La fausse alternative russe au mondialisme

10/12/2023 (2023-12-10)

Le néocominternisme*, fausse alternative au mondialisme

[Source : telegra.ph]

Par Iurie Rosca

La raison d’écrire cet article est que je remarque parmi nous que certains combattants du front altermondialiste font preuve d’une persévérance digne de choses plus nobles pour pratiquer une propagande ouverte et bruyante en faveur du Kremlin au détriment d’analyses géopolitiques pertinentes. Je n’ai aucun moyen de savoir s’il s’agit d’une inertie de la pensée, d’une zone de confort psychologique ou d’une motivation pécuniaire. La motivation peut varier d’un cas à l’autre. Mais je ne peux pas non plus tolérer que le mensonge avec des prétentions d’exercices intellectuels valables et surtout honnêtes poursuive son cours sans relâche.

J’ai remarqué depuis longtemps et même commenté le fait qu’au sein des cercles considérés comme dissidents, antisystème, antimondialistes, il existe une certaine catégorie de personnes qui ont remplacé l’analyse politique par des exercices d’adoration-vénération de l’administration du Kremlin. Et quoi que fasse ce « collectif Poutine », les infatigables admirateurs des officiels de Moscou sont toujours prêts à promouvoir leur politique, en se faisant passer pour des propagandistes ou des défenseurs de la gérontocratie/xénocratie du Kremlin.

Leurs approches ne diffèrent en rien de la politique éditoriale de RT ou de Sputnik. Pire, ils placent sur leurs propres blogs directement, sans aucun commentaire, les communiqués officiels des dirigeants de la Russie (qui ne sont pas forcément russes ou du moins pro-russes !). En tant que personne ayant grandi en URSS et connaissant donc bien les réalités de la Russie et suivant la presse alternative originale de ce pays (présente uniquement sur Internet en raison de la censure et de la persécution !), je peux plus facilement détecter les confusions qui dominent l’esprit de certains auteurs par ailleurs valables lorsqu’ils critiquent l’Occident collectif et les mondialistes.

La cause d’une certaine confusion dans la compréhension de la nature du pouvoir à Moscou réside dans la dichotomie de la formule du conflit entre l’Occident et la Russie. En d’autres termes, si vous êtes contre l’Occident, vous devez nécessairement être du côté de ceux qu’il affronte, je veux dire du côté de la Russie, la Chine, les BRICS. Tertium non datur [Une troisième possibilité n’est pas accordée]. La logique est simple. Puisque les Américains/Occidentaux sont les « méchants » par excellence, il semblerait que ceux qu’ils combattent/affrontent soient du camp des « gentils ».

Pour comprendre ce type de conflits, il serait utile de nous rappeler le « triangle dramatique de Karpman » qui est en fait un modèle social d’interaction humaine proposé par Stephen B. Karpman. Dans ce schéma de manipulation, les rôles sont distribués : L’Occident est en position de « persécuteur », la Russie se voit attribuer le rôle de « victime », et le « sauveur » doit apparaître plus tard, sous la forme d’un centre unique de pouvoir mondial. Pour l’instant, cependant, la position de héros sauveur est généreusement attribuée à Poutine. Selon le manuel de manipulation des masses ou l’alphabet de l’ingénierie sociale, l’instrumentalisation de ces conflits, pour être réussie, doit laisser invisible le manipulateur, qui se trouve au sommet du triangle respectif.

Pour décrypter de tels scénarios et éviter la position ingrate de victime de la manipulation, voire de propagateur de la désinformation mondialiste, il suffit d’identifier correctement le cadre approprié pour lire de telles situations. Et, si l’identification d’un système de décodage de ces jeux à l’échelle internationale était plus difficile jusqu’en 2020, la fausse pandémie Covid -19 a provoqué un choc suffisamment fort pour sortir de la rêverie.

Comme je l’ai mentionné dans mes autres textes et interventions, je constate, surtout depuis le printemps 2020, que la Russie de Poutine fait le jeu des mondialistes par l’adhésion des gouvernants de ce pays aux directives génocidaires et liberticides de l’OMS. Le récit complet des satanistes opérant par l’intermédiaire de Big Pharma et de l’OMS est devenu et reste à ce jour un discours officiel obligatoire en Russie. Absolument toutes les mesures draconiennes sous prétexte de santé : fermetures, injections forcées, etc. ont été imposées en Russie comme partout ailleurs. Et M. V. Poutine est apparu à plusieurs reprises comme un agent publicitaire de Big Pharma, promouvant l’injection de masse et affirmant que lui-même et ses filles avaient été vaccinés à plusieurs reprises. Et celui qui a dirigé toute l’opération de « meurtre par injection », Alexander Ginsbourg, chef d’un institut douteux appelé « Centre national d’épidémiologie et de microbiologie de Gamaleya », a reçu les plus hautes commandes de l’État de la part de M. Poutine. La Russie reste fidèle à l’OMS et participe à toutes les réunions de cette organisation créée par le clan Rockefeller en collaboration avec d’autres cercles satanistes.

Plus grave, les critiques de la politique génocidaire ont été et sont persécutées par les dirigeants russes. Il n’est pas moins dramatique de constater que les hiérarques de l’Église orthodoxe russe ont à nouveau manifesté une relation de subordination à l’État, qui n’a pas changé depuis l’époque des bolcheviks. Ce phénomène s’appelle le sergianisme.

L’expression « sergianisme », qui désigne une politique de loyauté inconditionnelle envers le régime soviétique pratiquée par les dirigeants de l’Église orthodoxe russe et qui est associée à sa déclaration de 1927 [du patriarche Sergius], est dérivée de son nom. (Wikipedia)1

Une remarque s’impose. Le piège de l’adhésion totale au régime de Poutine, dans lequel tombent certains intellectuels occidentaux, n’est pas nouveau. La même chose s’est produite pendant la guerre froide, lorsque de nombreux intellectuels occidentaux qui détestaient le système capitaliste sont tombés dans les bras des Soviétiques, présentant l’URSS comme une alternative à l’Occident. Certains sont même devenus membres de partis communistes en Europe il y a quelques décennies ou ont rejoint divers groupes marxistes, maoïstes, trotskistes, etc.

La situation se répète aujourd’hui. Dégoûtés et révoltés par la ploutocratie mondialiste et ses politiques en Occident, certains se laissent séduire par la propagande étatiste-orthodoxe de Moscou, sans comprendre qu’il ne s’agit en fait que d’un simulacre, d’un village Potemkine 2.

L’état d’incantation, de fascination, d’hypnose exercé par le colosse russe paralyse tout esprit critique, annihile toute trace d’analyse lucide. Dans cet état de rêve béat, ces intellectuels, qui produisent des critiques valables lorsqu’ils se réfèrent à leurs propres pays en Europe, deviennent omnivores et consomment tous les succédanés de la propagande moscovite. La Russie impériale, l’URSS, Nicolas II, Staline, le mausolée de Lénine, les pentagrammes sur les tours du Kremlin et sur les épaulettes des officiers, et l’orthodoxie sont parfaitement intégrés dans cette image du monde.

J’ai appelé ce type de réseau antimondialiste, qui ne voit que d’un œil, n’entend que d’une oreille et ne pense qu’avec un demi-cerveau, les néocominternistes. Peu importe finalement qu’il s’agisse d’« idiots utiles » (Lénine) ou de mercenaires conscients de leur mission. Ce qui compte, c’est l’effet d’intoxication des médias dissidents en Occident qui commencent à croire au récit Russie-Chine-BRICS comme alternative au mondialisme.

J’ai publié trois articles sur les BRICS3 il y a quelques mois, c’est pourquoi je ne m’arrêterai pas ici sur cette construction mondialiste qui excite tant de naïfs qui espèrent échapper à la domination de l’Occident. Comment leur expliquer que les pays occidentaux sont également colonisés par les mêmes entités ou entreprises privées qui ont colonisé le reste du monde, y compris la Russie et la Chine ?

J’insiste : le fait que la Russie soit le pays cible des mondialistes ne fait aucun doute ; mais elle a été colonisée immédiatement après l’effondrement de l’URSS, tout comme les autres pays ex-communistes. La structure de l’économie, du pouvoir politique et des grands médias est parfaitement conforme au système occidental. L’administration de l’État est profondément pénétrée par des réseaux d’influence affiliés à des centres de pouvoir extérieurs, profondément hostiles aux intérêts russes. Il est vrai que l’ennemi extérieur de la Russie est puissant, mais sans ses liens avec l’ennemi intérieur (la cinquième colonne), il serait moins dangereux.

Pour comprendre la gravité de la situation en Russie, il suffit de suivre la dynamique de la guerre en Ukraine. Au lieu de remporter une victoire rapide et définitive, les dirigeants russes se sont enlisés dans une longue série de revers et de reculs sur des territoires déjà conquis, préférant une guerre de tranchées sans offensive significative. Espérons que Moscou parviendra à éviter un deuxième Afghanistan. Car l’implication de l’URSS dans la guerre dans ce pays a représenté un piège qui a largement déterminé la dissolution de l’empire soviétique.

Quant à la coopération de la Russie avec la Chine, en bref, la Russie, après avoir été isolée de l’Occident, a réorienté l’approvisionnement de ses propres ressources énergétiques et d’autres ressources naturelles telles que le bois vers ce pays. Si je regarde la structure des échanges commerciaux de la Russie, elle ressemble à une « république bananière » dotée d’armes atomiques.

Depuis quelques jours, les partisans du régime de Poutine ne cessent d’applaudir sa visite en Arabie Saoudite et aux Émirats Arabes Unis. La jubilation coule de la plume généreuse des propagandistes du mondialisme à la russe. Hourra ! L’isolement international de Poutine a échoué ! Applaudissements ! De plus en plus de pays veulent rejoindre les BRICS et recourir à la « dédollarisation » de leurs économies et de leurs échanges ! En réalité, il n’y a pas lieu de se réjouir. Pour un analyste patriote, la dédollarisation du monde en faveur de la subordination de tous les pays à un système unique de CBDC n’est pas une occasion de se réjouir.

Le système de Bretton Woods est dépassé et se désintègre non pas parce que la Russie, la Chine et, plus largement, l’Est et le Sud du monde s’émancipent par rapport à la métropole, mais parce que les maîtres de la métropole ont décidé de changer le paradigme économique mondial. Le processus de concentration du capital et de la richesse mondiale est terminé. Le capitalisme industriel classique, auquel a succédé le capitalisme financier et spéculatif, est actuellement remodelé selon la formule du « capitalisme inclusif ». L’énorme avancée technologique de ces dernières années est en train de remodeler rapidement le monde entier. Klaus Schwab, avec ses deux livres « La quatrième révolution industrielle » et « La Grande Réinitialisation », est aussi explicite que possible à cet égard.

Ainsi, ceux qui se transforment en caisse de résonance du Kremlin devraient tenir compte du fait que, par exemple, malgré les conflits avec l’Occident, en Russie, comme dans tous les autres pays, le même programme mondialiste est imposé. Et cela est bien connu dans nos milieux. Il s’agit de l’Agenda 21/2030. Et le centre de commandement unique des mondialistes fonctionne parfaitement à travers l’ONU (qui exerce déjà une gouvernance mondiale totale), l’OMS, la Banque des règlements internationaux, etc. Une fois de plus, tout l’agenda dystopique des mondialistes est mis en œuvre à une vitesse fulgurante dans tous les pays, et la Russie ou la Chine sont les champions en la matière.

L’élimination de l’argent liquide, la numérisation de toute la société, la collecte de données biométriques, l’imposition de documents électroniques, la surveillance généralisée, le triomphe de l’IA, l’expansion des recettes de la technologie 5G et 6G, la suppression de toutes les libertés civiles, l’adhésion à l’idéologie du faux académisme et du vaccinisme, voilà les réalités cauchemardesques qui se cachent derrière les divisions et les conflits horizontaux.

Dans nos cercles dissidents, antisystème et conservateurs, on sait quels sont les instruments permettant d’établir le nouvel ordre mondial et un gouvernement mondial. Outre les fausses pandémies et la numérisation totale, l’outil clé pour l’asservissement de toute l’humanité et la dépopulation massive par la famine artificielle, les guerres et les vaccinations obligatoires est la religion du changement climatique. Cette fausseté scientifique, promue à l’origine par l’organisation mondialiste du Club de Rome, puis devenue un acte adopté lors du sommet de la Terre à Rio en 1992, sert de prétexte à la destruction de l’économie mondiale, à l’imposition de l’empreinte carbone et aux autres composantes de ce plan diabolique.

Nous savons tous que la Conférence sur le changement climatique, ou COP28 sous l’égide de l’ONU, se tient ces jours-ci à Dubaï. Et nos amis du gouvernement russe y sont présents4. En visite aux Émirats arabes unis, Poutine est apparu heureux à l’occasion de ce sabbat sataniste :

« Aujourd’hui, l’un des plus importants forums écologiques internationaux (la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques — COP28) se tient aux Émirats arabes unis. Les premiers résultats des accords de Paris y sont résumés… ». Le président russe a souligné que « la délégation russe est très impliquée dans les travaux de la conférence. Nous vous souhaitons beaucoup de succès, et je ne doute pas que vous en aurez ».

(TASS)

En conclusion, force est de constater que les vieux plans des lucifériens, masqués dans des méga-corporations transnationales, dans des organisations internationales, secondés par des gouvernements fantoches, continuent leur marche triomphale à travers le monde. Les rôles sont distribués et les acteurs suivent strictement le scénario établi. Tout écart est puni de mort. Voir les cas de la Yougoslavie, de l’Irak et de la Libye. Plus la série d’assassinats pendant la fausse pandémie Covid-19 de dirigeants de pays africains et du président haïtien Jovenel Moïse. Seuls les serviteurs de la puissance des ténèbres sont restés aux postes de direction.

Je ne sais pas de quoi demain sera fait. Nous espérons une intervention divine dans le cours de l’histoire et une révolte des nations. Dans ce contexte, je suis vraiment désolé, mais Poutine et son régime ne sont pas les sauveurs.

L’histoire risque d’entrer dans sa phase terminale, mais la nature humaine ne change pas. L’homme continue à créer ses idoles, à les adorer, et parfois à être récompensé pour avoir divinisé certaines nullités.

P.S. Poutine a pleuré la mort, le jour du 100e anniversaire, du monstre et criminel de guerre Kissinger. Une longue et étrange relation liait ces deux personnes, et l’ascension même du chef du Kremlin y serait liée. Le président russe a également envoyé un télégramme de condoléances à la veuve de son protecteur spirituel, qui était également le mentor de Klaus Schwab (voir http://en.kremlin.ru/events/president/news/72875).

Iurie Rosca

Journaliste, éditeur et président de l’Université des peuples.


image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

S’abonner à la discussion
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
14 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires