L’attaque des pseudo-hommes

02/12/2023 (2023-12-02)

[Source : off-guardian.org]

Par Todd Hayen

Je suis allé au centre commercial local ce week-end et, en voyant tous les pseudo-hommes et pseudo-femmes qui se promenaient et tous les produits scintillants qui tentaient de plaire à ces personnes, je me suis dit qu’il fallait que j’écrive un article à ce sujet.

J’ai choisi de me concentrer sur les pseudo-hommes parce que je suis moi-même un homme. (J’ai mes défauts d’homme, mais tenter d’être un pseudo-homme n’en fait pas partie). Je ne suis pas non plus convaincu que le fait d’être une pseudo-femme soit si répandu dans la culture. Bien que les filles qui semblent être des pseudo-filles soient courantes, il s’agit là, à mon humble avis, d’une chose tout à fait différente.

Dans ce contexte, « pseudo » signifie « essayer d’être quelque chose que l’on devrait être, mais que l’on n’est pas ».

Ce que je vois chez les jeunes filles pubères ne montre aucune tentative d’être quelque chose qu’elles devraient être, elles ne semblent pas avoir le désir d’être des « filles » saines et bien intégrées. On a plutôt l’impression qu’elles essaient, et qu’elles y parviennent pour la plupart, d’être quelque chose que la culture définit pour elles. Ce qui n’est pas très joli (littéralement et métaphoriquement).

Je ne pense pas qu’il y ait beaucoup de pseudo-femmes parce que les femmes qui essaient d’être des femmes mûres y parviennent généralement. Certaines n’y parviennent pas, j’en suis conscient, mais je ne pense pas que ce soit un problème aussi important que ce que je constate chez les hommes.

Les hommes, pour la plupart, ne savent même pas ce qu’est un homme (je n’en suis pas sûr moi-même). Tout au long de l’histoire, les garçons ont dû être formés et éduqués pour devenir des hommes. Les filles n’ont pas besoin d’apprendre à être des femmes. Elles savent simplement comment l’être. C’est dans leurs chair.

Bien sûr, la culture peut essayer de les tromper en leur faisant croire qu’elles ne savent pas (prenez le mouvement radical des femmes comme exemple de cette tromperie — oups, ai-je vraiment dit cela ??). J’écrirai peut-être un article pour expliquer tout cela sur les femmes une autre fois. J’en sais tellement sur elles (ha ! ha !).

Maintenant que j’ai expliqué pourquoi cet article n’est pas consacré aux femmes ou aux filles, je vais continuer.

Qu’est-ce qu’un pseudo-homme ?

En supposant que l’hypothèse selon laquelle il faut apprendre aux garçons à devenir des hommes soit correcte, nous nous heurterons à un problème s’il n’y a plus d’hommes pour enseigner à ces garçons. Le programme [ou l’ordre du jour, NdT], ou la culture, y a veillé intentionnellement. Il y a très peu d’hommes mûrs. Ceux qui restent sont en quelque sorte en état de choc. Les derniers hommes viables de la culture ont probablement disparu après la Seconde Guerre mondiale (lorsque je parle de « culture », je me réfère principalement à la culture nord-américaine, mais nous constatons ce phénomène dans d’autres parties du monde également).

Cette disparition des hommes est due à de nombreux facteurs, dont certains sont organiquement naturels (par exemple, dans la culture actuelle, il n’y a pas d’endroit où un homme peut mobiliser son archétype de « guerrier », sauf en tant que criminel) et d’autres sont développés et mis en œuvre par le programme. L’un des plus importants est le concept de « toxicité masculine ». Un homme doit s’habituer à utiliser son épée métaphorique. Il doit apprendre à la manier, à savoir quand la sortir partiellement de son fourreau pour que le soleil puisse faire scintiller sa surface brillante dans les yeux de son adversaire, et quand la sortir complètement et commencer à taillader. Aujourd’hui, les hommes tranchent avant de penser, ou ne savent même pas qu’ils ont une épée pour commencer. Le programme néfaste et malveillant souhaite qualifier de toxique toute utilisation de l’épée d’un homme (ou même s’il ne fait que penser à son épée, Dieu nous en préserve). Toute agression est considérée comme toxique. C’est ainsi que nous avons la « masculinité toxique » — en d’autres termes, tous les hommes qui sont réellement des hommes sont toxiques.

Ce n’est là qu’un des nombreux éléments qui rendent un homme émasculé. Comme les anciens de la communauté (y compris leurs propres pères) n’apprennent plus aux hommes à être des hommes, ils ne savent même plus ce que c’est que d’être un homme. Il peut en apprendre un peu à la télévision, dans les livres et les films, mais ces modèles ne sont généralement pas très fiables (et de nos jours, ils enseignent toutes sortes de choses erronées). Il reçoit quelques indications des archétypes collectifs que tous les humains portent en eux, mais les hommes sont des « faiseurs » et ne peuvent pas se fier entièrement aux subtils murmures instinctifs cachés au plus profond de leur psyché. En outre, nombre de ces indicateurs subtils sont repoussés par la culture, qui s’acharne à couper l’accès à « l’instruction virile ».

Parmi les choses auxquelles il a du mal à accéder, il y a la manière et le moment d’être dangereusement agressif — il ne sait pas quand utiliser cette agressivité ni quand la tenir à distance. De nombreux hommes adultes ne savent pas comment subvenir aux besoins de leur famille. Beaucoup sont encore attachés à leur mère et n’ont aucune idée de la façon de fonctionner de manière autonome et de se séparer de l’archétype maternel. Beaucoup ne savent pas quand cesser de laisser le « garçon » en eux diriger leur vie.

Nombreux sont ceux qui ont perdu leur but, leur sens et leur direction. Nombreux sont ceux qui n’ont aucune idée de la manière de se comporter avec le féminin incarné par leur épouse, leur petite amie ou leur partenaire. Plutôt que de se comporter avec le féminin de leurs partenaires féminines avec considération, respect, amour et estime, et de les chérir comme les entités précieuses qu’elles sont, ils se comportent avec elles comme un garçon avec sa mère — souvent avec ressentiment, « amour maternel », colère, ou dépendance à leur égard comme un « enfant chéri » qui attend de sa mère qu’elle fasse tout pour lui.

Beaucoup d’hommes aujourd’hui ont eu des pères tyrans, ou des pères qui n’ont jamais été présents et émotionnellement disponibles. Ils ont pu avoir des pères alcooliques, narcissiques, ou des pères passifs face à leur mère méduse. Le père n’était donc pas dans leur vie un mentor et un professeur pour leur apprendre à être des hommes.

La culture a pratiquement détruit la masculinité. Et à mon avis, encore une fois, je crois que c’est intentionnel. Le genre/sexe en général a été décimé intentionnellement. La famille a été décimée. Le fait d’être un être humain organique a été décimé. La maternité a presque été décimée, bien qu’elle soit difficile à tuer et qu’elle revienne même dans une certaine mesure après que les « féministes » radicales l’aient presque éliminée (oh, mon Dieu, je l’ai encore dit !).

Alors, que sont les pseudo-hommes ?

Le pseudo-homme est celui qui a une idée de ce qui, au moins en apparence, fait d’un homme un homme, et qui s’efforce de s’habiller avec des comportements et, oui, même des vêtements et des accessoires, qui lui donnent l’air d’être un homme.

C’est l’homme qui « compense » les choses dont il n’est pas vraiment conscient qu’elles lui manquent. Ces hommes ne sont certainement pas conscients de ce qui leur manque ; en fait, beaucoup de leurs impulsions sont des compensations naturelles. Certaines d’entre elles sont en effet causées par des pathologies et des traumatismes passés (comme l’homme violent au foyer), mais la plupart sont bénignes et, bien qu’en soi ces compensations soient inoffensives, elles cachent quelque chose qui, à long terme si cela reste caché, peut en effet être nuisible, non seulement pour les autres, mais aussi pour l’homme lui-même qui se déguise en pseudo-homme.

Des exemples ? Les plus évidents sont les vêtements, les chaussures, les montres, les bijoux, les voitures rapides et bruyantes, les motos, les tatouages, les jet-skis, les bateaux et les armes à feu, ainsi que bien d’autres choses matérielles. Les comportements ? Être un dur à cuire, se battre, commettre des crimes, se droguer, commettre des violences domestiques, faire preuve de misogynie, boire, tromper sa partenaire, s’adonner au porno, jouer sans arrêt à des jeux vidéo, faire de la musculation à outrance et draguer les femmes, entre autres. Ce sont toutes des choses qui, à première vue, ont quelque chose d’un « homme », mais qui ne représentent pas réellement un « homme supérieur ».

Qu’est-ce qui constitue le « vrai homme » par opposition au « pseudo-homme » ? Le sacrifice, la retenue, l’honnêteté, la loyauté, le dévouement, la présence, la prise en charge des émotions de sa partenaire, la prise en charge équilibrée de son corps, le respect, la monogamie, le travail, la capacité d’écoute, l’indépendance d’esprit critique, la définition de soi de l’intérieur plutôt que de l’extérieur, une vie orientée vers un but précis, l’empathie — et bien d’autres choses encore, mais vous avez compris le sens de l’expression.

Les pseudo-hommes sont partout, et Dieu aime ces pauvres bêtes pitoyables, dont la plupart font des efforts désespérés. Certains d’entre eux gâchent pas mal de choses, mais la plupart sont simplement perdus et essaient des choses qui peuvent, pendant un moment, leur donner l’impression d’être des hommes, mais en fin de compte, ils retomberont directement au bas du poteau. Et comme je l’ai dit, je blâme le programme/la culture pour cela, et pas toujours les hommes eux-mêmes. Le programme veut que les hommes pensent qu’ils sont des hommes, il leur fournit donc tous les plaisirs de la consommation, les cloches et les sifflets avec la promesse qu’un homme se sentira et ressemblera à un vrai homme.

Après quelques générations à battre l’« homme » [pour le faire sortir] hors des « hommes », il n’y a plus personne pour enseigner aux nouveaux garçons — personne d’autre que le programme lui-même, et nous savons tous ce qu’ils recherchent, et ce n’est certainement pas de créer un homme fort dans notre société en ruine. Les hommes forts ne peuvent pas être contrôlés aussi facilement.

image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

S’abonner à la discussion
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires