Le président de la Cop28 estime que les demandes d’élimination progressive des combustibles fossiles ne reposent sur aucune donnée scientifique

05/12/2023 (2023-12-05)

[Source : theguardian.com]

[Illustration : Anadolu/Getty Images]

Exclusif : Sultan Al Jaber, des Émirats arabes unis, affirme que l’élimination progressive du charbon, du pétrole et du gaz ramènerait le monde « dans les cavernes ».

Par Damian Carrington et Ben Stockton

Le président de la Cop28, Sultan Al Jaber, a déclaré qu’il n’existait « aucune science » indiquant qu’une élimination progressive des combustibles fossiles était nécessaire pour limiter le réchauffement de la planète à 1,5 °C, ont révélé le Guardian et le Centre for Climate Reporting.

M. Al Jaber a également déclaré qu’une élimination progressive des combustibles fossiles ne permettrait pas un développement durable, « à moins de vouloir ramener le monde dans les cavernes ».

Ces commentaires sont « incroyablement préoccupants » et « frôlent le déni climatique », ont déclaré les scientifiques, et ils sont en contradiction avec la position du secrétaire général de l’ONU, António Guterres.

M. Al Jaber a fait ces commentaires dans des réponses malveillantes aux questions de Mary Robinson, présidente du groupe des « Elders » et ancienne envoyée spéciale des Nations unies pour le changement climatique, lors d’un événement en ligne en direct le 21 novembre. En plus de diriger la Cop28 à Dubaï, M. Al Jaber est également directeur général de la compagnie pétrolière publique des Émirats arabes unis, Adnoc, ce que de nombreux observateurs considèrent comme un grave conflit d’intérêts.

Plus de 100 pays soutiennent déjà l’élimination progressive des combustibles fossiles. La question de savoir si l’accord final de la Cop28 prévoit cette élimination ou utilise des termes plus faibles tels que « réduction progressive » est l’une des questions les plus âprement discutées lors du sommet et pourrait être le facteur déterminant de son succès. Des réductions profondes et rapides sont nécessaires pour ramener les émissions de combustibles fossiles à zéro et limiter l’aggravation rapide des effets sur le climat.

Al Jaber s’est entretenu avec Mme Robinson lors d’un événement organisé par She Changes Climate. Mme Robinson a déclaré : « Nous sommes dans une crise absolue qui touche les femmes et les enfants plus que quiconque… et c’est parce que nous ne nous sommes pas encore engagés à éliminer progressivement les combustibles fossiles. C’est la seule décision que la Cop28 peut prendre et, à bien des égards, parce que vous êtes à la tête d’Adnoc, vous pourriez en fait la prendre avec plus de crédibilité ».

M. Al Jaber a ajouté :

« J’ai accepté de venir à cette réunion pour avoir une conversation sobre et mature. Je n’adhère en aucun cas à une discussion alarmiste. Il n’y a pas de données scientifiques, ni de scénario, qui disent que l’élimination progressive des combustibles fossiles permettra d’atteindre 1,5 °C. »

M. Robinson l’a encore mis au défi : « J’ai lu que votre entreprise investissait dans beaucoup plus de combustibles fossiles à l’avenir ». Al Jaber a répondu : « Vous lisez vos propres médias, qui sont biaisés et erronés. Je vous dis que je suis l’homme de la situation ».

Al Jaber a ensuite déclaré :

« Aidez-moi, s’il vous plaît, montrez-moi la feuille de route pour une élimination progressive des combustibles fossiles qui permettra un développement socio-économique durable, à moins que vous ne vouliez ramener le monde dans les cavernes ».

« Je ne pense pas que vous puissiez aider à résoudre le problème du climat en pointant du doigt ou en contribuant à la polarisation et à la division qui existent déjà dans le monde. Montrez-moi les solutions. Arrêtez de pointer du doigt. Arrêtez ça », a déclaré M. Al Jaber.

M. Guterres a déclaré aux délégués de la Cop28 vendredi : « La science est claire : la limite de 1,5 °C n’est possible que si nous arrêtons de brûler tous les combustibles fossiles. Il ne s’agit pas de réduire, ni d’atténuer. Il s’agit d’une élimination progressive, avec un calendrier précis ».

Bill Hare, directeur général de Climate Analytics, a déclaré : « Il s’agit d’un échange extraordinaire, révélateur, inquiétant et belliqueux. Nous renvoyer dans les cavernes » est le plus vieux trope de l’industrie des combustibles fossiles : cela frise le déni du climat.

« Al Jaber demande une feuille de route à 1,5 °C. Quiconque s’en soucie peut trouver cette feuille de route dans le dernier scénario d’émissions nettes nulles de l’Agence internationale de l’énergie, qui stipule qu’il ne peut y avoir aucun nouveau développement des combustibles fossiles. La science est absolument claire [et] cela signifie absolument une élimination progressive d’ici le milieu du siècle, ce qui améliorera la vie de toute l’humanité ».

[Note de Joseph : Il ne s’agit pas de science, mais d’idéologie ou de religion ici, car la science est caractérisée notamment par le doute permanent, par la possibilité de réfutation des hypothèses et des modélisations et par la possibilité d’un débat argumenté sur les différents points de vue défendus. De plus, une théorie solide doit être cohérente, sans contradictions logiques internes, et s’appuyer sur la démarche scientifique observationnelle et expérimentale. Or les bases de l’hypothèse d’une modification climatique anthropique qui serait due à des gaz à supposé « effet de serre » ou « forçage radiatif » sont contestées, mais les diverses réfutations ne sont pas prises en compte par le GIEC.
Voir notamment :
Climat — Pourquoi la théorie de l’effet de serre est erronée
Les principes du raisonnement. Partie 3. Logique et climatologie
La modélisation informatique du climat relève-t-elle de science ?
Climats sous influence : des modèles pas vraiment top
La nouvelle « crosse de hockey » du réchauffement climatique vient d’exploser en plein vol
La religion du carbone]

Le professeur Sir David King, président du Climate Crisis Advisory Group et ancien conseiller scientifique en chef du Royaume-Uni, a déclaré : « Il est extrêmement préoccupant et surprenant d’entendre le président de la Cop28 défendre l’utilisation des combustibles fossiles. Il est indéniable que pour limiter le réchauffement de la planète à 1,5 °C, nous devons tous réduire rapidement nos émissions de carbone et abandonner progressivement l’utilisation des combustibles fossiles d’ici à 2035 au plus tard. L’alternative est un avenir ingérable pour l’humanité ».

Friederike Otto, de l’Imperial College London, au Royaume-Uni, a déclaré : « La science du changement climatique est claire depuis des décennies : nous devons cesser de brûler des combustibles fossiles. Si nous ne parvenons pas à éliminer progressivement les combustibles fossiles lors de la Cop28, plusieurs millions de personnes vulnérables supplémentaires se retrouveront dans la ligne de mire du changement climatique. Ce serait un terrible héritage pour la Cop28 ».

[Note de Joseph : il y a un fait qui semble échapper aux alarmistes climatiques, c’est que la quantité de CO2 continue sa croissance sans ralentir, voire plutôt en accélérant, mais que dans le même temps, depuis une vingtaine d’années, la température moyenne évaluée n’évolue pratiquement plus. Normalement lorsqu’une cause est la principale responsable d’un effet donné, comme ici le CO2 qui serait le principal coupable des changements climatiques, les variations des effets doivent être directement corrélées à celles des causes et avoir en gros les mêmes pentes : si la cause augmente fortement, l’effet doit aussi fortement augmenter. Or, ce n’est pas le cas ici — la température moyenne stagne tandis que le CO2 continue d’augmenter nettement.]

M. Otto a également rejeté l’affirmation selon laquelle les combustibles fossiles étaient nécessaires au développement des pays les plus pauvres, en déclarant que le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat [le GIEC] « montre que les objectifs de développement durable des Nations unies ne sont pas réalisables si l’on poursuit les économies actuelles à fortes émissions basées sur les combustibles fossiles. Le passage à un monde sans énergie fossile présente d’énormes avantages connexes ».

Un porte-parole de la Cop28 a déclaré :

« Les scénarios 1,5 °C de l’AIE et du GIEC indiquent clairement que les combustibles fossiles devront jouer un rôle dans le futur système énergétique, même si ce rôle est moindre. Le président de la Cop a cité les données scientifiques et les principaux experts en matière de climat. »

[Voir aussi :
Sans pétrole, pas d’électricité !]

« Il a clairement indiqué que l’industrie pétrolière et gazière devait s’attaquer aux émissions de portée 1 et 2 [provenant de ses activités], qu’elle devait investir dans les énergies et les technologies propres pour s’attaquer aux émissions de portée 3 [provenant de la combustion des carburants], et que l’ensemble de l’industrie devait s’aligner pour maintenir l’objectif de 1,5 °C à portée de main. »

« Une fois de plus, il s’agit clairement d’un effort continu pour saper les réalisations tangibles de la présidence de la Cop et d’une fausse représentation de notre position et de nos succès à ce jour. »

Le porte-parole a déclaré que la présidence avait rendu opérationnel le fonds pour les pertes et dommages avec plus de 700 millions de dollars, lancé un véhicule climatique du marché privé de 30 milliards de dollars, et amené 51 compagnies pétrolières à convenir d’objectifs de décarbonisation et 119 pays à signer une promesse de tripler les énergies renouvelables. « Ce n’est que le début », a déclaré le porte-parole.

M. Al Jaber est également à la tête de Masdar, la société émiratie spécialisée dans les énergies renouvelables, mais sa nomination en tant que président de la Cop28 a suscité la controverse. Peu avant le sommet, des documents ayant fait l’objet d’une fuite ont montré que les Émirats arabes unis avaient prévu d’utiliser les réunions sur le climat avec les gouvernements pour promouvoir des accords pétroliers et gaziers. M. Al Jaber a nié avoir vu ou utilisé les points de discussion contenus dans ces documents. Selon une analyse indépendante, Adnoc a également les plus grands projets d’expansion dans le domaine du pétrole et du gaz qui n’ont aucune incidence sur les émissions nettes.

La question de l’élimination progressive ou de la réduction progressive est compliquée par le fait que les termes n’ont pas de définitions convenues et par le rôle très incertain des technologies visant à « réduire » les émissions, telles que le captage et le stockage du carbone. « Pour que les objectifs de l’accord de Paris restent d’actualité, il faudra une élimination complète des combustibles fossiles, et non une vague réduction progressive reposant sur des technologies qui n’ont pas fait leurs preuves », a déclaré M. Otto.

Plus de 100 pays d’Afrique, d’Europe, du Pacifique et des Caraïbes soutiennent l’abandon progressif des combustibles fossiles. Les États-Unis, premier producteur mondial de pétrole et de gaz, sont également favorables à une élimination progressive. D’autres, comme la Russie, l’Arabie saoudite et la Chine, rejettent cet appel. Les deux options sont sur la table de la Cop28, ainsi que des propositions visant à ne mentionner que le charbon ou à ne rien dire du tout sur les combustibles fossiles.

[Note de Joseph : pendant que le GIEC et les alarmistes climatiques se focalisent sur le CO2 (indispensable aux végétaux) et le méthane, ils négligent les effets plus ou moins hautement polluants de l’industrie du Charbon et de la pétrochimie. Ceux-ci sont bien plus préjudiciables à la vie organique.]

La Cop26, qui s’est tenue à Glasgow en 2021, a accepté pour la première fois de « réduire progressivement » l’utilisation du charbon, mais cette proposition a été édulcorée à la dernière minute, ce qui a fait fondre en larmes le président de la Cop26, Alok Sharma.

Lors de sa conversation avec M. Robinson, M. Al Jaber a également déclaré :

« Selon moi, la réduction et l’élimination progressives des combustibles fossiles sont inévitables. C’est essentiel. Mais nous devons être vraiment sérieux et pragmatiques à ce sujet ».

« Attendez. Permettez-moi d’expliquer », a-t-il déclaré. « Le monde continuera à avoir besoin de sources d’énergie. Nous [les Émirats arabes unis] sommes les seuls au monde aujourd’hui à avoir décarbonisé les ressources pétrolières et gazières. Nous avons la plus faible intensité de carbone ».

Il s’agit des émissions provenant de l’énergie utilisée pour extraire les combustibles fossiles, et non des émissions bien plus importantes provenant de la combustion des combustibles. Il n’existe pas de pétrole et de gaz « à faible teneur en carbone » ou « à plus faible teneur en carbone », a déclaré M. Otto.

De nombreux commentateurs ont déclaré que les révélations négatives ou embarrassantes concernant Al Jaber et Adnoc augmentent la pression exercée sur lui pour qu’il conclue un accord solide dans le cadre de la Cop28. Le Guardian a récemment rapporté que les champs pétroliers et gaziers des Émirats arabes unis, gérés par l’État, brûlaient du gaz presque quotidiennement alors qu’ils s’étaient engagés, il y a 20 ans, à appliquer une politique de zéro brûlage systématique.

Le Guardian a précédemment rapporté qu’Adnoc avait pu lire les courriels envoyés et reçus par le bureau de la Cop28 jusqu’à ce que le Guardian soulève la question en juin, et que les Émirats arabes unis n’avaient pas non plus déclaré les émissions de méthane, un puissant gaz à effet de serre, produites par leur industrie pétrolière.

Harjeet Singh, du Réseau Action Climat, a déclaré : « La Cop28 doit prendre une décision sur l’élimination progressive des combustibles fossiles d’une manière juste et équitable, sans aucune faille ou échappatoire permettant à l’industrie de continuer à se développer et à exacerber la crise climatique. »

image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

S’abonner à la discussion
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires