Sauvez Poutine !

31/10/2022 (2022-10-31)

1

Nous avons appris de source « sûre » que le beau-frère du cousin d’une secrétaire travaillant à la Maison Blanche aurait entendu un haut gradé raconter qu’un de ses officiers aurait rapporté que Poutine aurait demandé l’asile politique aux USA2.

En journalistes professionnels soucieux de vérifier l’information, nous avons cherché à croiser nos sources.

Notre correspond local a immédiatement contacté un journaliste au Washington Post qui a confirmé que l’information était plus que probablement exacte mais que ce ne serait pas le beau-frère du cousin mais le beau-frère d’une cousine à moins que ce ne fut la belle-sœur d’un cousin.

Une preuve de plus de l’importance de tout vérifier dans ce monde de désinformations véhiculées par les complotistes d’extrême-droite antisémites post-fascistes.

Ce que ne manquent pas de faire au quotidien l’ensemble des journalistes mainstream de notre belle démocratie.

Nous avons immédiatement contacté l’ambassade de Russie et n’avons pas été surpris par leur réponse.

Ceux-ci nous ont rapporté, je cite :

« Il n’existe aucun Poutine en Russie ! »

Une preuve de plus de leurs mensonges !

Flash back

Comment en sommes-nous arrivés à une situation telle que le dictateur sanguinaire, l’ogre de Sibérie, le dépeceur de Volgograd, l’odieux Poutine, en arrive à demander l’asile politique chez nos gentils alliés américains ?

Tout ceci a débuté il y a quelques mois lorsque les russes ont commencé à bombarder la centrale nucléaire de Zaporijjia3, centrale qu’ils contrôlaient.

Ouest-France4 (avec AFP) :

« La centrale de Zaporijjia est au cœur des inquiétudes ces derniers jours. Aux mains des Russes, elle fonctionne désormais avec des risques de fuites radioactives et d’incendie… Les troupes russes ont bombardé le site « à plusieurs reprises au cours de la dernière journée. »

Les murs du Kremlin avaient tremblé ce jour là tant Poutine était hors de lui, traitant ses généraux de débiles profonds.

L’histoire aurait pu s’arrêter là mais que nenni.

Voici que ces mêmes russes sabotent leurs propres gazoducs à n’en point douter !

Libération5 (mais aussi tant d’autres) nous a éclairé :

« Gazoduc Nordstream : des détonations enregistrées avant les grandes fuites en mer Baltique Parmi les hypothèses crédibles, celle du sabotage par les Russes eux-mêmes pour faire encore monter le prix du gaz sur le marché mondial.»

Ils ont bien essayé de dire que ce n’était pas eux et ont eu l’audace de raconter que le sabotage avait été accompli avec le soutien du Royaume-Uni.

L’accusation est à ce point débile et délirante que notre Première Ministresse Élisabeth Born a déclaré6 :

« Il y a une enquête en cours et je ne crois pas ce qui a été dit (par les russes) ce matin. »

Il y a des évidences qui sont bonnes à répéter.

De source aussi vérifiée que la demande d’asile de Poutine7, celui-ci aurait alors déclaré lors du sabotage :

« Mais bande de cons, vous auriez pas pu fermer le robinet pour priver l’occident de gaz au lieu de faire sauter ce truc qui nous a coûté des milliards ! »

8

Devant la réaction de ses conseillers, ou plutôt l’absence totale de réaction (imaginez le cerveau d’Homer Simpson), celui-ci se serait arraché de nouveaux cheveux.

Ce qui nous échappait hier est ainsi devenu limpide aujourd’hui.

Nous nous étions interrogés depuis des années sur sa calvitie mais elle s’explique totalement à la lumière des événements des derniers mois.

Hélas, la spirale infernale n’a pas pris fin !

Début octobre, une attaque du seul pont reliant la Crimée à la Russie s’est produite.

Une fois de plus, la presse occidentale n’est pas tombée dans le piège.

Comme le Nouvel-Obs9, pardon l’AFP, qui a précisé :

« Explosion sur le pont de Crimée : la présidence ukrainienne suggère une « piste russe »

« C’est en Russie qu’il faut chercher les réponses », a déclaré Mykhaïlo Podoliak, conseiller de Volodymyr Zelensky. »

Vladimir Poutine, affalé sur son canapé, a reçu une fois de plus ses conseillers et leur aurait dit avant même qu’ils n’ouvrent la bouche :

« J’imagine que le sabotage du pont c’est vous aussi ! »

Ceux-ci auraient répondu fièrement :

« Oui comme ça les Ukrainiens ne pourront pas l’emprunter pour envahir la Crimée. »

Poutine s’apprêtait à dire qu’ils n’avaient pas besoin de passer par la Russie pour aller en Crimée et qui leur suffisait de prendre la route, mais il renonça par manque d’énergie.

Nous pouvions imaginer que cette succession d’actes complément débiles de la part des russes prendrait fin mais c’était sans compter sur le dernier événement que nous vous relatons fidèlement avec l’aide de la presse française.

L’attaque de navires russes à Sébastopol

Le Huffingpost10 nous rapporte (avec l’AFP) :

(Je rappelle que les journaux français ne diffusent QUE de l’information « vérifiée »,
« sourcée » « AFP », afin de ne pas désinformer le public.
Ce qui n’est pas le cas, hélas, de torchons comme France-Soir
qui utilise des journalistes et des enquêteurs indépendants.)

Je cite le Huffpost :

« Une attaque de drones en Crimée, accuse l’armée russe.

L’armée russe a annoncé avoir repoussé, ce samedi 29 octobre, une attaque de drones massive sur sa flotte dans la baie de Sébastopol, en Crimée annexée. Une attaque que l’armée de Vladimir Poutine a imputée à l’Ukraine et à la Grande-Bretagne et qui a endommagé un navire.

La Défense britannique a réagi en dénonçant de « fausses informations » destinées à « détourner l’attention », tandis qu’un responsable ukrainien a suggéré qu’une « manipulation négligente d’explosifs » par les forces russes était à l’origine de l’incident. »

Les militaires russes sont tellement nuls que, cette fois-ci, ils ont endommagé un de leurs navires en manipulant des explosifs.

Poutine a tout de suite téléphoné aux généraux leur demandant si ils étaient au service de la Russie ou de l’OTAN.

Ceux-ci auraient répondu :

« Ne croyez pas la propagande occidentale.
Ces explosions ne sont pas accidentelles mais volontaires afin de déstabiliser l’ennemi.
Nous avons appris de l’Histoire et afin de ne pas être pris au dépourvu (comme les français en 1940), nous avons décidé de commencer à saborder la flotte comme à Toulon en 1942. »

La goutte de trop pour Vladimir Poutine qui aurait immédiatement utilisé le téléphone rouge pour appeler Biden:

« Je ne suis plus en sécurité dans mon propre pays, mon chauffeur risque de lancer ma voiture dans un mur pour éviter qu’un extrémiste ukrainien ne cherche à me rentrer dedans. Je ne vois qu’une solution, quitter ce pays de fous et demander l’asile politique à l’axe du bien qui lui, au moins, n’agit jamais contre son propre camp. Je vois tous les jours à la TV française des hommes politiques se réjouir de l’inflation de 10% et de l’augmentation de plus de 400% du prix de l’énergie. Nous voyons bien qu’ils sont au service de leur peuple et ne rechignent pas à serrer la ceinture de leurs compatriotes pour la victoire du « bien ». »

C’était donc les dernières informations du jour.

Quant à savoir si les gentils américains auront la gentillesse de l’accueillir comme ils ont recueilli les gentils nazis utiles après-guerre, c’est une autre histoire.

Nous ne manquerons pas de vous en dire plus lorsque nous n’en saurons pas plus comme nos confrères.

Merci

Alain Tortosa11
30 octobre 2022.
https://7milliards.fr/tortosa20221030-sauvez-le-soldat-poutine.pdf


image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

S’abonner
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires