L’opposition contrôlée et le Nouvel Ordre Mondial

19/12/2023 (2023-12-19)

[Source : telegra.ph]

Par Iurie Rosca

L’opposition contrôlée et l’opposition euphémisée, les deux larbins du Nouvel Ordre Mondial ?

Comment éviter le rôle désagréable d’idiots utiles ou de combattants aveugles.

J’ai remarqué depuis longtemps qu’un certain nombre d’auteurs antisystèmes et de journalistes des médias alternatifs, avec toutes leurs qualités indiscutables, tentent d’éviter d’aborder des sujets trop tranchés, par une certaine prudence ou autocensure, imposée par le récit dominant qui fonctionne comme une sorte de Ministère de la Vérité ou de police de la pensée. Ainsi, dans le camp altermondialiste, nous acceptons un lit de Procrustes[1] appelé « politiquement correct », que nous critiquons vivement en d’autres circonstances. Nous préférons pratiquer un style euphémique, allégorique, ésopique, crypté, allusif, caractéristique du genre littéraire sous les régimes totalitaires. Rien de nouveau sous le soleil. Nous savons qui tient les rênes après la Seconde Guerre mondiale.

Alex Jones

Le récent talk-show dans le studio www.infowars.com du légendaire journaliste, auteur et cinéaste antisystème Alex Jones, qui avait pour invité un autre journaliste bien connu des médias alternatifs, Stew Peters (https://banned.video/watch?id=657ba7d86e59a8d5ba3d90c7), m’a amené à écrire ces lignes afin de clarifier certaines incohérences conceptuelles que manifestent un grand nombre d’auteurs et de journalistes de la dissidence/résistance antimondialiste. J’avoue d’emblée que j’ai un grand respect pour le travail des deux participants à cette discussion qui, au fil des ans, ont joué un rôle particulier dans la dénonciation des plans occultes et des actions criminelles de l’élite mondialiste/satanique. Mais dans ce débat, un désaccord fondamental entre les deux interlocuteurs s’est visiblement accentué, à savoir l’attitude à l’égard du sujet le plus délicat, dangereux et tabou connu sous le nom de « question juive ».

Après avoir exprimé sa reconnaissance à Alex Jones pour son travail de plusieurs décennies visant à dénoncer la cabale mondialiste, le jeune Stew Peters a opté pour une approche directe et frontale du sujet. Selon lui, il est impératif d’identifier la source du mal absolu, de nommer sans hésitation les auteurs de cette conspiration mondiale. Sinon, on ne peut pas révéler toute la vérité et laisser l’opinion publique dans l’ignorance la plus totale. Et comme il est normal pour un vrai chrétien conservateur, il a précisé qu’il faisait référence à la mafia khazare, au réseau sioniste mondial, qui a infiltré, pénétré toutes les institutions de l’État américain, ainsi que les gouvernements des États du monde et les organisations internationales.

[Voir aussi :
L’histoire cachée de l’effroyable mafia khazare
et
Les maîtres du monde : qui sont ces puissants qui dirigent le monde ? Par Dr Vladimir Zelenko & David John Sörensen]

Stew Peters

Stew Peters a souligné à juste titre que si nous n’appliquons pas la règle d’or « Connais ton ennemi », nous ne pouvons pas servir honnêtement et efficacement la vérité et donc la cause de la liberté de nos propres nations. Sans mettre en lumière l’identité du cartel des banquiers criminels, des promoteurs de la sodomie sous l’étiquette LGBT, du transgendérisme, du marxisme culturel, du libre-échange et de la politique « sans frontières », de l’immigrationnisme et de la destruction de la civilisation blanche et chrétienne, de la religion du vaccinisme et du climatisme, de la technocratie et du transhumanisme, aucune lutte pour arrêter le génocide mondial et la création d’un gouvernement mondial sous le masque de l’ONU n’est possible.

Dans le contexte du génocide de Gaza, Stew Peters a déclaré qu’en fait, Benjamin Netanyahu est le véritable président des États-Unis. Et qu’en plus d’autres secteurs clés, les sionistes contrôlent le département d’État (Antony Blinken et Victoria Nuland ne sont que la partie émergée de l’iceberg), ainsi que le complexe militaro-industriel. Cette mafia khazare opère donc pour le compte de l’État américain et se rend coupable de l’assassinat de millions de civils innocents dans le monde et de l’invasion d’États souverains sans que les États-Unis ne soient menacés par ces États.

Alex Jones était visiblement troublé par la position de son interlocuteur et a cherché à exprimer son désaccord, il est vrai, avec peu de succès. Ce fut une véritable surprise d’observer comment un excellent et très énergique orateur, un redoutable polémiste comme Alex Jones ne pouvait plus échapper à la situation embarrassante de se placer en position d’avocat des maîtres du discours dominant ou du récit obligatoire qu’il conteste d’ailleurs lui-même au fil des ans. Les manœuvres verbales du célèbre journaliste d’infowars.com pour disqualifier (il est vrai, élégamment) son interlocuteur semblent avoir été empruntées à la pratique de certains serviteurs du Système de CNN ou de la BBC. Demander à Stew Peters, par exemple, ce qu’il pense d’Adolf Hitler, c’est glisser l’allusion que quiconque s’oppose à la domination de la mafia khazare est un nazi, un fasciste, un raciste, un antisémite, etc. C’est un vieux stratagème depuis le sionisme pour diaboliser quiconque tente de remettre en cause les mythes fondateurs et les pratiques inhumaines et génocidaires de cette idéologie raciste et xénophobe. Le pauvre Alex Jones n’a cessé de répéter qu’il ne pouvait pas être d’accord et qu’à son avis « les choses sont beaucoup plus sophistiquées ».

Bien sûr, elles sont sophistiquées, mais cela n’invalide pas les affirmations de Stew Peters. Cela nous rappelle une fois de plus, par exemple, qui a instrumentalisé et profité de la Première et de la Seconde Guerre mondiale, qui a imposé les mythes respectifs en tant qu’idéologies d’État dans les pays colonisés par ce réseau extraterritorial, y compris des sanctions pénales pour quiconque sort des limites du discours obligatoire. Les mythes fondateurs de la religion séculière de l’Occident collectif et de la « communauté internationale » dans son ensemble sont défendus comme le Saint Graal par les gardiens du temple mondialiste, mais Alex Jones ne s’harmonise pas du tout avec eux. Parler de clans sataniques comme Rothschild, Rockefeller, Soros, Gates, etc. sans mentionner le fait qu’ils font partie d’un réseau homogène en termes d’origine ethnique et de pratiques occultes est le signe d’une concession souvent pratiquée par les auteurs qui tendaient à éviter la répression, pour pouvoir continuer leurs activités académiques et publier leurs livres.

Nous ne savons pas si Alex Jones a une motivation similaire, ou si ses relations avec ces réseaux d’influence et de pouvoir sont beaucoup plus profondes. Il est cependant certain qu’à l’heure actuelle, où l’agenda mondial des lucifériens qui contrôlent l’ONU et toutes les formes de domination du monde se réalisent à un rythme accéléré sous le couvert du Développement Durable qui vise à instaurer une prison mondiale numérique sous la tyrannie de la Technocratie, tout militant honnête et courageux se doit de dire toute la vérité.

Bien sûr, parmi les élites mondialistes, il y a aussi des gens qui peuvent avoir d’autres origines ethniques et religieuses, mais cela ne change rien au fait que les acteurs de base derrière le rideau restent les mêmes. D’ailleurs, les événements tragiques survenus dans la bande de Gaza après le 7 octobre (qui ont classiquement commencé par une opération sous faux drapeau), le génocide de la population civile par l’entité sioniste Israël ont parfaitement montré quels sont les pays totalement soumis à la mafia khazare. Il s’agit avant tout des États marionnettes de la zone euro-atlantique, y compris les anciens États communistes. Nous pouvons ici parler directement de régimes de nature khazarocratique. Tous les pays de l’UE, les États-Unis, le Canada et les régimes fantoches tels que celui de la République de Moldavie ont fait des déclarations officielles de solidarité avec le nazisme sioniste et ont affiché les symboles de l’État d’Israël sur les principaux bâtiments de l’État en signe d’obéissance totale et de renoncement à leurs propres intérêts nationaux sur l’autel des intérêts sionistes.

Pour en revenir aux questions manifestement embarrassantes d’Alex Jones à Stew Peters, il faut noter l’urgence avec laquelle il a tenté d’obtenir un avis favorable de son invité sur Donald Trump. Mais sans succès. Et pourtant, il est très intéressant de constater la Trumpomanie promue avec tant de persistance par Alex Jones parmi tant d’autres activistes du front antimondialiste. Je crois personnellement que Trump était à l’origine et reste une marionnette des mondialistes (pour utiliser le même cliché euphémique).

Donald Trump

D’abord, parce qu’il faut être trop naïf ou hypocrite pour admettre que quelqu’un puisse devenir président des USA (dans le cadre du bipartisme bidon) sans être d’abord sélectionné et béni par le tout puissant lobby israélien aux USA, qui contrôle les finances, la presse, l’industrie de la publicité, les sociétés de notation et en général tout le mécanisme de domination de la société américaine. Et le fait que Trump se soit déclaré en guerre totale avec les démocrates fait partie du jeu. Non pas dans le sens où les hostilités entre républicains pro-Trump et démocrates ne sont pas réelles, mais parce que c’est la règle du jeu : simuler, inciter ou tolérer les conflits entre les deux camps pour créer l’illusion que l’un d’entre eux sera le sauveur de la nation.

Toute l’idéologie électoraliste et la farce des élections présidentielles ont pour but de maintenir au pouvoir le même régime sioniste, qui se manifeste, par exemple, par l’alliance obligatoire avec Israël. Pour extraire l’essence de ce maître du reality-show et mégalomane incurable, ravi de sa propre richesse et de son importance (je parle, bien sûr, du sauveur de l’Amérique et du monde Trump), je ne rapporterai ici que quelques éléments. Même si nous étions totalement ignorants du système électoral américain et du mode de présélection des candidats, rappelons quelques faits glorieux de ce président.

Premièrement. Toute la supercherie de la fausse pandémie de Civid-19 et de l’injection forcée de ses propres citoyens a commencé sous Trump. Antony Fauci, en tant que représentant de Big Pharma, est resté à son poste officiel sans être démis de ses fonctions par le « sauveur de la nation ». Il est vrai que Trump a retiré le financement américain de l’OMS, mais a augmenté le financement de GAVI à partir de l’argent public américain et n’a pas arrêté la terreur sous le prétexte de la santé de sa propre nation.

Deuxièmement. Malgré les protestations de l’ensemble du monde arabe et les réticences de tous les pays du monde, Trump a officiellement reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël. Pour être plus précis, il n’a pas décidé, mais il a annoncé cette décision depuis sa position de marionnette des cercles sionistes qui l’ont porté au pouvoir et qui n’ont cessé de le garder sous tutelle.

Troisièmement. Trump a ordonné (plus précisément, il a exécuté un ordre qu’il a assumé politiquement) d’assassiner un fonctionnaire iranien, le général Qasem Soleimani, qui était arrivé à la tête d’une délégation internationale en Irak. Autrement dit, les États-Unis sous le mandat de Trump ont également commis cet acte de terrorisme d’État dans l’intérêt de la mafia sioniste et sous le prétexte cliché de la lutte contre le terrorisme.

Au cours du talk-show, Alex Jones a non seulement cherché à compromettre Stew Peters pour son affirmation de ne pas avoir de sentiment d’adoration envers Trump, mais il a également aggravé sa péroraison en mentionnant que Trump a une poignée de sponsors derrière lui qui sont juifs. Ce qui revient à suggérer que quiconque ne soutient pas Trump commet un double délit d’opinion : 1) contre le champion des patriotes qu’est Trump et 2) contre les kleptocrates qui sont derrière lui et qui l’ont créé et le maintiennent en tant que personnage politique. Quelle ruse dégoûtante, messieurs ! Ne pas être pro-Trump et pro-lobby sioniste devrait être une occasion de disqualification morale, selon Alex Jones.

Et pour compléter le portrait héroïque de Trump, on se souvient aussi que sa fille bien-aimée Ivanka s’est mariée — exclusivement par amour ! — avec le juif hassidique de la mafia immobilière new-yorkaise Jared Kushner. Ivanka s’est rapidement convertie au judaïsme dans une synagogue new-yorkaise et est devenue membre de la secte hassidique la plus puissante et la plus dangereuse, Chabad Lubavitch. Et exclusivement pour ses capacités exceptionnelles d’homme d’État et de patriote américain, le gendre de Trump vient comme conseiller principal de Trump de 2017 à 2021.

[Voir aussi :
Trump et la kabbale]

Alors, vous êtes toujours contre Trump ? Ah ! Cela signifie que vous êtes un traître à l’intérêt national américain et en même temps à l’intérêt sioniste !

Un autre personnage notoire sur lequel Alex Jones a insisté pour obtenir une opinion favorable de Stew Peters est Elon Musk.

Wikipédia a précisé à propos de ce représentant majeur de la technocratie mondialiste que :

 « Il est la personne la plus riche du monde, avec une valeur nette estimée à 222 milliards de dollars américains en décembre 2023, selon l’indice Bloomberg Billionaires Index, et à 244 milliards de dollars selon Forbes, principalement grâce à ses participations dans Tesla et SpaceX ». Il est fondateur, président, PDG et directeur de la technologie de SpaceX ; investisseur providentiel, PDG, architecte de produits et ancien président de Tesla, inc. ; propriétaire, président et directeur de la technologie de X Corp ; fondateur de la Boring Company et de xAI ; cofondateur de Neuralink et d’OpenAI ; et président de la Fondation Musk. »

[Note de Joseph : Bill Gates a aussi été pendant de nombreuses années l’homme le plus riche du monde, et ça n’en fait en effet pas pour autant une référence morale et désintéressée. Voir notamment Bill Gates, ou le mythe du bon milliardaire.
Nous nous trouvons ici avec des exemples probablement assez éloignés des enseignements du Christ qui indiquait notamment :

« Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche de rentrer dans le royaume de Dieu. »

(Mathieu 19:24)

]

Ainsi, Elon Musk est devenu une star mondiale grâce à ses projets gigantesques dans le domaine des hautes technologies. Comme si un homme sérieux issu du camp des militants altermondialistes pouvait admirer quelqu’un qui a lancé plus de 2 000 satellites (« Big Brother is watching you! » [Big Brother vous regarde !]), produit des voitures électriques (qui font partie de l’Agenda 21 pour le développement durable et des « masques verts de l’ONU », selon la brillante formule de Rosa Koire) et nous promet un trou dans la tête de chaque humain pour augmenter nos capacités intellectuelles (bienvenue dans l’univers transhumaniste !). Une telle perception, égale à l’adoration religieuse des « miracles de la technologie », fait partie de la technophilie ou technomanie qui a massivement pénétré l’esprit de l’homme moderne.

Elon Musk s’est attiré un maximum de sympathie parmi les dissidents antimondialistes, surtout après avoir acheté la plateforme Twitter et y avoir supprimé toute censure. Contrairement à YouTube, Facebook, etc. Il se fait de plus en plus entendre dans les affaires internationales, fait des déclarations politiques, effectue des visites officielles dans différents pays. Ainsi, de nombreux combattants du camp antimondialiste ont baissé les bras et rejoint le fan-club d’Elon Musk, qui se présente comme un nouveau sauveur du monde, notamment grâce à la technologie et à d’énormes sommes d’argent. Croire qu’un représentant de premier plan de la superclasse mondialiste a de nobles intentions et des sentiments patriotiques, c’est perdre complètement tout esprit critique et toute capacité d’analyse. Ou être son employé.

En tout cas, je ne peux pas admettre que cette admiration sans bornes pour Musk dans le cas d’Alex Jones soit le fruit de l’ignorance et de la naïveté de ce célèbre journaliste. Nous avons également observé la formation d’un triumvirat qui accumule des centaines de millions de vues à l’échelle mondiale et qui jouera probablement un rôle particulier dans les prochaines élections présidentielles américaines et au-delà. Il s’agit d’Elon Musk, d’Alex Jones et de l’ancien commentateur politique de FOX NEWS Tucker Carlson. Voici donc les principaux clercs de la secte trumpiste, qui aideront le public à adorer cette idole ! Ceux qui éprouvent de la sympathie pour Tucker Carlson feraient bien d’étudier sa biographie de plus près. Voici quelques informations sur le père de l’ancien journaliste de Fox News qui a migré vers la plateforme X d’Elon Musk (ex-Twitter) Dick Carlson1 :

« Richard Warner Carlson (né Richard Boynton le 10 février 1941) est un journaliste, diplomate et lobbyiste américain qui a été directeur de la Voix de l’Amérique pendant les six dernières années de la guerre froide. Parallèlement, il a dirigé les émissions de Radio Marti à Cuba et a été directeur de l’Agence d’information des États-Unis et du Service de films documentaires de l’USIA. Carlson a également été journaliste dans des journaux et des agences de presse, auteur de magazines, correspondant à la télévision et à la radio et réalisateur de documentaires. Il est le père du commentateur politique conservateur Tucker Carlson ».

Ces impressions et observations issues du visionnage de l’émission annoncée au début de cet article me ramènent à la question de l’opposition contrôlée ou du moins commode. Dans ce contexte, je me suis souvenu de l’ancien grand rabbin de la région de Kharkov en Ukraine, Eduard Hodos, qui s’est converti au christianisme orthodoxe il y a quelques années et qui est un redoutable publiciste et activiste civique. En tant que démystificateur le plus cohérent de la secte Chabad Lubavitch et du rôle néfaste qu’elle joue en Ukraine et en Russie, il fait à un moment donné la figure de rhétorique suivante. Tout le monde, dit-il, sait ce que signifie la « roulette russe ». Il s’agit de la présence d’une seule balle dans le barillet d’un revolver. Mais il y a aussi, dit Hodos, la « roulette juive », lorsque le barillet du revolver est plein de balles et qu’elles appartiennent toutes au même joueur. Ou, dans notre cas, il s’agit de la situation où le même groupe occulte contrôle les deux camps, arbitre le jeu et fixe le score final.

En conclusion, je mentionne qu’à mon avis, le duel verbal entre Alex Jones et Stew Peters a été gagné à cent pour cent par ce dernier. Et le spectacle est extrêmement instructif. L’honnêteté et le courage professionnel ont vaincu l’expérience et la prudence du maître.

P. S. Lors du duel verbal entre les deux journalistes américains, Stew Peters a mis en avant une idée fondamentale qui mérite d’être retenue par les vrais combattants de la tyrannie satanique mondialiste. Il a dit que dans l’état actuel des choses (lorsque le pouvoir est usurpé par des cartels criminels) il n’y a pas de solutions politiques, c’est-à-dire de nature électorale au sein d’un régime démocratique. La seule solution est le soulèvement populaire, selon la Constitution américaine. C’est ce que j’ai souligné ces dernières années dans mes vidéos. Le temps de l’illusion libérale est resté dans le passé. Aujourd’hui, l’heure est aux hommes courageux, pour qui la dignité et la liberté sont au-dessus de la vie.

Iurie Rosca est un journaliste, éditeur et militant altermondialiste de la République de Moldavie.


  1. [1] [tentative de réduire les individus à un seul modèle, NDLR][]
image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

S’abonner à la discussion
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires