Les tireurs de ficelles de l’UE — Pourquoi chaque citoyen de l’UE se trouve aujourd’hui en guerre

14/05/2023 (2023-05-14)

[Source : Kla.tv]

L’Union européenne — et donc chaque citoyen de l’UE (!) — se trouve en guerre contre la Russie. Comment en est-on arrivé là ? Dans ce documentaire, Kla.TV se penche sur la genèse et les décideurs de l’UE — depuis les pères fondateurs jusqu’à la politique de haut niveau actuelle. Qui dirige l’Union européenne et quels sont ses véritables objectifs ?

Le projet de paix de l’UE se trouve en guerre ! C’est ce qui ressort des déclarations du représentant de l’UE pour les affaires étrangères, Josep Borrell, lors de la Conférence de Munich sur la sécurité 2023. Il argumente que l’Ukraine ne peut pas gagner la guerre sans munitions. Borrell a déclaré : « Nous sommes en mode de guerre ». Il s’agit désormais de réagir rapidement, a-t-il ajouté.

« Nous sommes en mode de guerre » – L’UE promet d’aider l’Ukraine en matière de munitions
https://orf.at/stories/3305770

L’UE augmente son aide militaire de deux milliards d’euros
https://orf.at/stories/3297414

Un million d’obus en douze mois
Les Etats membres veulent fournir à l’Ukraine « un million de munitions d’artillerie » au total dans un délai de « douze mois ».

https://www.faz.net/aktuell/politik/ausland/eu-investiert-zwei-milliarden-euro-in-munition-fuer-die-ukraine-18762529.html

L’UE décide d’une mission de formation militaire pour l’Ukraine
https://www.vienna.at/militaerische-eu-ausbildungsmission-fuer-ukraine-beschlossen/7695367

L’Union européenne — et donc chaque citoyen de l’UE (!) — se trouve en guerre contre la Russie. Dans ce documentaire, Kla.TV met en lumière la genèse et les décideurs de l’UE — depuis les pères fondateurs jusqu’au haut niveau de politique actuelle. Qui dirige l’Union européenne et quels sont ses véritables objectifs ?
Pour commencer, découvrez comment l’UE est en guerre contre la Russie. Dans les chapitres suivants, nous nous pencherons sur la question de savoir comment nous en sommes arrivés là.

[Voir aussi :
Les racines nazies de l’UE et de l’OTAN]

CHAPITRE 1 – L’Union européenne se trouve en guerre

Le 10 décembre 2012, l’Union européenne a reçu le prix Nobel de la paix. Dix ans plus tard, l’UE participe à la guerre entre la Russie et l’Ukraine en livrant des milliards de dollars de matériel militaire. Au lieu d’une désescalade et d’une focalisation sur les négociations de paix, cela attise encore plus la guerre.
Jusqu’à présent l’UE a investi dans la guerre Russie-Ukraine 4,5 milliards d’euros pour l’ingérence militaire avec des armes et des équipements. La politique de guerre actuelle de l’Union européenne est ainsi habilement déguisée en politique de paix. La facilité européenne pour la paix est le nom de l’instrument de financement de la guerre de l’UE qui fournit les moyens financiers pour la participation à la guerre. Le 10 janvier 2023, l’UE et l’OTAN ont également signé à Bruxelles une future coopération stratégique.

Comme l’UE s’implique militairement dans la guerre Russie-Ukraine, l’ensemble de l’UE est déjà impliqué dans une guerre menée par un pays non membre de l’UE. Cela risque de provoquer une troisième guerre mondiale et la propagation de la guerre sur le sol européen.
De plus, l’UE est engagée dans une guerre économique avec la Russie. Depuis l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014 et surtout depuis le début de la guerre entre la Russie et l’Ukraine en février 2022, de nombreuses sanctions ont été imposées à la Russie. Mais celles-ci touchent principalement l’Europe – et plus particulièrement la population européenne, car les sanctions font grimper les prix de l’énergie et l’inflation en Europe.

La politique étrangère et la politique de sécurité actuelle de l’UE montre en outre clairement que les pays de l’UE se soumettent aux directives de la direction de l’UE ! Et ce, bien que toutes les décisions importantes au niveau de l’UE – comme dans le cas des livraisons d’armes et des sanctions – soient soumises au principe de l’unanimité, ce qui donne de facto un droit de veto à chaque Etat. Si un seul pays vote contre, la participation à la guerre n’aurait pas lieu.
Des pays comme la Hongrie et l’Autriche, qui ne participent pas aux livraisons militaires, les rendent cependant possibles en utilisant la possibilité d’une « abstention constructive ». Tout en s’abstenant lors du vote, ils n’utilisent pas leur droit de veto en votant NON à la participation à la guerre.
Pourquoi ce droit de veto n’est-il pas utilisé et pourquoi même un pays neutre comme l’Autriche ne vote-t-il pas « non », empêchant ainsi la participation à la guerre ?
Pour répondre à cette question, il faut comprendre comment l’UE fonctionne et comment elle est construite.

CHAPITRE 2 – L’adhésion à l’UE entraîne l’abandon de la souveraineté des États nationaux

Les débuts de l’UE remontent aux années 1950. Le 9 mai 1950, Robert Schumann, à l’époque ministre français des Affaires étrangères, a présenté l’idée de soumettre la production franco-allemande de charbon et d’acier à une autorité commune. C’est entré dans l’histoire sous le nom de « plan Schumann » et a conduit à la fondation de la Communauté européenne du charbon et de l’acier en avril 1951. C’est pourquoi l’UE célèbre chaque année la Journée de l’Europe le 9 mai. Aujourd’hui, l’UE est une association de 27 États européens, comptant au total 450 millions d’habitants.
Au fil du temps, l’UE s’est transformée en une union politique qui a acquis une influence croissante et une position de pouvoir politique sur les États membres.

En 1957, les traités de Rome ont créé la Communauté économique européenne entre regroupant la Belgique, la France, l’Italie, le Luxembourg, les Pays-Bas et la République fédérale d’Allemagne. En 1987, la Communauté, jusqu’alors axée sur la coopération économique, s’est transformée en une union politique. Par le traité de Maastricht en 1992, une politique étrangère et de sécurité commune a été ajoutée. Dans les traités de réforme qui ont suivi, le dernier en date étant le traité de Lisbonne de 2009, les compétences politiques supranationales de l’UE ont été constamment renforcées et les gouvernements nationaux ont été privés de leurs pouvoirs.

Pas à pas, les compétences supranationales de l’UE ont été renforcées par plusieurs traités réformateurs, le dernier en date étant le traité de Lisbonne de 2009. Il en résulte qu’aujourd’hui, environ 90% de la législation dans les États membres de l’UE concerne la mise en œuvre de lois européennes. Cela représente une énorme restriction de la souveraineté nationale d’un État membre de l’UE et montre son énorme influence sur la législation. La condition préalable à l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne était la ratification par les 27 États membres de l’UE.
Mais qu’en est-il lorsque la ratification n’est pas acceptée par la population d’un pays ? Comment l’UE gère-t-elle les votes non souhaités ?

Après le rejet du traité de Lisbonne par la population irlandaise lors d’un référendum en 2008, un nouveau vote a été organisé sans plus attendre. Le peuple irlandais a finalement approuvé le traité lors d’un second référendum en 2009, bien qu’il n’ait pas fait l’unanimité.
Dans ce contexte, il est également frappant de constater que le gouvernement de l’UE agit très durement contre ses propres pays membres lorsque ceux-ci adoptent des lois ou des réformes qui « ne plaisent pas » à la Commission européenne. En voici quelques exemples :

26.10.2022 | L’UE menace la Pologne au sujet des milliards promis
https://www.welt.de/politik/ausland/plus241801703/Rechtsstaats-Streit-Jetzt-zieht-die-EU-den-Milliarden-Hammer-gegen-Polen

13.12.2022 | L’UE retire 6,3 milliards d’euros à la Hongrie
https://www.derstandard.at/story/2000141751408/eu-entzieht-ungarn-6-3-milliarden-euro

29.9.2022 | La Commission européenne lance plusieurs procédures contre l’Allemagne
https://rp-online.de/politik/eu/eu-kommission-startet-mehrere-verfahren-gegen-deutschland_aid-77578415

Le fait que la souveraineté de tous les États-nations doit être de plus en plus transférée à une instance supérieure – en l’occurrence à l’UE – n’est probablement pas un hasard.
Une déclaration de Georges Berthoin, qui fut directeur de cabinet de Jean Monnet, l’un des pères fondateurs de l’UE, laisse deviner ce qui se cache derrière :
Berthoin a déclaré dans une interview en 2010 :

« Ce qui a été réalisé en Europe sera un jour applicable au niveau d’un gouvernement mondial. C’est précisément le grand défi du 21e siècle. Un exemple frappant est le discours que George Bush senior a prononcé en 1990 devant l’Assemblée générale des Nations unies alors qu’il était président en exercice des États-Unis d’Amérique. Il y déclara qu’il espérait la création d’un nouvel ordre mondial. »

Dans les lignes qui suivent, nous allons à présent citer nommément les tireurs de ficelles et les architectes de ce « nouvel ordre mondial » en rapport avec l’Union européenne.

CHAPITRE 3 – Les pères fondateurs de l’UE

Outre Robert Schumann, les hommes d’État Richard Coudenhove-Kalergi, Jean Monnet, Paul-Henri Spaak, Walter Hallstein et Józef Retinger comptent parmi les pères fondateurs les plus importants de l’UE.

Les pères fondateurs de l’UE – leurs objectifs, leurs financiers et leurs commanditaires

  1. Richard Coudenhove-Kalergi [1894 – 1972]
    Après la Première Guerre mondiale, plusieurs tentatives ont été faites pour réunir les nations européennes sous un seul État. L’une d’entre elles est l’Union paneuropéenne, fondée en 1922 par l’Autrichien Richard Coudenhove-Kalergi.
    Le baron Louis Rothschild a soutenu le mouvement paneuropéen et a mis Coudenhove-Kalergi en contact avec le banquier hambourgeois Max Warburg. Celui-ci fit un don de 60 000 marks-or pour stimuler le mouvement.
    En 1946, le Premier ministre britannique et franc-maçon Winston Churchill a prononcé à Zurich un discours écrit par Coudenhove-Kalergi. Dans ce discours, il appelait à la création des « États-Unis d’Europe ».
    En 1948, un congrès du « Mouvement européen » s’est finalement tenu à La Haye sous la présidence de Churchill, ce qui a conduit plus tard à la création du Conseil de l’Europe de Strasbourg.
    Coudenhove-Kalergi était lui-même franc-maçon et a fondé en 1947 la super-loge (ur-lodge) maçonnique PAN-EUROPE. La loge de recherche maçonnique ‘Quatuor Coronati’ a admis sans ambages dans son annuaire 1995 sur le ‘Mouvement Paneuropéen’ que Coudenhove-Kalergi avait mis en place son organisation politique – dans le monde entier – à l’aide de la structure des loges de la franc-maçonnerie. Parmi les soutiens connus figuraient des francs-maçons comme Otto von Habsburg, Hjalmar Schacht, Ludwig Nathaniel Rothschild, Konrad Adenauer, Felix Warburg et Jean Monnet.
  2. Jean Monnet [1888-1979] et Robert Schumann [1886-1963].
    Le franc-maçon Jean Monnet a rédigé la déclaration historique par laquelle Robert Schuman, alors ministre français des Affaires étrangères, a présenté le 9 mai 1950 la création de la Communauté européenne du charbon et de l’acier. En 1958, Robert Schuman a été élu premier président du Parlement européen nouvellement créé à Strasbourg, qui a remplacé l’Assemblée commune de la Communauté européenne du charbon et de l’acier.
    Jean Monnet, quant à lui, a été le premier président de la Communauté européenne du charbon et de l’acier de 1952 à 1955. Georges Berthoin était à cette époque son directeur de cabinet. En 1973, Berthoin a également été l’un des fondateurs de la Commission trilatérale, une organisation créée par David Rockefeller et Henry Kissinger dans le cadre d’un gouvernement fantôme mondial. En 1975, Berthoin est devenu président européen de la Commission Trilatérale.
  3. Józef Retinger [1888 – 1960]
    Le franc-maçon polonais Józef Retinger fut, après la Seconde Guerre mondiale, l’un des architectes décisifs du Mouvement européen. La première pierre fut posée lors du Congrès européen de 1948 à La Haye. Sous la présidence de Winston Churchill, 700 délégués y ont participé. Le congrès a été présidé entre autres par Józef Retinger. Lors d’une réunion ultérieure, on a préparé la création du Conseil de l’Europe et l’union économique européenne a été décidée. Józef Retinger a été secrétaire général du Mouvement européen de 1948 à 1950. Il était également considéré comme le cofondateur des conférences informelles Bilderberg de 1952 à 1954, initiées par David Rockefeller. Il a ensuite été secrétaire permanent du groupe Bilderberg jusqu’à sa mort en 1960.
    Depuis 1954, la conférence Bilderberg est une réunion exclusive de dirigeants mondiaux. Elle a lieu une fois par an à huis clos, complètement fermée au public et à l’abri de regards indiscrets. Des participants jusqu’alors peu connus se retrouvent souvent à des postes élevés peu après leur visite chez les Bilderberg.
    A la base de la Communauté économique européenne figurent les traités de Rome de 1957. L’historien britannique Richard Aldrich a révélé qu’ils avaient vu le jour lors de la réunion Bilderberg en 1956.
  4. Paul-Henri Spaak [1899 – 1972].
    Le Premier ministre belge Paul-Henri Spaak a été président du Mouvement européen de 1950 à 1955 et a joué un rôle décisif dans la mise en place des institutions qui sont devenues l’Union européenne.
    Spaak rencontrait régulièrement Jean Monnet, Robert Schuman, Walter Hallstein et Konrad Adenauer dans la maison privée de Jean Monnet pour discuter de la mise en œuvre et du lancement de l’UE. Walter Lippmann, cofondateur du CFR, Council on Foreign Relations, en français « Conseil des relations étrangères » – financé par la famille Rockefeller, y était également régulièrement invité.
  5. Walter Hallstein [1901 – 1982]
    Le juriste et homme politique allemand Walter Hallstein a largement contribué à la rédaction du traité de la « Communauté économique européenne » (CEE), entré en vigueur le 1er janvier 1958. Hallstein fut le premier président de la Commission de la CEE de 1958 à 1967, puis le président du Mouvement européen international jusqu’en 1974.
    Dans ce contexte il faut noter qu’Hallstein a participé à la conférence Bilderberg en 1958.
    Les pères fondateurs montrent que l’UE a été mise en place et financée par la franc-maçonnerie internationale et par de puissantes personnes qui tirent les ficelles. L’objectif : l’établissement d’un gouvernement mondial, comme l’a clairement exprimé le chef de cabinet de Jean Monnet.

Les faits suivants donnent un aperçu supplémentaire du financement des initiatives européennes et des pères fondateurs :
En 1948, Coudenhove-Kalergi a fondé à New York le Comité américain pour une Europe unie. Le financement provenait entre autres des fondations Ford et Rockefeller. Le directeur général de ce comité fut l’ancien chef des services secrets William Joseph Donovan, son adjoint le directeur de la CIA Allen Welsh Dulles. Donovan était également membre de la Fondation Rockefeller. Allen Dulles a également siégé de 1927 à 1969 au conseil d’administration du CFR, financé par la famille Rockefeller, et était considéré comme l’un des francs-maçons les plus influents de son époque.

Le Comité américain pour une Europe unie s’est révélé être un bailleur de fonds important du mouvement européen dans son ensemble jusque dans les années 1960. Il a été utilisé comme un moyen discret d’acheminer des fonds de la CIA vers des organisations européennes, dont le Conseil de l’Europe et la Communauté européenne du charbon et de l’acier. Au milieu des années 1950, ce comité recevait environ 1 million de dollars par an de la CIA. Des documents gouvernementaux américains déclassifiés en 2000 ont également révélé que les dirigeants du Mouvement européen – Józef Retinger, Robert Schuman et Paul-Henri Spaak – recevaient également des fonds de la CIA.

Jusqu’ici, la famille Rockefeller, et en particulier le descendant de la famille, David Rockefeller, se révèle être le puissant cerveau derrière les pères fondateurs et derrière le financement de l’UE. David Rockefeller, décédé en 2017, était un banquier américain qui, à partir de 1949, a fait partie du conseil d’administration, puis a été directeur du CFR, qui tire les ficelles comme une sorte de gouvernement de l’ombre en Amérique. C’est à partir du CFR que, sous la grande influence de David Rockefeller, la conférence Bilderberg et la Commission trilatérale, entre autres, ont été stratégiquement préparées et lancées parallèlement à l’Union européenne. La naissance de l’UE a été essentiellement financée par Donovan et Dulles, ses hommes de confiance, avec l’aide de la CIA.

L’Union européenne se révèle-t-elle aujourd’hui être le jouet de ces puissants acteurs et de leurs relais ? Qu’en est-il de la direction actuelle de l’UE ?

CHAPITRE 4 – Les présidents de la Commission européenne depuis 1999

Il est à noter que les présidents de la Commission européenne ne sont pas directement élus par la population – mais nommés par le Conseil européen et ensuite élus par le Parlement européen.

  1. Romano Prodi [Président de la Commission européenne de 1999 à 2004].
    Romano Prodi était jusqu’en 2019 membre du ECFR – c’est-à-dire du Conseil européen pour les relations étrangères. Ce dernier a été créé et financé principalement par George Soros en 2007 en tant que branche européenne du Council on Foreign Relations. L’ancienne conseillère politique de Prodi, Alba Lamberti, est devenue la directrice adjointe du ECFR. Prodi a participé aux réunions de Bilderberg à partir de 1980 et a même fait partie du comité directeur du groupe Bilderberg par la suite.
  2. Jose Manuel Barroso [Président de la Commission européenne 2004 – 2014].
    Barroso fait partie du groupe Bilderberg depuis 1994 et fait désormais partie du comité directeur de Bilderberg.
  3. Jean-Claude Juncker [Président de la Commission européenne 2014 – 2019].
    En 2019, le quotidien hongrois « Magyar Idök » a fait un rapport détaillé sur les contacts continus et intensifs entre George Soros ou des représentants de ses organisations et des politiciens européens de premier plan. Soros a rencontré officiellement Juncker ou des membres de sa Commission plus de 20 fois depuis le début du mandat de Jean-Claude Juncker.
    La déclaration de Juncker en 1999 explique clairement la procédure à suivre pour un nouvel ordre mondial : « Nous décidons quelque chose, puis nous le mettons dans l’espace et nous attendons un certain temps pour voir ce qui se passe. S’il n’y a pas de grands cris et pas de révoltes, parce que la plupart des gens ne comprennent pas ce qui a été décidé, alors nous continuons – pas à pas, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de retour en arrière possible. »
    C’est là que l’on voit apparaître un autre cerveau qui dirige les décideurs de l’UE. George Soros agit également au sein du CFR. Son empreinte est visible dans le renversement du gouvernement ukrainien, le coup d’État de l’Euromaïdan, entre 2013 et 2014. Soros lui-même a déclaré en 2014 dans une interview à CNN « qu’il avait joué un rôle important dans les événements en Ukraine avec sa Fondation Soros ». Mais il existe aussi des indices concrets selon lesquels Soros a participé à toutes les « révolutions de couleur » – c’est-à-dire aux renversements de gouvernement – de ces 15 dernières années.
  4. Ursula von der Leyen [présidente de la Commission européenne depuis 2019].
    Avant de devenir commissaire européenne, Ursula von der Leyen a officiellement participé à quatre conférences Bilderberg. Elle est considérée comme le premier point de contact de David M. Rubenstein en Europe. Rubenstein est président du CFR et membre de la Commission trilatérale fondée par David Rockefeller et Henry Kissinger.

De nombreux politiciens européens, représentants de gouvernements et personnes clés des principaux pays de l’UE doivent être cités dans le même panier que les présidents de la Commission européenne. Ils sont également membres du groupe Bilderberg, du ECFR ou de la Commission Trilatérale. En voici quelques exemples :

France

Le président de la République française, Emmanuel Macron, a participé à la conférence Bilderberg de 2014. Son conseiller de longue date, Alexandre Adam, et sa conseillère pour les affaires européennes, Garance Pineau, sont membres du ECFR.

Italie

Mario Draghi a été Premier ministre italien jusqu’en octobre 2022. Il a participé à la conférence Bilderberg en 1994, 1995, 2002, 2003, 2004 et 2007. Il est également membre du Group of Thirty – un club privé d’acteurs financiers de premier plan créé par la Fondation Rockefeller.
Giorgia Meloni est la Première ministre italienne depuis octobre 2022. En février 2021, elle a rejoint l’Institut Aspen, un think tank international dont le siège se trouve à Washington D.C. Cet institut est financé entre autres par la famille Rockefeller.

Autriche

Sebastian Kurz a été chancelier fédéral de l’Autriche jusqu’en 2021 et a été membre du ECFR de George Soros pendant cette période. L’actuelle ministre fédérale de l’Europe et de la Constitution, Karoline Edtstadler, est également membre du ECFR. L’actuel chancelier fédéral Karl Nehammer et le ministre autrichien des Affaires étrangères Alexander Schallenberg rencontrent régulièrement George Soros ou son fils Alexander Soros. Presque tous les chanceliers autrichiens depuis 1970 ont participé à des conférences Bilderberg.

Allemagne

Le chancelier allemand Olaf Scholz a participé à la conférence Bilderberg de 2010 et Jörg Kukies est considéré comme l’un de ses principaux conseillers. Il est secrétaire d’État à la chancellerie fédérale et a participé à la conférence Bilderberg de 2022. Les deux secrétaires d’État parlementaires du cabinet d’Olaf Scholz, Niels Annen et Franziska Brantner, sont membres du ECFR.

Ici aussi, on voit clairement comment les dirigeants actuels de l’UE sont mis en place à partir des Bilderberg, du CFR ou de sa branche européenne ECFR. Il en résulte logiquement qu’ils sont également dirigés par ces organes et qu’ils mettent en œuvre leurs objectifs dans leur politique, notamment la création d’un gouvernement mondial unique – et cela passe largement inaperçu auprès de la population.
James Warburg, membre du CFR le 17 février 1950 :

« Nous aurons un gouvernement mondial, que vous le vouliez ou non, soit par soumission, soit par accord. »

Conclusion

Depuis ses débuts, l’UE est financée et dirigée par de puissants tireurs de ficelles qui ont conspiré pour former un gouvernement mondial unique. Ceux-ci ont pas à pas sapé la souveraineté des pays de l’UE et imposé jusqu’ici l’agenda du gouvernement mondial unique contre la volonté de la population. L’UE s’est elle-même transformée en un centre de contrôle de ces stratèges mondiaux, qui dicte à tous les Etats membres jusqu’à la législation nationale.

Ce dont beaucoup ne sont pas encore vraiment conscients, c’est qu’à l’heure actuelle, l’ensemble de l’UE, et donc chaque citoyen européen (!), est en guerre contre la Russie.
Comment une telle chose a-t-elle été possible sans que le grand public ne s’en rende compte ?

David Rockefeller, le fondateur de la conférence Bilderberg, a déclaré en 1991 :

« Nous sommes reconnaissants au Washington Post, au New York Times, au Time Magazine et à d’autres grandes publications dont les rédacteurs en chef ont participé à nos réunions dans le passé et ont respecté l’engagement de confidentialité pendant près de 40 ans. […] Il n’aurait jamais été possible pour nous d’élaborer un plan pour le monde si nous avions été sous les feux de la rampe pendant ces années. Mais le monde est sur une voie complexe et préparée vers un gouvernement mondial. »

En d’autres termes, Rockefeller est très reconnaissant envers les médias grand public, car ceux-ci ont caché les plans à l’opinion publique mondiale pendant des décennies et ont couvert les activités des stratèges mondiaux. Cela inclut également les médias dominants en Europe !
Ce n’est que de cette manière qu’il a été possible, pendant des décennies, de mettre en place pas à pas un gouvernement mondial depuis l’arrière-plan, d’infiltrer les gouvernements des pays membres de l’UE et, finalement, de déguiser même la participation actuelle à la guerre en projet de paix.

Mais il n’est pas encore trop tard !

La population doit connaître et surveiller ces tireurs de ficelles et leurs alliés dans les États-nations, de même que leur plan de mise en œuvre d’un gouvernement mondial et surveillés. C’est le seul moyen pour que la population sans méfiance ne soit plus soumise à ce diktat, mais qu’elle ait le dessus sur ces cerveaux et leurs relais ainsi que sur leurs projets.

Diffusez cette émission au contenu explosif aussi largement que vous le pouvez, s’il vous plaît !

de mw.

Sources / Liens :

Dokumentarfilm Bilderberger – Das geheime Zentrum der Macht, von Andreas von Rètyi und Guido Grandt, 2009

image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *