Le conseiller C. Drosten de Merkel une nouvelle fois en justice pour fausses allégations

Le conseiller C. Drosten de Merkel une nouvelle fois en justice pour fausses allégations

17/02/2021 (2021-01-31)

Par Dre Nicole Delépine

Nouvelle attaque de l’avocat Fuellmich contre Drosten et ses conseils dramatiques la gestion du Covid

Le Dr Reiner Fuellmich, avocat, persiste et signe contre C. Drosten, conseiller de la chancelière et responsable de la cascade de décisions délétères à propos du Covid, dont les tragiques confinements.

En complément de la plainte pénale portée par Maître Fuellmich en novembre 2020 au nom de son client lésé par la fermeture autoritaire de son établissement bar avec karaoké, l’avocat fait une procédure judiciaire civile [1] pour obtention de dommages et intérêts, contre le directeur de l’institut Robert Koch et conseiller de Mme Merkel (et par dominos de l’ensemble des dirigeants mondiaux) sur la crise Covid, Mr C. Drosten. Nous rapporterons ici les éléments nouveaux et/ou majeurs sur lesquels insiste l’avocat, les articles précédents détaillant les arguments déjà évoqués.[2]

Cas du plaignant, exploitant d’un bar et représentant de fait de tous les petits entrepreneurs ruinés

Le plaignant est exploitant d’un grand bar à karaoké très populaire à Berlin, qui connaît un grand succès depuis des années. Depuis la mi-mars 2020, le plaignant n’a pu générer aucun revenu de ce bar, car il a été forcé de rester fermé en raison du confinement. Le demandeur n’a reçu aucun paiement en réponse à une demande d’aide d’urgence présentée par le demandeur.

Ce n’est qu’après la publication de la lettre d’avertissement sur laquelle se fonde cette action que le demandeur a soudainement reçu des paiements substantiels s’élevant — à ce jour — à 92 235,64 € ; l’aide de novembre et décembre a été promise. Toutefois, le demandeur n’est toujours pas autorisé à reprendre ses activités commerciales, de sorte que de nouveaux dommages s’accumulent ; cette action vise initialement à obtenir des dommages-intérêts partiels pour le mois de janvier 2021. La demande de jugement déclaratif garantit que les dommages futurs, encore non quantifiables, sont également couverts.

Dans cette procédure, l’avocat rappelle les exigences faites auprès de l’accusé (défendeur) C. Drosten, conseiller scientifique de la chancelière, par lettre extrajudiciaire datée de décembre 2020 : il lui a demandé de s’abstenir de faire un total de cinq fausses allégations factuelles et par ailleurs de rembourser au demandeur les dommages partiels du confinement résultant de ces fausses allégations factuelles et des recommandations du défendeur pour un montant initial de 50 000 euros.

L’avocat réexpose les allégations mensongères de l’accusé qui ont fondé la politique sanitaire du gouvernement allemand et en conséquence de la plupart des pays affiliés à l’OMS qui ont suivi les affirmations et conseils de C. Drosten l’accusé. Ces mensonges sont évidemment particulièrement graves en raison de leur impact mondial, les confinements ayant ruiné une bonne partie de l’humanité.

L’accusé C. Drosten qui joue en Allemagne le même rôle le professeur Delfraissy et coll. auprès du président français, est poursuivi pour cause d’omissions et de dommages et intérêts.

L’avocat demande

  1. de condamner l’accusé, sous peine d’une amende maximale de 250 000 euros ou, à défaut, d’un emprisonnement à durée indéterminée pouvant aller jusqu’à six mois s’il ne s’abstient pas de faire les déclarations suivantes et/ou de diffuser ces déclarations (mensongères) et/ou de les faire diffuser : Le CoV-2 du SRAS est un pathogène entièrement nouveau qui peut même être transmis par des personnes qui ne présentent elles-mêmes aucun symptôme. Par conséquent, la seule solution est de diagnostiquer la maladie COVID-19 (remarquée ou non) au moyen d’un test PCR. Deux affirmations qui sont des mensonges avérés qui ont conduit aux aberrations de confinement généralisé, masques, etc.
  2. L’accusé est condamné à verser au requérant des dommages-intérêts d’un montant de 5 000 euros.
  3. Il est déclaré par la présente que l’accusé est tenu d’indemniser le demandeur pour tous les autres dommages, non encore quantifiables, que le demandeur a subis et subira en raison des mesures de verrouillage fondées sur les allégations visées aux points 1. a et b ci-dessus.
  4. Condamner la partie défenderesse (accusée) aux dépens du litige.

    En outre, l’avocat demande
  5. Si aucune première date n’est fixée pour la procédure orale, au cas où l’accusé ne respecterait pas un délai qui lui a été fixé 3
  6. en vertu de l’article 283 du code de procédure civile, de présenter par écrit, dans un délai fixé par le tribunal, l’exposé des conclusions de l’opposant qui n’ont pas été communiquées en temps utile avant la date de l’audience ;
  7. une copie intégrale de l’arrêt
  8. dans le cas où le jugement est exécutoire à l’encontre du requérant, accorder un titre exécutoire
  9. de certifier la date de signification aux défendeurs.

Les fausses hypothèses fondement de la politique anticovid du gouvernement fédéral allemand basée sur les fausses affirmations de l’accusé

Les mesures prises par le gouvernement fédéral, puis par les gouvernements des États fédérés, pour endiguer la pandémie dite COVID-19 reposent sur les hypothèses suivantes, qui reposent sur les affirmations de l’accusé en tant que principal conseiller du gouvernement fédéral telles qu’elles ont déjà été exposées dans la lettre du 15.12.2020 (annexe K 1)

En bref : cinq affirmations erronées ont été à la source de manipulations majeures et fatales pour une bonne partie du monde :

  • pas d’immunité de base ;
  • deuxième fausse déclaration : infectiosité sans symptômes ;
  • la troisième fausse déclaration : les diagnostics basés sur la PCR ;
  • la quatrième fausse déclaration : surcharge imminente des systèmes de soins de santé ;
  • la cinquième fausse déclaration : les restrictions à la liberté comme remède, l’imbrication des allégations de verrouillage délibérément fausses.

Deux fausses affirmations sont détaillées dans la procédure.

  • C’est l’affirmation factuelle erronée selon laquelle il existe des infections asymptomatiques qui a conduit à l’erreur selon laquelle même les personnes ne présentant aucun symptôme de maladie sont potentiellement des sources très dangereuses d’infection par le virus CoV 2 du SRAS.
  • C’est l’affirmation factuelle erronée selon laquelle le test PCR de Drosten peut être utilisé pour déterminer des infections spécifiques et, plus important encore, l’infectiosité des « positifs » qui a conduit à l’erreur selon laquelle ce test peut être utilisé pour déterminer l’étendue des infections dans la population, sur la base de soi-disant « numéros de cas » spécifiques.

Les tests PCR ne sont pas seulement inadaptés au diagnostic individuel, mais aussi au dépistage. Le seul facteur décisif peut et doit être le nombre de personnes qui tombent malades, le nombre de celles qui doivent être hospitalisées, le nombre de celles qui doivent être traitées en soins intensifs et le nombre de celles qui doivent être ventilées.

L’instrument permettant d’évaluer de manière fiable ces événements existe depuis longtemps à l’Institut Robert Koch, notamment dans le domaine de la surveillance de la grippe : le programme sentinelle. Il est totalement incompréhensible que cela ne soit pas utilisé dans une plus large mesure pour le COVID-19. Le chef du département de santé publique d’Aichach-Friedberg (entre-temps transféré), Friedrich Pürner, avait récemment demandé à juste titre que les instruments sentinelles soient également utilisés pour la surveillance COVID-19.

L’OMS a également reconnu que le défendeur a trompé l’humanité entière dans le monde entier à l’aide de la méthode de test qu’il a mise au point par ses communiquées de décembre 2020 et janvier 2021, mettant en cause les tests PCR détachés de l’examen clinique.

Faits

Les parties affirment que les allégations de l’accusé exposées ci-dessus et ses recommandations de confinement basées sur celles-ci sont de fausses déclarations sur lesquelles les injonctions de confinement mises en œuvre par le gouvernement fédéral obligent le défendeur à payer des dommages et intérêts au plaignant.

Contexte international des positions de Drosten : le Great Reset

Le contexte plus large des déclarations litigieuses n’est qu’indirectement pertinent pour le jugement en l’espèce. Il concerne en particulier le fondateur de Microsoft Bill Gates pendant des années, notamment via le Forum économique mondial, qui a propagé ce que l’on appelle le « Great Reset » [La Grande Réinitialisation], très controversé, qui a pour objet un « redémarrage » sociopolitique mondial dirigé par les entreprises. [4]

Le journaliste Paul Schreyer décrit dans son rapport « Pandemic-Planspiele » l’imbrication des « élites » des entreprises avec les « élites » politiques, qui se rapprochent de plus en plus depuis au moins 20 ans.

Il y décrit également comment ces « élites » ont délibérément et pendant des années tenter non seulement de conserver leur pouvoir — illégitime —, mais de l’étendre à l’infini à l’aide des mécanismes de contrôle les plus massifs et les plus inhumains, avant que les objets (= tous les autres humains devenus parties prenantes donc objets) de ces mécanismes de contrôle ne le remarquent et ne puissent se révolter contre lui. Il faut ici penser aux contrôles des citoyens chinois par leur dictature que nos gouvernements occidentaux adeptes de la grande réinitialisation (lire le livre de Klaus Schwab) souhaitent appliquer aux peuples européens.

Le professeur de psychologie générale Dr Rainer Mausfeld avait expliqué au début de 2019, dans sa conférence « Pourquoi les agneaux sont-ils silencieux » comment la politique pendant de nombreuses années — inaperçue du public — met en scène de manière répétée la peur et la panique et l’utilise comme un outil pour amener les gens à accepter des décisions politiques qu’ils ne soutiendraient pas autrement.[5] Et l’ancienne vice-ministre américaine du Logement et banquière d’affaires Catherine Austin Fitts explique dans « Catherine Austin Fitts Full Interview Planet Lockdown » [6] comment ces « élites » mettent en œuvre ou tentent de mettre en œuvre économiquement la reprise des actifs de la classe moyenne (car si seulement 10 % de la population s’en rend compte, le château de cartes s’effondre immédiatement, certains scientifiques supposent même un pourcentage inférieur).

Cela s’explique notamment par le fait que les premières zones où se trouvent des petites et moyennes entreprises qui fonctionnent bien, par exemple dans la restauration et le commerce de détail, sont « fermées » par le confinement, de sorte que ces entreprises — comme le plaignant et son bar de karaoké — ne peuvent plus obtenir de revenus, notamment parce que leurs crédits et leurs loyers ne peuvent plus être payés.

L’aide est annoncée — comme dans le cas du plaignant — mais n’est en réalité versée que de manière limitée, voire pas du tout.

Ensuite, des émeutes sont organisées dans ces régions — cela ne s’applique peut-être actuellement qu’aux États-Unis — entraînent la destruction physique supplémentaire de ces entreprises, de sorte qu’elles ne peuvent même plus être vendues. Les « investisseurs » privilégiés sur le plan fiscal, à savoir les sociétés susmentionnées, reprennent alors ces sociétés quasi gratuitement.

La pression des médias appartenant essentiellement aux milliardaires qui tentent de mettre en œuvre le Great Reset

Les mêmes personnes et sociétés qui ont investi dans les industries pharmaceutiques et technologiques dans le cadre de ce soi-disant « Great Reset » ont investi également massivement dans les médias grand public, par lesquels C. Drosten l’accusé a diffusé à plusieurs reprises ses allégations à un large public, y compris dans le cadre de son podcast dit NDR pendant de nombreux mois.

Le professeur Martin Schwab de l’université de Bielefeld a expliqué, dans une vaste expertise intitulée « Liberté d’opinion et discours scientifique dans la crise du Covid19 », comment les paiements massifs versés aux médias principaux, y compris publics, ont eu et continuent d’avoir un effet au détriment des reportages informatifs habituels, dans lequel il traite également de la diffusion des allégations de l’accusé via les Ndr-podcasts. Le professeur Schwab avait préparé cet avis d’expert pour le Dr Wolfgang Wodarg, un expert reconnu violemment diffamé au début de la crise Covid19 en raison de sa position critique.

Contexte de la personnalité et des antécédents du conseiller C. Drosten

En plus des faits rapportés dans la procédure initiale du 23 novembre, l’avocat revient sur le parcours de C Drosten qui conseille la chancelière allemande et de fait l’OMS et le monde entier. L’hebdomadaire Stern titrait, ébloui, en mars 2020 : « Le coronavirus a fait du virologue Christian Drosten l’homme le plus recherché de la République. Et une étoile. » [7]

Fuellmich s’étonne des éléments particuliers de son parcours professionnel discordant pour le moins avec l’importance et la gravité de ses fonctions.

Erreurs multiples dans les années précédentes lors des crises sanitaires

L’accusé est le directeur de l’Institut de virologie de la Charité Universitätsmedizin de Berlin. Dans le passé, il a attiré l’attention sur le fait que ses pronostics toujours alarmistes et extrêmement inquiétants sur certaines maladies virales, associés à des recommandations de vaccination, se sont révélés catastrophiquement erronés.

Par exemple, le cirque du SRAS

– lors de l’épidémie de SRAS en 2003, à propos du virus du SRAS (autre coronavirus), il a affirmé que ce virus pouvait être combattu avec un vaccin efficace, mais seulement en un ou deux ans, mais qu’il entraînerait — « si l’épidémie ne pouvait pas être repoussée » — de telles maladies pulmonaires encore et encore, et aurait « de graves effets sur les économies nationales ».

En fait, le SRAS s’est avéré relativement inoffensif. Selon l’OMS, il n’y a eu que 8096 cas de SRAS dans le monde depuis la découverte du virus du SRAS, avec 774 décès. En Allemagne, il y a eu 9 cas et pas un seul décès.

En ce qui concerne la grippe porcine 2009 (virus de la grippe, sous-type A/[H12N1] 2009/2010), qui s’est avérée être une grippe bénigne, il a lancé un appel urgent — sans aucune donnée fiable sur le nombre de cas — pour être vacciné contre la grippe porcine, affirmant que le vaccin n’était pas disponible : « La maladie est une infection virale grave et courante qui a des effets secondaires beaucoup plus graves que ce que l’on peut imaginer du pire vaccin ». L’épidémie qu’il avait prophétisée ne s’est jamais produite.

On remarque, comme le dit également Fuellmich le parallélisme entre les prophéties délirantes de Drosten et celle du mage anglais Ferguson, sur les mêmes sujets avec les mêmes déclarations fausses et délirantes, démontrant si besoin en était, la collusion des gouvernements occidentaux en accord avec le conseil sanitaire de l’OMS.

Les prophètes avaient provoqué la panique dans la politique en faveur des entreprises pharmaceutiques et commandé des vaccins pour des milliards d’euros — en Angleterre et en France seulement plus de 2 milliards d’euros — sur la base de contrats tenus secrets jusqu’à aujourd’hui, que la grande majorité de la population allemande (correctement conseillée par les médecins généralistes, qui à l’époque n’étaient pas encore contournés par les « centres de vaccination ») a cependant refusés. Lorsqu’il s’est avéré que la prétendue épidémie était une saison de grippe légère, les vaccins ont dû être détruits, ce qui a coûté des millions d’euros.

Toutefois, dans certaines régions d’Europe, les vaccins avaient déjà été inoculés et avaient causé des dommages bien plus graves que la grippe porcine elle-même, à savoir des handicaps graves et très sérieux chez environ 1 300 personnes, par exemple sous la forme de narcolepsie.

Le dossier universitaire de l’accusé également devenu très controversé

La recherche de sa thèse fut un long parcours du combattant pas vraiment couronné de succès.

Un rapport de synthèse sur les prédictions dramatiquement erronées, le parcours académique manifestement falsifié, mais aussi sur les liens financiers de l’accusé avec les fabricants de tests PCR et d’autres incohérences le concernant peut être trouvé sur le lien suivant : https://www.kla.tv/17877

La procédure revient sur ce que devrait être un conseiller des politiques à ce niveau de responsabilité

L’avocat évoque une des dernières prises de position de Drosten en décembre lors de la déclaration Léopoldine, l’équivalent de notre conseil scientifique.

« La déclaration dite ad hoc de Léopoldine n’est pas un document scientifique ni un résumé scientifique de l’état de la recherche. Il s’agit d’un assortiment de déclarations inquiétantes sur la situation actuelle, combinées à des propositions drastiques censées tirer leur autorité du fait que les auteurs occupent désormais des postes de haut niveau dans l’entreprise de recherche ».

Dans une lettre adressée à l’Académie des sciences de Mayence, Thomas Aigner a souligné avec insistance que peu après la publication du 7e avis ad hoc, des voix du terrain prédisaient l’échec de la politique de confinement.

« À mon avis, ce document n’est pas digne d’une science honnête, équilibrée, orientée vers le service et le bien-être ».

Cette évaluation est également pertinente sur le plan juridique.

Un chapitre de cette procédure civile est particulièrement pertinent et intéressant pour nous français, posant les qualités que devraient posséder les « experts » qui conseillent les présidents ou ministres, étant donné les enjeux majeurs de leurs préconisations. La procédure engagée ici contre « l’étoile allemande » Drosten, montre que ces messieurs ou dames ne devraient pas dormir tranquilles sur le tas de leurs diplômes universitaires réels ou fantasmés, et redouter que la roue tourne surtout quand tant de personnes vont sombrer dans la misère ou mourir à cause d’eux. Tels les membres de notre conseil scientifique dont les comptes-rendus de réunions ne sont pas accessibles, jamais écrits, semble-t-il.

Qualité des experts selon Maître Reiner Fuellmich exposée dans sa procédure contre Drosten.

Les exigences de base : Expertise, objectivité et neutralité

« Toute personne qui conseille l’État doit remplir trois postulats de base : expertise, objectivité et neutralité. Pour l’expert judiciaire, cela découle des codes de procédure : Il doit, du fait de la nature de l’affaire, représenter en sa personne l’expertise pertinente et, conformément à l’article 406 ZPO, s’expose à un refus pour crainte de partialité s’il n’utilise pas son expertise de manière objective et neutre. Cependant, rien d’autre ne s’applique aux conseils aux autres branches du pouvoir de l’État. [8]

En fournissant un avis expert, objectif et neutre, l’expert doit se montrer à la hauteur du rôle que l’organisme gouvernemental conseillé lui confie.

Le conseiller ne doit pas seulement se porter garant de ces postulats en sa personne, mais le résultat du conseil en tant que tel doit également témoigner de ces vertus.

Comme les conseils donnés aux hommes politiques conduisent délibérément à une action de l’État, ils ne sont pas non plus protégés par l’article 5.3 de la loi constitutionnelle. Le conseil politique participe plutôt à l’engagement des décideurs de l’État en faveur des droits fondamentaux.

Dans ce cas, l’argument bien connu de la Cour constitutionnelle fédérale en matière de confusion s’applique également à eux : quiconque est tenu à la liberté ne peut pas en même temps avoir droit à la liberté. [9]

Il ne peut y avoir aucun doute raisonnable sur le fait que l’activité de l’accusé telle qu’elle est décrite ci-dessus constitue un conseil politique. C’est ce qui ressort des explications données par l’accusé lui-même au sujet du document de Leopoldina mentionné ci-dessus.

Le 7e avis ad hoc doit être compris comme un “un avertissement clair et définitif de la science” aux politiciens. »

On peut conclure en conséquence que le conseiller Drosten est responsable de ses avis qui ont indéniablement influencé les politiques et les juges et donc en assumer les conséquences civiles et pénales. Cette responsabilité directe devrait s’appliquer aux membres du conseil scientifique français et singulièrement du Pr Delfraissy dont les déclarations télévisées exigeant un confinement dépassent ses missions, mais surtout dépriment les Français qui l’écoutent. Il devrait tenir compte du jugement du tribunal de Berlin déclarant inconstitutionnel le confinement et des nombreuses études internationales qui démontrent que les confinements n’ont pas sauvé de vies, mais ont tué des humains au contraire.[10] à [20]


Notes

[1] Green Mango GmbH, Bülowstrasse 56, 10783 Berlin, représentée par le directeur général, M. Nils Roth
– Demandeur –
représenté par : Dr Fuellmich & Associates, avocats, Sen-derstrasse 37, 37077 Göttingen, Allemagne
Sync and corrected by Dr. Jackson for
Christian Drosten, c/o Charité – Universitätsmedizin Berlin, Institut de virologie, Charitéplatz 1 à 10117 Berlin Tribunal d’arrondissement de Berlin Tegeler Weg 17 – 21
10589 Berlin 21 01 21

[2] Christian Drosten : l’heure des comptes ? (francesoir.fr)

[3] conformément à l’article 276, paragraphe 1, du code de procédure civile, de décider par défaut conformément à l’article 331, paragraphe 3, du code de procédure civile

[4] S’échapper du syndrome de Stockholm — passer de la peur du virus (leurre) à un danger réel, la Grande Réinitialisation — Nouveau Monde (nouveau-monde.ca)

[5] https://www.youtube.com/watch?v=-kLzmatet8w

[6] https://www.youtube.com/watch?v=LVuA98P4aA8&feature=youtu.be (version originale anglaise)

[7]  kla.tv/index. PHP a=showlanguage&lang=fr cité par Drosten poursuivi pour crimes contre l’humanité — (ripostelaique.com)

[8] Martin Schwab, Rechtsfragen der Politikberatung im Spannungsfeld zwischen Wissenschaftsfreiheit und Unternehmensschutz, 1999, p. 370 s.) :

[9] (BVerfGE 61, 82 100).

[10] Thomas Meunier Full lockdown policies in Western Europe countries have no evident impacts on the COVID-19 epidemics https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.04.24.20078717v1.full.pdf

[11] Christof Kuhbandner, Stefan Homburg, Harald Walach, Stefan Hockertz. « Le verrouillage du Covid allemand était-il nécessaire ? » Sage Preprint, 23 juin 2020.

[12] Norvège : « le confinement n’était pas nécessaire contre le coronavirus » 29 mai 2020 Strategika

[13] Stefan Homburg et Christof Kuhbandner Commentaire sur Flaxman et coll. (2020) : Les effets illusoires des interventions non pharmaceutiques sur le COVID-19 en Europe » 17 juin 2020. Advance, Sage Pre-Print

[14] Rabail Chaudhry, George Dranitsaris, Talha Mubashir, Justyna Bartoszko, Sheila Riazi Une analyse nationale mesurant l’impact des actions gouvernementales, de la préparation du pays et des facteurs socio-économiques sur la mortalité COVID-19 et les résultats sanitaires associés ». EClinicalMedicine 25 (2020) 100464

[15] Surjit S Bhalla, directeur exécutif pour l’Inde du Fonds monétaire international « Lockdowns and Closures vs COVID – 19 : COVID Wins » http://ssbhalla.org/wp-content/uploads/2020/10/Lockdowns-Closures-vs.-COVID19-Covid-Wins-Nov-4.pdf

[16] Kasper Planeta Kepp Christian Bjørnskov Lockdown Effects on Sars-CoV-2 Transmission – The evidence from Northern Jutland https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.12.28.20248936v1.full.pdf

[17] Simon N. Wood. Les infections au COVID-19 ont-elles diminué avant le verrouillage du Royaume-Uni ? Préimpression de l’Université Cornell, 8 août 2020.

[18] R Shlomai, Ari Leshno, Ella H Sklan, Moshe Leshno Modélisation de stratégies de distanciation sociale pour empêcher la propagation du SRAS-CoV2 en Israël – Une analyse coût-efficacité » par Ami. Pré-impression MedRxiv. 20

[19] Morris Altman Smart Thinking, Lockdown et COVID-19 : Implications pour les politiques publiques

Journal of Behavioral Economics for Policy, 2020 Publié le : 26 mai 2020

[20] Christian Bjørnskov « Le verrouillage a-t-il fonctionné ? Comparaison transnationale d’un économiste » Document de travail du SSRN, 2 août 2020.

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments