L’atomisation de l’Homme et de l’Humanité

21/07/2023 (2023-07-21)

Par Joseph Stroberg

S’il est souvent connu que certains groupes humains souhaitent faire naître leur ordre à partir du chaos, les raisons pour cela le sont moins. Nous verrons cependant ici comment ces dernières impliquent l’atomisation de l’Humanité, jusqu’à celle de l’individu, selon le degré de chaos recherché, et quelle forme d’ordre peut en émerger.

L’idée que l’on se fait souvent du chaos est celle de destruction, de désorganisation ou d’anarchie. Cependant, le sens que lui donne la physique, et peut-être celui que lui donnent certaines élites qui souhaitent faire naître un Nouvel Ordre Mondial à partir du chaos, n’est pas tout à fait cela. En physique, la notion de chaos est simplement équivalente à celle de désordre, dans le sens où rien n’est organisé, rien n’est trié, tout reste indifférencié, mélangé dans un tout qui paraît globalement homogène. Le lait peut donner une idée d’un tel chaos. À l’œil nu, il paraît blanchâtre, uniforme, sans éléments distinctifs ou différentiés. Néanmoins, lorsqu’on y verse du citron ou qu’il gèle complètement puis dégèle, ses constituants principaux se séparent et il sort de l’état proche du chaos pour trouver un semblant ou un début d’ordre : d’un côté le petit-lait, liquide transparent ; de l’autre le fromage blanc qui tombe au fond du liquide.

On doit fournir de l’énergie, chimique (provenant de l’action acide du citron) ou physique (produisant les changements d’État de la matière qui passe du liquide au solide puis inversement), pour produire de l’ordre à partir du chaos. Par contre, l’augmentation du chaos ne nécessite pas nécessairement de dépense d’énergie, puisque selon les lois de la thermodynamique (qui n’ont pour l’instant jamais été mises en défaut, à notre connaissance), l’entropie (qui caractérise le degré de désordre ou de désorganisation d’un système matériel ou vivant ne peut que croître au cours du temps). Autrement dit, sous les seules conditions et lois de la matière, l’Univers glisserait naturellement et implacablement vers le chaos. Pourtant, de l’ordre est né à partir du chaos primordial supposé, mais ceci parce qu’il existait une grande quantité d’énergie disponible et parce qu’un principe d’Intelligence ou de Conscience est intervenu pour organiser la matière en formes distinctes à de multiples niveaux, depuis les quarks et les atomes jusqu’aux galaxies, en passant par les étoiles, les planètes et les êtres vivants à la surface de certaines planètes.

Le niveau de complexité et d’intelligence organisationnelle de l’Univers est tel, ne serait-ce déjà que dans une minuscule cellule végétale, animale ou humaine (agencée de composants formels qui doivent être créés de manière synchrone tellement ils sont interdépendants et imbriqués), que le seul hasard n’est pas une explication plausible ni même probable1. L’implication logique et cohérente est la nécessité de l’intervention d’une forme de Volonté consciente ou de Conscience volontaire capable de conception intelligente pour produire un tel degré de complexité fonctionnelle aussi élaborée.

Pour créer quelque chose de fonctionnel, comme une automobile avec son moteur, l’Homme doit déployer son intelligence et sa volonté de manière suffisamment consciente et responsable. Il doit généralement d’abord penser sa future création, la visualiser dans son mental, l’imaginer, la concevoir… Il lui faut prévoir la forme et l’agencement adéquats de tous les composants pour qu’il s’imbriquent le jour venu en un tout fonctionnel et cohérent. Il ne doit pas mettre des années entre la fabrication des différentes pièces, car autrement certaines seraient rouillées ou dégradées le temps que les autres soient matérialisées. Il doit au contraire les créer toutes dans un laps de temps réduit. La complexité d’une cellule est relativement aussi grande.

L’Hermétisme considère que ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, et réciproquement. Autrement dit, ce qui vaut pour l’Homme vaut pour l’Univers et réciproquement. Ils sont à l’image l’un de l’autre, ou encore le premier est un élément fractal du second. Chaque élément de l’univers est une image fractale2 ou réduite de celui-ci, essentiellement au niveau fonctionnel. Si l’Homme crée en mettant en œuvre la succession suivante de ses capacités, il en est de même pour l’Univers : Volonté (de créer, de manifester, de matérialiser), conception mentale Intelligente des formes intermédiaires et de la forme globale résultante, Production des formes, puis l’Organisation finale (ou l’Ordre) pour aboutir à la forme globale voulue, à la Manifestation concrète du projet. Certaines aptitudes n’ont pas été mentionnées ici, car elles ne sont pas nécessairement utilisées par l’Homme : l’Amour (ici du travail bien fait) et la Sagesse (notamment d’attendre le moment propice à chaque étape de la création). Leur absence risque d’amener des conséquences nuisibles ou néfastes de l’utilisation ultérieure de la forme ou du système créé.

Les mondialistes et autres élites qui cherchent à finaliser leur Nouvel Ordre Mondial sont des êtres humains et en tant que tels utilisent ou font utiliser par d’autres les mêmes capacités pour concrétiser leur propre projet. Or ce dernier doit passer au moins à un moment du processus créateur (ou de manifestation) par le chaos, au moins selon l’idée qu’ils s’en font. Si une partie de ce chaos peut se déceler actuellement dans l’incohérence gouvernementale, économique, financière, industrielle, etc. ainsi que dans les nombreux conflits armés qui existent encore, il ne s’agit probablement pas de la plus importante pour l’aboutissement du plan. Son importance secondaire réside dans le fait qu’il sera transitoire. Le type primordial de chaos recherché est celui contre l’Humanité elle-même, car il pourrait être permanent, du moins si rien ne venait faire tomber le NOM.

Le chaos contre l’Homme vise à son homogénéisation, à son uniformisation, à son nivellement par le bas (sachant par exemple que s’il est quasi impossible de transformer un crétin en génie, il est beaucoup plus facile de transformer un génie en crétin). Il ne doit plus exister qu’un seul modèle d’Homme/Femme, un androgyne robotisé qui proviendra d’un seul exemplaire humain : moyen, médiocre, normalisé, mi-homme, mi-femme (ou sans sexe, la reproduction étant alors effectuée par des machines). Et pour parvenir à un tel niveau d’uniformité, il faut faire disparaître toutes les formes intermédiaires non vitales (aux yeux des élites) : les nations, les religions, les petites et moyennes entreprises (pour ne laisser que les multinationales monopolistiques), les structures indépendantes (ayant toutes des formes spécifiques), les maisons individuelles (il n’y aura plus que des cellules habitables indifférenciées dans des tours à logement), les médias alternatifs (à ceux de la pensée unique et de la propagande officielle), les médecines alternatives (à l’allopathique pétrochimique), les modèles de vêtements (il n’y aura plus qu’un uniforme monocolore à la Star-Treck), les véhicules autres qu’électriques (qui seront réservés aux élites et à leurs serviteurs directs), les écoles de pensées, les opinions alternatives (qui sont des formes mentales, éventuellement colorées d’émotions), etc.

La disparition des formes gênantes se fait par atomisation : on divise et fractionne pour mieux régner ou pour que les adversaires artificiels se détruisent mutuellement ; on multiplie les courants et les mouvements (notamment politiques ou religieux) ; on éparpille les forces résistantes ; on ajoute des frontières artificielles (notamment administratives territoriales) ; on en détruit d’autres qui permettaient de préciser des formes ; on pulvérise certaines des organisations ou des structures les plus coriaces (par la taxation abusive, par le dénigrement systématique, par une compétition déloyale, par l’assèchement des ressources, par de nouvelles lois qui asphyxient, par l’expropriation, par le vol [par exemple de brevets], par de nouvelles interdictions, etc., et même au besoin par le recours aux incendies, aux meurtres ou aux explosifs, éventuellement nucléaires)… L’Homme lui-même est atomisé. Au lieu de favoriser sa cohésion interne et son alignement physique, émotionnel, mental, psychique et spirituel, on le tire dans différentes directions, on l’écartèle entre des préoccupations vitales, des émotions, des désirs et des centres d’intérêt peu compatibles, on le plonge en perpétuel état de dissonance cognitive avec des contes de fées et d’autres récits officiels qui entrent en contradiction flagrante avec les faits observables.

L’Homme moderne est devenu un déséquilibré chronique, cherchant en particulier à combler son vide existentiel, psychique et spirituel par l’expérimentation de drogues, par celle d’émotions ou de sports extrêmes, ou encore par une frénésie d’achats de biens matériels. La supposée « civilisation » humaine est à son image. Ses drogues sont notamment le prétendu « progrès » et la non moins prétendue « information » (qui n’est trop souvent que propagande, rumeurs, hypothèses non vérifiées ou pure désinformation). Ses sports extrêmes sont la guerre et les révolutions. Son vide existentiel provient d’un matérialisme de plus en plus profond, jusque dans les domaines qui devraient au contraire élever l’âme, tels que la religion et l’art.

Pour contrôler efficacement les foules, les élites doivent préalablement déconnecter les êtres humains des plans psychique et spirituel (ce qui est facilité par la destruction des religions révélées), puis elles doivent leur enlever toute possibilité de discernement mental (à l’aide d’une prétendue « éducation » qui écarte le développement du sens critique et la logique). Alors, il leur suffit de stimuler les instincts, les désirs, les émotions (dont la colère, la haine et la peur), le vice et les passions (notamment pas la publicité), ce qui est facilement fait par la télévision, le cinéma, les réseaux sociaux et l’addiction au téléphone mobile. Et lorsqu’il n’existe plus qu’un modèle unique d’être humain (asexué ou androgyne), il est d’autant plus aisé de prédire et de manipuler le comportement, les actions, les émotions et même les croyances et les idées de l’Humanité dans son ensemble.

L’atomisation de l’Humanité en général et de l’Homme en particulier permet l’établissement d’un chaos sociétal permanent, condition particulièrement propice au contrôle quasi absolu de la première comme du second. Contrairement aux autres formes de chaos déjà expérimentées ou en cours d’expérimentation, celui concernant les êtres humains eux-mêmes, collectivement comme individuellement, n’est pas destiné à disparaître tant que le NOM ne tombera pas. Étant donné le niveau de contrôle déjà obtenu par les élites mondialistes non seulement sur l’Homme, mais aussi sur son environnement dans tous les domaines de l’existence incarnée, il est peu probable que l’Humanité puisse se libérer de son asservissement croissant uniquement par elle-même. Pour cela, il lui faudrait rapidement développer des qualités et des manières de voir et de vivre qu’elle a en grande partie perdues : Amour, Pardon, Charité et Humilité (les quatre piliers de l’enseignement du Christ) ; ou parole juste, action juste, moyens d’existence justes, effort ou persévérance juste, attention juste, vision juste et pensée juste (l’équivalent qui provient de l’enseignement du Bouddha Gautama). Tout ceci constitue en particulier un antidote efficace contre la peur (notamment de la mort) et favorise l’épanouissement de la Conscience, seule à même de sortir de la néfaste influence et planification mondialiste. Cependant, en absence de telles qualités et manières de voir et de vivre, ou en absence d’un degré collectif suffisant de maturité et de Conscience, l’Humanité peut toujours prier pour qu’un miracle se produise. Des miracles ont déjà eu lieu dans l’Histoire des nations. Et elle peut aussi tenter de nous prouver que nous la sous-estimons. Quoi qu’il en soit, le NOM démontre de plus en plus qu’il est opposé et adversaire de l’ordre naturel et de ce fait, il finira par s’effondrer, d’une manière ou d’une autre et l’Humanité ressuscitera.


image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *