Des scientifiques « wokes » accusent la respiration humaine d’être à l’origine du changement climatique

19/12/2023 (2023-12-19)

[Source : aubedigitale.com]

Par David Lindfield

Un groupe de scientifiques « wokes » a affirmé que la respiration humaine contribuait au « changement climatique ».

La lutte des mondialistes contre la prétendue « crise climatique » devait toujours se résumer à restreindre l’activité biologique humaine de base, essentielle.

L’agenda a toujours été une guerre contre l’humanité elle-même.

En 2010, Bill Gates, cofondateur de Microsoft, l’a admis lors d’un Ted Talk.

Les commentaires anti-humains de Gates ont été accueillis par une cacophonie d’applaudissements flagorneurs de la part de son public lobotomisé.

« Le monde compte aujourd’hui 6,8 milliards d’habitants », a déclaré Gates.

« Nous nous dirigeons vers neuf milliards d’individus. »

« Maintenant, si nous faisons un très bon travail sur les nouveaux vaccins, les soins de santé, les services de santé reproductive, nous pourrions réduire ce chiffre de 10 ou 15 pour cent…

« Nous émettons beaucoup de dioxyde de carbone chaque année — plus de 26 milliards de tonnes », a expliqué Gates.

« D’une manière ou d’une autre, nous devons apporter des changements qui ramèneront ce chiffre à zéro… »

« Cette équation comporte quatre facteurs, un peu de multiplication… »

« Il y a donc un facteur à gauche, le CO2, que l’on veut ramener à zéro, et ce facteur sera basé sur le nombre de personnes, les services que chaque personne utilise en moyenne, l’énergie, en moyenne, pour chaque service, et le CO2 émis par unité d’énergie. »

« Examinons donc chacun de ces éléments et voyons comment nous pouvons les ramener à zéro. »

« Il est probable que l’un de ces chiffres devra s’approcher de zéro. »

Puis le public se met à rire.

REGARDEZ :

En ajoutant le qualificatif « l’un de ces nombres » et en ne le précisant pas, M. Gates a maintenu un déni plausible sur ce qu’il voulait dire exactement.

Mais nous savons ce que lui et ses collègues transhumains voulaient dire.

Selon le Daily Mail, les scientifiques avertissent désormais que les gens provoquent un « changement climatique » par le simple fait de respirer.

La nouvelle étude a été menée par Nicholas Cowan, physicien de l’atmosphère au Centre britannique d’écologie et d’hydrologie d’Édimbourg.

L’étude affirme que les gaz contenus dans l’air expiré par les poumons humains alimentent le réchauffement de la planète.

Selon les scientifiques, le méthane et l’oxyde nitreux présents dans l’air expiré représentent 0,1 % des émissions de gaz à effet de serre du Royaume-Uni.

Et ce chiffre ne tient même pas compte des gaz que nous rejetons en rotant et en pétant.

Les soi-disant « émissions » proviennent également de notre peau sans que nous nous en rendions compte, prévient la science « woke ».

« L’haleine humaine peut contenir de faibles concentrations élevées de méthane (CH4) et d’oxyde nitreux (N2O), qui contribuent tous deux au réchauffement de la planète », préviennent le Dr Cowan et son équipe.

« Nous invitons à la prudence quant à l’hypothèse selon laquelle les émissions d’origine humaine sont négligeables ».

La manière dont les humains sont censés faire preuve de prudence lorsqu’il s’agit de respirer n’est toutefois pas claire.

Traduction de Slay News par Aube Digitale

image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

S’abonner à la discussion
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires