L’organisation ésotérique qui gouverne le monde : le projet Gaza

28/12/2023 (2023-12-28)

Une association inattendue entre les hypothétiques délibérations secrètes du Sommet de la franc-maçonnerie britannique (et de la haute finance internationale) et les choix génocidaires de Netanhyahu

[Source : theinteldrop.org via numidia-liberum]

Par Claudio Resta

Préambule

Nous ne devons jamais oublier que l’auteur des story-boards des premiers films de 007 était le véritable agent secret de la Seconde Guerre mondiale Ian Lancaster Fleming (1908-1964), qui est devenu par la suite un écrivain britannique, surtout connu pour sa série de romans d’espionnage d’après-guerre James Bond.

Fleming est issu d’une famille aisée liée à la banque d’affaires Robert Fleming & Co. et son père fut député de Henley de 1910 jusqu’à sa mort sur le front occidental en 1917. Éduqué à Eton, Sandhurst et, brièvement, aux universités de Munich et de Genève, Fleming occupe plusieurs emplois avant de commencer à écrire.

Alors qu’il travaille pour la division britannique du renseignement naval pendant la Seconde Guerre mondiale, Fleming participe à la planification de l’opération Goldeneye ainsi qu’à la planification et à la supervision de deux unités de renseignement : 30 Assault Unit et T-Force. Fleming travaille également avec le colonel « Wild Bill » Donovan, représentant spécial du président Franklin Delano Roosevelt pour le renseignement et créateur de l’OSS (Office of Strategic Services), le service de renseignement américain qui, après la guerre, deviendra la CIA. En 1941-42, l’amiral Godfrey charge Fleming de superviser la préparation de Goldeneye, un plan visant à préserver un réseau de renseignements en Espagne en cas d’invasion allemande.

Le projet comprend également la mise en œuvre d’opérations de sabotage. Fleming a puisé dans son service en temps de guerre et dans sa carrière de journaliste une grande partie du contexte, des détails et de la profondeur de son roman James Bond.

Il y a une certaine vérité intérieure au cœur de ses fictions (comme l’existence à l’époque d’une organisation secrète fictive telle qu’un Spectre derrière lequel on peut voir la maçonnerie) et, plus récemment, d’un concept secret similaire comme l’État profond ou le gouvernement de l’ombre.

La déclaration Balfour est une déclaration publique publiée par le gouvernement britannique en 1917, pendant la Première Guerre mondiale, annonçant son soutien à l’établissement d’un « foyer national pour le peuple juif » en Palestine, qui était alors une région ottomane avec une petite minorité de population juive.

La déclaration était contenue dans une lettre datée du 2 novembre 1917, adressée par le ministre des Affaires étrangères du Royaume-Uni, Arthur Balfour, à Lord Rothschild, un dirigeant de la communauté juive britannique, pour qu’il la transmette à la Fédération sioniste de Grande-Bretagne et d’Irlande. Le texte de la déclaration a été publié dans la presse le 9 novembre 1917.

Immédiatement après la déclaration de guerre à l’Empire ottoman en novembre 1914, le cabinet de guerre britannique a commencé à réfléchir à l’avenir de la Palestine ; dans les deux mois qui ont suivi, un membre sioniste du cabinet, Herbert Samuel, a fait circuler au sein du cabinet un mémorandum proposant de soutenir les ambitions sionistes afin d’obtenir l’appui des Juifs dans la guerre au sens large.

En avril 1915, le Premier ministre britannique H. H. Asquith crée une commission chargée de déterminer la politique à suivre à l’égard de l’Empire ottoman, y compris la Palestine. Asquith, qui était favorable à une réforme de l’Empire ottoman après la guerre, a démissionné en décembre 1916 ; son remplaçant, David Lloyd George, était favorable à la partition de l’Empire. Les premières négociations entre les Britanniques et les sionistes ont eu lieu lors d’une conférence le 7 février 1917, à laquelle participaient Sir Mark Sykes et les dirigeants sionistes.

Les discussions qui ont suivi ont conduit Balfour à demander, le 19 juin, à Rothschild et à Chaim Weizmann de soumettre un projet de déclaration publique. D’autres projets ont été examinés par le cabinet britannique en septembre et octobre, avec la participation de juifs sionistes et antisionistes, mais sans représentation de la population locale en Palestine.

Article

Je ne suis ni franc-maçon ni expert en arts occultes.

Mais il y a quelques jours, alors que j’enquêtais sur le symbolisme complexe de la mise en scène de la mort d’un éminent banquier italien, Roberto Calvi, mort mystérieusement à Londres en 1982, je suis tombé sur un symbole qui pourrait être lié non seulement à ce meurtre, mais aussi à ce qui se passe à Gaza aujourd’hui. À mon avis, il s’agit sans aucun doute d’un symbole maçonnique. C’est vraiment la sérendipité à son meilleur !

Permettez-moi de mentionner brièvement l’importance extrême de cette affaire non résolue, qui pourrait sembler insignifiante aux jeunes lecteurs. Alors que l’action de Calvi a été la base financière du mouvement Solidarność et du changement de régime en Pologne en 1982/89, de la chute du mur de Berlin et de la fin de l’Union soviétique, si cela ne vous semble pas suffisamment important, c’est uniquement parce que cela a été rapidement oublié par le mainstream et ses célébrations d’anniversaire inopportunes…

Avec 1,3 milliard de dollars américains de 1982 disparaissant on ne sait où, peut-être dans les poches de la mafia et provenant des fonds de l’Église catholique et offerts par le pape lui-même, alors le Polonais Jean-Paul II, pour libérer la Pologne du joug soviétique, par l’intermédiaire du cardinal Paul Casimir Marcinkus, né aux États-Unis, ce qui a également provoqué la faillite de l’une des plus grandes banques italiennes ! Pour l’histoire du monde, je crois que c’était un meurtre bien plus important que celui de JFK, à mon avis. Dès que je le pourrai, j’écrirai également un article sur la mise en scène de la mort de Calvi.

Cependant, désolé, ce n’est pas ce que je voulais écrire maintenant, mais ce qui se passe aujourd’hui à Gaza, qui curieusement a quelques liens avec le symbolisme mis en scène à l’occasion de la mort de Roberto Calvi, dont je n’ai pris connaissance que maintenant.
Je ne suis pas un habitué des choses occultes, néanmoins ce que j’ai découvert est trop important pour être gardé sous silence, que sa véracité pour le monde du secret maçonnique soit admise ou non.
Alors si je me trompe, vous en jugerez par vous-même…
Pardonnez-moi si je m’exprime de manière aussi alambiquée, mais ces vérités occultes sont très ambiguës et troubles, en cours d’élaboration et toujours prêtes à être démenties et/ou confirmées juste au coin de la rue.

Le River Passage [Le passage de la rivière] (également appelé Bridge Passage [Le passage du pont]) est l’un des points clés de la spiritualité maçonnique britannique.

Pour éviter toute erreur, je vais maintenant citer textuellement des passages d’un érudit occulte italien faisant autorité, Daniele Mansuino : https://www.riflessioni.it/esoterismo/simbolo-massonico-passaggio-del-fiume_01.htm

Citation d’un érudit

« Comme beaucoup d’autres symboles que nous avons abordés, mais peut-être plus clairement que d’autres, il peut se référer à la fois au projet de transformation sociale dont la franc-maçonnerie a été le protagoniste au cours des siècles, et au discours de l’évolution intérieure du franc-maçon…

La traversée du fleuve est un épisode survenu lors du retour des Juifs de la captivité babylonienne, c’est-à-dire de leur déportation massive à Babylone, qui a eu lieu en 597 av. C. à l’époque de Nabuchodonosor II et s’est achevée en 539 avec Cyrus le Grand (il en est question dans II Rois et II Chroniques, dans les livres d’Esdras et de Néhémie, dans divers Psaumes et dans divers livres prophétiques). Un mythe corollaire important est celui des Tribus perdues [auquel Daniele Mansuino a consacré un article spécifique], observant entre autres qu’en réalité, aujourd’hui, les Juifs qui se reconnaissent comme tels déclarent qu’ils descendent des douze Tribus, et donc qu’aucune ne semble avoir été perdue ; cependant, la supposition que la quasi-totalité du peuple juif a disparu mystérieusement, à l’exception d’un petit reste, a une forte valeur symbolique — elle implique, entre autres, une forte concentration d’énergie dans les personnes des survivants, et donc leur possibilité d’avoir un impact plus profond sur l’histoire du monde.

La première chose que firent les vétérans de la captivité, dès leur retour en Terre sainte, fut de reconstruire le temple de Salomon, que les ennemis avaient détruit ; dans le contexte de l’exégèse chrétienne, cette seconde édification était associée à la seconde révélation, celle apportée par Jésus pour corriger et compléter la loi de Moïse.

Par la suite, on a également fait correspondre la seconde édification à la seconde venue du Christ, qui devait avoir lieu à la fin des temps — et comme une édification est un processus qui se déroule progressivement, les exégètes du texte biblique ont commencé à y entrevoir des indications sur les faits historiques qui auraient dû se produire pour la préparer, exerçant ainsi une puissante influence subliminale sur la politique européenne (nous avons rapporté ailleurs comment une contribution importante et généralement méconnue à ce débat a même été apportée par Christophe Colomb, avec son Livre des Prophéties). Plus ou moins dans les mêmes années, c’est-à-dire au début du XVIe siècle, Luther a identifié la captivité babylonienne dans le joug que les chrétiens devaient subir de la part de l’Église catholique dévoyée, et la seconde édification dans la Réforme ; et toujours à la même époque, diverses hypothèses concernant la signification des deux édifices se sont également répandues dans la spiritualité juive.

Dans l’exégèse juive comme dans l’exégèse chrétienne, le second avènement du Messie (quel qu’il soit) devra se manifester en présence d’un immense rassemblement : ce sera pour les juifs le Rassemblement des Exilés — ou la réapparition des Dix Tribus perdues — et pour les chrétiens le Jugement dernier. Note : sur la base du projet de l’organisation ésotérique qui domine le monde [dont Mansuino a longuement parlé dans ses articles et ses livres], ces deux images peuvent être considérées comme des préfigurations de l’Amalgame.

À cet égard, il convient de noter que, sauf exception, les diverses interprétations sur le sens de la Seconde Édification ne se sont pas contredites : en effet, chrétiens et juifs partageaient l’idée que les Écritures contenaient les modèles (ou types, ou figures) de la manière dont l’action divine se manifeste dans l’histoire humaine, et que ces modalités pouvaient s’appliquer à un grand nombre d’événements différents. Ainsi, par exemple, la captivité à Babylone était une figure de la captivité en Égypte, qui était à son tour une figure de la chute d’Adam dans le monde des formes, dominé par les démons : ce n’est pas un hasard si l’un des épithètes par lesquels Samaël, le Diable de la Qabbale, était désigné était Pharaon.

Sur la base de cette mentalité, les différentes interprétations de la Seconde Édification, au lieu de se contredire, se sont influencées mutuellement ; il y a également eu une grande osmose de symboles de l’une à l’autre, ce qui a fortement contribué à créer une vision syncrétique (au moins sur certains concepts principaux) de ce qui allait arriver au monde dans les derniers temps.


À partir de 1717, la franc-maçonnerie britannique a hérité de l’immense masse d’Améliorations au degré de Fellow Craft que la tradition fait naître de la rencontre entre les Templiers et les francs-maçons dans l’Écosse du XIVe siècle. Elles étaient basées principalement sur la lecture de pages importantes de l’Ancien Testament, revisitées dans une clé gnostique et appliquées au symbolisme de la maçonnerie opérative.

Dans divers livres et articles, nous avons illustré comment cet héritage représentait à la fois un trésor précieux et une source d’embarras pour la franc-maçonnerie. En effet, les Améliorations constituaient sans aucun doute un instrument puissant pour diriger (tant au niveau politique et culturel qu’au niveau des opérations magiques) l’action de la franc-maçonnerie dans le monde ; mais c’est précisément pour cette raison qu’il était nécessaire que leur contenu soit contrôlé par une autorité centralisée et que leur pratique ne soit pas laissée à la discrétion des Loges individuelles. La Grande Loge Unie d’Angleterre ?

S’agit-il des vraies armes sur la bague du méchant 007 ?

D’innombrables et complexes événements se sont développés à partir de ce problème — et nous les avons également discutés, en opposant une interprétation plus profonde de l’histoire de la franc-maçonnerie à celle (encore répandue) qui ne voit dans ses vicissitudes qu’un reflet de l’histoire profane.

Cette dernière, lorsqu’elle parle de la franc-maçonnerie, aurait intérêt à prendre en compte toutes ses composantes — au lieu de cela, par exemple, dans l’historiographie maçonnique telle que nous l’avons connue jusqu’à présent, nous constatons que les composantes économiques sont complètement ignorées, contribuant à alimenter la légende qui voit dans la franc-maçonnerie une émanation du pouvoir bourgeois (nous ne pensons pas qu’il soit de notre ressort de corriger cette erreur assez absurde, et d’ailleurs nous n’aurions ni l’autorité ni les moyens de le faire. Espérons simplement que le XXIe siècle nous fera le cadeau d’une génération de meilleurs historiens de la franc-maçonnerie).

Mais ce n’est pas seulement la composante économique qui est négligée : plus encore, et de façon beaucoup plus inexplicable, la composante ésotérique est minimisée…

Voyez-vous une analogie entre les deux événements, le biblique et l’américain ?

Parmi les événements qui entourent la Seconde Édification, la Traversée du Fleuve représente un point crucial, car c’est le moment où les futurs reconstructeurs du Temple retournent en Terre sainte : en d’autres termes, elle configure leur reconnexion aux courants que le Premier Temple (c’est-à-dire la Seconde Loge) a développés, et qu’ils auront la tâche de traduire en un nouveau courant, dont les caractéristiques seront adaptées à l’interaction avec le monde profane.

Description par Daniel du rêve du roi et de sa résolution (extrait de Daniel : 2)

il n’est pas important de savoir si le pont en question passe entre un quai et un navire, ou d’une rive à l’autre d’un fleuve : c’était un pont, et (les enfants d’Israël) devaient le traverser pour continuer leur voyage de retour. Certains pensent qu’il s’agissait d’un gué de pierres, que l’on traversait en sautant de l’une à l’autre.

Selon le rituel des Harodim, à partir du pont utilisé par les Juifs pour traverser le fleuve, les enfants d’Ephraïm prenaient ensuite douze pierres pour fabriquer deux piliers : l’un était placé le long d’un ruisseau, l’autre dans un champ de maïs.

L’explication traditionnelle de ce conte étrange part de l’idée que le retour des Juifs en Terre sainte avait créé les conditions de la naissance de la Franc-maçonnerie ; les Piliers y sont idéalement assimilés aux Deux Colonnes, qui représenteraient dans ce cas l’une la subsistance de l’institution maçonnique au-delà du flux de l’espace-temps, l’autre l’émergence de la Franc-maçonnerie dans le Champ du Seigneur, c’est-à-dire au centre de la spiritualité chrétienne. Le rêve du Roi n’est pas celui rapporté par la Bible, mais — comme Daniel parvient à le deviner — un grand Lion tapi devant votre lit, prêt à vous dévorer, vous et votre maison.

Lorsque Daniel le lui décrit, le roi se lève brusquement de son canapé ; il admet avec stupéfaction que c’était bien son rêve et demande ce qu’il signifiait.

Le Camerlengo (c’est-à-dire l’Officier de la Loge qui parle au nom de Daniel/Candidat, comme c’est généralement le cas dans les passages aux améliorations britanniques) lui dit alors qu’il s’agit du Lion de la Tribu de Juda, qui le dévorera s’il ne permet pas aux Enfants d’Israël de retourner à Jérusalem.

Il faut donc que le roi livre cet homme à Tatnaï, gouverneur de cette rive du fleuve, et que Tatnaï le transmette à Shethar Boznaï et à ses compagnons de l’autre rive du fleuve, et que Shethar Boznaï le ramène à Jérusalem pour qu’il lui fasse miroiter la promesse d’un ouvrier de marque.

Le roi approuve la demande de Daniel, ajoutant qu’il aura des céréales, du vin, de l’huile et du sel pour sa subsistance lorsqu’il aidera à reconstruire le temple et la ville sainte qui sont maintenant en ruines, et qu’il fera comme ses ancêtres l’ont fait avant lui.

Ailleurs, ce n’est pas Daniel qui joue le rôle de Daniel, mais un personnage appelé Gobraim, qui fait partie d’un groupe de prisonniers attachés par des cordes très serrées, qui appartiennent à la tribu de Juda.

Peut-être parce qu’ils sont attachés, ils n’osent pas intimider le roi par une menace : leur explication du rêve est simplement que les enfants d’Israël doivent retourner chez eux à Jérusalem, pour reconstruire le Temple et les tombes saintes qui gisent maintenant en ruines.

Le roi avait promis que celui qui serait capable d’interpréter le rêve serait vêtu de pourpre et d’écarlate, recevrait un bracelet d’or et serait hissé sur le cheval du roi, il serait conduit dans les rues et les hérauts annonceraient son nom ; les prisonniers, eux, refusent ces honneurs et préfèrent partir tout de suite pour la Terre sainte. »

Pour étayer mon hypothèse d’un exode forcé par Tsahal de Palestiniens aux pires mauvaises manières, soutenu par le Royaume-Uni, peut-être par la City de Londres… depuis le 7 octobre, l’action du Hamas au sein du gouvernement britannique a donné lieu à une activité militaire secrète massive (opérations spéciales). En tant que bras armé de la Grande Loge d’Angleterre, je suppose :

https://new.thecradle.co/articles/secrecy-shrouds-british-military-actions-in-lebanon

« Il faut vivre de manière dangereuse »

(Friedrich Nietzsche)

Enfin si quelque chose de désagréable m’arrivait, au moins vous sauriez qui l’a commandité ! Claudio Resta

Bien évidemment l’article ci-dessus ne remplace pas celui ci-dessous, mais le complète avec une vision à plus large spectre :

https://www.vtforeignpolicy.com/2023/12/the-true-Purposes-of-the-state-terrorism-of-israel-against-the-gaza-strip-people/embed/#?secret=fAdZSpDmnn#?secret=jVBzcTXJUh

https://www.vtforeignpolicy.com/2023/12/eyes-wide-shut/embed/#?secret=EVYk3JN4VY#?secret=9VuijxXrwr

Claudio Resta est né à Gênes, en Italie, en 1958, il est un citoyen du monde (Spinoza), un philosophe non conformiste et un expert interdisciplinaire, et un artiste aussi.

Il a grandi dans une famille de scientifiques où de nombreuses sciences étaient représentées, de la philosophie à la psychanalyse, de l’économie à l’histoire, des mathématiques à la physique, et où ces sciences étaient exposées publiquement par les membres de la famille experts en la matière, et où tous ceux qui en faisaient partie pouvaient participer à un dialogue/débat familial public sur ces sujets s’ils le souhaitaient. Lire la bio complète

image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

S’abonner à la discussion
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires