Les BRICS — un instrument clé pour l’établissement du nouvel ordre mondial

29/08/2023 (2023-08-29)

[Source : telegra.ph]

Par Iurie Rosca

Après avoir publié deux articles successifs sur le Sommet des BRICS à Johannesburg1, dans lesquels je montrais que ce conglomérat de pays ne représente pas une alternative à la mondialisation unipolaire, le document final2 de cette réunion confirme pleinement mon approche. Les BRICS représentent un élément clé de la stratégie mondialiste de mise en œuvre d’un coup d’État global et d’établissement du Nouvel Ordre Mondial.

Avant d’entrer dans l’examen de ce document, je ferai quelques remarques générales. Depuis l’émergence de cette organisation jusqu’à aujourd’hui, il existe un décalage frappant entre la propagande vantant les mérites des BRICS en tant qu’alternative au système international mondialiste et leurs documents officiels. Alors que la propagande présentait cette initiative comme une rupture majeure, issue de la volonté des économies émergentes de s’émanciper de la domination impériale de l’Occident collectif, les documents officiels, au contraire, montrent sans ambiguïté une obéissance totale à l’agenda fixé par les mondialistes pour la création d’un ordre mondial unipolaire sous un centre de commandement unique. Pour constater cette divergence, il suffit de parcourir attentivement les documents officiels de toutes les réunions de cette organisation.

Toute la philosophie politique qui émane de ces textes est imprégnée par l’esprit du néolibéralisme mondialiste, par le mythe du libre-échange comme élément clé, par l’exaltation des investissements étrangers dans les économies de tous les pays, par la primauté de l’économie et, plus largement, par le mythe du progressisme, du scientisme et de la technolâtrie.

Le premier constat serait donc que les « élites politiques » de ces pays ont été colonisées mentalement de manière irrémédiable. Le poison idéologique de l’Occident qui s’est répandu dans le monde entier a dévasté tout système de valeurs traditionnel, imposant son propre paradigme comme système de référence unique, indiscutable et axiomatique. Et les péroraisons de certains dirigeants officiels de ces pays sur la préservation des traditions nationales ne sont rien d’autre que des simulacres ou peut-être des illusions de quelques provinciaux incapables de saisir la vue d’ensemble des processus qui se déroulent à l’échelle mondiale.

La deuxième remarque fondamentale concerne l’affiliation totale de ces pays à tous les organismes internationaux par lesquels l’élite mondialiste établit le nouvel ordre mondial : ONU, FMI, OMS, OMC, Banque des règlements internationaux, etc. Comme nous l’avons déjà noté, s’engager fermement et servilement à mettre en œuvre les dispositions de l’Agenda de l’ONU pour le développement durable, à se conformer aveuglément à toutes les ordonnances de l’OMS relatives aux fausses pandémies, etc., à obéir au mythe du « réchauffement climatique », à mettre en œuvre la numérisation totale et le contrôle total des citoyens, etc. révèle une relation de subordination à un centre de commandement unique qui s’impose par le biais de ces institutions internationales.

Je rappelle ici une vérité bien connue. Avec le lancement du processus de déréglementation et l’imposition du libre-échange comme norme obligatoire pour tous les États du monde, les États en tant qu’acteurs des relations internationales se sont retrouvés subordonnés à des entités économiques, à savoir les sociétés transnationales, qui sont devenues les principaux acteurs à l’échelle mondiale qui façonnent le monde en fonction de leurs propres intérêts privés. Il suffit de citer ici le livre de David C. Korten « When Corporations Rule the World » [« Quand les entreprises dirigent le monde »] écrit il y a trois décennies. Et au cours des trente années qui ont suivi la publication de ce livre, les entreprises ont acquis un pouvoir infiniment plus grand, subordonnant totalement la politique, l’administration des pays et les organisations internationales. En ce sens, les pays BRICS ne sont pas une exception, mais figurent dans le registre commun des pays soumis à un profond processus de désouverainisation.

Je voudrais également préciser ici que toute la rhétorique du conglomérat des BRICS ne mentionne rien au sujet d’une éventuelle stratégie de développement alternative. Par exemple, pas un mot sur le rejet de la pensée unique en économie. Pas un mot sur le protectionnisme, le nationalisme économique, la défense des marchés nationaux contre l’invasion des capitaux et des biens étrangers, sur l’économie de proximité ou, pour citer un auteur célèbre, sur la splendeur d’une économie moléculaire. « Small Is Beautiful » [« Ce qui est petit est beau »], disait à juste titre E.F. Schumacher3. Et pour le plus grand bénéfice des gens, mais pas des requins du capitalisme mondialiste. Vous souvenez-vous de cette phrase brillante ? « C’est l’économie, idiot ! »4

Et parce que les braves dirigeants des pays BRICS ne sont pas stupides, ils rejettent toute hérésie qui mettrait en péril le système économique dominé et sa religion unique. La vision d’un Alexander Hamilton ou d’un Friedrich List est oubliée, de même que toute l’école de pensée basée sur le patriotisme économique, aussi appelé souveraineté économique.

La gigantomanie mondialiste, avec à sa base les quatre « valeurs fondamentales » — la libre circulation des biens, des capitaux, des services et des personnes — sous-tend les principes d’activité des pays BRICS, contribuant ainsi pleinement à la disparition définitive des États et des nations dans le melting-pot mondial.
Passons maintenant à l’examen de la déclaration finale du sommet des BRICS en Afrique du Sud. Nous reproduisons ici le nom complet de ce document : « Déclaration de Johannesburg II. Les BRICS et l’Afrique : Partenariat pour une croissance mutuellement accélérée, un développement durable et un multilatéralisme inclusif, Sandton, Gauteng, Afrique du Sud, 23 août 2023 »5. Nous citerons des extraits de ce long document sans faire trop de commentaires.

« 3. Nous réitérons notre engagement en faveur d’un multilatéralisme inclusif et du respect du droit international, y compris les objectifs et les principes inscrits dans la Charte des Nations unies (ONU), qui en est la pierre angulaire indispensable, ainsi que le rôle central de l’ONU dans un système international… ».

L’ONU est donc pour eux une autorité incontestable, alors que c’est à travers elle que s’exerce la gouvernance mondiale.

« 5… Nous appelons également à accroître le rôle et la part des femmes des EMDC à différents niveaux de responsabilité dans les organisations internationales ».

L’accent mis sur le rôle des femmes dans la politique, la société, les affaires, etc. fait partie de l’idéologie féministe en tant que stratégie visant à détruire la famille par la masculinisation des femmes.

« 6. À cet égard, nous soulignons qu’ils devraient être mis en œuvre au niveau de la gouvernance mondiale ainsi qu’au niveau national ».

Le terme de gouvernance mondiale implique l’exercice d’un pouvoir mondial à partir d’un centre unique.

« 7. Nous soutenons une réforme globale de l’ONU, y compris de son Conseil de sécurité, en vue de la rendre plus démocratique, plus représentative, plus efficace et plus efficiente, et d’accroître la représentation des pays en développement au sein du Conseil afin que celui-ci puisse répondre de manière adéquate aux défis mondiaux actuels et soutenir les aspirations légitimes des pays émergents et en développement d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine, y compris le Brésil, l’Inde et l’Afrique du Sud, à jouer un rôle plus important dans les affaires internationales, en particulier au sein des Nations unies, y compris de son Conseil de sécurité ».

La « réforme de l’ONU » est l’appât fondamental pour les dirigeants de ces pays, qui pensent ainsi échapper à la domination de leurs anciens oppresseurs. Mais comme ce ne sont pas les États, mais les entités privées qui déterminent la politique au niveau international, ces changements ne seront probablement que décoratifs.

« 8. Nous réaffirmons notre soutien au système commercial multilatéral ouvert, transparent, juste, prévisible, inclusif, équitable, non discriminatoire et non fondé sur des règles, dont l’Organisation mondiale du commerce (OMC) est le cœur, avec un traitement spécial et différencié (TSD) pour les pays en développement, y compris les pays les moins avancés… ».

L’acceptation de l’OMC en tant qu’organe de régulation du commerce international est une autre preuve de la subordination de ces pays à la stratégie mondialiste. Toute revendication d’avantages et de privilèges au sein de cette organisation est la preuve d’une naïveté ou d’une hypocrisie flagrantes.

« 9. Nous appelons à la nécessité de progresser vers la mise en place d’un système de commerce agricole équitable et axé sur le marché… »

L’agriculture vue comme un agrobusiness pour conquérir de nouveaux marchés a déjà ses champions. Monsanto, Vanguard, Black Rock, Bill Gates, George Soros, etc. ils continueront à faire de toutes les terres du monde leur propriété privée. Et le régime de libre-échange et l’adhésion à l’OMC ne récompensent aucune mesure protectionniste au niveau national.

« 10. Nous sommes favorables à un solide filet de sécurité financier mondial, avec en son centre un Fonds monétaire international (FMI) fondé sur des quotes-parts et doté de ressources suffisantes… »

Reconnaître le FMI comme une institution qui aurait un rôle positif pour les pays du monde revient à ignorer complètement ses fonctions et les effets néfastes auxquels sont confrontés tous les pays du monde qui ont accepté de coopérer avec lui.

« 13. Nous reconnaissons l’importance d’une participation accrue des femmes aux processus de paix, y compris à la prévention et au règlement des conflits, au maintien de la paix, à la consolidation de la paix, à la reconstruction et au développement après les conflits, et au maintien de la paix… ».

Une fois de plus, « la participation accrue des femmes » implique une participation moindre des femmes à la vie familiale, c’est-à-dire l’inversion féministe des rôles sociaux des hommes et des femmes, qui sont complémentaires et non interchangeables.

« 22. Nous condamnons fermement le terrorisme sous toutes ses formes et dans toutes ses manifestations, quels que soient le moment, le lieu et l’auteur. Nous reconnaissons la menace émanant du terrorisme, de l’extrémisme propice au terrorisme et de la radicalisation… »

L’adhésion au mythe de la lutte contre le terrorisme, imposée par les mondialistes après le 11 septembre, montre la subordination de ces pays à la stratégie de suppression des libertés au profit d’un État policier. Le sacrifice de la liberté au profit de la sécurité est la formule bien connue de cette manœuvre mondialiste.

« 25. Nous réaffirmons notre engagement à renforcer la coopération internationale et notre collaboration contre la corruption et continuons à mettre en œuvre les accords internationaux pertinents à cet égard, en particulier la Convention des Nations Unies contre la corruption… »

La « lutte contre la corruption » est une vieille astuce mondialiste qui couvre le désir de contrôler totalement la vie privée, les transactions, l’argent et les mouvements de chaque personne au sein d’une prison numérique mondiale.

« Partenariat pour une croissance mutuellement accélérée ».

Un slogan séduisant, mais qui ne profite qu’aux entreprises, pas aux États. Il ne présuppose que le libre-échange, qui est censé apporter la prospérité aux nations, alors qu’il ne profite qu’aux requins de l’économie transfrontalière.

« 30. Nous réaffirmons l’importance pour le G20 de continuer à jouer le rôle de premier forum multilatéral dans le domaine de la coopération économique et financière internationale, qui comprend à la fois des marchés développés et émergents et des pays en développement, où les grandes économies cherchent ensemble des solutions aux défis mondiaux… ».

Reconnaître le « rôle moteur du G20 », c’est condamner tous les pays du monde à un état éternel de vassalité, c’est promouvoir le colonialisme économique comme norme des relations internationales. Cette fois-ci, ce ne sont pas les États, mais des entités privées qui représentent les colonisateurs du monde.

« 31. Nous reconnaissons le rôle important que jouent les pays des BRICS en travaillant ensemble pour faire face aux risques et aux défis qui pèsent sur l’économie mondiale, afin de parvenir à une reprise mondiale et à un développement durable. Nous réaffirmons notre engagement à renforcer la coordination des politiques macroéconomiques, à approfondir la coopération économique et à œuvrer en faveur d’une reprise économique forte, durable, équilibrée et inclusive. Nous soulignons l’importance de la poursuite de la mise en œuvre de la stratégie pour le partenariat économique des BRICS à l’horizon 2025 dans toutes les voies ministérielles et tous les groupes de travail concernés. Nous chercherons à identifier des solutions pour accélérer la mise en œuvre de l’Agenda 2030 pour le développement durable. »6

L’Agenda 2030 mérite d’être lu et relu avec un crayon à la main. Ceux qui s’y soumettent condamnent leurs propres peuples à la mort et à l’esclavage.

« 33. Nous reconnaissons le dynamisme de l’économie numérique qui favorise la croissance économique mondiale. Nous reconnaissons également le rôle positif que le commerce et l’investissement peuvent jouer dans la promotion du développement durable, de l’industrialisation nationale et régionale et de la transition vers des modes de consommation et de production durables. Nous reconnaissons les défis auxquels est confronté le développement du commerce et de l’investissement à l’ère numérique et reconnaissons que les membres des BRICS se trouvent à des niveaux différents de développement numérique, et reconnaissons donc la nécessité de relever les défis respectifs, y compris les diverses fractures numériques… ».

« L’économie numérique » signifie la mort de l’État et de l’économie productive basée sur l’industrie, le « capitalisme de surveillance », l’utilisation massive de l’IA, mais aussi une énorme masse de chômeurs. Les travailleurs deviennent inutiles dans les conditions de la révolution technologique. C’est pourquoi la masse des chômeurs, « mangeurs inutiles », doit être soumise à la dépopulation, et les survivants maintenus sous contrôle par le « tittytainment », selon la recette Zbigniew Brzezinski.

« 36. Nous nous engageons à renforcer la coopération intra-BRICS pour intensifier le Partenariat des BRICS sur la nouvelle révolution industrielle7 (PartNIR) et créer de nouvelles opportunités pour accélérer le développement industriel… Nous réitérons notre engagement à poursuivre les discussions sur la création du BCIC en coopération avec l’ONUDI pour soutenir conjointement le développement des compétences de l’industrie 4.08 parmi les pays des BRICS et pour promouvoir les partenariats et l’augmentation de la productivité dans la nouvelle révolution industrielle. Nous nous réjouissons de la coopération avec l’ONUDI et demandons au groupe consultatif PartNIR de se coordonner avec l’ONUDI ».

Cet article montre sans équivoque que les pays BRICS sont totalement assujettis au WEF et soumis à la même « révolution technologique mondialiste » prêchée par Klaus Schwas, Yuval Noah Harrari et d’autres représentants de l’élite mondiale. Cela signifie, selon leurs explications, que « l’expression “fusion des mondes numérique, biologique et physique” fait référence à l’intégration de la technologie, de la biologie et des objets physiques de manière transparente. Cette intégration est rendue possible par l’internet des objets (IoT), l’intelligence artificielle (IA) et d’autres technologies de pointe ». Par conséquent, bienvenue dans un avenir dystopique ! Les portes de l’enfer sont ouvertes ! Vous pouvez y entrer sous le signe triomphal des BRICS.

« 38. Nous réitérons l’engagement de promouvoir l’emploi pour le développement durable, y compris pour développer les compétences afin d’assurer une reprise résiliente, des politiques d’emploi et de protection sociale tenant compte de l’égalité des sexes, y compris les droits des travailleurs ».

Ainsi, tout est orienté vers la réalisation des projets du « parti unique des mondialistes » pour le développement durable, en incluant la théorie du genre dans cette stratégie. Nous vous rappelons que la théorie du genre remet en cause le fait que les personnes naissent avec une identité sexuelle native, masculine ou féminine. Elle prétend que nous naissons neutres, sans appartenance à l’un des deux « genres ». Dans l’acceptation de cette théorie, le genre est une construction sociale, qui est facultative et qui pourrait être sujette à des changements infinis au gré du libre arbitre de chaque individu. Bienvenue donc dans l’univers sataniste du transgendérisme9 ! Vous avez atteint cette destination par les portes des BRICS.

« 39. Nous reconnaissons le besoin urgent de redressement de l’industrie du tourisme et l’importance d’accroître les flux touristiques mutuels, et nous nous emploierons à renforcer davantage l’Alliance des BRICS pour le tourisme vert afin de promouvoir des mesures susceptibles de façonner un secteur du tourisme plus résilient, plus durable et plus inclusif ».

Même cette attraction aliénante du monde d’aujourd’hui, le tourisme, est encadrée par la formule procustienne de l’« économie verte », basée sur le mythe du « réchauffement climatique », prétexte à l’intégralité de la Grande Réinitialisation.

« 41. Nous convenons de continuer à approfondir la coopération en matière de concurrence entre les pays des BRICS et de créer un environnement de marché concurrentiel équitable pour la coopération économique et commerciale internationale ».

Voici un autre point qui témoigne de la religion du néolibéralisme mondialiste, sans frontières étatiques, sans barrières douanières, qui assure la domination totale et totalitaire des entreprises.

« 42. Nous convenons de renforcer le dialogue et la coopération en matière de droits de propriété intellectuelle par le biais du mécanisme de coopération des BRICS en matière de droits de propriété intellectuelle (IPRCM). Alors que nous célébrons une décennie de coopération entre les chefs des offices de propriété intellectuelle, nous nous félicitons de l’alignement de leur plan de travail sur les objectifs de développement durable. »

La subordination des pays des BRICS aux règles de la « propriété intellectuelle » les condamne à un sous-développement chronique et à une dépendance totale à l’égard des grands acteurs du capitalisme d’entreprise.

« 49. Nous continuons à soutenir les travaux du groupe de travail sur les partenariats public-privé (PPP) et les infrastructures en ce qui concerne le partage des connaissances, des bonnes pratiques et des enseignements tirés sur le développement et la fourniture efficaces d’infrastructures dans l’intérêt de tous les pays membres… »

Les partenariats public-privé représentent une forme d’asservissement des États par les entreprises.

[NDLR Il s’agit de la base du fascisme.]

« Partenariat pour le développement durable

52. Nous réaffirmons l’appel à la mise en œuvre du Programme 2030 pour le développement durable dans ses trois dimensions : économique, sociale et environnementale, de manière équilibrée et intégrée, en mobilisant les moyens nécessaires à la mise en œuvre du Programme 2030 ».

Une fois de plus, les États des BRICS comme coquilles vides de l’empire mondial extraterritorial au service des mondialistes.

« 53. Nous reconnaissons l’importance de mettre en œuvre les ODD de manière intégrée et holistique, notamment par l’éradication de la pauvreté et la lutte contre le changement climatique, tout en promouvant l’utilisation durable des terres et la gestion de l’eau, la conservation de la diversité biologique et l’utilisation durable de ses éléments et de la biodiversité, ainsi que le partage juste et équitable des avantages découlant de l’utilisation des ressources génétiques, y compris par un accès approprié à ces ressources… »

Comme nous le savons, ODD signifie Objectifs de Développement Durable, au nombre de 17, qui sont une sorte de « commandements divins » de l’anti-religion mondialiste-satanique, assumés avec une obéissance totale par les marionnettes des pays BRICS.

« 56. Nous soulignons à nouveau l’importance de la mise en œuvre de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) et des accords de Paris, ainsi que du principe des responsabilités communes, mais différenciées et des capacités respectives (CBDR-RC), en améliorant le transfert de technologies climatiques à faible coût, le renforcement des capacités ainsi que la mobilisation de nouvelles ressources financières additionnelles abordables, adéquates et fournies en temps voulu pour des projets durables sur le plan environnemental. Nous convenons qu’il est nécessaire de défendre, de promouvoir et de renforcer la réponse multilatérale au changement climatique et de travailler ensemble pour que la 28e conférence des parties à la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC COP28) soit couronnée de succès ».

Le mythe du changement climatique est pleinement assumé par les serviteurs mondialistes au sein des BRICS. La même histoire du changement climatique est exposée de manière très détaillée dans les articles 57, 58, 59, 60, 61, 62, 63. Il ne fait aucun doute qu’ils font partie du jeu mondialiste. Et nous sommes les victimes de leur conspiration ouverte.

« 64. Nous nous engageons à intensifier nos efforts en vue d’améliorer notre capacité collective de prévention, de préparation et de réaction aux pandémies à l’échelle mondiale, et de renforcer notre aptitude à lutter collectivement contre de telles pandémies à l’avenir. À cet égard, nous estimons qu’il est important de continuer à soutenir le Centre virtuel de recherche et de développement de vaccins des BRICS. Nous attendons avec impatience la réunion de haut niveau sur la prévention, la préparation et la réponse aux pandémies qui se tiendra le 20 septembre 2023 à l’Assemblée générale des Nations unies et nous appelons à un résultat qui mobilisera la volonté politique et un leadership continu sur cette question. »

Au cours des trois dernières années, nous avons acquis la conviction que le sinistre canular du Covid-19 est promu par des mesures tyranniques dans tous les pays des BRICS. Ils continuent de participer au dépeuplement, à la modification génétique et à la traque totale de tous les humains. Nihil novi [Rien de nouveau], il suffit d’ouvrir les yeux sur les réalités environnantes et de renoncer aux illusions et à l’auto-illusion. Dans l’article 65, on retrouve la même adoration de la religion du vaccinisme. Malgré toutes les preuves scientifiques frappantes de la nocivité mortelle des faux vaccins, la mesure de terrorisme d’État est imposée abusivement par les pays BRICS. La stratégie d’asservissement de l’humanité sous des prétextes médicaux, et en suivant les prescriptions de l’OMS, est également jouée par ces pays « rebelles ».

« 78. Nous reconnaissons le rôle essentiel des femmes dans le développement économique et saluons l’Alliance des femmes d’affaires des BRICS. Nous reconnaissons que l’entrepreneuriat inclusif et l’accès au financement pour les femmes faciliteraient leur participation aux entreprises, à l’innovation et à l’économie numérique. Nous saluons les initiatives qui amélioreront la productivité agricole et l’accès à la terre, à la technologie et aux marchés pour les agricultrices ».

Une fois de plus, l’héritage du clan Rockefeller qui a inventé et imposé l’idéologie du féminisme représente la valeur centrale de l’alliance des BRICS, géants démographiques et territoriaux, mais nains géopolitiques.

Nous pourrions rapporter encore plus de citations de ce long document officiel des BRICS 2023, mais je pense que les informations présentées ci-dessus sont suffisantes. La conclusion est la même. Les BRICS ne sont pas une alternative au mondialisme unipolaire, mais au contraire, ils font partie intégrante du processus de liquidation des États et d’établissement du Nouvel Ordre Mondial sous un gouvernement mondial unique dans un monde dystopique gouverné par des forces véritablement démoniaques.

À la question « Que faire ? », la première réponse est de se réveiller. Abandonnons toute illusion et tout espoir dans des conglomérats étatiques éphémères et vassalisés.

À mon avis, la solution est avant tout religieuse. Dépasser la laïcité matérialiste et revenir au Christ. Et si Dieu le permet, la révolte des nations est le seul moyen d’éviter une fin fatale et rapide pour toute l’humanité. Le monde de demain ne peut se construire que sur les ruines du monde d’aujourd’hui.

Iurie Rosca, le président de People’ s University, Moldavie

Pour me contacter : roscaiurieppcd@gmail.com

https://t.me/iurierosca


image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

S’abonner à la discussion
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
7 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires