétés en fonction de la façon dont les Ukrainiens les voyaient, et non de la façon dont ils avaient été utilisés ailleurs ».

Mais le NYT concède maladroitement que « plus généralement, l’ambivalence de l’Ukraine à l’égard de ces symboles, et parfois même son acceptation de ceux-ci, risque de donner une nouvelle vie à des icônes que l’Occident a passé plus d’un demi-siècle à essayer d’éliminer ».

Visionnez notre entretien avec Christelle Néant, reporter de guerre en Ukraine, pour comprendre ce qu’il se passe réellement sur le terrain et les origines de l’armée ukrainienne :

image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

S’abonner à la discussion
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires