Ce que PERSONNE ne dit de l’interview de Tucker Carlson sur Poutine

11/02/2024 (2024-02-11)

[Source : off-guardian.org]

Par Kit Knightly

Tout le monde parle de l’interview de Tucker Carlson avec le président russe Vladimir Poutine. La conversation, qui a duré deux heures, a été retransmise en direct sur Twitter. Tous les grands médias ont couvert l’événement d’une manière ou d’une autre. Vous pouvez visionner l’intégralité de l’émission ici :

Après huit années passées à couvrir le coup d’État et la guerre civile en Ukraine, et plus particulièrement la propagande occidentale sur la Russie, je pouvais à peu près vous dire tout ce que Poutine allait dire avant qu’il ne le dise. Quiconque a couvert la Russie ou l’Ukraine pourrait vous le dire.

Il allait toujours détailler, en termes convaincants et historiques, la position de la Russie à l’égard de l’Ukraine. Il allait toujours citer les promesses (bien réelles) non tenues par les diplomates occidentaux concernant l’expansion de l’OTAN vers l’Est. Il était presque certain qu’il allait reprendre sa remarque très pertinente sur le fait que la politique étrangère des États-Unis ne semble jamais changer, quel que soit le président. C’est un orateur intelligent et persuasif, et il allait toujours réussir.

Et si nous étions en 2014, ce serait formidable. Mais nous ne sommes pas en 2014, n’est-ce pas ? Nous sommes en 2024 et le monde se précipite rapidement vers une nouvelle normalité (« multipolaire »). La Russie s’est ralliée à l’Agenda 2030 et des voix très puissantes de l’establishment occidental promeuvent désormais Poutine et ses points de vue autrefois mis à l’écart.

Face à ces réalités, nous devrions nous interroger sur la pertinence et la finalité de ce type de théâtres géopolitiques. Rappelons encore une fois que tout le monde parle de l’interview de Poutine. TOUT LE MONDE. De Hillary à Elon en passant par Russell Brand. Tous les grands médias en ont également parlé. Ils ont peut-être « vérifié les faits », ils ont peut-être fulminé ou insisté pour qu’on l’interdise, mais ils en ont tous parlé.

Comparons cette couverture à celle de l’interview en quatre parties d’Oliver Stone avec Poutine en 2017. Sérieusement. Regardez la différence. Elle en dit long sur l’évolution de l’agenda de l’establishment. Il n’y avait pas de gros titres à l’époque. Mais je ne veux pas parler de Poutine. Parce que tout le monde parle de Poutine. Je veux parler de Carlson. Le Tucker Carlson qui a été soudainement positionné comme une supposée menace anti-establishment pour le système, qui doute de JFK et qui dit la vérité sur le 11 septembre. Le même Tucker Carlson dont le père était directeur de la Voix de l’Amérique. Le même Tucker Carlson qui a censuré et insulté les sceptiques du 11 septembre dans son émission. Le même Tucker Carlson qui a posé sa candidature à la CIA (qui l’aurait refusée).

Comment cette réinvention s’est-elle produite ? Quand cela s’est-il produit ? Pourquoi cela s’est-il produit ?

Et non, je ne prétends pas que tout ce qu’il dit est de facto faux, beaucoup de ses propos sont en fait très justes. Ses monologues sur l’état de l’économie, l’élection de 2020, JFK et le 11 septembre ont tous été au moins partiellement exacts.… mais cela devrait nous inciter à poser plus de questions, n’est-ce pas ?

A-t-il eu une grande prise de conscience ? Même si vous pensez qu’il l’a fait, croyez-vous que ses patrons à la Fox l’ont fait aussi ? Ou qu’Elon Musk l’a fait ? Ou que l’une ou l’autre de ces entités serait impuissante à l’empêcher de lâcher de prétendues bombes de vérité à leurs frais si elles ne le voulaient pas ?

Tucker Carlson était l’émission d’actualité la plus regardée de la télévision américaine avant d’être apparemment licencié par Fox News l’année dernière. Depuis lors, et avec tous les mérites d’un héros exilé par l’establishment, il diffuse ses émissions en direct sur X/Twitter, et chacune d’entre elles est plus regardée que CNN, MSNBC ou son ancienne émission sur Fox… combinées.

Intéressant, non ?

Le fait est que les médias traditionnels sont en train de mourir. C’est une bonne chose. Mais croyez-vous que l’establishment ne s’en rende pas compte ? Pensez-vous qu’il ne lui soit pas venu à l’esprit de prendre les devants en s’emparant des nouvelles plateformes médiatiques et en implantant des « leaders » dans les mouvements médiatiques prétendument indépendants ?

Comme nous ne cessons de le rappeler à nos lecteurs ces derniers temps, les personnes et les institutions qui dirigent le monde ne sont pas liées à une plate-forme, à une méthode, à une nation ou à un drapeau unique. Ou à des médias. Ils ont racheté tous les journaux parce qu’ils étaient utiles, ils ont « syndiqué » tous les réseaux de télévision parce que c’est ce que les gens regardaient…

Alors, maintenant que les médias traditionnels sont en train de mourir, que pensez-vous qu’ils vont faire ? Comme un bernard-l’ermite qui change de coquille, ils quitteront simplement leur ancienne maison pour une nouvelle, toute neuve et toute brillante, « indy[1] ». Au revoir la CNN corporative à l’ancienne, bonjour les reportages de guérilla totalement organiques diffusés en direct sur X et promus de manière totalement accidentelle par l’algorithme. Finis les longs éditoriaux dans les journaux, bonjour les tiktoks de dix secondes réalisés par de faux influenceurs dans une usine à opinion gérée par le gouvernement. Au revoir Tucker Carlson, promoteur désinformateur rémunéré, bonjour Tucker Carlson, voix des nouveaux médias qui, d’une manière ou d’une autre, est toujours promu par les forces mêmes auxquelles il est censé s’opposer.

Nous avons déjà vu d’autres exemples de ce genre de choses, par exemple les vidéos manifestement truquées d’AOC « regardez-moi diffuser en direct mes pensées au hasard ». Comme si elle n’avait pas eu un groupe de discussion pour décider exactement du peu de maquillage qu’elle devait porter ou du degré de « négligence » de ses cheveux, ou si elle n’avait pas signé un contrat de sponsoring pour le poulet frit qu’elle est en train de manger.

L’argument de vente des nouveaux médias était que tout le monde y avait accès instantanément, ce qui s’accompagnait d’une authenticité marquée par la crudité. L’establishment s’est rapidement emparé de ces marqueurs d’authenticité et a tenté de se les approprier. Aujourd’hui, cette crudité est fabriquée et la réalité est truquée à la chaîne.

Et en alimentant les nouveaux médias émergents avec des voix de l’establishment prétendument « dévoyées », l’establishment en prend le contrôle.

En outre, la transition entre les anciens et les nouveaux médias peut également être utilisée pour coopter les médias indépendants et construire de faux récits binaires contrôlant l’ordre du jour. Les anciens médias vendent un « côté » et les nouveaux médias l’autre.

C’est ainsi que l’on se retrouve avec des scénarios fous où des milliardaires comme Elon Musk sont considérés comme des marginaux, quel que soit le nombre de points de discussion de Great Reset qu’ils promeuvent, où des podcasters comme Joe Rogan reçoivent apparemment 250 millions de dollars du système pour attaquer le système, ou encore où le « dark web intellectuel » fait l’apologie des vaccins et d’Israël dans une mesure égale.

Les anciennes voix de l’establishment (Guardian, CNN, New York Times ou autres) attaquent bruyamment ces nouvelles voix « anti-establishment » (qui vendent toujours le même programme sous une forme légèrement modifiée), sachant que l’état d’esprit « l’ennemi de mon ennemi est mon ami » leur donnera du crédit dans les cercles des médias alternatifs authentiques.

Je veux dire que c’est plutôt cool d’avoir un « ex »-mainstreamer de votre côté et d’accepter de participer à votre podcast, n’est-ce pas ? C’est une reconnaissance instantanée, une excitation. « Vous voyez, même le grand nom X admet que nous avons raison sur ce point ». Il est trop facile de se laisser séduire par les récits de « célébrités rebelles ». Nous voulons tous y croire, n’est-ce pas ?

Ainsi, en plaçant d’« anciens » membres de l’establishment aux postes de direction de l’« alternative », l’« élite » contrôle la direction de sa prétendue opposition.

Tucker Carlson est la première voix vraiment importante à faire ce changement de manière majeure, mais il ne sera pas le dernier. Et son interview de Poutine est un autre signe du message de « l’alternative approuvée ».

Selon Twitter, l’interview a été visionnée 140 millions de fois en 24 heures. Depuis, Tucker et Poutine sont en vogue, promus par l’algorithme tout puissant d’un site appartenant à l’homme le plus riche du monde, tout en apparaissant en première page de tous les journaux.

Wow, cool, c’est vrai. Les nouveaux médias ont tellement raison que l’establishment n’a d’autre choix que d’en faire la promotion !

Il est trop facile de ne pas remarquer qu’il n’y a rien de vraiment « nouveau » dans ce média. Il s’agit simplement d’un vieux bernard-l’hermite dans une nouvelle coquille.

  1. [1] NdT : Allusion à « I’m Not Dead Yet » traduit par « Je ne suis pas encore mort » ? []
image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

S’abonner à la discussion
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires