L’expérience de mort imminente d’un neurologue a révolutionné sa compréhension de la conscience

02/07/2023 (2023-07-02)

[Source : aubedigitale.com]

Le Dr Peter Cummings, neuropathologiste, était convaincu que tout ce qui concernait la conscience, y compris les expériences de mort imminente (EMI), pouvait être expliqué par la science et était ancré dans le cerveau – jusqu’à ce qu’il ait lui-même une EMI.

Cummings était un homme orienté vers la carrière qui réussissait bien dans son travail de médecin et de professeur assistant à la faculté de médecine de l’université de Boston, au département d’anatomie et de neurobiologie.

« À l’époque, c’était vraiment agréable de vivre pour ce genre de choses dans ce monde », a déclaré Cummings dans une vidéo publiée par l’Association internationale pour les études sur la mort imminente (International Association for Near-Death Studies).

Un voyage au Costa Rica pour le 50e anniversaire de sa femme a complètement changé sa vision des choses. Il a alors décidé de faire du rafting en eaux vives avec sa femme et son fils.

Cummings a toujours eu peur de l’eau, sans trop savoir pourquoi. Il s’entraînait souvent à retenir sa respiration, car il pensait que cela lui serait utile un jour.

« Je m’ennuyais beaucoup à l’école et l’une des choses que je faisais, c’était de retenir ma respiration. Je voyais combien de temps je pouvais retenir ma respiration et j’essayais de battre ce record. J’ai toujours pensé qu’un jour, j’aurais besoin de cela », se souvient Cummings.

« Je trouvais toujours des excuses pour ne pas être dans l’eau, parce que j’avais toujours l’impression que j’allais me noyer », a déclaré Cummings.

Il a failli se noyer ce jour-là, au Costa Rica, lorsque le radeau dans lequel il se trouvait avec sa famille s’est retourné. Il a rebondi dans l’eau pendant un moment, avant d’être entraîné par le courant.

« À un moment donné, j’étais en train de me noyer. Et je le savais », a déclaré Cummings.

Il a été surpris de constater à quel point il était calme face à la mort.

« J’ai pensé aux autopsies que j’avais faites sur des personnes qui s’étaient noyées. C’est censé être une façon très paisible de mourir. Et puis je me suis dit : “Mais qu’est-ce qui prend autant de temps ?” »

Au fond de la rivière, Cummings a vécu quelque chose que les neuroscientifiques auraient probablement qualifié d’hallucination.

« À ce moment-là, tout s’est arrêté, j’étais à côté d’un énorme rocher et toutes les bulles s’étaient arrêtées. J’ai déplacé ma main à travers les bulles et elles ont toutes bougé autour de ma main d’une manière très bizarre. Puis il y a eu une lumière éclatante », a-t-il déclaré.

Il a alors ressenti « un incroyable sentiment d’amour ». Il a entendu une voix lui parler.

« Je suis devenu très émotif, non pas parce que c’est bouleversant, mais parce que je me trouvais dans ce moment de beauté. Je savais que ma famille allait s’en sortir. Et la voix m’a dit “ils n’ont pas besoin de toi, ils vont s’en sortir” », se souvient-il.

D’une certaine manière, il savait aussi que sa femme et son fils avaient déjà été sortis de l’eau. Ils allaient vraiment bien.

C’est alors que son cerveau scientifique est entré dans la conversation.

« Vous êtes juste en hypoxie. Retenez votre souffle. Vous devez battre votre record. Et à ce moment-là, la lumière a disparu », a-t-il déclaré.

Cummings a été extirpé de l’eau et, lentement, il s’est dit qu’il devait se détendre pour pouvoir reprendre son souffle. Ce soir-là, à l’hôtel, Cummings, qui a toujours fait attention à son rythme cardiaque, a vérifié sa montre Apple et a constaté que son cœur s’était arrêté pendant qu’il était sous l’eau.

« Je me souviens avoir regardé ma montre Apple, car je suis un peu obsédé par ma santé et mon rythme cardiaque. J’ai regardé mon Apple Watch et j’ai constaté que mon rythme cardiaque n’avait pas été enregistré pendant huit minutes au cours de cette période », a déclaré Cummings.

Les appareils électroniques ne sont pas précis à 100 % et ils enregistrent les battements cardiaques par intervalles, mais Cummings pense que pendant ces huit minutes, il n’y a pas eu de battements cardiaques.

Après cette expérience de mort imminente, Cummings s’est rendu compte que sa vie universitaire intensive ne correspondait plus à ce qu’il voulait.

« Je me suis senti très mal à l’aise dans la poursuite de ma carrière. Ces choses n’étaient plus importantes pour moi. Je dis que j’ai écrit quelques très mauvais romans. Et je ne pouvais m’identifier à aucune de ces choses », a déclaré Cummings.

Sentant que sa vie à Boston ne lui convenait plus, il est retourné avec sa famille dans le Maine, où il a grandi.

Cette expérience a fait de lui un médecin plus réfléchi. En tant que pathologiste, il s’est entretenu avec de nombreux membres de la famille des défunts.

« La première question que l’on m’a toujours posée est la suivante : “Ont-ils souffert ?” En tant que médecin, on répond toujours “Non, bien sûr que non”. Mais j’ai toujours eu l’impression d’être un menteur. Parce que je ne sais pas », a déclaré Cummings.

Et après avoir frôlé la mort, il savait ce que c’était que de mourir.

« J’aimerais pouvoir parler à nouveau à ces personnes et leur dire : “Regardez, c’est magnifique. Même dans ces circonstances horribles, mais les circonstances horribles ne durent qu’une seconde. Le processus qui suit est incroyable. Et il n’y a aucune raison de s’inquiéter” », a déclaré Cummings.

En médecine, la mort est la fin. Mais Cummings estime désormais que la mort n’est pas un sujet dont il faut éviter de parler.

« Nous l’avons rendue tellement stérile et gardée derrière ce rideau. Nous n’avons pas l’occasion de vivre et de célébrer la transformation qui s’opère », a-t-il déclaré.

Après l’incident, Cummings a déclaré qu’il n’avait pas seulement changé son point de vue sur son travail, mais qu’il l’avait aussi « vraiment aidé à comprendre qui j’étais en tant que mari et père, en tant qu’être humain sur la planète ».

Le changement opéré par Cummings après son expérience de mort imminente n’est pas un cas isolé.

Le Dr Bruce Greyson a mené des recherches approfondies sur les expériences de mort imminente (EMI) et ses observations lui ont permis de constater que ces expériences changent souvent en mieux la personne qui les a vécues.

« Le Dr Greyson a suivi des cas pendant des décennies et a constaté que dans environ 95 % des cas, on reste comme si l’EMI venait de se produire », a déclaré Greyson à The Epoch Times en 2015.

« Dans un cas, un homme était alcoolique et maltraitait sa femme. Après une EMI, il est devenu un bon samaritain sur toute la ligne. Il ne buvait pas, il était bon avec sa femme, il aidait les autres. Par exemple, il s’est précipité à la Nouvelle-Orléans pour participer aux efforts déployés à la suite de l’ouragan Katrina », décrit le Dr Greyson.

Traduction de The Epoch Times par Aube Digitale

image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

S’abonner à la discussion
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires