Bill Gates finance un programme de largage massif de moustiques OGM

04/08/2023 (2023-08-04)

[Source : MPI]

[Texte sur l’illustration :
« Le World Mosquito Program contribue à protéger les communautés du monde entier contre les maladies transmises par les moustiques. »]

Par Pierre-Alain Depauw

Saviez-vous que depuis 2022, le World Mosquito Program, financé notamment par la Fondation Bill Gates, libère chaque semaine 30 millions de moustiques modifiés à travers onze pays, répartis sur plusieurs continents, dont les autorités ont accepté cette expérience ?

Voici ce qu’on peut lire sur le site internet du World Mosquito Program :

Comme avec les « vaccins » contre le Covid 19, on se retrouve une fois de plus dans un programme expérimental à grande échelle, dont les initiateurs vous assurent que normalement il ne devrait pas entraîner de conséquences pour l’homme. Mais au rythme de trente millions de moustiques libérés chaque semaine à raison d’une trentaine par rue, il sera bien trop tard pour faire marche arrière si des scientifiques libres s’aperçoivent que les conséquences se révèlent désastreuses pour l’homme ou pour la nature.

Un « livreur » du World Mosquito Program libère une trentaine de moustiques contenus dans un récipient,
puis repart faire la même chose quelques rues plus loin.

Une expérience aux conséquences inconnues

Ce programme expérimental n’est en tout cas pas du goût de tous.
« Les gens n’ont pas consenti à faire partie de cette expérience de biopesticide en plein air », souligne le co-directeur de Californians for Pesticide Reform.
La Californie ayant été sélectionnée pour participer à l’expérience, huit législateurs démocrates ont exigé que les autorités rejettent le projet sans un examen approfondi de ses impacts potentiels.

La société de biotechnologie Oxitec a fait de la Californie le deuxième État américain — après la Floride — à avoir une libération expérimentale de ses moustiques génétiquement modifiés et a demandé un permis pour mener des recherches avec son produit sur 48 sites d’essai dans le comté de Tulare.

La libération expérimentale utiliserait l’espèce de moustique Aedes aegypti et viserait à réduire sa population dans le comté de Tulare.

Selon le California Department of Pesticide Regulation (DPR), entre 5 000 et 30 000 moustiques modifiés seraient libérés chaque semaine sur chaque site et le permis serait effectif jusqu’au 30 avril 2024.

[Voir aussi :
La Malaria aux USA grâce à Bill Gates ?]

Expérience suspendue en Californie

Alors qu’Oxitec a déjà agité la conclusion de l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) selon laquelle de tels rejets n’affectent pas négativement les humains ou l’environnement, plusieurs législateurs californiens ont considéré qu’un examen de la proposition par l’EPA n’était pas suffisant et ont suspendu l’expérimentation sur le territoire californien. Mais elle se poursuit en Floride et dans d’autres pays.

« Des recherches scientifiques importantes sont encore nécessaires pour comprendre les préoccupations potentielles en matière de santé publique et d’environnement associées à la libération de ce nouvel insecte avant toute approbation », ont écrit plusieurs élus californiens.

« Nous croyons comprendre que, bien que l’EPA des États-Unis ait approuvé la libération des moustiques génétiquement modifiés en Californie, l’agence n’a pas procédé à un examen scientifique approfondi des impacts de cet insecte sur la santé publique ou l’environnement. La Californie doit exiger des informations plus nombreuses et de meilleure qualité avant toute approbation. »

Les législateurs ont suggéré que la DPR procède à un examen public des données de Floride concernant la libération expérimentale de moustiques génétiquement modifiés par l’État, organise des réunions publiques où les membres de la communauté peuvent exprimer leurs préoccupations et entendre des experts indépendants, et établit un comité consultatif scientifique indépendant pour examiner la proposition d’Oxitec.

« Avant d’autoriser l’utilisation de moustiques génétiquement modifiés, le Département californien de la réglementation des pesticides devrait prévoir des règles claires et un examen des risques pour la santé publique et l’environnement liés à la libération des insectes dans le cadre d’un processus public », a déclaré Laura Friedman, membre de l’Assemblée qui représente Glendale.

« Il y a trop de facteurs inconnus sur la façon dont cela pourrait affecter notre biodiversité à long terme, y compris comment cela pourrait influencer les populations d’oiseaux, de chauves-souris, d’espèces de poissons et d’autres insectes. »

Rebecca Spector, directrice de la côte ouest au Center for Food Safety, a applaudi les législateurs pour avoir « pris des mesures pour protéger la santé publique et l’environnement des impacts inconnus des moustiques génétiquement modifiés ».

« Ils demandent à juste titre à DPR de mener un examen plus complet et des réunions publiques pour les résidents qui seront touchés, avant d’approuver ce permis », a déclaré M. Spector.

Angel Garcia, un résident du comté de Tulare qui est co-directeur de Californians for Pesticide Reform, considère qu’enquêter sur les effets de cette expérience est « une question de justice environnementale ».

La Fondation Bill Gates derrière le financement du World Mosquito Program

La Fondation Bill et Melinda Gates, en collaboration avec le Wellcome Trust, a accordé au World Mosquito Program 33,7 millions de dollars de fonds supplémentaires en septembre 2022.

Ces deux fondations ont déjà versé 124,6 millions de dollars américains depuis 2010 pour financer ce programme.

image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

S’abonner à la discussion
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires