L’effondrement n’est pas la véritable dystopie

17/08/2023 (2023-06-16)

[Source : unz.com]

Par Robert Stark

Jusqu’à présent, les années 2020 semblent plus chaotiques que les décennies précédentes. Sur la base de l’actualité, des données économiques et sociologiques et des cycles historiques tels que la théorie du quatrième tournant et les recherches de Peter Turchin, il semble qu’une crise historique majeure se produira au cours de cette décennie. En revanche, les années 2010 ont été très stagnantes, malgré la récession au début de la décennie et des mouvements politiques tels que Occupy Wall Street, le nationalisme et le populisme en Europe, les mouvements de Donald Trump et de Bernie Sanders, et le début du Grand Réveil. Si l’on considère spécifiquement les années, 2016 a été un tournant avec l’élection de Trump, 2017 a été quelque peu chaotique avec des conflits politiques entre antifa et l’alt-right, puis 2018 et 2019 ont semblé très stagnantes. Évidemment, 2020 a été une année chaotique avec la pandémie, ainsi que les émeutes de BLM et l’accélération de la politique woke et de la culture d’effacement, avec certains moments se sentant apocalyptiques. Toutefois, à l’exception du 6 janvier, 2021 a été une autre année de stagnation, avec l’assouplissement de la politique monétaire, le pic de la bulle de relance et l’euphorie des marchés. En 2021 également, la droite était totalement démoralisée et la culture d’effacement était devenue la nouvelle norme. Le chaos est revenu en 2022, avec le début de l’inflation et la guerre en Ukraine. Bien que cette année ait été marquée par une crise bancaire, la crainte d’un défaut de paiement des dettes, une crise de l’immigration, de nouvelles turbulences politiques telles que l’investiture de Trump et une instabilité politique accrue à l’étranger, les choses semblent à nouveau stagner dans l’ensemble, ou peut-être un peu plus calmes avant la tempête.

Les haussiers n’abandonnent tout simplement pas.
Source: Maverick of Wall Street

Il semblait initialement que le krach de la Silicon Valley Bank mettrait fin aux espoirs de reprise économique. Malgré les craintes récentes d’un défaut de paiement de la dette, les vulnérabilités majeures du système financier, la hausse des taux d’intérêt, les niveaux d’endettement sans précédent, l’inflation galopante et la pire inversion de la courbe des taux d’intérêt depuis plus de 30 ans, la propagande haussière reste très présente. On parle par exemple d’une légère récession, d’un atterrissage en douceur, d’un nouveau marché haussier, voire d’une récession évitée. L’optimisme des haussiers repose sur la combinaison de l’accord sur le plafond de la dette, des statistiques officielles du chômage qui restent basses, d’une légère baisse de l’inflation et de l’espoir d’une pause dans les hausses de taux de la Fed. Sans parler de la nouvelle menace d’un boom de l’intelligence artificielle qui sauverait l’économie et ouvrirait la voie à un nouveau marché haussier, ce qui ne fait que créer une nouvelle bulle sur les actions, en plus de la super-bulle existante. Cette propagande s’inscrit dans le droit fil de la fameuse déclaration de Janet Yellen selon laquelle nous ne connaîtrons plus jamais de crise financière de notre vivant, l’arrogance voulant que le système soit parfait pour résister à l’effondrement. Le point de vue le plus ridicule à ce jour est que l’économie se porte bien en raison des prix exorbitants des billets de concert de Taylor Swift, car il est évident que de nombreuses jeunes filles aisées utilisent la carte de crédit de leur père pour acheter des billets. Au contraire, cela ne fait que démontrer l’ampleur de la bulle de la dette et les niveaux élevés d’inégalité des revenus. L’ambiance actuelle me rappelle beaucoup l’optimisme du mois de janvier avant le krach bancaire, même si nous assisterons probablement à une répétition des cycles de proximité du krach imminent, suivis de plusieurs tentatives de reprise, avant l’inévitable grand krach.

Si les baissiers ont été justifiés par la trajectoire globale de l’économie, il est arrivé, ces dernières années, que les baissiers se trompent ou dépassent leurs prévisions quant à la gravité d’une crise imminente. Pour commencer, ils s’attendaient à ce que la crise provoque une dépression, alors qu’ils n’avaient pas prévu que les mesures de relance soutiendraient l’économie, du moins pour l’instant. On craignait également, y compris dans les grands médias, que la guerre en Ukraine ne provoque une famine mondiale, la pire de l’histoire moderne, à l’automne dernier. Toutefois, un accord a été négocié par la Turquie entre la Russie et l’Ukraine pour permettre l’acheminement en toute sécurité des céréales ukrainiennes par la mer Noire. La question est de savoir si un conflit prolongé, retardant la saison des semailles en Ukraine, entraînera une famine mondiale dans les prochaines années. On s’attendait également à ce que l’Europe connaisse une crise énergétique catastrophique l’hiver dernier, ce qui n’a pas été le cas non plus. Même la limitation de la production de pétrole par la Russie n’a pas fait grimper les prix du pétrole aussi haut que prévu. L’Europe a eu la chance d’avoir un hiver doux, d’avoir suffisamment d’essence et de gaz naturel dans ses réserves et d’avoir reçu une aide supplémentaire de l’Amérique, puisque Biden a épuisé les réserves stratégiques d’essence de l’Amérique. Dans l’ensemble, il s’agit d’une combinaison de certains problèmes de chaîne d’approvisionnement résolus à la suite de la pandémie et de la guerre, mais aussi d’une baisse de la demande mondiale et d’un simple coup de pied dans la fourmilière.

Pour que l’économie soit plus saine, il faut que les super bulles éclatent, et il en va de même pour les maux sociaux et politiques. Étant donné que la pandémie a surtout exacerbé les pires tendances des années 2010, telles que l’atomisation sociale, la crise de la santé mentale, la récession sexuelle, l’inégalité des revenus, la consolidation du pouvoir par l’establishment, la culture d’effacement, la décadence culturelle et le ras-le-bol général, la question est de savoir si un grave effondrement économique ferait disparaître les conneries de la société ou s’il ne ferait qu’aggraver ces problèmes. Un scénario d’atterrissage en douceur ou de stagnation économique exacerberait probablement les pires tendances existantes, c’est pourquoi je comprends tout à fait les catastrophistes et les accélérationnistes qui se réjouissent de l’effondrement. Cependant, les dissidents, qui sont souvent désespérés ou qui ont le sentiment que le système actuel leur est défavorable, s’imaginent que lorsque l’effondrement se produira, eux ou leur groupe d’appartenance s’en sortiront mieux ou seront libérés des systèmes d’oppression, ce qui est incroyablement naïf. Les dissidents n’ont aucun pouvoir institutionnel et cette mentalité de doomer [prophètes de malheur (ou d’apocalypse)] est très passive, répondant principalement à un besoin psychologique. Si la vie et la psyché intérieures d’une personne sont en proie au chaos, elle a tendance à vouloir voir la société froide et indifférente qui l’entoure s’effondrer également.

Les prophètes de malheur s’appuient sur le fantasme selon lequel un choc externe au système, ou un événement de type « cygne noir », entraînera l’effondrement de l’ensemble du système comme un château de cartes, mais le système s’est avéré beaucoup plus résistant que cela. La Californie montre qu’un système hégémonique libéral à parti unique peut durer beaucoup plus longtemps qu’on ne le pense, même s’il a été soutenu par les revenus de la Silicon Valley et par l’exode de la classe moyenne, qui a servi de soupape de sécurité en cas de mécontentement. Les propagandistes financiers qui parlent d’un atterrissage en douceur ont partiellement raison, dans la mesure où il s’agit d’un atterrissage en douceur ou d’une absence de récession pour ceux qui sont au sommet. En fait, l’Amérique fonctionne très bien pour ceux qui la dirigent, mais pas pour ceux qui n’ont ni pouvoir ni influence. La récession sévère qui s’annonce pourrait simplement se traduire par une augmentation de la dégradation des villes, des campements de sans-abri, de la mortalité due au désespoir et de l’inégalité des revenus, mais pas nécessairement par un effondrement du pouvoir institutionnel.

Message anonyme de 4chan datant de 2013

[Traduction automatique de l’image par Yandex :

]

Le prophète du désespoir, Michel Houellebecq, a été totalement justifié dans sa prédiction du début de la pandémie selon laquelle la vie après la pandémie serait « la même mais pire ». L’effondrement est souvent progressif et ne se produit pas du jour au lendemain. Il ne s’agit pas nécessairement d’un scénario à la Mad Max, mais plutôt d’une baisse de la qualité de vie pour la plupart des gens. Cela vaut même pour les pays du tiers monde qui se sont effondrés, comme le Sri Lanka, ou pour les niveaux d’inflation élevés que connaissent actuellement la Turquie et l’Argentine. « Le cauchemar n’est pas l’effondrement. Le cauchemar, c’est qu’ils réussissent la fin de l’histoire et que les choses empirent progressivement : plus de criminalité, plus de pauvreté, plus de dégénérescence, moins de services et une population incapable de faire autre chose que d’exiger de plus grandes doses de poison », tweete James Kirkpatrick, de l’association VDARE. En gros, un déclin progressif de la qualité de vie des gens ou un scénario de grenouille dans la casserole bouillante, où les gens s’habituent à la dégradation et n’atteignent peut-être jamais le point de rupture, mais se contentent d’ajuster leurs attentes et leurs normes. Les dissidents s’appuient sur ce fantasme du réveil et de la rébellion des masses, mais avec la baisse des salaires et l’augmentation du chômage, l’effet de levier est plus important pour les détenteurs du pouvoir et plus faible pour le peuple. L’élite politique doit tenir compte du fait qu’un certain type de krach économique signifie que les gens seront suffisamment désespérés pour travailler pour rien ou presque et renoncer à leurs libertés et à leur autonomie. La question est de savoir si les Américains, en particulier les Blancs de la classe moyenne, peuvent psychologiquement supporter le déclin et la transition vers un ordre post-américain.

Graphique de la Réserve fédérale sur l’évolution des réserves de change

Un scénario probable est celui d’un atterrissage presque en douceur de l’économie américaine, mais aux dépens du reste du monde, en abusant de la monnaie de réserve pour exporter l’inflation. Par exemple, les pays sont obligés de rattraper les hausses de taux de la Fed afin de sauver leur monnaie. Cela accélérera la crise des migrants et renforcera le ressentiment à l’égard de l’Amérique, avec le risque de représailles contre le dollar. L’Amérique entrerait en dépression si elle perdait son statut de monnaie de réserve, mais le dollar domine toujours les réserves de change, sans concurrent évident. Dans le même ordre d’idées, un boom de l’IA pourrait redresser l’économie après la récession, peut-être même une période d’expansion économique rapide, mais il exacerberait aussi l’inégalité des revenus et éroderait progressivement la valeur du travail.

Même s’il n’y aura probablement pas de défaut de paiement de la dette dans un avenir proche, le principal danger est que le Trésor soit contraint de vendre des bons et des obligations du Trésor, ce qui épuiserait les liquidités sur les marchés financiers, exacerbant ainsi la crise bancaire, pousserait l’immobilier commercial à la dérive et provoquerait une crise de solvabilité des régimes de retraite. Sans parler de l’exacerbation du piège financier dans lequel se trouve la Fed : si elle pivote ou renfloue les banques, l’inflation réapparaît, mais si les taux restent élevés, il y aura une crise de liquidité et de défaillance de la dette. Il est difficile de dire si ce sera l’événement financier qui provoquera le grand krach. Dans l’ensemble, la principale vulnérabilité de l’économie réside dans l’ampleur de l’endettement, tant public que privé, et la réponse sera probablement de gonfler le dollar pour rembourser les dettes massives.

Le krach a pris beaucoup plus de temps que prévu, c’est comme regarder de la peinture sécher, et j’en ai fini d’essayer de deviner quand ce méga krach se produira. En général, j’estime que la bulle économique est simplement davantage étayée et que l’inévitable est retardé, ce qui conduira à une crise économique bien plus grave. Cependant, que se passe-t-il si tout cela fait partie d’un déclin géré avec succès, ou d’une stabilité fabriquée, ce qui est vraiment déprimant et démoralisant ? L’Amérique est en déclin, mais il serait exagéré de parler d’effondrement. Il s’agit plutôt d’un processus pluridécennal à long terme, d’une décadence au ralenti, analogue au déclin de Rome en tant qu’empire tardif, dont la chute s’est étalée sur une très longue période. L’Amérique présente à la fois des avantages par rapport à d’autres nations et des vulnérabilités majeures.

[NDLR Ce qui a été prévu ou pressenti il y a plusieurs décennies par certains des premiers « complotistes » de l’histoire moderne est un scénario d’effondrement contrôlé.]

image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

S’abonner à la discussion
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires