E. Zemmour et autres candidats : dites la vérité sur pseudovax et pass !

E. Zemmour et autres candidats : dites la vérité sur pseudovax et pass !

20/11/2021 (2021-11-20)

Par Nicole Delépine

Serait-il anxiogène de parler des vrais problèmes sanitaires aux Français ? De qui se moque-t-on ?

Résumé

Tous les candidats doivent se positionner sur le pseudo vaccin, sujet éminemment politique, non sanitaire puisque outil du contrôle social à la chinoise via le pass :

  • Informer du caractère expérimental de l’injection génique
  • Informer des effets secondaires nombreux et graves
  • Informer de l’incertitude de l’efficacité des injections géniques
  • S’opposer à toute mesure discriminatoire entre vax, non vax une dose, etc. Le 2 doses de plus de 65 ans devient un non-vax pour le gouvernement et les statistiques hospitalières et sans pass
  • S’opposer à toutes les mesures liberticides inefficaces et se conformer à l’attitude suédoise ou de Madagascar dont les résultats Covid sont bien meilleurs que les nôtres.

Pourquoi Zemmour refuse-t-il le vrai débat sur la dictature sanitaire et le Frexit ?

Bien triste que les conseillers solides de Z aient été écartés et que ce dernier n’ait pas eu l’intelligence de se rapprocher de Florian Philippot, entre autres, dont la position sur la dictature sanitaire a le mérite de la clarté.

Dommage qu’il n’ait pas pris clairement position pour le Frexit, préalable indispensable à l’indépendance de la France et évidemment à une politique sanitaire libérée des décisions de la commission de Bruxelles qui a acheté du Remdesivir[1] quand il était établi que ce produit était inefficace et toxique et qui se bat par tous les moyens pour imposer aux populations européennes des vaccins expérimentaux qui se révèlent chaque jour un peu plus incapables d’arrêter l’épidémie.

Ces silences qui en disent long le condamne à perdre les voix de nombreux citoyens qui lui faisaient confiance.

Après avoir écouté le TV liberté et celui de RadioCourtoisie de Pierre C du 16 novembre[2], fort intéressantes par ailleurs, je reste sidérée de l’argument utilisé par Z. et ses soutiens pour ne pas parler du drame de la situation sanitaire, et plus ou moins accepté par P et ses interviewers.

Certes P. et O. ont insisté sur l’impérieuse nécessité que Z s’empare rapidement du côté liberticide des décisions pseudo médicales du pseudovax et du pass, (heureusement), mais l’absence de prise en compte du drame international qui se joue sur la santé humaine, via les injections géniques fut très insuffisant.

Zemmour et tout autre candidat doivent exiger très clairement la suppression immédiate du pass, outil de discrimination inacceptable et du passage vers la société à la chinoise.

Résumons : Z. n’est pas gêné par le pass sanitaire pourtant copier-coller du pass nazi et des privations et interdictions aux juifs, ici remplacés par les non-vaccinés. Le même scénario du totalitarisme, inventer un ennemi et s’en servir de bouc émissaire pour aveugler les foules se reproduit.

Écoutons le consultant et analyste politique Mathieu Slama dans sa tribune du figaro du 15 novembre :

« S’il y a une leçon que nous pouvons retenir de cette pandémie, c’est que celle-ci agit comme un laboratoire géant où les mesures les plus liberticides sont testées, approuvées puis généralisées. Le confinement, le couvre-feu, le masque en extérieur, le pass sanitaire : toutes ces mesures insensées et attentatoires à l’État de droit se sont progressivement normalisées à mesure qu’elles duraient dans le temps et s’étendaient géographiquement. Le confinement a commencé en Chine, puis a contaminé l’Italie et la France ; le pass sanitaire a d’abord été mis en place en Israël avant de contaminer l’Europe entière. »[3]

Il est inutile de préciser qu’un tel monde qui enferme les citoyens selon qu’ils sont vaccinés ou non est un monde inacceptable et contraire à tout notre héritage démocratique.

La France n’a pas attendu l’Autriche pour mener une politique culpabilisatrice et discriminatoire vis-à-vis des non-vaccinés. La figure du non-vacciné est devenue au fil des mois, à mesure que la politique vaccinale devenait de plus en plus autoritaire, une sorte de citoyen à part, réduit à son statut sérologique et diabolisé en permanence par un pouvoir qui en a fait le bouc émissaire de la crise. Cela ne doit rien au hasard, et relève d’une stratégie méthodiquement pensée et mise en place.

Chaque crise a donc son coupable désigné. « Les persécuteurs, écrit Girard, finissent toujours par se convaincre qu’un petit nombre d’individus, ou même un seul peut se rendre extrêmement nuisible à la société tout entière, en dépit de sa faiblesse relative ».

Les contextes changent, mais les mécanismes anthropologiques perdurent. La crise du Covid-19 n’y échappe pas. Face à une épidémie sans fin et un climat de peur savamment entretenu par les gouvernements pour favoriser l’acceptabilité de leurs mesures liberticides, les non-vaccinés sont devenus les boucs émissaires de la crise sanitaire, ceux par lesquels l’épidémie perdure et « rebondit » (selon le mot consacré).

Emmanuel Macron et son gouvernement ont délibérément construit cette figure de bouc émissaire, qualifiant tour à tour les non-vaccinés d’égoïstes, d’irresponsables, leur faisant endosser la responsabilité d’un éventuel reconfinement, les ostracisant par le moyen du pass sanitaire. Le discours est clair : si l’épidémie repart, c’est la faute des non-vaccinés ; si nous devons reconfiner ou fermer des commerces, ce sera votre faute. Quant au pass, il agit comme une sorte de certificat de pureté et de vertu, séparant les purs (vaccinés) des impurs (non-vaccinés), les vertueux des immoraux, les responsables des irresponsables. Il matérialise la stratégie du bouc émissaire en marginalisant socialement, de manière concrète, ceux qui sont rendus responsables du malheur.

En désignant à la foule un bouc émissaire, le gouvernement a agi de manière cynique et irresponsable, encourageant les divisions, le ressentiment et la violence verbale. En concentrant la colère des gens sur les non-vaccinés, il s’est exonéré de toute responsabilité dans la conduite de la crise, détournant le regard des gens sur ses propres insuffisances au détriment d’une partie de la population. Obnubilés par l’« irresponsabilité » des non-vaccinés, nous avons fini par oublier que dans une crise, la responsabilité incombe d’abord aux gouvernants.

La stratégie macronienne est une stratégie de division et d’hystérisation qui aboutit, à chaque crise, à la désignation d’un coupable et à la mise en place d’une politique répressive à l’encontre d’une partie de la population.

La société sécuritaire et répressive est une société de la recherche permanente du coupable. C’est une société fragmentée, divisée, injuste et inégalitaire. D’une certaine manière, la crise sanitaire a rendu visible ce qui était jusqu’alors moins visible, mais tout aussi prégnant.

Rappelons-le : on ne saurait faire durablement société dans la recherche permanente d’un coupable. La stratégie du bouc émissaire est une solution de court terme, mais qui menace notre société libérale et démocratique dans ses fondements mêmes.

Comme le rappelle René Girard, « on ne manquera pas de faire remarquer qu’un bouc émissaire, aussi puissamment rejeté puis adulé soit-il, ne saurait éliminer la peste ».

ANXIÉTÉ ET VACCINATION, LA POLITIQUE DE L’AUTRUCHE ET DE LA POUSSIÈRE SOUS LE TAPIS

Le grand argument de Z. pour éviter de discuter des décisions majeures du gouvernement sur la santé des Français serait de ne pas être « anxiogène » pour ne pas diviser. Vous rigolez ?

Faire peur aux vax qui formeraient un ensemble homogène. Plus c’est gros plus ça passe… Eh bien non, sinon pourquoi changer de mentor, le mensonge est déjà arrivé à un degré de perfection.

Ça ressemble comme deux gouttes d’eau à l’attitude d’Édouard Philippe et d’Olivier Véran avec les patients qui toussent et respirent mal. Restez chez vous avec du Doliprane. Et plus tard si besoin dans les EHPAD et parfois à domicile, le tranquillisant et somnifère Rivotril qui vous endormira pour l’éternité. Circulez, il n’y a rien à voir.

Le peuple vacciné serait rassuré comme veut nous le faire croire Véran ou Castex, et serait serein pour les autres sujets ?

Peut — être quelques bobos parisiens de ses proches adeptes hypnotisés par France info ou la télévision officielle, le Monde, Libé ou le Parisien, le pensent-ils, mais pas la masse du peuple dont la majorité des vaccinés sont des malgré nous[4] qui n’ont accepté les injections que sous la contrainte (les adultes pour travailler et les jeunes pour faire du sport avec les copains, aller en boîte, etc… et aussi la honteuse pression de certains proviseurs et celle des autres élèves, la force du groupe hélas manipulé)…

Les autres sujets ne seraient-ils pas anxiogènes ?

Au passage, il est drôle ou tragique de sous-entendre que le problème des migrants, des murs de l’Europe (Trump rigole) de la guerre chine-usa, qui menacent, ne sont pas angoissants… Non, seulement le problème du Covid angoisserait ces bienheureux vaccinés, qui du coup seraient divisés et ne voteraient pas Z… ? Qui peut penser qu’un être intelligent peut soutenir de bonne foi ce genre de raisonnement ou bien faut-il ne pas contrarier une petite catégorie de Français pro-macronistes dupes de sa gestion de crise ?

Pourquoi ce déni, ce silence, cet abandon des soignants, des pompiers et de tous les « malgré eux » de 2021 qui se sont fait extorquer leur consentement, harceler jusqu’à ce qu’ils cèdent alors que le harcèlement moral constitue un délit… ?

CRISE PUREMENT POLITIQUE QUI DEMANDE DES RÉPONSES POLITIQUES

La crise actuelle du Covid n’est pas sanitaire, mais politique, si jamais elle a été quelque temps autre chose. Un problème politique nécessite une prise en charge politique et singulièrement par les candidats à l’élection présidentielle.

Le délire a décidément envahi beaucoup d’esprits autrefois brillants et a entretenu la confusion. Il ne faudrait pas parler de l’extorsion de consentement à des millions de français, ni de la situation médicale que bon nombre découvrent après l’injection, même si ce ne sont pas que des décès.

Non Mr Z, il n’y a pas deux groupes de français et si P. conseille justement à Z de s’intéresser aux six millions de français vaccino prudents, il a tort de les séparer sur le papier avec les pourcentages de voix possibles, car franchement la palette des situations est large et les millions sont sûrement beaucoup plus que six !

Entre le vaccino-prudent qui a pu résister aux pressions et le vacciné à l’insu de son bon droit pour une, puis deux, puis trois injections en attendant l’abonnement bisannuel, il n’y a pas de fossé. Tous ensemble dans la même galère, les vax tombant en plus dans celle des effets secondaires, ne serait-ce qu’une grande fatigue qui dure plusieurs mois et des nouveaux « non-vax » sans pass s’ils rechignent à l’injection suivante.

Et tous ces gens-là seraient « contents » qu’on ne parle pas de leurs problèmes ! On rêve de tant d’illusions et de validation du discours présidentiel de la prétendue satisfaction des vaccinés !

On retombe vite dans le camp des vaccino-prudents, à isoler comme en Autriche ?

C’est oublier que dès que la troisième injection va s’imposer, le résistant à la multi piqûre sera réintégré dans la case des non-vax pestiférés et se retrouvera sans pass. Dès le 15 décembre, le retraité double vax ne pourra pas plus voyager et redeviendra dans les additions mensongères des médias un « non vax », surtout s’il est hospitalisé.

Lorsqu’on regarde les courbes de mortalité de l’OMS, on remarque que les campagnes de vaccination sont suivies d’une explosion de cas et de morts pendant 30 à 60 jours. (cf. courbes de l’OMS de mars 20 à mars 21)

Afin de ne pas compter l’hécatombe post vaccinale les agences gouvernementales classent les victimes des effets toxiques survenus avant le quinzième jour post seconde injection dans les non-vax.

C’est d’ailleurs par ce tour de passe-passe que l’on trouve tant de prétendus non vax à l’hôpital s’ils arrivent avant la fin de la deuxième semaine de leur deuxième injection. Pas belle la vie ?

Une conclusion :

Si Z. a séduit un temps bon nombre de Français par son franc-parler et sa façon de dire ce qu’il pense véritablement indépendamment des conséquences électorales, il va les perdre rapidement s’il se trahit lui-même en devenant un candidat comme les autres, girouette sensible aux sondages et autocensurée.

On se rappelle Marine Lepen qui à mon sens n’a pas perdu l’élection à cause d’un dialogue peu convaincant avec M (la forme), mais bien à cause du fond, car elle a écouté les conseillers obnubilés par les sondages au lieu de Philippot, et a renoncé au Frexit et à la sortie de l’euro. Trahison et conséquence : échec. Au diable, les communicants !

Si Z raisonne sur les voix qu’il pourrait perdre en parlant politique vaccinale, conséquences délétères des injections avec ses traînées d’effets secondaires, c’est qu’il est devenu un candidat banal et que l’abstention et M seront encore les grands vainqueurs.

Est-il temps qu’il se reprenne et qu’il vire ses conseillers vieux caciques, qui ne cherchent que des postes et non le bonheur des Français ? Qu’il appelle vite Philippot qui a tout compris du coronacircus, et quelques autres comme JF Poisson par exemple et d’autres conseillers écartés. Florian Philippot est lucide, clair depuis plus d’un an et mobilise de nombreux militants. Que Z. fasse un ticket avec lui, hypothèse qui séduirait sûrement les électeurs. À quoi correspond ce rejet de F. Philippot extrêmement sérieux et qui connaît les dossiers ?

La dictature prétendument sanitaire n’est que politique :
il faut stopper l’essai thérapeutique mondial en cours

Sur le fond, contrairement à ce qui s’est murmuré dans lesdites émissions du 15 du novembre, Z. ou tout autre candidat qui sortirait du chapeau (encore le temps ?) doit bien évidemment se positionner sur ce pseudovax.

LE PSEUDOVAX EST L’OUTIL POLITIQUE (QUI PERMET LE PASS ET LE PROJET TOTALITAIRE SUR TOUS SUJETS (PASS CARBONE, ETC.) ET DONC, DOIT ÊTRE SUPPRIME MAINTENANT

Il ne s’agit en aucun cas de médecine, même pour ceux qui l’ont cru un temps. On a le droit de se tromper, mais pas de s’enferrer, surtout quand on aspire à de hautes fonctions.

Que Z. se soit vacciné ou pas (on n’aurait jamais dû le savoir, argument électoral maladroit et appel à violer le secret médical[5] ), il devrait demander un moratoire rapide devant l’accumulation de décès et d’effets dits indésirables graves révélés par le VAERS pour les USA dépendant de la FDA et des CDC et par EudraVigilance pour l’UE, l’ONS et MHRA pour la Grande-Bretagne. Notons que toute déclaration mensongère au VAERS est passible de poursuite en justice. On peut donc y accorder une certaine confiance et les milliers de décès accumulés exigent ce moratoire.

Rappelons que le vaccin H1N1 a été stoppé après 53 décès. Le vaccin contre la grippe aviaire également après quelques décès et le vaccin contre le rotavirus après quelques invaginations chez les bébés. De façon systématique, tous les essais thérapeutiques sont stoppés au moins provisoirement habituellement après le premier mort.

Ici nous sommes à près de 30 000 décès validés par l’UE et environ 17 000 aux USA. N’est pas angoissant ? Si, alors ne surtout pas en parler. Vite un doliprane. FRANCHEMENT INACCEPTABLE DE TOUT CANDIDAT : CETTE FOLIE DOIT CESSER.

Et rappelons que l’épidémie ne tue plus et depuis plusieurs mois

Pseudo vaccin expérimental et Pfizergate : informez les citoyens

Éric Z. aurait dû en tant qu’éventuel président, rappeler aux Français le caractère expérimental des injections géniques et des doutes sur les conséquences délétères déjà décrites dans les documents officiels de Pfizer il y a un an et confirmées dans la vie réelle actuelle (voir les tableaux de l’agence officielle EMA et son site effets secondaires des médicaments EudraVigilance).

Des problèmes neurologiques graves, voire des maladies de la vache folle (voir les vidéos de Marc Doyer qui a réveillé Pascal Praud et le récit de son épouse atteinte de la vache folle), aux myocardites dont on découvre chaque jour l’ampleur. Et surtout de l’avenir incertain sur la fertilité des futures générations, dont les troubles menstruels si fréquents des femmes et des petites filles, la raréfaction des spermatozoïdes dans le sperme des donneurs potentiels laisse mal augurer de leur avenir familial.

Le Pfizergate est un problème politique[6]

Le 2 novembre 2021, des révélations publiées dans le British Medical Journal (BMJ)[7] ont pointé du doigt de potentielles défaillances, des falsifications de données et des problèmes de sécurité au sein de Ventavia Research Group, l’un des sites choisis par le laboratoire Pfizer pour mener ses essais cliniques du vaccin anti-Covid Comirnaty®.

Ces révélations se basent sur le témoignage de Brook Jackson, ancienne directrice régionale au sein de Ventavia Research Group, l’un des sous-traitants du laboratoire Pfizer chargé d’évaluer l’efficacité du vaccin Comirnaty contre la Covid-19. Selon elle, Ventavia Research Group aurait commis des manquements lors de ses tests, « falsifié des données » et « tardé à assurer le suivi des effets secondaires ».

Dans son mail envoyé à la FDA, Brook Jackson accuse Ventavia d’une douzaine de pratiques douteuses dont elle aurait été témoin. Parmi ses accusations, elle relate entre autres :

  • Des participants étaient placés dans un couloir après l’injection et non surveillés par le personnel clinique.
  • Un manque de suivi en temps opportun des patients ayant subi des événements indésirables.
  • Des écarts de protocole non signalés.
  • Des vaccins qui n’étaient pas conservés à des températures appropriées.
  • Des échantillons de laboratoire mal étiquetés.
  • Un ciblage du personnel de Ventavia pour signaler ce type de problèmes.

Selon le BMJ, l’ancienne directrice régionale de Ventavia Research Group aurait « fourni des dizaines de documents internes à l’entreprise, de photos, d’enregistrements audio et d’e-mails ». Pour autant les sociétés Ventavia et Pfizer n’ont pas réagi à ces révélations ».

Les agences FDA et EMA font le gros dos. Les politiques se taisent. Et Z. dont on attendait la différence aussi !

Comment les candidats, dont Z. peuvent-ils passer sous silence ces mauvaises pratiques qui mettent en jeu la vie de milliards d’individus ?

Il aurait dû présenter aux futurs électeurs le passé dramatique de Pfizer de nombreuses fois poursuivi pour faux et informations erronées aux usa avec des milliards versés aux victimes. Le Pfizergate actuellement dévoilé devrait être traité par Z. tellement la gravité des faits découverts (essai clinique truqué en résumé) est capitale pour le choix éclairé des Français.

Comment Z. et d’autres commentateurs, dont certains a priori sincères, peuvent-ils dire que chacun est libre de se faire vacciner ou pas ?

Fabuleuse manipulation mondiale

Justement ils ne sont pas libres, mais manipulés toute la journée, en plus de ceux dont le consentement est extorqué. Ne faisons ni l’autruche ni la vierge effarouchée et regardons la réalité en face.

Libre ? Belle pétition de principe qui ne serait vraie que s’il y avait consentement ÉCLAIRÉ et LIBRE.[8] Or sur quoi se fonde ce soi-disant choix répété à l’envi sur toutes les ondes alors qu’il y a TROMPERIE du matin au soir sur la réalité de l’essai en cours sur les citoyens supposés libres et devenus cobayes soumis ?

En résumé, les candidats doivent se positionner sur le pseudo vaccin, sujet éminemment politique puisque outil du contrôle social à la chinoise

  • Informer du caractère expérimental ;
  • Informer des effets secondaires nombreux et graves ;
  • Informer de l’incertitude de l’efficacité des injections géniques ;
  • S’opposer à toute mesure discriminatoire entre vax, non-vax, une dose, etc. ;
  • S’opposer à toutes les mesures liberticides inefficaces et se conformer à l’attitude suédoise ou de Madagascar dont les résultats Covid sont bien meilleurs que les nôtres ;
  • S’opposer fermement à toute obligation vaccinale et tout particulièrement celle des enfants qui ne risquent rien du Covid, mais beaucoup de l’injection ;
  • Imposer au gouvernement via la pression populaire et médiatique la liberté de prescription des médecins pour les traitements précoces ;
  • Exiger la réintégration immédiate des fonctionnaires suspendus de façon honteuse et sans but sanitaire aboutissant à fermer encore davantage de lits hospitaliers au moment où on en a (peut-être) le plus besoin ;

Et quand on entend V. Pécresse, X. Bertrand et trop d’autres se prononcer pour l’obligation vaccinale et même l’enfermement des non-vax, on se dit qu’ils ont aussi oublié les traités signés par la France comme la convention d’Oviedo qui rappelle les engagements des nations pour le code de Nuremberg.[9] Ceux — là seront vite éliminés de la course à l’échalote. Au moins, espérons-le.

Qu’Éric Zemmour, tous les élus, tous les citoyens relisent au moins la déclaration d’Helsinki et le code de Nuremberg et en fassent état !

Non, tout ceci n’est pas dépassé si nous ne voulons pas sombrer dans une société sauvage.

Rappelons les articles 8 et 14 de la déclaration d’Helsinki à laquelle les promoteurs d’essai prétendent se conformer.

« Si l’objectif premier de la recherche médicale est de générer de nouvelles connaissances, cet objectif ne doit jamais prévaloir sur les droits et les intérêts des personnes impliquées dans la recherche. Art. 8

… Les médecins qui associent la recherche médicale à des soins médicaux devraient impliquer leurs patients dans une recherche uniquement…. si les médecins ont de bonnes raisons de penser que la participation à la recherche ne portera pas atteinte à la santé des patients concernés. Art. 14 »

Passer à côté de ce rôle politique indispensable et laisser faire ce gouvernement liberticide en approuvant passivement sa politique sanitaire est une position complètement inacceptable pour le citoyen moyen. Si Z. veut faire plaisir à quelques bobos parisiens, qu’il n’oublie pas, le Paris riche n’est pas la France et ne suffira pas à son élection d’autant que cet électorat constitue le socle des voix de M. Et ceci est valable pour tous les candidats bien sûr.

À bon entendeur, salut.


image_pdfPDF A4image_printImprimer
  1. [1] Un demi-million de doses acheté le 8 octobre 2020 alors que le laboratoire Gilead et l’OMS savaient que le traitement incapable de diminuer la mortalité Covid était responsable de complications majeures[]
  2. [2] Loibre journal du droit et des libertés du 16 novembre 2021 : « Eric Zemmour n’a pas dit son dernier mot »[]
  3. [3] Mathieu Slama: «Le non-vacciné est le bouc émissaire de la crise sanitaire» (lefigaro.fr) []
  4. [4] Les « malgré nous » de 2021 – Nouveau Monde (nouveau-monde.ca)
    « Finalement qui fera céder nos gouvernements amoureux du totalitarisme ?
    Ce ne sont pas les « antivax » seuls qui vont faire craquer Macron et ses affidés, mais l’ensemble des mis à l’écart, discriminés que sont les non-vaccinés, associés aux victimes des injections répétitives (et les familles des victimes décédées ou handicapées).
    Ils seront de plus en plus nombreux : encore debout : « les malgré nous », ou parfois estropiés.
    Ils défileront, car, contrairement à ce qu’ont espéré les initiateurs de ce massacre à la piquouse, les transgénisés ne se retournent pas contre les « non transgénisés ».[]
  5. [5] Nous dit-il s’il souffre du SIDA ou d’une leucémie ? Il faut faire taire tous ceux qui se croient obligés de nous donner leur statut vaccinal, ce qui décrédibilise d’emblée tout ce qu’ils vont dire ensuiteStop exhibition ![]
  6. [6] Un contrat Pfizer-CEE a peut-être fuité, les européens apprécieront – Nouveau Monde (nouveau-monde.ca) []
  7. [7] Covid-19: Researcher blows the whistle on data integrity issues in Pfizer’s vaccine trial | The BMJ[]
  8. [8] Consentement éclairé du patient : définition et prérequis
    Avant de donner son consentement aux soins, le patient doit bénéficier d’informations loyales, claires et adaptées à son degré de compréhension de la part des équipes soignantes et médicales tout en étant libre de toute pression ou contrainte. Donner son consentement éclairé implique de connaître les alternatives thérapeutiques envisageables, c’est-à-dire les autres moyens de traiter le(s) problème(s) de santé rencontré(s) avec leurs avantages et leurs inconvénients… C’est sur la base de cet échange que le patient pourra accepter ou refuser ce que préconisent les professionnels de santé. Ces derniers devront obligatoirement respecter la volonté du patient.
    Consentement libre et éclairé du patient (définition) – Désignation personne de confiance (France-assos-sante.org) []
  9. [9] Notre expérience de la violation des lois éthiques de Nuremberg – Nouveau Monde (nouveau-monde.ca) []
S’abonner
Notification pour
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires