Sauvons les enfants des injections géniques

Par Nicole Delépine

[Voir aussi sur RL]

Il est urgent de sauver les enfants !
Arrêtons ce pouvoir aveugle, en refusant l’injection des petits 5 – 11 ans et bientôt des 6 mois – 5 ans présentée dans les médias comme un « progrès » !
L’injection est irréversible et rien n’est connu actuellement pour annuler les effets pervers de ce médicament en expérimentation. Alors parents, résistez !
Il n’existe aucune raison pour accepter cette injection morbide, car les enfants ne font pas de formes sévères du covid, ne contaminent ni les adultes ni les enfants, et le pseudo-vaccin ne protège en aucun cas des contaminations.

QUELLE JUSTIFICATION EN DEHORS DE LA SOUMISSION À UN POUVOIR QUI VOUS TROMPE DEPUIS DEUX ANS ?

Les mesures prétendument sanitaires imposées à des milliards d’individus dans le monde ont gravement nui à l’humanité avec ses conséquences d’interruption de soins, d’activités scolaires et sportives, d’aggravation de la pauvreté, d’explosions des troubles psychiques dépressions, suicides, etc. Et tout particulièrement aux enfants et jeunes adultes dont la vie va être impactée pendant plusieurs décennies par ces traumatismes successifs.

Nous avons évoqué dans « les enfants sacrifiés du covid » l’ensemble des conséquences sanitaires et scolaires des décisions mortifères et injustifiées imposées sans aucune justification scientifique réelle aux populations. Le confinement imposé brutalement alors que le Président quelques jours plutôt nous incitait à aller au théâtre a constitué le premier traumatisme majeur dans la vie des jeunes (et des moins jeunes).

La coupure brutale de leur milieu scolaire, périscolaire, sportif, musical, amical les a plongés dans l’infortune que l’écran d’ordinateur n’a bien évidemment pas compensée. Et depuis ce funeste mois de mars 2020, les persécutions se sont poursuivies par l’obligation invraisemblable du port du masque (sans aucun intérêt sanitaire, comme de multiples études l’ont démontré bien antérieurement à ce scénario) et de privations de liberté ubuesques et tragiques en même temps, comme l’interdiction de se promener en forêt ou sur la plage, même seul. Les mesures délirantes et discordantes, contradictoires d’un jour à l’autre ont entraîné des troubles cognitifs, des dépressions, des décrochages scolaires etc., dont les séquelles sont innombrables à court, moyen et long terme, tant économiques, sociales que psychologiques.

Nous ne sommes pas dans un problème sanitaire, mais bien uniquement politique visant à habituer des populations entières à se soumettre, à se déshumaniser et à ressembler de plus en plus aux petits Chinois qui « s’adapteraient » selon nos médias complices.
Non, ils ne sont pas adaptés, mais SOUMIS. Non, nous ne devons pas laisser soumettre nos enfants aux caprices des milliardaires mondialistes en recherche de légions d’« esclaves » déshumanisés obéissants, aveugles et sourds. Le port du masque des scolaires encore d’actualité en janvier 22 alors que l’épidémie est terminée et que les enfants ne sont pas à risque est infâme. Il démontre, s’il en était besoin, la perversité des mesures sans intérêt sanitaire.

Le masque est une torture psychologique, physique, mentale. Dès l’été 2020 des psychologues, orthophonistes, pédopsychiatres, enseignants appelaient au secours, constatant chez les très jeunes des troubles de gravité variable, comme l’incapacité à apprendre à lire, à écrire, sans l’aide de la reconnaissance des lettres et syllabes sur la bouche, chez l’enseignant et l’élève. La perte de l’apprentissage du langage non verbal est aussi d’une gravité certaine dans la formation des émotions et des rapports entre humains, aussi petits soient-il. Nous avons, comme d’autres, insisté sur la toxicité particulière du port du masque en crèche et maternelle conduisant à des enfants qui ne savent pas ce qu’est un visage (leurs dessins en témoignent)…

Ce pouvoir a-t-il seulement réfléchi aux conséquences multiples de ce masque inutile favorisant infections locales et pulmonaires en plus des déformations anatomiques bien décrites par les dentistes et ORL. Une circulaire pondue par un énarque dans un beau bureau des ors de la République, imposant le port du satané masque et basta, on obéit. La France est devenue une vaste expérience de Milgram, la population étant hypnotisée par un message unique infiniment répété par tous les médias mainstream financés par le pouvoir et Big Pharma, focalisé sur le risque du virus, qui pourtant de toute évidence ne constitue plus une menace réelle et n’a jamais été grave pour les individus de moins de 65 ans sans maladie associée.

Et comme cela ne suffisait pas, a commencé la grande braderie du pseudo-vaccin qui allait tout arranger et avant tout les finances de Pfizer et affidés. Les pressions médiatiques ont divisé les familles, rajoutant du stress au stress, et la soumission du peuple espérant sortir du marasme via la piqûre merveilleuse, ou simplement pouvoir continuer à gagner sa vie a été large. Les multiples prêches des ministres ont utilisé la pensée magique via cette piqûre.

Les mentalités ont changé, la recherche d’emploi a chuté (réglant magnifiquement le taux de chômage, faute de nouveaux inscrits). Les étudiants et élèves se sont, pour trop d’entre eux, désintéressés du fond, et ont privilégié la vie au jour le jour, ne voulant pas pour la majorité d’entre eux entendre parler des possibles effets délétères du masque et autres coercitions ni de ceux de la piqûre libératrice, que nient effrontément les officiels du ministère.

Et quand trop de sportifs contraints de se vacciner par leurs fédérations sont tombés au champ d’honneur, les médecins de plateau ont inventé une nouvelle maladie cardiaque… Et pourtant combien de décès déjà chez les jeunes vaccinés, que certains se permettent de relativiser par rapport au nombre d’injectés.

Mais si c’était votre enfant qui a perdu la vue, qui aura des problèmes de stérilité, ou des maladies auto-immunes, quand ce ne sera pas une maladie de la vache folle, ou qui a perdu la vie d’emblée ? Rare effet secondaire ? Oui, espérons-le, mais votre enfant n’est pas une statistique et a-t-il mérité de jouer à la roulette russe, pour vous rassurer, pour obéir, pour vous soumettre par fatigue, facilité , fuite ? Nous sommes là, parents, grands-parents pour les défendre et non pour les livrer en sacrifice, enfant martyre qui symbolise le don ultime de l’innocence face à la violence.

La résistance à la piqûre magique et la tentative du miracle du test tous azimuts

Et comme il y avait de la « résistance » tout de même y compris chez les soignants, et les pompiers aux premières loges pour constater les dégâts, ils eurent l’idée de génie du TEST à gogo qui nous a coûté dix milliards d’euros en 2021 et beaucoup de peur, de drames, d’arrêt de travail et d’école. La peur, toujours la peur, leur seule arme.

Alors que les enfants ne contaminent pas et ne risquent rien, ils ont créé des queues dignes de l’URSS de jadis, devant les pharmacies pour détecter les cas contacts, ces fameuses personnes sans symptômes, sans maladie, mais qui de l’imagination de nos politiques, permettraient de perpétrer cette psychose populaire, en faisant croire malgré tout à un RISQUE !

Nouvelle déstabilisation des écoles, mais aussi des entreprises par les absences imposées par le pouvoir. Tout ça pourquoi ? User la patience du peuple et l’envoyer dans les centres de la piqûre, rapidement avant que le cirque de la plandémie ne se dévoile trop vite. Si on peut encore utiliser les millions de doses achetés à Pfizer, ce sera toujours cela… et ils tentent d’accélérer encore et encore. Ils espèrent pouvoir maintenir leurs restrictions délétères le plus longtemps possible pour les annuler peu de temps avant les élections en proclamant « la victoire contre le vilain virus grâce aux mesures sanitaires et aux vaccins » et en tirer un bénéfice électoral.

Eh oui, car la réalité finit par apparaître, malgré la mise en scène mondiale, le bilan des injections apparaît de plus en plus clairement catastrophique dans les pays les plus vaccinés, qui sont devenus les plus contaminés et les plus touchés par la mortalité. À ces pays très vaccinés, qui souffrent d’une mortalité cumulée record s’opposent ceux qui ont refusé les ukases de l’OMS et utilisé les traitements précoces (tels que l’hydroxychloroquine, antibiotiques, Ivermectine etc.).

L’Algérie, dont la population est semblable à celle de la France par l’âge et les comorbidités de sa population, a démontré l’efficacité du protocole Raoult.

Manifestement la situation évolue très vite et il est indispensable que les parents fassent échapper leurs enfants à l’injection morbide, car rien ne pourra les protéger des effets délétères irréversibles des injections.
Espérons que les convois de la liberté dans tous les pays du monde nous libèrent enfin.

Enfin, préservons nos enfants en allant informer les parents partout où ils sont menacés d’injection. Vous en sauverez peut-être quelques-uns. Le collectif Blouses Blanches l’a expérimenté efficacement en allant s’entretenir avec les parents tentés.
« L’acharnement des corrompus sur les enfants s’intensifie pendant qu’on parle élections et autres jeux olympiques. (voir sur Telegram leaders unis pour la protection des enfants)
https://www.ouest-france.fr/bretagne/melesse-35520/une-vaccimobile-pour-les-enfants-le-mercredi-16-fevrier-b1805c88-a1b5-47b7-bb9b-e646c776b366

Melesse. Une « vaccimobile » pour les enfants le mercredi 16 février

Afin de répondre à l’élargissement de la campagne de vaccination contre le Covid aux enfants âgés de 5 à 11 ans, la Croix-Rouge, avec la collaboration de l’Agence régionale de santé (ARS), a mis en place une « vaccimobile » qui se déplace de commune en commune. « Les cas contacts peuvent se faire vaccin… »

Appelez les journaux pour protester contre cette publicité normalement interdite puisque ce médicament expérimental est remboursé par la Sécurité Sociale…

image_pdfPDF A4image_printImprimer
S’abonner
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires