L’identité réappropriée mène à l’empathie globale