Dossier : « On a marché sur le Nevada… mais sur la Lune ? »

23/01/2024 (2024-01-23)

Par Alain Tortosa

Préambule

L’être humain a-t-il déjà mis les pieds sur cet astre ou l’Humanité tout entière est victime d’une vaste escroquerie depuis des décennies ?

Pourquoi écrire sur ce sujet qui ne peut qu’entraîner ricanements de la part d’honnêtes gens qui vivent sur une planète décrite par le journal Le Monde, BFM et autres médias mainstream.

Et bien c’est exactement la raison pour laquelle j’ai choisi ce sujet et non le 11 septembre ou la crise Covid parce que cela évoque une loufoquerie plus ou moins sympathique et non un grave désordre mental qui serait répandu par des extrémistes d’extrême-droite.

L’évocation de la plupart des sujets « complotistes » va immédiatement braquer le citoyen lambda qui va refuser écouter et encore plus toute discussion qui pourrait le placer dans une situation délicate vis-à-vis d’autrui, mais surtout vis-à-vis de lui-même.

Bref, écouter un gars qui vous dirait que nous ne sommes jamais allés sur la Lune c’est un peu comme avoir en face de soi un individu vous expliquant que la Terre est plate (je précise pour les « vérificateurs de l’information » qui voudraient s’engouffrer dans cette brèche pour me ridiculiser, « Non la Terre n’est PAS plate, j’ai étudié le sujet »).

« Nous sommes allés sur la Lune ! »

Les personnes qui sont nées avant 1960 l’ont « vu » de leurs propres yeux1 et les autres en entendent parler depuis leur naissance comme un fait aussi réel que l’eau mouille et le feu brûle.

Toutes les « preuves » sont là ! Photos, vidéos, témoignages, échantillons de sol, mais aussi débunkage quand cela devient nécessaire pour calmer toute velléité « complotiste » potentiellement contagieuse, mais néanmoins « délirante ».

Un autre point en faveur de la croyance repose sur l’énormité du mensonge s’il était avéré et le pourquoi.

« Comment auraient-ils pu nous cacher ces faits si longtemps et pourquoi personne n’a-t-il révélé la vérité ? »

Pourquoi un tel mensonge ?

Le fait de ne pas connaître son auteur sur une scène du crime n’est pas de nature à balayer la réalité de l’acte.

Ici encore tout n’est qu’hypothèses. Parmi celles-ci je pourrais vous citer :

  • Ils ont peut-être cru de bonne foi que c’était possible. Nous étions dans les années soixante, on faisait des fusées, des avions supersoniques, des bombes nucléaires, tout devenait possible. Il fallait battre les Soviétiques, leur prouver la supériorité de l’Amérique. Puis, pour ne pas perdre la face, voyant qu’ils n’y arriveraient jamais, ils se seraient rabattus sur le mensonge et le tournage dans le Nevada par Stanley Kubrick.
  • Les astronautes eux-mêmes ont peut-être été convaincus que c’était un mensonge de courte durée, le temps de résoudre les problèmes techniques et d’y aller vraiment. Quand ils auraient compris qu’ils n’iraient jamais sur la Lune, cela aurait été un enfer pour eux.
  • Ils ont voulu ruiner l’URSS, l’obligeant à se lancer aussi dans la conquête de la Lune.
  • Etc.

La technologie de l’époque

Celles et ceux qui sont nés avec Internet ne peuvent imaginer la réalité de l’âge de Pierre technologique qu’étaient les années 60.

La télévision était encore en noir et blanc et l’ordinateur était plus un projet qu’une réalité. Ceux-ci prenaient la place d’un bâtiment entier pour une puissance de calcul totalement ridicule.

Une époque où même la calculatrice n’existait pas (vraiment). Attention je ne parle pas de la calculatrice programmable graphique des lycéens dont la puissance est infiniment supérieure aux ordinateurs de l’époque, mais de la simple calculatrice pouvant faire des additions, des soustractions, des multiplications et des divisions.

Mon premier ordinateur dans les années 80 aurait fait rêver les ingénieurs de la NASA.

À l’époque on utilisait principalement le stylo, le papier et des règles à calcul !

Ici on parle de construire une fusée qui permettrait d’envoyer des humains sur la Lune et de les faire revenir sains et saufs !

Un peu de bon sens

Pour parvenir à cet exploit, il était impératif de respecter toutes les étapes du lancement de la fusée pour pouvoir faire les calculs. Rappelez-vous que nous sommes à la préhistoire, pas même au début de l’histoire de l’informatique.

Une fusée titanesque décolle sans exploser (pas évident à l’époque), arrive en orbite, tourne autour de la Terre puis quitte l’orbite terrestre au bon moment, se dirige vers la Lune sans la rater, tourne autour, envoie le module lunaire vers le sol, se pose, les gars font leur job, puis redécolle sans encombre avec son unique moteur, tourne autour de la Lune pour rejoindre une orbite circulaire, rejoint la fusée restée en orbite sans la rater, quitte l’orbite lunaire, retourne vers la Terre et amerrit comme il se doit juste à côté du porte-avions qui l’attend gentiment à l’endroit prévu.

Rien qu’en écrivant ces lignes, je ne peux que sourire.

Illustrons l’épopée du LEM qui quitte la Lune pour rejoindre la capsule Apollo en orbite autour de la Lune.

  • Imaginez que vous habitiez Lille et moi Marseille.
  • Imaginez que l’on se donne rendez-vous à l’échangeur d’Artigues-près-Bordeaux. Respectivement à 644 km de Marseille et 801 km de Lille.

Quelle est la probabilité que nous sortions tous deux de l’autoroute à la même seconde et que nous échangions une bouteille d’eau par la fenêtre à la vitesse de 130 km/h ?

Si nous voulons que ce miracle se produise il va non seulement falloir que nous calculions nos heures de départ, mais aussi actualiser en permanence nos calculs, vitesses et temps d’arrêt en fonction de la météo, des embouteillages, de la consommation des véhicules pour le plein de carburant, des pauses pipi, café, manger et ce, en espérant une absence de panne ou d’accident.

Là je vous parle d’un truc qui est environ à 400 000 km de la Terre, qui orbite autour de la Lune à 5920 km/h2 soit 1,67 km en une seconde et que vous ne pouvez pas rater, car vous n’avez qu’un essai.

Pour que la capsule Apollo vous récupère, il vous faudra donc calculer et recalculer :

  • Le moment où vous allez rattraper la capsule en orbite. Un seul essai possible (une première mondiale) pour l’amarrage, car si le Lem et Apollo se ratent ou rebondissent au moment de l’arrimage, alors adieu les astronautes du Lem.
  • La vitesse exacte de l’ascension et de la direction depuis le sol lunaire pour ne pas rater Apollo qui orbite à 6 000 km/h.
  • La fenêtre de décollage de la surface de la Lune pour ne pas rater Apollo au retour. Selon l’IA de Google, le LEM devait se placer sur une trajectoire qui l’amène à moins de 10 km de la capsule Apollo (tout cela avec des commandes manuelles et un ordinateur primitif). Notons qu’Apollo a une orbite circulaire et le Lem une orbite elliptique qu’il doit corriger petit à petit pour rejoindre Apollo au point exact de rendez-vous.
  • La position où vous êtes sur la Lune et la position d’Apollo au moment du décollage qui détermineront quand décoller. Selon l’IA de Google, l’erreur au moment de l’alunissage n’était que de 400 m.
  • La durée de la promenade sur la Lune.
  • La durée du temps de descente sur la Lune.
  • Le moment où le Lem devra quitter la capsule Apollo pour arriver sur le lieu choisi.
  • La durée et le nombre d’orbites autour de la Lune.
  • Le kilométrage et la durée du voyage Terre-Lune sachant notamment que la distance Terre-Lune change.
  • Le nombre et la durée de tours de la Terre (1,5) avant de partir vers la Lune.
  • Le moment de l’arrivée en orbite terrestre de la fusée.
  • Et enfin le moment du décollage de la Terre.

Car n’oublions pas, les réserves d’air et de carburant sont limitées, faire une orbite de plus peut conduire à la mort.

Et pour revenir sur Terre, vous devez calculer :

  • La vitesse et le moment exact pour quitter l’orbite lunaire et le retour vers la Terre.
  • Le moment, l’angle et la vitesse pour entrer en orbite terrestre et ne pas rebondir vers l’espace. La capsule a fait 14 orbites terrestres avant de plonger pour amerrir.
  • La durée de la descente sur Terre et la position du point d’impact dans l’eau sinon la capsule va couler avant que l’on ait pu vous récupérer. Selon l’IA de Google, il restait 4 heures d’air aux astronautes et 15 minutes de combustion. Sachant aussi que le point d’amerrissage ne pouvait être calculé à l’avance notamment du fait de l’incertitude météo. Précisons que les astronautes pilotaient manuellement la position, l’angle et la vitesse de la capsule avec des capteurs internes. (Point de logiciels de calculs ou de feuille de tableur dans laquelle il vous suffit de changer une valeur pour que tous les calculs soient mis à jour instantanément.)

Vous commencez à me suivre ?

Cela veut dire que vous ne pouvez PAS faire l’ensemble de ces calculs avant le départ. Comme pour le voyage Lille-Bordeaux et Marseille-Bordeaux vous allez devoir reprendre les calculs régulièrement, calculs qui doivent avoir un nombre de paramètres délirants pour une mission lunaire.

Je me répète, mais quant au décollage de la Lune, imaginez-le. Apollo est en orbite circulaire et vous vous allez avoir une orbite elliptique au moment de votre mise en orbite autour de la lune. Ne croyez pas que la capsule va vous attendre sur l’échangeur de l’orbite lunaire ! Sans compter que vous avez droit à un seul essai, si vous vous présentez trop tôt trop tard, trop vite, trop lentement, avec un angle trop ou pas assez important.

La réussite de l’opération tiendrait du miracle et de l’absence totale de grains de sable dans le timing. Une simple fermeture éclair coincée ou un éternuement au moment de la rencontre aurait été de nature suffisante à entraîner une catastrophe.

Quelques points problématiques

Nous avons vu que l’opération est loin d’être gagnée d’autant plus en 1969 sans les ordinateurs actuels. Ne vous inquiétez pas, il n’est pas nécessaire d’être un ingénieur pour comprendre et se forger une opinion.

Le lieu de l’amerrissage :

IA :

« Les parachutes d’Apollo ont été déployés à deux altitudes différentes :

* Les parachutes extracteurs ont été déployés à une altitude de 7 010,40 mètres. Ils ont pour fonction de stabiliser le module de commande et de service (CSM) et de le ralentir de 480 à 280 km/h.

* Les parachutes principaux ont été déployés à une altitude de 3 000 mètres. Ils ont pour fonction de ralentir le CSM encore plus, jusqu’à une vitesse de 35 km/h.

Les astronautes n’avaient plus la possibilité de diriger leur capsule dès lors que les parachutes étaient déployés. Un vent fort aurait eu un impact significatif sur le point d’atterrissage d’Apollo. Le vent aurait pu faire dériver la capsule de sa trajectoire prévue, ce qui aurait pu entraîner un atterrissage dans une zone inattendue.

Si le lieu d’amerrissage d’Apollo avait subi un ouragan, les options des astronautes étaient limitées.

* La première option était de reporter l’atterrissage. Cela aurait permis aux conditions météorologiques de s’améliorer. Cependant, cela aurait également signifié que les astronautes devaient rester dans l’espace plus longtemps, ce qui aurait pu entraîner des problèmes d’approvisionnement en oxygène et en nourriture.

* La deuxième option était de tenter un atterrissage dans des conditions météorologiques défavorables. Cela aurait été une décision risquée, car il y avait une forte probabilité que l’atterrissage se passe mal. »

    Les ceintures de van Allen :

    La Terre est protégée des radiations solaires mortelles par un champ magnétique. À de nombreuses reprises, des spécialistes de la NASA ont affirmé que ces radiations posaient un problème que nous devrions résoudre si nous voulions « retourner » ou aller sur la Lune.

    Notez que cela explique l’orbite ultra basse, environ 400 km, de la station internationale. Pour rappel les satellites géostationnaires sont à 36 000 km et la lune à 400 000 km. Des astronautes3 affirment qu’un jour nous pourrons quitter l’orbite basse. Les débunkers disent que ce n’était pas un problème dans les années 60 alors que cela en est un aujourd’hui. Leur argument principal se base sur « ils l’ont fait donc c’est possible ».

    Google IA  :

    « Les ceintures de Van Allen constituent un danger pour les astronautes et les satellites. Les particules chargées peuvent endommager les équipements électroniques et provoquer des lésions aux tissus biologiques.  

    Au-delà de la ceinture de Van Allen, les dangers pour les astronautes et les satellites sont principalement causés par les rayonnements cosmiques.

    Les rayonnements cosmiques sont des particules chargées qui proviennent de l’espace lointain.

    Ils comprennent des protons, des électrons, des neutrons et des noyaux atomiques. 

    Les rayonnements cosmiques peuvent endommager les équipements électroniques et provoquer des lésions aux tissus biologiques. Ils peuvent également provoquer des mutations génétiques, qui peuvent conduire à des cancers et à d’autres problèmes de santé. »

    Notons qu’aucun astronaute parti sur la Lune n’aurait eu de graves maladies suite à son expédition.

    L’ingénieur de la NASA Kelly Smith4 à propos de la mission Orion expliquait en 2014 :

    « En nous éloignant de la Terre, nous traverserons les ceintures de Van Allen, une zone de radiation dangereuse. De telles radiations pourraient endommager les systèmes de guidage, les ordinateurs de bord ou d’autres composants électroniques d’Orion. Naturellement, nous devons traverser cette zone dangereuse deux fois : une fois à l’aller et une fois au retour.

    Mais Orion dispose d’une protection, le blindage sera mis à l’épreuve lorsque le véhicule traversera les vagues de radiations. Des capteurs à bord enregistreront les niveaux de radiation pour que les scientifiques puissent les étudier. Nous devons résoudre ces problèmes avant d’envoyer des personnes dans cette région de l’espace. ».

    Le site Futura-science5 affirme :

    « Un cosmonaute exposé, sans protection, aux radiations des ceintures de Van Allen subirait plusieurs millions de rads par heure (or 500 rads sont généralement mortels). »

    Le débunkage du Parisien précise :

    « La NASA affirme que les combinaisons spatiales portées par les astronautes « les protégeaient parfaitement des radiations qu’ils auraient pu subir en traversant les ceintures de Van Allen. D’autant que la traversée en question a été relativement rapide ».

    IA :

    « Les astronautes d’Apollo 11 ont passé environ 90 minutes dans les ceintures de Van Allen à l’aller et au retour, soit un total de 180 minutes. »

    « La combinaison spatiale et la coque du module de commande permettaient de réduire la dose de radiations reçue par les astronautes d’Apollo 11 de 90 à 95 %. Cela signifie que les astronautes ont reçu environ 5 à 10 % de la dose de radiations qu’ils auraient reçue s’ils n’avaient pas été protégés. »

    Deux millions de rads, 5 %, 3 heures, cela nous fait 300000 rads (dose mortelle à 500). Supposons que Futura Science dise n’importe quoi et se trompe d’un facteur 500 !!!! La dose reçue serait encore de 600 rads. Bien entendu il est possible de dire tout et son contraire. On peut tout autant affirmer que la dose dans les ceintures de Van Allen est de 10 rads par heure, ou même de 1 rad par heure. Cela peut être aussi vrai ou faux que de dire que le bouclier filtre 95 % des radiations.

    Les liquidateurs de la centrale de Tchernobyl auraient reçu entre 1000 et 10 000 rads.

    Si nous sommes allés maintes fois sur la Lune alors il est possible que ces radiations ne soient pas si mortelles que ça. Si en revanche c’est un fake alors il est évident que toutes les données fournies sur les niveaux réels de radiations sont fausses.

    De plus, la NASA n’a peut-être pas choisi la meilleure période pour les missions Apollo.

    « Les pics d’activité solaire dans les années 1960 et 1970 ont été importants. Le maximum d’activité du cycle solaire 19 a eu lieu en 1968, avec une amplitude de 165. Ces pics d’activité solaire ont eu un impact sur la Terre.

    Ils ont provoqué des perturbations dans les communications radio, des pannes d’électricité et des aurores boréales plus intenses. Voici quelques exemples de ces perturbations :

    * En 1968, une tempête solaire a provoqué des perturbations dans les communications radio dans le monde entier.

    * En 1972, une panne d’électricité a touché une grande partie de l’Amérique du Nord. »

    En 1962 les USA ont fait exploser une bombe nucléaire dans l’espace de 1,4 mégatonne, 500 fois plus puissante que celle lâchée sur Hiroshima6, à une altitude de 400 km.

    IA :

    « Les radiations de Starfish Prime ont été coincées dans les ceintures de Van Allen. L’explosion a créé une onde de choc qui a ionisé les atomes et les molécules de l’atmosphère terrestre. Ces ions ont été attirés par le champ magnétique terrestre et ont formé de nouvelles ceintures de radiation autour de la Terre. Les études scientifiques ont montré que la ceinture artificielle s’est dissipée au fil des ans. En 2023, le niveau de radiations dans la ceinture artificielle est comparable à celui des ceintures naturelles. Les radiations dans la ceinture artificielle sont encore dangereuses pour les astronautes et les satellites en orbite. Cependant, elles ne sont plus aussi intenses qu’elles l’étaient au moment de l’explosion de la bombe Starfish Prime. »

    Imaginez donc en 1969, sept ans après l’explosion !

    Certains avancent la thèse que cette bombe aurait été lancée pour faire un « trou » dans la ceinture de radiations et permettre aux astronautes de la franchir sans danger. Au final cela a juste créé une nouvelle ceinture encore plus dangereuse. C’est dire le niveau de folie de ces apprentis sorciers.

    Il est donc intéressant de constater qu’il existe encore des problèmes avec les ceintures de Van Allen naturelles ET artificielles7 qui étaient pourtant « totalement résolus » dans les années 1960-70 avec les multiples missions lunaires.

    Et tout aussi intéressant de rappeler que la station spatiale est en orbite basse.

    ChatGPT rappelle :

    « Safety considerations: The ISS is still within the Earth’s protective magnetosphere in its current orbit, which helps shield it from harmful radiation. Placing it in a higher orbit would expose the station and its crew to increased radiation levels, which could pose health risks and require additional shielding measures. »…
    [« Considérations de sécurité : Sur son orbite actuelle, l’ISS se trouve toujours dans la magnétosphère protectrice de la Terre, ce qui la protège des rayonnements nocifs. En la plaçant sur une orbite plus élevée, la station et son équipage seraient exposés à des niveaux de radiation plus élevés, ce qui pourrait présenter des risques pour la santé et nécessiter des mesures de protection supplémentaires. »]

    Plus de 500 km exposerait l’équipage à des radiations.

    Les photos et films truqués :

    L’intelligence artificielle de Google aurait confirmé à Poutine que les photos sont des faux (problèmes de lumières, d’ombres, etc.), renforçant la thèse d’un tournage en studio dans le Nevada. Stanley Kubrick8 aurait lui-même confessé avoir fait ce fake dans une interview dont j’ai fourni le lien.

    Notons que les débunkers disent que ce n’est pas une preuve, il était tout à fait possible de faire les deux, un vrai alunissage ET une vraie fiction.

    Nous pouvons aussi nous demander comment ils ont pu faire de si belles photos alors même que leur appareil était à réglage manuel de la luminosité, mais aussi qu’ils ne pouvaient pas voir ce qu’ils photographiaient, l’appareil étant fixé sur le torse. De plus ils étaient obligés de retourner dans le module pour changer d’objectif ou de pellicule.

    Par exemple sur la photo ci-dessous nous voyons clairement que les ombres ne sont pas parallèles, ce qui est impossible lorsque la source de lumière est unique, en l’occurrence le soleil.

    Autre photo d’ombres non parallèles :

    Que dire de cette photo sur laquelle nous voyons parfaitement l’astronaute alors même qu’il est dans l’ombre du LEM ET qu’aucun flash n’était utilisé9 ? Il aurait dû être aussi sombre que l’ombre au sol.

    Les appareils photo avaient des croix :

    IA :

    « Les croix sur les photos prises sur la Lune sont des réticules, c’est-à-dire des grilles utilisées pour mesurer les distances et les angles sur les photos. Ils sont généralement composés de deux lignes verticales et de deux lignes horizontales.

    Les réticules sont utilisés par les astronautes pour mesurer la taille des objets sur la Lune, ainsi que les distances entre les objets. Ils sont également utilisés pour déterminer l’orientation des objets. Les réticules sont placés devant l’objectif de l’appareil photo. Ils sont généralement imprimés sur une plaque de verre ou de plastique. Les réticules sont utilisés sur les photos prises sur la Lune depuis les années 1960. Ils sont devenus un élément incontournable des photos lunaires. »

    De fait les réticules sont obligatoirement au premier plan et les objets photographiés au second plan. Il ne saurait exister un objet masquant un réticule à moins d’avoir truqué une photo et rajouté l’objet par la suite.

    Exemple d’objet se trouvant devant le réticule :

    Le journal le Parisien10 confirme qu’il y a bien eu tournage en studio, mais pour un « entraînement ».

    « Aucune preuve ni témoignage faisant état de ce tournage n’ont jamais été révélés. En revanche, la NASA a elle-même diffusé des photographies montrant l’équipe d’astronautes en studio. Mais celles-ci ont été prises trois mois auparavant, en avril 1969 à Houston. Il s’agissait en réalité d’un entraînement visant à préparer la mission d’exploration des astronautes. »

    Il est intéressant de noter que l’IA de Google l’ignore.

    IA :

    « Non, je n’ai pas de photos d’Armstrong et d’Aldrin en avril 1969 simulant dans un studio. Il n’y a aucune preuve que les premiers pas sur la Lune aient été simulés, et il est très peu probable qu’il existe des photos de telles simulations. Les photos et les vidéos de la mission Apollo 11 ont été prises par les astronautes eux-mêmes, et elles ont été diffusées en direct à la télévision dans le monde entier. Ces images ont été largement examinées par des scientifiques et des experts, et il n’y a aucune preuve qu’elles aient été falsifiées ».

    De fait Le Parisien serait-il colporteur de fakenews ??!!

    Notons que la NASA a « perdu » tous les originaux et que les bandes magnétiques auraient été jetées ou recyclées pour faire des économies. Cela ne s’invente pas.

    IA :

    « En 2006, la NASA a reconnu avoir perdu la trace de ces films, qui contenaient des images historiques des premiers pas de l’Homme sur la Lune. En 2006, la NASA a lancé une enquête pour retrouver les films originaux. L’enquête a duré plusieurs années, mais elle n’a pas permis de les retrouver. La perte des films originaux de la mission Apollo 11 a été un incident embarrassant pour la NASA. L’agence spatiale a mis en place des mesures pour éviter que cela ne se reproduise ».

    Je vous rappelle que nous parlons du plus grand exploit de tous les temps et les gars ont perdu les films !

    Les audios truquées

    L’absence de décalage dans des conversations avec la Terre.

    Il serait impossible que la Terre puisse communiquer avec les astronautes sans délai. Le délai de transmission radio entre la lune et la Terre est de 1,3 seconde auxquels il faut rajouter les délais « électroniques » de transmission du signal soit un total d’environ 2 secondes. Dans les documentaires diffusés11, nous entendons des conversations en direct entre les astronautes et la Terre sans le moindre délai. Ici encore les débunkers affirmeront que c’était un montage pour rendre l’enregistrement plus agréable.

    L’absence de bruit de propulsion lors de la descente du Lem ni de cratère d’impact.

    Comment est-il possible que les vibrations n’entraînent pas un bruit à minima audible dans les conversations entre les astronautes et la Terre ? Les astronautes étaient factuellement assis sur le moteur du LEM qui crache des gaz à 100 bars et ils subissent une décélération d’environ 3 G.

    IA :

    « Les astronautes ont décrit ces vibrations comme étant fortes, mais pas insupportables. Ils ont déclaré qu’elles étaient similaires aux vibrations ressenties lors d’un décollage ou d’un atterrissage terrestre. »

    Il est aussi étrange que la zone d’alunissage ne montre aucune trace de cratère de souffle sous la tuyère, et ce pour l’ensemble des alunissages, toutes missions confondues.

    Ci-dessous une photo montrant l’absence de cratère.

    Ci-dessous une photo du booster de Space-X lors d’un retour sur Terre.


    IA :

    « Les températures et pressions du moteur du LEM en phase d’alunissage sont les suivantes : Température en sortie de tuyère : environ 2 600 °C. Pression en sortie de tuyère : environ 100 bars12. Ces valeurs sont similaires à celles des boosters SpaceX Falcon 9 en phase d’atterrissage. La température du sol peut atteindre 2 500 °C lors de l’atterrissage d’un booster Falcon 9. »

    « Grâce à ces facteurs, la température du sol sous la tuyère du LEM peut atteindre 2 600 °C. Cette température est suffisante pour faire fondre le régolithe et créer un cratère d’impact. Voici quelques exemples de températures du sol lunaire mesurées sous la tuyère du LEM lors des missions Apollo :

    Apollo 11 : 2 600 °C

    Apollo 12 : 2 600 °C

    Apollo 14 : 2 500 °C. »

    Une vidéo de la NASA13 simule l’effet du souffle du Lem en fonction du diamètre des poussières sur laquelle nous pouvons voir la création de cratères (je vous invite à réduire la vitesse de lecture à 0,25 pour mieux voir).

    Photo de la simulation sur laquelle nous voyons bien le cratère :

    Un autre facteur étrange est qu’au pied du Lem il y ait énormément d’empreintes de pas suggérant que le souffle du moteur n’a pas balayé la poussière de la zone en sortie de tuyère.

    L’absence de poussières et de lumière au décollage du LM.

    Google IA :

    « Le LEM a soulevé d’énormes quantités de poussière lors des alunissages. La poussière lunaire est très fine et légère, et elle est facilement soulevée par le vent ou par un choc. Lorsque le LEM a touché la surface de la Lune, il a créé une onde de choc qui a soulevé une énorme quantité de poussière. Cette poussière a formé un nuage qui a obscurci la vue des astronautes et de la caméra. Les astronautes ont dû attendre que la poussière se dissipe avant de pouvoir sortir du LEM. »

    Il serait intéressant de savoir comment ils ont pu se poser sans visibilité.

    IA :

    « La zone n’avait pas moins de poussière après l’alunissage. La poussière soulevée par le LEM a recouvert toute la zone environnante. »

    J’ai alors demandé à l’IA de me fournir des photos des Lems avec poussière, mais « étrangement » les photos ne sont pas apparues14. Insistant il m’a dit qu’il me passait des liens, or les titres n’avaient aucun lien, puis je lui ai demandé de m’afficher directement le lien sous la forme https://xxx et il m’a répondu qu’il n’était pas programmé pour pouvoir faire cela.

    Bizarrement les photos du LEM sur le net sont toutes rutilantes. 


    La photo ci-dessus montre un LEM sans la moindre poussière.

    Voici une photo d’un des pieds sans poussière.

    Mais qu’en est-il du décollage, voici les réponses de l’IA :

    « Lors du décollage, le LEM a également soulevé de la poussière. Cela est dû à la poussée des moteurs. La poussière a été soulevée de la surface de la Lune et s’est dispersée dans l’atmosphère lunaire. Cependant, la quantité de poussière soulevée lors du décollage était généralement moindre que celle soulevée lors de l’alunissage. Cela est dû au fait que le LEM s’élevait plus lentement lors du décollage. La poussière soulevée par le LEM lors de son alunissage et de son décollage a eu un impact sur les missions Apollo. Elle a obscurci la vue des astronautes et a rendu difficile la navigation du LEM. »

    Pourtant le film du décollage15 de Apollo 17 que vous pouvez visionner ne montre pas de poussière, ce que l’IA ne nie pas.


    L’IA ne se « démonte » pas et trouve des explications pour le moins « pittoresques » :

    « Le film du décollage d’Apollo 17 ne montre pas de poussière pour plusieurs raisons.

    Premièrement, le LEM s’élevait plus lentement lors du décollage que lors de l’alunissage. Cela signifie que la quantité de poussière soulevée était moindre.

    Deuxièmement, le LEM était équipé d’un système de nettoyage de la poussière. Ce système utilisait des jets d’air pour souffler la poussière de la surface du LEM.

    Troisièmement, le film du décollage a été tourné avec une caméra à haute vitesse. Cela signifie que la poussière était plus difficile à voir sur le film.

    En plus de ces raisons, il est également possible que la poussière ait été soulevée par les vents lunaires avant que le LEM ne décolle. (Un petit Mistral dans le vide spatial…) Si c’est le cas, la poussière aurait été dispersée dans l’atmosphère lunaire avant que le film ne soit tourné. »

    À propos de la combustion et du panache qu’il devrait y avoir sous le Lem lors du décollage.

    Voici les réponses de l’IA :

    « Il y avait un panache de gaz incandescent lors du décollage du LEM. Le panache était causé par la chaleur extrême des gaz de combustion qui étaient expulsés par la tuyère du moteur.

    Les gaz de combustion étaient tellement chauds qu’ils étaient incandescents, c’est-à-dire qu’ils émettent de la lumière. Le panache de gaz incandescent était visible de loin, et il était un signe clair que le LEM décollait. Il était également un danger potentiel pour les astronautes, car il pouvait les brûler. Pour cette raison, les astronautes devaient porter des combinaisons spatiales spéciales qui les protégeaient de la chaleur. Le panache de gaz incandescent était un spectacle impressionnant, et il est un rappel de la puissance des moteurs à propergol solide. »

    « La longueur du panache incandescent lors du décollage du LEM variait en fonction de la vitesse d’ascension du LEM. Plus la vitesse d’ascension était élevée, plus le panache était long. En moyenne, la longueur du panache incandescent était d’environ 100 mètres. Le panache pouvait atteindre une longueur de 200 mètres lors des décollages les plus rapides.

    Voici quelques exemples de la longueur du panache incandescent lors du décollage du LEM : lors du décollage d’Apollo 11, le panache était long d’environ 150 mètres.

    Lors du décollage d’Apollo 17, le panache était long d’environ 200 mètres. »

    « Le panache incandescent du LEM a pu brûler et endommager la partie du LEM restée au sol. Cependant, les dommages étaient généralement mineurs. Dans certains cas, le panache incandescent a pu causer des dommages plus graves au MLD. Par exemple, il a pu faire fondre des composants électroniques ou endommager des structures métalliques. Lors du décollage d’Apollo 17, le bouclier thermique du MLD a été fondu et endommagé. »

    Rappelons que sur la vidéo de décollage du LEM de Apollo 17, il n’y a strictement aucune lumière en sortie de tuyère.

    Cela ne démonte toujours pas l’IA qui devrait faire une carrière d’acteur comique :

    « La vidéo du décollage du LEM d’Apollo 17 ne montre ni panache ni même une petite lumière sous le LEM qui s’élève pour plusieurs raisons.

    Premièrement, la vidéo a été tournée avec une caméra à haute vitesse. Cela signifie que chaque image est capturée en 4,16 millisecondes. La poussière et les gaz chauds du panache incandescent se déplacent rapidement, et ils peuvent donc être difficiles à voir sur une vidéo tournée à une vitesse aussi élevée.

    Deuxièmement, le LEM était équipé d’un système de nettoyage de la poussière. Ce système utilisait des jets d’air pour souffler la poussière de la surface du LEM. Cela a contribué à réduire la quantité de poussière soulevée lors du décollage.

    Troisièmement, le LEM était orienté de manière à ce que le panache incandescent soit dirigé vers le bas. Cela a également contribué à réduire la quantité de poussière et de gaz chauds visibles sur la vidéo. »

    Je lui ai alors demandé s’il avait une photo du décollage de Saturn V prise avec une caméra haute vitesse (pour voir si effectivement cela pouvait masquer les gaz).

    « Oui, il existe des photos du décollage de Saturn V depuis la Terre pour la mission Apollo 17 prises avec des caméras haute vitesse. Ces photos ont été prises par une caméra cinématographique Panavision Panaflex, qui pouvait filmer à une vitesse de 240 images par seconde. Les photos prises avec des caméras haute vitesse ont permis de capturer des détails qui ne seraient pas visibles avec des caméras standard. Elles nous donnent une vision plus claire du décollage de Saturn V et de la puissance de ce lanceur historique. »

    Et là il est censé me montrer « [Image de la fumée et la flamme du moteur de la fusée Saturn V décollant depuis la Terre pour la mission Apollo 17, prise avec une caméra haute vitesse] »

    Et « bizarrement », la 2e fois depuis le début de mon échange avec l’IA, encore à un moment « critique », cette photo n’apparaît pas. J’insiste et voici sa réponse.

    « Je suis désolé, je n’arrive pas à trouver cette image. Je l’ai recherchée dans le catalogue de la NASA et je ne l’ai pas trouvée. »

    « Il est possible que cette image n’existe pas ou qu’elle ne soit pas accessible au public.

    La NASA conserve de nombreuses images et vidéos de ses missions spatiales, mais certaines sont classifiées ou réservées à un usage interne. »

    Bref, vraiment la faute à pas de chance !

    Voici une photo capturée sur le film du décollage16 de Apollo 17 dont j’ignore si la caméra était à haute vitesse ou pas.

    Capture film décollage Apollo 11 à 500 images par seconde17.


    No comment!

    La vidéo du décollage du Lem de la mission Apollo 17 montre clairement une espèce de petit « prout » qui permet au LEM de se détacher de la partie basse. Cela fait un peu de lumière, un peu de poussière, puis le Lem semble quitter la Lune sans propulsion comme s’il était lui-même un ascenseur sans pesanteur. À se demander s’il n’était pas tiré par un câble.

    De plus, la lumière que nous voyons pendant les 13 premières secondes est clairement sur le côté du Lem et non en dessous sous les tuyères, cette lumière serait donc l’éclairage du soleil. Il n’y a donc aucune lumière créée par un moteur dont les gaz sont à « 2600 degrés et 100 bars » (IA).

    Or Google IA dit :

    « La vitesse de satellisation (vitesse minimale pour mise en orbite) du LEM lors de la mission Apollo était de 1,67 km/s à une altitude de 110 km »

    « La durée totale d’utilisation du moteur du LEM depuis le décollage de la Lune jusqu’à la vitesse de satellisation a été de 5 minutes et 42 secondes. »

    « Le moteur de descente du LEM a été allumé en trois étapes, chacune d’une durée de 2 minutes et 21 secondes. Entre le décollage de la Lune et la première extinction du moteur, il s’est passé 2 minutes et 21 secondes de poussée. Cette poussée a permis au LEM de s’élever de la surface de la Lune et d’atteindre une altitude de 10 km ».

    « La vitesse du LEM était d’abord nulle au moment du décollage.

    La poussée du moteur a ensuite donné au LEM une accélération constante de 2,9 m/s². En 2 minutes et 21 secondes, l’accélération constante a permis au LEM d’atteindre une vitesse de 1,2 km/s (4320 km/h). »

    Il est donc bien confirmé que le moteur était allumé constamment depuis le décollage et il devrait donc provoquer un panache lumineux de plus de 100m, ce qui n’est pas le cas sur la vidéo. La conclusion s’impose donc.

    Comment a été tourné le film du décollage du Lem ?

    Certains complotistes se demandent si le cameraman est encore sur place.

    Selon Google IA :

    « La caméra a enregistré le décollage du LEM de la mission Apollo 17 le 14 décembre 1972. Les images du décollage du LEM sont les seules images du décollage de la Lune filmées depuis la surface de la Lune. »

    « La caméra était contrôlée à distance depuis le module de commande et de service (CSM) (module en orbite). »

    « La caméra était équipée d’un système de télécommande qui permettait aux astronautes du CSM de contrôler la caméra depuis leur poste de pilotage. Les astronautes pouvaient utiliser le système de télécommande pour déplacer la caméra, zoomer et ajuster la luminosité. »

    « Le module de commande et de service (CSM) était en orbite autour de la Lune pendant que le module lunaire (LM) était sur la surface de la Lune. »

    « La durée durant laquelle le LEM pouvait voir le CSM en orbite était d’environ 1 heure et 10 minutes. Cette durée était déterminée par la période orbitale du LEM, qui était d’environ 1 heure et 10 minutes. »

    « En effet, le CSM était en orbite polaire autour de la Lune, ce qui signifie qu’il passait au-dessus de tous les points de la surface de la Lune. Il est donc possible que le CSM se trouvât sur la longitude opposée à la longitude du LEM au moment du décollage. »

    Si le Lem avait une fenêtre de tir d’environ 4 heures, il demeure totalement crédible de choisir une heure de décollage compatible avec la vidéo.

    En tous les cas un bel exploit technique. Une capsule Apollo à 110 km au-dessus de la Lune qui se déplace à 5000 km/h et qui arrive à capter pendant au moins 34 min (durée du film18 disponible, donc un déplacement de plus de 2500 km) et sans brouillage du signal, la vidéo d’une caméra au sol et renvoyer en temps réel des ordres de commande de la caméra (position, zoom, etc) le tout sans subir de perturbations radio du Lem en train de décoller. Il est bien entendu que l’antenne doit être réorientée vers les sites d’alunissage pour ne pas perdre le signal.

    L’absence de radiations sur les films et les photos.

    Comment serait-il possible d’avoir des photos aussi nettes et contrastées alors que les films argentiques auraient dû être impactés par les radiations aussi bien durant la prise de vue que durant leur retrait, leur mise à l’abri, voir même leur transport ?

    Exemple de pellicule altérée par des rayons X dans un aéroport, on voit bien une bande horizontale plus claire :


    Les fact-checkers affirment que les appareils et les films étaient protégés. Il est intéressant de voir que des photos prises à Tchernobyl sont marquées par les radiations.

    L’IA nous dit qu’ils avaient des appareils photo et des films spéciaux qui réduisaient les risques de 50 %, mais cela est en contradiction avec des données diffusées sur Internet. Alors que ces pellicules résistaient aux températures extrêmes aussi bien froides que chaudes, il semblerait que Kodak n’en ait pas fait un argument publicitaire.

    Là où ça tient du miracle, est que le temps de pose19 de certaines photos était très long20.

    IA :

    « D’autres photos, telles que des paysages lunaires ou des photos de la Terre depuis la Lune, ont également nécessité des temps de pose plus longs. Dans certains cas, les temps de pose pouvaient atteindre plusieurs minutes. » Temps durant lequel les films étaient bombardés de radiations. Je vous rappelle que tous les originaux ont été égarés.

    Pourquoi la capsule qui touche l’eau au retour sur Terre ne dégage-t-elle pas de la vapeur ou ne brûle pas les mains des techniciens qui font sortir les astronautes ?

    Et ce alors qu’elle était à quelques milliers de degrés Celsius quelques minutes avant durant la rentrée dans l’atmosphère. Comment les techniciens font-ils pour la toucher avec leur main sans se brûler après l’amerrissage ?

    Selon IA Google :

    « La température de la capsule Apollo durant la descente était extrêmement élevée. La capsule pénétrait dans l’atmosphère terrestre à une vitesse de 40 000 km/h. L’air de l’atmosphère était comprimé et chauffé par la vitesse de la capsule, atteignant des températures de 3 000 à 4 000 degrés Celsius ».

    La répétition

    Nous n’avons toujours pas réussi à retourner sur la Lune, prouvant ainsi l’extrême difficulté de l’opération.

    Si l’on se place en 1969 alors le succès de la mission relèverait du miracle. Dans ces conditions il eût été délirant de prendre le risque d’autres missions. Ce simple constat de la répétition affirme que nous étions dans une technologie totalement éprouvée et maîtrisée, ce qui est un peu ridicule quand on pense que l’on a « perdu » cette technologie (selon la NASA).

    Pérégrine devait se poser sur la Lune et redécoller il y a quelques jours et la mission s’est soldée par un échec.

    De plus la technologie du Falcon9 de Space-X qui permet aux boosters de retourner atterrir sur Terre à la verticale, exactement comme les LEMS, est présentée comme une « nouvelle technologie » innovante alors que c’était quasi routinier au début des années 1970.

    Falcon 9 a d’ailleurs connu de nombreux déboires.

    Voici une photo tirée d’un petit film présentant le Falcon 9 se poser21

    Que faire des témoignages d’astronautes qui disent qu’un jour on pourra quitter l’orbite terrestre ?

    « Leur langue a fourché, ce n’était pas ce qu’ils voulaient dire ? »

    La pierre lunaire du musée d’Amsterdam22.

    Il y a quelques années une expertise a été faite pour des motifs d’assurance qui est arrivée à la conclusion que c’était non pas une roche lunaire, mais du bois pétrifié. Notons que de nombreux États ont « perdu » leur pierre lunaire23. Nous parlons ici d’objets uniques et extraordinaires témoins du plus grand succès de l’humanité. « Oui, mais c’est peut-être juste des erreurs ! »

    Il est possible de trouver des roches lunaires en Antarctique et la NASA y est allée en 1966 et 1967.

    Expédition CNRS24 : « 25/01/2018. On a trouvé une météorite lunaire ! ».

    Futura-sciences25 :

    « Dans une nouvelle étude portant sur des météorites lunaires retrouvées en Antarctique, des chercheurs de l’ETH Zurich apportent la preuve que la Lune s’est bien formée à la suite d’un impact géant entre un corps planétaire et la Terre ».

    Voici ce qu’affirme l’IA de Google26 :

    « Les météorites lunaires sont très rares, mais on en a trouvé plus de 300 à ce jour. La plupart des météorites lunaires ont été trouvées en Antarctique, car la glace et la neige de ce continent ont aidé à préserver ces météorites rares. »

    « Il y a eu plusieurs expéditions menées conjointement par la National Science Foundation (NSF) et la NASA en Antarctique dans les années 1960 »

    « Wernher von Braun a participé à une expédition en Antarctique en 1966-1967. Il était accompagné de plusieurs autres membres de la NASA, dont Ernst Stuhlinger, Robert Gilruth et Maxime Faget. L’objectif de l’expédition était d’étudier les conditions de vie et de travail en Antarctique, dans le cadre de la préparation des missions Apollo. L’expédition a duré deux mois et a permis aux participants de collecter des données précieuses sur la météo, la géologie et la biologie de l’Antarctique. »

    « Wernher von Braun était le directeur du développement des lanceurs pour la NASA. Il a été responsable de la conception et de la construction de la fusée Saturn V, qui a permis aux missions Apollo d’atteindre la Lune. »

    La NASA affirme que nous ne pouvons pas retourner sur la lune parce que nous avons perdu la technologie et le savoir de 1969 !

    En premier lieu comment serait-il possible de perdre les données de l’événement le plus extraordinaire de l’humanité et nous aurions besoin d’une technologie totalement dépassée pour y parvenir aujourd’hui ?! C’est comme si nous avions besoin de la technologie du train à vapeur pour construire un TGV.

    L’astronaute de la NASA Dan Pettit27 l’a affirmé.

    Google IA :

    « Don Pettit est un astronaute américain de la National Aeronautics and Space Administration (NASA). Pettit est un pionnier de l’exploration spatiale.

    Il est un exemple de l’excellence scientifique et technique de la NASA. »

    « Don Pettit a affirmé que nous avions perdu la technologie pour aller sur la Lune.

    Il a fait cette affirmation dans une interview accordée au magazine Wired en 2013.

    Pettit a déclaré que la technologie utilisée pour les missions Apollo n’est plus disponible aujourd’hui. Les usines qui produisaient les composants de ces missions ont été fermées, et les connaissances et les compétences nécessaires pour les fabriquer ont été perdues. »

    « Si l’on considère que la technologie est simplement les composants physiques nécessaires à un voyage sur la Lune, alors il est possible que la technologie nécessaire soit encore disponible. Cependant, si l’on considère que la technologie comprend également les connaissances et les compétences nécessaires pour fabriquer et utiliser ces composants, alors il est plus probable que nous ayons perdu cette technologie. »

    Pourquoi ne voit-on aucune étoile dans les photos prises depuis la Lune ?

    Petite remarque « complotiste » : S’il y avait des étoiles sur les photos, nous aurions la possibilité actuelle de calculer le lieu et la date de la prise de vue.

    Les fact-checkers expliquent que les astronautes étaient présents de jour sur la face éclairée de la Lune et que la lumière du soleil masquait les étoiles comme sur Terre. Aux astronautes à qui l’on avait posé cette question, ceux-ci disaient ne pas se rappeler. Rappel : Il n’y a pas d’atmosphère sur la Lune.

    Question posée à l’IA de Google28 :

    « Puis-je voir les étoiles dans l’espace si le soleil est dans ma direction ? »

    Réponse :

    « Si vous regardez dans la direction du Soleil, vous ne verrez que la lumière du Soleil. Les étoiles seront cachées par la lumière du Soleil.

    Cependant, il est possible de voir les étoiles dans l’espace si le soleil est dans une autre direction. Par exemple, si vous êtes dans l’espace et que vous regardez dans la direction opposée au Soleil, vous pourrez voir les étoiles ».

    Alors pourquoi les astronautes n’ont-ils fait aucune photo avec le Soleil dans le dos ?

    Pourquoi sur les photos, même avec un temps de pose important et avec le soleil dans le dos ne voyons-nous pas les étoiles ?

    Selon l’IA :

    « Dans une interview accordée à la télévision américaine le 24 juillet 1969, Neil Armstrong a déclaré : “Nous n’avons pas pu voir les étoiles. La luminosité du soleil était telle que nous n’avons pas pu les distinguer”. Buzz Aldrin a également déclaré dans la même interview : “Nous n’avons pas pu voir les étoiles. La lumière du soleil était trop brillante.” »

    Le journal Le Parisien29 a débunké l’absence d’étoiles visibles sur la Lune :

    « En outre, en raison de l’absence d’atmosphère, le ciel reste noir de jour comme de nuit. Sur une photographie prise en 1968 par Apollo 8, “le premier lever de terre” ne montre pas d’étoiles. À notre échelle, c’est un peu le même phénomène dans un stade de foot la nuit. Vous voyez les joueurs, la pelouse, mais pas d’étoile ? C’est normal : il y a tellement de lumière pour éclairer le terrain qu’on ne perçoit plus le ciel étoilé. »

    Voici donc, selon le Parisien, une photo sans étoile « prouvant » que l’on ne peut pas les voir dans l’espace (et que les photographes n’auraient pas pu prendre une photo en visant plus haut) :

    Pourtant cette photo30 ci-dessous prouverait que l’on peut prendre en photo les étoiles depuis l’espace qui plus est avec un temps de pose très court (sinon les étoiles seraient en forme de traits du fait de la vitesse de l’ISS.)

    L’IA résume ainsi :

    « Si vous regardiez le Soleil directement dans l’espace, vous seriez immédiatement aveuglé. »

    « Si vous êtes dans l’espace, dos au soleil et qu’il y a un objet ou même la Lune ou la Terre qui sont éclairés par le Soleil, vous ne verrez pas des étoiles, car votre champ de vision recevra trop de lumière. »

    « Si vous êtes dans l’espace dos au Soleil et qu’il n’y a dans votre champ de vision ni objet proche, ni la Terre, ni la Lune, alors vous pourrez voir les étoiles encore plus brillantes que sur Terre »

    « Si vous êtes dans l’espace face au Soleil et que vous placez entre le Soleil et vous un cache qui masque tout le diamètre du Soleil, alors vous pourrez voir les étoiles. La raison en est que le cache bloquera la lumière du Soleil31, ce qui vous permettra de voir les étoiles qui sont derrière le Soleil. Cependant, il est important de noter que le cache doit être suffisamment grand pour masquer tout le diamètre du Soleil. Avec un peu de planification, vous pourrez voir les étoiles dans leur pleine splendeur dans l’espace, même si vous êtes face au Soleil. »

    Nous voici donc avec une IA « complotiste ».

    Pour le site Quora32, la réponse est encore plus drôle, il n’auraient pas eu le temps ?!

    Rappelons que si nous faisons la somme de toutes les missions spatiales c’est plus de 305 heures sur le sol lunaire, soit plus de 12 jours, et y’a pas un gars qui s’est dit que ce serait cool d’avoir une image des étoiles depuis la lune et d’autant que cela prouverait leur présence ?!

    Il va donc falloir m’expliquer pourquoi il n’y a AUCUNE étoile sur les photos prises sur la Lune, mais aussi pourquoi nombre de débunkers affirment qu’il est techniquement IMPOSSIBLE de les voir du fait de la lumière du soleil !

    Comment ont-ils climatisé la température de leur combinaison spatiale et comment ne sont-ils pas tombés malades en respirant de l’oxygène pur ?

    120 degrés sur la face exposée au soleil et moins 150 à l’ombre ? Des batteries au plomb très lourdes, très grosses et peu performantes existaient à l’époque.

    À ce propos Aldrin aurait déclaré qu’il faisait un peu froid dans le LEM la nuit alors même que cela aurait dû être l’inverse, les astronautes étant présents durant la période de jour et donc tout le temps au soleil.

    Un autre point, les astronautes respiraient de l’oxygène quasi pur pendant toute la durée du voyage.

    IA :

    «  les astronautes d’Apollo 11 respiraient le même mélange d’oxygène et d’azote dans le LEM et dans Apollo. Le mélange était composé de 99,5 % d’oxygène et de 0,5 % d’azote. »

    Chatgpt :

    « L’exposition prolongée à des concentrations élevées d’oxygène peut causer des dommages pulmonaires, des lésions oculaires, des problèmes respiratoires, des convulsions et d’autres complications potentiellement graves. »

    « Pour un individu de corpulence moyenne en bonne santé, respirer un mélange à 99,5 % d’oxygène et 0,5 % d’azote pendant une période allant jusqu’à quelques heures ne devrait normalement pas causer de symptômes significatifs. »

    « L’inhalation prolongée d’un tel mélange peut entraîner une diminution du niveau de dioxyde de carbone (CO2) dans le corps, car l’azote, qui est normalement présent dans l’air, dilue l’oxygène et permet l’élimination du CO2. Une baisse excessive du CO2 dans le sang peut entraîner des symptômes tels que la sensation de vertige, l’essoufflement, l’engourdissement des extrémités et l’altération de la conscience. »

    « Respirer un mélange à 99,5 % d’oxygène et 0,5 % d’azote pendant une période prolongée de 3 jours peut entraîner des risques et des symptômes potentiellement graves. L’exposition prolongée à des concentrations élevées d’oxygène peut causer des dommages aux tissus pulmonaires, des lésions oculaires, des problèmes respiratoires, des convulsions, des étourdissements, des troubles de la coordination et d’autres complications potentiellement graves. De plus, une exposition prolongée à de l’oxygène à des concentrations élevées peut perturber l’équilibre normal des gaz dans le corps, ce qui peut avoir des effets néfastes sur le système nerveux central. Cela peut entraîner des symptômes tels que des convulsions, des étourdissements, des troubles de la coordination, des maux de tête, une altération de la conscience et, dans des cas graves, des lésions cérébrales. »

    Ça m’intéresse33 :

    « Au-delà d’une centaine d’heures, des lésions se forment dans les couches internes des vaisseaux sanguins et dans les alvéoles pulmonaires, provoquant la mort. Avant cette échéance, l’hyperoxie (excès d’oxygène) peut provoquer des dégradations de la rétine, du foie, des reins et des intestins. »

    IA google :

    « Apollo 11 : 192 heures sous oxygène. Apollo 14 : 240 heures sous oxygène. Apollo 15 : 301 heures sous oxygène quasi pur. »

    Précisons que les astronautes étaient sous une pression de 0,3 bar.

    ChatGpt :

    « La réduction de la pression en oxygène à 0,3 bar (ou 0,3 fois la pression atmosphérique terrestre) présente certains avantages potentiels, mais elle comporte également des risques et des considérations importantes. Cependant, une pression en oxygène réduite peut également entraîner des effets néfastes sur le corps humain. À des pressions en oxygène plus basses, il peut devenir plus difficile pour les poumons de diffuser suffisamment d’oxygène dans le sang. Cela peut entraîner une hypoxie, c’est-à-dire une diminution de l’apport en oxygène dans les tissus corporels, ce qui peut avoir des conséquences graves pour la santé et le fonctionnement du corps. Une pression en oxygène réduite peut également augmenter le risque de développer le mal de décompression, qui survient lorsque la pression ambiante diminue rapidement, entraînant la formation de bulles d’azote dans le sang et les tissus. C’est un risque important lorsqu’il s’agit d’activités spatiales ou de plongée sous-marine. »

    Sur la bible ?

    Que dire de tous les astronautes qui sont allés sur la Lune et ont tous refusé de jurer sur la Bible qu’ils y étaient allés ? Et ce d’autant plus que les journalistes ajoutaient qu’ils donneraient alors des milliers de dollars à des associations caritatives ?

    Je vous rappelle qu’aux USA, il est extrêmement grave de mentir sur la Bible. « Cela ne prouve rien, rien ne les obligeait à jurer ! »

    Une mort bien étrange

    IA :

    « Un inspecteur de sécurité a mis en lumière les problèmes techniques entourant la mission Apollo 1. Thomas Ronald Baron était un inspecteur de contrôle qualité et de sécurité pour la NAA qui a été très critique à l’égard de la NASA et de son protocole pendant le projet Apollo. Baron a publié un rapport de 55 pages détaillant les lacunes et le désarroi dans lequel se trouvait le programme.

    Le rapport de Baron a été jugé trop critique et disproportionné, peu de ses affirmations ayant une réelle crédibilité. À un moment donné, il a témoigné devant le Congrès, affirmant que, dans les circonstances actuelles de la NASA, nous n’atteindrions jamais la Lune. Cependant, beaucoup n’ont pas prêté attention à Baron et pensaient qu’il était potentiellement utilisé comme un pion dans la campagne du sénateur Walter Mondale visant à dénoncer et à démanteler la NASA pour ses dépenses inutiles.

    Baron a été licencié par la NAA pour avoir divulgué son rapport à la presse, tandis que sa société a nié la majorité de ses critiques. Il est apparu plus tard que de hauts responsables avaient vérifié la crédibilité d’au moins la moitié de ses affirmations.

    Quelques semaines plus tard, la catastrophe d’Apollo 1 s’est produite et Baron a commencé à transformer son rapport de 55 pages en un rapport de 500 pages condamnant la NASA et la NAA pour les échecs qui ont conduit à la tragédie. Curieusement, une semaine plus tard, Baron et sa famille furent tués lorsque leur voiture fut heurtée par un train. La cause du décès a été jugée accidentelle et aucune autopsie n’a été pratiquée. Le rapport de 500 pages de Baron a été détruit (a disparu) et n’a jamais été publié. »

    « À la page 280 du livre de Mike Gray Angle of Attack : Harrison Storms and the Race to the Moon34 (1992), Gene Kranz, directeur de vol de la NASA dans les missions Gemini et Apollo, aurait déclaré : “C’était comme un camp d’entraînement. Nous avons pris nos meilleurs contrôleurs et en avons fait des instructeurs. Ils ont martelé les maillons faibles jusqu’à ce qu’ils se brisent. […] Certains gars sont morts d’une crise cardiaque. D’autres se sont suicidés.” »

    Comment garder un tel secret ?

    Un argument de taille des débunkers consiste à dire qu’il eut été impossible de garder une telle supercherie secrète.

    À cela nous pouvons répondre : « Projet Manhattan ».

    IA :

    « Le nombre de personnes impliquées dans le programme qui a permis de créer la première bombe nucléaire est estimé à environ 130 000. Ce chiffre comprend les scientifiques, les ingénieurs, les ouvriers, les militaires et les autres personnes qui ont travaillé sur le projet Manhattan, le nom de code du programme.

    Le projet Manhattan a été lancé en 1941 par le gouvernement américain. Le projet Manhattan a été un effort colossal, qui a nécessité des ressources considérables. Le gouvernement américain a investi plus de 2 milliards de dollars (37 milliards de dollars d’aujourd’hui) dans le projet, et des milliers de personnes ont travaillé sur le projet dans des laboratoires et des installations dispersés aux États-Unis et au Royaume-Uni. Le grand public a été informé de l’existence du projet Manhattan le 16 juillet 1945, le jour du test de la première bombe nucléaire à Alamogordo, au Nouveau-Mexique. »

    Ceci est la preuve qu’il est possible de garder un secret pendant des années notamment grâce au cloisonnement des tâches. Chacun travaille dans son coin, dispose d’une partie du projet en ignorant la totalité.

    IA :

    « On estime que seulement environ 10 % des personnes impliquées, soit environ 13 000 personnes, connaissaient l’objectif global du projet. »

    Si votre objectif était de mettre en place un faux voyage vers la Lune, il suffirait de très peu de personnels dès lors que tous les autres croiraient que tout ceci est réel. En tous les cas largement moins que pour le projet Manhattan.

    Si vous deviez mener cette opération secrète

    • La NASA était la seule source d’informations au même titre que Pfizer était la seule source de données sur « l’efficacité vaccinale ».
    • Au niveau politique et administrateurs de la NASA, il suffirait d’une poignée de personnes.
    • La fabrication du faux studio et des effets spéciaux simulant l’absence de pesanteur se justifierait pour des entraînements, il ne serait pas nécessaire de divulguer le secret à ce personnel.
    • La fabrication d’un centre de contrôle bis se justifierait pour des raisons de sécurité et redondance.
    • Le seul personnel au courant serait donc l’équipe du centre de contrôle bis qui gérerait le vol spatial en orbite autour de la Terre pendant 3 jours pendant que les astronautes seraient censés quitter l’orbite terrestre, voyager ver la Lune, orbiter, se poser, redécoller et revenir vers la Terre. (La fusée peut aussi fonctionner à vide, sans astronautes.)
    • Une autre partie du personnel bis se chargerait de la communication avec le centre de contrôle principal. Ils fourniraient les faux échanges avec les acteurs et les fausses données censées venir de l’espace et de la Lune.
    • Le centre de contrôle principal croirait de bonne foi qu’il communiquerait avec des astronautes et une fusée à 400000 km de la Terre.
    • L’équipe de tournage se chargerait de filmer le vol vers la Lune et les phases lunaires en temps réel comme si c’était une émission en direct. Quoi de mieux que choisir un metteur en scène qui aurait tourné « 2001, l’odyssée de l’espace », sorti en avril 1968 ?
    • Les acteurs seraient connus, il n’y en a que trois.

    Les phases de préparation, de décollage de la fusée, de mise en orbite, de descente vers la Terre, de récupération des astronautes dans le pacifique demeureraient réelles et gérées par le personnel de la NASA et du centre de contrôle principal qui ignorerait tout de la supercherie.

    De fait la quasi intégralité des membres de la NASA et des militaires ne serait pas informé de l’escroquerie et le nombre de personnes dans le secret des dieux serait largement inférieur aux 13 000 du projet Manhattan, quelques centaines à tout casser.

    Bref rien de bien compliqué lorsque l’on a réussi à cacher pendant des années la mise au point de la première bombe atomique.

    Faits en vrac et non exhaustifs

    • Que dire des confessions qu’aurait faites Stanley Kubrick35 peu de temps avant son décès ? Kubrick qui, sans le moindre doute, fait de fortes allusions à Apollo 11 dans son film Shining36 alors même que Stephen King n’en parle pas dans son livre.
    • Que dire de Buzz Aldrin37 qui avoue à une petite fille que nous ne sommes jamais allés sur la Lune ?
    • Que dire de Thomas Pesquet38 qui s’emmêle les pinceaux et qui dit que c’est un endroit où nous ne sommes jamais allés ? Il a fait plusieurs interviews,39 dont une se demandant si c’est humainement possible d’aller, « aussi loin qu’un être humain s’est jamais éloigné de la terre ».
    • Que dire de toutes les pertes de la NASA,40 dont le film original des premiers pas d’Armstrong, sur la Lune ?
    • Que dire de l’IA de Google qui énonce à Poutine41 que les films de l’alunissage sont des faux ?

    Il existe bien sûr des dizaines d’autres sujets qui questionnent la « vérité » officielle et j’invite les lecteurs curieux à regarder le documentaire de 3 h 30, « American Moon42 ». ou « Que s’est-il passé sur la Lune43 » de 1 h 58.

    Des preuves pour affirmer que la Lune est un fake ?

    Non, je n’ai pas la moindre preuve hormis des faisceaux d’indices.

    • Quand bien même des scientifiques et des astronautes, même de la NASA, affirment que l’on ne peut pas traverser la ceinture de radiation de Van Allen ou supporter les rayons cosmiques, cela n’apporte pas la preuve que personne ne l’ait fait.
    • Le fait que l’ISS soit en orbite basse protégée par le magnétisme de la Terre n’est pas une preuve. Ce fait m’a questionné depuis l’enfance « pourquoi un truc aussi nul ? ».
    • Le fait que la technologie de l’époque fut plus que rudimentaire au regard des difficultés n’est pas une preuve.
    • Le fait que les astronautes aient respiré de l’oxygène pur pendant une période longue sans développer de symptômes plus ou moins graves n’est pas une preuve.
    • Le fait que des astronautes contemporains disent que l’on n’a jamais quitté l’orbite de la Terre n’est pas une preuve.
    • Le fait qu’il n’y ait aucun cratère d’impact sous le Lem et qu’en plus la zone ait de nombreuses traces de pas, la poussière étant restée ne serait pas une preuve.
    • Le fait qu’aucun astronaute qui est allé sur la Lune n’ait accepté de jurer sur la Bible y être allé n’est pas une preuve.
    • Le fait que sur des images de la Terre prises par les astronautes on voit un nuage immense qui parcourt tout le globe n’est pas une preuve. IA : « Le nuage le plus grand jamais photographié est un nuage lenticulaire, également connu sous le nom de nuage d’onde, qui a été photographié au-dessus des montagnes de l’Himalaya en 2009. Le nuage mesurait environ 1 000 kilomètres de long et 500 kilomètres de large. »


    Ici nous voyons un nuage d’environ 9000 km.

    • Le fait que Buzz Aldrin ait dit que nous n’étions jamais allés sur la Lune n’est pas une preuve.
    • Le fait que la seule mission Apollo qui n’ait pas réussi à se poser sur la Lune fut Apollo 13, treize, cela ne s’invente pas, n’est pas une preuve.
    • Le fait que (toutes ?) les photos, films, audios, vidéos soient des faux n’est pas une preuve.
    • Le fait que de nombreuses pierres lunaires aient été perdues et qu’une fut du bois pétrifié n’est pas une preuve.
    • Le fait que l’on puisse trouver des roches lunaires en Antarctique et que la NASA y ait fait une expédition en 1966 et 1967 avec von Braun n’est pas une preuve.
    • Le fait que Stanley Kubrick eut tourné un faux alunissage et qu’il eut avoué à la fin de sa vie n’est pas une preuve.
    • Le fait que de nombreuses personnes critiques soient mortes dans des circonstances pour le moins étranges n’est pas une preuve.
    • Le fait que la NASA ait perdu les originaux des films et des photos n’est pas une preuve.
    • Le fait que l’on ne soit toujours pas capable d’y retourner avec une technologie infiniment supérieure, que la NASA ait « perdue » la technologie des années 60 n’est pas une preuve. (Nous ne savons toujours pas construire les pyramides et pourtant elles existent.)
    • Le fait que les Soviétiques aient renoncé n’est pas une preuve.
    • Le fait est qu’il eut été impossible de reculer. Tout allait mal en 1968, la guerre au Vietnam, l’assassinat de Martin Luther King, l’assassinat de Robert Kennedy, etc. Et que l’astronaute Jim Lowell Apollo 8 déclarait44 « L’année 68 a été une année désastreuse, les choses allaient mal ; on avait besoin de quelque chose de positif pour donner au peuple américain un sentiment de réussite. » n’est pas une preuve.
    • Le fait que cela coûtait une fortune, 288 milliards actuels, que le succès tenait du miracle et qu’il eut été dingue et irresponsable de retenter sa chance et de prendre le risque d’un échec retentissant, et qui plus est plusieurs fois de suite, n’est pas une preuve.
    • La fusée Atlas au début des années 60 avait eu 7 échecs. À propos du câblage défectueux de Apollo 1, Gus Grissom « je ne peux rien dire sinon je me fais virer ». IA « Le 27 janvier 1967, une tragédie a frappé le programme spatial américain. Trois astronautes, Virgil Grissom, Edward White et Roger Chaffee, ont été tués dans l’incendie de la capsule Apollo 1 lors d’une répétition générale avant lancement » soit 2 ans et demi avant le lancement de Apollo11. Il aurait aussi déclaré « Comment pouvons-nous aller sur la Lune si nous ne sommes pas capables de parler entre deux bâtiments ? » Notons que la famille Grissom et notamment son fils Scott45 auraient suggéré que son père avait été assassiné pour le faire taire parce qu’il en savait trop. Le 6 mai 1968, Armstrong46 s’est éjecté du module d’essai simulant l’alunissage du LEM qui s’est écrasé au sol. « Le 6 mars 1969, lors du vol d’essai non habité du module lunaire Spider (LEM-3) pour la mission Apollo 9. Lors de ce vol d’essai, le module lunaire Spider s’est séparé du module de commande et de service (CSM) en orbite terrestre basse. Cependant, lors de la manœuvre de réallumage du moteur du module lunaire pour revenir vers l’orbite du CSM, une défaillance du moteur s’est produite. Cette défaillance a rendu le réallumage du moteur impossible, ce qui a entraîné l’incapacité du module lunaire à rejoindre le CSM et à effectuer un rendez-vous spatial. » Ces événements (il y en a d’autres) montrant que cela n’allait pas si bien ne sont pas pour autant des preuves de la supercherie.
    • Le fait que Collins ait dit dans le documentaire d’Arte « Le jour du lancement, c’était un peu bizarre… mais quand on est arrivé au pied de cette tour de montage gigantesque tout était vide, il n’y avait personne c’était le désert, d’habitude il y avait des dizaines de techniciens, ça grouillait comme une fourmilière, on était au milieu d’une foule de gens, mais tout à coup il n’y avait plus un chat, et je me suis dit bon sang ils savent peut-être quelque chose que j’ignore » n’est pas une preuve.

    Tout ceci, et bien d’autres, ne sont pas des preuves formelles !

    Et si ce qui suit était la « preuve » ?

    Les premiers astronautes qui sont allés sur la Lune sont sans doute ceux qui « prouveraient » le mieux la supercherie.

    • Imaginez-vous revenir du premier voyage sur la Lune.
    • Imaginez-vous être encore vivant, ce qui relève du miracle quand on pense à toutes les premières mondiales et au nombre d’événements dramatiques qui auraient pu conduire à la catastrophe.
    • Imaginez-vous être le premier être humain à avoir accompli le plus grand exploit de l’humanité.
    • Imaginez-vous être considéré comme le plus grand héros adulé de tous les temps !
    • Imaginez votre état d’esprit, quand bien même vous seriez épuisé, comme un vainqueur de marathon peut l’être.
    • Imaginez votre état d’esprit même si vous aviez perdu une main ou vos 2 jambes.
    • Imaginez même que 30 secondes avant de pénétrer dans la salle vous vous étiez fait engueuler comme du poisson pourri par le directeur de la NASA.

    Maintenant rappelez-vous lorsque vous gagnez un match de tennis contre votre cousin ou des photos des premiers hommes qui ont vaincu l’Everest47.

    Disons-le franchement, le superbowl à côté c’est de la merde !

    Vous pourriez même pisser dans le bureau ovale du Président des USA que l’on ne vous dirait rien !

    Et là, lors de cette interview de retour victorieux sur le plancher des vaches, vous faites quoi48 ?

    Je vous rappelle que la salle est en délire et que :

    VOUS AVEZ MARCHÉ SUR LA LUNE !!

    Vous, les trois astronautes, pas un, pas deux, mais tous les trois, vous faites une tête d’enterrement et pas qu’un peu.

    Le moins que l’on puisse dire est que vous n’êtes visiblement pas heureux et extrêmement gênés d’être présents.

    Alors voyez-vous sur la vidéo de la conférence de presse des astronautes triomphants qui reviennent de la Lune ou des complices, bien malgré eux, d’une vaste escroquerie dont ils ne sont pas fiers ?

    Ils sont à ce point mal à l’aise qu’ils n’arrivent même pas à faire semblant alors qu’ils ont dû être briefés auparavant.

    Photo en janvier 1969 lors de leur sélection

    Photo de retour de la Lune en septembre 1969

    J’ai beau triturer mon cerveau, je ne vois aucune raison autre que le faux alunissage pour expliquer leur comportement et leur attitude.

    Une fois de plus, les défenseurs de l’Église de la Vérité lunaire pourront vous montrer des dizaines de vidéos (réelles) dans lesquelles les astronautes sont extrêmement joyeux et vont balayer cette réalité.

    Je vais rappeler une dernière fois le contexte.

    • Un Président fait une annonce folle, qui plus est, avec une date butoir (avant 1970).
    • Les plus grands scientifiques se lancent avec enthousiasme et innocence.
    • Des astronautes, d’anciens militaires patriotes comme il se doit, sont recrutés.
    • Plus le temps passe et plus les catastrophes s’enchaînent, on s’approche dangereusement de 1969.
    • L’année 68 est horrible pour l’Amérique qui ne peut se permettre ni un renoncement ni un échec retentissant de plus.
    • Il ne reste que l’année 1969 pour tout mettre au point, mais ils sont confrontés au mur de la réalité qui est toujours présent en 2024 avec l’échec de l’atterrisseur Pérégrine qui devait alunir et redécoller et qui au final a terminé son existence en brûlant dans l’atmosphère terrestre.
    • La seule possibilité qui reste est donc la tromperie.
    • Une poignée de personnes est informée de l’opération « Fake Moon ».
    • Même ceux qui tournent les fausses images ignorent qu’elles seront diffusées comme des vraies. On leur fait croire que c’est un entraînement et à certains on explique qu’en cas de problèmes techniques de communications avec la Lune, nous diffuserons ces images de Terre (ce qui se pratique toujours à la NASA).
    • Même le personnel du centre de contrôle ignore échanger et recevoir des images d’un studio et croit sincèrement être en relation avec ces hommes sur la Lune. Il n’est donc pas nécessaire de prévenir grand monde. Plus il y a de personnes qui croient que c’est possible et qui croient ce qu’ils voient, plus le mensonge sera crédible et moins il y aura de risques de fuites.
    • Rappelons qu’une dizaine de personnes seraient décédées dans des circonstances mystérieuses49. Précisons que le documentaire « Conspiracy Theory » présenté par la Fox (chaîne nationale) en 2001 est bien caché sur le net.
    • Les astronautes sont d’anciens militaires et des patriotes. Une fois mis dans la confidence ils ne peuvent qu’accepter POUR LES USA !
    • Paradoxalement leur mensonge leur permet d’être réellement des héros, ils sont des sauveurs des USA même si ce n’est qu’une fiction. Rappelez-vous les militaires qui tournaient des films totalement bidon durant la 2e guerre mondiale et qui permettaient de susciter des vocations d’engagement, des récoltes de fonds, mais surtout une adhésion du peuple à la guerre. Leurs mensonges ont permis la « victoire du bien ». On peut donc voir ces astronautes comme des héros de l’Amérique qui peuvent donc se prendre au jeu d’autant plus qu’ils agissent pour le bien de leur nation.
    • Dans ces circonstances, les astronautes n’ont de choix que de se mentir à eux-mêmes, se prendre au jeu ou se suicider.
    • Leur tête d’enterrement lors de la conférence ne serait qu’un retour de conscience du type « Moi l’homme intègre, moi l’homme de foi je suis complice et acteur du plus gros mensonge de tous les temps ».

    Analogie de l’escroquerie

    Si j’étais un explorateur et je vous demandais une énorme somme d’argent pour faire un voyage dans un coin reculé du Sahara, au-delà d’un champ de lave, pour planter un drapeau et qu’au « retour » :

    • Je vous rapporte du sable que j’aurais pu collecter chez moi grâce au sirocco.
    • Je vous dis que je n’ai aucun témoin (sur la Lune cela va être difficile).
    • Je n’ai aucune photo ni film avec des étoiles en fond pour prouver ma position.
    • Je n’ai pas eu le moindre problème pour traverser un champ de lave réputé infranchissable dont certains affirment qu’il est extrêmement dangereux.
    • Je vous rapporte des photos et des films qui sont peut-être tous des faux et en plus j’ai perdu les originaux qui pourraient éventuellement me dédouaner.
    • Je n’avais aucun GPS (cela n’existait pas) qui aurait pu prouver mes déplacements.
    • Les photos satellites (en direct) sont incapables de montrer mon bivouac et le drapeau.
    • Un échec eût été inenvisageable pour mes sponsors (gouvernement, NASA, etc.).
    • C’est un exploit tellement extraordinaire que 50 ans plus tard, les spécialistes disent que personne ne sait faire ce voyage et qu’ils y travaillent pour pouvoir y parvenir.

    Me croyez-vous ?

    Les éléments constitutifs du crime pourraient être :

    • Le mobile principal serait de cacher l’échec des USA à envoyer des hommes sur la Lune et les mobiles secondaires seraient nombreux : vénaux, politiques, humilier les Russes, grandeur de l’Amérique, survie de la NASA, survie d’un programme spatial, etc. Tout faire pour que le monde ignore l’échec du projet.
    • L’élément matériel : faux documents, faux films, faux enregistrements, fausses roches lunaires, fausses déclarations, dissimulation de preuves potentiellement compromettantes (documents originaux, données de vols « perdues »), etc.
    • L’infraction qui consiste à mentir, manipuler, tromper, escroquer l’argent des contribuables et peut-être même tuer pour cacher le crime.
    • Le caractère prémédité intentionnel et préparé. Nous ne sommes pas dans « l’accidentel ».
    • Pour les circonstances aggravantes, nous avons la réitération du crime avec les missions Apollo suivantes.

    Autant il est difficile de prouver que l’on est allé sur la Lune, même la possession de roches lunaires ne constituant pas une preuve, autant les indices de l’inverse ne manquent pas.

    Soit et alors ?

    La théorie qui affirmerait que le programme lunaire est un fake ne reposerait pas sur UNE preuve, mais sur un ensemble impressionnant de faisceaux d’indices, de mensonges avérés, de témoignages d’astronautes et de mobiles du crime.

    Quand bien même vous ne seriez pas convaincu, cela mérite à minima enquête et ne peut être rejeté par le simple argument « complotiste ».

    Nous connaissons les méthodes des débunkers :

    • Interroger des « spécialistes » qui à coup de sophismes confirment.
    • Ne surtout pas enquêter ni donner la parole aux contradicteurs ou permettre le débat.
    • Se placer non pas au centre de l’échiquier, mais uniquement en gardien de la Foi.
    • Discréditer tout « blasphème ».
    • Faire de la conclusion et de la doxa une preuve que c’est possible, « Affirmer c’est prouver ».
    • Ne jamais chercher la vérité, mais démontrer, même jusqu’à l’absurde, que le scénario s’est déroulé tel que décrit.

    Cette méthode est utilisée pour toutes les thèses « complotistes ».

    Imaginons donc, très très difficile pour le commun des mortels biberonné aux mensonges depuis l’enfance qui n’a pas pris la pilule rouge, imaginons-donc que l’Homme ne soit jamais allé sur la Lune.

    Vous pourriez vous dire qu’il y a prescription que c’était une autre époque, la guerre froide.

    Ajoutons que la NASA a réitéré le mensonge avec les missions Apollo suivantes alors qu’elle aurait pu se faire discrète.

    Pour qu’il y eût prescription, il eût fallu que le crime fût avoué et que la NASA cessât de mentir sur d’autres sujets, ce qu’elle continue de faire à une échelle que je ne maîtrise pas.

    Nous voyons par exemple certaines vidéos50 de l’ISS51 dans lesquelles des objets tombent au sol alors qu’il n’y a pas de gravité ou des bulles d’air se forment dans l’espace. Ceci pour dire que les mensonges n’ont pas (totalement) cessé depuis.

    Il faut dire que si le crime était révélé, ce serait potentiellement l’arrêt de mort de la NASA.

    Pour l’IA de Google

    « En plus de leurs carrières et de leurs vies personnelles, les trois premiers astronautes sur la Lune ont également eu un impact durable sur la culture populaire. Ils sont devenus des icônes de l’exploration spatiale et leur histoire continue d’inspirer les gens du monde entier. »

    On dirait une pub pour un film hollywoodien.

    Si comme je le pense du fait de la quantité énorme d’indices et de faits, nous ne sommes jamais allés sur la Lune52 alors, dit en termes simples, c’est quand même dégueulasse de nous l’avoir fait croire (et continuer) alors que nous ne serions même pas capables de quitter l’orbite terrestre.

    Au-delà de…

    Découvrir la vérité sur les missions spatiales ouvre la boîte de Pandore. Dès lors que vous avez la conviction qu’ils peuvent nous mentir à ce point, dès lors que vous savez qu’ils sont prêts à vous décrédibiliser, vous ridiculiser, détruire votre carrière ou pire pour vous faire taire, alors vous savez qu’ils sont capables de tout et le peuvent sur tous les sujets dits « complotistes ».

    Si le fake lunaire est une réalité alors cela devrait clore l’usage du mot « complotiste », mais en revanche crédibiliser le mot « comploteur ».

    Je ne vais pas reprendre pour la énième fois la liste de tous les complots potentiels dont nous sommes les victimes directes ou indirectes, JFK, 11 septembre, Covid, vaccins, guerre en Ukraine, etc. Toute personne lucide sur « l’homme qui a marché dans le Nevada » se devrait de ne plus balayer les théories discréditées d’un simple revers de main avec mépris ou sourire narquois.

    Les médias, les politiques, les scientifiques

    Bien entendu le mensonge sur les missions lunaires décrédibilise totalement la parole des médias mainstream qui continuent de se moquer ou dénigrer ceux qu’ils appellent « complotistes ».

    Je crois en l’effet domino, si nous faisions tomber l’escroquerie lunaire, alors les autres pourraient suivre.

    Merci

    Alain Tortosa53
    22 janvier 2024
    https://7milliards.fr/tortosa20240122-on-a-marche-sur-le-nevada-ou-sur-la-lune.pdf


    image_pdfPDF A4image_printImprimer

    ⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

    S’abonner à la discussion
    Notification pour
    Nom ou pseudonyme
    Adresse courriel (facultatif)
    Votre site Internet (facultatif)
    11 Commentaires
    Le plus ancien
    Le plus récent
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires