En avoir ou pas

28/12/2022 (2022-12-28)

[Source : strategika.fr]

Par Galileo Ferraresi

Source : maurizioblondet.it
Traduction : Strategika

En 1936, au plus fort de l’ère fasciste, le socialiste Alberto Beneduce (1877 – 1944) sépare les banques commerciales des banques financières, nationalise la Banque d’Italie et interdit la libre circulation des capitaux étrangers en Italie.

Entre 1950 et 1960, Mattei et Eni ont approvisionné l’Italie en méthane et en pétrole.

En 1953, l’Italie était si riche qu’elle a effacé la moitié de la dette que lui devait l’Allemagne. L’autre moitié n’a jamais été payée.

En 1954, Olivetti a produit le premier ordinateur personnel au monde.

Entre 1955 et 1960, la lire était la monnaie la plus forte et la plus stable de toute l’Europe et ses performances étaient supérieures à celles de l’or.[1]

Dans les années 1970, les étudiants rattrapés par le programme d’études recevaient un pré-salaire de l’université afin de pouvoir étudier et vivre.

Au milieu des années 1970, les bus étaient gratuits à Bologne.

Dans les années 1980, l’Italie était le cinquième pays le plus industrialisé.

Jusqu’aux années 1980, l’Italie était le pays le plus politisé d’Europe.

En 2000, les Italiens étaient les personnes les plus riches du monde, avec un dépôt bancaire moyen de 35 000 euros par personne.

En 1990, 70 % des Italiens étaient propriétaires de leur logement ; en 2007, ce pourcentage était passé à 81 %, le plus élevé au monde.

Alors, que s’est-il passé ?

La Première Guerre mondiale a pillé l’économie italienne tandis que la Suisse s’est enrichie grâce aux dépôts des riches des nations impliquées dans la guerre.

L’Allemagne n’a pas payé ses dettes de la Première et de la Deuxième Guerre mondiale, d’abord parce qu’elle n’avait pas d’argent et ensuite parce qu’elle devait se réunifier.

En 1960, l’ingénieur Adriano Olivetti voyageait dans un train et lorsque le train a quitté un tunnel, Olivetti est mort. Un an plus tard, dans un étrange accident de voiture, Mario Tchou, l’ingénieur qui avait inventé l’Elea 9003, le premier ordinateur personnel à transistors au monde, décède. Avec ces deux décès, la technologie de l’information est passée de l’Italie aux États-Unis d’IBM.

En 1962, une bombe fait s’écraser l’avion dans lequel se trouve Enrico Mattei, et la réalisation de l’autonomie énergétique de l’Italie, revenue sous le contrôle des Seven Oil Sisters des USA et de la GB, tombe également.

La lire a été attaquée par le dollar et nous sommes à nouveau soumis à la puissance politique, économique et culturelle du Royaume-Uni et des États-Unis.

Les Italiens sont-ils trop politisés ? Alors dépolitisons-les ! Comment ?

Nourrir chaque jour des programmes radio et télé débiles rend tout le monde débile ;
En faisant croire aux gens que l'important c'est le football, on les détourne des vrais problèmes ; nous sommes le seul pays au monde à avoir trois journaux sportifs qui sortent tous les jours !!!
Si le vin est trop fort, vous pouvez le diluer, c'est ainsi que cela a été fait avec les Italiens : 10 millions d'immigrants affamés sans idées politiques ont dilué 45 millions d'Italiens politisés ayant clairement en tête leurs droits acquis au cours d'un siècle de lutte. Une bonne mise en œuvre du plan Kallergi.

Les secrétariats des partis ont choisi et envoyé au parlement et au gouvernement des personnes de plus en plus corrompues, corruptibles, déficientes, criminelles, ignorantes et mafieuses. Des politiciens qui pensaient à être réélus, pas des hommes d’État qui pensaient au bien du peuple.

Les syndicats ont subi la même fin, un seul fait suffit : en 1975, un groupe d’écolos sans argent pour suivre les luttes des étudiants et des usines a ouvert Radio Alice, une radio libre du contrôle de la RAI, dans un grenier de Bologne. Le Parti radical, un groupe d’autres personnes sans argent, diffuse ses idées dans toute l’Italie depuis Rome depuis quarante ans. Dans le monde de la communication globale, les syndicats qui comptent la plus grande masse de travailleurs dans la nation ne disposent toujours pas d’une radio, d’un journal, d’un tract ou d’un mégaphone pour communiquer avec les travailleurs et les chômeurs. Aveuglement politique ? La stupidité au pouvoir ? Un plan pour dépolitiser la population ?

Les transports publics, qui étaient autrefois gratuits pour faciliter les déplacements et réduire la pollution, sont passés du secteur public au secteur privé, et ce dernier, qui ne pense qu’à gagner de l’argent, fait payer les transports très cher.

Pour élever le niveau culturel de la population, il y a un siècle, l’État investissait dans l’éducation et un enseignant avait un salaire égal à celui d’un magistrat, aujourd’hui à celui de … a-t-il encore un salaire ?

Grâce à l’IRI, à ses banques et à ses entreprises publiques, l’Italie a toujours disposé d’une structure industrielle capable d’effectuer des recherches et de développer de nouvelles technologies qui se répercutaient en cascade sur les petites entreprises privées. Depuis que les invités du Britannia ont croisé sur les côtes italiennes, le tandem Prodi/Berlusconi, au pouvoir depuis un quart de siècle, a déconstruit l’IRI, donné les joyaux de l’État et démoli la puissance industrielle et bancaire de l’Italie, réalisant ainsi le projet d’État libéral de von Hayek.

En 1992, le socialiste Giuliano Amato et ses camarades détruisent la réforme Beneduce : ils autorisent la libre circulation des capitaux étrangers en Italie (mondialisation), privatisent la Banque d’Italie, autorisent le mélange des banques commerciales et financières, et privatisent le secteur public.

L’introduction de l’euro a soudainement réduit de moitié le capital des Italiens. Un café qui coûtait mille lires coûte désormais un euro, soit deux fois plus.

La baisse du pouvoir d’achat a été aggravée par la baisse des salaires. En 1974, il fallait trois ans et six mois du salaire d’un employé moyen pour acheter une maison de 60 mètres carrés à Milan ; en 2015, il fallait neuf ans de salaire pour les mêmes mètres carrés, aujourd’hui il en faut 11.

Dans les années 1950 et 1960, il était normal de voir des familles avec deux ou trois enfants ; avec le salaire d’une personne, on vivait décemment, on achetait des appareils électroménagers, une voiture, puis une maison. Aujourd’hui, 30% des Italiens sont célibataires ou séparés, 20% sont des couples sans enfants, 50% sont mariés et ont rarement plus d’un enfant. La politique et l’économie ont détruit la famille italienne.

La brique, le bien traditionnel refuge des Italiens, le seul bien qui a toujours été réévalué dans le temps, est devenue, avec l’introduction des classes énergétiques, un bien qui non seulement ne se réévalue pas dans le temps mais, comme une voiture, perd de sa valeur au fil des ans, se déprécie, a un coût d’entretien qui ne sera jamais récupéré. Avec une loi simple et apparemment inoffensive, la brique a également été touchée, et les biens des Italiens perdent de plus en plus de valeur.

En 1951, 7% de la population avait plus de 65 ans, aujourd’hui un quart de la population italienne a plus de 65 ans.

Chaque année, 145 000 jeunes, généralement diplômés de l’université ou hautement qualifiés, émigrent vers d’autres États où la situation économique, politique et culturelle est meilleure.

Que faire ? Lénine a écrit il y a un siècle…

Ceux qui restent en Italie ne peuvent que choisir entre :

Accepter de s'appauvrir de plus en plus ou
se lancer dans la lutte et changer le cours de l'histoire et de l'Italie.

Un choix qui se résume à deux verbes : être ou avoir.

Être des couilles ou en avoir.


  1. [1] Préférée à l’or parce qu’elle était considérée comme plus sûre et qu’elle rapportait plus que son échange officiel contre de l’or.[]
image_pdfPDF A4image_printImprimer
S’abonner
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires