Une histoire canadienne révélatrice

24/11/2023 (2023-11-24)

[Source : partipopulaireducanada.ca]

Par Maxime Bernier

Aujourd’hui, je veux vous raconter une histoire.

Cela remonte à presque vingt ans, à l’époque où j’étais ministre dans le gouvernement Harper.

Je pense que cela vous donne un aperçu important de la manière dont le gouvernement fonctionne vraiment, de la corruption au sein du Parti conservateur et de l’importance de politiciens courageux et intègres.

Cette histoire commence en 2006, peu de temps après ma première élection en tant que député de Beauce.

Harper voulait une bonne représentation du Québec dans son cabinet, alors il m’a nommé, un député novice, ministre de l’Industrie.

Au début, cela semblait être un rêve devenu réalité !

Comme vous le savez peut-être, lorsque j’ai commencé en politique, ma principale préoccupation était l’économie. J’étais impatient de réformer l’économie canadienne et de réduire le rôle du gouvernement.

Mis à part le ministère des Finances, il n’y avait pas beaucoup de portefeuilles mieux adaptés pour atteindre mes objectifs que le ministère de l’Industrie.

J’étais tellement impatient de travailler pour que notre économie fonctionne pour tous les Canadiens.

Que j’étais naïf… !

Rapidement, j’ai réalisé la réalité de mon travail. Je n’étais qu’un pion dans une machine complètement dysfonctionnelle. J’avais peu d’indépendance pour réaliser les réformes que je savais bénéfiques pour les Canadiens.

Je voulais apporter des changements radicaux. Éliminer les subventions aux entreprises inutiles et destructrices. Réduire réellement la taille du gouvernement, comme des conservateurs sont censés le faire.

Mais Harper ne voulait pas de ça. Il m’a dit que nous n’avions pas été élus sur ce genre de promesses et qu’éliminer ces subventions pourrait compromettre nos chances de réélection.

Il n’y avait aucune discussion sur ce qui était réellement le mieux pour notre pays.

Nous venions de former le gouvernement, et Harper était déjà concentré sur la prochaine élection, pas sur la gouvernance.

Ce que je pensais être le travail de mes rêves s’est transformé en véritable cauchemar.

Mon travail se résumait en gros à des séances photo pour annoncer des subventions à différentes entreprises et industries. Je devais rester là et sourire, annoncer des projets que je savais destructeurs et auxquels je ne voulais rien avoir à faire.

Finalement, j’ai compris que je pouvais déléguer ces séances photo à d’autres députés et ministres impatients de voir leur face dans les médias.

Ainsi, au moins, je n’avais pas à être là et à faire semblant de sourire pour les caméras.

J’ai commencé à travailler avec mon équipe pour trouver des moyens de provoquer réellement des changements à l’intérieur des limites étroites de mon rôle de ministre.

J’ai finalement eu une idée !

Techniquement, bon nombre des subventions fournies par le gouvernement à des entreprises sont des prêts. On s’attend à ce que ces subventions soient remboursées au gouvernement, mais cela se produit rarement, voire jamais.

Mon plan était de publier publiquement ces prêts, le montant, les échéanciers et les noms des entreprises, en particulier celles du secteur aérospatial.

J’ai appelé cela « Nommer et blâmer ». J’espérais que rendre ces détails publics augmenterait la pression sur ces entreprises pour qu’elles remboursent réellement leurs prêts.

Les bureaucrates non élus du ministère de l’Industrie s’y sont immédiatement opposés. Ils m’ont dit que c’était une violation de nos contrats avec ces entreprises.

Mais je n’étais pas prêt à abandonner. J’ai apporté les contrats à un avocat que je connaissais personnellement pour avoir un deuxième avis. Il a confirmé ce que je pensais depuis le début, qu’il n’y avait aucun problème à rendre ces détails publics.

C’est exactement ce que nous avons fait !

Nous avons créé une page Web simple avec tous ces détails pour que les Canadiens puissent mieux comprendre comment leur argent était dépensé et que ces entreprises ressentent la pression de rembourser leurs prêts.

Ce fut un grand succès !

Ce n’était pas ma seule réalisation en tant que ministre de l’Industrie. J’ai également réussi à déréglementer énergiquement certaines parties de notre secteur des télécommunications excessivement bureaucratisé, malgré l’opposition des bureaucrates d’Industrie Canada et du CRTC, d’autres ministres et même du bureau du Premier ministre.

À cause de ces réalisations, le professeur Richard J. Schultz de l’Université McGill m’a qualifié de « meilleur ministre de l’Industrie des 30 dernières années, sans conteste ».

James Cowan du magazine Canadian Business a qualifié mon mandat de « l’âge d’or » de la politique commerciale canadienne.

Mais ce n’était pas suffisant pour demeurer en poste. Ma campagne « Nommer et blâmer » et mes efforts de déréglementation avaient déplu à trop de gens.

Peu de temps après, Harper m’a nommé ministre des Affaires étrangères. Cela a été largement perçu comme une promotion, mais ceux qui étaient dans les coulisses du pouvoir savaient que ce n’était pas le cas.

Harper voulait que je me promène à l’extérieur du pays et que je sois sous son contrôle, et il n’y avait pas de meilleur ministère pour accomplir cela que les Affaires étrangères. J’étais essentiellement la porte-parole du gouvernement canadien dans d’autres pays.

Le lendemain de mon départ du ministère de l’Industrie, la page Web de « Nommer et blâmer » a disparu. Comme si elle n’avait jamais existé.

C’était ma première expérience de la réalité du fonctionnement du gouvernement, et de la manière dont le Parti conservateur fonctionne vraiment.

J’ai appris deux choses :

  1. Le gouvernement est rempli de bureaucrates non élus qui ont beaucoup trop d’influence sur les choix politiques. Ils forment ce que certains appellent l’« État profond ». Ils essaient de mettre des bâtons dans les roues des bonnes idées qui menacent leur pouvoir et de maintenir le statu quo. Nous avons besoin de politiciens élus forts pour leur résister et accomplir des choses.
  2. Le Parti conservateur ne se soucie que d’une chose : le pouvoir. Ils ne se soucient pas de réformer le pays pour le mieux. Ils veulent simplement éviter la controverse et rester en contrôle sans réellement résoudre les problèmes qui touchent les Canadiens.

Je ne le savais pas à l’époque, mais c’était le début de ma conception du PPC.

Je veux remplir le Parlement de députés forts prêts à résister aux bureaucrates non élus de l’État profond. Des députés qui ne craignent pas de froisser des plumes et de perturber le statu quo.

Qui sont prêts à commencer à PRIORISER le Canada et les Canadiens.

Vous pouvez m’aider à atteindre cet objectif avec un don de 10 $ aujourd’hui !

Merci pour votre appui,
– Maxime

P.S.: Si vous avez des difficultés à trouver l’endroit où vous pouvez faire un don, cliquez simplement sur ce lien : https://www.partipopulaireducanada.ca/donnez-cc

image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

S’abonner à la discussion
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires