Non au pass sanitaire et à l’obligation des pseudos-vaccins anti-covid19

Non au pass sanitaire et à l’obligation des pseudos-vaccins anti-covid19

06/09/2021 (2021-07-17)

Par Gérard Delépine

Le pass sanitaire totalement inefficace sur l’épidémie[1] est gravement attentatoire aux libertés fondamentales. Il crée une ségrégation inacceptable et constitue un chantage brutal pour imposer une injection expérimentale.

Défendons les soignants qui savent mieux que nos politiques, leurs journalistes aux ordres ou leurs experts corrompus que vous entendez tous les jours à la télé si les pseudos vaccins sont efficaces et sans danger.

Les soignants ne sont pas des antivax ; ils ont été les premiers à se faire vacciner et aussi les premiers à en subir les effets secondaires. Si les résultats réels des vaccins étaient ceux que le gouvernement et les médias prétendent, les soignants continueraient à se précipiter pour se faire vacciner. S’ils refusent, c’est qu’ils sont mieux informés des complications post vaccinales (y compris les décès dont un interne en médecine, nantais, sportif, en parfaite santé avant la vaccination et qui n’avait aucun bénéfice personnel à espérer du pseudo vaccin), et de la disparition actuelle de la maladie dans les cabinets médicaux.

et dans les hôpitaux :

Si les menaces des mesures de Macron étaient appliquées, elles aggraveraient le manque de personnel dont on a tant besoin pour faire face aux besoins de santé accrus après la désorganisation hospitalière aggravée, non pas par l’épidémie Covid, mais par les mesures prétendument sanitaires du premier confinement (entre autres le plan blanc et les suppressions de lits malgré l’épidémie) constatées récemment par le canard enchaîné. De nombreux soignants ont déjà démissionné et demandé leur affectation en Suisse ou en Belgique où les salaires sont plus élevés. D’ autres attendent quelques semaines l’évolution de la situation, mais par exemple 40 % du personnel de réanimation de l’hôpital Lariboisière à paris a décidé de démissionner en groupe si le couteau leur est mis sous la gorge en septembre.

Et après les soignants et les autres professions déjà menacées, ils s’attaqueront à vous.

Méditez le poème du pasteur Martin Niemöller prisonnier personnel de Hitler sur la lâcheté de la population au moment de l’ascension des nazis « Quand les nazis sont venus chercher les communistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas communiste. Quand ils ont enfermé les sociaux-démocrates, je n’ai rien dit, je n’étais pas social-démocrate. Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas syndicaliste. Quand ils sont venus me chercher, il ne restait plus personne pour protester. »

C’est maintenant qu’il faut arrêter le fascisme sanitaire en marche !

Ce qu’on veut vous injecter n’est pas des vaccins : ça ne contient aucun antigène, mais une protéine (ARN messager) ou des virus non humains génétiquement modifiés ; ce sont des médicaments à visée préventive.

Leur création repose sur une technique jamais utilisée chez l’homme sauf pour dans un essai de traitement des maladies génétiques qui a été interrompu, car il causait des leucémies.

Ils sont expérimentaux Les essais phase 3 ne sont pas terminés ; leurs résultats définitifs ne serontévalués qu’en 2023

Ils ne vous protègent pas de la maladie ni d’en mourir. La Grande-Bretagne et Israël sont actuellement confrontés à une croissance exponentielle du variant delta

et près de la moitié des morts Covid actuels ont reçu deux injections.

Ils ne protègent pas vos contacts.

Le dernier exemple démonstratif est celui le porte-avions britannique HMS Queen Elizabeth où une épidémie de plus de 100 cas atteint les marins qui ont tous reçu leurs deux doses il y a plus de 3 mois.

Cette obligation est totalement illogique. Si vous croyez que ces injections vous protègent, vaccinez-vous, mais vous n’aurez alors aucune raison d’avoir peur des autres et de leur imposer un pass ou une injection expérimentale.

Et si vous avez des doutes sur l’efficacité de ces injections, vous devez vous méfier tout autant des vaccinés que des non-vaccinés et n’avez aucune raison d’imposer aux autres une injection expérimentale qui ne vous protégera pas.

Pour protéger vos enfants et tous ceux qui ont moins de 65 ans qui risquent beaucoup plus du vaccin que du Covid, dites non à ces mesures injustifiées totalement discriminatoires que personne n’avait osé proposer au plus fort de l’épidémie de Sida.

Dites non au fascisme vaccinal ! Manifestez pour vos libertés si durement conquises par nos ancêtres. Joignez vos députés et sénateurs en urgence, car le gouvernement a modifié le calendrier parlementaire et veut faire passer sa loi liberticide en quelques jours. Montrez-leur les vrais chiffres de l’épidémie et la totale disproportion entre une menace virtuelle (une simulation !) et des mesures gravement attentatoires aux droits fondamentaux et que personne au monde (à part deux théocraties islamiques) n’a jusqu’ici appliquées. N’hésitez jamais à rappeler aux élus, et à tous les citoyens qu’il existe des traitements précoces efficaces et sans danger.

Espérons que les fortes manifestations du samedi 17 juillet, dans de très nombreuses villes de France réunissant tous les Français vaccinés ou non, mais hostiles à l’apartheid hygiéniste et les sollicitations multiples des députés et sénateurs par les citoyens de tous bords attachés à la liberté, influenceront nos gouvernants et les conduiront à abandonner le pass sanitaire partout, comme Boris Johnson l’a fait début juillet après la manifestation monstre de Londres. Emmanuel Macron sera-t-il plus royaliste que les Anglais ?

  1. [1] Israël et la Grande-Bretagne l’ont abandonné[]
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments