RFK Jr. et les juifs, qu’en dirait le Dr. Freud ?

03/08/2023 (2023-08-03)

[Source : plumenclume.com]


Par Kevin Barrett

Dire que RFK Jr. fait tout son possible pour éviter d’offenser les Juifs serait un euphémisme. Il se présente comme le plus grand ami au monde du peuple juif en général et de l’État juif (suprémaciste) d’Israël en particulier.

Le premier article grand public qui a couvert la course présidentielle de RFK avec une tournure positive était l’article de David Samuels dans le magazine juif Tablet. Mais depuis lors, il n’y a pas vraiment eu de vague de soutien à Kennedy dans la communauté juive dominante. Mis à part les valeurs aberrantes qui pratiquent la libre-pensée comme Naomi Wolf et certains de mes invités à la radio (Josh Mitteldorf, Barry Kissin, Steve Brown, Ron Rattner), il semble que la plupart des juifs américains, ou du moins leur aile médiatique, voient la candidature de RFK Jr. avec appréhension. [Voir à la fin de l’article le rôle de Dennis Kucinich].

Cette inquiétude s’est métamorphosée en dénonciation hystérique la semaine dernière, lorsque les remarques « hors micro » du candidat sur les armes biologiques spécifiques qui épargnent certaines ethnies et le COVID-19 ont déclenché le plus grand festival de haine médiatique (accusations d’antisémitisme) de deux minutes depuis que Kanye West est devenu Defcon 31. Le York Post a publié l’histoire avec un gros titre mensonger : « RFK Jr. dit que le COVID était “ethniquement ciblé” pour épargner les Juifs. » Ce que Kennedy a réellement dit, dans une conversation informelle, était :

Sur le COVID 19. Il existe un argument selon lequel il est ethniquement ciblé. Le COVID-19 attaque certaines races de manière disproportionnée. COVID-19 est ciblé pour attaquer les Caucasiens et les Noirs. Les personnes les plus immunisées sont les Juifs ashkénazes et les Chinois… Nous ne savons pas si cela a été délibérément ciblé ou non, mais il existe des articles qui montrent les différences raciales ou ethniques et leur impact.

Le candidat pourrait être accusé à juste titre d’hyperbole : l’étude qu’il citait n’indiquait pas à quel point le COVID affectait de manière disproportionnée différentes ethnies, mais n’analysait qu’un seul facteur génétique, qui pouvait ou non avoir eu beaucoup d’effet dans le monde réel. Mais cette étude dit à peu près ce que RFK dit qu’elle fait. Ce qu’il ne dit pas, et ce que RFK Jr. n’a pas dit, c’est que le COVID serait une arme biologique judéo-chinoise conçue pour tuer des Blancs et des Noirs.

Debbie Wasserman Schultz

Mais vous ne risquiez pas de l’apprendre d’après la couverture médiatique. Vous ne le sauriez pas non plus à partir des remarques de représentants du Congrès comme Debbie Wasserman Schulz

[« Représentante au Congrès fédéral depuis 2005, elle est présidente du Comité national démocrate de 2011 à 2016. Elle est auparavant membre de la Chambre des représentants de Floride (entre 1992 et 2000), et du Sénat de Floride (de 2000 à 2004). Elle est la première femme de confession juive à être élue à un poste parlementaire en Floride. »]. C’est elle qui a tenté de censurer le témoignage anti-censure de Kennedy, en disant « M. Kennedy a fait à plusieurs reprises des commentaires antisémites et anti-asiatiques ignobles. »

La chasse aux sorcières, bien sûr, n’était pas surprenante. Ce qui était surprenant, c’est que RFK Jr. disait quelque chose qui ne demandait qu’à être mal interprété comme « antisémite ». C’est le gars, après tout, qui se présente comme le candidat le plus pro-juif et pro-israélien de l’univers connu. Pourquoi évoquerait-il même l’étude du « ciblage ethnique », et encore moins l’exagère-t-il de manière à pratiquement forcer l’ADL et ses amis à l’accuser d’accuser les juifs du COVID ?

Certains partisans de RFK pourraient se demander si leur héros, comme Trump avant lui, joue aux échecs en 3 D. Peut-être que RFK sait très bien qui a vraiment tué son père et son oncle. Dans ce cas, son truc pro-israélien philosémitique exagéré serait une ruse. Comme son père avant lui, qui a publiquement gardé le silence sur le meurtre de son frère JFK dans l’espoir de remporter la présidence et d’annuler le coup d’État, RFK Jr. pourrait souffler de la fumée (pro-sioniste) pour camoufler la réalité de sa mission. Aurait-il pu délibérément provoquer les attaques hystériques afin d’obtenir une publicité gratuite et de laisser les médias et l’establishment politique se discréditer davantage — le genre de chose dont Trump a fait une carrière politique ?

Tout bien considéré, le scénario d’échecs en 3D est peu probable. RFK est nettement plus intelligent que Trump, mais il est moins manipulateur. Contrairement à Trump, RFK est sincère. Il est le candidat de « ce que vous voyez, c’est ce que vous obtenez ». Je ne pense pas qu’il mente ou qu’il soit manipulateur lorsqu’il professe un amour éternel pour Israël, une haine pour l’Allemagne nazie et une inquiétude concernant le COVID affectant différemment les ethnies à la lumière de ce que nous savons sur la recherche en matière d’armes biologiques spécifiques à l’ethnie.

Mais la question demeure : pourquoi Kennedy est-il si irrationnellement extrémiste dans son soutien à Israël ? Et pourquoi a-t-il exagéré de manière intempestive l’étude COVID-ethnicité de manière à susciter les attaques ? Son sionisme furieux dans la ligne Likudnik et sa spéculation « antisémite » irréfléchie sur les armes biologiques semblent, dirons-nous, immodérés, voire un peu déséquilibrés.

Freud et les mécanismes de défense

Alors mettons RFK Jr. sur le divan proverbial du Dr Freud. Freud a inventé le terme formation réactionnelle :

« un mécanisme de défense dans lequel les gens expriment le contraire de leurs véritables sentiments, parfois de manière exagérée. Par exemple, un homme qui ne se sent pas sûr de sa masculinité pourrait agir de manière trop agressive. Ou une femme souffrant de troubles liés à l’utilisation de substances peut vanter les mérites de l’abstinence. »

Dans de nombreux cas, les sujets ne sont même pas conscients de leurs vrais sentiments. Le pacifiste qui est si belliqueux dans son pacifisme qu’il déclenche toujours des combats — j’en ai connu plusieurs — ignore généralement que sa véritable motivation n’est pas le dévouement à la paix, mais une agression intérieure qui couve. Et puis il y a les personnes avides, ambitieuses, compétitives et matérialistes qui adoptent la politique de gauche pour dissimuler leurs véritables sentiments à propos de l’argent et du statut social. J’en ai connu plus que quelques-uns aussi. Et ne me lancez pas sur les fanatiques anti-réchauffement climatique qui semblent penser que leurs bloviations sauveront le monde tandis que votre scepticisme le détruira, même si leurs modes de vie excessivement confortables émettent beaucoup plus de carbone par semaine que vous ne le faites dans un mois.

Les attitudes réactionnelles sont donc assez courantes et constituent souvent un grand moteur des opinions politiques des gens. L’extrémisme pro-israélien grossièrement exagéré et apparemment irrationnel de RFK Jr. a toutes les caractéristiques d’une formation réactionnelle classique. Si tel est le cas, Kennedy cacherait son hostilité réprimée envers l’État juif non seulement aux autres, mais aussi à lui-même.

Mais pourquoi Kennedy haïrait-il Israël, tout en restant dans le déni profond de ses vrais sentiments ? Pour la même raison que Hamlet détestait son beau-père Claudius, mais ne pouvait se résoudre à agir. Israël a tué le père de Kennedy, tout comme Claudius avait tué celui d’Hamlet. Mais tout comme Hamlet avait grandi dans la maison de Claudius, vulnérable au pouvoir despotique de Claudius, RFK Jr. a grandi dans l’Amérique post-coup d’État sioniste, comme un otage impuissant et sans défense. Les personnes vulnérables dans le foyer d’un agresseur, en particulier les enfants, ont tendance à s’identifier à l’agresseur : « un mécanisme inconscient dans lequel un individu s’identifie à quelqu’un qui représente une menace ou à un adversaire qui ne peut être maîtrisé. »2 Du point de vue de RFK Jr., ce serait les sionistes. Il s’identifie totalement à eux, même à leurs médiocrités les plus dégoûtantes et vulgaires comme le rabbin Shmuley Boteach, et se considère hyperboliquement comme le plus grand sioniste de tous.

Mais qu’en est-il de l’acte manqué ?

Si une formation réactionnelle explique l’ultra-sionisme de RFK, alors qu’est-ce qui explique son discours COVIDO-ciblé sur les Juifs ? Appelez à nouveau le Dr Freud !

En fait, vous n’avez pas vraiment besoin de connaissances psychanalytiques sérieuses pour comprendre celle-ci. L’hostilité réprimée et inconsciente de RFK envers les sionistes, tenue secrète par son attitude hyper-sioniste, a trouvé un moyen de s’exprimer. Ainsi, bien que RFK n’ait probablement jamais été conscient que ce qu’il disait ressemblait beaucoup à « le COVID était ciblé pour épargner les Juifs », son esprit inconscient était trop pressant et a en effet mis ces mots équivoques directement dans sa bouche.

À l’instar du lapsus freudien classique, ce type de scénario évasif illustre comment l’inconscient peut parfois court-circuiter l’esprit conscient et dire des vérités indescriptibles. Traduction : « Les scandaleuses conspirations juives anti-goy ne sont pas toujours imaginaires. » La réaction paranoïaque de gens comme Debby Wasserman Schulz n’est donc pas aussi folle qu’elle en a l’air : l’inconscient de Debby comprend l’essentiel de ce que dit l’inconscient de Bobby Kennedy jr, et il n’aime pas ça.

Traumatisme intergénérationnel

Les symptômes psychiatriques des deux côtés proviennent d’un traumatisme intergénérationnel profondément enraciné. RFK Jr., bien sûr, a grandi avec le traumatisme du meurtre ignoble de son président-oncle en 1963, et du meurtre tout aussi ignoble de son père (vraisemblablement par les mêmes intérêts) en 1968. Hamlet des temps modernes, il a passé ses années de formation sous une énorme pression sociale pour s’abstenir de défier les meurtriers de ses pères et oncles. Nous pourrions également spéculer sur les racines irlandaises de la famille Kennedy, des aïeux qui ont connu persécutions et génocides, qu’ils comparent parfois avec les souffrances de certains Juifs à la merci de prétendus antisémites qui les détestent soi-disant sans raison — mais n’allons pas là, de peur que certains de mes lecteurs moins éclairés ne commencent à succomber au déni irlandais de l’Holocauste.

Du côté de Debbie Wasserman-Schulz, le traumatisme intergénérationnel est apparemment si horrible qu’il ne peut être guéri que par des drogues psychédéliques. Dans « Peut-on guérir l’antisémitisme avec Molly ? » Rob Eshman, rédacteur en chef du Jewish Daily Forward, commence par une question :

« Si vous appreniez qu’une seule pilule a conduit un néonazi à renoncer à ses croyances haineuses, est-ce que vous :

  • Exigeriez plus de recherches pour savoir si la pilule fonctionne vraiment ?
  • Choisiriez d’ignorer les preuves existantes et continueriez à interdire la pilule ? »

Eshman note qu’Israël, la capitale mondiale de la MDMA [ecstasy], utilise la « drogue de l’amour » [principe actif de l’ecstasy] pour traiter le SSPT [syndrome de stress post-traumatique]. Nous pouvons imaginer que les tireurs d’élite tueurs d’enfants de Tsahal comme le tweeter « J’ai abattu 13 enfants aujourd’hui » sont progressivement ramenés à ce qui passe pour la normalité israélienne à l’aide de sessions psychédéliques qui recâblent leur cerveau pour l’amour (de leurs compatriotes juifs sionistes au moins) à la place de baver 24/7/365 la haine des enfants palestiniens (« petits serpents ») et des mères qui les portent.

Mais la MDMA peut-elle guérir la communauté juive sioniste de son cas collectif de SSPT vieux de 3000 ans ? Pour répondre à cette question, nous aurions besoin de savoir si les Juifs individuels souffrent réellement de la douleur ressentie par leurs ancêtres persécutés. Les scientifiques travaillent dur pour nous convaincre que c’est le cas.

Une autre explication de la raison pour laquelle tant de Juifs ultra-privilégiés souffrent tant de mémoires collectives historiques accuse la culture, et non la génétique. Le film Defamation montre de manière mémorable des enfants israéliens horriblement traumatisés par leurs aînés, qui leur martèlent dans leur petite tête impressionnable que les goys veulent tous les exterminer.

Circoncision

Et en parlant de Juifs traumatisant des Juifs, qu’en est-il de la circoncision infantile ? Appelez le Dr Bowlby !

Des études sur l’attachement ont montré que les très jeunes enfants — les bébés, en réalité — sont extrêmement vulnérables aux traumatismes psychologiques. Une expérience terrible à l’âge de huit mois ou même avant est susceptible de ruiner votre vie d’une manière qu’une expérience bien pire à un âge plus avancé ne pourrait pas égaler. Les expériences traumatisantes impliquant des dommages au lien mère-enfant, en particulier, semblent être responsables d’une grande partie sinon de la majeure partie de la misère dans le monde. (Morale : Pour former une personne heureuse et paisible, gardez le bébé en contact peau à peau avec la mère, et allaitez à la demande, pendant les deux premières années de vie, comme le font de nombreuses cultures traditionnelles.)

Ce que vous ne voulez PAS faire, c’est arracher le bébé des bras de la mère et lui infliger une torture indescriptible en découpant la partie la plus sensible de son anatomie avec un couteau. Cela détruira le lien mère-enfant en raison de la trahison perçue de la mère envers son enfant (et créera une surcompensation sous la forme du syndrome de la mère juive) tout en formant un souvenir inconscient d’une attaque horrible par un étranger terrifiant. Plus tard dans la vie, l’enfant sera culturellement conditionné à transférer sa peur et son dégoût sur la figure imaginaire d’un nouvel étranger terrifiant : le goy maléfique qui veut nous tuer. C’est la formule parfaite pour créer une identité de groupe profondément névrotique et puissamment ethnocentrique.

Donc, pour résumer : la relation dysfonctionnelle de RFK Jr. avec le sionisme*— qui découle de la volonté de sionistes traumatisés comme Ben Gourion de commettre des crimes scandaleux afin de préserver les armes nucléaires dont ils imaginent avoir besoin pour sauver leur vie du mal – le goy qui déteste les juifs — est un gâchis complet. Je doute que même le meilleur thérapeute, armé de toute la MDMA d’Israël, puisse effectuer une guérison.

[Source : ] https://www.unz.com/kbarrett/rfk-jr-and-the-jews/


Note sur Dennis Kucinich

[Dans la publication originale de l’article, le commentaire n° 4, signé « Durruti », précise :

« Quant à RFK Jr, son ami Dennis Kucinich, est avec lui dans presque toutes ses apparitions publiques, y compris les témoignages devant les commissions du Congrès. Kucinich a, avec sa femme, visité des villes palestiniennes dans les territoires occupés et a parlé au nom du peuple palestinien à de nombreuses reprises »

(en mai 2023, RFK Jr a désigné Dennis Kucinich directeur de sa campagne pour les élections présidentielles de 2024).

Les oligarques sionistes ne sont pas dupes. Les attaques contre Kennedy par des membres du Congrès démocrate, tels que Debbie Wasserman Schultz, sont un effort des contrôleurs étrangers de notre nation pour bloquer la campagne de Kennedy, afin qu’ils n’aient pas à recourir à une option plus forte, qui pourrait révéler leur identité, même aux Américains les plus somnolents et les plus lâches. RAPPELEZ-VOUS que le père de R. Kennedy Jr, Robert Kennedy, a été assassiné, juste après avoir remporté l’investiture du Democrap Gang (par sa victoire électorale primaire dans notre plus grand [État le plus peuplé et le plus riche, la Californie]. Il n’a pas été autorisé à poursuivre son chemin direct vers notre présidence américaine.

Qu’arrivera-t-il à R Kennedy Jr, s’il obtient la nomination du Democrap Gang ? …]


image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

S’abonner à la discussion
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires