Culte numérique : la Russie légalise l’utilisation du smartphone à l’école

10/12/2023 (2023-12-10)

[Source : russiepolitics]

Par Karine Bechet-Golovko

Le smartphone est devenu un élément central de l’enseignement en Russie. En général, cet instrument est pour une grande partie de la population, quel que soit le pays, un prolongement du corps, un succédané de l’esprit, ce qui permet de normaliser l’acception a priori absurde « d’intelligence artificielle ». Cet objet de culte participe grandement à la dégradation de la qualité de l’enseignement en particulier et de l’individu en général. C’est pourquoi les députés russes ont décidé de réguler son utilisation — et donc de la légaliser, afin de « renforcer la qualité de l’enseignement ». La déglobalisation doit d’abord passer par les esprits, par la possibilité de penser le monde en dehors des cultes globalistes, et cela va prendre beaucoup de temps…

[Voir aussi :
Le smartphone
Ceci N’est PAS un smartphone, mais un outil de contrôle
Hausse des cancers liés à l’utilisation des smartphones
Nomophobie. Cette dépendance au smartphone dangereuse pour la santé…
Qu’est-ce que l’oxyde de graphène et les nanotechnologies ont à voir avec la 5G ?
La chute de l’homme dans l’algorithme
La fausse alternative russe au mondialisme]

De merveilleux titres apparaissent dans les médias russes, variant tous sur le mode — Les smartphones sont interdits à l’école ! Ainsi, Volodine, le président de la Douma, la chambre basse du Parlement russe, d’affirmer, que les parents et les enseignants l’ayant demandé, ces nouvelles normes vont permettre d’augmenter la qualité de l’enseignement. Hourra !

Le projet de loi, qui vient d’être adopté en deuxième et troisième lectures, prévoit diverses dispositions, notamment le retour du cours de travaux pratiques pour les petits, un renforcement du statut et du rôle de l’enseignant ou encore met l’accent sur l’importance de la discipline. Cela est très beau, mais ce projet de loi ne remet aucunement en cause les dérives liées au processus de Bologne d’une spécialisation excessive des enfants dès l’école, qui n’ont plus de connaissances générales et systématisées, ni l’ajout de matières n’ayant strictement aucun lien avec l’enseignement scolaire général (comme par exemple le maniement des appareils de télécommunication dans les classes de terminale de littérature, rebaptisées classes « médias » dans la plus pure ligne globaliste). Rappelons que ces matières, pour le moins très spécifiques, remplacent des matières fondamentales, qui disparaissent — comme la géographie ou la physique, par exemple, en terminale, sauf pour les classes spécialisées…

Et ce qui est plus inquiétant, sous couvert d’une amélioration de la qualité de l’enseignement, l’utilisation des smartphones est réglementée, donc légalisée. Si l’intrusion du smartphone et des technologies dans le processus d’enseignement scolaire a commencé avant le Covid, ils sont devenus incontournables depuis et désormais cette ligne est poussée au fanatisme. Les élèves n’ont plus de carnets de présence ni de devoirs, tout est électronique. Mais cela n’étant pas suffisant, les enseignants créent des groupes sur Watsapp, en dehors du système de l’école, où ils envoient les devoirs, à n’importe quel moment, quand ils y pensent, parfois la veille au soir. Il est donc impossible pour les élèves de s’organiser et les enseignants ont perdu toute discipline personnelle. Dans toutes les classes, vous avez des tableaux électroniques, qui parfois s’allument sur n’importe quoi, qui fonctionnent comme des écrans en permanence face aux enfants, habitués à ne plus regarder et à communiquer avec l’enseignant, mais à être face à des signaux lumineux. Pendant les cours, les enfants ont leurs téléphones avec eux, ce qui permet à certains de s’y engouffrer au lieu de suivre les leçons. Sans compter certains professeurs, qui leur demandent, pour le cours, de se connecter à certains sites, pour faire des exercices ou lire des textes. Ou encore des professeurs diffusant, en guise de cours, des présentations prises sur internet, que les élèves doivent photographier depuis leur place, car ils n’ont pas le temps de noter.

Que reste-t-il du processus d’enseignement dans ces cas ? Rien. Ce n’est qu’une imitation — déstructurante.

Ce projet de loi non seulement ne remet rien de cela en cause, mais légitime les dérives. Comme il est possible de le lire dans la lettre explicative accompagnant le dossier législatif :

« Afin de créer les conditions favorables permettant aux enseignants de faire leurs cours d’enseignement lors de la mise en œuvre des programmes de formation générale de base, il est établi que, lors de ceux-ci, les élèves ne sont pas autorisés à utiliser des moyens de communication. Une exception sera faite dans les cas prévus par le programme éducatif, dans lesquels un accès direct aux ressources électroniques est prévu, ainsi que dans les situations liées à l’émergence d’un danger pour la vie ou la santé des élèves ou des employés d’un organisme éducatif. La mise en œuvre de cette disposition permettra de minimiser les facteurs de distraction pour les élèves lors des cours d’enseignement. »

Donc, les élèves gardent leurs smartphones avec eux pendant les cours, les enseignants peuvent continuer à y recourir comme auparavant et personne ne réagira plus qu’avant face à un élève, qui a le nez dans son écran. Et l’on voit bien une manipulation, non seulement dans les titres médiatiques, mais aussi par l’image accompagnant l’annonce sur le site de la Douma.

C’est l’image de l’école traditionnelle, qui est ici montrée. Elle ne correspond pas à la réalité dans la plupart des écoles du pays. Pourquoi ne pas montrer ce monde cautionné par le projet de loi, à savoir un élève devant un tableau électronique, avec un enseignant assis derrière un ordinateur et des élèves avec des smartphones sur la table ? Cette image choquerait trop, elle ne peut être montrée. C’est pourtant ce monde, qui est ici construit, notamment avec cette loi.

Depuis le choc covidien, le niveau des élèves a sérieusement baissé et cela se voit à l’Université. Désormais, à la faculté de droit de l’Université de Moscou, qui est la meilleure université du pays et qui refuse de baisser le niveau (ce qui est couramment pratiqué ailleurs), 70 % des étudiants de première année sont incapables de passer du premier coup leurs examens. C’est du jamais-vu. Ils ne sont plus adaptés à des études réelles.

En quoi ce projet de loi, va-t-il réellement permettre une amélioration de la qualité de l’enseignement ? En rien, si l’on tient compte de l’intérêt national. Il légitime en revanche les dérives globalistes, bien persistantes, et dont les forces vives en Russie se regroupent autour de la question du numérique. Tout d’abord, parce que c’est le dernier bastion, qui leur reste ici. Ensuite, parce que la Russie a toujours été attirée par la question technologique. Mais au moins à l’époque soviétique, le progrès technique était réel et s’appuyait sur une force intellectuelle nationale. Du coup, le culte n’était pas nécessaire. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.

image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

S’abonner à la discussion
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires