Voici pourquoi l’Ukraine n’est pas un nouvel Afghanistan

12/10/2022 (2022-10-12)

[Source : lesakerfrancophone.fr]

Par Batiushka

Il y a un vent d’est qui arrive tout de même. Un vent tel qu’il n’en a jamais soufflé… Il sera froid et amer… et bon nombre d’entre nous risquent de se flétrir devant son souffle. Mais c’est néanmoins le vent de Dieu, et une terre plus propre, meilleure et plus forte se trouvera au soleil lorsque la tempête aura disparu.

Son dernier arc, Sir Arthur Conan-Doyle, octobre 1917

L’Afghanistan, pays pauvre et montagneux, se trouve au centre du cœur de l’Eurasie. Autour de lui, dans le sens des aiguilles d’une montre, se trouvent la Russie et l’Asie centrale russe, la Chine, le sous-continent indien et l’Iran. En raison de sa position géographique et malgré son terrain inhospitalier et la pauvreté de ses ressources naturelles, l’Afghanistan a été au centre de guerres depuis la première des trois guerres afghanes britanniques de 1839, qui a échoué. Les 16 500 envahisseurs de l’armée victorienne furent alors massacrés par les Afghans, laissant moins de dix survivants. Depuis lors, le site est connu comme « le cimetière des empires ».

C’est ici que l’Empire britannique a été vaincu au 19e siècle, que l’empire soviétique a été vaincu au 20e siècle et que l’empire américain a été vaincu au 21e siècle, dont une nouvelle phase de la défaite a été vue de façon si spectaculaire à Kaboul en août 2021.

Ces trois empires ont perdu parce qu’ils ont essayé d’imposer une idéologie athée de facto à une société strictement traditionnelle, qui tient sincèrement à ses croyances musulmanes, aussi étrangères qu’elles puissent paraître aux envahisseurs athées britanniques, soviétiques ou américains. Lorsqu’un peuple adhère avec ferveur à ses propres traditions et valeurs civilisationnelles, il ne peut être vaincu par personne. C’est pourquoi on dit que l’Afghanistan est facile à pénétrer, mais qu’il est très difficile d’en sortir. Ainsi, les Américains se sont enfuis, tout comme les Britanniques avant eux.

Cela nous rappelle le vieux proverbe russe : « Ne touche pas et ça ne sent pas ». En d’autres termes, laissez les Afghans, dans leur immense diversité, se gouverner eux-mêmes. En fait, il faut laisser tout le monde se débrouiller tout seul dans son immense diversité. Mais c’est une chose que les impérialistes de toutes sortes ne comprennent pas. Pour eux, par définition : « Notre taille convient à tous ».

L’Ukraine est totalement différente de l’Afghanistan. Tout d’abord, elle ne se trouve pas au centre de l’Eurasie. La moitié orientale a toujours fait partie intégrante de la Russie européenne jusqu’à ce que, en 1922, Lénine décide, pour des raisons de manipulation politique, de la donner à la moitié occidentale afin de contrôler cette dernière. Quant à la moitié occidentale, elle est elle-même divisée en différentes parties, mais une grande partie de la moitié occidentale de la moitié occidentale, reprise à la Pologne en 1939, est clairement proche des frontières d’une civilisation différente — la civilisation occidentale. En effet, ce quart occidental, que l’on peut vaguement appeler « Galicie orientale », a changé de mains entre la Pologne (civilisation occidentale) et la Russie (civilisation chrétienne orthodoxe) à de nombreuses reprises au cours des siècles.

Les Ukrainiens aiment se rencontrer, plaisanter, chanter et danser. Ils aiment aussi le spectacle extérieur et la décoration. On les accuse parfois de superficialité, de matérialisme et de ce faux sentiment d’être dans leur bon droit auquel les provinciaux sont tentés de céder. Leur tentation est de dire : L’Amérique est avec nous. Gloire à l’Ukraine ! Les meilleurs Russes postsoviétiques disent : Dieu est avec nous. Gloire à Dieu ! Il y a une différence. Si tous les Russes disent la même chose, ils gagneront, tout comme les Afghans ont gagné contre les athées. Quand un peuple adhère avec ferveur à ses propres traditions et valeurs civilisationnelles, en gardant sa propre identité, il ne peut être vaincu par personne. Le Vietnam l’a prouvé.

Ainsi, nous avons deux pays bien différents et incomparables : L’Afghanistan au centre du centre et l’Ukraine sur les marges occidentales – ce que signifie son nom même. Les Afghans vivent dans des montagnes inaccessibles, les Ukrainiens dans des steppes ouvertes. Les Afghans ont une identité très forte, même si, comme d’autres montagnards, comme dans les Highlands écossais ou les Alpes suisses, ils sont divisés en clans tribaux farouchement différents et guerriers et en langues différentes selon la vallée où ils vivent. Cependant, les Ukrainiens, sur leur terre ouverte, sont ballottés d’un côté et de l’autre, en grande partie en fonction de la meilleure offre, de la façon dont le vent souffle et de la marée.

Les États-Unis n’ont cessé d’essayer de découper, d’occuper et de contrôler des morceaux marginaux de l’Eurasie, des îles comme l’Islande, les îles britanniques et l’Irlande, le Japon, les Philippines et Taïwan, des péninsules comme la Corée du Sud, le Sud-Vietnam et l’Europe occidentale. En 1975, ils ont été humiliés et chassés de l’Asie du Sud-Est lorsque Saïgon a enfin été libérée. D’autres régions ils occupent, comme Taïwan et la Corée, sont menacées. En 2021, après avoir osé occuper non pas une zone marginale, mais le centre même du cœur de l’Eurasie en Afghanistan, ils ont été humiliés et chassés. C’était un exemple classique d’orgueil démesuré. « Nous sommes américains, nous pouvons tout faire ». En fait, ce n’est pas le cas.

Aujourd’hui, les États-Unis tentent de s’accrocher à l’Europe occidentale en renforçant sa frontière littérale, l’Ukraine. Il s’agit de l’une des dernières tentatives américaines pour garder le pouvoir en Eurasie. Les États-Unis craignent l’Eurasie, car l’Eurasie est beaucoup plus forte qu’eux et les États-Unis sont isolés sur leur grande île, placée, comme pour une quarantaine, entre l’Atlantique et le Pacifique. Un jour, ils seront contraints à contrecœur d’admettre que l’Eurasie est géographiquement indivisible, quels que soient leurs efforts pour la diviser politiquement et l’occuper militairement. Ils se retireront alors dans l’isolement de leur grande île, rejetée par l’Afro-Eurasie, l’Océanie et l’Amérique latine, et commenceront à faire un très sérieux examen de conscience de leur propre histoire. Cela s’appelle la repentance.

Les États-Unis s’étendent vers l’est, de l’autre côté de l’Atlantique, depuis plus de trois générations maintenant. Ils contrôlent le Royaume-Uni depuis 1942, d’où ils ont envahi le reste de l’Europe occidentale en 1944 et envahi l’Europe centrale depuis 1989, en utilisant des élites fantoches, en commettant des assassinats et en truquant les élections. Le Portugal sous Salazar, l’Espagne sous Franco, l’Italie sous tous les fraudeurs possibles, la Grèce sous les Colonels, la France après avoir déposé le dernier Français, de Gaulle, le Royaume-Uni sous les Conservateurs, ne sont que des exemples de leurs manipulations. La liste des assassinats américains est sans fin : Dag Hammarskjold, Aldo Moro, Olof Palme.

Exactement une génération après avoir pris le contrôle de l’Europe centrale en 1989, les États-Unis tentent depuis 2014 de s’étendre en Europe de l’Est. Nous sommes maintenant à un point irréversible. Les livres d’histoire seront écrits comme des événements « avant 2022 et après 2022 ».

Aujourd’hui, l’Ukraine est en train d’être démilitarisée et dénazifiée. Comme la Crimée, les deux provinces du Donbass sont presque libérées, ainsi que les deux provinces de Kherson et de Zaporozhie. On ne sait pas jusqu’où ira la Fédération de Russie, mais la menace existentielle que représente pour elle une Ukraine gouvernée par les États-Unis est en train d’être écrasée. Pour l’instant, le régime fantoche de Kiev, c’est-à-dire les États-Unis, « n’est pas prêt à parler à la Russie ». Et pourtant, la diplomatie, qui aboutira à une division équitable de l’Ukraine, est la seule façon de s’en sortir. Un ancien ministre roumain des affaires étrangères vient de le dire très bien, en parlant des « frontières contre nature » de l’Ukraine actuelle, qui sont à l’origine de tous les problèmes et ont fourni aux États-Unis leur excuse pour cette terrible guerre.

S’il n’y a pas de pourparlers de paix, l’Europe occidentale fera faillite, gèlera, mourra de faim — et se révoltera ensuite contre ses seigneurs féodaux américains qui tyrannisent leurs États vassaux européens depuis leurs camps fortifiés : Ansbach, Stuttgart, Wiesbaden, Vicence, Bondsteel, Ramstein, Aviano, Lakenheath, Mildenhall, Rota, Souda Bay, etc.

Car le véritable centre des choses aujourd’hui n’est pas la guerre par procuration entre la Russie et les États-Unis qui se déroule sur les champs de bataille de l’Ukraine et d’ailleurs, de la Syrie à l’Arménie, c’est l’Europe occidentale. Cette péninsule ne peut plus continuer à avoir un esprit colonial. Elle doit devenir suffisamment civilisée pour se rendre compte qu’elle n’est qu’une partie de l’Eurasie. Elle est séparée des États-Unis par bien plus que l’océan Atlantique. C’est un monde à part. Ce n’est que lorsque l’Europe occidentale comprendra cela qu’elle survivra. Son plan de survie et son destin consistent à devenir une partie, une partie importante, mais toujours une partie seulement, de l’Eurasie. Elle doit cesser de regarder vers l’ouest, vers la mer vide, et se tourner vers l’est, vers la terre peuplée.

Après de nombreuses années de tergiversations politiques plutôt stupides, le Belarus a reconnu que son destin se trouve en Eurasie. Le Kazakhstan tergiverse encore, mais il est en train de reconnaître la réalité. La nouvelle Ukraine le reconnaîtra aussi. La Hongrie est déjà sur le point de le faire. Une grande partie de l’Europe centrale et du Sud-Est, notamment, mais pas seulement, les Balkans le reconnaîtront presque certainement avec le temps. Il restera alors à des pays comme les États baltes, la Pologne, la République tchèque, la Slovaquie, la Croatie, la Slovénie, les pays nordiques et toute l’Europe occidentale située à l’ouest de l’ancienne ligne du Pacte de Varsovie, jusqu’aux îles britanniques, à l’Irlande et même à l’Islande, à faire fonctionner leurs cerveaux et à suivre.

Comme nous l’avons dit, nous avons deux pays tout à fait différents et incomparables : L’Afghanistan au centre du centre et l’Ukraine dans les marches – ce que signifie son nom même. Les Afghans sont des musulmans farouchement traditionnels, les Ukrainiens sont plutôt des amateurs de plaisirs heureux. Cependant, ils ont une chose en commun : ils sont tous deux des cimetières d’empires. L’Afghanistan est le cimetière de trois empires. L’Ukraine, plus précisément, est le cimetière de deux empires, l’empire nazi et l’empire néonazi.

Batiushka

Recteur orthodoxe russe d’une très grande paroisse en Europe, il a servi dans de nombreux pays d’Europe occidentale et j’ai vécu en Russie et en Ukraine. Il a également travaillé comme conférencier en histoire et en politique russes et européennes.

Traduit par Hervé, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

image_pdfPDF A4image_printImprimer
S’abonner
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires