« Celui qui ne fait pas la différence entre le bien et le mal n’est pas un homme »*. Mise à jour

« Celui qui ne fait pas la différence entre le bien et le mal n’est pas un homme »*. Mise à jour

27/03/2021 (2021-01-31)

Par Alain Nicolaï et Joseph Stroberg

[*] Proverbe touareg, Mali – Niger (Guide de la sagesse africaine, Liliane Prevost et Barnabé Laye, L’Harmattan, Paris /Toronto, 1999, page 180).


Les documents officiels français : Direction de l’information légale et administrative (Premier ministre)

https://www.dila.premier-ministre.gouv.fr/

[Extraits]

Vaccination contre le Covid-19 : quel calendrier ?

Publié le 18 janvier 2021 – Direction de l’information légale et administrative (Premier ministre)

Illustration 1
Crédits : © Rido – stock.adobe.com

Les publics concernés et le calendrier

Dans un premier temps :

Le déploiement de la vaccination se fait progressivement avec une priorité donnée depuis le 27 décembre 2020 et tout au long du mois de janvier 2021 aux publics les plus vulnérables au virus et les plus susceptibles de développer des formes graves de la maladie. Il s’agit :

  • des personnes âgées en établissements : établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), unités de soins de longue durée (USLD), résidences autonomie, résidences services seniors ;
  • des personnels qui travaillent dans ces établissements lorsqu’ils sont à risque de développer une forme grave du Covid-19 ;
  • des professionnels des secteurs de la santé (y compris libéraux) et du médico-social, des pompiers et des aides à domicile âgés de 50 ans et plus et/ou présentant des comorbidités depuis le 4 janvier 2021 ;
  • des personnes handicapées hébergées dans des établissements spécialisés et leurs personnels âgés de 50 ans et plus et/ou présentant des comorbidités ;
  • des personnes âgées de 75 ans et plus vivant à domicile à partir du 18 janvier 2021. La prise de rendez-vous dans des centres de vaccination se fera par téléphone et via internet à partir du 15 janvier 2021 ;
  • des patients vulnérables à très haut risque à partir du 18 janvier 2021 qui devront avoir une prescription médicale de leur médecin traitant pour bénéficier de la vaccination sans critère d’âge.

Textes de référence

Vaccination contre le Covid-19 : comment prendre rendez-vous pour les plus de 75 ans ?

Publié le 15 janvier 2021 – Direction de l’information légale et administrative (Premier ministre)

Illustration 1
Crédits : © M.Dörr & M.Frommherz – stock.adobe.com

Gratuite, la vaccination des personnes âgées de plus de 75 ans vivant à leur domicile débute à partir de lundi 18 janvier 2021 dans des centres de vaccination. Par téléphone ou en ligne, comment prendre rendez-vous ? Service-Public.fr vous explique.

Cette campagne se déroule progressivement dans des centres de vaccination. Sur place, un questionnaire très simple visant à vérifier que la vaccination peut se dérouler normalement et dans de bonnes conditions sera à remplir. Il sera possible de voir un médecin, puisqu’il y aura toujours un médecin présent sur le centre de vaccination. Il s’agit d’une injection intramusculaire, dans l’épaule le plus souvent. À l’issue de l’injection, il faut rester environ quinze minutes sur place par mesure de sécurité avant de pouvoir rentrer à son domicile. Le vaccin vous protégera contre les formes graves du Covid-19 entre trois et six semaines après la première injection.

  À noter : Les personnes isolées sont invitées à se rapprocher de leur mairie pour trouver des solutions adaptées pour les transports.

Sur internet

Les personnes de plus de 75 ans, ou leurs proches, peuvent prendre les deux rendez-vous pour les deux injections sur Santé.fr dans le centre de leur choix.

Par téléphone

Vous pouvez prendre-rendez vous en appelant :

  • le numéro vert 0800 009 110 ouvert 7 jours sur 7 de 6h à 22h qui vous oriente directement vers les plateformes téléphoniques du centre de vaccination choisi ;
  • le centre de vaccination près de chez vous dont vous aurez trouvé les coordonnées téléphoniques sur le site Santé.fr qui propose une liste complète des centres ouverts dans chaque département.

  À noter : Votre mairie, votre pharmacien, votre médecin ou encore la presse locale peuvent également vous renseigner sur les centres de vaccination ouverts près de chez vous.

  Rappel : Le jour du rendez-vous, il faut se présenter avec sa carte d’identité et sa carte vitale (ou une attestation de droits).

Les modalités

La vaccination est gratuite. Les vaccins sont achetés par l’Agence nationale de santé publique qui assure leur mise à disposition à titre gratuit. En effet, un décret du 31 décembre 2020 prévoit pour tous la prise en charge intégrale des consultations pré-vaccinales et de vaccination, ainsi que des frais d’injection du vaccin. Les non assurés sociaux bénéficient d’une dispense d’avance de frais.

La vaccination n’est pas obligatoire. Elle repose sur une décision partagée entre le patient et son médecin. Ainsi, le consentement du patient doit être recueilli au préalable et tracé dans son dossier médical. Le consentement écrit n’est pas exigé pour se faire vacciner. Ce qui est exigé, c’est que la personne qui se fait vacciner ait reçu une information claire, loyale, appropriée et ne s’oppose pas à être vaccinée.

  À savoir : Vous avez des questions sur la stratégie de vaccination, sur les vaccins, sur leur approvisionnement et leur surveillance ? Rendez-vous sur la Foire aux questions du ministère des Solidarités et de la Santé .

Textes de référence

Et aussi

Pour en savoir plus


Combien de temps faut-il pour élaborer un vaccin?

Photo: Données: Potkins’s Vaccines et FDA

Dans le contexte actuel, le développement suit un paradigme complètement différent. D’abord, les phases d’essais cliniques s’enchaînent à une vitesse inédite. Ensuite, les compagnies pharmaceutiques consacrent tous leurs efforts pour trouver un vaccin contre la COVID-19, tandis qu’elles se penchent habituellement sur plusieurs maladies en parallèle. Des usines sont préparées pour la production industrielle des milliards de doses nécessaires, même si on ne sait pas encore quel type de vaccin va fonctionner. Du côté de la recherche universitaire, les cordons de la bourse des subventions se sont déliés et permettent aux scientifiques d’engager plus d’assistants et d’acheter du meilleur matériel. Pour sa part, Santé Canada a déjà indiqué qu’il s’efforçait d’accélérer les demandes d’essais cliniques pour les vaccins candidats contre la COVID-19. On peut également parier que les organismes régulateurs vont tout faire pour rapidement boucler l’homologation finale. En temps normal, cette étape peut parfois être très longue: il a fallu 11 ans pour que la FDA approuve le vaccin contre la varicelle, aux États-Unis.

Vaccin contre le coronavirus : sprinter un marathon

PAR ALEXIS RIOPEL ET ANTOINE BÉLAND

Le coup de départ a été donné le 10 janvier, quand des chercheurs chinois et australiens ont publié en ligne le génome du mystérieux virus surgissant à Wuhan. Le fil d’arrivée, c’est le début de la distribution à grande échelle d’un vaccin contre le SRAS-CoV-2. D’ici là, tous espèrent voir une équipe courir ce marathon à la vitesse d’un sprinteur. Le Devoir vous propose un aperçu visuel de cette course historique.

L’élaboration d’un vaccin s’échelonne habituellement sur 10 à 15 ans. Le vaccin développé le plus rapidement, celui contre Ebola, a exigé cinq ans d’efforts. Pour mettre un terme à la pandémie de COVID-19, un échéancier encore plus rapide, de l’ordre de 18 mois, est envisagé.

Voyons d’abord quelles sont les étapes du développement traditionnel d’un vaccin. Les durées indiquées le sont à titre indicatif seulement.

Recherche universitaire et études précliniques

D’abord, les scientifiques déterminent la séquence génétique du virus. Ils tentent de comprendre quels anticorps sont efficaces pour s’en prémunir. Ils conçoivent une ébauche de vaccin, qu’ils testent sur des animaux.

Études cliniques

Ensuite, les chercheurs passent aux essais cliniques sur des humains.

Phase I / On administre le vaccin candidat à quelques dizaines de volontaires en bonne santé afin de s’assurer qu’il n’est pas dangereux. On détermine la dose idéale, qui déclenche une bonne réaction immunitaire sans produire d’effets secondaires.

Phase II / On tente de confirmer la sécurité du vaccin en le donnant à quelques centaines de volontaires représentatifs de la population qu’on veut protéger. Les volontaires appartiennent à différents groupes d’âge et leur état de santé varie.

Phase III / On évalue finalement l’efficacité du vaccin pour protéger de la maladie infectieuse en l’administrant à des milliers de personnes. Cette phase se déroule dans le contexte « naturel » de la maladie.

Fabrication

En parallèle au développement, la compagnie doit préparer une usine pour le vaccin. Puisque ces installations coûtent des centaines de millions de dollars, les investisseurs attendent habituellement que les essais cliniques soient bien avancés avant d’accorder leur financement.

Homologation

Finalement, les organismes régulateurs, comme Santé Canada ou la FDA aux États-Unis, révisent les études avant d’homologuer le vaccin. Ils peuvent demander des travaux supplémentaires en cas de doutes. Le processus peut être long : il a fallu 11 ans pour que la FDA approuve le vaccin contre la varicelle.

Réaliste ?

Ainsi, la durée de 18 mois souvent évoquée par les gouvernements apparaît assez audacieuse.

« Quand on parle d’un à deux ans, il faut savoir que c’est extrêmement rapide pour le développement d’un vaccin », souligne le virologue Alain Lamarre, de l’Institut national de la recherche scientifique.

Durée variable

Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte lorsqu’il s’agit de développer un vaccin : le financement, bien sûr, ainsi que l’évolution des connaissances scientifiques, mais aussi le type de maladie et ses répercussions à court et long terme sur la santé publique.

Certains virus sont toujours orphelins de vaccins, même des décennies après qu’ils aient été identifiés. L’absence d’un vaccin contre le VIH est un des exemples les plus utilisés pour illustrer les difficulté de la démarche.Recherche universitaire2 ansÉtudes précliniques2,5 ansÉtudes cliniques de phase I6 moisÉtudes cliniques de phase II2 ansÉtudes cliniques de phase III1 anFabrication6 ansHomologation1 an015 ans18 moisObjectif de la créationd’un vaccin contre la COVID-1915 ansVaricelle30 ansInfluenza30 ansVirus du papillome humain16 ansRotavirus16 ansVaccins pédiatriques combinés12 ansEbola5 ansVaccin contre la COVID-1918 mois

Comment accélérer la cadence?

Ce cheminement linéaire permet de résoudre les questions scientifiques, une par une, sans prendre de risques financiers inutiles. Car les coûts pour développer un nouveau vaccin sont immenses : une entreprise qui investit 100 millions par année en R et D peut s’attendre à obtenir une approbation tous les 6 à 8 ans.

« Pour la COVID-19, financer le développement n’est pas un problème », note cependant le philanthrope Bill Gates sur son blogue. Pour leur part, les scientifiques comptent sur d’abondantes études sur les deux autres coronavirus émergents du XXIe siècle (voir l’encadré plus bas). Ils peuvent accélérer la recherche préclinique grâce au financement abondant dont ils disposent présentement, explique le virologue Marc-André Langlois, de l’Université d’Ottawa. « On peut payer plus de salaires, acheter davantage d’équipement, automatiser des processus », dit-il.

Une fois en phase clinique, les chercheurs peuvent assez rapidement vérifier qu’un vaccin candidat est sécuritaire. Toutefois, il est plus difficile d’accélérer la phase visant à confirmer son efficacité. « On ne peut pas exposer quelqu’un volontairement à une maladie mortelle, ce n’est pas acceptable au point de vue éthique », explique M. Langlois.

Finalement, les compagnies pharmaceutiques espèrent gagner du temps en bout de parcours sur le plan de l’homologation. « On s’attend à ce que le processus d’accréditation par les agences réglementaires soit grandement accéléré », souligne Alain Lamarre.

Recherche d’un vaccin

En date du 22 mai, l’Organisation mondiale de la santé répertorie 124 vaccins candidats contre la COVID-19.

Phase clinique

Une poignée d’entre eux sont actuellement à l’étape des tests sur des humains. On compte parmi ceux-ci le vaccin à base d’ARN de l’entreprise américaine Moderna, considéré comme particulièrement prometteur, pour lequel des essais cliniques de phase II avec 600 participants doivent commencer sous peu.

Il y a aussi le vaccin de type « vecteur viral non répliquant » de la compagnie chinoise CanSino. Celle-ci est la première dans le monde à avoir commencé des essais cliniques de phase II. Le Conseil national de recherches du Canada a signé une entente afin de pouvoir fabriquer et tester ce vaccin en sol canadien.

Phase préclinique

Cependant, l’immense majorité des équipes en sont encore aux études précliniques. Si elles obtiennent un candidat vaccin prometteur, nombre d’entre elles devront s’associer avec de plus gros joueurs pour passer aux étapes suivantes.

En 2014, cinq compagnies pharmaceutiques (GlaxoSmithKline, Merck, Novartis, Pfizer, Sanofi) contrôlaient près de 90 % du marché des vaccins.

Types

Globalement, les équipes à pied d’œuvre misent sur des types de vaccins variés afin de réussir à élaborer un vaccin efficace. « C’est un peu comme du shotgun : on tire un peu partout, et avec un peu de chance, il devrait y avoir une technologie qui va mieux fonctionner que les autres », illustre le spécialiste en immunologie André Darveau, également vice-recteur de l’Université Laval.

Voyons les sept grandes classes de vaccins parmi lesquels on peut classer les candidats actuels.

Virus inactivé / Même morts, certains virus peuvent entraîner une réponse immunitaire protectrice. Pour produire ces vaccins, on inactive le pathogène avec de la chaleur, de la radiation ou des produits chimiques.

Virus atténué / En introduisant le virus dans un hôte étranger, comme un œuf de poule fécondé, il acquiert certaines mutations qui le rendent inoffensif pour l’humain, mais qui procurent tout de même la réponse immunitaire adéquate.

Particules pseudo-virales / Ces particules sont très semblables au virus ciblé, mais ne possèdent pas la capacité de se reproduire à l’intérieur du corps humain. Elles peuvent être synthétisées ou bien exister naturellement.

Sous-unités du virus / On injecte seulement une partie du virus chez la personne à protéger. Pour cela, il faut en extraire l’antigène, c’est-à-dire la protéine qui déclenche la production d’anticorps par le système immunitaire. C’est souvent la protéine au bout des aiguillons du coronavirus qui remplit ce rôle.

Vecteur viral non répliquant / Il est également possible d’intégrer l’antigène dans un autre agent. Pour cela, on modifie génétiquement un virus inactivé que l’on connaît bien, comme un adénovirus, afin que celui-ci développe l’antigène.

Vaccin à ADN / Plutôt que d’administrer une forme affaiblie du virus lui-même, on injecte chez le patient la séquence d’ADN de l’antigène. Le corps le produit alors lui-même, ce qui stimule ensuite la création d’anticorps protecteurs.

Vaccin à ARN / On injecte cette fois-ci une séquence d’ARN de l’antigène. Ce type de matériel génétique est déjà prêt à être transcrit par la cellule pour en faire une protéine.

Cette dernière technologie n’a jamais été approuvée pour un vaccin pour l’humain, mais elle suscite actuellement beaucoup d’espoir. Du fait de sa simplicité, il serait possible de faire un grand nombre de vaccins à ARN très rapidement.

Au Canada

Quatorze équipes engagées dans la course sont des universités canadiennes ou des entreprises qui ont leur siège social au pays.

On compte notamment parmi elles Medicago, basée à Québec, qui développe un vaccin composé de particules pseudo-virales fabriquées par des plantes. Après des résultats encourageants sur des souris, elle doit débuter des essais cliniques cet été.

Autres pays

Ailleurs dans le monde, d’autres équipes franchissent de nouvelles étapes chaque semaine. Aux États-Unis, Inovio et Pfizer ont récemment commencé à faire des tests chez des cobayes humains. Au Royaume-Uni, des chercheurs de l’Université d’Oxford sont également à l’étape des essais cliniques.Au Canada14 équipesAutres pays110 équipes

Bref, les coureurs sont lancés. S’il est impossible d’affirmer à coup sûr que les efforts pour élaborer un vaccin contre le SRAS-CoV-2 seront couronnés de succès, la plupart des experts se montrent optimistes.

Après l’atteinte du fil d’arrivée, bien du travail restera sur la planche avant que le virus soit entièrement contrôlé partout sur Terre. « On n’aura pas besoin de juste mille doses, ou un million de doses, mais de milliards de doses », rappelle André Darveau.

Pourquoi n’a-t-on pas développé de vaccin contre le SRAS ou le MERS?

Après l’émergence du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), en 2002, des scientifiques se sont attelées à élaborer un vaccin contre ce nouveau coronavirus. La plupart des tentatives visaient à stimuler la réponse immunitaire contre la protéine de surface du SRAS-CoV-1, qu’on retrouve à l’extrémité des aiguillons formant sa couronne microscopique.

Certains projets de vaccins contre le SRAS-CoV-1 se sont révélés assez prometteurs pour atteindre l’étape des essais cliniques de phase I chez l’humain. Toutefois, aucun n’a abouti — et aucun cas de SRAS n’a été rapporté depuis 2004.

Selon André Darveau, c’est surtout parce que l’urgence ne se faisait plus sentir que le développement d’un vaccin contre le SRAS-CoV-1 a échoué. « On regarde ça maintenant, et on se dit que si on avait poursuivi ces efforts-là, ça nous aurait servi à mieux comprendre comment ce type de virus se multiplie », observe-t-il.

Aucun vaccin n’existe non plus contre le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS), apparu en 2012. Testés sur des souris et des singes, des vaccins candidats ont déclenché la production d’anticorps spécifiques au virus, mais qui ne prévenaient pas l’infection. Plusieurs foyers d’éclosion se sont déclenchés au fil des années, mais sans que le virus prenne une ampleur inquiétante. Cumulativement, on recense un peu plus de 2500 cas et près de 900 décès.

« En l’absence d’un fardeau plus lourd sur les populations humaines, il semble improbable qu’un vaccin [contre le MERS] pour les humains soit viable économiquement un jour », écrivaient en 2016 deux experts dans l’International Journal of Infectious Diseases. Des efforts étaient toutefois considérés pour développer un vaccin pour les chameaux, qui constituent le réservoir principal du virus dans la péninsule arabique et en Afrique.

Textes par Alexis Riopel. Visualisations de données et développement par Antoine Béland. Design par Cédric Gagnon.


Principe de précaution

Définition du principe de précaution

Le principe de précaution repose sur le recours à la gestion publique des situations de risque potentiellement graves et/ou irréversibles pour la santé, notamment lorsqu’il existe des incertitudes importantes concernant l’impact sur la population.


Controverse au sujet des soi-disant « vaccins » contre la covid-19. Ces vaccins sont-ils suffisamment sûrs ?

(Note : au Québec “Covid-19” est féminin, en tant que maladie, alors qu’en France le terme est plutôt utilisé au masculin, ce qui introduit une confusion avec le virus SRAS-CoV-2 qui en serait la cause).

  1. On constate que plusieurs phases n’ont pas été respectées.
  2. Ce ne sont pas des vaccins. (voir Prétendus “vaccins” Covid-19 à ARNm — Dr David Martin : Ne croyez pas ce qu’on vous dit ! et Les thérapies géniques à ARN messager ne sont pas des « vaccins » et peuvent modifier le génome humain.)
  3. Déjà un nombre de décès important. (Les moteurs de recherche tendent à censurer tout article qui mentionne des décès suite à la technologie à ARNm contre la covid-19).

Enquête: la base de données européenne des rapports d’effets indésirables indique que le vaccin Pfizer pourrait avoir causé 438 décès à ce jour en Europe

La base de données Eudravigilance permet de faire des recherches sur les effets secondaires suite aux vaccinations pour les deux vaccins actuellement autorisés en Europe. Celui de Pfizer depuis le 21 décembre 2020 et celui de Moderna depuis le 6 janvier 2021. Nous allons nous intéresser plus particulièrement au vaccin de Pfizer qui a déjà été largement utilisé sur le continent.

 Avec un plus d’un mois de recul, on commence à avoir un aperçu des effets secondaires de ce vaccin. Au 23 janvier, 16 479 personnes ont déclaré des effets secondaires. Première chose, qui frappe lorsque l’on commence les recherches est que cela concerne principalement les 18-64 ans (+ de 80%). 1089 personnes entre 65-85 (6,6%) et 818 chez les plus de 85 ans (5%).  

Cela concerne aussi très majoritairement les femmes (76,1%).

L’Italie rapporte 35% des cas, le Royaume-Uni 17% et l’Espagne 10% (la France, connue pour sa faible remontée des effets indésirables médicamenteux de façon générle ne représente que 3% des cas).


Les effets indésirables les plus souvent rapportés concernent des problèmes généraux (température, douleur, malaise, etc..), le système nerveux, musculo-squelettique et gastro-intestinal.


On trouve de nombreux effets indésirables considérés comme sérieux. Cela représente selon les cas 1/3 (système nerveux), parfois la moitié (maladies cardiaques) et jusqu’au 2/3 des réactions (système immunitaire et infections).


Le système cardiovasculaire semble bien mis à mal avec 911 rapports (concernant une fois encore plutôt les personnes jeunes) et ayant provoqué pas moins de 63 décès dont 22 arrêts cardiaques.

173 décès dus à “troubles généraux” (la liste est longue et inclue la mort subite dans 34 cas)

Le pire c’est que 42 personnes sont mortes des suites de maladies pulmonaires du type dyspnée, insuffisance respiratoire aiguë, œdème ou embolie pulmonaire.


14 Covidés et 7 pneumonie: 34 infections en tout.


Eudravigilance n’a pas rendu les choses simples pour connaitre le bilan des morts suite à la vaccination. J’ai du retranscrire les chiffres sur Excel un par un dans chaque catégorie pour pouvoir avoir un bilan: 438 décès en un mois.
6786 cas sont considérés comme non résolus et 959 comme ayant des séquelles.

Aux Etats-Unis, le situation ne semble guère mieux.

Ce témoignage d’un infirmier américain confirme que ce vaccin tue. 
“James rapporte qu’en 2020, très peu de résidents de la maison de soins infirmiers où il travaille sont tombés malades du COVID, et aucun d’entre eux n’est décédé pendant toute l’année 2020.
Cependant, peu de temps après avoir administré les injections expérimentales d’ARNm de Pfizer, 14 sont décédés dans les deux semaines, et il rapporte que de nombreux autres sont sur le point de mourir.
Il précise très clairement qu’il s’agissait de patients qu’il connaissait et qu’il soignait (il est aussi un «pasteur laïc»), et qu’après avoir reçu une injection d’ARNm, les résidents qui avaient l’habitude de marcher seuls ne peuvent plus marcher. Les résidents qui avaient l’habitude d’avoir une conversation intelligente avec lui ne pouvaient plus parler.
Et maintenant, ils meurent. “Ils tombent comme des mouches.”
https://rumble.com/embed/vaoc61/?pub=4
Le système VAERS du CDC qui permet d’accéder librement à la base de données des effets indésirables indique que 181 personnes sont décédées dans les jours qui suivent la vaccination dont 44 le jour même et 40 le jour suivant (29 supplémentaires au bout de 2 jours). Donc 113 personnes sont décédés dans les 48H suivant la vaccination. A noter que les décès ne concernent pas que des personnes âgées. Ce rapport rapporte le cas d’un bébé mort né. Deux jours après la vaccination, le bébé bougeait moins et au troisième jour, il était en arrêt cardiaque.
Contrairement au site européen, il est possible de faire des recherches précises avec des informations sur chaque décès. On constate par exemple que certaines personnes sont mortes moins de 2H après l’injection:

Ou que d’autres développent une détresse respiratoire (entraînant la mort) dans les 24H comme dans la base de données européenne.

Le vaccin n’a pas l’air de réussir aux patients testés positifs au COVID. Cette personne en a fait les frais:

De tels chiffres ne plaident clairement pas en faveur d’une généralisation de la vaccination contre le COVID, en particulier pour les moins de 65 ans qui semblent plus touchés par les effets secondaires.
Une généralisation de la complémentation en vitamine C et vitamine D en prévention et l’utilisation d’ivermectine et d’artemisia (en curatif) seraient des mesures bien plus cohérentes pour faire reculer l’épidémie et surtout celle-ci ne risquent pas de nuire aux personnes en bonne santé contrairement à ce vaccin expérimental.

Publié par Fawkes News


Se pose maintenant la question fondamentale, comment un trisomique peut-il avoir un discernement suffisant pour juger de la pertinence de se faire vacciner ?

La réponse à cette question est évidente, c’est impossible, donc si on vaccine un trisomique, c’est obligatoirement une vaccination forcée. Si le trisomique décède, le premier ministre, les membres du gouvernement, peuvent êtres poursuivis pour acte volontaire.


La vaccination des trisomiques vient de débuter

La vaccination a commencé pour les personnes atteintes de trisomie 21, plus vulnérables face au Covid-19 (francetvinfo.fr)

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/vaccin/les-personnes-atteintes-de-trisomie-21-plus-vulnerables-face-au-covid-19-la-vaccination-a-commence-pour-eux-aussi_4268359.html

Georgia Pouliquen

Les documents allemands, résumé d’Aktion T4

Programme eugéniste consistant à euthanasier les personnes souffrantes, physiquement handicapées ou mentalement déficientes, l’Aktion T4 a été officiellement lancé par Hitler en 1939, et bien qu’il ait été officiellement abandonné en 1941, l’extermination méthodique des handicapés s’est poursuivie dans le plus grand secret jusqu’à la défaite de l’Allemagne en 1945.

En octobre 1939, Adolf Hitler autorise son médecin personnel ainsi que le chef de la Chancellerie à euthanasier toutes les personnes considérées comme inaptes à vivre. Pour lui donner l’apparence d’une mesure de guerre, il antidate son ordonnance au 1er septembre 1939, jour marquant le début de la Seconde Guerre mondiale.


Remarque générale

Fermé à tous les débats contradictoires, prenant des décisions unilatérales, sans concertation avec des scientifiques indépendants, l’exécutif s’enferme dans la démagogie. Prenons n’importe lequel de ces nuisibles, traînons-le dans un tribunal, il se dégonflera comme une baudruche.
Cela ne vous rappelle rien ?


Conclusion

Mesdames et messieurs les avocats, les procureurs, et les juges, à vos marques. Nous ne laisserons pas souiller la France, le pays des Droits de l’homme, par des actes aussi ignobles.

Nous vous signalons au passage que toutes les mesures prises depuis le début de la crise du coronavirus sont illégales puisque Macron et son gouvernement s’appuient pour prendre les décisions sur un Conseil Scientifique dont plusieurs membres ont touché de l’argent de l’industrie pharmaceutique. Le fisc peut le prouver très facilement.


Annexe : Conflits d’intérêts

Les documents officiels français : Légifrance

LOI n° 2013-907 du 11 octobre 2013 relative à la transparence de la vie publique (1)

Chapitre Ier : La prévention des conflits d’intérêts et la transparence dans la vie publique (Articles 1 à 24)

Article 1

Modifié par LOI n°2016-1691 du 9 décembre 2016 – art. 29 (V)

Les membres du Gouvernement, les personnes titulaires d’un mandat électif local ainsi que celles chargées d’une mission de service public exercent leurs fonctions avec dignité, probité et intégrité et veillent à prévenir ou à faire cesser immédiatement tout conflit d’intérêts. Les membres des autorités administratives indépendantes et des autorités publiques indépendantes exercent également leurs fonctions avec impartialité.

Section 1 : Obligations d’abstention (Articles 2 à 3)

Article 2

Modifié par LOI n°2017-1339 du 15 septembre 2017 – art. 6


De plus, en raison de ce qui précède, nous (démocrates, républicains, ou affiliés ou non à des courants politiques divers) attendons que les médias dénoncent ce crime contre les trisomiques qui est un crime contre l’humanité. Tous les médias qui ne le feront pas immédiatement seront considéré comme des complices.

Alain Nicolaï et Joseph Stroberg

S’abonner
Notifier de
4 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments