Tentations totalitaires via le pass de plusieurs nations européennes

Tentations totalitaires via le pass de plusieurs nations européennes

17/05/2021 (2021-05-17)

Par le Dr Gérard Delépine

La mémoire des peuples est courte. On aurait pu espérer que l’un des moteurs de la pensée nazie (l’eugénisme-hygiénisme) avait été définitivement enterré avec ceux qui les ont mis en application ou ceux qui les ont subis durant la Seconde Guerre mondiale. L’actualité nous montre malheureusement qu’il n’en est rien puisque, après Israël, l’Autriche et l’Allemagne et bientôt la France veulent discriminer une majeure partie de leur population avec un pass vaccinal et imposer une vaccination expérimentale inutile et dangereuse aux enfants.

Le pass est un projet illogique

Il repose sur une incohérence conceptuelle.

Ses partisans croient en l’efficacité des vaccins et se font vacciner, c’est logique et un choix respectable, cohérent avec leur croyance. Mais s’ils croient que les vaccins les protègent, ils n’ont aucune raison d’avoir peur des non-vaccinés et de vouloir leur imposer un vaccin par le pass.

Et s’ils croient que les vaccins les protègent insuffisamment, ils n’ont aucune raison de croire que le pass les protégerait davantage puisqu’il les mettrait au contact de vaccinés susceptibles, comme eux, de leur transmettre le virus.

Alors, pourquoi prôner une mesure illogique, attentatoire aux libertés fondamentales ?

D’autant que les faits établis montrent que la vaccination ne protège ni de la transmission (contaminations) ni des formes graves (mortalité)

La vaccination ne protège pas des contaminations

Les partisans de la vaccination prétendent qu’une couverture vaccinale élevée protégerait efficacement la population. Mais, à ce jour, les rares pays qui ont atteint 70 %[1] de couverture vaccinale (Les Seychelles, Gibraltar et l’île de Man) souffrent depuis d’une véritable explosion de l’épidémie, comme si en pratique la vaccination facilitait les contaminations.

D’après les publications de l’OMS[2], avant la campagne de vaccination les Seychelles comptaient 502 cas confirmés. Au 14 mai, avec un taux de 70 % de vaccinés, les cas confirmés atteignaient 9184 (+1800 %).

Depuis, les écoles ont été fermées pour trois semaines et les activités sportives en groupe sont limitées. Les bars, les restaurants et les magasins doivent fermer plus tôt et il est demandé à la population de ne plus se rassembler en dehors de la famille.

Même phénomène de réveil de l’infection par la vaccination à l’île de Man

Même phénomène à Gibraltar où la couverture vaccinale dépasse les 100 % (car la vaccination a été étendue aux visiteurs espagnols)

L’exemple du Koweït est tout aussi démonstratif.

Le Koweït est le champion arabe de la vaccination qui a débuté fin décembre. Depuis la vaccination le nombre hebdomadaire de contaminations a été multiplié par 5 (1625 cas dans la semaine d’avant la vaccination et 8806 dans la semaine du 3/5).

Cette augmentation du nombre des contaminations après la vaccination, observée dans tous les pays qui vaccinent beaucoup est de durée variable : de 4 à 6 semaines en Grande-Bretagne et Israël, elle s’est prolongée 2 mois et demi aux Émirats Arabes Unis.

Certes, il s’agit d’une corrélation purement temporelle entre la date des vaccinations et l’augmentation des contaminations ; mais la constatation d’une telle corrélation dans tous les pays qui vaccinent suggère fortement une relation causale selon un mécanisme qu’il serait urgent d’élucider pour tenter d’y remédier.

Cette incapacité de la vaccination à empêcher la transmission de la maladie a d’ailleurs été reconnue récemment par O. Veran dans son argumentaire au Conseil d’État :

« les personnes vaccinées peuvent diffuser tout de même le virus »

La vaccination ne diminue pas la mortalité Covid19

Les avocats de la vaccination prétendent qu’un haut taux de couverture vaccinale diminuerait le risque de formes graves et la mortalité.

Mais les exemples des Seychelles (taux de couverture vaccinale de 70 %) et de Gibraltar (plus de 100 % de vaccinés) montrent que ces affirmations sont fausses.

Même phénomène à Gibraltar

L’incapacité des vaccins à prévenir les formes graves et la mortalité a également été reconnue par O Veran devant le Conseil d’État « les personnes vaccinées sont aussi celles qui sont les plus exposées aux formes graves et aux décès, si le vaccin ne fonctionne pas ou en cas de réinfection post vaccinale ».

La propagande/supercherie des prétendus succès anglais et israéliens

Les avocats de la vaccination prétendent que les vaccinations en Israël et en Grande-Bretagne auraient été des succès, car les contaminations et la mortalité quotidienne actuelle sont très faibles. Mais ces succès apparents correspondent en fait à la disparition de très nombreuses personnes à risque (le « moissonnage ») réalisée par la vaccination et à la régression spontanée de la maladie observée aussi dans les pays peu vaccinés.

En effet, dans tous les pays vaccinés, la mortalité a fortement augmenté durant 4 à 6 semaines. La courbe de mortalité covid péri vaccination en Israël est démonstrative.

Le « moissonnage » de 1404 personnes en janvier et de 949 autres en février, soit l’équivalent d’une année complète de mortalité Covid sans vaccin (la première année) a fortement réduit le nombre d’Israéliens à risque, entraînant de facto une diminution de la mortalité dans l’année à venir.

Le même « moissonnage » a été observé en Grande-Bretagne

La régression naturelle de l’épidémie explique aussi la chute de mortalité ainsi que le montre la comparaison entre la Grande-Bretagne très vaccinée et les Pays-Bas très peu vaccinés

Les évolutions dans les pays vaccinés et non vaccinés ont suivi la même chronologie, mais avec une exacerbation post vaccinale transitoire de la mortalité qui entraîne, à court terme, un excès de mortalité dans le pays le plus vacciné.

Certes, on ne dispose pour l’instant que d’un court recul post-vaccination et il faudrait attendre une éventuelle nouvelle vague pour conclure définitivement, mais l’examen objectif actuel des faits montre que la vaccination large d’une population ne diminue pas la mortalité, mais l’augmente au moins à court terme.

Ceux qui prétendent le contraire nient les faits constatés pour tenter de justifier un pass sanitairement inutile qui renouerait avec des pratiques totalitaires des nazis.

Le pass : la Commission européenne renoue-t-elle avec ses racines nazies ?

Ce livre révèle les importantes similitudes entre la nature antidémocratique de l’Union Européenne et les plans totalitaires d’un « Espace économique global européen » de la période d’avant la Seconde Guerre mondiale. L’information principale de ce livre est que les inspirateurs et architectes de la Constitution Européenne sont essentiellement les juristes qui ont rédigé les lois de l’Europe nazie.

Ainsi Walter Hallstein, membre de l’association nazie des « protecteurs de la loi » de 1936 à 1945 et doyen de la faculté de droit sous Hitler, valida les lois de discrimination visant les juifs et en particulier l’instauration du port de l’étoile jaune. En 1950, il devint conseiller du chancelier Adenauer, rédigea l’essentiel de la constitution européenne puis présida la Commission européenne de 1958 à 1967.

L’instauration d’un pass sanitaire par la commission de Bruxelles réitère donc l’instauration de l’étoile jaune validée sous Hitler par son ancien président. Même idéologie prétendument « sanitaire », même technique appuyée par une propagande totalitaire et une censure féroce des opposants que n’aurait pas désavouée Goebbels.

Ce pass qui veut imposer des « vaccins » expérimentaux est contraire au code de Nuremberg[3] et à la déclaration d’Helsinki[4] qui stipulent qu’aucun traitement expérimental comme les pseudo vaccins actuels[5] ne peut être administré sans le consentement libre et éclairé du receveur.

Ce pass instaure une discrimination entre les populations, un véritable apartheid contraire aux fondements de notre démocratie.

Il a d’ailleurs été refusé par l’OMS[6], la Maison-Blanche[7] et interdit dans de nombreux états américains, ce qui rendra très compliquée sa mise en œuvre effective.

Le pass, une mesure discriminatoire totalement inutile

Les nombreux états américains qui ont repris une vie normale en supprimant toutes les mesures prétendument sanitaires (sans pass) bénéficient d’un recul majeur de l’épidémie.

L’exemple du Texas dont le gouverneur a eu le courage de libérer ses citoyens contre l’avis des experts et de J. Biden qui avait qualifié son attitude de néandertalienne est très démonstratif.

Depuis sa libération, les statistiques officielles objectivent la poursuite de la chute des nouveaux cas et une quasi-disparition de la mortalité alors que le taux de vaccination complète (32 %) est très loin des taux jugés efficaces par les vaccinolâtres.

Arrêtons d’avoir peur d’un virus qui n’est pas plus mortel que la grippe asiatique de 1959 et qui est sensible aux traitements précoces.

Exigeons la liberté de soigner des médecins ! et la liberté du choix de son traitement par les malades. Et en particulier celui de refuser des traitements expérimentaux aux résultats réels très inquiétants.

Refusons le pass illogique, inefficace, profondément antidémocratique et refusé pour cela par la majorité du monde. L’appliquer en Europe dissuaderait la clientèle extra-européenne de revenir visiter nos pays ; notre industrie du tourisme, fortement ébranlée par les mesures prétendument sanitaires, n’a pas besoin de ce coup de grâce.

Liberté. Liberté chérie.


  1. [1] Aucune étude clinique sérieuse dans le monde réel n’a apporté de preuve à cette théorie déduite de simulation[]
  2. [2] WHO Covid19 Dahboard consulté le 15/5/2021[]
  3. [3] Amiel P., « “Code de Nuremberg” : texte original en anglais, traductions et adaptations en français », in
    Des cobayes et des hommes : expérimentation sur l’être humain et justice, Paris, Belles Lettres, 2011 https://www.inserm.fr/sites/default/files/2017-11/Inserm_CodeNuremberg_TradAmiel.pdf[]
  4. [4] https://www.wma.net/fr/policies-post/declaration-dhelsinki-de-lamm-principes-ethiques-applicables-a-la-recherche-medicale-impliquant-des-etres-humains/[]
  5. [5] Ces traitements sont toujours expérimentaux, car leurs essais phase 3 ne seront pas terminés avant 2023 ; d’ailleurs leur autorisation n’est que conditionnelle. De plus les péripéties du vaccin Astra Zeneca et plus récemment du Jansen et du Johnson et Johnson a montré les risques de telles autorisations prématurées.[]
  6. [6] COVID-19: LE COMITÉ D’URGENCE DE L’OMS OPPOSÉ À LA MISE EN PLACE D’UN PASSEPORT VACCINAL
    H.G. avec AFP Le 20/04/2021[]
  7. [7] États-Unis : le gouvernement s’oppose au passeport vaccinal La porte-parole de la Maison-Blanche a affirmé ce mardi que le gouvernement américain était formellement opposé à l’idée d’un passeport vaccinal, car « les données personnelles et les droits des Américains doivent être protégés ».
    https://www.rtl.fr/actu/international/etats-unis-le-gouvernement-s-oppose-au-passeport-vaccinal-7900017020[]
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments