Le castor, le rat, le corbeau et autres habitants de la forêt

18/12/2023 (2023-12-18)

Par Alain Tortosa

Il était une fois une famille castor qui vivait en harmonie avec les autres occupants de la forêt.

Celle-ci travaillait durement et honnêtement pour subvenir aux besoins de sa famille.

Pourtant un beau jour, des hyènes dont la cruauté est légendaire, sans doute jalouses de leur réussite, se mirent à les harceler sans la moindre raison.

Les brimades devinrent des destructions de leurs ouvrages, les destructions devinrent des vols et ce jusqu’à ce que tous les habitants voisins de la forêt deviennent fous à leur tour et se mirent à tuer « par plaisir » des castors innocents.

Les éléphants dont la sagesse est légendaire, alertés par cette folie meurtrière, ne purent rester indifférents et vinrent au secours de cette pauvre famille castor en chassant ces immondes hyènes.

Hélas, le mal était fait et la famille castor ne se voyait plus vivre dans leur clairière jadis enchantée qui leur rappelait désormais tant de souffrances.

C’est alors que les castors et les éléphants se rappelèrent l’existence d’une autre clairière qui, jadis, dans des temps fort lointains, était habitée par une famille castor. Les éléphants, quant à eux, n’en avaient pas ou plus l’usage.

Il fut alors décidé que la famille emménagerait dans cette nouvelle clairière afin de pouvoir oublier leurs traumatismes et vivre enfin en paix.

Je me dois à ce stade du récit vous préciser que ce nouveau chez eux n’était pas vraiment un paradis terrestre avant leur arrivée, une famille de rats ayant élu domicile depuis fort longtemps.

Notre famille castor demanda bien entendu aux rats de faire de la place, libérer en partie les lieux, afin de pouvoir s’y installer si justement.

Elle recommença alors à faire ce pour quoi elle était si douée, travailler et bâtir. C’est ainsi que ce qui ressemblait plus à un marécage se métamorphosa au fil du temps.

Il eut pu être un Éden si les rats n’étaient pas demeurés alentour. La rumeur rapportait que les rats étaient sales, plein de maladies, voleurs, fainéants et j’en passe. Alors que les castors leur proposaient de les rejoindre, de travailler à leur côté et leur projet, nombreux s’obstinaient à demeurer dans leurs habitudes nauséabondes.

Bien entendu, travail aidant, la famille castor s’agrandit et eut besoin de toujours plus de place. C’est donc en toute logique qu’elle occupait plus de terrains laissés en friche par les rats fainéants.

Tant et si bien que certains rats jaloux et aigris n’hésitèrent pas à saccager et détruire les si belles constructions des castors ou à maltraiter certains membres de leur famille.

Que voulez-vous que les castors fissent ? Ils ne pouvaient rester indifférents à cette violence gratuite. Ils furent bien obligés de construire des palissades pour protéger leurs biens et leur famille et repoussèrent encore plus les rats aux limites de la clairière, leur laissant juste quelques restes pour leur permettre de survivre. Ici encore point de reconnaissance de la part des rats pour la générosité des castors qui, non seulement refusaient de travailler pour eux, mais qui plus est, se plaignaient continuellement de ces gentils habitants.

Tout semblait sous contrôle jusqu’au jour où un drame terrible se produisit.

Alors même que les castors étaient célèbres pour leur capacité à se protéger, à contrôler et à anticiper… le pire advint. Une horde de rats sauvages et barbares assoiffés de sang se précipitèrent durant la nuit sur des membres de la famille castor, y compris des bébés, pour les torturer, les tuer ou les faire prisonniers.

Le petit peuple de la forêt fut médusé devant tant de haine et de violence ainsi que les éléphants emplis de sagesse qui n’en revenaient pas, tous étaient solidaires des pauvres castors.

Mais enfin, jamais ceux-ci n’auraient la paix ? Devraient-ils subir l’injustice du monde à l’infini ?

Qu’auriez-vous fait à leur place, auriez-vous tendu l’autre joue telle la parole du Christ ? Évidemment pas, c’eut été laisser gagner l’injustice et la barbarie qu’il fallait stopper net !

La famille castor, ô combien pacifique en temps normal, n’eut d’autre solution que de se rendre dans la fange du peuple des rats pour empêcher celles et ceux qui les avaient attaqués de re-commettre de telles horreurs, mais aussi et surtout sauver les pauvres petits castors prisonniers de ces non-être.

Pourtant une difficulté majeure se présentait. Comment distinguer les rats qui avaient commis ces actes ignobles, des autres rats qui ne demandaient rien sinon pouvoir vivre leur vie de rats, quand bien même pitoyable ? Ceci sans compter les rats criminels qui se fondaient dans la foule pour échapper à la justice des castors.

Même si cela coûtait aux castors et malgré des efforts déployés infinis, il leur arriva de blesser et même de tuer, bien involontairement, comment pourrait-il en être autrement, des rats « innocents » durant leur opération policière.

Après, il faut être honnête, qui dans la famille rat avait de l’empathie pour les castors qu’ils voyaient comme des voleurs de terres, des occupants illégitimes de leur marais, voire même comme des criminels ? La réponse est « personne » ! En effet quand bien même quelques rares rats ne voulaient pas se débarrasser des castors, le fait est qu’ils ne les aimaient pas et auraient voulu les renvoyer d’où ils venaient, c’est-à-dire à l’autre bout de la forêt.

C’est alors qu’il se produisit des événements qui surprirent, voir choquèrent les habitants de la forêt et certains membres de la communauté des éléphants.

Tous s’attendaient à voir les castors mener une enquête impartiale et juste, puis mettre en œuvre des opérations policières ciblées afin d’identifier, appréhender et juger les seuls auteurs de ces méfaits. Pour autant, à la grande surprise générale, la contre-offensive prit plus la forme d’une expédition punitive, fait étonnant venant de la part de la communauté réputée pour sa bonté et son sens des valeurs.

Au point qu’un murmure grandissant se fit entendre dans la forêt.

On entendait ici et là des voix déclarant « j’ai entendu dire que nos gentils castors avaient mis en place un barrage quasi hermétique sur la rivière privant ainsi d’eau tous les rats y compris les bébés ».

D’autres répondaient par « oui j’ai aussi entendu dire qu’ils empêchaient la nourriture de leur parvenir en ayant mis des palissades ». « Il paraît même qu’ils mettent le feu à leurs taudis leur servant de toit sans se demander si des innocents sont à l’intérieur ». Ou « même les rats blessés ne peuvent pas fuir et les malades ne peuvent rejoindre un endroit en paix de la forêt pour y être soignés ».

Certains habitants de la forêt, y compris des éléphants, ne pouvaient croire à de telles horreurs diamétralement à l’opposé de l’image qu’ils avaient des « gentils » castors.

Hélas, une vérité fut-elle horrible n’en demeurait pas pour autant la vérité, de nombreux éléphants rendus sur place ayant constaté ces horreurs, certains au péril de leur vie.

Il fallait se rendre à l’évidence, cette opération menée par les dirigeants castors ressemblait plus à un massacre qu’une simple réparation.

Au point que le doute fit son apparition.

« Tous les castors étaient-ils gentils et honnêtes comme nous le pensions ? Étaient-ils vraiment les victimes qu’ils prétendaient être depuis des décennies ? »

Bien entendu toute la communauté de la forêt condamnait la méthode des rats durant leur attaque, mais celle-ci était-elle de l’unique responsabilité de rats radicaux ou certains dirigeants castors n’auraient-ils pas aussi leur part de responsabilité dans la situation vécue ?

Cette situation était d’autant plus dérangeante et malsaine que je vous rappelle que les castors avaient payé un lourd tribu par le passé du fait de la folie des hyènes. Mais cela autorisait-il certains d’entre-eux à se conduire à leur tour comme des bourreaux l’avaient fait à leur encontre ?

Le fait est que ceci questionnait et d’autant plus que certains murmures étranges se faisaient entendre dans la forêt.

D’aucuns supputaient qu’un tout petit groupe de corbeaux perfides, dont certains étaient déguisés en castors et d’autres en éléphants, s’était allié en son temps avec un groupe de hyènes ultra minoritaires dans les bois. Leur but étant de métamorphoser en hyènes le gentil peuple des ânes et des moutons. Quant à leur objectif perfide, il eût été de faire persécuter le gentil peuple des castors afin que l’on ne puisse plus lui refuser de pouvoir quitter leur ancienne clairière pour s’installer par la suite chez les rats dont ils revendiquaient l’appartenance des terres.

J’entends que l’idée semblait folle, mais pour autant logique au regard du déroulé des événements jusqu’à cette opération punitive des dirigeants castors, pardon, des dirigeants corbeaux.

Il va de soi que ces corbeaux, ces faux castors ne pouvaient en aucun cas être considérés comme étant des membres de la famille castor. Les castors auraient été les victimes innocentes manipulées par ces faux castors. Ne croyez pas que tous les castors étaient restés dans la clairière durant la folie meurtrière des hyènes, nombreux, principalement les plus riches ou les mieux informés, avaient fui la clairière aux castors avant le drame. La théorie veut que les corbeaux instrumentalisaient les souffrances passées des castors, dont ils étaient complices, pour en faire des victimes éternelles afin d’interdire et condamner toute critique de leur politique passée, présente ou future. Toute interrogation ou critique en direction des dirigeants castors était frappée d’indignité et se traduisait immédiatement par une levée de boucliers. Quand bien même les preuves étaient absentes, la rumeur se répandait tel un feu de brousse.

La vengeance, on peut même dire la sauvagerie des dirigeants castors, n’était pas compatible avec le caractère pacifique de la famille castor.

Pour certains habitants de la forêt, l’évidence était devant leurs yeux « Les faux castors sont encore à la tête de la communauté des castors. »

« Et si ces corbeaux déguisés en castors n’avaient pas tout fait pour entretenir un climat de haine entre les rats et les castors alors qu’ils pourraient vivre ensemble et en paix ? »

De nombreux éléphants dont la sagesse n’est plus à démontrer trouvaient la stratégie des castors, depuis leur arrivée sur les terres occupées par les rats, totalement illogique !

« Comment pourraient-ils, sinon être aimés, être respectés par les rats alors même qu’ils les parquaient dans des lieux exigus et insalubres, qu’ils leur volaient leurs masures et leur donnaient des droits inférieurs aux castors. »

Tout n’était qu’injustices, brimades et humiliations de la part des dirigeants castors et de leurs complices.

Comment ces dirigeants castors, s’ils avaient été honnêtes et concernés pas le bien-être et la sécurité de la famille, auraient-ils pu imaginer se fabriquer une sécurité durable avec des palissades de rondins, en enseignant aux enfants castors à se méfier des rats, et en traitant si injustement les rats ?!

Les éléphants, mais aussi de nombreux castors, savaient bien que l’on ne se protège pas en construisant une barrière, mais en ôtant l’envie à autrui, aux rats, de venir vous détruire.

« On ne se protège pas en bâtissant sa sécurité sur une montagne de haine ! »

Les éléphants témoins des atrocités des représailles, voyant ces enfants rats vivant dans la misère, voyant parfois un membre de leur famille blessé ou tué par des castors, ne pouvaient raisonnablement croire qu’ils se mettraient soudainement à respecter ou aimer les castors.

Une partie des sages ne pouvait s’empêcher de se poser la question « à qui profite le crime d’entretenir une haine entre les rats et les castors ? »

Il n’y avait rien de logique dans cette affaire telle qu’elle était présentée par les dirigeants castors.

« Cette attaque perfide des rats était-elle due à la faiblesse des castors ou ont-ils été aidés par ces faux castors, ces corbeaux, afin de justifier ou rendre morale l’éradication totale des rats ? »

Si tel était le cas, alors ces faux castors étaient allés trop loin et leurs actions eurent été impossibles sans le soutien d’autres corbeaux déguisés en éléphants.

La situation était intenable, tant de souffrances et de malheurs causées par ces corbeaux, il fallait agir !

Ni une, ni deux, les éléphants, les vrais, avec le soutien des castors, les vrais, les rats, les vrais, et les habitants de la forêt, décidèrent tous que trop c’est trop !

Le projet de ces corbeaux nauséabonds n’était que souffrance, haine, mort et destruction pour créer un monde occulte sans espoir et sans amour.

Le peuple des gentils castors allait-il rester hypnotisé ou se réveiller enfin et cesser de croire les mensonges des faux castors, des faux éléphants qui les faisaient vivre dans une peur permanente ?

Ce que l’histoire a oublié de vous préciser c’est que les vrais castors et les vrais rats n’étaient pas si différents que les corbeaux cherchaient à leur faire croire. Leurs prétentions respectives n’étaient que de vivre en paix, travailler honnêtement et fonder une famille. Bref des frères du royaume de la forêt qui avaient bien plus en commun que de différences.

Ni une, ni deux, il fallait agir sans attendre pour ne pas laisser le chaos et la mort s’installer dans la durée. Le message des éléphants fut limpide :

« Tous unis pour démasquer les corbeaux déguisés en faux éléphants en faux castors, mais aussi probablement en faux rats, afin de les empêcher de continuer à nuire ! »

Cet élan d’amour et de vie fut couronné de succès. Derrière leurs masques, les corbeaux n’étaient que faiblesse et lâcheté, leur pouvoir n’était rien au regard de la masse et de la force du peuple de la forêt.

Il découvrit avec effroi comment il avait été berné pendant des années par les corbeaux déguisés et comment il avait été complice actif ou spectateur de leurs odieux forfaits..

Les corbeaux furent alors bannis de la forêt qui retrouva enfin sa paix et son amour.

Les rats et les castors n’avaient plus besoin se s’accaparer une partie de la forêt pour leur usage exclusif ni d’établir des barrières pour se protéger les uns des autres.

Enfin une vraie paix durable put s’installer.

Voilà, c’est ainsi que se termine mon histoire, rassurez-vous, ce n’est qu’une fable.

Alain Tortosa1

15 décembre 2023
https://7milliards.fr/tortosa20231215-le-castor-le-rat-et-le-corbeau.pdf

image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

S’abonner à la discussion
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires