Une année de cauchemar dans le contexte de la pandémie-confinement dément

Une année de cauchemar dans le contexte de la pandémie-confinement dément

18/05/2021 (2021-05-18)

[Source : les 7 du quebec]

Par le professeur  Lourdes Cerol Bandeira  (Portugal)

Traduit par Luis Júdice.
Source: https://lourdescerolbandeira.eu/um-ano-pesadelo-bastidores-pandemia

 This article is available in portuguese on this blogue: 
https://queonossosilencionaomateinocentes.blogspot.com/2021/05/um-ano-de-pesadelo-e-os-bastidores-da.html

Aujourd’hui, nous partageons cet article du Drª Lourdes Cerol Bandeira, une prestigieuse médecin portugais, cardiologue, spécialiste en médecine de catastrophe, un article qui a été publié sur son blog, dont le lien est disponible ici : 
https://lourdescerolbandeira.eu/


Depuis mars / 2020, nous avons vécu le pire cauchemar de notre vie! Peur, destruction économique, privation de nos droits, libertés et garanties, dont le pire est la privation du droit au travail! Est-ce que ça valait le coup ?? Je vous laisse la question, chacun aura sa propre réponse en fonction de tout ce qu’il a vécu.

Depuis février / 2020, la peur est largement diffusée par les médias, les chiffres crachés quotidiennement par la DGS ont envahi nos maisons, notre tranquillité, notre paix.

Les enfants étaient accusés d’avoir infecté leurs parents et grands-parents, entraînant un terrible sentiment de culpabilité et de remords si l’un d’entre eux tombait malade. Les enseignants avaient peur d’être infectés par des enfants considérés comme très dangereux parce qu’ils ne développent pas les symptômes de la maladie considérée comme terrible, innocents « coupables » d’avoir transmis l’infection.

Les expressions d’affection et d’amitié étaient considérées comme promiscuité et les câlins et les baisers disparaissaient, privant les personnes âgées, dont beaucoup souffraient déjà d’un certain degré de démence sénile, du seul sentiment de confort qu’est le baiser et l’étreinte de leurs proches. Privés de cette manifestation d’amour dans la vie, ils étaient aussi isolés sur leur lit de mort, mourant sans affection, sans un mot d’amitié pour les réconforter. Ceux qui sont restés se souviendront à jamais de l’amertume de savoir que leurs proches ont affronté seuls les derniers jours de la vie, sans un geste d’amour, entourés d’êtres sans visage, sans sourire, vêtus de combinaisons de plongée comme s’ils étaient sur une autre planète.

Pourquoi? Que s’est-il passé?

Un virus! Parmi tant de milliers de virus, est apparu dont les formes les plus sévères de la maladie qu’il provoquait consistaient en des pneumonies étendues qui ne respectaient pas les limites des lobes pulmonaires et entraînaient la mort, en particulier les plus âgés et les plus fragiles.

Quelqu’un (Drosten & Col.) a rapidement décidé de développer un protocole (voir ICI) afin que le matériel génétique de ce virus soit rapidement identifié et les porteurs détectés pour briser les chaînes de transmission (présenté à Eurosurveillance le 21, accepté le 22 et publié le 23/01/2020). Rapidement, sans consultation des scientifiques du monde entier, dans les 72 heures, l’OMS a fait de ce protocole l’une de ses directives, l’amenant à être appliqué dans tous les pays. Mais le protocole contenait d’énormes erreurs, des erreurs qui ont conduit à l’identification de nombreux faux positifs!

  1. A partir des « primers (amorces) » (fragments de l’ARN viral qui servent de modèle pour la détection de fragments équivalents dans le matériel collecté par l’écouvillon) qui n’ont pas été obtenus à partir du séquençage du génome viral mais qui ont été conçus dans un ordinateur similaire à un autre virus de la même famille, SARS-COV-1.
  2. Le nombre de ces « primers »  (amorces) contenues dans le protocole était excessif et pouvait les amener à réagir les unes aux autres et à générer autant de faux positifs.
  3. Et le nombre exagéré de cycles d’amplification (50 cycles) qui a également contribué à davantage de faux positifs.

Sans une explication plausible pour autant de positifs sans aucun symptôme de maladie, la notion de «infecté asymptomatique» terriblement dangereux a été créée, qui serait à blâmer pour maintenir les chaînes de transmission et tuer nos personnes âgées (je ne veux pas dire que les personnes asymptomatiques n’existent pas! bien sûr il y en a, mais dans le cadre d’une phase pré-symptomatique d’une durée d’environ 24-72h qui est suivie de l’apparition de symptômes et dans un faible pourcentage, jamais à plus de 50% comme cela s’est produit). Ce n’étaient pas seulement les enfants qui étaient à blâmer, mais aussi les adultes en bonne santé qui étaient positifs aux tests bidon! Ces gens ont été confinés, ainsi que tous ceux qui, même négatifs, les avaient contactés. Les bars, clubs, restaurants, coiffeurs, centres commerciaux, etc. ont été fermés. etc. conduisant à la destruction des «moyens de subsistance» d’innombrables familles, en particulier de la classe moyenne et des travailleurs alors que les grandes entreprises continuaient à fonctionner … les autorités médicales et politiques  ont même tenté de convaincre la population que les moyens de transport n’étaient pas une source de transmission mais plutôt la famille !!! Une absurdité ridicule à crier au ciel !!!!

L’OMS a ordonné «test, test, test PCR» et les laboratoires se sont organisés pour fabriquer des tests en nombre suffisant pour fournir les quantités exorbitantes qui étaient requises et qui sont produites chaque jour dans le monde et dans notre pays en particulier. Les machines ont été changées pour que ce test puisse être automatisé, plus rapide, augmentant encore plus le nombre de faux positifs, mais selon ce qu’ils ont dit, cela n’avait pas d’importance car l’essentiel était de détecter les positifs, qu’ils soient faux ou vrais (sic).

De plus, selon la directive de l’OMS, la cause du décès n’avait pas d’importance, le cadavre serait testé et s’il était positif (faux ou vrai, peu importe), il serait compté comme «décès avec Covid» (voir ICI et ICI ) . Ainsi, un nombre substantiel de décès « provenait faussement de cette terrible maladie ». Les populations, sans formation sur le sujet, ce qui est logique, ont paniqué devant le décompte de tant de positifs et de tant de morts. Pour mettre davantage en évidence ces chiffres, les chiffres «cumulés» ont toujours été présentés, c’est-à-dire la somme depuis le premier jour de la pandémie, de sorte que, même en été lorsque l’incidence a chuté de façon spectaculaire, ces chiffres ont continué à augmenter. Les gens crédules dans les médias n’ont pas compris …

C’était encore l’été et ils annonçaient déjà les 2e, 3e et peut-être 4e vagues. Il est évident qu’au moment de la grippe, nous aurions des problèmes, comme nous en avons toujours, d’ailleurs. Nous avons toujours eu des hôpitaux en panne, avec des lits dans les couloirs et des salles pleins au moment de la grippe … Avec de nouvelles machines et des tests plus rapides, mais plus inexacts (comme les anciens disent « vite et bien il n’y a personne » ), ils ont porté les tests quotidiens d’environ 15 à 18 mille en septembre à quelque 40 mille donnant lieu à la 2ème vague ainsi annoncée, puisque le% de positivité n’a augmenté que fin octobre lorsque les cas cliniques de grippe ont commencé à être interprétés comme Covid en raison de la positivité du test.

Les équipes de surveillance de la grippe ont été dirigées vers Covid, non seulement dans notre pays mais dans le monde entier, et la grippe a «disparu» car elle n’était plus détectée. En fait, tous les bulletins contiennent ce paragraphe:

« The COVID-19 pandemic has affected healthcare seeking behaviours, healthcare provision, and testing practices and capacities in countries and areas of the European Region, which have negatively impacted on the reporting of influenza epidemiologic and virologic data during the 2020-2021 season. Due to the COVID-19 pandemic, the influenza data we present will need to be interpreted with caution, notably in terms of seasonal patterns. »,

Autrement dit, la grippe n’est plus déclarée et testée en raison d’un manque de ressources humaines et de laboratoire. Cependant, l’idée s’est répandue que la grippe a disparu … ils ont convaincu la population que la grippe «a pris fin», comme si une pathologie endémique pouvait se terminer soudainement grâce au travail et à la grâce d’une divinité. Et les gens ont cru, une fois de plus. Les décès dus à la grippe ont été comptés comme Covid sur la base d’un test positif et ainsi la 3ème vague a été créée, les tests étant passés d’environ 40 000 à plus de 76 000 par jour !! Plus de terreur, plus de confinement, plus de destruction économique, plus de précarité dans les familles … les écoles ont été fermées et les enfants ont été privés non seulement d’éducation mais aussi de vivre avec leurs amis. Les aires de jeux étaient fermées, les bancs des jardins scellés pour que personne ne puisse s’y reposer !! Coincés à la maison pour ne pas être infectés les uns par les autres!!

Mais le pire des scénarios était que les rendez-vous médicaux de routine étaient annulés, les chirurgies programmées étaient annulées, ce qui avec le temps devenait urgent et des urgences conduisant les patients à l’hôpital trop tard. Les patients chroniques sont devenus déséquilibrés, la peur d’aller dans un hôpital s’est étendue, les centres de santé ne pouvaient pas s’occuper des patients surchargés qui étaient avec les patients pandémiques, avec les tests en nombre exorbitant, avec le contrôle téléphonique des milliers de soi-disant  positifs qui étaient à la maison. Au fil des mois, les décès dus au manque d’assistance en temps voulu, en raison du manque de dépistage, à savoir le cancer, ont considérablement augmenté un taux de mortalité déjà élevé pendant la saison grippale aggravée par les effets du SARS-COV-2.

Cependant, que s’est-il passé dans les coulisses ??? Quelles “vérités” n’ont pas été dites par ces média payés pour semer la peur parmi les populations ???

Alertées sur les erreurs de ce protocole PCR, diffusées par l’OMS, plusieurs équipes ont commencé à travailler pour pouvoir mettre en évidence ces erreurs. Les premiers étaient des Canadiens (voir ICI) qui ont prouvé que le nombre de cycles ne devait pas dépasser 25 car après cette limite, «cycle threshold», les chances d’identifier des virus en culture cellulaire étaient très faibles et diminuaient de 32% pour chaque cycle au-dessus de 25.

Cet ouvrage a été publié en mai / 2020 et a fait l’objet de référence (référence n ° 37) dans la note scientifique de l’OMS du 07-07-2020 (voir ICI). Par conséquent, depuis mai, on savait que le protocole contenait des erreurs de pagayage. En fait, il était connu depuis le début, car ceux qui ont étudié la biologie moléculaire ont immédiatement vu qu’il y avait des erreurs. Ne me dites pas le contraire ou les universités, spécialités, doctorats, etc., etc., etc. sont remis en cause. Même sachant cela, ils ont continué à insister sur les tests, sur les « asymptomatiques » si dangereux (sic), ils ont continué à détruire les mini, petites et moyennes entreprises, les empêchant de travailler, fermant leurs portes, détruisant les familles, empêchant l’éducation de nos enfants.

Les scientifiques n’ont pas été entendus, les lauréats du prix Nobel ont été considérés comme idiots et séniles et la fièvre «test, test, test bidon» s’est poursuivie.

Fin novembre / 2020, un groupe de scientifiques de différentes nationalités s’est réuni et a déposé une plainte auprès d’Eurosurveillance demandant que le travail de Drosten & Col. soit supprimé, présentant au moins 10 erreurs très graves dans les travaux qui ont donné lieu au protocole ( voir ICI). La réponse d’Eurosurveillance a été promise fin janvier. Cependant, voyant la situation démasquée, l‘OMS a rapidement tenté une sortie en douceur et a présenté une déclaration le 14 décembre dans laquelle elle disait:

« Users of RT-PCR reagents should read the IFU carefully to determine if manual adjustment of the PCR positivity threshold is necessary to account for any background noise which may lead to a specimen with a high cycle threshold (Ct) value result being interpreted as a positive result. »

Cette déclaration a été retirée et remplacée par celle du 20/01/2021 (voir ICI), très peu de temps avant la décision d’Eurosurveillance, afin de rappeler ce qu’elle avait dit en décembre, tentant de « sauver sa peau ». Eurosurveillance a répondu (voir ICI), après pas mal de « blablabla » et finit par dire plus ou moins ça « oui, mais c’était très tôt dans la pandémie, il n’y avait pas encore assez d’études … un moyen de détection était urgent … blabla … nous ne voyons pas la nécessité de supprimer la directive ». Comme si le manque de connaissances solides pouvait justifier un mauvais protocole, un mauvais moyen de détection, répandu dans le monde entier par une organisation en qui les autorités sanitaires de chaque pays faisaient confiance, l’OMS.

Pendant ce temps, la lutte internationale s’est poursuivie et continue, un méga processus est en préparation pour présentation à la Cour internationale pour crimes contre l’humanité. Les gouvernements se sont compromis … Je ne peux parler que des nôtres … la 3ème vague a rapidement décliné. Jamais une courbe épidémique n’a baissé si vite, le nombre de tests a considérablement diminué. Maintenant, venez nous parler du nombre de cycles … du seuil (cycle threshold) de cycle, comme s’ils venaient de se réveiller, pauvres « innocents », suivis des directives … maintenant le seuil de cycle (cycle threshold) est de 35 … disons … MAIS pour le séquençage et les études scientifiques n’acceptent que les écouvillons positifs de moins de 25 cycles … car, quand il s’agit de travailler sérieusement le Cycle thresold est de 25 (voir ICI). Et c’est le point de la situation dans laquelle nous nous trouvons:

Une population terrifiée qui ne peut surmonter la peur, des gens qui portent des masques et même des masques 2 et 3 épaisseurs  superposés lorsqu’ils marchent seuls dans la rue, pensant peut-être que l’air est contaminé, des insultes, de l’animosité, pour ne pas dire de la haine, envers des gens qui pensent de manière différente . La liberté d’expression a disparu, il n’y a que le discours officiel et nous sommes obligés de le suivre sous peine de ségrégation … adieu la démocratie !!

Tout cela repose sur un seul pilier, un TEST qui n’a JAMAIS été capable d’indiquer qu’une personne est infectée et malade! Un test qui n’est capable de détecter qu’un minuscule fragment d’une immense chaîne génomique, un fragment qui ne fait pas nécessairement partie d’une chaîne virale complète et viable, capable de se transmettre et de provoquer des maladies, et qui peut simplement être un déchet viral.

Le virus, comme toute sa famille (Coronas), a subi de nombreuses mutations, presque toutes de moins en moins virulentes mais avec une plus grande transmissibilité (généralement la gravité de la maladie causée est moindre, dans les virus les plus facilement transmissibles). Cependant, une mutation survenue au Royaume-Uni a fait à nouveau s’alarmer le Monde qui entrait déjà dans le calme de la routine … La mutation brésilienne a également été mise en évidence chez les autres. Plus sud-africain. Toutes les centaines de mutations précédentes ont été oubliées, elles ne méritaient pas de pertinence, l’actualité était centrée sur les chiffres jusqu’à ce que dernièrement les gens, fatigués, arrêtent de les regarder. Un autre motif d’intérêt devait apparaître: des mutations ou des variantes (un mot qui a plus de poids que «mutation»)! Dès le début, on sait que les mutations qui émergent en Europe sont différentes de celles qui émergent en Asie, en Amérique du Nord ou en Amérique du Sud. Le virus de la grippe subit également de nombreuses mutations, si nombreuses que chaque année le vaccin doit être corrigé pour la nouvelle mutation.

Il me reste à parler du vaccin contre Covid-19. Les essais cliniques devaient durer jusqu’en 2022 pour l’obtention d’une licence FDA. Avec cet essai clinique à grande échelle, cette licence sera peut-être obtenue plus tard cet été 2021. Cela signifie qu’un vaccin sans licence est administré, dont les effets secondaires à moyen et long terme sont inconnus, dont l’immunité n’est pas connue pendant combien de temps il dure et dont l’efficacité pour de nouvelles mutations ou variantes est remise en question. Des populations entières convaincues de son efficacité sont des cobayes «involontaires» pour cet essai clinique en vue de l’autorisation rapide de la FDA … on parle déjà de certificats de vaccination ou de «passeports». Imaginez que vous ne savez même pas combien de temps dure l’immunité, que vous ne savez même pas si elle sera efficace pour chaque nouvelle mutation! C’est comme exiger un certificat de vaccination contre la grippe!!

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments