Lettre ouverte à l’Académie de Médecine : « La plaidoirie de la déficience intellectuelle aggravée est la seule à pouvoir vous tirer d’affaire »

[Source : FranceSoir]

Auteur(s): Mehdi Belhaj Kacem, pour FranceSoir

LETTRE OUVERTE — Chères et chers membres de l’Académie Nationale de Médecine,

Votre réputation n’est plus à faire. C’est vous qui avez, il y a déjà plus d’un an, prescrit à la population de remettre son masque entre deux bouchées pendant les repas, ou de ne pas parler dans les transports en commun, derrière les mêmes masques, pour limiter la transmission du virus, et autres conseils frappés au sceau du bon sens et de la rationalité.  Comme le dit un comique génial, récemment censuré sur YouTube, Sébastien Recchia : « Si ces gens sont médecins, moi, je suis spécialiste en fission nucléaire ».

Je ne doute pas une seconde que des expressions comme “conflits d’intérêt” ou “compte en banque offshore” soient totalement absentes de votre vocabulaire, et donc que vous soyez, déontologiquement, au-dessus de tout soupçon.

C’est donc en vertu de votre réputation, de votre compétence et de votre intégrité inattaquables que vous vous êtes fendus, tout récemment, d’un communiqué à l’adresse du personnel enseignant français, en particulier des directrices et directeurs d’école, intitulé sobrement : “Vaccination des enfants de 5-11 ans : ne plus hésiter”. Le menteur compulsif qui nous tient lieu de ministre de la Santé a commencé à prêcher publiquement en ce sens : ça sent, comme on dit, le tir croisé. Pour vous appuyer dans vos louables efforts, vous pouvez d’ores et déjà compter sur le médecin et haut franc-maçon Gilbert Deray (dont le nom évoque étrangement Gilles de Rais…), l’un des plus visibles sur les plateaux télévisés, et aussi l’un des mieux payés par l’industrie pharmaceutique en France ; sa spécialité étant la néphrologie, on peut dire que le fait de quitter gaillardement son domaine de compétence est, dans le monde où nous vivons, un sport très à la mode. Le plus grand penseur politique des cinquante dernières années, Guy Debord, qualifiait ce monde de “société du spectacle”, et disait qu’on y assistait à “la fin carnavalesque de la division du travail”.

“Un financier va chanter, un avocat va se faire indicateur de police, un boulanger va exposer ses préférences littéraires, un acteur va gouverner, un cuisinier va philosopher sur les moments de cuisson comme jalons dans l’histoire universelle. Chacun peut surgir dans le spectacle afin de s’adonner publiquement, ou parfois pour s’être livré secrètement, à une activité complètement autre que la spécialité par laquelle il s’était d’abord fait connaître.”

Au plus haut niveau, par exemple, on intronisera président de l’OMS (Organisation Mondiale du Sadisme) quelqu’un qui n’a jamais fait d’études de médecine, mais est plutôt connu, dans son pays, comme assassin, tortionnaire et dissimulateur d’épidémies de choléra. Le principal bâilleur de fonds de la même Organisation, qui dirige nos vies depuis deux ans, un informaticien médiocre, mais multimilliardaire eugéniste, qui n’a jamais étudié la médecine non plus, sera baptisé “médecin du monde” par la chaîne télévisée qu’il finance tout aussi bien. Enfin, un neurologue mythomane va vacciner de ses propres mains des femmes enceintes. Vous avez donc de qui tenir, vous qui n’êtes que les sous-fifres de ces gens-là.

Vous n’aurez jamais fait état, dans vos communiqués, des effets traumatisants et débilitants que deux années du port du masque auront provoqué sur nos enfants, diminuant considérablement leur taux d’oxygénation, et les mutilant d’une gamme presque infinie de capacités cognitives, ainsi que de leurs capacités de concentration. Pire, vous aurez avalisé les mesures qui ont déterminé cet état de fait, et donc collaboré activement à la martyrisation de toute une génération de têtes blondes. Vous aurez parrainé ce tournant civilisationnel majeur, qui consiste à rendre des enfants responsables de leurs parents et grands-parents (“si tu ne fais pas ce qu’on te dit, tu mets en danger la vie de papi et mami”), lors même que, dans toutes les innombrables cultures anthropologiques connues à ce jour, c’était le contraire qui était censé fonctionner, et les parents et grands-parents être responsables de leurs enfants et petits-enfants. J’avoue appartenir à cette vieille école, comme en témoigne la présente lettre, de façon sans doute déplorable à vos yeux “progressistes”.

Je suis un citoyen français, écrivain et philosophe, et père d’un merveilleux enfant de six ans. J’ai fait de très nombreuses interventions publiques depuis un an pour défendre l’avenir de ce dernier, et c’est donc plus que jamais à ce titre que je m’adresse à vous. Soit dit en passant : par mon métier, j’ai l’amour de la belle langue, et la mère de mon fils est professeure d’italien, à ses heures poétesse. Je trouve que la moindre des choses, quand on rédige des communiqués prenant une responsabilité si grave concernant la vie de nos enfants, c’est tout de même d’écrire un français correct. Or, à vous lire, la chose laisse largement à désirer, comme j’en donnerai quelques exemples croquignolets.

Je commence par la fin de votre communiqué, car là s’y trouve l’essentiel, à savoir vos consignes au corps enseignant pour populariser la “vaccination” de masse de nos lardons. De toute façon, peu importe l’endroit par lequel on prend votre lettre : celle-ci consiste en un frichti psychédélique d’aberrations sémantiques, une insulte à chaque ligne de la rationalité discursive, un copier-coller aléatoire d’inconsistances logiques.

« Afin de prévenir les risques individuels et collectifs liés à l’imprévisible évolution de la pandémie, les Académies recommandent de hâter la vaccination des enfants âgés de 5 à 11 ans contre la Covid-19… » C’est une sorte d’oxymore modal, comme il en abonde tant depuis deux ans de délire “sanitaire” à crâne ouvert : si l’évolution de cette “pandémie” est imprévisible, comment faites-vous pour la “prévenir” ? Toujours la “fin carnavalesque” de la division du travail : nous attendions des médecins, et nous avons en fait affaire à des diseuses de bonne aventure. Il faut “prévenir” une “pandémie” qui, de l’avis de nombreux spécialistes, est en train de s’éteindre partout. Au-delà des spécialistes, c’est l’écrasante majorité des gouvernements qui le pense, des pays de l’Est à l’Angleterre et à l’Espagne, des pays scandinaves à (au-delà de l’Europe) Israël, le pays le plus “vaccinoleptique” du monde : partout, les dictatoriales “mesures sanitaires” ont été levées, passe “sanitaire” ou “vaccinal” compris. Les quelques pays qui font un baroud d’honneur (c’est-à-dire de déshonneur) en ce sens, se comptent en Europe sur le doigt d’une main : France, Italie, Allemagne, Autriche et Belgique.

Lire aussi : L’Angleterre lève aujourd’hui toutes les restrictions sanitaires, le Danemark le 1er février

Pourquoi donc, attendu ce tableau d’ensemble, se “hâter”, toutes affaires cessantes, de “vacciner” des enfants qui ont un taux de survie de 99,998 % à ce virus ? Voici vos arguments : le variant Omicron atteint bien davantage les enfants que les autres (variants), même si ses symptômes sont ceux d’un simple rhume. Pourquoi donc, depuis que la vaccination existe, n’a-t-on donc pas vacciné les enfants contre le rhume ? Pourquoi la chose devient-elle tout à coup si urgente, et même frénétiquement nécessaire ? Mystère et boule de gomme.

Vous surenchérissez ensuite dans “l’art” de l’antiphrase : « Le bénéfice individuel doit être clairement expliqué aux parents : c’est un bénéfice direct incontestable par l’induction d’une immunité qui sera plus forte que celle induite par l’infection seule, ou qui la renforcera, et protègera les enfants en réduisant le risque de formes graves lié à de nouveaux variants, à court et moyen termes. » Si la “vaccination” induit une immunité plus forte que celle garantie par l’infection seule, comment pouvez-vous savoir que celle-ci ressortira renforcée par l’injection ? Cette phrase est, encore une fois, une insulte à la logique modale la plus élémentaire. Puis, vous reprenez du service divinatoire : il y aura, c’est certain, de nouveaux variants, et la “vaccination”, qui n’a pas protégé les adultes et adolescents des variants surgis après les injections, y parviendra pourtant avec nos enfants, par on ne sait quel miracle performatif. Bien plus : les meilleurs spécialistes du monde ont établi que lesdits nouveaux variants provenaient directement de la frénésie “vaccinale”. L’antiphrase est donc encore plus spectaculaire que sa simple forme signifiante immédiatement intelligible : vous conseillez, pour combattre les éventuels futurs variants, d’exercer la pratique même qui les provoque.

Vous devriez donc, à mon humble avis, retirer cette lettre de votre site, et vous adresser plutôt au personnel enseignant au titre suivant : vous réapprendre à vous exprimer dans un français correct, au sens de Boileau : “ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement”. À l’inverse, et comme vous le démontrez à chaque ligne, quand on a vocation à justifier l’injustifiable, à argumenter l’intenable, ou à être un vulgaire camelot, on s’enlise dans un marécage sémantique putride, où se noient toutes les règles élémentaires de ce qu’un illustre collègue, Ludwig Wittgenstein, appelait la “grammaire logique”.  

Vous n’en continuez pas moins sur cette prometteuse lancée, en nous disant “vouloir atteindre le plus rapidement possible une bonne couverture vaccinale”. Il est merveilleux de constater qu’un mot relevant plus du business model que de la santé, « couverture vaccinale », a remplacé le bon vieux mot qui désignait le bénéfice qui était attendu, naguère encore, d’un vaccin, à savoir l’immunité. Car ces vaccins n’empêchent ni la transmission ni l’infection (comme il est de notoriété officielle, et comme chacun a pu les constater dans son entourage), et le Covid-19 ne menace pas les enfants. Pourquoi voudrait-on les « couvrir », si ce n’est pour écouler des marchandises achetées en excès démentiel avec nos impôts, et qu’on ne pourra bientôt plus administrer à des adultes, excédés par la multiplication de « doses de rappel » d’un produit qui n’a si manifestement servi jusqu’ici à rien ? Ce sont les pays les plus vaccinés, comme Israël, Gibraltar ou… la France, qui ont enregistré les plus hauts taux de contamination, les plus grands nombres d’hospitalisations, ainsi que les pics de mortalité les plus verticaux. “On ne change pas une équipe qui perd” : telle semble être la devise, depuis deux ans, de nos plus hautes autorités “sanitaires”.

Voir aussi : « Nous vivons une grave crise de l’intelligence »: Ivan Rioufol publie son « Journal d’un paria »

Mais si, mais si, nous avancerez-vous en désespoir de cause, le vaccin a une utilité : celle de protéger les personnes à risque, lit-on à tout instant dans la presse oligarchique et subventionnée dont vous vous faites les vertueux relais, à moins que ce ne soit l’inverse. “Protéger les plus fragiles”, nous serine-t-on à longueur de temps pour promouvoir la panacée “vaccinale” universelle, et désormais à nos chères têtes blondes. Demain, leur demandera-t-on de marcher avec une canne parce que leur grand-père boite ? De porter des lunettes parce que leur tonton est bigleux ? « Tu dois protéger papi et mami, tous deux triples vaccinés, donc censément protégés, en te vaccinant contre une maladie qui ne te concerne pas, et qui n’empêche personne d’être contaminé ou infecté. » Autant leur dire de marcher sur la tête ; ou, de manière plus “crédible”, à quatre pattes, au prétexte que le virus circule à un mètre de hauteur du sol à peu près.

Vous envisagez ensuite plusieurs moyens « d’augmenter l’offre de vaccination (…) pour les enfants » (toujours le registre lexical du business) :

1° « en diversifiant les personnes autorisées à vacciner les enfants ». Là, je dois admettre que vous faites preuve d’une certaine générosité. Ce ne seront plus seulement les soignants, médecins ou infirmières, qui profiteront de la manne vaccinale en étant surpayés à vacciner à tour de bras : une infirmière peut se “faire” près de 12 000 euros de plus-value par mois grâce à cette activité, et un médecin s’est publiquement vanté de s’être “fait” plus de 165 000 euros grâce à la “vaccination” depuis plus d’un an. Mais il est hors de doute que toute cette mobilisation vise à une protection désintéressée de la santé publique. Il semblerait pourtant que cette “mobilisation totale”, comme le disait l’écrivain Ernest Jünger, ne suffise pas. À suivre votre “logique” jusqu’au bout, on pourrait convoquer à la rescousse les vétérinaires, les mécaniciens, les bouchers, les coiffeurs. À ce compte, le plus simple est encore, bien sûr, de demander au personnel enseignant lui-même d’apprendre à jouer de la seringue, sans prendre les balourds détours phraséologiques de votre lettre.

Dans la foulée, pourquoi ne pas aussi rééduquer vos collègues de l’Ordre des médecins, en leur administrant la piqûre de rappel sémantique suivante, totalement oubliée par eux depuis deux ans : que le but premier d’un médecin, c’est tout de même de soigner, non de sommer les malades de rester chez eux en prenant du Doliprane, ou de faire la promotion de potions chimiques expérimentales.

2° « en allégeant les obstacles administratifs qui limitent l’accès des enfants à la vaccination ». Ach ! La lourdeur administrative ! Quelle entrave à l’efficacité ! Car oui, sans toutes ces lois, ces codes civils, ces codes de Nuremberg ou d’Helsinki, ces conventions d’Oviedo, ces déclarations des droits de l’homme, tout serait tellement plus simple. On organiserait une sortie scolaire au vaccinodrome de Skyrock, et hop ! La fête à la piquouze pour tous les enfants, avec confiseries et joujous gratuits à la clé. Il est même permis d’interpréter cette phrase faussement anodine en un sens politiquement plus radical : ces enfants, pour lesquels la notion de « consentement libre et éclairé » n’a pas de sens, doivent aussi bien être soustraits au consentement de leurs parents. L’État sait mieux que ces abusifs géniteurs ce qui est bon pour leurs rejetons. Les Académies, comme la vôtre, qui pourvoient les conseils appuyant ces États bienveillants, et qui ont donné tant de preuves de leur rationalisme, de leur intégrité et de leur efficacité depuis deux ans, ne font qu’appuyer ce changement de paradigme civilisationnel, à côté de quoi les plus délirantes mesures prises par les pires régimes totalitaires du vingtième siècle sont de la petite bière. Nos remuants moutards doivent être matés sans ménagement, en étant de plus en plus soustraits à l’autorité de leurs parents, et livrés pieds et poings liés à la gestion des États, des Académies et des Multinationales bienfaisants.

3° « en favorisant les prises de rendez-vous de vaccination pour les enfants scolarisés ». Cela veut dire, par exemple, en les convoquant chez la directrice, où les attendrait l’institutrice ou la dame de la cantine une seringue à la main ? Vous parlez plus loin d’”équipes mobiles” : pourquoi ne pas dès lors inventer un nouveau jeu, sur le mode de la chasse à courre, où ce seraient les professeurs de sport qui cavaleraient derrière les enfants rétifs à l’injection-miracle ? Pourquoi ne pas organiser des rodéos vaccinaux, où l’on attraperait nos gosses récalcitrants au lasso ? Comme on disait en mai 68 : “l’imagination au pouvoir”, que diable !

4° « en organisant des séances de vaccination à l’école par des équipes mobiles, en concertation avec la médecine scolaire ». Si la médecine scolaire est de la partie, alors, c’est rassurant, et nous pouvons enfin respirer un bon coup (votre lettre a tout de même quelque chose de suffocant). Car la médecine scolaire est censée être correctement informée du caractère encore expérimental de ces thérapies géniques, qui n’ont reçu qu’une autorisation provisoire de mise sur le marché, suite à des essais cliniques dont il a été démontré (le “Pfizergate”) qu’ils ont été truqués.

Lire aussi : « PfizerGate » ? Révélations sur des essais cliniques falsifiés par le triptyque Pfizer – Ventavia – FDA

Vous évitez, dans cette lettre d’anthologie, de faire état des plus de 40 000 morts officiellement enregistrés à ce jour dans la seule Europe suite aux injections de masse, comme des plus de 3 000 000 d’effets indésirables, dont la moitié très grave ; mais vous mettez cependant en avant, toujours munis de votre cartomancie, la “rareté des effets indésirables post-vaccinaux” sur nos enfants.

5° « en “allant vers” les enfants porteurs de comorbidités et non vaccinés pour convaincre les parents de la nécessité de les vacciner face au risque de formes graves ». Là encore, votre maniement du français m’est tout à fait opaque. Pourquoi mettre “allant vers” entre guillemets, et en italiques ? Peut-être faites-vous là usage de quelque langage initiatique. Serait-ce trop vous demander que de m’en livrer quelques clés ? Car sinon, prise dans sa littéralité, la phrase est encore une fois une pure aberration sémantique : c’est en se jetant sur les enfants très fragiles que les enseignants vont convaincre les parents ? Avec vous, il y a décidément besoin d’explication de texte, voire d’exégètes spécialisés… On ne peut en tout cas pas vous reprocher votre manque d’inventivité. Depuis deux ans, la psychose covidiste a installé toute une Novlangue qui foule aux pieds tout ce qui nous tenait lieu jusque-là de rationalité clinique : “porteur asymptomatique”, “comorbidités”, “cas contact”… c’est à chaque ligne que vous enrichissez ce qui constituera un jour le Dictionnaire des idées covidistes, qui aura son Flaubert, ou son Léon Bloy.

6° « en utilisant tous les moyens d’information et de communication dévolus à l’éducation pour la santé afin de convaincre et rassurer les parents hésitants ». Ici, je sais bien que vous demander d’économiser l’usage des périphrases relèverait du vœu pieux, comme de vous conseiller d’aller plus droitement au but : “mettez en place tous les moyens de propagande dont vous disposez, pour convaincre les parents sceptiques d’utiliser sur leurs enfants un produit qui s’est déjà avéré inefficace, et souvent dangereux, sur eux-mêmes”. Ici, vous êtes en parfaite affinité avec la stratégie communicationnelle de notre président, qui a pourvu les médias grand public de trois milliards d’euros depuis son investiture ; argent qu’il eût été malvenu d’utiliser pour construire des hôpitaux, ou pourvoir de nouveaux lits ceux qui existent déjà. Le même a payé presque aussi grassement, pour la gestion de la prétendue “crise”, un cabinet d’affaires connu pour sa responsabilité dans la mort de plus de 500 000 américains.

7° « Les bénéfices collectifs de la vaccination des enfants doivent aussi être rappelés dans plusieurs domaines (scolaire, familial, état psychique, social, …), ainsi que le renforcement de l’immunité collective, nécessaire pour réduire la propagation des virus et limiter la possible émergence de nouveaux variants. » Cette phrase synthétise à merveille tout votre sérieux. Car, comme l’écrasante majorité d’entre vous se tient dans un confortable anonymat, il est impossible de vous demander publiquement quels sont vos domaines exacts de compétence. Cette phrase vous trahit, et nous les fait deviner en un éclair : vous êtes en vérité toutes et tous dentistes, au sens moyenâgeux du terme, tel notre ministre de la Santé, qui a quitté depuis deux ans sa spécialité neurologiste pour l’extraction de gencives signifiantes.

Car nous les avons vus, en deux ans, les “bénéfices” incommensurables du type d’instructions que vous nous avez délivrées sans compter : sur le plan “scolaire”, un sabotage presque total de l’éducation de nos enfants ; sur le plan “familial”, une sorte d’instauration de la guerre civile domestique (par exemple, “booster” les taux de divorce en statufiant sur le fait que l’autorisation d’un seul des parents est suffisante pour faire de l’enfant un cobaye) ; sur le pan de “l’état psychique”, une exponentiation vertigineuse des troubles psychiatriques, dépressifs et suicidaires chez nos adolescents et chez nos enfants ; sur le plan social, une aimable atmosphère de délation, de persécution et de pulsions génocidaires à l’encontre des non-vaccinés, qui rappellent les heures les plus glorieuses de notre longue histoire.

8° Je finis par mentionner ce qui constitue peut-être la perle de votre prosopopée informe, et qui prend une forme tout anodine, entre parenthèses : “La rareté des effets indésirables post-vaccinaux doit être mise en balance avec l’existence de formes sévères (PIMS, myocardite, Covid long) dont la fréquence risque d’augmenter avec la recrudescence des cas symptomatiques actuellement observés chez l’enfant.” Passe encore que vous vouliez faire accroire que c’est le virus lui-même qui provoque chez des enfants en bonne santé des PIMS et des Covids longs. Mais la myocardite ? Toute personne correctement informée sait que c’est avec la “vaccination” de masse qu’a commencé la flambée de myocardites (et de péricardites) chez d’innombrables jeunes gens et adolescents en parfaite santé. Et donc vous couronnez votre lamentable laïus par un mensonge patenté où, comme très souvent depuis deux ans, on inverse la relation de cause à effet (le sociologue Baudrillard parlait de façon prémonitoire de “précession des effets sur les causes”).

Je serais donc vous, je prévoirais de plaider, à l’avenir, la débilité mentale précoce, plutôt que de vous voir acculés à avouer le mensonge délibéré ; car il est impossible d’ignorer cet effet secondaire massif auprès de nos jeunes gens et adolescents. Promouvoir cette injection en pleine connaissance de connaissance sera donc, quand viendra l’heure des comptes, considéré comme sciemment criminel. La plaidoirie de la déficience intellectuelle aggravée, à laquelle votre prose invertébrée fournit de très solides arguments, est la seule à pouvoir vous tirer d’affaire. Prenez donc les devants, dès maintenant, et présentez sans plus attendre, dans votre future lettre publique, vos excuses à la population, pour deux années de mensonges patentés, et à jets continus.

Je finis cette lettre sur un appel d’offres public : j’aimerais savoir qui se cache, depuis deux ans, derrière tous ces entérinements “scientifiques” des mesures gouvernementales. Comme je l’ai dit plus haut, l’écrasante majorité d’entre vous se terre dans le plus confortable anonymat. Même les médecins de plateaux télévisés sont, à ce titre, plus loyaux que vous. Or, le jour où une démocratie digne de ce nom aura recommencé à exister en France, vous aurez, comme tous les complices de la mascarade quasi-littérale que nous subissons depuis deux ans, à répondre de vos prises de position en matière de santé publique : et ce, non seulement sur le plan de la médecine physique et mentale, mais aussi sur le plan politique, économique, social.

Voilà, je vous laisse sur ces menues considérations. Veuillez en tout cas ne surtout pas recevoir, en aucune façon, l’expression de mes salutations distinguées, ni celle de ma sympathie, pas plus que de mes cordialités.

Auteur(s): Mehdi Belhaj Kacem, pour FranceSoir

image_pdfPDF A4image_printImprimer
S’abonner
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires