Le recours aux forêts pour rester libre

[Source : euro-synergies.hautetfort.com]

Le recours aux forêts

Par Roberto Pecchioli 

Source : Ereticamente & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/passare-al-bosco

Les ivrognes accusent le dernier verre : avant, ils étaient encore sobres. Ce n’est pas vrai, mais il y a toujours une goutte qui fait déborder le vase lorsqu’un changement, une idée, une adhésion ou un refus radical se matérialisent et deviennent soudainement réalité. L’écrivain a décidé d' »aller dans les forêts », d’entrer dans la clandestinité.

Admirateurs d’Ernst Jünger, nous entendons suivre les indications du Traité du Rebelle, celui qui va dans les forêts, chassé corps et âme par un ordre qui exige avant tout un contrôle capillaire. Le Rebelle sent qu’il n’appartient plus à rien et « franchit le méridien zéro par ses propres forces ». C’est le geste extrême de défiance au nom de la liberté la plus précieuse, celle de dire non.

Ces deux dernières années, les occasions de dissidence radicale se sont multipliées, et nous ressentons maintenant une accélération à laquelle nous ne pouvons échapper qu’en opposant un refus total, une distance existentielle, morale, voire physique. Nous pourrions énumérer une longue série de faits qui nous incitent à « recourir aux forêts », c’est-à-dire à franchir la frontière de la dissidence et à entrer dans le territoire de la rébellion. Citons-en quelques-uns : par exemple, les propos impromptus du président français Macron, le banquier de la galaxie Rothschild placé à la tête d’une grande nation. En inaugurant la présidence semestrielle de l’Union européenne, le jeune homme a demandé que l’avortement soit inclus comme un droit fondamental dans la Charte des droits de l’UE.

Nous ne voulons pas nous laisser entraîner dans un débat insidieux sur l’interruption volontaire de grossesse (IVG, acronyme bureaucratique neutre). Cependant, imaginer que se débarrasser des enfants à naître – c’est-à-dire des futurs membres de la communauté destinés à la perpétuer – puisse être un droit fondamental, c’est-à-dire quelque chose d’indiscutable, la pierre angulaire d’une société, est un signe de folie criminelle. Ce prétendu droit condamne une civilisation à la mort par extinction, foulant aux pieds le premier des « droits », le droit à la vie. De plus, ce serait un droit accordé à seulement la moitié de l’humanité, puisque – jusqu’à ce que les oligarques en décident autrement – les grossesses sont l’apanage des mammifères femelles. Nous utilisons le langage zoologique parce que c’est le seul langage compris par la culture post-humaine. Les pères – ou plutôt les fournisseurs de sperme – ne comptent pour rien, bien que cinquante pour cent du matériel génétique leur appartienne. A l’heure des droits inhumains et de la culture de l’effacement, le rôle des élites se confirme : fossoyeurs de la civilisation dont ils sont les enfants privilégiés.

Il ne reste que la forêt, ou l’image situationniste du petit homme derrière la grille de l’asile qui demande à un passant extérieur : comment c’est « là-dedans » ? Mauvais, merci. Pendant ce temps, le passeport sanitaire vert imposé aux Italiens sous sa super forme avance de manière menaçante. Mme Von der Leyen, l’angélique Ursula europoïde, prévient que la numérisation de l’existence doit se faire par étapes forcées. Frau Blue Eyes nous informe clairement que tous nos faits – compte bancaire, paiements, données de santé – deviendront numériques (une séquence de chiffres d’identification) insérés dans une sorte de carte d’identité universelle.

Qu’est-ce que le passeport vaccin si ce n’est le système d’exploitation, l’application matricielle dans laquelle nous pouvons insérer nos vies personnelles, intimes, économiques et relationnelles ? Même l’un des virologues vedettes de la télévision, Matteo Bassetti, commence à prendre ses distances, affirmant que ce pass n’a pas de réelle signification sanitaire et devient un instrument de division sociale. Bienvenue parmi nous, professeur. La preuve la plus éclatante en est le traitement réservé à une députée en exercice, Sara Cunial, qui n’est pas vaccinée et qui est empêchée de voter pour le président de la république. La presse en a peu parlé, sauf pour ridiculiser ou offenser la députée. Nous ne connaissons pas ses opinions politiques, mais nous sommes convaincus qu’elle a rendu un immense service à l’interprétation de ce qui se passe.

Récapitulons, pour que nous ayons le temps de réfléchir dans la forêt : le corps électoral qui vote pour le chef de l’État est composé de tous les députés et sénateurs, plus les représentants des régions. C’est ce que nous dit l’Article 83 de la Constitution (la plus belle du monde, hein !). En droit – c’est ce que nous ont appris ceux qui savaient, à l’époque de l’éducation civique – la forme est le fond. A tel point que les services parlementaires ont mis en place des formes de vote pour permettre au bureau de vote (le parlement en session commune) de ne pas exclure les malades, les personnes atteintes de la maladie de Covid et les positifs asymptomatiques. Un député étant décédé, ils se sont empressés, à juste titre, de proclamer élu son remplaçant afin de ne pas priver le corps électoral de son intégralité.

En revanche, Sara Cunial (photo), qui n’est pas vaccinée et ne dispose pas du sauf-conduit magique, ne peut pas voter bien qu’elle soit en parfaite santé. L’Italien moyen est indifférent aux questions de droit (en fait, il est constamment trompé par la loi) et tout au plus conseillerait-il au député vénitien de faire un tampon et d’exercer son droit sans faire d’histoires. Elle fait bien de ne pas s’incliner : elle va perdre sa bataille, mais elle a montré que la constitution ne compte pour rien, puisqu’un document administratif (le laissez-passer vert) vaut plus que le droit de vote. Dans quelques mois, il y aura des élections municipales : voulez-vous parier que vous ne pourrez pas voter sans laissez-passer vert, au mépris de l’article 48 de cet autre papier-là, dorénavant assimilé à des déchets à recycler ?

De cette façon, le système aura préétabli sa victoire, puisque les dissidents – ceux qui n’ont pas de laissez-passer et ceux qui ne veulent pas le montrer comme un signe de liberté – ne pourront pas exprimer leurs opinions. Pendant ce temps, celui qui possède la technologie qui a permis le laissez-passer vert et celui qui a le pouvoir de surveillance devient notre maître, mais qui s’en soucie. Nous ne nous plaindrons que lorsqu’ils nous empêcheront de retirer notre argent. Un puissant appareil de pouvoir privatisé (les géants de la technologie qui possèdent le savoir et les moyens de communication informatique ; les patrons de la finance qui créent de l’argent à partir de rien et nous le prêtent à titre gracieux, créant ainsi l’illusion de la dette ; les multinationales de la santé) fournit aux États – préalablement vidés de leur souveraineté et de leur pouvoir réel – l’arme du contrôle, devenu pouvoir sur la vie. Les peuples reculent devant la peur de la contagion et de la mort, devant la désinformation et la privation des outils de jugement.

Alexandre Soljenitsyne, qui comprenait la tyrannie, implorait ceux qui n’avaient pas le courage de la rébellion ouverte de ne pas devenir au moins complices du mal ; le message tombe dans l’indifférence. La tyrannie, écrit Jünger, n’est possible que si la liberté a été domestiquée, réduite à un concept vide. Tout a un prix et la condition de l’animal domestiqué entraîne celle de la bête de boucherie. Le système du politiquement correct et son extrême – la sous-culture des « réveillés » – est une expérience à grande échelle de domestication contrôlée. Il n’y a pas d’autre choix que de vivre en tant qu’immigrant illégal en essayant d’échapper à la Mégamachine et de maintenir la flamme de la liberté.

À une époque où la stupidité et l’ignorance sont élevées au rang de drapeau, rares sont ceux qui reconnaissent la grande portée symbolique et la tension morale d’un monument à Prague (photo, ci-dessous). Dédié à la mémoire de la violence communiste, il consiste en une série de figures humaines en bronze. Dans la première, on peut voir le corps intact ; dans la dernière, il ne reste que des lambeaux épars. Il s’agit d’un hommage aux victimes du communisme réel qui montre parfaitement comment la personne humaine est progressivement détruite afin de la soumettre jusqu’à sa disparition. Cela vaut pour tous les totalitarismes, même ceux qui avancent sur les ailes de la technologie et de la privatisation oligarchique de tout, insatiables dans leur volonté de dominer et d’annihiler l’autonomie intellectuelle et spirituelle.

Au début, il y a l’homme libre ; ensuite, la personne est conditionnée par le pouvoir de l’appareil de propagande et de répression. Au final, il reste une « entité » humaine, vouée à la seule survie biologique, privée de la volonté nécessaire pour penser, dans un contexte de démotivation, de désespoir et d’apathie.

Le vingtième siècle a changé la qualité de l’attaque contre la liberté, qui est devenue une science, assistée par de nouvelles connaissances appliquées contre l’homme, malgré les prémisses et les avertissements. Pensez au « conditionnement opérant » inventé par le psychologue comportementaliste Burrhus Skinner.  Nous vivons enfermés dans la « cage » de Skinner. Le psychologue a placé une souris – ou un pigeon – dans une cage munie de deux leviers. L’un a transmis un choc électrique, l’autre de la nourriture. Après plusieurs essais, l’animal a compris quel levier délivrait la nourriture (renforcement positif) et a compris qu’il ne fallait pas appuyer sur celui qui donnait le choc (renforcement négatif).

Le conditionnement opérant, récompense et punition, est né. Pour l’homme zoologique, la récompense est le droit à la pulsion libidinale ; la punition est la solitude, la dérision, la discrimination envers ceux qui n’appuient pas sur le bon levier. Le résultat est le conformisme plombé du troupeau.

L’université britannique de Northampton a récemment atteint la perfection, une autre goutte qui fait déborder le vase de la tolérance, un exemple brutal de conditionnement opératoire. Les professeurs de l’université – la classe dirigeante de la culture – ont décidé de mettre en garde les étudiants contre le contenu du roman 1984 de George Orwell, l’une des œuvres dans lesquelles la dénonciation du totalitarisme et l’aspiration à la liberté personnelle et communautaire sont les plus fortes. Le message transmis aux élèves est appelé « trigged warning », un avertissement psychologique qui rappelle une expérience traumatisante. « La lecture de 1984 peut aborder des sujets difficiles liés à la violence, au genre, à la sexualité, à la classe sociale, à la race, à la maltraitance, aux abus sexuels, aux idées politiques et au langage offensant. »

Un travail sur l’absence de liberté est fortement déconseillé car il est le vecteur de déclenchements – de traumatismes psychologiques – au nom de la prudence, de la peur, du silence. Dans le monde sensible, craintif et hypersensible du politiquement correct, il vaut mieux éviter ce qui pourrait déranger, c’est-à-dire faire réfléchir et prendre parti. Tout cela non pas au détriment des analphabètes, mais des jeunes universitaires. La conséquence est que la future classe dirigeante ne connaîtra rien – sous peine de souffrir sous la forme traumatique du déclenchement – des vices des dictatures et de la censure. L’avertissement détournera d’une œuvre qui pose des questions inconfortables et deviendra une aide puissante pour ceux qui s’arrogent une supériorité morale si grande qu’ils effacent tout ce qui ne coïncide pas avec leurs vues.

Dans le roman 1984, les étudiants britanniques pourraient découvrir l’autocensure qui les entoure et les restrictions à la liberté d’expression (deux processus qui marchent ensemble), des indications que le totem et le tabou démocratiques sont faux, du moins estompés, et que les groupes de pression progressistes ont pris le contrôle de l’opinion publique, alternant habilement renforcements positifs et négatifs, récompenses et punitions. Un exemple très clair est lié aux mots, à savoir le néo-langage mentionné par le « dangereux » Orwell. Il y a quelques années encore, on parlait de réchauffement de la planète ; plus tard, l’expression « changement climatique » s’est imposée. La situation est désormais qualifiée d' »urgence climatique ». Qu’est-ce qui a changé en quelques années? La réalité climatique planétaire s’est-elle soudainement précipitée ou le récit dominant a-t-il changé pour des raisons économiques et idéologiques ?

Décourager la lecture d’ouvrages qui obligent à la réflexion critique revient à s’enfermer dans la cage de Skinner. Des chocs électriques pour tout ce qui n’est pas un renforcement positif, la nourriture décidée par le pouvoir. Dans l’empire des Illuminati et des Eveillés, la déesse Raison se couche, dévorée par ses enfants. Laquelle des statues de Prague correspond à l’état de notre société ? Il est significatif que le monument se trouve dans la ville de Franz Kafka, qui a décrit avec lucidité la fragmentation de l’individu face à des structures sociales tellement plus fortes que lui.

Ce n’est qu’en passant par les forêts, exilés et clandestins, que nous pouvons rester semblables à la statue en position verticale, l’homme libre. Sans l’autonomie de lire et de tirer nos propres conclusions d’un livre, comme les étudiants de Northampton, nous sommes au bout du rouleau, la figure humaine brisée, sans bras, avec la moitié de la poitrine cassée, boiteuse. Les inquisiteurs sont au pouvoir, nous dirigeant vers un néo-monde qui cache la lumière comme dangereuse pour les yeux. Dans les forêts résonne l’admonition d’Augustin d’Hippone : « tant que nous vivons, nous luttons, et tant que nous luttons, c’est un signe que nous ne sommes pas encore vaincus et que l’Esprit vit en nous. Et si la mort ne vient pas à toi comme un vainqueur, qu’elle vienne à toi comme un guerrier. »

image_pdfPDF A4image_printImprimer
S’abonner
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
1 Commentaire (en rapport avec l'article et compréhensible, SVP)
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires