La liberté comme manifestation d’une mission supérieure

15/08/2023 (2023-06-26)

Un texte de notre ami Iurie Rosca sur notre condition apocalyptique de bestiau vacciné et numérisé et abruti et affamé : La liberté comme manifestation d’une mission supérieure (préface de l’édition roumaine en cours de parution du livre de Youssef Hindi « COVIDISME et MESSIANISME. Tyrannie sanitaire, crise religieuse et sacrifice »)

Nicolas Bonnal

Par Iurie Roșca

Youssef Hindi est l’un des auteurs français les plus importants qui forme le noyau dur de la nouvelle génération de penseurs dans la famille de la résistance intellectuelle au mondialisme. Son œuvre — assez vaste pour un si jeune âge — montre une érudition, une connaissance profonde de l’histoire, des religions et de la géopolitique, ainsi qu’une grande acuité dans l’analyse des phénomènes économiques ou sociaux. Ses livres, ses articles et ses conférences publiques sont le résultat d’une opposition radicale au système politico-économique et idéologique-médiatique dominant. Toute manifestation publique de Youssef Hindi est un plaidoyer brillant contre cette religion laïque aux multiples facettes et qui est devenue obligatoire pour l’Occident collectif mondialisé ; l’idéologie axiomatique de l’universalisme occidentaliste.

Youssef Hindi attaque avec des arguments irréfutables tous les mythes fondateurs de l’Occident qui sont a sombré dans la modernité et le progressisme nihiliste : la Renaissance et la Réforme, le siècle des Lumières, la Révolution française, le triomphe du paradigme libéral et la religion des droits de l’homme, et bien d’autres émanations du messianisme corrosif, sous sa forme religieuse ou sécularisée.

Il y a en France, une tradition de remise en question du « politiquement correct » et de la « pensée unique », mais le mérite indiscutable de Youssef Hindi réside dans une vision profondément religieuse du sens de l’histoire, et une analyse théologico-politique de tous les phénomènes historiques, politiques, sociaux, sociétaux et idéologiques qui sont traités dans ses œuvres. Contrairement à la grande majorité des dissidents de l’espace occidental et principalement de la France, qui avancent une grille de lecture de la réalité à partir d’une perspective matérialiste, économiste et anthropocentrique, Youssef Hindi a une perspective métaphysique. Étant lui-même un croyant, ce qui est déjà une rara avis [NDLR latin : « oiseau rare »] dans la France d’aujourd’hui, sa perception des phénomènes majeurs dans le monde est transmise au lecteur avec une force argumentative singulière.

Marocain d’origine, l’écrivain, historien des religions et géopolitologue a baigné dans la culture française dès son enfance. Il sait s’adresser au lecteur avec un référentiel traditionnel, mais parfaitement adapté aux réalités de la France d’aujourd’hui. Le musulman Youssef Hindi parle le même langage que les catholiques, à l’instar du politologue et l’écrivain Pierre Hillard, dont le travail mérite d’être connu du lecteur roumain. On pourrait dire que son plaidoyer rejoint parfaitement la vision du célèbre sociologue et écrivain Alain Soral.

Lorsque Soral a lancé le mouvement « Égalité et Réconciliation », il est parti de la nécessité d’une coopération étroite entre les Français de souche, de la tradition catholique, et les Français issus de l’immigration, notamment musulmane. Dans le même temps, le concept de Soral vise à unir la « droite des valeurs » et la « gauche du travail », c’est-à-dire établir la jonction entre les valeurs culturelles et civilisationnelles de droite et les valeurs socio-économiques traditionnellement défendues par la gauche. Face à l’ennemi commun, les deux communautés doivent former une alliance pour résister et finalement rejeter la domination d’une clique judéo-protestante du grand capital qui a subordonné l’État, et qui enfonce les peuples du monde dans la paupérisation et l’extinction.

Contrairement à d’autres auteurs, Youssef Hindi ne tombe pas dans le piège d’un économisme vulgaire et ne cherche pas d’explications exclusivement matérialistes de la concentration du capital et du pouvoir politique mondial par les forces occultes derrière les acteurs politiques décoratifs à la tête des États et organismes internationaux. Il démontre de manière convaincante la motivation profondément religieuse et éminemment maléfique de ces centres de pouvoir, obsédés par l’établissement du Nouvel Ordre Mondial sous le règne d’un Gouvernement Mondial.

En ce sens, le présent livre, publié originellement en langue française en 2021, est une réaction au déclenchement de l’opération spéciale d’envergure mondiale « Covid-19 ». Youssef Hindi remonte aux origines ancestrales de ce type de manifestation religieuse fondée sur le sacrifice humain. D’ailleurs, la qualité morale et la profondeur intellectuelle de tous les auteurs et des personnalités publiques peuvent être vérifiées en fonction de leur réaction ou de leur absence à la fausse pandémie initiée en 2020 et au Grand Reset lancé immédiatement après le début de cette opération covidienne.

Notre auteur nous présente la dimension vraiment apocalyptique du scénario derrière le discours officiel de l’idéologie du covidisme, déchiffrant la motivation cabaliste-talmudiste des auteurs de ce génocide par injection de la population mondiale. La tyrannie de l’État qui a accompagné cette fausse pandémie, l’imposition de mesures liberticides, l’absence de légalité, la destruction délibérée de l’économie, l’appauvrissement méthodique de la population, aggravée par l’injection forcée de produit expérimental et dangereux, provoquant la mort subite, les fausses couches de masse et la modification génétique de l’homme qui ne sont là qu’une partie des effets sinistres de cette opération.

J’aimerais ici sortir un peu du travail de notre auteur et souligner un aspect fondamental pour comprendre la situation géopolitique réelle à l’échelle mondiale. Personnellement, j’ai défini la nouvelle situation internationale qui a été créée avec le début de la plandémie COVID-19 par la formule « fin de la géopolitique classique ». La nouvelle réalité géopolitique semble avoir dépassé la formule de Carl Schmitt du conflit insurmontable entre la thalassocratie (la puissance de la mer) et la télurocratie (la puissance de la terre) ; la première étant incarnée par les Anglo-saxons, l’Occident ou atlantistes, et la seconde étant attribuée à la Russie de Poutine et à l’hypothétique alliance russo-chinoise agrégeant d’autres puissances continentales qui forment l’Eurasie. Cette perspective nous présente également le conglomérat éphémère et éclectique BRICS comme une alternative réelle à l’hégémonisme anglo -américano-israélien.

Récapitulons. Les États-Unis sous le mandat de Donald Trump (présenté par les naïfs comme une alternative à « l’État profond », ignorant son affiliation à la secte hassidique Chabad-Lubavitch) ont imposé les mesures les plus draconiennes de tyrannie sanitaire. Sous le mandat de Poutine, la Russie a suivi docilement et avec zèle les mêmes politiques génocidaires imposées par les mondialistes satanistes à travers l’OMS. Le chinois Xi Jinping (considéré par les naïfs comme une alternative à l’empire sioniste-protestant thalassocratique des États-Unis) a appliqué une terreur généralisée sur sa propre population, en étroite collaboration avec les centres du pouvoir mondialiste. Aucun pays du groupe des États prétendument rebelles à l’axe Washington- Bruxelles-Tel-Aviv, surnommé BRICS, ne s’est opposé au terrorisme médical et au vaccinisme sataniste imposés sous prétexte du faux virus de la COVID-19, qui est en fait une arme biologique de destruction massive.

[Voir aussi :
Vers un empire mondial : l’humanité condamnée à une prison unipolaire et à un goulag numérique]

La leçon fondamentale du covidisme devrait donc être d’abandonner les illusions de multipolarité et d’accepter une réalité géopolitique frappante d’unipolarité avec un sens vraiment démoniaque et apocalyptique. Cela est d’autant plus vrai que dans le cas de notre auteur nous avons une personne profondément religieuse et en même temps un expert dans l’histoire des religions juive, chrétienne et musulmane.

« Les signes des temps » (René Guénon) que Youssef Hindi décrypte sont vraiment sombres, et l’ombre de la mort plane sur toute l’humanité. Et puisque nous sommes humains, il ne nous est pas donné de savoir si nous sommes témoins « de la fin du monde » ou « de la fin de ce monde » (pour revenir à la cyclicité hindoue si chère à René Guénon), notre auteur reste fidèle à la vérité et à la justice et à sa vocation d’exposer les manifestations démoniaques du monde d’aujourd’hui. Si Dieu nous permet de voir la fin de ce cycle historique et même un nouveau commencement, ce sera celui qui mettra à la place d’honneur la contribution d’intellectuels comme notre auteur à la sortie du GOULAG libéral contemporain. Mais même si nous vivons les derniers accords de l’histoire humaine, Youssef Hindi n’abandonne pas sa mission, affirmant sa liberté en usant de son don de diagnostiquer profondément l’état du monde actuel.

Iurie Roșca

P.S.: Nous vous rappelons que le premier livre de Youssef Hindi publié en roumain sous les auspices de l’Université populaire de Chisinau est « La mystique de la laïcité » (2018).

image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

S’abonner à la discussion
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires