Vœux de Joseph pour 2023

02/01/2023 (2023-01-01)

Par Joseph Stroberg

Un édifice ou un système, comme le Nouvel Ordre Mondial, peut être détruit d’au moins trois manières :

  1. en enlevant sa pierre angulaire, sa clef de voûte, ce qui produit son effondrement depuis le haut et est l’équivalent d’une décapitation ;
  2. en s’en prenant à ses fondations, ce qui peut être facilité lorsque le système ressemble à un château de cartes ;
  3. en le rongeant partout avec l’équivalent d’un acide (ou en cessant de l’alimenter).

Ronger le Nouvel Ordre Mondial partout simultanément ne peut se faire que par une prise de conscience massive de sa réalité et de son fonctionnement. L’acide est la Conscience éclairée. Il semble bien que l’Humanité en soit actuellement loin, encore trop soumise à la peur (notamment de la mort), ce qui fait qu’elle continue d’alimenter ce système au lieu d’en ronger, désagréger tous les aspects par un changement de mode de vie.

Le Nouvel Ordre Mondial est construit sur le principe de l’inversion de la Création, d’où en particulier l’énorme intérêt des élites pour le transhumanisme, l’artificiel et le renversement naturel de la biologie avec notamment la théorie du genre. Poutine tente de s’attaquer à ces fondations pour rétablir les principes traditionnels accordés sur la Création, mais même avec ses énormes moyens militaires, il n’est pas certain qu’il puisse aboutir.

Quelle est la pierre angulaire du Nouvel Ordre Mondial ?
Ce sans quoi les élites mondialistes n’auraient jamais pu imposer mondialement la distanciation sociale, les confinements, les masques, les tests PCR, les QR codes et les vaccinations : la théorie virale. Or, de plus en plus d’éléments factuels démontrent que celle-ci ne relève pas de science, mais de scientisme, de mauvaise cuisine ou de mauvaise religion, comme le lecteur pourra en avoir un bon aperçu en se plongeant dans les articles du dossier Vaccins et virus, ceci à condition qu’il accepte de remettre en question les croyances massivement entretenues par l’industrie pharmaceutique (qui contrôle notamment l’enseignement des médecins à l’université) et de s’ouvrir aux éléments démonstratifs et révélateurs proposés dans ces articles.

En lisant ces articles, le lecteur découvrira notamment les points suivants :

Les virus pathogènes n’ont jamais été scientifiquement isolés et caractérisés.
À ceux qui répondent que l’absence de la preuve de l’existence de virus pathogènes n’est pas la preuve de leur inexistence, je réponds :

l’absence de la preuve de l’existence d’éléphants roses n’est pas non plus la preuve de leur inexistence,
et l’absence de la preuve de l’existence de Dieu n’est pas non plus la preuve de son inexistence.
Dans le premier cas (celui des éléphants roses), nous avons cependant affaire à du delirium tremens ou à des théories purement fantaisistes, même pour ceux qui pensent qu’il suffit de peindre en rose un éléphant réel pour démontrer l’existence d’éléphants roses.
Dans le second cas, il s’agit d’une croyance d’ordre purement religieux qu’il n’est pas possible de démontrer scientifiquement.

L’effet cytopathique qui prétend démontrer la culture virale s’obtient pareillement sans la moindre présence de tissus biologiques supposés infectés par un virus pathogène, ce qui démontre implacablement que cet effet n’est nullement la démonstration de la présence d’un tel virus, la mort des cellules dites de culture ne résultant que des poisons inclus dans le milieu (antibiotiques et nombreux toxiques censés favoriser la multiplication virale, mais qui en fait tuent les cellules de culture).

Les séquençages de seconde génération qui prétendent ensuite reconstituer le matériel génétique dudit virus sont de véritables farces. Ils partent d’une soupe génétique indifférenciée et non caractérisée qui peut mêler aussi bien des bouts de gènes en provenance du prétendu tissu infecté que des cellules de cultures et d’autres composants biologiques présents dans le milieu. Et cerise sur le gâteau, ils coupent ces bouts de gènes en séquences de quelques cinquantaines ou centaines de codons (ou de bases) et moulinent tant et aussi longtemps qu’ils ne s’approchent pas d’un modèle théorique servant de référence à la reconstitution du puzzle. C’est exactement la même situation grotesque et non scientifique qui consisterait à tenter de reconstituer le roman Germinal de Zola (le modèle, tel que SRAS-CoV-2) à partir du découpage en petits morceaux de papier de milliers de romans pris au hasard dans une bibliothèque. Avec un peu de chances et suffisamment de patience (en faisant tourner suffisamment longtemps la moulinette du séquençage génétique — opération purement logicielle), en collant les petits bouts de papier adéquatement, en reconstituant ainsi des phrases (génétiques), on finira par retrouver 99,7 % du roman Germinal et on prétendra qu’il était bien présent dans la bibliothèque au départ, alors qu’il ne s’y trouvait pas nécessairement.

Le fait que les « virus » soient visuellement semblables aux exosomes ou à d’autres composants cellulaires (par ailleurs eux scientifiquement caractérisés) ne démontre par ailleurs pas qu’ils soient responsables de maladies, pas davantage que la présence de mouches sur des cadavres ne démontre que ces dernières seraient les responsables de la mort des animaux ou des êtres humains concernés.

La théorie virale s’est vue coller tellement de rustines pour tenter d’éviter son éclatement (alors qu’elle aurait dû disparaître il y a près de 70 ans) qu’elle en est devenue incontestable, ce qui de fait la déplace hors du cadre de la science (puisque le propre de toute véritable théorie scientifique est d’admettre ses limites et la possibilité d’être contestée).

Les rares contagions effectives (en dehors de l’exposition à une cause commune, comme le sont les champs électriques et les ondes électromagnétiques, sachant que le corps lui-même est de nature électrique, magnétique et électromagnétique, jusqu’aux niveaux cellulaires et moléculaires) peuvent s’expliquer par la communication et l’influence expérimentalement démontrée entre organismes vivants, par les biophotons.
(Voir Communication entre organismes vivants par biophotons et Sensibilité de l’eau morphogénique aux ondes électromagnétiques.)

En réponse à l’argument des labos P4, voir C’est l’heure du conte « Gain de Fiction »* avec RFK Jr. et ses amis !.

Mon vœu est que les êtres humains, et spécialement s’ils sont médecins ou travaillent dans le domaine de la Santé, se penchent sérieusement et avec ouverture d’esprit sur la contestation de la théorie virale afin qu’ensuite la pierre angulaire du Nouvel Ordre Mondial soit détruite et que ce dernier s’effondre dans la foulée. Un vœu alternatif est qu’à défaut ils soutiennent Poutine face à l’inversion occidentale. Cependant l’approche de la pierre angulaire peut être plus rapide et surtout éviterait bien des morts.

Joseph Stroberg

P.S.

Les prix Nobel, y compris en médecine, sont délivrés à des êtres humains qui ont été particulièrement utiles aux élites mondialistes en vue de l’édification du Nouvel Ordre Mondial, même si leur aide est purement involontaire.
Montagnier a ainsi reçu son prix pour avoir permis de renforcer la légende urbaine des virus pathogènes et Kary Mullis pour l’invention du test PCR qui est bien utile pour inventer des épidémies, spécialement depuis l’invention du concept scientifiquement frauduleux et fallacieux de « malades asymptomatiques ».
(Voir :
Fauci et la grande arnaque du SIDA
Repenser le SIDA
Dr. Claus Köhnlein – Du SIDA au Covid-19 : une arnaque qui dure depuis plus de 40 ans
Le SIDA et la Renaissance de l’Hypothèse de Duesberg
Le SIDA depuis 1984 : Aucune preuve d’une nouvelle épidémie virale – même pas en Afrique
SIDA : le doute — Film documentaire RTS, ARTE France, TVE, Histoire TV. 1997
Vous aviez raison, Président Thabo Mbeki
Pas de fleurs pour le sidarnarqueur
La virologie et le test PCR
Précisions scientifiques sur l’arnaque du test PCR
Déconstruction de l’arnaque Covid : les documents Ministère de la Santé admettent que le CDC n’a jamais isolé de « virus covid-19 » … le test PCR ne détecte que le BRUIT des instruments
Une véritable bombe : Aux États-Unis le CDC ne reconnaît plus le test PCR comme une méthode valide pour détecter les « cas confirmés de Covid-19 »
La mystification par le test PCR pour créer le mythe de la pandémie et entretenir la peur
Dr Kary Mullis : Pourquoi j’ai commencé à remettre en question le VIH
L’inventeur du test PCR avait bien dit que celui-ci ne permet pas de savoir si vous êtes malade
La fraude des anticorps
Virus Mania : Comment Big Pharma et les médias inventent les épidémies)

image_pdfPDF A4image_printImprimer
S’abonner
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
14 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires