Robert F. Kennedy — L’idiot utile du lobby israélien

19/08/2023 (2023-08-19)

[Source : Arrêt sur info]

Par Chris Hedges

[Illustration : réfugiés palestiniens au Liban, 1948. (Photo ONU)]

S’opposer à Israël a un coût politique que peu de gens, y compris Robert F. Kennedy Jr, sont prêts à payer. Mais si vous le faites, vous vous distinguerez comme quelqu’un qui fait passer les principes avant l’opportunisme.

Le long cauchemar de l’oppression des Palestiniens n’est pas une question mineure. Il s’agit d’une question en noir et blanc, celle d’un État colonial, soutenu par des milliards de dollars américains, qui impose à la population autochtone de Palestine une occupation militaire, un régime apartheid, une violence horrible. C’est le tout puissant contre le tout impuissant.

Israël utilise son armement moderne contre une population captive qui n’a ni armée, ni marine, ni armée de l’air, ni unités militaires mécanisées, ni commandement et contrôle, ni artillerie lourde, tout en prétendant que ses actes intermittents de massacre à grande échelle relèvent du domaine de la guerre.

Les roquettes grossières tirées sur Israël par le Hamas et d’autres organisations de résistance palestinienne — un crime de guerre parce qu’elles visent des civils — ne sont en rien comparables aux bombes Mark-84 de 2 000 livres, dites « bunker-buster », qui ont un « rayon d’action » de plus de 32 mètres et qui « créent une onde de pression supersonique lorsqu’elles explosent », larguées par Israël sur des quartiers palestiniens surpeuplés, aux milliers de Palestiniens tués et blessés et à la destruction ciblée des infrastructures de base, y compris les réseaux électriques et les stations d’épuration des eaux.

Les Palestiniens de Gaza vivent dans une prison à ciel ouvert qui est l’un des endroits les plus densément peuplés de la planète. Ils sont privés de passeports et de documents de voyage.

La malnutrition est endémique dans les territoires occupés. Selon un rapport de la Banque mondiale datant de 2022, « une forte proportion » de la population palestinienne est « déficiente en vitamines A, D et E, qui jouent un rôle clé dans la vision, la santé des os et la fonction immunitaire ». Le rapport note également que plus de 50 % des personnes âgées de 6 à 23 ans à Gaza et plus de la moitié des femmes enceintes sont anémiques et que « plus d’un quart des femmes enceintes et plus d’un quart des enfants âgés de 6 à 23 mois [en Cisjordanie] sont anémiques ».

Quatre-vingt-huit pour cent des enfants de Gaza souffrent de dépression, suite à 15 ans de blocus israélien, selon un rapport de Save the Children datant de 2022, et plus de 51 % des enfants ont été diagnostiqués comme souffrant de stress post-traumatique suite à la troisième grande guerre de Gaza en 2014. Seuls 4,3 % de l’eau de Gaza sont considérés comme propres à la consommation humaine. Les Palestiniens de Gaza sont entassés dans des taudis insalubres et surpeuplés. Ils manquent souvent de soins médicaux de base. Le taux de chômage est l’un des plus élevés au monde (46,6 %).

L’objectif du sionisme, avant même la création d’Israël, a été de chasser les Palestiniens de leur terre et de réduire ceux qui restent à une lutte pour la subsistance, comme le note l’historien israélien Ilan Pappe :

« Le 10 mars 1948, un groupe de onze hommes, des dirigeants sionistes chevronnés et de jeunes officiers militaires juifs, mettent la dernière main à un plan de nettoyage ethnique de la Palestine. Le soir même, des ordres militaires sont envoyés aux unités sur le terrain pour préparer l’expulsion systématique des Palestiniens de vastes régions du pays.

Les ordres sont accompagnés d’une description détaillée des méthodes à utiliser pour expulser la population par la force : intimidation à grande échelle, siège et bombardement des villages et des centres de population, incendie des maisons, des propriétés et des biens, expulsion des résidents, démolition des maisons et, enfin, pose de mines dans les décombres afin d’empêcher le retour des habitants expulsés. Chaque unité a reçu sa propre liste de villages et de quartiers à cibler conformément au plan d’ensemble. Sous le nom de code Plan D (Dalet en hébreu)…

Une fois le plan finalisé, il a fallu six mois pour mener à bien la mission. À la fin de celle-ci, plus de la moitié de la population indigène de Palestine, soit plus de 750 000 personnes, avait été déracinée, 531 villages avaient été détruits et 11 quartiers urbains avaient été vidés de leurs habitants ».

Il est difficile d’ignorer ces faits politiques et historiques, que j’ai rapportés en tant qu’arabophone pendant sept ans, dont quatre en tant que chef du bureau du Moyen-Orient pour le New York Times. Même à distance.

J’ai vu des soldats israéliens se moquer de garçons en arabe dans les haut-parleurs de leur jeep blindée dans le camp de réfugiés de Khan Younis, à Gaza. Les garçons, âgés d’une dizaine d’années, ont ensuite jeté des pierres sur un véhicule israélien. Les soldats ont ouvert le feu, tuant certains d’entre eux et en blessant d’autres. Dans le lexique israélien, cela se traduit par des enfants pris entre deux feux.

J’étais à Gaza lorsque des avions d’attaque F-16 ont largué des bombes à fragmentation en fer de 1 000 livres sur des quartiers densément peuplés. J’ai vu les cadavres des victimes, y compris des enfants, alignés en rangs serrés. Il s’agissait d’une frappe chirurgicale sur une usine de fabrication de bombes.

J’ai vu Israël démolir des maisons et des immeubles pour créer des zones tampons entre les Palestiniens et les troupes israéliennes. J’ai interviewé des familles démunies qui campaient dans les décombres de leurs maisons. Les destructions se transforment en démolitions de maisons de terroristes.

J’ai visité les restes d’écoles, de cliniques médicales et de mosquées bombardées. J’ai entendu Israël prétendre que des roquettes ou des tirs de mortier errants de la part des Palestiniens étaient à l’origine de ces morts et d’autres, ou que les endroits attaqués servaient de dépôts d’armes ou de sites de lancement.

À l’instar de tous les autres journalistes que je connais et qui ont travaillé à Gaza, je n’ai jamais vu la moindre preuve que le Hamas utilise des civils comme « boucliers humains ». Paradoxalement, il existe des preuves que l’armée israélienne utilise des Palestiniens comme boucliers humains, ce que la Haute Cour d’Israël a jugé illégal en 2005.

L’utilisation par Israël du gros mensonge (Große Lüge) relève d’une logique pervertie. Le gros mensonge alimente les deux réactions qu’Israël cherche à susciter : le racisme chez ses partisans et la terreur chez ses victimes.

Il y a un prix politique élevé à payer pour défier Israël, dont l’ingérence manifeste dans le processus politique américain fait des protestations les plus tièdes contre la politique israélienne un vœu de mort politique. Les Palestiniens sont pauvres, oubliés et seuls. C’est pourquoi la défiance à l’égard du traitement infligé par Israël aux Palestiniens est la question centrale à laquelle est confronté tout homme politique qui prétend s’exprimer au nom des personnes vulnérables et marginalisées.

S’opposer à Israël a un coût politique que peu de gens, y compris Robert F. Kennedy Jr, sont prêts à payer. Mais si vous tenez bon, vous vous distinguez comme quelqu’un qui place les principes avant l’opportunisme, qui est prêt à se battre pour les misérables de la terre et, si nécessaire, à sacrifier son avenir politique pour conserver son intégrité. Kennedy échoue à ce test crucial de courage politique et moral.

Robert F. Kennedy Jr. lors d’un événement à Phoenix en 2017. (Gage Skidmore, Flickr, CC BY-SA 2.0)

Au lieu de cela, Kennedy régurgite tous les mensonges, tous les clichés racistes, toutes les déformations de l’histoire et tous les commentaires dégradants sur le retard du peuple palestinien colportés par les éléments les plus rétrogrades et d’extrême droite de la société israélienne. Il colporte le mythe de ce que Pappe appelle l’« Israël imaginaire ».

Cela suffit à le discréditer en tant que candidat progressiste. Il remet en question son jugement et sa sincérité. Cela fait de lui un autre membre du Parti démocrate qui danse sur l’air macabre joué par le gouvernement israélien.

Kennedy s’est engagé à défendre moralement Israël, ce qui équivaut à défendre moralement l’Afrique du Sud de l’apartheid. Il répète, presque mot pour mot, les points de discussion du manuel de propagande israélienne élaboré par le sondeur et stratège politique républicain Frank Luntz. L’étude de 112 pages, portant la mention « ne pas distribuer ou publier », qui a été divulguée à Newsweek, a été commandée par le Projet Israël. Elle a été rédigée au lendemain de l’opération « Plomb durci » de décembre 2008 et janvier 2009, au cours de laquelle 1 387 Palestiniens et neuf Israéliens ont été tués.

Ce document stratégique est le schéma directeur de la manière dont les politiciens et les lobbyistes israéliens vendent Israël. Il met en évidence l’écart considérable entre ce que les politiciens israéliens disent et ce qu’ils savent être la vérité. Il est conçu pour dire au monde extérieur, en particulier aux Américains, ce qu’ils veulent entendre. Le rapport est une lecture obligatoire pour quiconque tente de faire face à la machine de propagande israélienne.

Le document, par exemple, suggère de dire au monde extérieur qu’Israël « a le droit d’avoir des frontières défendables », mais conseille aux Israéliens de refuser de définir ce que devraient être ces frontières. Il conseille aux politiciens israéliens de justifier le refus d’Israël d’accueillir 750 000 Palestiniens et leurs descendants, qui ont été expulsés de leur pays pendant la guerre de 1948, leur interdisant de revenir chez eux, alors même que le droit au retour est garanti par le droit international, en qualifiant ce droit de « revendication ».

La Commission recommande aux Palestiniens, qui ont été expulsés de leur pays pendant la guerre de 1948, de rentrer chez eux, bien que le droit au retour soit garanti par le droit international, en qualifiant ce droit de « revendication ».

Elle recommande également de soutenir que les Palestiniens cherchent à effectuer des migrations massives pour s’emparer de terres à l’intérieur d’Israël. Il suggère de mentionner les centaines de milliers de réfugiés juifs d’Irak, de Syrie et d’Égypte, qui ont fui l’antisémitisme et la violence dans le monde arabe après la création de l’État juif. Le document recommande de dire que ces réfugiés ont également « laissé des biens derrière eux », justifiant ainsi le pogrom israélien par le pogrom des États arabes après 1948. Il recommande d’imputer la pauvreté des Palestiniens aux « nations arabes » qui n’ont pas offert « une vie meilleure aux Palestiniens ».

Ce qui est le plus cynique dans ce rapport, c’est la tactique consistant à exprimer une fausse sympathie pour les Palestiniens, qui sont rendus responsables de leur propre oppression.

« Montrez de l’empathie pour les DEUX camps »,peut-on lire dans le document. « L’objectif de la communication pro-israélienne n’est pas simplement de faire en sorte que les personnes qui aiment déjà Israël se sentent bien dans leur décision. L’objectif est de gagner de nouveaux cœurs et de nouveaux esprits pour Israël sans perdre le soutien qu’il a déjà ». Il est dit que cette tactique « désarmera » le public.

Je doute que Kennedy ait lu ou entendu parler du rapport de Luntz. Mais il a été nourri à la cuillère de ses arguments et les recrache naïvement. Israël ne veut que la paix.

Israël ne pratique pas la torture. Israël n’est pas un État d’apartheid. Israël accorde aux Arabes israéliens des droits politiques et civiques qu’ils n’ont pas dans d’autres régions du Moyen-Orient. Les Palestiniens ne sont pas délibérément pris pour cible par les forces de défense israéliennes (FDI). Israël respecte les libertés civiles, les droits des femmes et du mariage. Israël possède « le meilleur système judiciaire du monde ».

Kennedy fait d’autres affirmations, comme sa déclaration bizarre selon laquelle l’Autorité palestinienne paie des Palestiniens pour tuer des Juifs n’importe où dans le monde, ainsi que des falsifications de l’histoire élémentaire du Moyen-Orient, qui sont tellement absurdes que je vais les ignorer. Mais j’énumère ci-dessous des exemples tirés des volumes de preuves qui font imploser les points de discussion inspirés par Luntz que Kennedy répète au nom du lobby israélien, bien qu’aucune preuve ne puisse probablement percer son attachement intéressé à l’« Israël fantaisiste ».

Apartheid

Un garçon palestinien et un soldat israélien devant la barrière israélienne en Cisjordanie, août 2004.
(Justin McIntosh, Wikimedia Commons, CC BY 2.0)

Le rapport 2017 de l’ONU : « Les pratiques israéliennes à l’égard du peuple palestinien et la question de l’apartheid » conclut qu’Israël a mis en place un régime d’apartheid qui domine le peuple palestinien dans son ensemble. » Depuis 1967, les Palestiniens en tant que peuple ont vécu dans ce que le rapport appelle quatre « domaines », dans lesquels les fragments de la population palestinienne sont ostensiblement traités différemment, mais partagent en commun l’oppression raciale qui résulte du régime d’apartheid.

Ces domaines sont les suivants :

1— Le droit civil, avec des restrictions spéciales, régissant les Palestiniens qui vivent en tant que citoyens d’Israël ;

2— Le droit de résidence permanente régissant les Palestiniens vivant dans la ville de Jérusalem ;

3— Le droit militaire régissant les Palestiniens, y compris ceux des camps de réfugiés, vivant depuis 1967 dans des conditions d’occupation belligérante en Cisjordanie et dans la bande de Gaza ;

4— Politique visant à empêcher le retour des Palestiniens, qu’ils soient réfugiés ou exilés, vivant en dehors du territoire sous le contrôle d’Israël.

Le 19 juillet 2018, la Knesset israélienne a voté « l’approbation de la loi fondamentale de l’État-nation juif, consacrant constitutionnellement la suprématie juive et l’identité de l’État d’Israël en tant qu’État-nation du peuple juif », a expliqué le groupe de défense des libertés civiles Adalah, basé à Haïfa. Il s’agit de la loi suprême d’Israël « capable d’annuler toute législation ordinaire ».

En 2021, le groupe israélien de défense des droits de l’homme B’Tselem a publié un rapport intitulé « Un régime de suprématie juive du Jourdain à la mer Méditerranée : c’est l’apartheid ».

Le rapport se lit comme suit :

« Dans toute la zone comprise entre la mer Méditerranée et le Jourdain, le régime israélien met en œuvre des lois, des pratiques et une violence d’État destinées à consolider la suprématie d’un groupe — les Juifs — sur un autre — les Palestiniens. Une méthode essentielle pour atteindre cet objectif consiste à aménager l’espace différemment pour chaque groupe.

Les citoyens juifs vivent comme si toute la région était un espace unique (à l’exclusion de la bande de Gaza).

La ligne verte ne signifie pratiquement rien pour eux : qu’ils vivent à l’ouest de cette ligne, sur le territoire souverain d’Israël, ou à l’est, dans des colonies non officiellement annexées à Israël, n’a aucune incidence sur leurs droits ou leur statut.

En revanche, l’endroit où vivent les Palestiniens est crucial. Le régime israélien a divisé la région en plusieurs unités qu’il définit et gouverne différemment, accordant aux Palestiniens des droits différents dans chacune d’elles. Cette division ne concerne que les Palestiniens… Israël accorde aux Palestiniens un ensemble de droits différents dans chacune de ces unités — tous inférieurs aux droits accordés aux citoyens juifs. »

« Depuis 1948, poursuit le rapport, Israël a pris plus de 90 % des terres situées sur son territoire souverain et a construit des centaines de communautés juives, mais pas une seule pour les Palestiniens (à l’exception de plusieurs communautés construites pour concentrer la population bédouine, après les avoir dépossédés de la plupart de leurs droits de propriété) », lit-on dans le rapport.

Les forces militaires israéliennes arrivent pour démolir la communauté palestinienne
de Khirbet Ein Karzaliyah le 8 janvier 2014.
(B’Tselem, Wikimedia Commons, CC BY 4.0)

« Depuis 1967, Israël a également mis en œuvre cette politique dans les territoires occupés, dépossédant les Palestiniens de plus de 2 000 km2 sous divers prétextes. En violation du droit international, il a construit plus de 280 colonies en Cisjordanie (y compris Jérusalem-Est) pour plus de 600 000 citoyens juifs. Il a conçu un système de planification distinct pour les Palestiniens, destiné principalement à empêcher la construction et le développement, et n’a pas établi une seule nouvelle communauté palestinienne. »

[« Tant qu’il n’y aura qu’une seule entité politique appelée Israël dans ce territoire situé à l’ouest du Jourdain, elle sera soit non juive, soit non démocratique. Si ce bloc de millions de Palestiniens ne peut pas voter, ce sera un État d’apartheid », a déclaré l’ancien Premier ministre israélien Ehud Barak en 2010.

Trois ans plus tôt, l’ancien Premier ministre israélien Ehud Olmert avait déclaré : « Si le jour où la solution à deux États s’effondre, nous sommes confrontés à une lutte de type sud-africain pour l’égalité des droits de vote (également pour les Palestiniens dans les territoires), alors, dès que cela se produira, l’État d’Israël sera fini ».

Un ancien ambassadeur d’Israël en Afrique du Sud, Alon Liel, a été encore plus direct. « Dans la situation actuelle, tant qu’un État palestinien n’est pas créé, nous sommes en fait un seul État. Cet État commun, dans l’espoir que le statu quo soit temporaire, est un État d’apartheid »].

Cibler les civils

Tanzaniens à Dar es-Salaam protestant contre le bombardement de Gaza par Israël en 2008-2009.
(Muhammad Mahdi Karim, Wikimedia Commons, GFDL).

Contrairement aux affirmations de Kennedy selon lesquelles « la politique de l’armée israélienne est de toujours attaquer uniquement des cibles militaires », le ciblage délibéré de civils et d’infrastructures civiles par l’armée israélienne et d’autres branches de l’appareil de sécurité israélien a été largement documenté par des organisations israéliennes et internationales.

Le rapport Goldstone de 2010, qui compte plus de 500 pages, a enquêté sur l’attaque aérienne et terrestre israélienne de 22 jours contre Gaza, qui s’est déroulée du 27 décembre 2008 au 18 janvier 2009. Le Conseil des droits de l’homme des Nations unies et le Parlement européen ont approuvé le rapport.

Selon le Centre palestinien pour les droits de l’homme, l’attaque israélienne a fait 1 434 morts, dont 960 civils. Plus de 6 000 maisons ont été détruites ou endommagées, laissant derrière elles quelque 3 milliards de dollars de dégâts dans l’une des régions les plus pauvres de la planète. Trois civils israéliens ont été tués par des roquettes tirées sur Israël pendant l’assaut.

Les principales conclusions du rapport sont les suivantes :

– « De nombreux cas d’attaques meurtrières israéliennes contre des civils et des biens civils étaient intentionnels, notamment dans le but de répandre la terreur, que les forces israéliennes ont utilisé des civils palestiniens comme boucliers humains et que ces tactiques n’avaient pas d’objectif militaire justifiable.

— Les forces israéliennes ont délibérément tué, torturé et infligé d’autres traitements inhumains à des civils et ont délibérément causé d’importantes destructions de biens, en dehors de toute nécessité militaire, sans raison et de manière illégale.

— Israël a violé son obligation de respecter le droit de la population de Gaza à un niveau de vie suffisant, y compris l’accès à une nourriture, une eau et un logement adéquats. »

Le 14 juin de cette année, B’Tselem a rapporté que « de hauts responsables israéliens » sont « pénalement responsables d’avoir sciemment » ordonné des frappes aériennes qui « devaient blesser des civils, y compris des enfants, dans la bande de Gaza ».

Contrairement au mythe propagé par Kennedy, les rapports et les enquêtes, tant de l’ONU que des groupes de défense des droits, nationaux et internationaux, couvrent systématiquement les violations suspectées ou connues des militants palestiniens lorsqu’ils enquêtent sur des crimes de guerre présumés. Comme le note B’Tselem dans le même rapport de 2019, au total, quatre Israéliens ont été tués et 123 blessés.

Le mois dernier, l’experte de l’ONU sur la situation des droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés depuis 1967, l’avocate internationale et universitaire italienne Francesca Albanese, a présenté son rapport au Conseil des droits de l’homme de l’ONU. La lecture de ce rapport est très sombre.

« La privation de liberté est un élément central de l’occupation israélienne depuis le début. Entre 1967 et 2006, Israël a incarcéré plus de 800 000 Palestiniens dans le territoire occupé. Bien qu’elle ait connu un pic lors des soulèvements palestiniens, l’incarcération est devenue une réalité quotidienne. Plus de 100 000 Palestiniens ont été détenus pendant la première Intifada (1987-1993), 70 000 pendant la deuxième Intifada (2000-2006) et plus de 6 000 pendant l’ ‘Intifada de l’unité’(2021).

Environ 7 000 Palestiniens, dont 882 enfants, ont été arrêtés en 2022. Actuellement, près de 5 000 Palestiniens, dont 155 enfants, sont détenus par Israël, dont 1 014 sans inculpation ni jugement. »

Torture

Environ 1 200 plaintes « alléguant des violences lors des interrogatoires du Shin Bet [l’Agence de sécurité israélienne] » ont été déposées entre 2001 et 2019, selon le Comité public contre la torture en Israël.

« Aucune inculpation n’a été prononcée », rapporte le comité. « C’est une nouvelle illustration de l’impunité systémique totale dont jouissent les interrogateurs du Shin Bet. »

Les méthodes coercitives comprennent le harcèlement sexuel et l’humiliation, les coups, les positions de stress imposées pendant des heures et les interrogatoires qui ont duré jusqu’à 19 heures, ainsi que les menaces de violence à l’encontre des membres de la famille.

« Ils ont dit qu’ils tueraient ma femme et mes enfants. Ils ont dit qu’ils annuleraient les autorisations de traitement médical de ma mère et de ma sœur », a déclaré un survivant en 2016. « Je ne pouvais pas dormir parce que même lorsque j’étais dans ma cellule, ils me réveillaient toutes les 15 minutes… Je ne pouvais pas faire la différence entre le jour et la nuit… Je crie encore dans mon sommeil », a déclaré un autre survivant en 2017.

L’ancien rapporteur spécial de l’ONU sur la torture, Nils Melzer, a exprimé « sa plus grande inquiétude » après un arrêt rendu en décembre 2017 par la Cour suprême d’Israël exemptant les agents de sécurité d’une enquête criminelle malgré leur utilisation incontestée de « techniques de pression » coercitives contre un détenu palestinien, Assad Abu Gosh. Il a qualifié cet arrêt de « permis de torturer ».

M. Abu Gosh “aurait été soumis à de mauvais traitements, notamment des passages à tabac, des coups contre les murs, des flexions du corps et des doigts, des ligatures dans des positions douloureuses, des privations de sommeil, ainsi que des menaces, des insultes et des humiliations”. Les examens médicaux confirment que M. Abu Gosh souffre de diverses lésions neurologiques résultant des tortures qu’il a subies ».

Libertés civiles

Graffiti « Gazez les Arabes ! » à Hébron, 2008.
(Magne Hagesæter, Wikimedia Commons, CC BY 3.0)

Lors des élections de novembre 2022 en Israël, une coalition d’extrême droite théocratique, nationaliste et ouvertement raciste a pris le pouvoir. Itamar Ben-Gvir, du parti ultranationaliste Otzma Yehudit, « Puissance juive », est ministre de la sécurité nationale. Otzma Yehudit est composé d’anciens membres du parti Kach du rabbin Meir Kahane, qui s’est vu interdire de se présenter à la Knesset en 1988 pour avoir épousé une « idéologie de type nazi » qui prônait notamment le nettoyage ethnique de tous les citoyens palestiniens d’Israël, ainsi que de tous les Palestiniens vivant sous l’occupation militaire israélienne.

Sa nomination, ainsi que celle d’autres idéologues d’extrême droite, dont Bezalel Smotrich, le ministre des Finances, met un terme aux vieilles rengaines utilisées par les sionistes libéraux pour défendre Israël, à savoir qu’il est la seule démocratie du Moyen-Orient, qu’il recherche un règlement pacifique avec les Palestiniens dans le cadre d’une solution à deux États, que l’extrémisme et le racisme n’ont pas leur place dans la société israélienne et qu’Israël doit imposer des formes draconiennes de contrôle aux Palestiniens afin de prévenir le terrorisme.

Le nouveau gouvernement de coalition serait en train de préparer une législation qui permettrait de disqualifier presque tous les membres palestiniens/arabes de la Knesset pour siéger au parlement israélien, et d’interdire à leurs partis de se présenter aux élections. Les récentes « réformes » judiciaires réduisent à néant l’indépendance et le contrôle des tribunaux israéliens. Le gouvernement a également proposé de fermer Kan, le réseau de radiodiffusion public, bien que cette proposition ait été modifiée pour corriger ses « défauts ». M. Smotrich, qui s’oppose aux droits des LGBTQ et se qualifie lui-même d’’homophobe fasciste », a déclaré mardi qu’il gèlerait tous les fonds destinés aux communautés palestiniennes d’Israël et à Jérusalem-Est.

Israël a promulgué une série de lois visant à restreindre les libertés publiques, à qualifier de terrorisme toutes les formes de résistance palestinienne et à qualifier d’antisémites les partisans des droits des Palestiniens, même s’ils sont juifs. La modification de l’une des principales lois israéliennes sur l’apartheid, la « loi sur les comités de village » de 2010, accorde aux quartiers comptant jusqu’à 700 ménages le droit de refuser l’installation de personnes afin de « préserver le tissu » de la communauté. Israël a plus de 65 lois qui sont utilisées pour discriminer directement ou indirectement les citoyens palestiniens d’Israël et ceux des territoires occupés.

La loi israélienne sur la citoyenneté et l’entrée en Israël empêche les citoyens palestiniens d’Israël d’épouser des Palestiniens de Cisjordanie et de Gaza.

Les mariages interreligieux sont également interdits en Israël.

Comme l’explique Jacob N. Simon, qui a été président de la Jewish Legal Society au Michigan State University College of Law :

« La combinaison des exigences liées à la lignée sanguine pour être considéré comme juif par le tribunal rabbinique orthodoxe et la restriction du mariage exigeant des cérémonies religieuses montre une intention de maintenir la pureté de la race. Au fond, cela n’est pas différent du désir d’avoir des Aryens au sang pur dans l’Allemagne nazie ou des Blancs au sang pur dans le sud des États-Unis de l’époque Jim Crow ».

Ceux qui soutiennent ces lois discriminatoires et embrassent l’apartheid israélien sont aveuglés par l’ignorance volontaire, le racisme ou le cynisme. Leur objectif est de déshumaniser les Palestiniens, de défendre un chauvinisme juif intolérant et d’inciter les naïfs et les crédules à justifier l’injustifiable. Kennedy, dépourvu d’une boussole morale et d’un système de croyances ancré dans des faits vérifiables, n’a pas seulement laissé tomber les Palestiniens, il nous a laissés tomber.

Chris Hedges, 15 août 2023

Chris Hedges est un journaliste lauréat du prix Pulitzer qui a été correspondant à l’étranger pendant 15 ans pour le New York Times, où il a été chef du bureau du Moyen-Orient et chef du bureau des Balkans. Auparavant, il a travaillé à l’étranger pour The Dallas Morning News, The Christian Science Monitor et NPR.

Source : Scheerpost.com

Traduit par Arrêt sur info

image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

S’abonner
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires