L’archevêque Viganò sur le Pizzagate, Gaza, l’Ukraine, le Forum Économique Mondial…

22/12/2023 (2023-12-22)

[Source : Ciel Voilé]

Extrait plus complet, en anglais :

Intervention intégrale, en anglais :

Transcription de la conférence en français :

[Source : medias-presse.info]

« Le Pape est-il catholique ? » 

Conférence de son Exc. Mgr Carlo Maria Viganò

en ligne organisée par le professeur Edmund Mazza (USA) 

« Aspicite nobis illusiones » – Ils disent aux voyants : « N’ayez pas de visions » et aux prophètes : « Ne nous faites pas de prophéties sincères,  dites-nous des choses agréables, prophétisez des illusions » [Is 30, 10]

Avant-propos

Cette conférence en ligne organisée par le Professeur Edmund Mazza a pour thème un sujet qui n’apparaît que récemment dans le domaine public, après plus de dix ans d’horreurs pires que celles dont nous avons été témoins au cours des soixante dernières années, mais parfaitement cohérentes avec les fondements philosophiques et théologiques posés à la crise actuelle par le Concile Vatican II. Le Pape est-il catholique ? En d’autres temps, une telle question aurait presque résonné comme un blasphème, tant le respect et l’amour des fidèles pour le Pontife Romain, considéré comme le doux Christ sur terre, étaient profondément enracinés. Qui, à l’époque de Pie XII, aurait osé remettre en cause son autorité morale et magistérielle ? Et d’autre part, pourquoi les fidèles auraient-ils manifesté leur désaccord à l’égard d’un Pape dont la voix était l’expression d’une continuité ininterrompue avec ses Prédécesseurs et le divin Maître ? En écoutant Jorge Mario Bergoglio parler aujourd’hui et en comparant ses paroles avec celles du Pastor angelicus (Pie XII), nous réalisons l’abîme qui sépare un Pape de sa grotesque parodie, le gouffre qui sépare le Vicaire du Christ de la simia Pontificis. L’autorité hiératique de tous les Papes, de saint Pierre à Pie XII, intimement liée à l’autorité divine du Christ Prêtre souverain et éternel, s’est pervertie en autoritarisme arrogant et en tyrannie ; le sentiment d’appartenance à l’Ordre sacré des clercs et des prélats s’est corrompu en cléricalisme ; l’immuabilité de la Vérité révélée, fondée sur l’immuabilité parfaite de Dieu – et appuyée sur ce qui est naturellement connaissable par la raison – a succombé à la révolution permanente et au chaos, au provisoire du « Loquimini nobis placentia » [Dites-nous des choses agréables], à l’arbitraire du discutable : « Aspicite nobis illusiones » [Annoncez-nous des illusions.] (Isaïe 30,10)

Dissonance cognitive

Mais tout comme face à la mort subite de millions de personnes dans le monde après la criminelle campagne d’inoculation qui a suivi la fraude psycho-pandémique, il y a ceux qui refusent encore d’admettre la relation de cause à effet entre l’administration du sérum génique expérimental et l’extermination de masse planifiée et déclarée par l’élite ; de même, dans le domaine ecclésial, face aux ravages causés par la révolution conciliaire et la prétendue réforme liturgique, il y a encore des gens qui ne veulent pas admettre la relation de cause à effet entre l’action des experts et consulteurs – notoirement modernistes bien avant Vatican II et, en tant que tels, justement condamnés par le Saint-Office ou considérés avec suspicion par les Évêques – qui ont utilisé rien de moins qu’un Concile Œcuménique comme une scène prestigieuse sur laquelle jouer la pièce mensongère et trompeuse du dialogue avec le monde, de l’œcuménisme, de la démocratisation et de la parlementarisation de l’Église, avec l’aval des « Papes du Concile ». C’est à juste titre que cette assemblée a été appelée par ses auteurs « le 1789 de l’Église ». Jean XXIII, Paul VI, Jean-Paul I, Jean-Paul II et Benoît XVI n’ont pas manqué de souligner comment les principes révolutionnaires et maçonniques – liberté, égalité, fraternité – pouvaient en quelque sorte être partagés et adoptés par le Catholicisme, à commencer par l’acceptation, voire la promotion convaincue de la laïcité de l’État et l’annulation substantielle de la Royauté divine et universelle de Notre Seigneur Jésus-Christ.

Si vous avez la patience de me suivre dans cet examen, vous verrez que la Royauté sociale du Christ est la pierre d’achoppement sur laquelle s’écrasent indistinctement tous les complices du plan anti-christique du Nouvel Ordre Mondial.

La relation de causalité

La vexata questio – « Bergoglio est-il catholique ? » – est abordée de plusieurs côtés selon différents critères et à partir de différents héritages culturels : l’héritage traditionnel et scolastique, l’héritage modéré et conciliaire – nous pourrions dire montinien – et celui qui oscille, pour ainsi dire, entre les deux versants, reconnaissant Bergoglio comme Pape tout en étant de facto canoniquement indépendant de lui. Mais nous devons reconnaître qu’il est aujourd’hui possible de partager avec les prêtres et les fidèles le sentiment de grave malaise et de grand scandale face à la présence encombrante du Jésuite Argentin. Nous pouvons aujourd’hui nous demander si Bergoglio est catholique, et c’est déjà un bon point de départ, car son hétérogénéité à la Papauté est désormais évidente et perçue par les simples fidèles autant que par une grande partie du clergé et même par certaines franges des médias. La Hiérarchie se contente de faire preuve de lâcheté ou de complicité avec le tyran, et les quelques voix dissidentes n’osent pas tirer les conclusions qui s’imposent face aux hérésies et aux grossièretés du locataire de Santa Marta [la résidence de Bergoglio au Vatican]. Parce qu’ils sont en désaccord avec lui, mais pas avec Vatican II ; ils ne veulent pas non plus reconnaître que c’est précisément de ce Concile qu’a découlé ce processus révolutionnaire qui a permis à une personne comme Jorge Mario d’entrer dans la Compagnie de Jésus, d’être ordonné, de devenir évêque, d’être créé cardinal et enfin d’entrer au Conclave pour en sortir comme « pape ». On peut (selon eux) critiquer Bergoglio, à condition de ne pas critiquer l’idole conciliaire, fétiche intouchable des montiniens qui, aujourd’hui, comparés aux horreurs du Jésuite Argentin, font figure de paladins de l’orthodoxie catholique.

Et nous en arrivons au punctum dolens, c’est-à-dire à la grande contradiction qui unit les partisans de Vatican II à ses adversaires historiques – la Fraternité Saint-Pie X in primis – en voulant procéder à une évaluation de faits objectivement extraordinaires en recourant à des normes ordinaires. Comme je l’ai dit à plusieurs reprises, il me semble que certains tiennent plus à la doctrine de la Papauté qu’au salut des âmes, de sorte qu’ils préfèrent être gouvernés par un pape hérétique et apostat plutôt que de reconnaître qu’un hérétique ou un apostat ne peut être à la tête de l’Église à laquelle, en tant que tel, il n’appartient pas. D’où les distinctions entre hérésie formelle et matérielle, qui n’entravent en rien l’action destructrice de Bergoglio. L’objection selon laquelle l’accusation d’hérésie ou d’apostasie du « Pontife régnant » pourrait provoquer division et scandale est démentie par l’évidence de la division et du scandale déjà largement en cours dans le corps ecclésial précisément à cause de son hérésie et de son apostasie, qui est, pour ainsi dire, la pointe de l’iceberg d’une crise bien plus grave et généralisée de la Hiérarchie et du Clergé qui a commencé il y a soixante ans et qui a maintenant presque atteint son apogée.

Un unique plan subversif

Il y a quelques semaines, un important associé d’Hillary Clinton et de John Podesta a été arrêté pour pédophilie et pédopornographie : il s’agit de Slade Sohmer, lié au monde de Broadway et du cinéma, qui avait participé au debunking du tristement fameux Pizzagate, c’est-à-dire du réseau de complicités ignobles et de crimes horribles sur mineurs qui gravite autour de l’État profond international. Nous avons appris que Jeffrey Epstein et très probablement Gislaine Maxwell étaient membres du Mossad israélien. Cela nous fait comprendre que les fameux voyages de tant de personnalités sur l’île d’Epstein ont servi à recueillir des preuves de leur culpabilité dans les odieux crimes rituels sur mineurs afin de les faire chanter. Et si, face aux massacres de civils dans la bande de Gaza, les chefs d’État et de gouvernement du monde occidental n’osent souffler mot, on peut supposer que cette attitude est due aux nombreux dossiers et vidéos en possession des services israéliens. Il a dû en être de même pour la préparation de la fausse urgence pandémique, servilement reproduite dans tous les pays membres du Forum Économique Mondial et de l’ONU, mais aussi pour la farce de la crise ukrainienne. (N’oublions pas qu’il y a des gisements de méthane en face de Gaza qui sont très demandés à l’heure où les livraisons de gaz en provenance de la Russie sont empêchées par les sanctions, au profit des multinationales et des fonds d’investissement dont elles font partie.) Mais si ce chantage contre les puissants de ce monde constitue l’élément unificateur du projet subversif mondialiste, on ne peut s’empêcher de penser que le rôle indispensable joué par l’Église Catholique a été quelque peu forcé non seulement par la nomination de Bergoglio comme émissaire des ennemis de l’Église à son sommet, mais aussi par les scandales sexuels et financiers qui n’ont que partiellement émergé sur le compte de nombreux Prélats adeptes de l’Église profonde. Comment penser qu’un personnage comme McCarrick, qui entrait à la Maison Blanche sans avoir besoin d’être annoncé et qui continuait à suivre les affaires diplomatiques du Vatican en Chine même après avoir été accusé d’être un prédateur en série, n’a pas bénéficié du soutien de ces puissants qui partageaient avec lui les vices les plus ignobles et les crimes les plus odieux ? Doit-on penser que l’association entre l’État profond et l’Église profonde se limitait à une complicité dans la spéculation financière, alors qu’un pédophile comme Slade Sohmer collaborait avec les Clinton et Obama, impliqués dans le Pizzagate ? Ou que les nombreux vols de Bill Gates vers l’île d’Epstein, ainsi que ceux d’acteurs, de membres de familles royales, de politiciens, de banquiers et de VIP n’avaient rien à voir avec le réseau de complicité de la lavander mafia [le lobby homosexuel] ?

D’après les courriels divulgués dans l’affaire Wikileaks, nous savons que John Podesta travaillait pour le compte de Hillary Clinton et d’Obama – et de l’élite mondialiste en général – afin de promouvoir au sein de l’Église cette révolution colorée qui évincerait Benoît XVI de la Papauté, ferait élire un pape ultra-progressiste et modifierait substantiellement le Magistère catholique en lui faisant embrasser les instances de l’Agenda 2030 : égalité des sexes, introduction de la théorie du genre et de la doctrine LGBTQ+, démocratisation du gouvernement de l’Église, collaboration avec le projet néo-malthusien de la Grande Réinitialisation, coopération sur l’immigrationnisme, cancel culture [annulation des cultures]. Il me semble évident que ce projet subversif a trouvé un parfait accomplissement dans la nomination de Bergoglio – c’est exprès que je dis la nomination – et qu’il est confirmé par sa ligne ininterrompue de gouvernement et de magistère, tant public que privé, au cours de cette décennie malheureuse. Une action qui a en fait répondu aux desiderata [souhaits] – ou plutôt aux mandata, aux ordres de l’élite, point par point, et de manière si précise qu’elle est sans équivoque : égalité des sexes avec l’ouverture aux femmes aux fonctions de gouvernement et de ministère ; légitimation morale de la sodomie et du genre avec l’admission des sodomites et des transsexuels au rôle de parrains et de témoins de mariage ; démocratisation factice, calquée sur le modèle des oligarchies dans la sphère civile, par le biais de la synodalité ; acceptation des instances pseudo-environnementales avec une réduction drastique de la condamnation de l’avortement, de l’euthanasie et des manipulations génétiques par la subversion de l’Académie Pontificale pour la Vie ; la campagne d’accueil des immigrés clandestins, au nom d’un inévitable métissage non exempt d’intérêts économiques ; cancel culture avec le dénigrement de l’histoire de l’Église et la falsification des Saintes Écritures. En effet, à y regarder de plus près, c’est toujours la contrepartie économique qui lie les membres de l’Église profonde et ceux de l’État profond, à qui l’élite a payé le pretium sanguinis [le prix du sang] de leur trahison par des parrainages et des financements. Je me demande si les tentatives grotesques de Bergoglio de revaloriser Judas ne trahissent pas la sympathie instinctive d’un traître pour l’Iscariote, mercator pessimus [le pire des trafiquants].

Revenons donc au pretium sanguinis, la rémunération des services rendus par des personnes soumises au chantage non seulement de ceux qui connaissent leurs secrets les plus déroutants et les plus sombres, mais aussi de ceux qui les partagent, tout en occupant des postes similaires dans d’autres nations, au Parlement Européen, à l’ONU, à la Banque Mondiale ou dans d’autres institutions internationales. Imaginez que Trudeau ait osé se dissocier de certaines questions – par exemple, le silence sur les crimes de guerre de Netanyahou à Gaza – désobéissant ainsi aux ordres qui lui ont été donnés. Avant même que la nouvelle ne parvienne aux médias, ses homologues en Grande-Bretagne, en Australie, en Nouvelle-Zélande, aux États-Unis, en France, aux Pays-Bas, en Belgique et Dieu sait où, auraient fait pression sur lui pour qu’il se taise, sachant pertinemment que le Mossad n’hésiterait pas un instant à entraîner dans le scandale – et en prison – non seulement Trudeau (qui est accusé de viol d’enfant, actuellement en cours d’enquête dans le bureau de quelque Procureur), mais aussi les membres de l’élite pédophile internationale qui détiennent des preuves d’autres crimes sur Justin Trudeau lui-même. C’est pourquoi il était nécessaire que la corruption soit endémique dans le système, afin que le cancer mondialiste puisse y être incité.

Et il serait stupide ou irresponsable de croire que la hiérarchie bergoglienne est exempte de ce chantage, alors que nous savons qu’elle est largement impliquée dans les mêmes vices, avec la protection de Bergoglio lui-même. D’autre part, quelle crédibilité peut avoir le Jésuite Argentin qui s’est réservé le cas de McCarrick, en déclarant de son autorité res judicata la condamnation sans procès de l’un des Cardinaux les plus puissants de ces cinquante dernières années, en évitant l’audition de témoins qui auraient pu nommer ses complices, aujourd’hui promus au sommet de l’Église ou des institutions publiques ? Croyez-vous qu’il était possible de perpétrer la fraude électorale pour évincer Donald Trump de la Maison Blanche en toute impunité, et qu’ils n’ont pas réussi à faire de même au Conclave, compte tenu de la compromission de la majorité du Collège des cardinaux ? Le fait que la fraude soit publique et toujours impunie est, au contraire, une aggravation donnée par l’arrogance de se croire omnipotent et invincible.

Le cas du Pape hérétique entre hypothèse abstraite et réalité concrète

Lorsque saint Robert Bellarmin a posé l’hypothèse de l’hérésie du Pontife Romain comme cas d’école, il a imaginé un Pape qui, convaincu de rester catholique, adhérerait matériellement ou formellement à une hérésie spécifique, dans un contexte général où le corps social et ecclésial serait catholique. Il ne pouvait même pas imaginer qu’un émissaire de la Franc-Maçonnerie puisse se faire élire Pape dans le but de démolir l’Église de l’intérieur, en usant et abusant du pouvoir de la Papauté elle-même. Il n’aurait pas non plus pu imaginer que ce Pape irait au-delà de l’hérésie jusqu’à l’apostasie. Aucun Docteur de l’Église n’a jamais envisagé le cas d’un Pape apostat, ni d’une élection falsifiée et manipulée par des puissances ouvertement ennemies du Christ, car une telle énormité ne peut se produire que dans un contexte unique et extraordinaire comme celui de la persécution finale annoncée par le Prophète Daniel et décrite par Saint Paul. L’avertissement Lorsque vous verrez l’abomination de la désolation (Mt 24, 15) doit être compris comme tel précisément en raison de son caractère absolument unique et du fait que tous verront s’accomplir – qui avec horreur, qui avec une satisfaction satanique – l’abomination de la désolation se tenant dans le lieu saint : que celui qui lit comprenne (Mc 13, 14).

Les Catholiques sont scandalisés par le silence lâche des Cardinaux et des Évêques pour la même raison que les citoyens sont choqués par la complicité des politiciens, des médecins, des journalistes, des magistrats et des forces de l’ordre dans la trahison du pacte social. Ils ont compris que c’est tout le système qui est l’otage de l’ennemi et qu’il est vain d’espérer la justice et la vérité de la part de ceux qui se plient au coup d’État mondial, que ce soit dans le monde civil ou ecclésiastique. L’opération subversive est si efficace et organisée qu’elle démontre sans équivoque l’œuvre d’une intelligence luciférienne qui va bien au-delà des prétendues ruses de Klaus Schwab ou d’un Rockefeller. C’est pourquoi le « problème Bergoglio » ne peut être résolu de manière ordinaire : aucune société ne peut survivre à la corruption totale de l’Autorité qui la gouverne, et l’Église n’est pas différente, quand ses membres – et surtout ses Pasteurs – refusent de reconnaître les causes de cette corruption doctrinale, morale et spirituelle et se limitent à déplorer les excès de tel ou tel discours de Bergoglio, sans se rendre compte qu’ils ont devant eux l’homo iniquus et dolosus [l’homme inique et trompeur] du Psaume 42 ; iniquus quant aux buts qu’il se fixe, dolosus par les moyens qu’il adopte.

Disserter d’hérésie formelle dans le cas de Bergoglio, c’est comme accuser de détournements de fonds des criminels qui tuent des millions de personnes avec les sérums mortels, l’air et l’eau empoisonnés, les aliments nocifs ou artificiels, les famines et les pandémies planifiées, la stérilité induite et la mort (physique ou civile) imposée par la loi. Nous sommes au-delà de l’hérésie comme nous sommes au-delà des crimes normaux dont un chef d’État peut être accusé, avec la circonstance aggravante que le coupable sait (ou espère) qu’il peut se sauver de la condamnation parce que ses principaux accusateurs le reconnaissent comme Souverain Pontife et, à ce titre, exempt de tout tribunal humain. Prima Sedes a nemine judicatur [Le Premier Siège n’est jugé par personne]. C’est précisément sur cela que se sont appuyés ceux qui l’ont fait élire Pape, en oubliant toutefois un petit détail : l’intention de nuire à l’Église en agissant pour le compte d’une puissance ennemie n’est pas compatible avec l’acceptation de la Papauté, et il y a donc un vice dans le consentement donné en raison de la volonté – confirmée par les paroles et les actes de ces dix dernières années – d’agir en in fraudem legis, en contournant la loi canonique et en dissimulant ses intentions dès sa première apparition sur la Loge du Vatican. Je le répète : il ne s’agit pas d’un Pape qui adhère à une hérésie spécifique – ce que Bergoglio a d’ailleurs fait à maintes reprises –, mais d’une personne envoyée au Conclave avec l’ordre de révolutionner l’Église depuis le sommet de la Chaire de Pierre. Et encore : il n’a pas assumé la Papauté sans réserve pour se laisser ensuite persuader par de mauvais conseillers d’agir d’une manière douteuse. Au contraire, la préméditation est évidente, confirmée à la fois par la correspondance de ses actions avec les ordres de l’Église profonde donnés dès le Pontificat de Benoît XVI – conspirateurs de la Mafia de Saint-Gall ou du Pacte des Catacombes, peu importe – et par les rencontres répétées du Jésuite Argentin avec des représentants de l’élite mondialiste et des potentats financiers de la planète, sous les yeux de tous.

Le vice du consentement (1)

Il est plausible, compte tenu des éléments critiques magistralement mis en évidence par le Professeur Enrico Maria Radaelli, que la démission de Benoît XVI ait déterminé une situation antérieure d’irrégularité canonique telle qu’elle invalide et rende nulle et non avenue, avec elle, l’élection du successeur de Benoît XVI, que ce soit Bergoglio ou un nouveau Pie X qui soit élu. Mais même si Benoît XVI avait légitimement abdiqué – bien que conscient du risque de rendre matériellement possible l’élection du Jésuite Argentin – c’est l’intention délibérée d’abuser de l’autorité et du pouvoir de la Papauté, en l’assumant par la tromperie, qui rend réel le vitium consensus, et fait de Bergoglio un usurpateur du Trône de Pierre. Le consensus et le soutien au Jésuite Argentin proviennent en grande partie de l’aile ultra-progressiste et pro-hérétique qui a parrainé son élection : tous des membres bien connus de l’Église profonde et proches du lobby homosexuel et pédophile de l’État profond.

Si certains insistent pour regarder le doigt de ceux qui dénoncent ce coup d’État et non la lune de la congruence évidente de Bergoglio avec cela, nous ne pouvons pas nous comporter comme si nous étions en train de résoudre une question de droit canonique : le Seigneur est outragé, l’Église est humiliée et les âmes sont perdues à cause de la présence sur le Trône d’un usurpateur dont les actions de gouvernement et de magistère peuvent être jugées à la lumière des paroles de Notre-Seigneur : Méfiez-vous des faux prophètes qui viennent à vous en vêtements de brebis, mais qui sont en réalité des loups ravisseurs. Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des ronces ? Tout bon arbre produit de bons fruits, et tout mauvais arbre produit de mauvais fruits ; un bon arbre ne peut pas produire de mauvais fruits, et un mauvais arbre ne peut pas produire de bons fruits. Tout arbre qui ne produit pas de bons fruits est coupé et jeté au feu. C’est donc à leurs fruits que vous les reconnaîtrez (Mt 7,15-20).

Vous avez bien entendu : un bon arbre ne peut pas produire de mauvais fruits, ni un mauvais arbre de bons fruits, ce qui signifie que le comportement ininterrompu de Bergoglio – avant, pendant et après son élection – constitue à lui seul la preuve de son iniquité intrinsèque.

Pouvons-nous donc être moralement certains que le locataire de Santa Marta est un faux prophète ? Ma réponse est : oui. Sommes-nous alors autorisés en conscience à révoquer notre obéissance à celui qui, se présentant comme Pape, agit en réalité comme le sanglier biblique dans la Vigne du Seigneur, ou comme le mercenaire, qui n’est pas le berger et à qui les brebis n’appartiennent pas (Jn 10, 12), et qui n’a nul souci des brebis (Jn 10, 13) ? Oui. Ce que nous ne pouvons pas faire, parce que nous n’en avons pas l’autorité, c’est déclarer officiellement que Jorge Mario Bergoglio n’est pas Pape. La terrible impasse dans laquelle nous nous trouvons rend impossible toute solution humaine.

Notre tâche ne doit pas être de nous engager dans des spéculations abstraites de canonistes, mais de résister de toutes nos forces – et avec l’aide de la Grâce de Dieu – à l’action explicitement destructrice du Jésuite Argentin, en rejetant avec courage et détermination toute collaboration, même indirecte, avec lui et ses complices.

Le rejet de la Royauté de l’Homme-Dieu

Le mal de ce monde est intrinsèquement lié au refus de reconnaître que, dans l’État comme dans l’Église, l’autorité vicaire de ceux qui gouvernent émane directement de l’union hypostatique, c’est-à-dire de l’union de la divinité et de l’humanité en Notre Seigneur Jésus-Christ, Roi et Pontife. La haine des méchants contre le Christ-Roi est née dans l’éternité des temps, lorsque la Sainte Trinité a mis Lucifer à l’épreuve et qu’il s’est rendu compte qu’il devait adorer et obéir à l’Homme-Dieu, qu’il devait Le reconnaître comme Roi et Seigneur dans l’humiliation d’assumer un corps humain et dans l’infamie du supplice de la Croix. C’est alors que Lucifer a crié son Non serviam.

Ce cri de révolte qui valut la damnation éternelle d’une partie des esprits angéliques, nous le retrouvons dans les vêtements déchirés de Caïphe, dans les manœuvres des grands prêtres et des scribes du peuple pour envoyer à la mort le Messie promis, coupable de ne pas s’être prêté aux visées de pouvoir du Sanhédrin. On retrouve cela dans le délire théologique du Sionisme qui, depuis le Congrès de Bâle en 1897, se pose comme une sorte de Vatican II du Judaïsme, remplaçant la figure d’un Messie personnel par l’avènement de l’État d’Israël. Ce concile juif a proclamé la déification de l’État et son indépendance par rapport à la volonté divine, prémisse de la tyrannie. Les membres du Sanhédrin moderniste n’ont pas agi différemment lorsque, au nom de la laïcité de l’État et de la liberté religieuse, ils ont foulé aux pieds la doctrine de la Royauté sociale du Christ récemment proclamée par Pie XI. Le Non serviam avait déjà résonné dans l’Allemagne de l’hérésiarque Luther et dans l’Angleterre d’Henri VIII avec le rejet de l’autorité du Vicaire du Christ ; il retentit à nouveau avec arrogance dans la France révolutionnaire, avec la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, et encore avec le Libéralisme, qui soustrait à la Seigneurie de Dieu non seulement la domination des nations, mais aussi la primauté de la Morale sur les règles de l’économie. On retrouve le Non serviam dans le matérialisme athée du Communisme, faux pendant du Libéralisme, qui l’a voulu et alimenté pour détruire le tissu social par la lutte des classes. Et aujourd’hui, ce cri infernal résonne avec les horreurs de l’avortement, de l’euthanasie, de la transition de genre et de l’ingénierie génétique, dont le seul but est d’effacer toute trace du divin dans l’homme et dans la Création, et de briser le lien entre l’homme et Dieu accompli dans l’Incarnation.

Tant que nous ne reconnaîtrons pas l’inéluctabilité de la victoire de l’Homme-Dieu en tant que Roi et Seigneur universel, et celle de la Vierge Mère de Dieu en tant que Reine et Dame par la Grâce ; tant que les nations et les peuples ne plieront pas le genou devant l’unique Sauveur et Rédempteur de l’humanité ; tant que la société et l’Église seront les otages des ennemis du Christ-Roi et de sa très auguste Mère, nous ne pourrons pas espérer la fin de cette épreuve très douloureuse, parce que nous n’aurons pas fait le choix nécessaire que le Seigneur attend de nous pour nous faire participer à son triomphe total et définitif sur Satan. Ne nous faisons pas d’illusions : celui qui persiste à lire la situation actuelle avec des yeux humains s’expose non seulement lui-même, mais l’humanité tout entière, à la poursuite et à l’aggravation de cette situation : car notre combat n’est pas contre des créatures de chair et de sang, mais contre les principautés et les pouvoirs, contre les dominateurs de ce monde de ténèbres, contre les esprits mauvais qui habitent les régions célestes (Ep 6,12).

Conclusion

Que les nations autrefois chrétiennes reviennent donc à la Foi de leurs pères. Que les dissidents renouent avec l’unité catholique. Que les peuples plongés dans les ténèbres de la superstition et de l’idolâtrie se convertissent au Dieu vivant et vrai. Que le peuple autrefois élu reconnaisse le vrai Messie en rejetant de l’hérésie sioniste. Que les hommes sortent de leur torpeur, surtout ceux qui détiennent l’autorité, et reconnaissent avec confiance qu’il n’y a de pouvoir que de Dieu. C’est là – et là seulement – la condition de la concorde entre les peuples, de la justice, de la paix. Et si les Pasteurs manquent à cet éveil général des consciences, qu’ils se souviennent des redoutables paroles du Seigneur : Si ceux-ci se taisent, les pierres crieront (Lc 19, 40).

+ Carlo Maria Viganò, Archevêque 

9 décembre 2023, Infra Octavam Imm. Conc. B.M.V 

© Traduction de F. de Villasmundo pour MPI relue et corrigée par Mgr Viganò


image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

S’abonner à la discussion
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires