Appel à la désobéissance civile

Appel à la désobéissance civile

06/03/2021 (2021-03-06)

[Source : liberanos.eu]

1793 personnes ont signé l’appel.

Sommaire

Signer

[Aller sur le site de liberanos.eu pour signer :]

Les signataires

Voir les signataires

L’appel

Mesdames,

Messieurs les Ministres, membres des conseils scientifiques, ministres-présidents et autres « décideurs »,

Par la présente, nous vous informons que nous avons désobéi, que nous désobéissons et que nous désobéirons encore.

Nous désobéirons encore parce que nous ne pouvons pas rester cloîtrés chez nous sans juste motif. Nous avons besoin de respirer sans peur et sans masque l’air plus pur de nos campagnes et celui pollué de nos villes. Nous demeurons, plus que jamais, dans le besoin d’entourer nos parents et grands-parents, d’embrasser et câliner nos enfants et petits enfants, d’enlacer et soutenir nos frères, nos sœurs, nos amis.

Nous ne nous arrêterons plus de chanter, de crier, de rigoler et d’aimer. Nous désobéirons encore parce que nous n’accepterons jamais que vous déclariez dangereuses et hors la loi les joies de la vie, les rencontres, les fêtes familiales et culturelles.

Nous nous engageons à ne pas mettre en danger la vie des autres, au contraire, nous respecterons des règles d’hygiène fondamentales à la vie en société, nous renforcerons notre immunité collective, sans devenir fous d’angoisse, ce qui comme vous le savez affaiblirait notre santé et celle d’autrui.

Nous continuerons à aider nos parents « vulnérables », nos proches, et aînés, à ne pas mourir de solitude ; nos femmes et nos enfants à ne pas être victimes de violence intrafamiliale, qu’elle soit physique, morale ou psychologique. Nous continuerons à faire découvrir en premier nos visages à nos nouveau-nés.

Nous avons décidé de désobéir parce que nous côtoyons chaque jour des femmes et des hommes extrêmement anxieux face à cette « nouvelle » maladie, et qui, parfois, ont souffert, eux-mêmes ou leurs proches. Nous respectons notre prochain et comprenons parfaitement leur légitime désarroi. Mais nous ne mourrons pas par peur de vivre. Nous prônerons le dialogue, ainsi que le bon sens. Nous sommes conscients que, parmi nos semblables, nombreux sont ceux qui doutent et ont, par conséquent, eux aussi, transgressé quelques interdits. A bout de souffle, il n’y a que ces « écarts » qui nous permettent une certaine forme de survie.

D’autant plus que les « flagrants délits » sont les vôtres en premier.

Nous désobéirons encore parce que nous ne supportons plus vos incohérences, vos mensonges, votre manque d’empathie, votre intolérance, votre censure et votre refus de répondre aux questions légitimes, votre manque de transparence et hostilité à tout débat démocratique.

Quand l’état que vous pilotez infantilise et condamne des pans entiers de sa population, qu’il conduit nos aînés, nos commerçants, nos restaurateurs, nos artisans, nos artistes, nos coiffeurs, nos étudiants, nos jeunes et leurs familles, à la ruine, à la misère, à la rue et au suicide !

Quand cet état s’érige en donneur de leçons, en sauveur, alors qu’il a détruit et détruit encore nos services publics, qu’il étrangle nos hôpitaux et nos soignants par des décennies de coupes budgétaires. Et un an de crise sanitaire n’a vu aucune amélioration de leur situation.

Alors que l’État se prétend à la hauteur de la situation, nous demeurons dubitatifs : où étiez-vous donc quand il aurait fallu agir contre ce qui nous rend malades ? … Les polluants qui saturent nos poumons, la malbouffe qui détruit notre santé au quotidien, le travail toujours plus abrutissant voué au bien-être des actionnaires, les écrans et jouets connectés qui nous empêchent de penser ? Vous allez maintenant nous faire croire que vous vous souciez du bien commun ?

Nous désobéirons encore parce que nous ne croyons pas aux coûteux remèdes miracles sortis des boites de Pandore des firmes pharmaceutiques, en lice pour celle qui touchera le pactole en premier, alors que ces multinationales se protègent préventivement contre les effets secondaires d’un vaccin que l’État nous vend comme inoffensif, tout en avouant qu’il ne sait même pas s’il nous protège.

Nous rejetons l’arrogance de ceux qui gèrent une maladie nouvelle à coup de protocoles d’interdictions et bannissent toute autre option, alors que l’absence de débat est flagrante et la censure sévit sans vergogne.

Nous pensons que l’écoute respectueuse d’opinions divergentes, tout comme les compétences acquises par les praticiens de terrain, l’utilisation de remèdes anciens, bon marché, la recherche indépendante et le débat public permettraient de gérer et d’anticiper de futurs développements de cette maladie, mais aussi de « sauver des vies » et d’éviter les « dégâts collatéraux », pour employer le vocabulaire guerrier que certains parmi vous affectionnent… Nous savons que nous avons une probabilité de 99 % de mourir d’un cancer, d’une maladie cardiovasculaire, cérébrovasculaire, et même, pourquoi pas, de vieillesse plutôt que de ce virus.

N’oublions pas ce qu’a répété toute sa vie Albert Jacquard, ce grand humaniste, généticien et biologiste français, mort en 2013 des suites d’une leucémie (époque où l’on pouvait mourir d’autre chose que du virus SARS-CoV-2…) : « Je suis les liens que je tisse avec les autres. Les autres ne sont pas notre enfer parce qu’ils sont autres ; ils créent notre enfer lorsqu’ils n’acceptent pas d’entrer en relation avec nous ».

Nous désobéirons donc pour ne pas être contaminés par votre enfer, vos muselières, vos anathèmes, vos diktats et vos discours relayés servilement par des médias aux ordres. Nous désobéirons pour que le monde de demain ne soit pas pire que celui d’avant et, surtout, qu’il soit meilleur, juste et décent, respectueux de la Terre et de tout ce qui y vit.

Nous appelons à boycotter tous ceux qui nous méprisent et nous précarisent sans complexe. Nous souhaitons vivement rendre la désobéissance contagieuse pour qu’ensemble nous prenions conscience de notre pouvoir de guérison. Que nous décidions ensemble de notre avenir commun, par des mesures prises en respectant les droits et nos institutions démocratiques, et non en les bafouant à coup d’état d’exception et autres.

Si l’argent et le pouvoir sont vos moteurs, les nôtres sont la liberté, ainsi que le droit, dans le respect du bien commun.

Comme le citait avec tant de justesse l’auteur Frédéric Gros, « À partir du moment où on obéit comme des machines, désobéir devient un acte d’humanité ».

Télécharger l’appel au format pdf.

Politique de confidentialité

Les données collectées par liberanos.eu sont celles du formulaire plus la date et la langue dans laquelle vous avez signé l’appel.

Votre adresse IP n’est pas collectée, ce site ne fait utilisation ni de liens cachés vers d’autres sites ni de cookies (à l’exception des cookies techniques indispensables au fonctionnement du formulaire qui seront supprimés après votre signature ou quand vous fermez votre navigateur).

Votre prénom, nom, titre et pays seront visibles dans l’affichage des signataires de la pétition.

Ces données ne seront utilisées d’aucune autre façon, ni cédées, ni divulguées à aucun tiers. En particulier vous ne recevrez aucun courriel de liberanos.eu, sauf celui pour confirmer votre signature et, si et seulement si vous avez marqué votre accord, la lettre d’information.

Ces données seront détruites lors de la clôture éventuelle de l’appel.

Si vous avez donné votre accord pour être abonné à la lettre d’information du Collectif, seule votre adresse courriel sera utilisée pour cet usage. Votre adresse ne sera pas divulguée, à aucun tiers. À tout moment, vous pourrez vous désabonner de cette lettre : dans ce cas, votre adresse sera définitivement effacée du système d’envoi de la lettre.

Appel à dons

Pour les dépenses déjà engagées (ce site web, son hébergement et le nom de domaine) et celles à venir, nous avons besoin de votre aide (le site étant notre propriété et ayant soigneusement choisi l’hébergeur, nous avons mis toutes les chances de notre côté pour ne pas être censurés). Par la suite, si l’appel se propage et que nous devenons un collectif défini autour de cet appel à la désobéissance, il y aura d’autres frais (diffusion, promotion, etc.). Il est probable que nous organiserons des actions, mais aussi que nous serons amenés à défendre certaines personnes.

Voir le bilan des dons reçus et de nos dépenses.

Notre compte bancaire dédié où verser les dons :
Francis Leboutte, IBAN : BE62 0636 9084 6361 (BIC : GKCCBEBB).

En savoir plus

En Français

Collectif Transparence-Coronavirus pour l’objectivité de l’information et la liberté thérapeutique (Belgique)

docs4opendebate.be (Belgique) :

« Nous demandons ici un débat ouvert, où tous les experts sont entendus sans aucune forme de censure… Nous plaidons pour l’arrêt immédiat de toutes les mesures et demandons le rétablissement immédiat de notre gouvernance démocratique normale et de toutes nos libertés civiles ».

Notre Bon Droit (Belgique) :

« Assurer nos droits aujourd’hui et demain »

La page covid du mpOC-Liège (Belgique) :

« La sélection d’articles et de vidéos ci-dessous a pour objectif objectif d’apporter un éclairage différent de celui monomaniaque du gouvernement et des médias dominants et ainsi de nourrir la pensée et le débat ».

Réaction19 (France) :

« Notre association a pour objet la défense de vos droits suite aux mesures prises par les autorités françaises et par l’Union européenne voire par les autorités mondiales pour lutter contre la pandémie de la Covid-19 ».

RéinfoCovid (France) :

« Nous sommes un collectif de soignants, médecins et scientifiques universitaires, réunis autour d’une idée : le besoin d’une politique sanitaire juste et proportionnée pour la France. Rejoints par des citoyens désirant jouer un rôle actif dans la résolution de la crise que traverse notre démocratie, la pluralité s’ajoute à l’expertise pour constituer nos plus grandes forces ».

In Dutch

docs4opendebate.be :

We vragen hier een open debat, waar alle experten aan bod komen zonder enige vorm van censuur… We pleiten voor een beëindiging van alle maatregelen en vragen een onmiddellijk herstel van onze normale democratische bestuurs- en rechtsstructuren en van al onze burgerlijke vrijheden.

International (multi-lingual)

Great Barrington Declaration :

« As infectious disease epidemiologists and public health scientists we have grave concerns about the damaging physical and mental health impacts of the prevailing COVID-19 policies, and recommend an approach we call Focused Protection ».

Qui sommes-nous ?

Cet appel a été rédigé à l’initiative d’Annie Thonon, réalisatrice retraitée de la chaîne publique belge (RTBF), et Alexandre Penasse, journaliste (Kairos). L’idée étant de donner de la visibilité à tous ceux qui s’opposent aux politiques anti-covid liberticides mises en place par nos États. L’appel a dans un premier temps été soumis à des proches, sans être rendu public. Nous avons ainsi obtenu le soutien d’une centaine de personnes de tout milieu et tout âge dont vous trouverez les noms ci-dessous. Nous espérons briser le spectacle de l’unanimité véhiculé par les médias, nous souhaitons créer de la solidarité et du débat. Chaque signataire se déclarant co-responsable, nous serons tous dans la défense de chacun.

Les premiers signataires

  • Annie Thonon, réalisatrice retraitée (Belgique)
  • Alexandre Penasse, journaliste, psychologue (Belgique)
  • Francis Leboutte, ingénieur civil (Belgique)
  • Valérie Tilman, enseignante et philosophe de formation (Belgique)
  • Bernard Legros, essayiste et militant associatif (Belgique)
  • Jean-Pierre Léon Collignon (Belgique)
  • Jean-Pierre Wilmotte (Belgique)
  • Muriel Dacq, artiste (Belgique)
  • Muriel Hubin, enseignante, infirmière (Belgique)
  • Jean-François Gava (Belgique)
  • Stéphane Résimont (Belgique)
  • Christophe Nottet (Belgique)
  • Charlotte Mansion, artiste (Belgique)
  • Nadia Delatte, secrétaire en éducation physique, retraitée (Belgique)
  • Valérie Hermans, graduat en communication d’entreprises et RH, yoga et herboristerie, aromathérapie  (Belgique)
  • Laurence Hubin, graduée en secrétariat de direction, employée dans une auto-école (Belgique)
  • Guy Huyghe, ingénieur civil (Belgique)
  • Janine Mayeres (Belgique)
  • Hélène Couvert (Belgique)
  • Seb Dlay (Belgique)
  • Agnès Tamignaux, musicienne, enseignante pensionnée (Belgique)
  • Titom Titom, dessinateur (Belgique)
  • Aurélien Van Trimpont, comédien, musicien (Belgique)
  • Philippe Tyberghein, ingénieur civil architecte retraité (Belgique)
  • Annick Dethis, accueillante en maison médicale (Belgique)
  • Xavier Simon, musicien, travailleur social (Belgique)
  • André Foguenne, professeur de sciences, retraité (Belgique)
  • Bernadette Lemin, assistante sociale retraitée (Belgique)
  • Marie-Claire Steffens, citoyenne (Belgique)
  • Thomas Lauwers, agriculteur (Belgique)
  • Corine Dehaes, enseignante et philosophe de formation (Belgique)
  • Julien Penasse, menuisier-ébéniste (Belgique)
  • Maxime Pauly, psychomotricien et sauveteur aquatique (Belgique)
  • Alain Jossart, assistant social (Belgique)
  • Vincent Verhaeren, photographe (Belgique)
  • Pierre Delmotte, ingénieur retraité (Belgique)
  • Béatrice Adam, kinésithérapeute-musicienne (Belgique)
  • Alain Van Muysewinkel, musicien, travailleur social (Belgique)
  • Jean-Pierre Eudier, chirurgien dentiste retraité (Luxembourg)
  • Jean-Luc Guilmot, ingénieur agronome (Belgique)
  • Sandro Provenzano, médecin (Belgique)
  • Annes Bouria, pharmacien (Belgique)
  • Marie-Rose Cavalier-Bohonk, cofondatrice d’Initiative Citoyenne (Belgique)
  • Andrée Vandenborre, dentiste généraliste (Belgique)
  • Fred Mastro, expert de self-defence, fondateur du Mastro Defence System (Belgique)
  • Liberato Nadia de filippis (Belgique)
  • Fatiha Aït Saïd, naturopathe et directrice d’un institut de formation professionnelle (Belgique)
  • Pirly Zurstrassen, musicien (Belgique)
  • Thierry Leloup, observateur de l’actualité (Belgique)
  • Philippe De Groote, expert-comptable certifié (Belgique)
  • Philippe Antoine, neuropsychiatre (Belgique)
  • Nicolas Bériot, ingénieur (France)
  • Theo Poelaert, libraire et photographe (Belgique)
  • François Daubé, professeur d’équitation et Directeur ONG IPSE (International Political & Scientific Ethics) (Suisse)
  • Michel Donceel, violoneux (Belgique)
  • Frédéric Keil (Belgique)
  • Evelyne Paulus, thérapeute (Belgique)
  • Christiane Hermans, biologiste (Belgique)
  • Françoise Père, citoyenne des plus ordinaires (Belgique)
  • Laurence Deproote, psychomotricienne relationnelle (Belgique)
  • Anastasia de Meüe, travel Designer (Belgique)
  • Charline Nocart, biologist naturopathe (France)
  • Arlette Fauvelle, pharmacienne retraitée (Belgique)
  • Nathalie Medialdea (Belgique)
  • Dominique Buffet, enseignant ou bucheron (Belgique)
  • Sophie Meulemans, cofondatrice de Initiative Citoyenne, master en éthique médicale et bioéthique (Belgique)
  • Nathalie Brouta, thérapeute en soins énergétiques (Belgique)
  • Antoine Thonon (Belgique)
  • Marc Henrion, fonctionnaire (Belgique)
  • Janne Klügling (Belgique)
  • Dorothée Lambinon, comédienne, animatrice, metteuse en scène, autrice, maman, grand-mère (Belgique)
  • Alexandre Furnelle, musicien (Belgique)
  • Michel Weber, philosophe (Belgique)
  • Guillaume Dendeau (Belgique)
  • Michel Boutemy, ingénieur technique (Belgique)
  • Charlotte Carret, kinésithérapeute (Belgique)
  • Isabelle de Fraipont (Belgique)
  • Nelly Chapelle, psychothérapeute (Belgique)
  • Jean-Claude Legros Pierre, musicien, enseignant (Belgique)
  • Sabine Carels (Belgique)
  • Anne-Marie Demesmaecker, médecin (Belgique)
  • Brigitte Steichen, médecin (Belgique)
  • Sophie Rétif (Belgique)
  • Janine Delatte, enseignante retraitée (Belgique)
  • Marc Van Eyck, musicien,compositeur, interprète,producteur (Belgique)
  • Sabine Carels Thunus, comédienne, animatrice, metteuse en scène, autrice, maman, grand-mère (Belgique)
  • Marie Delhez, ergothérapeute à la retraite (Belgique)
  • Natacha De Crom (Belgique)
  • Jean-Baptiste Mansion (Belgique)
  • Kenny Cadinu, rédacteur en chef de l’Escargot déchaîné (Belgique)
  • Thierry Tanghe, citoyen en résistance (Belgique)
  • Jean-Christophe Yu, cinéaste documentariste (Belgique)
  • Marie-Ange Herman, professeure à la retraite (Belgique)
  • Clément Triboulet, comédien et metteur en scène (Belgique)
  • Raphaël Rediger, assistant polyvalent en centre d’accueil pour demandeurs d’asile (Belgique)
  • Maryvonne Duray, citoyenne (Belgique)
  • Giacomo Infantino, consultant en informatique (Belgique)
  • Sigrid Vandenbogaerde, musicienne (Belgique)
  • Tony Matagne, demandeur d’emploi (Belgique)
  • France Michel, citoyenne sans profession mais en action (Belgique)
  • Mikaël Stassen, bio-ingénieur (Belgique)
  • Ana-Bélen Montero, céramiste (Belgique)
  • Delphine Cheverry, comédienne (Belgique)
  • Pierre Rose, objecteur de croissance (France)
  • Simon Charbonneau, professeur honoraire de droit public, Université de Bordeaux (France)
  • Vincent Cheynet, rédacteur en chef de La décroissance (France)
  • Claire Danjou, musicienne (France)
  • Alain Dordé, objecteur de croissance (France)
  • Philippe Godard, directeur de collections de livres documentaires pour la jeunesse (France)
  • Alain Carpon, citoyen (France)
  • Marie-Noël Hauser, citoyenne (France)
  • Olivier Rouzet, psychothérapeute et essayiste (France)
  • Christine Poilly, enseignante et objectrice de croissance (France)
  • Laurence Desremaux, citoyenne (France)
  • Edouard Schalchli, essayiste (France)
  • Jean Jordan, professeure à la retraite (France)
  • Matthieu Thonon, chanteur/musicien (Belgique)

Contact

contact@liberanos.eu

Attention : nous ne serons probablement pas en mesure de répondre à tous les emails que vous nous enverrez. Dès que possible, nous ouvrirons sur le site une page web de réponses aux questions fréquentes.

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments