Je n’y arrive pas !

23/05/2022 (2022-05-23)

Par Alain Tortosa

Celles et ceux qui ont la couenne suffisamment résistante pour me suivre ont pu constater que j’ai posé ma plume informatique depuis plusieurs semaines.

Sentiment de totale inutilité, frustration de ne pas avoir accès à un public plus large, vaine tentative d’échapper à cette folie du monde, etc.

Je me dois d’avouer mon échec et mon incapacité à vivre comme si…
Ayant raté la dernière navette pour Mars, je me trouve désespérément coincé sur cette planète décidément de plus en plus pourrie, ou plutôt dont l’odeur nauséabonde de la dictature ne peut être dissimulée par les quelques humains conscients qui luttent encore pour les libertés.

Hélas la « vérité » sort encore et toujours de la bouche de l’AFP et nos petits moutons continuent à ne pas surcharger leur cerveau de questions « inutiles » que je me pose tous les jours.

J’ai beau fuir, cette réalité me rattrape toujours.

Dernier exemple en date, je me suis rendu hier au collège où le club de théâtre donnait une représentation. Ah quel bonheur d’être accueilli par un CPE sans masque qui, de bien entendu, le portait l’après-midi même afin de bien rappeler aux élèves irresponsables que la guerre contre le Covid n’avait pas pris fin. Et que les êtres « responsables » devaient continuer à porter la muselière.
Bon ne nous plaignons pas, il n’y avait pas de drapeaux ukrainiens à l’entrée du collège.

Me voilà donc autorisé à pénétrer dans les lieux et avoir sourires visibles alors même que l’accès m’avait été interdit quelques mois plus tôt du fait de mon refus explicite (et donc irresponsable) de porter ladite muselière. Je vous rappelle que le masque n’est pas une interface de lutte contre un odieux virus, mais uniquement une marque de soumission qu’il suffit de placer sur le menton comme signe de ralliement et appartenance à la race des moutons.

Je me retrouve dans l’auditorium plein à craquer où la distanciation n’est provisoirement plus qu’un lointain souvenir. Subsiste encore quelques bonjours avec le poing fermé, nostalgie d’une époque de haute lutte contre l’odieux virus empêché dans sa chevauché mortelle par ce geste barrière dont l’efficacité n’est plus à démontrer.

Pendant la représentation je ne peux m’empêcher de penser aux heures de répétitions de ces élèves avec masque imposé par les autorités et appliqué à la lettre par la prof de théâtre, esprit libre comme il se doit.

Quelle délectation d’entendre ces petites têtes blondes parler de liberté, de droit de penser, de critique de la société au milieu d’une assemblée approuvant totalement ces principes fondateurs.

Difficile quand même pour moi d’en jouir au milieu de cette marée professorale. Il est « merveilleux » de voir comment (en voix off), ceux-ci se décrivent victimes de ces obligations, victimes d’avoir dû faire la police zélée du masque. Ils semblent ne ressentir aucune culpabilité d’avoir trahi leurs idéaux et obligé leurs élèves à se comporter comme des moutons et réprimandé toute velléité de droit à la respiration. Ils semblent vivre l’instant, oubliant leur complicité dans la maltraitance et ignorant qu’ils remettront leur uniforme de la Gestapo lorsque la plandémie (ou une autre) sera à nouveau d’actualité.

Cela me fait penser au Festival de Cannes avec la standing ovation suite à l’apparition du chef de guerre Zelenski qui n’oublie pas de passer sa tenue kaki avant chaque live. Quelle émotion en voyant les braves combattants ukrainiens sortir de l’aciérie de Marioupol et arborant fièrement leurs tatouages nazis étendards de la liberté, de l’amitié des peuples et de la démocratie.

Comment ne pas être sensible face à un tel acteur de talent dont je dois reconnaître moi-même qu’il ne doit pas être donné à tout un chacun de pouvoir jouer du piano avec sa bite lors d’une émission de divertissement. C’est dans ces moments de vérité que j’imagine la souffrance d’être une femme ne pouvant se livrer à cette œuvre « monumentale ».

Vous voyez à quel point je suis passéiste et donc d’extrême droite en pensant que les femmes ont des vagins et les hommes des pénis… Il va m’être difficile de devenir enseignant avec de tels stéréotypes ancrés dans mon esprit tordu. Bien heureux les adhérents de la France insoumise qui eux sont libérés de ces archaïsmes d’un autre temps.

Je veux bien reconnaître ma rigidité et reconnaître la valeur et l’importance des artistes. Heureusement qu’ils sont là pour soutenir le gentil Zelenski contre le méchant Poutine. Il faut dire que cette guerre a un peu complexifié (pendant un certain temps) l’achat d’enfants ou d’organes avec des retards de livraison. Je critique, je critique, mais si vous cherchez une jeune fille de 16 ans que vous désirez « sauver » des griffes du tyran, c’est l’occasion de faire de très bonnes affaires. Avec un peu de chance et une bonne promo, il est possible que vous puissiez obtenir en prime sa sœur de 12 ans.
Oui, parce que séparer les fratries c’est quand même dégueulasse.

Il faut dire que je vois le mal partout, c’est ma triste nature. Comment pourrions-nous sauver la planète sans ces stars qui, du pont d’un yacht ancré au large de Cannes, font un appel vibrant en faveur de l’écologie et de la lutte contre le réchauffement climatique. Il faut dire que le Giec est formel, si nous ne basculons pas dans la pire des dictatures climatiques, la planète ne pourra jamais s’en relever. Qu’importe la pollution, les produits chimiques, l’extraction des terres rares, la destruction des écosystèmes… ce qui compte c’est le méchant CO2 source de profits fabuleux !

Certaines mauvaises langues rapportent que leur yacht consomme 500 litres de gas-oil (détaxé, car il fait le plein dans les eaux internationales) à l’heure tandis que le jet privé utilisé pour venir des USA a consommé quant à lui 1500 litres de kérosène à l’heure !

Mais bon, quand on aime on ne compte pas comme dirait « Sainte Greta ».

Il faut dire qu’ils sont courageux de prendre l’avion quand on pense aux commandants de bord vaccinés qui font des malaises et qui ne fournissent plus les résultats de leurs analyses sanguines afin de pouvoir continuer à piloter en cochant la case « je suis apte à voler ».

Pas facile d’être démocrate et écolo en ce moment ! Pour sauver la démocratie nous voilà contraints d’acheter une fortune (uniquement du fait de la spéculation) du gaz de schiste transporté par bateau alors qu’il suffit d’ouvrir le robinet russe ! Difficile de sauver la planète ET la démocratie en même temps.

Je dis ça, mais ce n’est pas tout à fait vrai.

Cela me fait penser au sommet européen organisé à Lyon en février qui, écologie oblige, a imposé des voitures électriques ! La délégation a utilisé 50 voitures électriques (ça en fait des enfants morts dans des mines), mais voilà, la ville de Lyon n’a pas été en mesure de fournir l’électricité pour les charger rapidement. Résultat des courses, un groupe électrogène au gas-oil a été installé dans la cour d’honneur. Si ça, ce n’est pas du bonheur !

Après l’arnaque Covid, l’arnaque climatique arrive à point nommé. Tout spécialiste non rémunéré par les lobbies ou ayant étudié le sujet pendant quelques minutes vous dira qu’il n’y aura jamais 90 % de voitures électriques dans le monde et que les énergies dites renouvelables ne permettront pas de se passer du pétrole ou du nucléaire. Christian Gérondeau, auteur de « les 12 mensonges du Giec », a expliqué sur Cnews que si les voitures étaient électriques il faudrait 7000 bornes de recharge par aire d’autoroute pour permettre aux vacanciers de prendre l’autoroute en juillet/août. Sans compter qu’il faudrait recâbler 100 % du réseau de distribution, construire des dizaines de lignes haute tension et construire aussi des dizaines de centrales nucléaires pour fournir l’électricité.[1]

Tout ceci ne doit pas nous faire oublier que le gentil Zelenski et le gentil Biden qui arme l’Ukraine, cherche à faire rentrer la Finlande dans l’OTAN afin de pousser à l’apocalypse nucléaire tandis que le monde n’est toujours pas sauvé de l’apocalypse Covid.

Et si ce n’était que ça.
Rendez-vous compte qu’il y a une émergence inquiétante de « la variole du singe ».
Ne riez pas !
J’avoue que c’est difficile de ne pas se marrer quand 100 % des médias mainstream commencent à dire que la variole du singe se propage dans le monde.

Une variole « du singe » qui se transmettrait aux « humains » et qui pourrait paniquer tous les « moutons » du Covid !

« Bizarrement », les premiers cas avérés chez l’homme sont dans les pays occidentaux les plus vaccinés et les plus touchés par l’odieux Covid.
Malchance quand tu nous tiens !

Tous les médias ont ressorti leur discours « début de Covid » :

« Ce n’est pas grave », « ça devrait aller » mais « il faut quand même s’en inquiéter » car c’est « beaucoup plus mortel que le Covid » et… cerise sur le gâteau, petite gourmandise, « ça tue les enfants ».
Si ça, ce n’est pas une bonne nouvelle, il vous faut quoi ?

Bon toutes les putes du Covid semblent de retour sur les plateaux. Le professeur Caumes a été sorti du formol et remis en marche son « disque introduction spécial Covid ». Mais ne paniquons pas comme il l’explique si gentiment. Le côté extrêmement rassurant est que pour la variole du singe nous disposons du vaccin contre la variole de l’homme (vous savez ce « vaccin » dont la légende urbaine fait dire qu’il a permis d’éradiquer la variole). Donc étant donné que les 2 maladies comprennent le mot « variole », il est évident que le vaccin existant devrait être très efficace contre cette nouvelle variole 2,0.
Ils ont d’ailleurs ressorti la blague du Sida en expliquant que les communautés homosexuelles étaient plus à risque que les autres.

J’imagine que le problème doit être pris très très au sérieux dans les plus hautes sphères de l’État. De là à imaginer que les membres de l’exécutif ne puissent plus qu’enculer le peuple, il y a un risque. Remercions Zelenski qui pourra donc continuer à fournir des enfants pour égayer les soirées d’hiver en plein confinement.

Bon, on pense à s’occuper sainement, mais il ne faudrait pas oublier le Covid comme l’a si justement rappelé le professeur Caumes. Pour l’instant on rigole, on pense à faire la fête avec nos trois doses, mais après ses vacances, le fils de pute de Covid va revenir en septembre.

Vous croyez quoi vous, que l’on va arrêter du jour au lendemain une série qui a si bien marché ? À titre personnel j’ai un petit peu peur que ce soit la saison de trop, mais bon, qui peut résister à se faire un fric fou, réduire les hommes en esclavage et leur injecter des substances toxiques.

On voit bien que vous raisonnez avec vos valeurs éculées et que vous ne connaissez pas les souffrances des maîtres du monde. Quand on a tout on s’emmerde et on se lasse de tout comme de violer des enfants… Alors le Covid c’est sympa et en plus ça pourrait enfin permettre d’officialiser le règne de Satan.

Pour en revenir au Covid ce « bon » professeur nous a rappelé que le nouveau variant est bien gentil, mais que pour le nouveau nouveau, « c’est sur qu’on ne sait pas »… Il faut donc absolument continuer à se vacciner contre la souche de Wuhan, vaccin dont il n’est plus nécessaire de prouver l’efficacité et l’innocuité.

Vivement la sortie d’un vaccin bivalent « Covid » — « variole du singe qui fait des trucs dégueux » afin de pouvoir enfin vacciner tous les enfants dès la naissance.

Le professeur Caumes, dans sa grande sagesse, nous a aussi rappelé la situation catastrophique des hôpitaux… dommage que le gouvernement n’ait eu ni l’argent ni le temps d’investir depuis tout ce temps.

Mais réjouissons-nous, car « en France on n’a pas de pétrole, mais on a des idées ! »
Le CHU de Bordeaux utilise désormais des bénévoles pour l’accueil aux urgences pour pallier le manque de personnel comme l’a rapporté France Info. Je me demande si je ne ferais pas chirurgien pour les 2 mois d’été afin d’élargir mes connaissances. J’hésite entre ça et pilote de ligne. Je vais voir.

Et donc, il y a un manque de personnels aussi bien en libéral que dans les hôpitaux. Et comme l’a rappelé si justement le gars à la télé qui n’a aucun conflit d’intérêts, « on ne peut pas trouver des personnels du jour au lendemain ». Ni lui ni Florence Ferrari n’ont su trouver de solutions… En même temps, s’il y en avait on les aurait mises en œuvre depuis bien longtemps, l’intérêt de nos concitoyens étant la priorité numéro un !

À se demander s’il existe des soignants non vaccinés privés de leur droit de travailler.

Il faut dire que notre grand monarque « réélu » a expliqué que ce ne serait pas juste qu’ils retrouvent leur travail, car « eux » n’ont pas fait de faux certificats de vaccination comme leurs collègues qui ont triché et n’ont pas levé le petit doigt pour les soutenir.

Je partage cette opinion qui relève du bon sens « Où serait la morale de les réintégrer ? »
Bref, la solution des bénévoles semble en toute logique la meilleure des voies.

Bon j’en arrête là et je me demande si c’était une bonne idée de reprendre la plume.
Vous pouvez reprendre vos occupations dans ce « wonderful monde ».

Merci

Alain Tortosa

20 mai 2022
https://7milliards.fr/tortosa20220520-j-arrive-pas.pdf

  1. [1] Voir « 7 milliards d’esclaves et demain ? »[]
image_pdfPDF A4image_printImprimer
S’abonner
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
10 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires