Un mauvais pronostic pour le colonialisme anglo-saxon

03/01/2024 (2024-01-03)

[Source : lesakerfrancophone.fr]

Par Dmitry Orlov – Le 24 décembre 2023 — Source Club Orlov

Le colonialisme anglo-saxon a connu plusieurs itérations, chacune impliquant un type de piraterie différent. Dans sa forme initiale, il s’agissait de violer et de piller les navires en mer (les galions espagnols en particulier) et les communautés côtières, souvent par l’intermédiaire de corsaires — un euphémisme pour désigner les pirates officiellement sanctionnés. Dans sa forme intermédiaire, elle impliquait l’occupation, principalement de communautés côtières, la nomination d’un gouverneur et le stationnement de troupes, l’objectif global de l’entreprise, c’est-à-dire la piraterie, restant intact : l’extraction de richesses, mais avec l’avantage supplémentaire de maintenir des monopoles de marché pour les industries nationales dans le centre impérial. Divers mouvements de libération nationale au cours du XXe siècle ont mis fin à ce type de piraterie, et les industries nationales, pour rester rentables, ont été contraintes de délocaliser leur production, se passant de la plupart des types d’exportations physiques (à l’exception des armes, des marchandises et des déchets) en faveur des services, principalement financiers — un euphémisme pour divers types d’usure et d’extorsion.

Au lieu d’un contrôle colonial pur et simple, c’est un système plutôt raffiné de contrôle politique, financier, militaire et logistique qui a vu le jour :

Le contrôle politique a été exercé par l’utilisation de diverses technologies politiques déployées sous le couvert de la libre entreprise et de la démocratie. Par exemple, lorsqu’il s’est avéré récemment que l’Argentine n’était plus solvable en tant qu’entité souveraine, un certain Xavier Milei a été propulsé sur la scène dans le but exprès de fermer les services sociaux de l’Argentine et de démanteler et d’exproprier sa richesse publique. Les technologies politiques sont si efficaces que les Argentins ont élu Milei, comme autant de vaches volontaires pour être mangées !

Au lieu d’envoyer un gouverneur pour gouverner une colonie, il est désormais possible de déployer des talents locaux, formés dans des endroits tels que la Kennedy School of Government. Ces talents locaux sont choisis pour leur niveau élevé de sociopathie, leur manque d’empathie et leur facilité de manipulation. Il leur est généralement demandé de conserver leurs richesses au centre impérial et d’envoyer leurs enfants dans les écoles impériales, ce qui consolide le contrôle impérial sur leur comportement. Ils sont d’abord séduits par les histoires sur le caractère sacré de la propriété privée, avant d’apprendre que leur propriété peut leur être retirée instantanément s’ils se conduisent mal.

Par exemple, les parents de Vladimir Zelensky — la figure de proue théorique de l’ancienne Ukraine — se trouvent en Israël (une possession impériale) et sa femme et ses enfants passent du temps à Londres (un centre impérial). Cela rend Zelensky docile, complaisant et prêt à envoyer les Ukrainiens se faire massacrer jusqu’au dernier vieillard invalide. Mais c’est là que réside le danger : à un moment donné, la population locale se rend compte que son chef est un traître et le tue avant qu’il n’ait une chance de s’échapper.

Il y a eu un défilé constant de ces non-spécialistes sociopathes comme candidats à des postes de haut niveau. Certains d’entre eux n’ont jamais atteint les plus hautes fonctions : Svetlana Tikhanovskaya, du Belarus, et Juan Guaidó, du Venezuela, croupissent aujourd’hui dans l’oubli. Dans d’autres cas, le pari a réussi : la Roumaine Maia Sandu est en train de détruire la Moldavie et le stagiaire de Soros, Nikol Pashinyan, fait de même avec l’Arménie. Et un succès vraiment éclatant a été obtenu en Allemagne, où le Bundeskanzler est un modeste Bürgermeister, la ministre des Affaires étrangères est une gymnaste et le ministre de l’Économie est un auteur de livres pour enfants : un tiercé de cancres.

Ces technologies politiques peuvent encore fonctionner, mais il y a un problème : l’image de l’Amérique, et de l’Occident avec elle, comme une ville brillante sur une colline, un phare de la liberté et de la démocratie, le seul pourvoyeur du rêve américain et un puissant rempart contre la dictature et le despotisme — toute cette marque politique occidentale — est sérieusement ternie et n’est plus en mesure de projeter une image positive d’elle-même. Tout le monde voit désormais l’Occident pour ce qu’il est : une corporatocratie corrompue et une oligarchie dont les chefs d’État, très impopulaires et souvent non élus, sont redevables d’intérêts étrangers et transnationaux et n’ont aucune capacité à définir, et encore moins à faire respecter, les intérêts nationaux des nations dont ils ont la charge.

Et puis il y a les éléments carrément toxiques de la culture politique occidentale contemporaine : Le marxisme culturel et la folie LGBT. Le marxisme culturel tente de diviser la société en oppresseurs (essentiellement les hommes blancs) et en opprimés (à peu près tous les autres). L’objectif de la justice sociale est d’arrêter (et d’inverser) l’oppression. Mais la plupart des gens dans le monde considèrent que des éléments du dogme marxiste culturel tels que « les opprimés ne peuvent pas être aussi les oppresseurs », par exemple « les Noirs ne peuvent pas être racistes », sont de pures absurdités et les rejettent d’emblée. Il en va de même pour les LGBT : la majeure partie de la planète est socialement conservatrice et rejette catégoriquement la notion de genre, préférant s’en tenir au sexe à l’ancienne. Ils savent a priori que les animaux ont trois sexes — mâle, femelle et castré — et n’admettent aucun argument contraire.

Dmitry Orlov
Soutenez ses efforts sur https://boosty.to/cluborlov.

image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

S’abonner à la discussion
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires