Passeport vaccinal : un succédané de l’étoile jaune

Passeport vaccinal : un succédané de l’étoile jaune

06/05/2021 (2021-05-06)

[Source : mediapart.fr]

On rend visible une information totalement intime, on autorise n’importe qui a la contrôler et à exclure socialement les personnes en fonction de cette information, une forme d’apartheid. Violation des droits de l’homme et des droits du patient de la haute autorité de santé. Lepenisation des processus.

Par Hélène de Troyes

Je suis contre le passeport vaccinal que j’assimile à l’étoile jaune. Ce processus me fait profondément honte tellement il viole notre devise : liberté, égalité, fraternité.

Pour moi, c’est le début d’une dérive funeste qui viole profondément nos valeurs démocratiques.

On rend visible une information totalement intime, on autorise n’importe qui à la contrôler et à exclure socialement les personnes en fonction de cette information, une forme d’apartheid.

Excessif ? L’étoile jaune a conduit aux camps de la mort, ce n’est pas comparable! C’est peut-être un peu excessif en première lecture… aujourd’hui…, sauf que… Les camps de la mort sont le résultat de 20 ans de dérive et de quelques déséquilibrés. Et il y en a beaucoup des déséquilibrés en ce moment sur notre pauvre planète…

Et puis, ça a bien commencé comme cela, un petit »fichage » aimable, bénin au début… ne vous inquiétez pas, ce n’est rien, c’est juste pour votre sécurité…

  • Puis l’ajout de l’étoile jaune…
  • Puis une interdiction de fréquenter certains lieux, de pratiquer certains métiers…
  • Puis l’ouverture des ghettos…
  • Puis l’ouverture des camps…

On peut relire le roman Histoire d’un allemand pour retrouver ce crescendo pas bien méchant au début.

Donc ma comparaison n’est pas si légère, elle est aussi appuyée que ma triste empathie pour l’histoire de ces peuples.

Au début avec le carnet de vaccination papier, il n’y avait que toi qui avais l’info. Le problème du carnet médical numérique, c’est que tu donnes la main à l’État qui te « fiche », tu perds le secret médical dont on sait à ce jour que Macron a vendu à Microsoft l’accès. Qui dit que le but de ceci n’est pas de tester l’acceptation au fichage médical, le carnet digital, l’app tous covid ayant capoté, les sociétés de Big Data et Big Pharma en rêvent… en préambule à une forme de dictature médicale. Ce sont des stratégies de grenouille dans le bocal d’eau chaude.

La croisade de l’intolérance et son alliée la peur pourrait être ainsi :

  1. Le sermonage : « tout le monde doit se vacciner. Faites-nous confiance, c’est totalement sûr » (ce qui n’est pas vrai).
  2. La culpabilisation : « c’est facile de compter sur les autres pour se protéger, les antivax sont des égoïstes irresponsables. »
  3. La ridiculisation : « les antivax sont des ignorants qui croient aux théories du complot, comme ceux qui croient aux médecines alternatives, au yoga, au bien-être, censurons ces sources d’information qui détournent le peuple du droit chemin. » Déjà activé !
  4. Le fichage : en débat, ce n’est pas encore validé. Et une fois que tu sais, tu ne peux pas faire comme si tu ne savais pas.
  5. Donc sous les cris d’orfraie des « protégés », tu es obligé d’ exclure les antivax des lieux « protégés ». Étape suivante : le fichage… surtout si les vaccins ne sont pas suffisamment efficaces… ce qui semble être le cas, puis interdire certains métiers (non aux instits antivax : nos enfants seraient trop en danger!).
  6. Avant de les acculer dans des lieux réservés à…

Les antivax sont vraiment traités comme des pestiférés par certaines personnes, alors qu’il y a plusieurs façons d’assurer son immunité et sa santé. Quand on se donne la peine de lire les commentaires du Monde ou de Médiapart pour voir le niveau de haine qui s’y déploie, sur le racisme, Metoo, l’écologie et les antivax, cela fait vraiment peur…

Sur les articles sur les médecines alternatives, ça donne déjà la nausée tellement l’intolérance et l’idéologie sont radicales et le débat, la liberté, reniés.

Non ce n’est pas comparable aux vaccins entre pays, où on t’empêche d’aller quelque part qui n’est pas vital pour toi. Là, on te bloque sur ton propre lieu de vie et tu n’as aucune alternative donc la comparaison avec l’étoile jaune et l’apartheid est bien justifiée. (cf. Articles 13 et 30 des droits de l’homme qui sont ici violés). Sans ajouter l’injustice d’accès à cette décriée vaccination (âge, localisation, santé…).

Cela viole aussi plusieurs articles du droit des patients de l’haute autorité de santé retranscrit ci-dessous

Droit à participer à la décision médicale ou consentement aux soins

  • le droit à participer activement aux décisions médicales qui le concernent ou décision médicale partagée (art. L 1111-4 du CSP) ;
  • le droit de refuser un traitement ou un acte médical (art. L 1111-4 du CSP) ;
  • le droit de quitter l’établissement à tout moment.

Droit au respect de la personne soignée

  • Le droit au respect sa dignité (art. L 1110-2 du CSP) ;
  • le droit au respect de sa vie privée et au secret des informations la concernant (art. L 1110-4 du CSP) ;
  • le droit au respect de son intimité ;
  • le droit au respect de ses croyances et de ses convictions ;
  • le droit d’être en mesure de participer à l’exercice de leur culte lors d’une hospitalisation (art. R 1112-46 du CSP).

Quand je vois avec quelle intransigeance les médecines alternatives sont pourchassées actuellement avec des moyens dont la rigueur morale fait douter, une vraie chasse aux sorcières a commencé. Certes, on ne tue pas des gens, on détruit leur carrière et on les accule au suicide ou la dépression aggravée. En raison du non-respect des choix individuels, on peut même faire face au refus de soin… pour te punir, cela m’est déjà arrivé personnellement. Cela arrive aussi à ceux qui ont des cancers et là, l’issue peut être fatale.

Allez si on tue déjà des gens en masse en raison de l’intolérance aux médecines alternatives… et cela montre jusqu’où Big Pharma est prêt à aller…

Le scénario de la fabrique du consentement qui s’applique ici avec des boucs-émissaires désignés.

Depuis quelque années, que ce soit dû au terrorisme ou là à un petit risque sanitaire (le covid est à 3% en létalité vs SRAS à 10%, Ebola est à 50%, la peste bubonique à 80%, pneumonique à 100%), nos libertés reculent de façon excessive et dangereuse. La digitalisation des moyens de flicage rend ces pratiques encore plus intrusives et implacables. Quand on voit l’impact de la notation sociale en Chine, ça fait froid dans le dos : avec une montre digitale, on trace le nombre de fois ou un enfant lève le doigt en classe. On lit certains articles envieux qui disent que les dictatures sont plus efficientes dans la lutte contre le covid : CQFD?

Donc, je ne sais pas où on en sera dans 20 ans au niveau de l’intolérance et de la « norme » sociale. Marine Le Pen est tout de même aux portes du pouvoir, la dernière présidentielle s’est faite alors que nous étions en état d’urgence, c’est encore le cas actuellement… Enfin, l’enjeu écologique va challenger ces normes sociales fortement dans les années à venir, on parle déjà des Khmers verts… D’où l’intérêt du quota carbone individuel, mais global.

Pour reprendre leurs éléments de langage en termes de bénéfice/risque, le covid ne mérite pas de violer nos lois. Face aux enjeux à venir, la qualité de notre démocratie compte plus à mes yeux que le nombre de morts du covid qui reste modéré (chaque mort étant un drame individuel) sachant que l’un n’empêche pas l’autre.

Comparer cela à l’étoile jaune montre que la perspective peut-être très dommageable à terme, si on n’y est pas très vigilant dès le début.

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments