« Connaître son ennemi » — la règle d’or de l’art de la guerre à l’ère technocratique

07/01/2024 (2024-01-07)

FORUM CHISINAU 2023 — « L’Agenda 21 de l’ONU et la grande remise à zéro. La chute du libéralisme vers la technocratie et le transhumanisme »

« Connaître son ennemi — la règle d’or de l’art de la guerre à l’ère de la technocratie
Remarques finales de Youry Roshka

Par Iurie Rosca

Chers amis,

Ces dernières années, nous nous sommes tous engagés dans la lutte contre le sinistre canular de Covid-19 et contre toutes les mesures tyranniques imposées par le centre de commandement unique mondial par l’intermédiaire de gouvernements fantoches. Nous avons risqué notre carrière et notre liberté, et certains d’entre nous ont perdu la vie dans cette confrontation avec le régime technocratique mondialiste. Nous avons pu enquêter de manière approfondie sur l’agenda caché du pouvoir de l’ombre qui préfère s’adresser à nous par l’intermédiaire de ses hommes de paille comme António Guterres, Tedros Adhanom Ghebreyesus, Klaus Schwab, Bill Gates ou même par l’intermédiaire de ceux qui sont officiellement nos monarques nationaux, présidents, Premiers ministres, commissaires de l’UE et autres.

Mais plus souvent que sur des individus, nos critiques argumentées et justifiées en sont venues à identifier la motivation principale de ces entités privées qui tirent les ficelles comme étant la cupidité et l’obsession du pouvoir absolu. Oui, il est vrai que ces péchés fondamentaux caractérisent les serviteurs des puissances de l’ombre comme aucun autre signe révélateur ne le fait. Mais il faut aller plus loin pour pouvoir identifier la véritable nature des maîtres de ce jeu sinistre.

Comment définir la nature des forces motrices qui se cachent derrière le rideau ?

Récemment, nous avons qualifié les mondialistes de psychopathes, de fous, de maniaques et même d’êtres dépourvus de raison. En réalité, nous avons affaire à des êtres parfaitement rationnels. Ils imposent méthodiquement leur stratégie, axée sur la dépopulation, la déshumanisation, la perversion morale et l’emprisonnement des survivants de cet holocauste mondial dans la prison numérique, guidés en cela par une sorte de force supérieure qui dépasse nos capacités d’interprétation schématique.

En d’autres termes, pour parvenir à une définition correcte de nos oppresseurs, nous devons nous armer de la règle d’or de l’art de la guerre. Et nous sommes en guerre ; une guerre inopinée, rusée, perverse, mais totale et dévastatrice. Je veux parler du vieux principe énoncé par l’ancien stratège chinois Sun Tzu, « Connais ton ennemi ».

À cet égard, je pense que nous commettons une très grave erreur lorsque nous cherchons à décrire définitivement le profil collectif des forces qui opèrent une agression totale contre l’humanité. Normalement, nous nous battons contre des personnalités politiques et des dignitaires d’État, contre des bureaucrates internationaux, des banquiers et des propriétaires de Big Pharma — et nous devons le faire, bien sûr. Mais en même temps, à mon avis, nous devons comprendre que ces personnalités ne sont que les exécutants d’ordres émanant d’une entité cachée derrière elles.

Et là, je voudrais m’excuser auprès de mes amis qui ont des opinions différentes à cet égard. Je pense que nous pouvons convenir en toute maturité que sur certains points, nous ne sommes pas d’accord. À mon avis, le plus grand problème de notre camp aujourd’hui est une erreur de perspective. C’est-à-dire que, sans revenir à la source première du mal, aux origines du scientisme et de la technocratie, nous risquons de nous limiter à une interprétation partielle ou parcellaire de la réalité. Il faut revoir toute l’aventure de la Modernité, à commencer par l’absurdité du Big Bang et tout le récit de l’évolutionnisme.

Depuis l’imposition de la tyrannie d’État comme politique courante dans les conditions de la « nouvelle normalité », nos ennemis ont enlevé le masque libéral. Il est maintenant temps pour nous de faire ce qu’ils ont déjà fait et de nous débarrasser de l’illusion libérale. De tous les peuples, nous, intellectuels, sommes les plus touchés et les plus infectés par ces maladies mortelles induites, conçues pour tromper et dominer l’humanité. Pour certains d’entre nous, abandonner ce système de référence est un effort très difficile ; c’est comme si l’on renonçait à sa propre identité intime.

La chaîne conceptuelle fatale matérialisme-évolutionnisme-anthropocentrisme-scientisme-positivisme-nihilisme, et les conséquences logiques de cette chaîne, comme la technocratie et le transhumanisme, doivent être comprises dans leur totalité. Sinon, nous resterons les otages d’une vision réductrice incapable de nous guider vers la vérité. Plus encore, en restant prisonniers du paradigme libéral induit dans l’esprit collectif par nos ennemis, non seulement nous n’avons aucune chance de définir correctement et profondément les réalités qui nous entourent, mais nous devenons même les idiots utiles du système auquel nous prétendons nous opposer.

Notre esprit partiel, notre pensée tronquée, prend les formes splendides de doctrines philosophiques, de courants sociologiques, d’écoles économiques ou d’idéologies politiques. Mais quelle que soit la manière dont elles se manifestent, les fausses dichotomies donnent naissance à de fausses oppositions et maintiennent la pensée de la dissidence antisystème sous le contrôle de l’ennemi. C’est pourquoi, pour sortir de ce cercle vicieux, nous avons besoin d’un énorme changement de paradigme.

À cet égard, le cerveau maléfique du FÉM[1], Yuval Noah Harari, peut être très instructif pour nous. Le titre même de son livre, qui est une sorte de bible des mondialistes, Homo Deus, ainsi que ses interminables péroraisons sur la fusion de l’homme et de la machine et la perpétuation de la vie terrestre de l’homme sont extrêmement instructifs.

Vous souvenez-vous de cette histoire ?

Mais le serpent dit à la femme :

« Tu ne mourras pas, car Dieu sait que, lorsque tu en mangeras, tes yeux s’ouvriront et que tu seras comme Dieu, connaissant le bien et le mal ».

(Genèse, chapitre 3, versets 4 et 5).

Cela vous rappelle quelque chose, n’est-ce pas ? « Vous ne mourrez pas… vous serez comme Dieu ». La distance entre le message du tentateur biblique et le discours de Harari est précisément nulle. C’est le même message, avec le même but : tromper l’homme et le faire plier pour qu’il suive un but suicidaire.

Yuval Noah Harari

Une autre citation du même faux prophète, Harari, complète le profil identitaire des forces dont il se fait le porte-parole :

« Je veux dire, toute cette histoire de Jésus ressuscitant des morts et étant le Fils de Dieu est — c’est une fausse nouvelle [«fake news», en anglais] »1.

Ainsi, les mondialistes rejettent et nient la résurrection du Christ et le fait qu’il soit le Fils de Dieu. Et nous, les antimondialistes, qu’avons-nous à répondre ? Ou bien le poison du nihilisme, de l’anthropocentrisme opaque et autosuffisant a irrémédiablement paralysé jusqu’à notre perception de la réalité transcendante ? Si c’est le cas, nous ne pouvons pas nous opposer efficacement aux forces qui nous ont trompés et qui nous retiennent dans leur prison mentale.

Ainsi, si nous refusons l’agenda mondialiste, avant de lancer aux citoyens l’appel « Réveillez-vous ! », nous devons nous demander si nous, les dissidents, avons été capables de surmonter notre propre état de léthargie. Une fois de plus, rester le prisonnier aveugle de l’ennemi, c’est servir sa cause.

Ces dernières années, des personnalités très diverses de notre camp ont désigné nos ennemis mondialistes comme des forces sataniques. Qu’il s’agisse de l’arnaque à la pandémie, des injections obligatoires, de la guerre climatique, du transgendérisme ou de la pédocriminalité, la terminologie religieuse est de plus en plus présente dans nos médias alternatifs. Mais typiquement, nous utilisons cette notion comme une métaphore, comme une figure de style. Pourtant, ma conviction est que nous devons utiliser ces notions au pied de la lettre, car il s’agit de forces spirituelles maléfiques, d’entités infernales, d’êtres non humains.

Je plaide pour l’abandon des divagations modernes et le retour à la tradition, seule chance de survie pour l’humanité. Ce n’est pas une question de préférence, mais une nécessité vitale. La redécouverte de la vérité mystique, de la métaphysique, de la dimension transcendantale nous conduira directement à la définition exacte de notre ennemi. Et de là à la religion comme expérience personnelle, il n’y a qu’un pas.

Nos ennemis mondialistes ont fait leur choix. Ils ont pactisé avec le diable, tandis que nous restons seuls face à un ennemi infiniment plus fort. Ainsi, nous nous condamnons à la position d’éternels et irrémédiables perdants.

Nos ennemis ont donc réussi leur coup en s’alliant avec Satan. Sommes-nous capables de reconnaître cette réalité choquante ? Et si oui, sommes-nous capables de rechercher l’alliance et la protection de notre Dieu tout-puissant et invincible ? Ou préférerons-nous cultiver nos préjugés et notre inertie de pensée et habiter la niche psychologique qui crée une illusion de cohérence conceptuelle ?

Chers amis et camarades de notre lutte commune, il s’agit d’une guerre de religion, d’une agression spirituelle totale contre l’ensemble de l’humanité. Et si c’est le cas, notre réaction doit être adéquate. Nous devons comprendre que nous n’avons pas la moindre chance de survivre en utilisant uniquement les canaux politiques, académiques et médiatiques. Nous sommes dans un moment très critique de l’histoire et nous n’avons pas de temps à perdre en faisant des gestes aveugles contre le mal absolu. Notre stratégie de défense doit être avant tout spirituelle. Nous ne pouvons pas avoir une Résistance efficace sans cette façon de penser et d’agir.

Notre ennemi a empoisonné toute l’humanité avec le sophisme de la primauté de l’économie, avec le scientisme et la technolâtrie. Et cette vieille et dévastatrice stratégie démoniaque exige une réévaluation immédiate et profonde de notre système de référence.

Satan, en tant qu’incarnation politique concrète, est entré sur la scène mondiale dans toute sa stature, accélérant l’arrivée de la phase terminale de l’Humanité. Dans cette situation d’une gravité sans précédent, nous devons nous interroger : sommes-nous capables de déterminer un changement radical de cette trajectoire mortelle ? Nous ne sommes pas en mesure de nous soustraire à cette grave auto-interrogation, qu’elle corresponde ou non à notre paradigme conceptuel.

Je suis convaincu que notre chance de laisser derrière nous notre statut d’objet de manipulation, de domination et de meurtre de masse réside dans la voie suivante. Nous devons nous débarrasser de l’état humiliant d’objets de manipulation extérieure et devenir les sujets de notre propre destin. Pour surmonter la condition d’infériorité stratégique insurmontable, nous n’avons qu’un seul moyen. Nous devons nous allier à celui qui est infiniment supérieur à sa propre création déchue.

Nous ne savons pas et ne pouvons pas savoir si nous vivons la fin du monde ou même la fin de ce monde. Mais que ce soit le cas ou non, nous devons de toute urgence trouver la source de notre pouvoir et même de notre invincibilité. Et cette source ne vient que d’en haut. Nous devons être prêts à affronter aussi bien la mort du capitalisme par démolition contrôlée que la fin de l’histoire. Mais dans les deux cas, nous devons nous équiper d’outils ou d’armes spirituelles en adoptant une approche eschatologique.

L’année 2020 a marqué le début d’une décennie qui pourrait être fatale, voire mortelle, pour toute l’humanité. Ce n’est pas une coïncidence si elle a commencé sous une fausse pandémie et si elle se déroule sous la terreur de l’Agenda 2030 des Nations Unies.

La pression du temps et l’urgence d’identifier des solutions pour sauver des vies nous obligent à agir rapidement. Sinon, demain risque de ne pas arriver du tout. Notre réalité disruptive exige des changements non moins disruptifs dans notre vision. Ce séisme d’événements, dont l’impact sur l’humanité est énorme, exige une réponse proportionnée, qui s’écarte de notre perception antérieure.

Et c’est exactement ce que je veux vous dire en tant qu’optimiste chrétien.

Je vous remercie.

roscaiurieppcd@gmail.com

https://t.me/iurierosca


1 21 May 2022, YouTube, « Covid est essentiel, car c’est la raison pour laquelle les gens acceptent une surveillance biométrique totale ».

  1. [1] Forum Économique Mondial[]
image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

S’abonner à la discussion
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
7 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires