Nous tuer en douceur

17/06/2023 (2023-06-17)

[Source : off-guardian.org]

Par Todd Hayen

Depuis un certain temps, nous sommes exposés à une myriade de tueurs silencieux. Il s’agit des assassins subtils du corps physique et de l’esprit.

J’avais l’habitude de penser que la plupart de ces tueurs n’étaient pas intentionnels et qu’ils étaient simplement le résultat de l’ignorance ou d’une compréhension inexistante du monde non matériel de l’esprit. Je pensais également que la science était plutôt inapte à détecter les changements subtils d’émotions, comme la dépression ou le fait de « ne pas se sentir bien ». Toutes ces « mesures » étaient tout simplement trop nuancées pour être prises en compte dans leurs calculs.

Aujourd’hui, je pense qu’une grande partie de ce dont je parle est intentionnelle. Nous sommes intentionnellement éliminés ou, à tout le moins, intentionnellement rendus malades. L’humanité est délibérément assassinée.

C’est une hypothèse plutôt radicale, n’est-ce pas ? Mettons-la de côté pour l’instant si cela vous dérange. Je peux avancer de bons arguments même si vous n’êtes pas prêt à accepter cette notion extrême. Et, comme l’éminent psychiatre suisse Carl Jung le disait souvent à ses patients, « Je peux me tromper ».

Il y a beaucoup de choses évidentes dans le monde qui nous tuent en douceur… et pas toutes en douceur. La pollution en est une importante : l’air que nous respirons et l’eau que nous buvons sont toxiques, et probablement plus toxiques que ce que l’on veut bien nous faire croire (c’est la partie « en douceur »). Ensuite, sur la liste des produits toxiques, il y a la plupart des aliments que nous mangeons, le plus évident étant la restauration rapide, le moins évident étant les aliments transformés, et le coupable le plus discret étant les OGM. Il existe également d’autres « tueurs évidents », mais je n’ai pas la place de les inclure tous.

Parmi les éléments moins évidents, qui peuvent poser problème à certains d’entre vous, il y a des choses comme la 5G et, en fait, toute pollution par les CEM [champs électromagnétiques], y compris les ondes radio. La plupart des médicaments sont toxiques, les médecins eux-mêmes peuvent être très toxiques et coupables de nous tuer en douceur, même si je parierais que la plupart d’entre eux le font involontairement (combien de fois avez-vous lu des statistiques selon lesquelles les « décès dus aux médecins, aux hôpitaux et aux produits pharmaceutiques » se classent parmi les cinq premières causes de mortalité dans le monde ?) Il y a tellement de choses sur cette liste qu’il faudrait des volumes pour les présenter toutes.

En fait, je ne serais pas surpris que chaque chose que nous rencontrons chaque jour soit chimiquement toxique d’une manière ou d’une autre (ce qui signifie qu’elle est responsable de la destruction des tissus de notre corps physique). C’est amusant.

Je pense que beaucoup de gens ne sont pas vraiment conscients de la plupart de ces choses, ou pensent que les dommages qu’ils peuvent infliger sont si minimes qu’ils ne représentent pas grand-chose. Comme on dit, les choses s’accumulent.

Encore une fois, il s’agit de choses dont la plupart des gens ont au moins entendu dire qu’elles pouvaient être mauvaises. La plupart d’entre eux, encore une fois, pensent probablement que les pouvoirs en place n’autoriseraient pas la diffusion de choses qui pourraient vraiment nous nuire. Je veux dire, vraiment, il y a tellement d’agences gouvernementales qui réglementent ces choses et font tout ce qu’elles peuvent pour nous empêcher de nuire. Hum ! Hum ! Vraiment ? Comme je l’ai déjà dit, si vous croyez cela, j’ai une propriété en bord de mer au Nevada que je vous vendrai à bas prix. Ou est-ce le Kansas ?

Nous avons tous vu des films comme Erin Brockovich (2000) et Dark Waters (2019) qui montrent l’héroïsme d’individus luttant contre les grands méchants pollueurs et gagnant des millions de dollars pour leurs victimes. C’est très bien, il faut leur rendre hommage. Mais les méchants de ces films sont pour la plupart quelques niveaux en dessous des vrais coupables. Bien sûr, il y a des entreprises maléfiques et des PDG qui les dirigent. Ils font en effet partie du programme. Mais là encore, je ne m’étendrai pas sur le sujet.

Certains des plus grands tueurs en douceur sont les tueurs de la santé mentale, ainsi que les médicaments qui les accompagnent. Je mettrais également dans ce groupe les CEM tueurs mentionnés plus haut, et peut-être même certains polluants qui s’attaquent à notre esprit plutôt qu’à notre corps — personne n’y prête beaucoup d’attention — ainsi qu’aux effets subtils sur la personnalité, la cognition, etc. Par exemple, la plupart des discussions sur les effets néfastes des vaccins Covid portent sur la façon dont ils nous blessent physiquement. On entend peu parler des effets qu’ils peuvent avoir sur le cerveau (autres que physiques), la personnalité ou l’esprit. Oh ! mon Dieu, non ! Rien de tout cela — ce n’est pas important.

Les êtres humains sont des biosystèmes assez subtils, et il ne s’agit là que de notre partie physique. La partie mentale/émotionnelle est également très subtile, et la partie spirituelle est si subtile qu’elle est totalement ignorée. Même les deux premières, physique et mentale, sont largement ignorées. La seule partie à laquelle on accorde un peu d’attention est la partie émergée de l’iceberg. La majorité de ces systèmes se trouvent sous le niveau de la conscience brute, mais ces niveaux cachés ont plus d’influence sur le bien-être de la personne que la partie relativement petite de l’iceberg qui fait l’objet de toute l’attention.

Permettez-moi d’être un peu plus clair.

La médecine moderne est essentiellement une science des statistiques. La majorité règne ici, le milieu de la courbe en cloche [la courbe de Gauss1] est ce qui est pris en considération. Presque toutes les affirmations médicales sont exprimées en pourcentage. Quel pourcentage survivra à un cancer, à une maladie ou à une modalité de traitement ? Quel pourcentage sera encore en vie dans 5 ans, quel pourcentage souffrira d’effets secondaires, et ainsi de suite ? On accorde très peu d’attention aux valeurs aberrantes. En fait, certains effets secondaires se situent tellement en deçà d’une statistique pertinente qu’ils sont complètement ignorés ; pourtant, ces effets secondaires ignorés pourraient avoir un impact énorme sur la qualité de vie.

Voici un exemple : j’ai des dizaines de clients qui viennent me voir pour se plaindre d’une dépression. La plupart d’entre eux ne sont pas suicidaires ; ils ont simplement ce qu’ils définissent comme une vie de merde. Leur vie n’est tout simplement pas celle qu’ils avaient imaginée. Peut-être ne savent-ils même pas qu’ils sont déprimés, mais après une évaluation plus approfondie, il semble évident qu’ils ne sont tout simplement pas capables d’être pleinement heureux, motivés, curieux de la vie, ou même intéressés par la vie.

Ces patients ne présentent aucun des traumatismes typiques qui peuvent provoquer de telles plaintes. De quoi s’agit-il alors ? L’environnement (je ne parle pas du changement climatique) ? Oui. La culture ? Oui. La décadence et l’immoralité de la société ? Oui. La nourriture qu’ils mangent ? Oui. Les médicaments en vente libre qu’ils prennent ? Oui. Les médicaments sur ordonnance qu’ils prennent ? Oui, sans aucun doute.

Toutes ces choses les tuent — certaines de manière évidente, mais les vrais dangers sont les choses qui les tuent en douceur [ou « à petit feu »] — les choses dont on nous dit qu’elles ne sont pas importantes.

La médecine moderne considère qu’aucune de ces choses n’a une influence suffisamment importante sur le corps, l’esprit ou l’âme (ce à quoi aucun médecin ne prête évidemment attention) pour être dangereuse. Si, en tant qu’êtres humains, nous nous situons au-dessus d’un certain seuil de plaintes et d’affections, nous sommes considérés comme « normaux » et les plaintes et affections qui se situent en deçà de ce seuil ne sont pas statistiquement pertinentes. Mais elles s’additionnent.

Nous mourons alors plus jeunes que nous le devrions. Nous nous affaiblissons plus tôt que nous ne le devrions. Et même si notre corps peut continuer à fonctionner physiquement grâce aux miracles de la médecine moderne, nous sommes morts à l’intérieur, avec une âme empoisonnée, ainsi qu’avec un corps et un cerveau qui fonctionnent à peine, mais suffisamment pour que la plupart des gens pensent que c’est suffisant.

Vivre une vie qui a un sens et un but est en fait plus important que de vivre une vie avec un corps en pleine santé — et nous n’avons ni l’un ni l’autre dans le monde actuel. Nos âmes sont lentement tuées par une culture dépourvue de sens et axée sur le matériel, où le consumérisme est le nom du jeu de la vie. Je n’ai pas besoin d’énumérer les problèmes présents dans cette culture qui tue l’âme, mais à la tête de cette mort lente se trouve le mouvement vers le transhumanisme et la création délibérée d’un monde sans fondement moral.

Le corps physique est également tué en douceur par tous les agents toxiques susmentionnés auxquels nous sommes exposés jour après jour. La plupart d’entre eux sont lents et doux, et opèrent sans entrave sous le radar de la plupart des gens — et certainement sous le radar de ceux qui devraient surveiller de telles choses.

Est-ce intentionnel ? Sommes-nous soumis à ce lent génocide dans le cadre de l’effort eugénique mondial visant à débarrasser le monde des mangeurs inutiles ? Ou, plus horrible encore, à débarrasser le monde de tous les humains qui sont créés à l’image de Dieu, ainsi que de la nature elle-même ? Un programme qui apparaît clairement dans le tome de C.S. Lewis, That Hideous Strength [Cette force hideuse], ainsi que dans les œuvres de nombreux autres auteurs tels que George Orwell et Aldous Huxley.

Il est probable que tout ce que j’ai mentionné ici n’a pas été réalisé dans le cadre de cette funeste intention. Mais je suis prêt à parier que c’est en grande partie le cas (voir les travaux de David Icke). Il se peut que ce soit devenu la nature de la bête de créer une culture qui, dans son orgueil athée, ignore les subtilités de la vie et de l’existence.

La plupart des exemples toxiques que j’ai présentés ici sont le fruit d’une omission — par exemple, en omettant toute forme de diligence pour éviter leurs effets toxiques, ou en supprimant complètement les choses qui tombent dans les résolutions matérielles inférieures de notre expérience, les rendant statistiquement non pertinentes — si vous ne pouvez pas le voir clairement, alors ignorez-le simplement. De toute évidence, tout ce qui est « invisible », comme l’amour, la beauté, l’art, Dieu, l’unité et l’essence de la vie, est complètement et presque sauvagement ignoré. Tel est notre monde — une humanité qui se meurt tranquillement et doucement.


(1)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fonction_gaussienne

image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

S’abonner à la discussion
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires