Les aveugles guident les ignorants

Les aveugles guident les ignorants

12/07/2021 (2021-07-12)

[Source : Aube Digitale]

La plupart d’entre nous regardent la télévision. En partie, nous cherchons à nous divertir, mais, en plus, nous cherchons souvent à être éclairés sur « ce qui se passe ». Dans une époque difficile comme celle que nous vivons actuellement, où certains des pays les plus en vue connaissent un début de crise économique, où des personnages de dessins animés virtuels s’affrontent dans des concours politiques, où les gouvernements deviennent de plus en plus rapaces et où un État policier se développe rapidement, il n’est pas surprenant que la personne moyenne se demande « Mais à quoi pensent-ils ? ».

Eh bien, ce n’est pas l’exposition médiatique qui manque pour répondre à cette question. Aujourd’hui, il existe une multitude de chaînes proposant des « informations » 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, à partir desquelles nous pouvons espérer glaner quelques informations sur ce que pensent les dirigeants du monde. Pourtant, malgré l’interminable dépliant offert, la vision des dirigeants reste aussi claire que la boue.

Ils ne veulent pas de guerre, mais envahissent plus de pays que jamais dans l’histoire. Les candidats politiques sont pour le moins vagues quant à leurs propositions de programmes d’action, mais ils s’attaquent les uns aux autres comme s’ils étaient des journalistes de la presse à scandale. Les gouvernements parlent continuellement de leur souhait d’alléger la charge de l’homme ordinaire, tout en l’accablant de lois, de réglementations, d’amendes et de taxes comme jamais auparavant, et tout en versant des milliards de dollars d’impôts à leurs copains de l’industrie financière. Ils prétendent rechercher une plus grande sécurité pour tous, mais au lieu de cela, ils créent un flux sans fin d’agences qui ont le pouvoir d’ignorer les droits fondamentaux et se comportent davantage comme des opérateurs de racket de la mafia que comme des agents chargés de faire respecter la loi. Les gouvernements prétendent poursuivre une économie plus saine, mais ont créé un niveau d’endettement sans précédent, qui promet d’écraser les économies de plusieurs des pays les plus importants du monde dans un avenir très proche.

Ainsi, de nombreuses personnes se tournent vers les médias pour trouver des réponses. En général, un programme d’information présente un « panel d’experts » qui débat des dernières questions. Ils parviennent rarement à une conclusion, mais réussissent à créer l’impression générale qu’un parti politique est en train de détruire le pays et que l’autre (qu’ils représentent) est en train de le sauver.

(Gregory Mankiw, professeur d’économie à Harvard, interviewe Janet Yellen).

Outre les panels, les médias vont souvent directement à la source, en interviewant des dirigeants politiques et financiers. La liste des questions est invariablement préparée longtemps à l’avance et la personne interrogée n’est jamais prise au dépourvu. Ses manipulateurs ont préparé ses réponses pour lui et, à chaque fois, un plat complet de rhétorique prévisible et réchauffée est servi au téléspectateur pour sa consommation.

Dans ces réparties, l’intervieweur est censé paraître sympathique tout en étant indiscret, mais les questions posées sont invariablement assez fades pour que l’interviewé puisse les écarter ou fournir une réponse facile. L’interviewé doit donner l’impression d’informer le public de politiques et de procédures qui, bien que trop compliquées pour que le téléspectateur les saisisse pleinement, sont bien en place et apporteront des solutions dans un avenir proche. Soyez patient.

Le fait que ces solutions ne semblent jamais arriver semble être moins important que le fait qu’une nouvelle solution est en cours. De cette manière, le téléspectateur, quel que soit l’impact de sa vie, continue à rester assis et à garder espoir, car des jours meilleurs sont sûrement à portée de main.

Incroyablement, le téléspectateur moyen semble être capable de consommer des quantités infinies de cette propagande, année après année, sans jamais se dire : « Quelque chose ne tourne pas rond ici ».

S’il éteignait réellement la télévision pendant une semaine ou deux, prenait du recul et évaluait la propagande dans son ensemble, il pourrait conclure qu’en fait, les médias agissent sur ordre des dirigeants économiques et politiques, pour propager leur message. Les « débats » et les « questions urgentes » sont au mieux mous et ne conduisent jamais à un changement ou à une amélioration significative. Et ce n’est pas leur but. Ils ne sont que des sucettes.

Pire encore, les dirigeants eux-mêmes continuent non seulement à décevoir le public, mais aussi à faire évoluer les systèmes gouvernementaux, économiques et sociaux dans une direction qui mènera inévitablement à une mauvaise fin.

Il est vrai, bien sûr, que les citoyens de ces grandes nations deviennent de plus en plus cyniques à l’égard de leurs dirigeants et de leur propre avenir, mais leur réaction à ce pablum, après avoir bien râlé, tend à être « d’espérer que la prochaine administration sera meilleure ». C’est vraiment très imprudent. (Une fois que la pomme est complètement pourrie, attendez-vous à ne voir que des vers l’habiter).

Mais ceux qui ont le sentiment d’être lésés doivent se défouler d’une manière ou d’une autre. Et, pour cela, nous avons les partis politiques. Que notre pays ait des démocrates et des républicains, des conservateurs et des travaillistes, ou tout autre groupement de ce type, ceux qui sont élus n’ont pas l’illusion qu’ils existent pour servir ceux qui les ont élus ; ils existent pour servir les grands donateurs qui paient les élections. Et les grands donateurs contribuent aux deux partis, afin de s’assurer que leurs objectifs sont réalisés par les candidats qui réussissent, quel que soit leur parti. Le plan d’ensemble se poursuivra, à toute vapeur, peu importe qui est au pouvoir.

Mais les partis fournissent à l’électorat des cibles sur lesquelles il peut diriger ses flèches à pointe en caoutchouc. Quel que soit le parti au pouvoir, les électeurs libéraux se plaindront que l’on ne fait pas assez pour leurs causes et les électeurs conservateurs feront de même.

L’un d’eux finira-t-il par l’emporter sur l’autre ? Incontestablement non. Le système est conçu pour rester tel quel – avec des chamailleries sans fin encouragées, mais aucun progrès réel prévu.

Les pays les plus importants du monde sont à l’aube d’une crise économique majeure. Elle s’accompagnera de crises politiques et sociales et, très certainement, d’une guerre. Le téléspectateur, s’il l’accepte, dira : « Cela leur apprendra. Ils devront alors admettre que notre camp avait raison. »

Malheureusement, non. Après les inévitables krachs économiques, après des années de guerre inutile, après la montée du totalitarisme chez nous, il y aura une fin éventuelle à la lutte. Lorsque la poussière commencera à retomber, le citoyen moyen allumera sa télévision, espérant voir que des réponses ont été apportées.

Au lieu de cela, ce qu’il verra, s’il allume une chaîne libérale, ce seront des experts déclarant que, si seulement il y avait eu plus d’assouplissement quantitatif et plus de droits, tout aurait pu s’arranger, mais qu’au lieu de cela, il y a eu un désastre, à cause des conservateurs.

De même, les experts de la station conservatrice expliqueront que toutes les souffrances auraient pu être évitées si les droits avaient été contrôlés et si les bombes avaient pu être lâchées sur l’ennemi plus tôt. Les libéraux et les conservateurs retourneront dans leur coin pour panser leurs plaies et se préparer au prochain cycle de polarisation les uns contre les autres.

Alors, qui devons-nous blâmer pour les débâcles de l’humanité ? Nous avons certainement été trompés par les dirigeants – les politiciens, les banquiers centraux, les dirigeants des grandes industries, etc. Ou est-ce les médias qui ont fait un tel travail de propagande que nous n’avons pas su voir la forêt pour les arbres ?

Peu importe, car rien ne sera appris et nous recommencerons le jeu. Mais si c’est une véritable solution que nous recherchons, oui, c’est possible. Mais cette solution dépend de notre volonté de ne plus permettre aux médias de raisonner à notre place.

Nous devons être prêts à étudier les actions de nos dirigeants, à être prêts à être contrariants et, surtout, à tout remettre en question. Sinon, nous faisons partie des aveugles et des désemparés et nous pouvons nous attendre à un cycle sans fin du même spectacle de chiens et de poneys.

Traduction de International Man par Aube Digitale

S’abonner
Notifier de
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments