Vandana Shiva expose l’agenda des milliardaires dans son dernier livre

24/01/2023 (2023-01-24)

[Source : cogiito.com]

Dans son dernier livre, « Oneness vs. the 1%: Shattering Illusions, Seeding Freedom », Vandana Shiva, Ph.D., affirme que l’élite ultra-riche est responsable de la majorité des crises environnementales, financières et sanitaires auxquelles nous sommes confrontés. aujourd’hui.

L’histoire en bref :

Dans « Oneness vs. the 1% : Shattering Illusions, Seeding Freedom », Vandana Shiva, Ph.D., soutient que l’élite ultra-riche est responsable de la majorité des crises environnementales, financières et sanitaires auxquelles nous sommes actuellement confrontés.

La richesse et les efforts « philanthropiques » de Bill Gates, par exemple, lui ont permis d’acquérir une influence sans précédent sur les politiques agricoles et sanitaires mondiales qui menacent la sécurité alimentaire et la santé humaine.

La pandémie de COVID-19 a catalysé un transfert massif de richesses vers les riches.

[Voir aussi :
Vandana Shiva : « Avec le coronavirus, Bill Gates met en place son agenda sur la santé »
Robert Kennedy junior s’entretient avec Vandana Shiva]


Alors que les lockdowns mondiaux ont décimé les petites entreprises et laissé beaucoup d’entre elles en difficulté financière, les riches mondialistes ont amassé d’immenses profits, et les lockdowns ont empêché la mobilisation publique contre les géants de la technologie et du commerce de détail.

Pour faciliter le transfert des richesses, l’élite fait pression pour éliminer les lois sur le travail et l’environnement, ainsi que les droits de l’homme et les droits des agriculteurs.

Dans cette interview, Vandana Shiva, Ph.D., militante pour la justice sociale et contre les OGM (organismes génétiquement modifiés), parle de son livre « Oneness vs. the 1% », qu’elle a coécrit avec son fils, dans lequel elle soutient que l’élite ultra-riche est responsable de la majorité des crises environnementales, financières et sanitaires auxquelles nous sommes actuellement confrontés.

En réalité, il s’agit des 0,001 % – le petit nombre de milliardaires et de centimilliardaires qui sont devenus ultra-riches au cours des 30 dernières années environ. La plupart d’entre eux n’existaient pas avant la mondialisation. Le 1% n’est qu’une métaphore utile pour l’élite dirigeante que l’éditeur a pensé plus facile à communiquer.

L’un des principaux acteurs est, sans surprise, Bill Gates, dont la richesse et les efforts « philanthropiques » lui ont valu une influence sans précédent sur les politiques agricoles et sanitaires mondiales qui menacent la sécurité alimentaire et la santé humaine.

Elle déclare :

« J’étais à Paris pour le sommet sur le climat, et je participe à ce sommet des Nations unies depuis le sommet de la Terre en 92. Je me suis occupée de la convention sur la biodiversité, de la rédaction de clauses, notamment de l’article 19.1, qui exigeait essentiellement la biosécurité et l’évaluation des OGM. »

« J’ai donc été très surpris de voir que, pour la première fois, les milliardaires étaient sur la scène avec les chefs d’État. »

Le transfert de richesse en cours

L’une des « solutions » au changement climatique proposées par ce club de milliardaires était la géo-ingénierie, qui en réalité n’est pas une solution du tout.

Comme l’a noté Shiva, si le climat change déjà pour le pire, en manipulant les températures, en déviant la lumière du soleil, en déversant des remplissages de fer dans l’océan et des produits chimiques dans le ciel, et en créant des volcans artificiels, vous ne faites que créer des problèmes supplémentaires sans résoudre le problème initial.

À la fin de la mise à jour d’août 2020 du livre, elle aborde également le COVID-19, et la façon dont cette pandémie artificielle a catalysé le transfert de richesse vers les riches. Alors que les blocages mondiaux ont décimé les petites entreprises et laissé de nombreuses personnes en difficulté financière, les riches ont amassé des profits fantastiques.

Elle déclare :

« La crise de 2008 était très clairement liée à la déréglementation de l’économie financière. Il était question de garanties, de titres, de regroupement des risques, puis le système s’est totalement effondré parce qu’il s’agissait en fait d’un commerce de fictions. Mais j’ai travaillé sur l’économie, car j’ai commencé à travailler sur les graines en 1987. …

… les entreprises … voulaient posséder et breveter la vie. C’est ainsi qu’a commencé mon voyage sur les OGM. Mais elles voulaient aussi changer les lois commerciales. Ils voulaient posséder les semences comme leur création …

Ils voulaient un traité sur la propriété intellectuelle dans le GATT (Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce). J’ai entendu cela pour la première fois lors d’une réunion [des Nations unies] en 1987...

C’est alors que j’ai décidé :

a) de conserver les semences,

b) de suivre le GATT et l’OMC (Organisation mondiale du commerce) et le mouvement antimondialisation en est issu, ainsi que le Forum international sur la mondialisation.

Nous avons fermé l’OMC à Seattle, ce qui montre le pouvoir du peuple. Nous ne tolérerons pas ce mensonge selon lequel les semences sont une invention de Monsanto.

J’ai travaillé avec notre Parlement indien, j’ai travaillé avec notre gouvernement pour rédiger des lois… L’article 3(d) de notre loi sur les brevets dit que les semences ne sont pas des inventions. C’est ce qui a empêché Monsanto d’arnaquer les agriculteurs indiens encore plus qu’ils ne l’ont fait. Ils ont été poursuivis en justice pour avoir perçu illégalement des “redevances technologiques”…

Fondamentalement, ce que nous avons aujourd’hui, c’est ce transfert de richesse … Le comportement de Monsanto est en fait aussi celui de Big Tech. Est-ce qu’ils produisent quelque chose ? Non. Ils ne font que percevoir des loyers sur des plateformes numériques. Ce sont des collecteurs de loyers. …

J’ai vu la question des semences avec Monsanto. J’ai dit :

Voilà qu’ils perçoivent des loyers sur des semences, qu’ils n’ont pas fabriquées. Alors nous ne les laisserons pas en être les propriétaires. En effet, qu’il s’agisse d’Amazon ou de Gates, ce sont essentiellement des collecteurs de loyers.

Ce qu’ils ont fait avec cette pandémie, c’est littéralement créer une économie coercitive, qui dépend d’eux et de leur collecte de loyer. »

La vidéo de huit minutes ci-dessous fournit un résumé qui donne à réfléchir sur le transfert massif de richesse qui s’est produit en 2020 grâce aux lockdowns de la pandémie, au cours desquels les petites entreprises ont été contraintes de fermer tandis que les multinationales géantes ont été autorisées à rester ouvertes et à monopoliser ainsi le marché.

Le résultat final est le plus grand transfert de richesse de l’histoire moderne.

La fin de la démocratie

Shiva poursuit en examinant comment l’Inde s’est mobilisée contre l’empiètement de Walmart, qui menaçait de détruire les commerces locaux. Les fermetures de COVID-19 ont cependant empêché le même type de mobilisation contre les géants de la technologie et du commerce de détail.

Alors que les commerces locaux du monde entier ont dû fermer leurs portes pendant des mois, le pouvoir d’Amazon.com a explosé. Amazon empiète même sur les fournisseurs d’épicerie.

Elle poursuit :

« Je viens de lire un article, selon lequel les super riches des États-Unis se sont transférés 50 000 milliards de dollars [au cours des 30 dernières années ; la période de mondialisation]. …

Pendant qu’ils vous volent votre emploi, ils vous soutirent encore [de l’argent] pour ce programme logiciel forcé sur les paiements numériques, pour des programmes logiciels sur … l’éducation numérique.

Les enfants indiens pauvres, qui pourraient se permettre une éducation universelle, ne peuvent maintenant pas se permettre une éducation parce que leurs parents n’ont pas de smartphones. Nous assistons donc à une imposition artificielle d’une économie. Une économie saine se développe comme une évolution avec des choix, avec la justice, avec l’équité. …

… Les véritables économies diraient : “Voici ce que j’apporte. Et ma [monnaie] numérique est-elle meilleure que votre argent ? Choisissez-la. Ma vaccination forcée est-elle meilleure que votre immunité ? Faites votre choix.”

À la minute où le choix est retiré de la vie des gens, les démocraties s’arrêtent. Lorsque le choix est retiré de nos conditions d’être, de nos conditions de vie, alors la vie est menacée. …

… qu’est-ce que la mondialisation sinon la déréglementation du commerce ? Elle fait tomber toutes les lois mises en place par les sociétés démocratiques pour la protection de l’environnement, la protection de la santé, le droit à l’éducation, les droits des travailleurs. C’est cela qui est visé. »

En Inde, ils ont récemment éliminé toutes les lois du travail, et ils essaient de supprimer la loi sur les droits des agriculteurs, ainsi que les lois environnementales. C’est ce qui permet le transfert de la richesse, dit Shiva.

Le jeu final

Comme l’explique Shiva, toutes ces entreprises sont essentiellement des collecteurs de loyers. Facebook transforme nos esprits en matière première qui est ensuite capitalisée.

« Gates est particulièrement vicieux car, à travers la Fondation Gates, il prétend faire de la philanthropie », dit-elle.

Mais chaque fois qu’il entreprend une action philanthropique, il crée de nouvelles colonies dont il peut tirer de nouveaux loyers et faire de nouveaux investissements. « C’est pourquoi, quel que soit le montant de ses dons, il devient de plus en plus riche », explique Shiva. « Un véritable donateur s’appauvrirait. »

[Voir aussi
La philanthropie de Bill Gates alimente la machine capitaliste]

Dans son livre, elle explique comment, sans Gates, il n’y aurait pas d’édition de gènes commerciale, par exemple, qui est le nouvel OGM. Il a créé une société appelée Editas Medicine Inc. pour faciliter le brevetage de ces nouvelles plantes résistantes au climat, avec lesquelles ils visent à créer de nouveaux médicaments.

« Il va faire de la biofortification pour résoudre le problème de la nutrition. Il est particulièrement vicieux », dit-elle.

Quant à savoir quel pourrait être l’objectif final, Shiva déclare :

« La première chose est, bien sûr, qu’ils veulent utiliser leurs outils de production d’argent pour faire plus d’argent. Il s’agit donc d’une dictature de l’équilibre technologique. C’est pourquoi les gens devraient prêter beaucoup plus d’attention à l’imposition violente de la numérisation.

Beaucoup de mes amis, qui n’ont jamais étudié les racines de ces systèmes violents, qui n’ont jamais compris que les produits agrochimiques venaient des camps de concentration d’Hitler et que l’industrie agrochimique est le cartel du poison responsable du génocide.

Ils continuent ce génocide.

… les technologies en tant qu’outils de domination et d’exploitation ne sont pas neutres. Beaucoup de progressistes pensent :

Plus de numérisation, moins de démocratie.

Comment une économie de surveillance peut-elle être un élargissement de votre liberté ?

Vous devez avoir les systèmes en place, les réglementations en place, les choix en place pour être en mesure de faire de ces technologies un serviteur et non votre maître. »

La fusion mondiale

Ils veulent également fusionner toutes ces différentes industries ensemble – agriculture, technologie et finance. Shiva raconte comment, en 2016, l’Inde a interdit tout argent liquide et rendu les transactions numériques obligatoires.

En peu de temps, “90 % des personnes pauvres ont perdu leurs économies, leurs revenus”, dit-elle, alors que les petites économies locales se sont évaporées. Pendant ce temps, les riches élites contrôlent également l’économie mondiale via leurs fonds d’actifs.

Elle poursuit :

« Les sociétés ne se possèdent plus elles-mêmes. Même les sociétés sont la propriété des milliardaires. Les mêmes BlackRocks, les mêmes Vanguards contrôlent toutes les grandes entreprises, de Coca-Cola à McDonald’s, en passant par Bayer et Monsanto. Regardez n’importe quoi dans le monde, c’est l’argent des milliardaires et leurs fonds de gestion d’actifs. »

« L’année dernière, BlackRock a augmenté sa richesse de 1 000 milliards de dollars à 7 000 milliards de dollars,ce qui signifie que les milliardaires ont augmenté leur richesse. Pendant le verrouillage, ils ont envahi encore plus profondément l’Amazonie et se sont enrichis.

Donc, ces fonds de gestion d’actifs d’investissement sont la richesse des milliardaires, et elle augmente. Elle fusionne avec la technologie de l’information et les barons de la technologie, et elle fusionne avec la biotechnologie et l’industrie chimique. »

« C’est pourquoi ils parlent de la numérisation de l’agriculture – l’agriculture sans agriculteurs et, pire, la nourriture sans nourriture. L’une des grandes poussées de Gates et de la Silicon Valley concerne les faux aliments. »

Comme l’a noté Shiva, alors que Big Biotech prétend que les OGM vont sauver votre santé et protéger la planète, ces plantes chargées de pesticides font en fait tout le contraire.

Nous sommes les laissés-pour-compte

Il y a aussi la question de la justice sociale. Elle cite Gandhi, qui a dit que si vous avez des doutes sur ce qu’il convient de faire, « visualisez le visage de la personne la plus vulnérable et faites ce qui est bon pour elle ». Si vous pensez que cela leur fera plus de mal, ne le faites pas.

Shiva dit :

« Ils veulent délibérément se débarrasser de grandes parties de l’humanité. D’abord par la faim, puis par la maladie. …

… ils veulent une économie numérique, ils veulent une économie malade. Sinon, vous ne passeriez pas tout votre temps sur Big Pharma ; vous passeriez votre temps à vous assurer que le petit agriculteur ne soit pas détruit. …

… à l’échelle planétaire, nous voyons ces hommes irresponsables, avides, indifférents, insensibles, amener le monde, et l’humanité, au bord du gouffre. C’est pourquoi nous devons agir et trouver des moyens créatifs. …

… Tous ces barons de la technologie qui ont pris le contrôle de l’économie, en se cachant derrière le virus, se lancent tous dans les sciences de la vie… Google a une nouvelle division des sciences de la vie… ce sera la défaite finale de Mère Nature.

Au moment où le monde se réveille aux règles de la nature et aux corps sains, aux écosystèmes sains, à une planète éco-saine, ils poursuivent la franchise coloniale de la défaite de Mère Nature. »

La grande réinitialisation économique

Aucune de ces choses ne sort de nulle part. Elles ont été soigneusement planifiées pendant plusieurs décennies. Nous voyons maintenant des preuves claires qu’une « grande réinitialisation économique » est en cours, qui fera tout basculer vers les monnaies numériques.

Comme l’a noté Shiva, la révolution industrielle a modifié notre état d’esprit en nous amenant à considérer la nature comme morte. Le résultat a été la destruction écologique et la fragmentation de la société. La réinitialisation économique à venir fait essentiellement partie d’un effort visant à manipuler davantage et à faire évoluer notre cadre mental vers quelque chose de totalement contre nature.

Shiva dit :

« En Inde, ils ont attaqué et attaquent encore le bio et ont créé quelque chose appelé l’agriculture naturelle à budget zéro. … Ce qu’ils font essentiellement, c’est accorder de gros prêts à l’État, qui accorde ensuite de gros prêts aux agriculteurs. Pendant ce temps, Gates exploite les données agricoles.

Il fait en sorte que des personnes soient placées chez les agriculteurs pour exploiter les données. Puis ils créent des algorithmes pour revendre ces données. Mais tout cela est maintenant réduit au carbone dans le sol :

Vous obtiendrez zéro % pour ce que vous cultivez. Vous ne pourrez satisfaire aucun de vos besoins en nourriture et en fourrage, mais nous vous autoriserons à négocier sur le marché mondial le carbone présent dans votre sol, et c’est ce qui vous permettra de rester en vie. Cette financiarisation de la nature n’est qu’un aspect.

Le deuxième aspect de la grande réinitialisation est de refaire l’économie pour faire croire que ceux qui sont maintenant jetables – les personnes jetables – l’ont mérité. Ils ont créé le langage de la compétition. …

Lorsque j’écrivais mon épilogue, je venais de recevoir le brevet de Microsoft, qui réduit essentiellement les êtres humains à des utilisateurs/consommateurs […] notre activité cérébrale exploitée de diverses manières. De nos jours, tout le monde veut avoir des vêtements intelligents. Je devrais appeler ça des logiciels espions.

Ces données passent par des algorithmes… Ces algorithmes décideront de ce que nous valons. Puis des bitcoins nous seront attribués.

Mais chaque enfant qui naît est né digne. Chaque membre de la société a les mêmes droits humains. Donc, ils défont tout ce que nous avons mis en place sur l’humanité, sur les droits de l’homme, sur la démocratie. C’est là que nous devons être vigilants.

Je pense que toute la question de la pandémie et du confinement leur a été utile pour deux raisons. Premièrement, ils pouvaient faire en sorte que tout le monde ait peur. Deuxièmement, ils pouvaient distraire tout le monde pendant qu’ils prenaient le contrôle de l’économie, ils prenaient le contrôle de nos esprits. Ils ont essentiellement transféré toutes les richesses restantes à eux-mêmes. »

Plus d’informations

Pour en savoir plus, veuillez écouter l’interview dans son intégralité et ne manquez pas de vous procurer un exemplaire de « Oneness vs. the 1% : Shattering Illusions, Seeding Freedom ». Vous pouvez également trouver plus de détails sur le travail de Shiva sur Navdanya.org.

Shiva déclare :

« J’ai personnellement le sentiment que cet assaut arrive à un moment où, en Inde et dans le monde, il y a une nouvelle montée de conscience de la planète et de ses systèmes vivants, de notre santé et de nos systèmes vivants, et du lien entre notre santé et la santé de la planète.

À ce stade … il faut beaucoup de violence brutale pour imposer. Dans la mesure où ils peuvent garder le virus comme bouclier derrière lequel se cacher, ils le feront.

Je suis d’accord avec Shiva quand elle dit que plutôt que de laisser les discours de peur du COVID-19 prendre le contrôle de nos vies, nous devons regarder les infrastructures de la vie, de l’humanité, de la démocratie, de l’économie et de la fiscalité, « et commencer à réfléchir à qui nous les enlève. »

Elle ajoute :

« Vous devez protéger ce que vous chérissez. La liberté et la vie sont ce qui est pris en ce moment. …

Nous devons résister à la peur et nous devons résister à la haine. Nous sommes des êtres pensants ; utilisons les esprits qui nous ont été donnés, reconstruisons la communauté.

Encore une fois, je ne pense pas que la distance d’un mètre soit un accident… Pourquoi utilise-t-on les mots “distance sociale” plutôt que “distance physique” ? Six pieds est une mesure physique. … Ils veulent maintenant nous faire oublier qu’être un être humain signifie être en communauté. Ils veulent que nous soyons des utilisateurs de gadgets.

Nous devons être une communauté. Nous devons nous rappeler que nous sommes liés au reste de la vie sur Terre et à la société. C’est pourquoi nous devons être totalement innovants dans la façon dont nous reconstruisons des économies régénératrices. …

Je pense que nous avons perdu beaucoup de temps en pensant que le seul problème était l’énergie, comment l’énergie est produite. Nous avons perdu deux décennies sur la façon dont la nourriture est produite.

Je crois vraiment que si les gens commencent à prendre conscience que manger de la bonne nourriture est la plus importante stratégie pour la santé, et que cultiver la nourriture de la bonne manière est la plus importante partie de la régénération de la planète. … Cela permettra de reconstruire la communauté. …

… Je ne pense pas que nous ayons le luxe d’être désespérés. … l’espoir est quelque chose que vous devez cultiver au quotidien. Cultiver l’espoir, c’est cultiver la résistance. Cultiver l’espoir, c’est cultiver la stratégie. …

… Je pense que nous devons commencer à faire des devoirs pour dire : “Comment devrait être le flux fiscal ? Comment notre argent va-t-il rendre les milliardaires plus riches ? Comment peuvent-ils continuer à nous soutirer de l’argent ?”

Comment notre argent public est-il la nouvelle subvention pour créer l’infrastructure de la cupidité, plutôt que d’être les ressources publiques pour créer l’infrastructure de la vie, des soins et de la solidarité ? …

Ce sont des questions fondamentales. … Qui sommes-nous en tant qu’êtres humains ? Comment vivrons-nous à l’avenir ? Quel est l’avenir que nous créerons longtemps après que les barons voleurs auront disparu, car ils étaient là dans les années 1930 et nous avons appris à nous en débarrasser. … S’il y a un projet que nous devrions avoir… ce sont des stratégies pour se débarrasser des barons voleurs, quoi qu’il en coûte. …

… Où va la richesse ? Qu’est-ce qui dans notre cadre juridique actuel peut arrêter cette hémorragie de l’argent public pour remonter vers les milliardaires ? »

Publié à l’origine par Mercola.

Les points de vue et opinions exprimés dans cet article sont ceux des auteurs et ne reflètent pas nécessairement ceux de Children’s Health Defense.

image_pdfPDF A4image_printImprimer
S’abonner
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires