Catégorie :Externe

Laïcité et Religion de la Franc-maçonnerie

« Or si nous n’avons pas réussi, c’est que nous nous sommes occupés du matériel, on a remplacé dans le fond les aristocrates par les bourgeois, c’est ce qu’il s’était passé au 19ème siècle, mais on a laissé la domination intellectuelle à l’Église catholique, qui était extrêmement puissante. Et là, ils se disent non, il faut aussi qu’on s’occupe du spirituel et des consciences. Et je dois dire qu’il y a une importance déterminante de la franc-maçonnerie dans cette affaire-là. Donc ils se disent il faut inventer autre chose, le catholicisme c’est l’oppression, le protestantisme ça marche pas, et cet autre chose va s’appeler la laïcité. Mais une laïcité qui, née dans les loges, nourrie de toute cette histoire, va d’abord apparaître comme une religion laïque, ce terme est employé, « religion », contre la religion catholique. Et lorsque les républicains, fondateurs d’ailleurs de la religion laïque, vont prendre le pouvoir à travers l’école, dans le fond, ils vont, à travers les instituteurs, à travers les cours de morale laïque qui étaient publiés, à travers les programmes scolaires, et bien ils vont essayer de constituer non seulement une République matérielle, mais une République spirituelle. » Propos tenus par Vincent Peillon, ancien ministre de l’Éducation nationale française. https://youtu.be/p_BbC2yPVMo

Lire la suite

Louis T. – Apprenti autiste

Documentaire Apprenti autiste Enquête pour comprendre l'autisme, signée Louis T. Présentation Été 2015, sur la scène du ZooFest, l'humoriste Louis T vit un moment difficile. Il a l'impression de présenter un bon numéro, mais dans la salle, les spectateurs ne rient pas. Ils ne le comprennent pas. Cet échec entraîne une réflexion qui le mène à un diagnostic d'Asperger, un trouble du spectre de l'autisme. À la suite de sa sortie dans les médias, Louis T reçoit maintes questions du public. Démuni, il part à la recherche d'explications; pour lui et toutes les autres personnes atteintes. Apprenti autiste: penser au-delà du diagnostic Comment vivre avec le spectre de l’autisme? Télé-Québec consacre une soirée complète à la question « La majorité des humains possèdent une palette de 72 émotions, les Asperger comme moi n’en ressentent pas plus de sept. Sept nuances de bof, à vrai dire », confie l’humoriste. Le mercredi 27 février prochain à 20 h, Télé-Québec diffuse le documentaire Apprenti autiste où l’humoriste Louis T présente la quête qu’il a menée pour mieux comprendre sa condition. Apprenti autiste adopte son ton et son regard: celui d’une personne autiste récemment diagnostiquée qui désire connaître les répercussions de ce syndrome sur son existence et apprendre à bien vivre avec cette réalité. Le documentaire sera suivi d’une table ronde aux Francs-tireurs, à 21 h, aux côtés de Guylaine Guay, Patricia Paquin et Sophie Prégent, toutes les trois mères d’enfants touchés par un trouble du spectre de l’autisme (TSA).Apprenti autiste prend racine à l’été 2015, un soir où l’humoriste donne un spectacle et où le public ne rit pas. Ou presque pas. Cet événement entraîne une réflexion chez lui, qui le mène à consulter, puis, à obtenir un diagnostic d’Asperger, un trouble du spectre de l’autisme (TSA). Un an plus tard, après avoir…

Lire la suite

Vive l’« intelligence » artificielle. Plus de 2000 morts en Australie à cause de la robotisation

Vive l’« intelligence » artificielle. Plus de 2000 morts en Australie à cause de la robotisation Et un chinois cloué par le robot de son usine Par SputnikNews – Le 18 février 2019 On estime à 2030 le nombre d’Australiens bénéficiant d’une forme d’aide sociale ou autre qui sont morts après l’envoi de lettres de menaces par le bureau gouvernemental chargée de payer ces aides, lettres envoyées le plus souvent par erreur les avertissant que leurs aides seront annulées. Au moins 2 030 bénéficiaires des services sociaux de base de Centrelink, en Australie, sont décédés au cours d’une période de deux ans après le lancement d’un programme d’automatisation visant à corriger des écarts dans les données sur l’aide sociale. Selon les rapports, après que Canberra a automatisé une grande partie de ses services sociaux, des centaines de milliers de bénéficiaires – en particulier ceux qui sont considérés comme psychologiquement « à risque » – ont reçu par erreur des lettres, entre juillet 2016 et octobre 2018, exigeant de nouvelles preuves d’admissibilité aux aides sociales, entraînant le décès de plus de 2030 personnes, selon Abc.net.au. Le programme Centrelink de Canberra fournit une aide sociale et de nombreux autres services, y compris des soins de santé aux retraités, aux Australiens autochtones, aux anciens combattants, aux étudiants et aux familles avec de jeunes enfants, entre autres groupes sociaux. Selon les données les plus récentes, on estime que 5,1 millions de personnes dépendent de l’un ou l’autre de ces services. Selon des observateurs médicaux et gouvernementaux, les lettres générées par la machine menacent d’interrompre le paiement, un événement suffisamment grave pour que de nombreux bénéficiaires risquent de se suicider. « En raison du fonctionnement actuel du système, les gens ne se sentent pas en confiance ou ne se sentent pas en sécurité ou ne font pas confiance à la personne à qui ils…

Lire la suite

Un important professeur de biochimie met en garde: La 5G est « l’idée la plus stupide de l’histoire du monde »

Le déploiement international de la technologie sans fil de cinquième génération (5G) est en cours malgré l’opposition de plus en plus vive des scientifiques et des professionnels de la santé, qui tentent désespérément de nous avertir des dangers bien documentés de la 5G. Le gouvernement et les industries impliquées dans le déploiement de la 5G n’ont aucune préoccupation pour la sécurité publique car cette technologie promet d’être exceptionnellement rentable, tout en précipitant tout le monde dans cette technocratie émergente. S’ajoute à la dissidence, Martin L. Pall, docteur et professeur émérite de biochimie et de sciences médicales de base à la Washington State University. Dans une étude et une présentation, il examine de plus près la technologie 5G et lance un avertissement majeur pour nous tous. « Installer des dizaines de millions d’antennes 5G sans un seul test biologique de sécurité doit correspondre à l’idée la plus stupide que quelqu’un ait jamais eu dans l’histoire du monde. » – Martin L. Pall, PhD Le rapport propose 4 explications pour lesquelles la 5G est nettement plus dangereuse que les générations précédentes de technologie sans fil, signalant: « La 5G devrait être particulièrement dangereuse pour chacune des quatre raisons suivantes: Le nombre extraordinairement élevé d’antennes prévues.La très grande quantité d’énergie qui sera utilisées pour assurer la pénétration.Les niveaux de pulsation extraordinairement élevés.Les apparentes interactions de haut niveau de la fréquence 5G sur des groupes chargés comprenant probablement les groupes chargés du capteur de tension. » Il commence par parler des directives de sécurité actuelles pour les technologies 2g / 3g / 4g, en soulignant à juste titre que les directives approuvées par le gouvernement ignorent les effets indésirables qui se produisent à des doses ou expositions inférieures auxdites directives. En d’autres termes, comme le souligne Pall, ils sont aberrant en matière de sécurité. Il discute ensuite de huit…

Lire la suite

Cas de rougeole aux États-Unis: l’Association des médecins et chirurgiens américains (AAPS) s’oppose à l’obligation vaccinale imposée par le gouvernement fédéral

Cas de rougeole aux États-Unis: l'Association des médecins et chirurgiens américains (AAPS) s'oppose à l'obligation vaccinale imposée par le gouvernement fédéral: quelques citations de la déclaration envoyée au Comité sénatorial de la santé (29 février 2019) ÉTONNANTES DÉCLARATIONS À LIRE, À PARTAGER ET À CONSERVER... "L'Association des médecins et chirurgiens américains (AAPS) s'oppose fermement à toute ingérence du gouvernement fédéral dans les décisions médicales, y compris les vaccins prescrits. Après avoir été pleinement informés des risques et des avantages d’une procédure médicale, les patients ont le droit de rejeter ou d’accepter cette procédure. La réglementation de la pratique médicale est une fonction de l’État et non pas du gouvernement fédéral. La préemption gouvernementale des décisions des patients ou des parents d'accepter des médicaments ou d'autres interventions médicales constitue une grave atteinte à la liberté individuelle, à l'autonomie et aux décisions des parents en matière d'éducation des enfants." "Les vaccins comportent nécessairement des risques, comme l'ont reconnu la Cour suprême des États-Unis et le Congrès. Le programme d’indemnisation des traumatismes liés aux vaccins a déboursé 4 milliards de dollars de dommages et intérêts, et des obstacles importants doivent être surmontés pour obtenir une indemnisation. Les dommages peuvent être si dévastateurs que la plupart des gens préféreraient que leurs fonctions soient rétablies à des dommages-intérêts de plusieurs millions de dollars." "La rougeole est la menace très médiatisée utilisée pour obtenir des mandats et constitue probablement la pire menace parmi les maladies évitables par la vaccination, car elle est extrêmement contagieuse. Il y a des épidémies occasionnelles, commençant généralement par une personne infectée venant de quelque part en dehors des États-Unis. La majorité, mais en aucun cas toutes les personnes qui attrapent la rougeole n'ont pas été vaccinées. Presque tous se rétablissent complètement, avec une immunité robuste et permanente. La dernière mort par rougeole aux États-Unis…

Lire la suite

Sur la République

Les pièges du débat sur les évolutions historiques de la Res Publica par Valérie BUGAULT Réponse à l’article de Jacques Sapir « Les débats sur la souveraineté révélés par les évolutions des représentations de la Res Publica » - http://www.revuemethode.org/m121815.html - https://reseauinternational.net/les-debats-sur-la-souverainete-reveles-par-les-evolutions-des-representations-de-la-res-publica/#commentsCet article se veut un commentaire critique de l’article de Jacques Sapir commentant un ouvrage de Madame Claudia Moatti, professeur « d’histoire intellectuelle », qui traite de « l’évolution de la chose publique, de la Res Publica dans le monde romain »… c’est-à-dire des interprétations de la notion de « chose publique mais aussi des notions de légitimité et de droit ». Le présent article ne commentera pas ledit ouvrage, que l’auteur n’a pas lu, mais se revendique en tant que critique constructive à la présentation de cet ouvrage faite par Jacques Sapir.Il est en effet intéressant, et sans doute non contestable, de savoir que le concept de « Res Publica » a subi, au temps de la Rome antique, de sérieuses variations tant quantitatives que qualitatives.Néanmoins, ce genre d’analyse comporte, en particulier lorsqu’elle est mise en parallèle avec les temps républicains actuels, un biais intellectuel et cognitif. Une telle mise en perspective historique du concept de république a pour effet direct de tronquer les débats institutionnels en les enkystant définitivement autour du seul concept de République, avec, en arrière-fond, l’idée que la République instaurée en 1789 est incontournable.Or, précisément, les Républiques du XVIIIème siècle ne sont pas nées par hasard ou par la simple nostalgie des temps antiques. Les Républiques du XVIIIème siècle sont nées de la volonté d’une nouvelle caste dominante, celle de la bourgeoisie menée par les banquiers, de prendre le pouvoir politique à un ordre ancien dominé par l’aristocratie et le clergé.Il est ici impératif de constater que l’ordre politique de l’Ancien Régime était donc, tout imparfait qu’il était, fondé sur deux forces de valeur quasi égale…

Lire la suite

Le rabbin Gabriel Hagaï : « Notre Torah est basée sur la justice, l’amour, l’humilité, l’inclusion. Tout le contraire des “valeurs” du sionisme construites sur l’orgueil, l’oppression, la haine et l’exclusion. »

Le rabbin Gabriel Hagaï : « Notre Torah est basée sur la justice, l’amour, l’humilité, l’inclusion. Tout le contraire des "valeurs" du sionisme construites sur l’orgueil, l’oppression, la haine et l’exclusion. » mercredi 27 février 2019 par Rabbin Gabriel Hagai Suite à la polémique populaire récente autour de la définition du « sionisme » – et donc de la nature de l’opposition à cette idéologie –, je pense qu’il est important d’apporter ici quelques éclaircissements (en tant que juif orthodoxe séfarade franco-israélien). Le sionisme est un projet politique séculaire d’origine européenne qui usurpe l’identité juive pour la transformer en nationalisme primaire. C’est donc par définition un mouvement raciste, exclusiviste et hégémoniste, de facto faiseur d’apartheid. C’est cette idéologie toxique qui a donné naissance à l’État d’Israël. Or, avant cela, les juifs n’ont jamais été nationalistes, ni par leur histoire, ni par leur religion. L’amalgame entre « sionisme » et « judaïsme » est souvent dû au fait que ce premier est un mouvement nationaliste juif, s’adressant aux juifs, et dont le but est l’établissement d’un pays juif souverain (l’État d’Israël) parlant une langue juive (l’hébreu en l’occurrence). Du coup, le qualifier de « judaïsme » devient séduisant pour certains. Mais c’est complètement méconnaître l’idéologie même du sionisme dont le but est de remplacer la Torah (c’est-à-dire l’observance des préceptes bibliques mosaïques) par du nationalisme. Être juif, pour le sionisme, c’est être un citoyen de l’État sioniste, pour lequel toute pratique religieuse est superflue, voire à combattre. Le sionisme est donc l’adversaire idéologique de la Torah (de la religion juive). Certes, il existe un mouvement sioniste religieux, centré autour de la pensée de R. Tsevî-Yehûda Kook (1891-1982), mais nombreuses y sont les incohérences, les réductions et les contradictions vis-à-vis des sources religieuses juives authentiques. Il faut bien comprendre qu’il n’existe pas plus de lien entre le sionisme (l’État d’Israël) et la Torah…

Lire la suite

“J’ai tiré sur le fil du mensonge et tout est venu”

J’ai tiré sur le fil du mensonge et tout est venu Auteur :Général Dominique Delawarde S’appuyant sur des documents écrits provenant des archives US déclassifiées, dont nul ne peut contester la teneur ou l’authenticité , Philippe de Villiers vient de faire publier un livre sous le titre : « J’ai tiré sur le fil du mensonge et tout est venu». Il y fait apparaître le rôle «intéressé» joué par les Etats Unis et par trois personnages «complices» Robert Schuman, Jean Monnet et Walter Hallstein dans la construction européenne. Tout cela était déjà connu des initiés, mais la notoriété de l’auteur et ses sources irréfutables renforcent la crédibilité de la thèse exposée. Je vous conseille vivement la lecture de ce livre ou, à défaut, le visionnage de la vidéo de sa présentation (18 minutes) dans l’émission de Thierry Ardisson du 9 mars dernier sur le lien suivant : https://www.dailymotion.com/video/x73ug4b Le travail d’historien de Philippe de Villiers vient confirmer un constat quasi identique présenté en conférence par François Asselineau dès le 24 avril 2014, à la maison des mines à Paris. À voir sur le lien suivant : https://www.upr.fr/conferences/les-origines-cachees-de-la-construction-europeenne-2/ Cette conférence étant très longue, on retrouvera les convergences avec le livre de De Villiers à partir de 1h28′. Cette conférence de Asselineau permet de bien comprendre ce qui se passe actuellement: par exemple le projet de Traité transatlantique, la mainmise des grands groupes industriels et financiers sur la vie politique, économique et sociale du continent européen, les événements en Ukraine, l’hostilité de plus en plus manifeste de l’UE contre la Russie et le monde musulman, la soumission à Washington et à Berlin….etc Pour les non initiés, François Asselineau est le Président de l’Union Populaire Républicaine, parti politique dont les effectifs sont en très forte ascension à l’approche des élections européennes (35 000 membres…

Lire la suite

Des scientifiques russes découvrent des bactéries qui neutralisent les déchets nucléaires

Des scientifiques russes découvrent des bactéries qui neutralisent les déchets nucléaires Cette bactérie unique, découverte dans un site de stockage de déchets nucléaires en Sibérie, semble prometteuse en tant qu’outil permettant de créer une barrière naturelle contre la propagation des radionucléides. Des chercheurs de l’Institut Frumkin de physico-chimie de Moscou et du Centre fédéral de recherche en biotechnologie de l’Académie des sciences de Russie ont réussi à isoler des micro-organismes qui peuvent être utilisés pour protéger l’environnement environnant des déchets radioactifs liquides. Les scientifiques ont fait cette découverte lors d’études microbiologiques des eaux souterraines sur le site d’enfouissement des radiations profondes de Seversky, dans la région de Tomsk, en Sibérie, où sont stockés les déchets radioactifs liquides du Combinat chimique sibérien, qui fournit et retraite l’uranium faiblement enrichi en combustible nucléaire. Leurs recherches, publiées récemment dans Radioactive Waste, une revue scientifique russe, suggèrent que la bactérie est capable de convertir les ions radionucléides, y compris ceux qui se trouvent dans l’uranium et le plutonium, en formes sédentaires, empêchant ainsi la propagation des rayonnements dangereux dans le milieu environnant. Grâce à l’expérimentation en laboratoire, les scientifiques ont pu mettre au point les conditions nécessaires pour que la bactérie puisse mener à bien son travail utile. Les chercheurs affirment que leurs découvertes constituent une première étape dans la création d’une barrière biogéochimique pour les radionucléides utilisés dans les sites d’enfouissement profond contenant des déchets radioactifs liquides. La recherche sur les outils microbiologiques permettant de limiter les effets des déchets nucléaires est menée depuis les années 1980, les scientifiques du monde entier affirmant que les processus microbiens doivent être pris en compte dans les projets d’enfouissement et de stockage des déchets nucléaires qui peuvent autrement se décomposer sur une période de millions, voire de milliards d’années. Source : https://sputniknews.com/science/201810081068701682-nuclear-waste-neutralizing-bacteria/

Lire la suite

“Arrêtons le cycle du pillage et de la récompense immorale et les structures élitistes s’effondreront” — Pr. Antony C. Sutton

L’essentiel du Pr. Antony C. Sutton en versions PDF revues et corrigées par Jo Busta Lally en mars 2019 Auteur : JBL1960Lundi 18 Mars 2019 Conseil aux Gilets Jaunes et ses sympathisants : "Arrêtons le cycle du pillage et de la récompense immorale et les structures élitistes s’effondreront" Voici la conclusion de l’ouvrage (chapitre 12) "Wall Street et la montée en puissance d'Hitler" du Pr. Antony C. Sutton, qui se veut aussi être une conclusion sur son œuvre trilogique sur « Wall Street » ; le tout en gardant présent à l’esprit que ceci fut écrit par Sutton en 1977, il y a donc 42 ans !… Regardez et analysez le monde d’aujourd’hui à la lumière de ses conclusions d’il y a plus de trente ans… Sutton est l’exemple même de la véracité de la formule qui dit qu’il faut connaître le passé pour comprendre le monde d’aujourd’hui et anticiper celui de demain. Ce que l’histoire révisionniste nous apprend réellement est que notre volonté en tant que citoyens individuels à abandonner le pouvoir politique à une élite a coûté au monde environ 200 millions de vies humaines entre 1820 et 1975. Ajoutons à cela la misère non-dite des camps de concentration, des prisonniers politiques, de la suppression et de l’oppression de ceux qui essaient d’amener la vérité au grand jour.Quand cela s’arrêtera-t-il ? Cela ne s’arrêtera pas tant que nous n’agissons pas selon un axiome très simple : que le système du pouvoir ne continue que tant que les individus veulent qu’il continue et cela continuera seulement tant que les individus essaient d’avoir quelque chose pour rien. Le jour où une majorité d’individus déclarera ou agira comme s’ils ne voulaient rien du gouvernement, déclarera qu’elle s’occupera elle-même de ses intérêts et de son bien-être, alors ce jour-là les élites du…

Lire la suite

La jeune militante du climat Greta Thunberg répond à ses détracteurs

Auteur :Greta Thunberg La jeune militante du climat Greta Thunberg répond à ses détracteurs La grève de l’école de la jeune Suédoise Greta Thunberg connaît une notoriété internationale et lui vaut un certain nombre de critiques. Dans cette tribune, elle défend l’honnêteté de son engagement. Greta Thunberg est une jeune militante suédoise qui fait la grève de l’école pour alerter sur la crise climatique. Cette tribune est la traduction d’un post de sa page Facebook du 2 février 2019 dans lequel elle répond à ses détracteurs. Reporterre, dans une chronique, décrivait notamment « l’envers de ce conte de fées ». Récemment, j’ai vu beaucoup de rumeurs circuler à mon sujet et d’énormes quantités de haine. Ce n’est pas une surprise pour moi. Je sais que, puisque la plupart des gens ne sont pas conscients de la pleine signification de la crise climatique (ce qui est compréhensible puisqu’elle n’a jamais été traitée comme une crise), une grève scolaire pour le climat peut sembler très étrange aux gens en général. Permettez-moi donc de clarifier certaines choses au sujet de ma grève de l’école. En mai 2018, j’ai été l’une des lauréats d’un concours de rédaction sur l’environnement organisé par Svenska Dagbladet, un journal suédois. J’ai fait publier mon article et certaines personnes m’ont contactée, entre autres Bo Thorén, de Fossil Free Dalsland. Il appartenait à un groupe de personnes, surtout des jeunes, qui voulaient faire quelque chose au sujet de la crise climatique. J’ai eu quelques réunions téléphoniques avec d’autres militants. L’objectif était de trouver des nouveaux projets pour attirer l’attention sur la crise climatique. Bo avait quelques idées. Notamment une idée vague d’une grève scolaire (que les écoliers fassent quelque chose dans les cours d’école ou dans les salles de classe), inspirée par les étudiants de Parkland qui avaient refusé d’aller à l’école après la fusillade. J’ai…

Lire la suite

Syndrome d’Asperger : ce qu’il faut savoir pour ne plus juger

Auteur : Marie Josée Cordeau Syndrome d’Asperger : ce qu’il faut savoir pour ne plus juger L’autisme est pluriel et ses aspects assez méconnus de la population. Il en existe des formes lourdes, d’autres plus légères. Ces dernières, surtout, sont plus difficiles à distinguer pour les personnes non avisées et donnent lieu à des malentendus et de mauvaises interprétations de leurs intentions. Des réactions qui peuvent causer de vives souffrances chez les personnes autistes. Spécialiste de l’autisme, Marie Josée Cordeau nous décrit quelques aspects d’une forme d’autisme nommée communément le syndrome d’Asperger. Bien que l’autisme et le syndrome d’Asperger soient des termes de plus en plus fréquemment lus et entendus dans les médias, leur connaissance réelle demeure à un niveau embryonnaire auprès du grand public. Il est d’ailleurs très compliqué d’en donner une définition simple, englobant l’ensemble des caractéristiques autistiques. Si l’on associe le terme de maladie à l’autisme, il est plus approprié de parler d’un état d’être différent. L’autisme touche en effet toutes les sphères de vie de la personne : ses relations sociales, sa perception du monde, sa manière de communiquer et ses champs d’intérêt. L’autisme apparaît dès la naissance de l’individu et demeure avec lui tout au long de sa vie. Tout d’abord, chaque personne autiste est différente. Les autistes ne forment pas un groupe homogène : certaines personnes sont introverties, timides et réservées, et d’autres extraverties, volubiles, cherchant volontiers la compagnie des autres. Loin du cliché d’un Rain Man, demeuré la référence populaire par excellence, l’autisme est d’une grande diversité, ce qui en rend la détection et la compréhension d’autant plus complexe. D’ailleurs, de nombreux adultes actuellement sur le spectre autistique ignorent en faire partie. La grande majorité d’entre eux, ceux qui sont des adultes fonctionnels, ignorent leur affiliation à l’autisme, mais se sont toujours sentis différents et décalés par rapport à leur entourage. Image : Timothy…

Lire la suite

La vraie raison pour laquelle les globalistes sont si obsédés par l’intelligence artificielle

La vraie raison pour laquelle les globalistes sont si obsédés par l’intelligence artificielle Par Brandon Smith − Le 1er mars 2018 − Source Alt-Market.com Il est presque impossible aujourd’hui de parcourir les nouvelles du Web ou les médias populaires sans être assailli par de vastes quantités de propagande sur l’intelligence artificielle (IA). C’est peut-être une mode pour mettre fin à toutes les modes, car l’IA est censée englober presque tous les aspects de l’existence humaine, de l’économie et de la sécurité à la philosophie et à l’art. Selon les affirmations courantes, l’IA peut faire presque tout et le faire mieux que n’importe quel être humain. Et, les choses que l’IA ne peut pas encore faire, elle sera capable de le faire un jour ou l’autre. Chaque fois que l’establishment tente de saturer les médias d’un récit particulier, c’est habituellement dans l’intention de manipuler la perception du public d’une manière qui produit une prophétie auto-réalisatrice. En d’autres termes, il espère façonner la réalité en racontant un mensonge particulier si souvent qu’il sera accepté par les masses comme un fait au fil du temps. Il le fait avec l’idée que la globalisation est inévitable, que la science du changement climatique est « indéniable » et que l’IA est une nécessité technologique. Les globalistes ont longtemps considéré l’IA comme une sorte de Saint-Graal technologique pour la centralisation. Les Nations Unies ont adopté de nombreuses positions et même organisé des sommets sur la question, dont le sommet « IA pour Dieu » à Genève. L’ONU insinue que son intérêt premier dans l’IA est la réglementation ou l’observation de la façon dont elle est exploitée, mais l’ONU a aussi des objectifs clairs pour utiliser l’IA à son avantage. L’utilisation de l’IA comme moyen de surveiller les données de masse pour mieux instituer le « développement durable » est clairement inscrite à l’ordre…

Lire la suite

Les multiples méthodes de manipulation mentale …. une opération à l’échelle mondiale

Les multiples méthodes de manipulation mentale …. une opération à l’échelle mondiale Une vision “profane” ou matérialiste de la télépathie s’est banalisée après la Seconde Guerre mondiale. Tout comme de nouveaux modèles mathématiques et de nouvelles théories de la physique ont été mis à contribution pour le développement de la bombe atomique, de même de nouveaux outils ont été mis au point pour l’esprit humain. Tout comme les scientifiques de la guerre froide se sont précipités pour concevoir des moteurs de fusée et des technologies de missiles qui donneraient à leur pays la supériorité sur le champ de bataille nucléaire, les scientifiques se sont précipités pour développer des modèles toujours plus complexes et complets du cerveau humain. Ils ont littéralement commencé à voir le cerveau comme un champ de bataille mental. Dans cette course à l’acquisition de la “technologie” cérébrale de la guerre froide, on supposait implicitement que l’esprit humain pouvait être mécaniquement “modélisé” ou compris comme une construction artificielle. Le cerveau a commencé à être considéré comme une “machine à penser” ou un ordinateur complexe qui pouvait être analysé, décomposé en composantes et rétro-ingénierie. Dans ce contexte, la télépathie a commencé à être considérée comme une forme exotique de transmission par radio mentale, seulement une des nombreuses fonctions de communication exercées par la machine mentale. La communication en soi n’était pas nouvelle. Mais les techniciens ont été fascinés par la possibilité de communiquer silencieusement et secrètement, à distance. De même, la télépathie semblait offrir un moyen puissant de distraire et de confondre l’ennemi, de programmer des assassins ou d’extraire de force des informations secrètes de l’esprit d’un ennemi. Pour parler franchement, le Pentagone a commencé à voir la télépathie comme une arme multi-tâches puissante. La ruée vers la “télépathie artificielle” est devenue un programme d’armement prioritaire dans la course…

Lire la suite

Que pouvons-nous apprendre sur l’effondrement en regardant le Moyen Âge ?

Que pouvons-nous apprendre sur l’effondrement en regardant le Moyen Âge ? Le grand défi du goulot d’étranglement de Sénèque Par Ugo Bardi – Le 3 mars 2019 – Source CassandraLegacy L’idée qu’un effondrement attend notre civilisation semble gagner du terrain, même si elle n’a pas atteint le débat dans les médias. Mais aucune civilisation avant la nôtre n’a échappé à l’effondrement, il est donc logique de penser que l’entité que nous appelons « Occident » va s’effondrer, durement, dans l’avenir. Puis, comme cela est arrivé aux Romains il y a longtemps, nous allons entrer dans un nouveau monde. Qu’est-ce que ce sera ? Est-ce que ça ressemblera au Moyen Âge ? Peut-être, mais qu’était exactement le Moyen Âge ? Il se peut bien que ce soit loin d’être l’âge de la barbarie que le nom d’« âge des ténèbres » semble impliquer. Le Moyen Âge a été plus une période d’adaptation intelligente à des ressources rares. Alors, pouvons-nous apprendre de nos ancêtres médiévaux comment gérer le déclin à venir ? Lorsque les mines d’or et d’argent du nord de l’Espagne furent épuisées, à un moment du IIe siècle après J.-C., l’Empire romain perdit son principal atout : sa monnaie, l’argent utilisé pour payer les troupes, la bureaucratie, la cour, les nobles et tout le reste. Car sans argent, il n’y avait rien qui pouvait maintenir l’Empire soudé. Après le grand crash financier du IIIe siècle après J.-C., l’Empire romain d’occident s’est évanoui dans une galaxie de micro-états et de royaumes. Au 5e siècle, l’Europe entrait officiellement dans la période que nous appelons le Moyen Âge et cela allait durer environ un millénaire. Aujourd’hui, nous avons tendance à considérer le Moyen Âge comme une période de barbarie et de superstition, un âge vraiment sombre de chasses aux sorcières et de guerres de religion. Mais sommes-nous…

Lire la suite

Quelles nations s’effondreront, et lesquelles prospèreront dans les 25 prochaines années ?

Quelles nations s’effondreront, et lesquelles prospèreront dans les 25 prochaines années ? L’adaptabilité et la flexibilité sont les traits fondamentaux qui assureront la survie des nations à l’avenir. Par Charles Hugh Smith − Le 21 mai 2019 − Source Of Two Minds Qu’est-ce qui distinguera les nombreux pays qui s’effondreront et ceux qui survivront – où même prospèreront – dans les vingt-cinq prochaines années, alors que la stabilité disparaît autour d’elles ? Comme je l’explique dans mon récent livre Pathfinding our Destiny : Preventing the Final Fall of Our Democratic Republic (Éclaireurs de notre destin : pour empêcher la chute finale de notre république démocratique), les facteurs qui auront de l’importance ne sont pas nécessairement culturels ou financiers. Travailler beaucoup et être en bonne santé  ne suffira pas à protéger un pays de l’effilochement. Voici les facteurs importants pendant les 25 prochaines années : *1. La capacité à survivre à l’affrontement avec le changement non-linéaire, qui est brutal, imprédictible et systémique, à l’opposé du changement linéaire, qui est graduel, prédictible et limité par nature. Aucun des systèmes politiques courants n’est assez décentralisé et adaptatif pour survivre à l’ère non-linéaire dans laquelle nous entrons. Comme je l’expliquais dans What If Politics Can’t Fix What’s Broke ? (Que se passe-t-il si la politique ne peut plus réparer ce qui est cassé ?), les politiques fondées sur le compromis centralisé et progressif de même que les ajustements décidés par le haut sont absolument inadéquates pour traiter les perturbations non-linéaires. *2. Les nations qui ne pourront pas se débarrasser de leurs élites sclérosées chuteront, mais celles qui auront assez de volonté politique pour les jeter par-dessus bord auront les moyens de survivre et même, de prospérer alors que le statu quo s’effondre autour d’elles. Comme nous le savons tous, le problème est que des élites parasitaires…

Lire la suite

Un neurochirurgien de Harvard confirme que la vie après la mort existe

Un neurochirurgien de Harvard confirme que la vie après la mort existe Avons-nous une âme? Y a-t-il une vie après la mort? Depuis les débuts de l’histoire, la vie après la mort a été expérimentée par d’innombrables personnes qui sont revenues raconter leur histoire. Le compte-rendu le plus remarquable est celui vécu de première main par le neurochirurgien (pendant 25 ans) formé à Harvard, le Dr Eben Alexander. Ceci n’est pas juste une de ces histoires de l’au-delà qui peut être balayée d’un revers de main comme si c’était une hallucination. Avant d’examiner les détails de son expérience de l’au-delà et à quel point ils défient toute explication scientifique, explorons un peu son récit. Avant son expérience, il ne croyait pas en l’existence d’un esprit non physique. Ayant fait ses études dans le cadre de la médecine universitaire occidentale, et ses collègues médecins profondément investis dans une perspective matérielle de l’univers, il pensait que l’idée d’une âme était bizarre. Comme la plupart des « sceptiques », il croyait que les histoires de l’au-delà étaient des hallucinations ou des produits de l’imagination humaine. Le Dr Alexander a changé d’avis après avoir été dans le coma pendant 7 jours à la suite d’une méningite bactérienne sévère. Pendant son coma, il a fait l’expérience d’un voyage intense dans ce qu’il savait être l’au-delà, en visitant des espaces célestes et d’autres moins paradisiaques. Après être revenu dans son corps et avoir vécu une guérison miraculeuse contre toute attente, il a écrit le best-seller du New-York Times « La Preuve du Paradis » (Proof of Heaven). Ce que le Dr. Alexander confirme, c’est que notre vie ici ne serait qu’un test pour aider nos âmes à évoluer et à croître, et que la façon dont nous y parvenons c’est de nous comporter avec amour et compassion. Voici quelques autres remarques surprenantes…

Lire la suite

La Vérité Cachée de la Lune : La Clé de certains mystères… [?]

La Vérité Cachée de la Lune : La Clé de certains mystères… Je vous soumets le contenu d’une vidéo au sujet de notre Lune, développé par Silvano Trotta proposée par « XX », (il a certainement la crainte d’être moqué puisqu’il ne désire pas que son pseudo soit cité) qui a été interpellé par le crash de la sonde israélienne Beresheet sur la Lune. (Cette sonde est le projet d’une organisation privée et pas un programme spatial national). J’ai regardé cette vidéo (postée le 6 avr. 2019) qui donne pas mal de sources officielles, faites en autant et donnez votre avis sur ce qui est démontré/affirmé dans cette vidéo. C’est conspi et mystérieux à souhait, mais peut-être aurez vous d’autres arguments qui réfuteront en bloc ces assertions. J’hésite entre loufoque, salmigondis, farfelu, conspirationniste et…., ça pourrait être vrai!! Oui mais alors, ça pose encore plus de questions, que ça n’apporte de réponses car, s’il est vrai que depuis l’expérience US, personne n’est retourné sur notre Séléné, il y a aussi le coût faramineux en prendre en compte par ces temps de crise pour rester logique et, au delà du « reste ». J’espère que « XX » va avoir pas mal d’avis sur cette vidéo. Volti ****** Auteur Silvano Trotta. Les sources sont au dessous de la vidéo sur Youtube Si vous vous intéressez à l’ufologie, aux anciennes civilisations, à nos origines, à la Bible, voici une émission qui va vous montrer ce que l’on nous cache de la Lune depuis plus d’un siècle. Or la Lune est la clé de nombreux mystères liés à tout cela… Bon Voyage !Lire la suite

Lire la suite

Les cellulaires endommagent l’ADN radicalement plus que les lignes à haute tension

Auteur : André Fauteux Les cellulaires endommagent l’ADN radicalement plus que les lignes à haute tension ADN fragmenté de cellules ovariennes de drosophile exposée aux ondes GSM 900 MHz. © Dimitris Panagopoulos Une nouvelle étude très importante¹ résume les mécanismes impliqués dans les dommages à l’ADN causés indirectement par le rayonnement des téléphones portables. Il démontre que la variabilité extrême de l’intensité et de la forme d’onde des signaux de communication sans fil (radiofréquences de type micro-ondes) est à l’origine des effets biologiques observés. Les ondes  déclenchent l’ouverture des canaux ioniques à voltage variable des membranes cellulaires qui deviennent surchargées en calcium. Ces membranes s’ouvrent et se referment chaque fois que survient un changement supérieur à 30 % dans leur tension. Tous les effets cellulaires physiologiques sont initiés par les changements de concentrations ioniques médiés par le déclenchement de canaux ioniques. L’auteur Dimitris Panagopoulos a révisé les études effectuées par son groupe de recherche, de 2006 à 2016, et comparant les dommages génétiques causés par six différents types de champs électromagnétiques (CEM) sur les œufs de la mouche à fruits (ou du vinaigre) Drosophila melanogaster. Elle a permis de constater que les CEM des téléphones cellulaires sont plus dommageables que d’autres types de CEM, y compris les champs magnétiques des lignes électriques. Ils provoquent une plus grande fragmentation de l’ADN et étaient significativement plus bioactifs, même à des durées d’exposition beaucoup plus courtes. Les rayonnements des téléphones portables se sont même avérés encore plus dommageables que des agents chimiques cytotoxiques (nocifs pour les cellules). Alors que ces agents chimiques ne causaient des dommages qu’à certains stades du développement de l’œuf, il a été constaté que les radiations des téléphones portables provoquaient des dommages à TOUS les stades du développement de l’œuf et des mutations de l’ADN héréditaires qui pouvaient être transmises à…

Lire la suite

Gollnisch fait ses adieux au Parlement européen en y dénonçant la “dynamique perverse et luciférienne” qui y règne

Laissé pour compte par Marine Le Pen qui n’en a plus voulu sur sa liste pour les élections européennes du 26 mai prochain, Bruno Gollnisch a fait ses adieux au Parlement européen. Non sans un dernier discours dénonçant la "dynamique de groupe perverse, prométhéenne, luciférienne" qui s’est développée dans cette institution européenne.

Lire la suite

Docteur Richard Moskowitz, médecin depuis plus de 50 ans: L’hystérie actuelle au sujet de la rougeole ne repose nullement sur la science ; il s’agit de « scientisme », d’une foi quasi religieuse dans les vaccins

Le Dr Richard Moskowitz est médecin depuis 1967. Il a fait ses études à Harvard en sciences biochimiques et a reçu son diplôme de médecin à l’Université de New-York en 1963. Après avoir fait un graduat en philosophie à l’Université du Colorado, il a effectué un stage à l’hôpital St. Anthony de Denver. En 2015, lorsque la première hystérie au sujet de la rougeole a éclaté dans les médias, le Dr Moskowitz a eu la gentillesse de nous autoriser à publier son article : The Case against immunizations qui reste l’un de ses écrits les plus brillants sur le sujet que nous ayions jamais publié. Pour réaliser ce travail, le Dr Moskowitz s’est, bien entendu, appuyé sur ses connaissances du sujet comme sur des décennies de pratique de la médecine clinique.

Lire la suite

“Je suis gendarme et j’ai décidé de parler…”

Dans les jours qui viennent de s’écouler, des gradés de la police ou de la gendarmerie ont pris publiquement la parole. Alors que le colonel de gendarmerie Michael Di Meo a par exemple reconnu en termes pesés l’existence « de violences policières » contre les GJ, le directeur de la police nationale Eric Morvan n’a pas tardé de justifier l’action des CRS contre les manifestants. La troupe elle, par discipline forcée a gardé jusque là le silence. Pour une des toutes premières fois, nous publions ici l’ITV que nous a adressée un simple gendarme qui porte l’uniforme depuis plus de 17 ans. Comme il nous l’a demandé, nous avons évidemment décidé de respecter totalement son anonymat, pour lui éviter les foudres d’une hiérarchie qui n’accepte pas que la parole puisse prendre la liberté de s’exprimer.

Lire la suite

Un Israélien emprisonné car il refuse de faire son service militaire et d’opprimer les Palestiniens

Ci-dessous la déclaration de Roman Levin, un jeune Israélien de 19 ans qui vient d’être incarcéré pour la deuxième fois car il refuse de continuer à faire son service militaire. Il ne veut plus cautionner l’occupation et participer à l’oppression des Palestiniens : "Je m'appelle Roman Levin, j'ai 19 ans et j'habite à Bat Yam. J'ai servi dans l'armée pendant plus d'un an et je refuse de continuer à servir. Mon refus est un acte de protestation et de solidarité contre l'occupation de la Cisjordanie qui dure depuis plus de 50 ans et le blocus de la bande de Gaza.

Lire la suite

En marche vers la dictature numérique…

Désormais, vous serez tous notés, vos comportements seront observés, étudiés dans toutes sortes de domaines... situation financière, habitudes de consommation, carrière professionnelle, comportement sur les réseaux sociaux. Vous serez sans cesse surveillés par des caméras intelligentes, à reconnaissance faciale, capables de mettre une identité sur un visage. Non, ce n'est pas un film de science-fiction : en Chine, c'est déjà une réalité. Et les Chinois l'acceptent, comme le montre un reportage diffusé lors du journal de 20 heures, sur France 2, le mercredi 24 avril.

Lire la suite

Un camouflet de douze millions

Le Grand Débat de Macron, qui a duré six mois, a coûté 12 millions d’euros. Il avait été précédé par une annonce pour une fois tenue: ce débat aura lieu, avait-il été dit, mais le cap ne changera pas. Pour une fois qu’un président de la République honore sa parole, saluons son honnêteté. Ce prétendu débat avec des interlocuteurs choisis et triés sur le volet par les préfectures a bien eu lieu; il a généré des dizaines d’heures de monologues que les chaines d’informations ont diffusé et commenté avec gourmandise, idem avec les quotidiens et les magazines qui s’en sont repu; aucune instance de régulation genre Conseil Supérieur de l’Audiovisuel n’a imaginé une seule seconde que ce temps de parole devrait entrer dans le décompte du temps alloué aux partis lors de la campagne pour les élections européennes. Ce président qui avait stigmatisé les présidence bavardes de ses prédécesseurs est en train de les enfoncer comme jamais.

Lire la suite

France et démocratie : le peuple souverain est interdit (I)

Après l’allocution de Macron, ce jeudi 25 avril 2019, ce qu’on savait déjà a été confirmé: hors de question de changer de cap, pour la simple raison que seuls les élus qui « représentent » le peuple savent ce qui est bien pour lui; ce qu’ils font est bien et ils vont continuer à faire ce qu’ils font, en accélérant même le mouvement! « Je ne veux pas affaiblir la démocratie représentative », martelait Macron, car elle est bonne (« pour nous autres les élus de l’oligarchie qui s’est emparée du Pouvoir en dépouillant le peuple de sa souveraineté constitutionnelle, grâce au système du suffrage universel qui m’a permis personnellement d’être élu président avec 28% des voix de tous ceux qui sont inscrits sur les listes électorales »)…

Lire la suite

Les Gilets Jaunes sont-ils des fous à écarter, ou la chance de la France ?

Effrayant Nouvel Ordre Mondial, hyper technique, inhumain, barbare ! Chaque jour il s'étend un peu plus, partout, jusque dans les moindres recoins, même reculés, même dans un hameau loin de tout. Ayant pressenti que la France allait sombrer dans la dictature, pour le plaisir du CRIF et le dégoût entre autres, des intellectuels, je l'ai quittée voici quatre ans, juste après le crime d'Etat contre Charlie Hebdo. Et j'ai choisi dans un pays hispanique, un hameau à l'ancienne, sans Internet mais avec des bergers, des éleveurs, des agriculteurs - et la solidarité : "Nous sommes une grande famille", me dit une voisine lors de mon arrivée.

Lire la suite

La force de l’existence

Les temps sont difficiles pour les patriotes actifs des deux côtés de l’Atlantique. En effet, le rouleau compresseur des diverses chartes onusiennes et la pression des grandes multinationales font en sorte que les prérogatives des états nationaux se réduisent, chaque jour, en peau de chagrin. Il y a péril en la demeure et c’est le cas de le dire. L’historien Dominique Venner s’épanche longuement dans son essai, intitulé « Un samouraï d’Occident », sur les causes du déclin de l’Europe et de la civilisation helléno-chrétienne. D’après lui, l’inéluctable déclin de notre civilisation serait dû, d’entrée de jeu, à la perte de ce qui constituait la substantifique moelle de notre éthos collectif. La charpente de nos mœurs et de nos valeurs spirituelles aurait été endommagée par une sorte de suicide collectif : un phénomène s’appuyant, non seulement sur l’hubris débridée de nos élites, mais tout autant sur l’effondrement d’une sagesse populaire qui puisait à une tradition plurimillénaire. Nous aurions perdu les bornes qui contenaient les menaces qui s’appesantissent sur nos sociétés déboussolées au moment de composer ces quelques lignes.

Lire la suite

Le point de bascule : les Gilets jaunes sont en train de gagner, et ensuite ?

Le week-end dernier , l’Acte XXIII a marqué un tournant décisif dans la bataille que se livrent les Gilets jaunes et l’État français depuis cinq mois. L’incendie de Notre-Dame a mis en lumière un changement stratégique de l’opinion publique qui s’est produit au cours de l’hiver, et toutes les évolutions sont à l’avantage des Gilets jaunes. Tandis que les glaciaux mois d’hiver et leur grisaille menaçante nous ont seulement permis d’apercevoir deux parties égales s’affrontant dans la semi-obscurité, l’avènement du printemps et sa lumière claire révèle comment les Gilets rassemblent des forces de réserves dans toute la France, et comment, maintenant, ils progressent lentement à Paris aussi. Le spectacle de la police française cernant Notre-Dame et refusant son accès à sa propre population illustre d’ailleurs de façon frappante ce que l’État cherche à nier. Après tout, ce genre de monuments est l’incarnation par laquelle les États démontrent leur lien avec la population, leur légitimité et leur puissance.

Lire la suite