1

Démembrement sectaire de l’humain citoyen (sexe, famille, culture, sciences…)

Par Lucien SA Oulahbib

Que dire de plus qu’Alain Falento sur, par exemple, l’assassinat de la France ou encore que Béatrice Bourges sur le « nouvel ordre mondial » (terme « complotiste » pour les petits sbires de la Secte SHAA) ?…

Rien d’autre que quelques arguments concrets en plus, et, peut-être, ici ceci, mais juste en passant, en vue d’informer ceux qui pensent pouvoir (ne pas) œuvrer dans le transhumanisme chic :

« (…) La phalloplastie, c’est-à-dire la procédure permettant la construction d’un pénis, est en fait composée d’une série d’interventions chirurgicales espacées sur une durée pouvant aller sur quelques années. La première étape sera la création du phallus à l’aide d’un greffon de peau pris sur l’avant-bras ou le flanc du patient (ce qui laisse des cicatrices très visibles). Ce phallus, bien qu’ayant une longueur généralement satisfaisante, ne possède pas un gland qui procure une sensation semblable à celle du clitoris, car celui-ci ne peut être greffé. Ceci veut dire que le risque de diminution du plaisir sexuel est bien réel. Attention, ceci ne veut pas dire que le néo-pénis ne permettra d’avoir de jouissance. Cela veut tout simplement dire que la personne devra réapprendre à vivre sa sexualité et à tirer son plaisir ailleurs que dans des terminaisons nerveuses. Pour certains hommes trans ou personnes trans-masculines, le sacrifice en vaut le coup ; pour d’autres, la décision est beaucoup moins évidente. (…)»

Ainsi, même pour les adeptes transis, mais encore naïfs de la trans/formation queer (naïfs, car il ne faut pas le dire, à l’école par exemple) l’adieu au « plaisir sexuel » est une donnée de fait lorsque l’on prétend faire fi du sexe « biologique ». On pourra certes rétorquer que cela reste « subjectif » et qu’au même titre que ces arguments justifiant les « familles » monosexuées, le plaisir peut aussi s’être fané dans les couples « normaux », tout comme ces enfants battus et/ou violés dans les familles dites « traditionnelles » qui auraient pu être plus « heureux » chez un couple monosexué, etc., etc..

Sauf que la question première ne consiste pas, d’abord, à mesurer telle satisfaction, toujours relative en effet, mais à se demander, avant tout, comment un psychisme humain peut se constituer (et en jouir) sans altérité masculin/féminin. C’est-à-dire sans cette reconnaissance par le sexe opposé en particulier parental indiquant déjà que l’on est bien perçu mâle ou femelle dans son comportement, sa joie, son jouir, car le sexe ce n’est pas seulement de l’anatomie une excroissance comme des cheveux, la « biologie » étant bien plus que son substrat physico-chimique (ce qui ne veut pas dire qu’il suffirait de le déployer pour être comme le croit l’eugénisme en particulier racialiste.

En ce sens, l’attraction progressivement plus complexe de l’enfant envers son père ou sa mère ne relève pas mécaniquement/automatiquement d’un besoin énergétique comme s’ils étaient uniquement des sources de chaleur ou de protection lorsqu’il était bébé, mais, surtout, mais, d’abord, et au fur et à mesure comme ce besoin bio-psychique d’être de plus en plus reconnu comme étant capable de séduire lui-même aussi, et ce à tout point de vue, telle cette nouvelle symbiose bio-culturelle, en l’occurrence l’enfant en devenir, susceptible d’être, lui aussi, admiré, aimé, une personne comme son père ou sa mère qui sont ses canevas, d’où l’importance de leur double présence…

C’est en effet ce qui permet à l’enfant de développer sa spécificité d’être un animal humain et non pas seulement un animal tout court ; cette « humanité » n’est donc pas « seulement » anatomique, mais psychique. Joseph Nuttin, (1980, p.166) explique bien que le mâle humain est enclin à non seulement tester plutôt quantitativement l’étendue de son agressivité, de sa violence, d’être (au sens éthologique, voir aussi infra) comme ses performances topiques cherchant à marquer ses territoires, tel un félin, à se percevoir dans les territoires symboliques par la fierté, la vanité, le prestige, y compris, ou sa dextérité à non seulement se déployer, mais à se développer à court moyen et long terme. La femelle, elle, est encore plus à même d’œuvrer aussi ainsi dans l’étendue, mais aussi dans la qualité du relationnel : c’est ce que par exemple soulignent non seulement Joseph Nuttin (supra), mais également Peggy Sastre dans La domination masculine n’existe pas, surtout lorsqu’elle indique comment le mâle peut se méprendre sur les signes uniquement amicaux émis par la femelle (2015, p. 61).

Ce qui implique de ne pas réduire la femelle à la seule maternité, puisque le relationnel s’étend certes à l’ensemble des territoires topiques, mais aussi symboliques, esthétiques (qui n’est pas seulement la brillance plastique de couleurs et de formes, mais la manière d’être du monde ou la séduction même, bien analysée par Jean Baudrillard). D’où aussi le fait par exemple que la Nation française est symbolisée par une femme, Marianne, et non par un homme, la Marianne de Delacroix n’exprimant pas spécialement la seule réplique de la Vierge : elle appelle au courage, à l’abnégation à l’émergence d’un nouveau Créé ; c’est aussi le Geste d’Ève défiant Dieu en prenant, elle, et la première, le Fruit de la Connaissance du Bien et du Mal (et Adam l’accompagne…) ce qui va bien plus loin que sa « soumission » au Diable, car elle aurait pu, tel le Christ, ne pas le suivre…

Ainsi, les deux sexes, en cette altérité opposant, dialectiquement, quantitatif topique et qualitatif relationnel, cherchent alors par et dans la présence de » l’autre » ce désir insatiable de se chercher soi-même jusqu’au bout des possibles ; ou comment atteindre la pleine présence harmonieuse et jouissive de se sentir vivant, c’est-à-dire ce qui (se) révèle ; par exemple comment son soi intime s’enrichit aussi par ce l’on procure à autrui comme joies et jouissances ; ou le fait de sentir que l’autre est rendu lui aussi heureux ; ce qui mesure bien ce que l’on est devenu soi-même : sommes-nous capables (ou pas) de (se) comprendre (dans) l’autre en particulier la femelle d’une part, le mâle d’autre part ? ; soit d’ailleurs le principe même de l’orgasme à deux, mâle et femelle, une mise en phase bien plus singulière grâce à cette altérité, là, celle précisément du semblable, à la fois même et autre, que dans le seul identique du pareil (ou l’homosexualité, voir ici Jacques Balthazart) ou encore celle du seul narcissisme solitaire aujourd’hui de plus en plus robotisé avec apparence humaineUn narcissisme numérisé se vivant également à plusieurs

Aussi cette singularité, humaine, c’est-à-dire nécessitant une telle altérité non simulée, ne peut pas être perçue par l’analyse en « cisgenre » : celle-ci ne peut l’atteindre en effet tant son scientisme l’en empêche puisque réduisant la matière vivante humaine soit à son complexe physico-chimique soit à son environnement normatif, évacuant alors la singularité du psychisme a fortiori humain dans la seule technologie d’avoir ou non un « désir » de pénis ou une vulve puisqu’elle en fait même une nécessité ultime (du moins pour certains) ce qui s’avère être la porte ouverte au fond à la technologie des prothèses, dont ces poupées gonflables comme vu ci-dessus…

On voit bien d’ailleurs cette poussée scientiste (et affairiste) chez sa future grande » sœur » accompagnant toute cette transformation génitale qu’est Big Pharma réduisant déjà l’immunité à une « réaction » passive qu’il faut sans cesse exciter ou bloquer alors que sa constitution s’avère bien plus complexe aux dires des spécialistes…

Ce qui fait que ce scientisme rate également le fait que même le futur cyborg le plus accompli n’échappera pas à l’agressivité d’être (ce droit de nature des Anciens, dont Hobbes, Locke, repéré également par Darwin, Nietzsche, Lorenz, Laborit…) ou le fait de vouloir acquérir du pouvoir dans ses trois composantes (puissance à attirer, autorité dans la prestance, capacité à diriger selon sa compétence) afin de peser au sein des trois buts fondamentaux de l’aventure humaine comme le disaient également les Anciens : acquérir du pouvoir (dans ses trois composantes) posséder des richesses (symboliques également) chercher à être reconnu ou le prestige (tel le « respect », y compris déjà à ses « propres » yeux)…

Mais quel rapport à ce stade avec le « démembrement » non plus seulement de l’humain, mais de la Nation Citoyenne France incarnée aujourd’hui par Marianne ? Et quid du « nouvel ordre mondial » ? Davos, la Secte SHAA ? Etc..

Eh bien ce qui peut apparaître microscopique, local, lilliputien, lié au « hasard » des mutations de mœurs et des nouvelles modes du quotidien, etc., s’agrège aussi en tendances longues : éparses au départ, mais qui, récupérées, embrigadées, peuvent servir de relais, de tremplins, pour réaliser, mailler, un programme d’action par certaines forces politico-économiques organisées (globalisées en FTN, en technostructures interétatiques) comme profiter dans les programmes scolaires et les recommandations « sociétales » de tous ces questionnements plus du tout juvéniles face aux sollicitations esthétiques et comportementales d’adultes (comment parler de sexualité à… trois, six, même dix ans) solidifiées en ces produits symboliques bien trop crus pour leur « âge » comme si l’on voulait supprimer l’enfance cette perte de temps (et d’argent)

Idem pour ces publicités institutionnelles prônant le « multiculturalisme » afin de parachever la transformation de l’Europe en zone non seulement commerciale, mais zone à crever à précisément démembrer (ZAD) et non pas à défendre comme le prétendent les orcs de la Secte SHAA ou l’Europe comme terrain vague à l’âme labouré, bombardé déjà symboliquement par toutes ces séries détournant l’imaginaire séculaire contenu dans un conte et une rêverie en le cristallisant en purs objets propagandistes et non plus seulement en fantasmes et fantaisies cerfs volant au vent (sourire amical entre hommes transformés automatiquement en désir sexuel) à l’ombre des falaises rugueuses ou parsemées de « coquelicots jolis » attendant entendant le rire des amants et répercutant « le murmure de la ville » comme l’écrit Proust (À l’ombre des jeunes filles en fleurs, lui qui n’a jamais fait état de son homosexualité pas plus que Gide) tout cet effroi froissant fructueusement les âmes en joute se cherchant, sont alors happées par la nouvelle Toile idéologique et sa matrice Cyber-étatiste dont le moyeu scolaire viendra broyer au nom de « la » science SVT (voir les programmes de seconde) toutes leurs pétales printanières pour en faire ces médicaments mentaux d’adultes vendus pour devenir « ce que l’on veut » ; un vouloir hypothétique puisque voguant au gré des influenceurs du jour, mais servant de sédiment idéologique aux bonimenteurs, même assermentés…

Quant au « reste », à la France par exemple, rappelons seulement la politique familiale instaurée par le social-étatisme d’un François Hollande, loin d’aider à contrecarrer les tendances de plus en plus erratiques de l’agressivité de la violence, d’être (ou ne pas être) depuis la « mort » des « grands récits », loin de se battre pour plus de cette « cohésion sociale » promise, ce social-étatisme n’aura fait qu’affaiblir, fragmenter, selon le mot à la mode, les classes populaires et supérieures ; ne serait-ce qu’en manipulant déjà le quotient familial, car s’il y avait de l’idée à intervenir dès le second voire le premier enfant chez les familles dites modestes ce n’était pas pour réduire la possibilité d’en avoir plus dans les familles plus aisées comme ce fut le cas en rognant sur le quotient ; même les communistes étaient contre, à l’époque, car on ne touche pas à un acquis civilisationnel ; ce qui a eu pour résultat d’affaiblir l’ensemble, surtout articulé au refus de réformer/protéger le congé maternité empêchant par exemple les entreprises (certes étranglées par des coûts sociaux aux antipodes du dumping social propre au globalisme affairiste sous-traitant en Chine et… en Pologne…) de congédier les plus faibles dont les femmes et les plus de cinquante ans (blancs en plus) pour être plus compétitives au sein d’un marché déséquilibré par un libre-échange non régulé du fait de l’obsession anglo-saxonne américaine et allemande à réduire uniquement l’UE à une zone affairiste alors que la France aspirait à ce « plus » d’une Europe des « Patries »…

Celle-ci s’est fracassée peu à peu lorsque la normalisation globaliste (diffractée par zone de démembrement) exigeait de plus en plus d’économie d’échelle et, partant, une sous-traitance exacerbée entraînant les distorsions que l’on subit encore…

Bref, au lieu de redresser le bateau France, la branche française de la Secte SHAA s’empressa de commencer à le couler avec armes et bagages en 1992 malgré le sursaut de 2005 jusqu’à aujourd’hui lorsque l’on voit bien que c’est désormais ladite « Présidente » de la Commission Européenne, élue de nulle part, qui déclare la guerre à la Russie, mais oui, interdit à Frontex d’empêcher le nouveau trafic d’esclaves africains, mais oui encore, interdit aussi Russia Today et Spoutnik, — et pourquoi pas puisque la liberté est devenue chose ancienne, donc « d’extrême droite », tandis que cette Reine (celle de Blanche Neige) fait la leçon, entre deux tweets à Bourla (patron de Pfizer) au nouveau propriétaire de Twitter via l’un de ses Commissaires, français pour lui rappeler à plus de retenue ; tout en lançant sa nouvelle meute peuplée d’incontinents en insultes, tous ces nouveaux bandits de grand chemin que sont devenus les « journalistes » de cour, à l’assaut des « questionnistes », sus ! à Berkoff qui a eu le malheur d’inviter des analystes lucides et non pas stupides….

Pendant ce temps d’autres orcs de la Secte SHAA, drones transhumains spécialisés dans la torture sociale, s’en prennent à un docteur en pharmacie, une psychiatre, un sénateur radiologue, toute une ribambelle de soignants pour avoir eu raison trop tôt ou refuser de salir leur honneur ce mot effacé du dictionnaire d’un Véran par exemple…

Démembrez-vous dis-je ! Démembrez encore et toujours, l’Enfer reconnaîtra les siens…




Vaccin anti-Covid ou arme biotechnologique ?

Du confort des croyances au choc de la vérité

Par Jamila BURET, ingénieure, docteure en physique, professeure universitaire

« Vous ne réalisez pas à quel point il est difficile d’exposer la vérité dans un monde rempli de gens qui ne sont pas conscients de vivre dans le mensonge ».

Edward Snowden

Cet article propose un survol de la « crise Covid », avec trois ans de recul et une masse énorme de données diffusées sur les canaux alternatifs d’information alors que dans les médias mainstream les journalistes-perroquets se contentent de répéter la même antienne.

Avec pour but de trouver un fil conducteur qui apporte une cohérence à une suite d’événements inhabituels, à des mesures liberticides sans fondement et souvent absurdes, au déchaînement d’un matraquage médiatique sans précédent, qui ont débouché sur une situation sanitaire, sociale, économique et psychologique catastrophique.

Et à l’arrière-plan, le désir de contribuer à ouvrir les yeux de ceux qui refusent encore de regarder la réalité en face.

La crise Covid que nous venons de vivre a eu des répercussions tous azimuts.

Mesures liberticides inédites (masques, tests PCR, confinements, couvre-feux, pass vaccinal…), peur diffusée par les médias grand public, choc de la perte de proches emportés par la maladie, souvent par manque de soins puisque, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, on a interdit aux médecins de soigner leurs patients, et, pire encore, on a administré aux malades des substances nocives ou mortelles (Rivotril, Remdesivir, paracétamol).

Tout cela a induit un profond bouleversement auquel est venu s’ajouter le forcing de la vaccination et ses conséquences pour les récalcitrants qui ont perdu leur emploi, et pour les vaccinés dont certains en sont morts ou subissent des effets indésirables multiples parfois terriblement handicapants.

Malgré toutes ces vicissitudes, la majeure partie de la population continue à faire confiance aux autorités et aux informations mensongères qu’elles diffusent sur les médias mainstream ; parce qu’elle ne peut pas ou qu’elle ne veut pas voir le tableau d’ensemble : la manipulation et la prise de contrôle de la population.

Ce refus de voir ce qui nous dérange et nous sort de notre confort est inhérent aux humains qui ne veulent surtout pas renoncer à leurs croyances sous peine de crise existentielle trop douloureuse.

Il existe cependant une petite minorité, dotée d’un esprit critique et d’analyse plus développé que la moyenne, qui, au gré des événements, se pose des questions et se met en quête de vérité. Ces chercheurs de vérité (scientifiques, anthropologues, médecins, statisticiens, etc.) ont produit continûment, depuis le début de la « crise sanitaire », une masse impressionnante d’informations alternatives, diffusées et mises à la disposition du public à travers des canaux alternatifs d’information créés par des militants (« gardiens de l’humanité ») pour contourner la censure pratiquée par les réseaux sociaux traditionnels (YouTube, Facebook, Twitter).

Et c’est un aspect positif très important de la crise Covid : le dévoilement progressif des mensonges distillés par les autorités, les institutions et leurs représentants ; mensonges relayés et diffusés par les médias mainstream financés par les États et par quelques milliardaires.

Étapes de la prise de conscience

« Une révolution est toujours l’aboutissement d’une lente évolution ».

Cette parole très juste d’un sage indien s’applique parfaitement au dévoilement des mensonges relatifs à la crise Covid.

C’est la succession d’événements anormaux apparus dès le début de la crise sanitaire qui a semé le doute dans certains esprits :

  • — Virus nouveau, maladie encore inconnue, et d’emblée on l’annonce comme très contagieuse et mortelle.
  • — À peine une quarantaine de cas déclarés et l’OMS annonce officiellement une pandémie de Covid-19.
  • — Matraquage immédiat et inouï des médias : décompte quotidien des décès, des « cas »,
  • — Apparition de nouveaux concepts (cas positif, cas asymptomatique, cas contact, cluster, gestes barrière, distanciation sociale, confinement).
  • — Application des mesures coercitives avec un contrôle policier sans précédent.

La peur se propage et s’amplifie au sein de la population ; mais les chercheurs se mobilisent et débusquent les événements antérieurs destinés à lancer « l’opération Covid » (Agenda 21, Event 201, Jeux militaires de Wuhan, dépôts de brevet bien avant 2019, test raté de la grippe H1N1…).

En quelques mois, grâce au travail bénévole acharné de nombreux médecins, scientifiques, lanceurs d’alerte, les remises en cause se succèdent :

  • de la gravité de la maladie (analogue à une grippe)
  • de la non-existence de traitements efficaces
  • de l’origine du virus
  • de l’efficacité des masques et des confinements
  • de l’utilité des tests PCR
  • des statistiques officielles

Puis la propagande vaccinale se met en branle, orchestrée par les médias : des vaccins nouveaux, produits à la va-vite, jamais expérimentés sur les humains ; mais dont on déclare d’emblée une efficacité supérieure à 90 %. Présentés comme une grande innovation technique, puisque l’antigène destiné à provoquer la production d’anticorps n’est pas injecté directement comme dans les vaccins classiques, mais fabriqué par les cellules du corps des vaccinés.

Ce vaccin « exceptionnel » est annoncé comme l’unique solution pour enrayer la pandémie et retrouver « la vie d’avant ».

D’énormes moyens sont mis en place pour vacciner le plus grand nombre, en un temps record.

Mais, au vu du grand nombre de récalcitrants, on passe au forcing à grand renfort de pass vaccinal : plus d’accès au travail, aux commerces, aux loisirs, si l’on n’est pas vacciné !

Balayé, le consentement libre et éclairé du citoyen avant tout acte médical, pourtant clairement établi par divers traités et conventions (Nuremberg, Helsinki, Oviedo…).

Le plan d’ensemble de « l’opération Covid » devient plus clair : l’interdiction de traitements éprouvés et efficaces n’avait d’autre but que de justifier la vaccination, tout comme le gonflement artificiel des « cas » à grand renfort de tests PCR sans signification.

En effet, un vaccin ne se justifie que dans le cas d’une maladie à forte mortalité, pour laquelle n’existe aucun traitement efficace, et le vaccin doit avoir prouvé son efficacité et son innocuité.

Or, aucune de ces conditions n’est remplie dans le cas du Covid !

Mais alors, pourquoi un tel acharnement à vacciner le plus grand nombre, avec un maximum de doses et de boosters, en un temps record, alors que les vaccins étaient encore en phase 3 d’expérimentation ?

À grand renfort de mensonges et de chantages !

Car on peut désormais faire le bilan de cette opération « vaccination » de masse :

  • Elle n’a pas arrêté la pandémie ni empêché les cas graves et les décès ;
  • Elle n’a pas renforcé l’immunité des vaccinés ;
  • Elle a causé des effets indésirables multiples et souvent très graves dans des proportions jamais atteintes avec les vaccins classiques.

Les populations vaccinées ont servi de cobayes aux fabricants de vaccins pour la phase 3 des essais cliniques ; plus tard, on découvrira que les phases 1 et2 ont été bâclées et leurs résultats falsifiés !

Effets des vaccins

La majorité des médecins ne pense même pas à chercher un lien éventuel entre le tableau clinique des patients et le vaccin anti-Covid ; d’où une très grande sous-estimation des effets indésirables (EI).

Étant donnés le nombre et la diversité actuels des EI, tout médecin sérieux devrait inclure dans le questionnaire préalable du patient, des questions sur la vaccination : nombre et date des doses, marque du vaccin, effets ressentis après les injections, immédiats et différés.

Morts subites d’adultes

Elles sont en général déclarées d’origine inconnue quand elles ne se produisent pas immédiatement après l’injection. Pourtant, de nombreuses études statistiques ont établi une surmortalité évidente en 2021 et 2022 dans les pays à fort taux de vaccination. En Allemagne, on signale dix fois plus de morts subites qu’en 2021 ; aux États-Unis, 40 fois plus de fausses couches et de mort-nés (les fœtus ont des crises cardiaques dans l’utérus) !

https://www.Covidhub.ch/10-fois-plus-de-morts/

https://www.Covidhub.ch/40-fois-plus-de-morts-nes/

Des vidéos montrant l’effondrement subit de personnes en pleine action affluent sur le Net : présentateurs télé, athlètes, mais aussi jeunes lycéens et sportifs. Au point qu’un documentaire « Died suddenly » a été consacré à ce phénomène !



Et il y a aussi toutes les morts différées, survenues quelques semaines ou plus après les injections. Les compagnies d’assurance américaines ont d’ailleurs alerté sur une augmentation du nombre des décès en 2021 et 2022, jamais enregistrée auparavant.

https://www.kairospresse.be/morts-dans-les-ecoles/

https://expose-news.com/2023/02/03/8x-increase-child-excess-deaths-europe-c19-vaccine/

Effets indésirables

Depuis que des médicaments et des vaccins sont utilisés à grande échelle dans le monde, jamais on n’a relevé une telle proportion et une telle variété d’effets indésirables qu’avec les injections anti-Covid. La liste en est très longue : cécité, surdité, éruptions cutanées, paralysies, thromboses, atteintes cardiaques, AVC, cancers, maladies auto-immunes, fausses couches, troubles du cycle menstruel…

Dans des pays à très fort taux de vaccination comme la Finlande, on enregistre des records d’infertilité.

Malgré la sous-estimation des EI, de nouveaux ne cessent d’apparaître : ainsi, des fœtus et des nourrissons, dont les mères enceintes ont été injectées, sont victimes d’AVC hémorragiques !

Découvertes sur les injections antiCovid

Le nombre et la gravité des EI, la diffusion des résultats d’autopsies et le témoignage de thanatopracteurs

effarés par la longueur (plusieurs dizaines de centimètres) et la consistance fibreuse inhabituelles des caillots retirés des artères et des veines des cadavres, tout cela ne pouvait qu’inciter les scientifiques à chercher à comprendre ces effets.

En fait, dès le début de la maladie Covid, les symptômes inhabituels présentés par les malades, totalement différents de ceux des autres maladies à coronavirus et dépassant largement la sphère ORL et les voies respiratoires, ont fortement intrigué les médecins.

Très vite, des chercheurs ont explicité le mécanisme d’action de la protéine spike qui permet au virus de pénétrer la cellule pour l’infecter et qui induit une hyperinflammation pouvant conduire au fameux « orage de cytokines » et au syndrome de détresse respiratoire aiguë (ARDS) avec coagulation et enfin à la mort.

https://www.francesoir.fr/societe-sante-opinions-tribunes/en-faisant-produire-la-proteine-spike-par-les-cellules-vacciner

Ainsi, les effets pathogènes du virus SARS-Cov2 sont dus essentiellement à l’activité de sa protéine spike de surface qui, qu’elle soit associée au virus SARS-Cov2 ou seule, est capable de déclencher les mêmes processus inflammatoires, et ce dans tous les organes et les tissus où existent ces récepteurs.

Et c’est justement cette même protéine spike que les vaccins géniques (à ARNm et à ADN) font produire en grande quantité (incontrôlée) dans l’organisme du vacciné !

On injecte donc, sous le nom rassurant de vaccin, un produit dangereux, qui va faire fabriquer par les cellules du corps, une protéine hautement toxique, ayant exactement les mêmes effets inflammatoires que dans le Covid.

Et les fabricants de vaccins ne peuvent prétendre ignorer les effets de la protéine spike puisque, en 2004 et 2005, des études sur l’infection par le MERS-CoV et le SARS-CoV-1 avaient déjà montré que les vaccins basés sur la protéine spike entière induisaient une forte réponse inflammatoire immunitaire dans de nombreux organes ; pendant que d’autres études concluaient qu’il était très difficile de vacciner contre les coronavirus.

Le choix de la protéine spike comme antigène dans les vaccins anti-Covid a donc été le pire choix possible, au point que l’on peut se demander si c’est une simple coïncidence

https://www.francesoir.fr/societe-sante/Covid-et-spike-syndrome-ne-pas-confondre

https://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/Covid-19-spike-arn-et-vaccins-et-si-lancait-les-etudes-prealables

Analyses d’échantillons de vaccins

Des témoignages troublants, dans des vidéos circulant sur le Net, montrent des effets magnétiques étranges chez les personnes vaccinées : des objets métalliques divers restent accrochés sur le bras au niveau du site de l’injection ou sur le torse ; des adresses MAC (Media Access Control) apparaissent sur Bluetooth en présence de personnes vaccinées.

Cela a incité des équipes de scientifiques à entreprendre l’analyse au microscope d’échantillons des différents vaccins anti-Covid. Les résultats obtenus sont si inattendus et déroutants que l’on se croirait en pleine science-fiction et la première réaction est de mettre en doute leur authenticité et l’honnêteté des chercheurs.

Cependant, de plus en plus d’études bien documentées apparaissent en provenance de plusieurs pays, présentant des images et des vidéos réalisées avec des microscopes très sophistiqués, avec des détails précis sur le mode opératoire, au point qu’il est impossible de continuer à rejeter en bloc tous ces résultats.

Les premiers à publier leurs résultats furent les scientifiques de la Quinta Columna, un groupe de scientifiques hispanophones dont « l’objectif est de montrer la réalité aussi inconfortable que soit la Vérité… sans préjugés ni conflits ».

Leur découverte principale est la présence dans les vaccins anti-Covid d’oxyde de graphène toxique pour les humains. Sur leur site (laquintacolumna.net), on peut télécharger leurs rapports techniques sur le sujet, ainsi qu’un recueil de plus de 60 publications scientifiques sur les propriétés et la toxicité de l’oxyde de graphène en biologie humaine. Leur dernière vidéo, mise en ligne sur la chaîne Odysee le 19 janvier 2023, « Nouvelles images de l’injection Pfizer », montre des structures quadrangulaires, du graphène et des nanotubes de carbone.

Un autre groupe, le COMUSAV (Coalition Mondiale pour la Santé et la Vie ; site : comusav.com), a réalisé un documentaire, « Bluetruth », qui présente les résultats de leurs recherches : présence d’oxyde de graphène dans le sang des vaccinés ; adresses MAC détectées dans différentes expériences, dont une dans un cimetière.

Pour eux, il est évident que les vaccinés émettent des ondes et ils l’expliquent par l’autoassemblage des particules de graphène à l’intérieur du corps, pour former des circuits électroniques nanométriques.

Ils relient leurs découvertes à un ensemble de projets existant depuis des décennies (Intra body Nano-Network ; carbon nanotubes linking neurones ; …) ayant pour objectifs le contrôle neuronal, la stimulation de la sécrétion des neurotransmetteurs, la modulation neuronale.



http://politikus.unblog.fr/2022/02/02/argentine-des-chercheurs-exposent-la-nanotechnologie-trouvee-dans-les-vaccins/

Une vidéo postée sur la chaîne Odysee.com, en janvier 2023, présente les travaux du Dr David Nixon de Melbourne sur les « Structures d’autoassemblage présentes dans les injections Covid-19 vues au microscope ». Disposant d’un matériel très sophistiqué, il a obtenu des images d’une qualité exceptionnelle.

Le Dr Nixon a filmé en continu pendant tout un week-end un échantillon de « vaccin » Pfizer et, en accélérant le film, a découvert l’autoassemblage et le désassemblage de cristaux carrés semblables à des puces électroniques reliées par des rubans, sensibles au rayonnement électromagnétique.

Son interprétation est que l’on est en présence d’une technologie très avancée ; que l’hydrogel des « vaccins », qui est une matière programmable et intelligente, contient les matériaux et le plan d’assemblage des structures observées.



https://www.laprensa.com.ar/523511-Vacunas-Covid-estado-actual-de-los-conocimientos.note.aspx

Plusieurs autres vidéos vont dans le même sens, mais l’une d’entre elles présente une nouvelle démarche encore plus étonnante. Un producteur américain de télé et de films, Del Bigtree, a donné son sang de non vacciné au laboratoire du Dr Ryan Cole qui l’a observé au microscope après y avoir ajouté une goutte de l’un des vaccins anti-Covid à ARNm. Dans le cas du produit Pfizer, le sang s’est décoloré et les globules rouges ont involué et sont devenus flasques donc probablement incapables de transporter l’oxygène.



On peut en conclure que des composants inconnus des « vaccins » agissent directement sur le sang des vaccinés, provoquant les EI, essentiellement coagulation du sang et inflammation. La protéine spike n’existant pas dans le « vaccin », elle ne peut pas être à l’origine de ces réactions !

Ce qui est frappant dans toutes ces analyses, c’est que les « vaccins » semblent contenir des produits dont les fabricants n’ont jamais signalé l’existence et qui n’ont pas leur place dans un vaccin !

Il n’est plus question d’ARNm ni de protéine spike. D’ailleurs, certains chercheurs ont signalé l’absence d’ARNm dans les échantillons qu’ils ont analysés.

Même si ces découvertes sont étranges et difficiles à accepter, il s’agit d’expériences réelles photographiées et filmées. Que l’on puisse ou non les expliquer pour le moment n’est pas le problème. Le problème est que ces « ingrédients », s’ils existent, ne devraient pas être injectés à un être humain à son insu.

Or les autorités sanitaires ont accordé une AMM conditionnelle à ces « produits » géniques et autorisé une expérimentation vaccinale à grande échelle, inédite dans l’histoire de l’humanité. Ce qui déjà pose problème !

Du fait de leur inefficacité et surtout leur dangerosité, ces produits ne devraient même pas porter le nom de vaccin !

Pire que cela, ils devraient être retirés immédiatement du marché vu les dégâts à court, moyen et long terme qu’ils ont causés ou vont causer. Et ceux qui les ont conçus, fabriqués, qui se sont enrichis grâce à leur vente, ceux qui en ont fait la promotion, qui les ont injectés de force, tous devraient être jugés et condamnés !

Pourtant, la grande majorité de la population qui n’est informée que par les médias officiels est tenue dans l’ignorance totale de l’inefficacité des « vaccins » et de la gravité de leurs EI. Elle continue donc à y croire ainsi qu’à la bienveillance des gouvernants !

« Les masses n’ont jamais eu soif de vérité. Elles se détournent des évidences qui ne sont pas à leur goût et préfèrent glorifier l’erreur si celle-ci les séduit. Celui qui peut apporter l’illusion est facilement leur maitre ; celui qui tente de détruire l’illusion est toujours leur victime ».

Gustave Le Bon

Vaccins anti-Covid ou arme biotechnologique ?

Le choix de faire fabriquer la protéine spike toxique par les cellules du corps des vaccinés témoigne déjà d’une intention malveillante !

Mais si l’on y ajoute les découvertes de plus en plus nombreuses et convaincantes d’oxyde de graphène, de puces électroniques et de nano-objets non identifiés, dans les échantillons de « vaccins », cela accrédite l’hypothèse d’une arme biotechnologique.

Une toute récente information semble étayer cette hypothèse. Lors d’une conférence de presse sur le déploiement militaire en cours d’armes biologiques, tenue le 24 janvier 2023 aux USA, l’une des participantes, Katherine Watt (assistante juridique de Pennsylvanie et chercheuse en droit) a partagé ses récentes découvertes. Elle a rapporté entre autres que Pfizer, en avril 2022, a déposé une motion pour rejeter la plainte d’une lanceuse d’alerte, Brooke Jackson, au titre de la loi sur les fausses allégations : « Ce n’est pas un vaccin, mais un prototype du ministère de la Défense (DoD) ; nous n’étions aucunement obligés de procéder à des essais cliniques valides ni de prouver l’efficacité ou la sécurité du produit à qui que ce soit. »

En octobre 2022, le gouvernement US a approuvé ce point de vue, disant que les essais cliniques n’ont jamais été nécessaires pour que le DoD paie les contractants pour la production et la distribution des armes biologiques sous le nom Covid-19.



https://www.Covidhub.ch/le-pentagone/

Si l’on continue à penser qu’il s’agit d’un vrai vaccin, le fil conducteur des événements de cette crise pourrait être l’appât du gain des grands groupes pharmaceutiques. Cependant, les pressions énormes exercées sur les populations, l’implication des gouvernements, des agences de santé, de l’OMS, des médias, de même que la similitude et la simultanéité étonnantes des mesures à l’échelle mondiale, ne peuvent qu’inciter à chercher des instances situées bien au-dessus de Big Pharma.

Le Nouvel Ordre Mondial (NOM)

L’un des dévoilements de « l’opération Covid » est celui de l’oligarchie mondiale à l’œuvre depuis des siècles. (Oligarchie : régime politique dans lequel la souveraineté appartient à une classe restreinte et privilégiée).

Une caste « d’élus » qui considère qu’elle a le droit divin de gouverner la planète et dont l’objectif est d’établir une gouvernance mondiale de nature totalitaire et technocratique.

Pour y parvenir, au milieu du 20siècle, cette oligarchie s’est organisée à travers la création de différents groupes restés longtemps très peu connus sauf de quelques initiés : Groupe Bilderberg (créé en 1954) ; Club de Rome (1968) ; Trilatérale (1973) ; Forum Economique Mondial (1971) ; Dolder club. Elle contrôle également l’Organisation des Nations Unies, l’OMS, la Banque Mondiale, le FMI, la CIA, etc.

Agissant d’abord dans le plus grand secret, entourée d’un luxe de précautions, elle œuvre désormais au grand jour et annonce clairement son jeu dans des publications (Agendas 21 et 2030, livres de Karl Schwab), sur les sites web et dans les vidéos diffusées de réunions du FEM à Davos.

Le site du FEM est particulièrement riche en informations sur ses objectifs, son organisation, ses moyens humains. Son thème officiel est d’améliorer l’état du monde !

La réunion annuelle tenue à Davos regroupe des oligarques, de grands banquiers, des patrons de multinationales, de puissants responsables politiques, des intellectuels influents.

Fondée en 2005, la communauté des Young Global Leaders regroupe plus de 750 dirigeants du monde entier âgés de moins de quarante ans.

En 2007, à la Harvard Kennedy School, Klaus Schwab, le « gourou » de Davos, a affirmé : » Avec mes Young Leaders, nous avons pénétré tous les gouvernements de la planète » !

Corruption des élites, subversion des institutions, manipulation et infantilisation des populations, mainmise sur les médias mainstream, omniprésence des cabinets-conseils, tout est fait pour que son agenda se déploie.

Agenda clairement détaillé dans les livres de Klaus Schwab : ‘’Covid19 : The great reset’’ ; « La 4e révolution industrielle ».

Dépopulation, transhumanisme, contrôle de la population, monnaie numérique, accumulation des richesses par élimination des PME et des artisans, tels sont quelques-uns des axes principaux de cet agenda ; et les « crises » programmées, tout comme les guerres, ne sont que les outils pour y parvenir !

https://www.foxnews.com/video/6319623313112

Le choix criminel de la protéine spike comme antigène dans les vaccins anti-Covid ainsi que les nanotechnologies insérées subrepticement dans ces produits (et cela se confirme chaquejourdavantage), la surmortalité et la baisse drastique de la natalité dans les pays à fort taux de vaccination, tout cela s’inscrit dans l’axe dépopulation de l’agenda des mondialistes.

Une info de dernière minute concerne Hexa-X, le projet 6G de l’Union européenne (la technologie LED au service du contrôle social), dans lequel sont engagées 22 entreprises dirigées par Nokia.

Le président de Nokia, à la dernière réunion du FEM à Davos, a affirmé que, d’ici 8 ans, les smartphones seraient intégrés au corps des humains. Grâce à la 6G, définie comme un réseau neuronal, l’homme fusionné avec l’ordinateur pourra être contrôlé et manipulé !

Autres sources

Site « nouveaumonde.ca » : très riche en articles (voir dans la rubrique « Dossiers ») :

https://nouveau-monde.ca/implants-numeriques/

https://nouveau-monde.ca/vaccins/

Nouvelles images de graphène dans le vaccin antigrippe « Chiromas » de GSK 26/01/2023 :
https://www.flickr.com/photos/196008055@N06/albums/72177720304513633/


Note

Tout comme pour les nanotechnologies découvertes dans les vaccins anti-covid, nous ne pouvons plus continuer à ignorer et rejeter les travaux et publications d’un grand nombre de chercheurs sérieux et compétents qui contestent l’isolement et la caractérisation des virus, mettant en cause la méthodologie utilisée par les virologues qui n’a rien d’une démarche scientifique. Le rôle pathogène attribué aux virus est à revoir complètement car on a inversé la cause et l’effet.

À quel point les virus sont-ils morts ?

L’invention du SARS-CoV-2

Démontage de la théorie virale

Ce que les virologues, les infectiologues et autres microbiologistes prennent pour des virus pathogènes est naturellement produit par les cellules ou les tissus vivants lorsqu’ils sont agressés par exemple par des toxines chimiques, par des champs électriques artificiels ou par des ondes électromagnétiques pulsées comme celles du Wi-Fi, de la 4G et de la 5G.

Preuve d’un lien entre la Covid-19 et l’exposition aux rayonnements radiofréquences des communications sans fil, y compris la 5G

Ajoutons que d’autres scientifiques incriminent la présence de micro parasites, naturels ou artificiels, aussi bien dans la maladie covid que dans les effets indésirables des vaccins. Cela expliquerait l’efficacité de plusieurs traitements antiparasitaires pour soigner les malades : ivermectine, hydroxychloroquine, artemisia.






« Virus », des décennies d’escroqueries ?

Couvertes pas l’industrie, les facultés de médecine, pharmacie, les médias et les politiques…

Par Alain Tortosa

Le Covid est-il le mensonge de trop ?

Préambule :

J’invite les lecteurs qui chercheraient des éléments de « preuve » aux thèses ou interrogations introduites dans ce texte à se référer à mes précédentes publications et notamment :

« Le Covid à travers la théorie des germes, 150 ans d’escroquerie scientifique sur les virus1 ? »

(document de 23 pages).

« Gober sans questionner. Quid de la preuve de l’existence des virus ? Postulats de Koch et Rivers2. »

Vous pouvez aussi vous procurer le livre :

« Virus mania. »
« Virus Mania – Corona/Covid-19, rougeole, grippe porcine, grippe aviaire, cancer du col de l’utérus, SARS, ESB »
« Comment l’industrie médicale invente sans cesse des épidémies et réalise des milliards de dollars de bénéfices à nos dépens3 »

Ainsi que celui de Marc Menant :

« L’inquiétante histoire des vaccins4 »
« Une éclairante et nécessaire histoire d’éminents chercheurs et de leurs impostures dûment établies, dont la première, celle du légendaire, du mythique Pasteur ! Car tout commence avec lui. »

Je précise ne pas être devenu « antivax ».

Je suis anti-obligations, anti-ségrégation, antiapartheid, anti-destruction de l’économie, anti-destruction du vivre-ensemble, anti-paranoïa, anti-destruction des droits de l’homme, anti-suppression du libre arbitre, anti-dictature sanitaire (ou autre), anti-ministère de la Vérité, anti-réécriture de l’histoire, anticorruption de la science, etc.

Les « vaccins » relevant de la foi en l’absence de preuves du contraire, je ne suis pas anti-foi.

  • Libre à chacun de croire, la foi ne relevant ni de la science ni de la preuve.
  • Libre aux croyants de croire, libre à eux de s’injecter ce que je pense être des placebos (pour le croyant) toxiques.

En revanche, obligation pour eux de ne pas faire de prosélytisme et de respecter les non-croyants dont je fais partie.

Ce faisant, je vais pouvoir déverser mes questions ou « vérités » qui, elles, ont le mérite de ne pas faire consensus, à la différence de la doxa.

Aux débunkers de me prouver le contraire et non de se contenter de l’affirmer ou de citer un témoin qui l’affirmerait !
Produisez les études et statistiques qui démontent mes propos.
Je précise :

« Produisez les études indépendantes dans lesquelles les auteurs n’ont aucun conflit d’intérêts. »

Nous connaissons tous les centaines d’études publiées sur l’innocuité du tabac et financées plus ou moins directement par son industrie.
Je rappelle aussi à mes lecteurs que la commercialisation du « vaccin » anti-Covid a été faite sur les seules données fournies par les laboratoires pharmaceutiques et donc en l’absence totale d’études indépendantes.
Je rappelle que Pfizer a été condamné par le passé à des milliards de dollars pour tromperie, corruption, et manipulation.

Voici donc une liste non exhaustive

Ma première question étant donc :

  • Comment les autorités sanitaires ont-elles pu commercialiser et généraliser à l’ensemble du public des produits en phase expérimentale sur une technologie elle aussi expérimentale sur les seules données de laboratoires largement condamnés par le passé pour mensonges ?
    .
  • Comment les autorités ont-elles pu rendre obligatoire ou introduire une extorsion de consentement sur ces injections expérimentales ?
  • Comment être certain de l’existence de « virus » alors qu’aucun n’a jamais été isolé « proprement » ?
  • Comment peut-on avoir la preuve de leur existence et de leur mode de reproduction ou de destruction des cellules vivantes dès lors que cela n’a jamais pu être observé (in vivo) ?
  • Les photos ou animations de « virus » ne sont que des créations artistiques.
  • Comment peut-on affirmer avoir vu des « virus » dès lors que la méthode d’isolation oblige l’utilisation de cellules de singes ou autres, de produits toxiques et autres antibiotiques qui permettraient de faire apparaître ces cadavres de cellules nommés « virus » ?
  • Comment être certain de leur existence, de leur pathogénicité dès lors que les postulats de Koch n’ont JAMAIS été vérifiés (cf. mon texte) ? Raison pour laquelle les débunkers affirment que ces postulats ne sont ni utiles ni « éthiques » ? (Il ne serait ainsi pas « éthique » de rendre malade une personne en bonne santé en lui injectant un « virus » isolé, mais en revanche il est « éthique » de « vacciner » des milliards de personnes avec une substance dont ni le principe actif, ni l’efficacité n’ont été prouvés.)
  • Comment peut-on affirmer l’existence de certains « virus » dès lors qu’ils n’ont jamais pu être isolés (par la méthodes de « la soupe » biologique ou autres méthodes) ?
  • Comment avoir la preuve de l’existence du « virus » du SIDA dès lors qu’il n’a jamais été observé ?
  • Le « virus » de l’hépatite G n’a jamais pu être isolé non seulement in vivo, mais aussi in vitro (en laboratoire). Jamais vu, jamais isolé… Cela gêne-t-il pour affirmer son existence ? En rien !
  • Comment avoir la preuve que ces prétendus « virus » seraient pathogènes dès lors que l’on n’a jamais pu voir le processus théorique in vivo ?
  • Comment pouvons-nous les désigner comme coupables de provoquer des symptômes, des maladies pour lesquelles ils sont réputés, alors que cela n’a jamais été prouvé ?
  • Comment peut-on les accuser de créer des pandémies par contagion dès lors que les études n’ont jamais pu prouver la réalité de la contamination par des « virus » ?
  • Comment des personnes asymptomatiques, qui ne toussent pas, qui ne crachent pas, dont les « virus » ne sont pas détectables dans la bouche au point de faire un PCR au fond de la gorge par une amplification de matériel génétique, pourraient contaminer qui que ce soit ? L’asymptomatique contaminateur par un virus aérien est une nouveauté du 21e siècle.
  • Existe-t-il des études en double aveugle de cette contamination par des personnes asymptomatiques qui provoquerait des malades symptomatiques à leur contact ? La réponse est non, bien entendu.
  • Où les « virus » respiratoires passent leurs vacances en été ? D’aucuns disent qu’ils « circulent à bas bruit », mais comment pourraient-ils survivre jusqu’à l’hiver prochain sans rendre malade leur hôte alors qu’ils ont obligation de se reproduire pour survivre, qu’ils sont combattus par le système immunitaire de leur hôte et contraints d’en contaminer d’autres pour survivre ? A-t-on des preuves de ces théories ? (Au moyen-âge, peu de personnes prenaient l’avion pour se reposer aux Bahamas.)
  • Comment les laboratoires de type Wuhan pourraient manipuler des « virus » s’ils n’existent pas ?
  • Comment pourrait-il exister des « gains de fonctions » sur des « virus » qui n’existent pas ?
  • Pourquoi ces laboratoires qui manipulent des « virus » existent ? Ils ont probablement plusieurs objectifs :
  • Comment avoir la preuve que le « SARSCoV-2 » existe vraiment s’il n’a jamais été observé ?
  • L’inventeur du test PCR a avoué que son invention est totalement bancale et permet de trouver n’importe quoi.
  • Comment le prétendu code génétique — de ce « virus » issu de deux malades chinois présentant des symptômes et — reconstitué par tests PCR successifs et collage par un logiciel de séquences génétiques pourrait être pertinent ?
  • Comment affirmer l’existence du Covid alors que les études n’ont pas permis d’éclairer sur un ensemble de symptômes pouvant le différencier de maladies existantes ?
  • Comment expliquer la disparition de la grippe en 2020 au profit du Covid ? Une année sabbatique dans les îles avant de revenir en pleine forme ?
  • Comment ne pas avouer que le Covid est simplement la codification utilisée (imposée politiquement ou économiquement par rémunération supérieure dans les hôpitaux et en cabinet libéral) à la place de toutes les maladies respiratoires et donc qu’il n’existe pas en tant que tel ?
  • Comment affirmer qu’un patient est « Covid » uniquement en se contentant de correspondances positives à quelques parties du prétendu code génétique du « SARSCoV-2 » via des tests PCR quand bien même il serait asymptomatique ? (Et ce contrairement aux directives de l’OMS qui précisent bien que le test PCR peut être un accompagnant diagnostic et certainement pas se suffire à lui-même.)
  • Comment y trouver une pertinence alors que les spécialistes affirment que le « virus » aurait muté et que celui d’origine n’existerait plus ?
  • Comment croire en l’existence et à l’exactitude du code génétique de la protéine Spike qui aurait été isolée par les mêmes principes de PCR et de comparaison à des bases existantes ?
  • Comment ignorer le fait historique que Pasteur était un escroc, un menteur, un tricheur ? Qui n’est pas allé en prison grâce à un soutien politique, l’idée étant que si Pasteur était dénigré, les Allemands rafleraient le marché de l’escroquerie.
  • Comment croire en l’efficacité des « vaccins » dès lors qu’aucun n’a permis d’éradiquer la moindre maladie ?
  • Comment se servir aujourd’hui encore de la prétendue éradication de la variole par les « vaccins » alors même que l’OMS précise que la campagne de vaccination fut un échec et que celle-ci a pu être éradiquée par l’isolement des malades symptomatiques ?
  • La polio était-elle causée par un « virus » ou liée à un empoisonnement au DDT ?
  • A-t-elle été éradiquée par un « vaccin » ou par l’arrêt de l’utilisation du DDT ? (Et est-elle apparue suite à son utilisation ?)
  • Comment affirmer l’efficacité, mais aussi l’innocuité des « vaccins », dès lors qu’il n’existe aucun essai en double aveugle versus placebo le prouvant ?
  • Pourquoi les vaccins bénéficient-ils d’un mode dérogatoire de mise sur le marché avec moins de contraintes que pour un médicament alors qu’il est censé ne pas pouvoir être « enlevé » ?
  • Comment préconiser le « vaccin » Covid alors qu’il n’existe aucune preuve de son efficacité en termes de contamination et que le nombre de décès dans le groupe injecté était supérieur à celui du groupe témoin selon les données Pfizer ?
  • Comment Moderna aurait-il pu créer un « vaccin efficace » contre le « SARSCoV-2 » dès lors que selon son représentant, ils ont fabriqué celui-ci informatiquement à partir de la séquence « officielle » fournie par les Chinois et qu’ils ne l’ont jamais eu dans les mains pour sa fabrication ? (Et donc sans vérifier si les données chinoises étaient exactes.)
  • Dès lors que le code génétique de la Spike est au pire imaginaire et au mieux totalement aléatoire, car une juxtaposition de séquences hypothétiques par test PCR. Et en partant de l’hypothèse théorique que la Spike existerait, comment serait-il possible que sa séquence génétique soit identique à celle du « vrai virus » ? « Virus » qui selon la théorie tout aussi non vérifiée muterait régulièrement. Les mutations étant elles-mêmes détectées par d’autres tests PCR sur d’autres séquences. Comment serait-il alors possible de créer une séquence ARNm qui ferait produire la « vraie » Spike par un « vaccin » ?
  • Si le « vaccin » contient de l’ARNm, par quel miracle pourrait-il faire générer la « bonne » Spike dont le génome connu relèverait plus de la loterie que de la science ? La plus forte probabilité serait alors qu’il fasse fabriquer n’importe quoi par nos cellules. L’autre hypothèse la plus raisonnable serait qu’il ne contienne strictement aucune séquence ARNm.
  • Pourquoi différents laboratoires ou le même laboratoire n’ont pas extrait eux-mêmes le génome du SARS-CoV-2 et le code génétique de la Spike à partir de la même souche ? (Et ce en utilisant différents logiciels de « Lego » et différentes amorces ?) Si cette méthodologie ne relève pas du hasard pour ne pas dire de l’escroquerie, le génome obtenu serait alors exactement le même et permettrait d’apporter un élément de preuve sur la fiabilité du processus. Il faudrait ensuite reproduire l’expérience avec plusieurs malades afin de déterminer s’ils souffrent tous du « SARS-CoV-2 ».
  • Comment ces « vaccins » pourraient-ils (encore) contenir de l’ARNm au moment de l’injection dès lors qu’ils exigeaient à leurs débuts une conservation à -80 °C et que les brins d’ARNm sont réputés extrêmement fragiles et se décomposent très vite ?
  • Comment peut-on affirmer que les patients bénéficient de la même injection, du même produit dès lors qu’il est de notoriété publique que l’ARNm aurait une tendance à se recombiner ? La probabilité que le « vaccin » génère la même Spike ou même une Spike relève de la loterie.
  • Les vidéos qui circulent montrant le contenu d’un « vaccin » ARNm ne semblent pas contenir la moindre capsule d’ARNm.
  • Comment les « vaccins » dit classiques, ceux censés contenir du « virus » atténué par un procédé magique, pourraient avoir une « efficacité » dès lors qu’ils ne provoquent aucune réponse immunitaire ni production d’anticorps par l’organisme en cas d’injection seule ?
  • Comment serait-il possible de prouver leur efficacité et non l’efficacité d’une autre substance dans le « vaccin » dès lors qu’il est impossible d’isoler des « virus » dans leur « soupe » ?
  • Comment affirmer l’action d’un « vaccin » dès lors que les adjuvants sont indispensables pour provoquer cette fameuse « réponse immunitaire » ? Dans le cas d’un « vaccin » dit classique, c’est l’aluminium qui est couramment utilisé.
  • L’aluminium est un produit extrêmement toxique et à l’origine d’effets secondaires graves.
  • Comment prouver que les anticorps détectés sont la conséquence du « virus atténué » dans le « vaccin » et ne seraient pas des déchets issus de la défense de l’organisme face à l’empoissonnement du système sanguin par l’aluminium et les autres adjuvants toxiques utilisés dans le « vaccin » ?
  • Dans le cadre du « vaccin » Covid, l’adjuvant principal serait le graphène dont la toxicité serait inédite dans l’histoire des « vaccins ». Graphène qui est officiellement interdit dans l’alimentation humaine.
  • Les effets secondaires et les décès dus au « vaccin » ne seraient-ils que les conséquences de l’empoisonnement aux nouveaux adjuvants et non au prétendu ARNm ?
  • Comment peut-on affirmer que l’on retrouve de la Spike vaccinale dans tel ou tel organe dès lors que l’on utilise le test PCR comme preuve de sa présence ?
  • Le « Covid », ainsi nommé, se contente de « tuer » des personnes en fin de vie, malades ou très âgées, mais épargne totalement les personnes jeunes en bonne santé. En revanche le « vaccin » tue des jeunes sans antécédents médicaux si l’on en croit les données officielles. De fait si la prétendue « Spike SARS-CoV-2 » était nocive, elle devrait tuer non seulement les « vaccinés », mais aussi les « malades du Covid ». Dans cette hypothèse, les jeunes en bonne santé devraient aussi mourir du Covid, ce qui n’est pas le cas. Deux hypothèses :
  • Je ne sais pas si le corps humain apprendra à se défendre contre ces nouveaux adjuvants, mais il est possible que leurs effets inédits aussi bien directs que sur l’infertilité ou les fausses couches soient le fruit de la première « rencontre » entre le poison et les humains. Il serait alors possible que le corps apprenne à se défendre contre ces nouveaux agresseurs.
  • Pourquoi ces questions relèvent du « complotisme » ou du « délire » et n’ont pas de réponses ?
  • Pourquoi n’y a-t-il pas débat ?
  • Pourquoi les spécialistes et scientifiques qui défendent d’autres thèses sont muselés et ne peuvent pas s’exprimer dans des médias mainstream ?

Pour résumer :

  • Pas de preuve de l’existence des virus, de la contagion et de leur dangerosité. On tombe malade par des empoisonnements et d’autres processus qu’il est interdit d’étudier depuis plus d’un siècle.
  • Qui dit « pas de virus » et donc « pas de contamination » dit bien évidemment, pas de « vaccins » possibles. Ni même de gestes barrière, de masques, de confinements, de tests PCR, de passe sanitaire, etc.
  • Toutes les grandes maladies de ce monde ont diminué avant le début de la commercialisation des « vaccins ».
  • Une industrie pharmaceutique, dont les bénéfices sont supérieurs à ceux de l’industrie pétrolière, construite sur un mensonge, une escroquerie.
  • L’affirmation de l’allopathie, de la maladie, du médicament pour combattre l’ennemi extérieur et la maladie ? Baliverne !
  • L’existence du « virus » permet d’entretenir la peur, l’existence de l’ennemi invisible et ainsi contrôler les masses par des mesures liberticides les plus délirantes.
  • Des facultés de médecine ou de pharmacie sponsorisées par l’industrie qui transmettent le mensonge génération après génération sans la moindre remise en question. Il n’y a pas que des corrompus, mais des répétants. Ceci relève uniquement de la foi, du dogme et non de la science.
  • La main mise de l’industrie dans toutes les sphères de pouvoir y compris à la tête de l’OMS. L’impossibilité pour un chercheur de faire la moindre étude sans financement de l’industrie. Il devient de fait impossible de tester l’efficacité d’une molécule ou d’un « vaccin ».
  • Un train fou lancé impossible à arrêter sans des conséquences apocalyptiques ! « Les gars, on se fout de votre gueule depuis plus d’un siècle. On vous a menti, trompé, injecté des substances toxiques inutiles et inefficaces. On a fait taire les voix discordantes. Le silence a été acheté. Tout ce que vous pensez sur la médecine est faux. Votre savoir repose sur un Pasteur qui aurait eu sa place en prison. Toute notre vie nous avons étudié des chimères. Oubliez tout, on recommence ! »
  • Une chasse aux sorcières qui balaye toutes les théories alternatives et les méthodes de soin naturelles.
  • Une classe politique stupide, naïve, complice et corrompue.
  • Des médias larbins, lâches, consensuels, mais aussi corrompus.

Bienvenue au 21e siècle !

Merci

Alain Tortosa5.
5 février 2023
Https://7milliards.fr/tortosa20230205-virus-decennies-escroquerie.pdf





Gober sans questionner

Quid de la preuve de l’existence des virus ?
Postulats de Koch et Rivers

Par Alain Tortosa

(Chapitre 2.)

1

Je voulais revenir sur la théorie virale déjà longuement développée dans un premier texte2.

De la preuve des virus et de leurs actions, les postulats de Koch

Heinrich Hermann Robert Koch, chercheur allemand, a publié en 1890 des postulats afin d’apporter une rigueur scientifique à l’étude et à la preuve de l’existence des virus.

  1. Le micro-organisme doit se trouver en abondance dans tous les organismes souffrant de la maladie, mais pas dans les organismes sains. (Le coupable — « bactérie », « microbe », « chou de Bruxelles » — doit être présent chez toutes les personnes qui ont la même maladie. S’il existait des personnes avec une grippe qui n’aurait pas le virus de la grippe alors le virus ne serait pas la cause de la maladie. Il est donc logique que le présumé coupable soit chez tous les malades.)
  2. Le micro-organisme doit être isolé d’un organisme malade et cultivé dans une culture pure.

(Le coupable doit être isolé. Si dans un prélèvement de salive, il y a des choux de Bruxelles et des poireaux, il est indispensable d’isoler le chou pour être certain qu’il est la cause et non le poireau.
De plus, comme vous pourrez le lire dans mon texte précédent sur le sujet. La culture qui permet de mettre en évidence un « virus » et de cultiver les choux de Bruxelles contient d’autres matériels génétiques, antibiotiques, produits chimiques, etc.
Il est donc indispensable de s’assurer que c’est le chou de Bruxelles le coupable en l’isolant.)

  1. Le micro-organisme cultivé doit provoquer la même maladie lorsqu’il est introduit dans un organisme sain. (Pour être certain que c’est le chou de Bruxelles, il ne faut introduire que le chou de Bruxelles afin de s’assurer que c’est lui qui provoque la maladie. Si on ne peut l’isoler ou s’il y a un doute, il faut aussi introduire chez des personnes non malades uniquement la soupe, la culture, mais sans la salive qui aurait été utilisée pour isoler le virus afin de s’assurer que c’est bien le virus et non la culture qui provoque la maladie.)
  2. Le micro-organisme doit être ré-isolé à partir de l’hôte expérimental désormais malade qui a reçu l’inoculation des micro-organismes et identifié comme identique à l’agent causal spécifique d’origine. (Il est indispensable de s’assurer que l’on retrouve le même virus initial dans le corps du nouveau malade afin de s’assurer que c’est bien le même virus qui a provoqué la maladie.)

Tout ceci est trivial :

  • On pense que le virus Sars-cov2 provoque une maladie appelée Covid 19 chez un patient.
  • On prélève un échantillon de sang ou de salive puis on cultive et isole le virus de tout autre pathogène.
  • On transmet par une méthode compatible avec la maladie ce sars-cov2 à une personne en bonne santé.
  • La personne tombe malade avec des symptômes identiques au patient témoin.
  • On prélève le virus chez le nouveau malade.
  • On s’assure trouver le même Sars-cov2.

C’est ainsi qu’on obtient la preuve de l’existence du virus et de la maladie qu’il engendre.

Vous pouvez donc penser que tous les virus que nous combattons, y compris ceux pour lesquels on a fabriqué des vaccins, répondent à ces postulats.
Vous pourriez aussi penser que les médecins sont informés sur ce sujet.
Croyez-moi ou pas, mais  :

« Aucun virus recensé par l’homme n’a jamais pu répondre aux postulats de Koch ! »

Aucun !!!!

Ce qui fait dire une chose formidable à Wikipédia3 :

« Les premiers postulats de Koch sont devenus la référence classique, mais il s’agit en fait plus d’un idéal à approcher que de règles contraignantes. »

Un « idéal à approcher »…
Pas grave si nous n’avons aucune preuve de l’isolation d’un virus ni aucune preuve qu’il est la cause d’une maladie.

Encore plus « drôle », l’université de Laval4 nous rapporte :

« Les comités d’éthique qui régissent les études fondamentales et cliniques n’acceptent pas qu’il y ait injection de matériel infectieux chez des individus sains pour observer ensuite l’apparition ou non d’une maladie. »

C’est merveilleux, il n’est pas « éthique » de rendre malade une personne en bonne santé.
En revanche il n’y a aucun problème pour vacciner des milliards de personnes en bonne santé pour leur injecter un « vaccin » contre un « virus » qui n’a jamais été isolé selon les principes de bon sens de Koch.

Il faut dire que dans la théorie virale, il existe aussi :

  • Des virus que l’on n’a jamais pu isoler (mais qui existeraient quand même alors que l’on ne les a jamais vus.) Des virus qui existent et qui pour autant sont indétectables. Nous aurions des « preuves » indirectes de leur existence (un peu comme les trous noirs [en astronomie]).
  • Des virus qui ne rendent pas malades (les porteurs sains).

Dans un monde « normal », vous vous diriez qu’il y a peut-être un problème avec la théorie virale qui ne peut répondre aux postulats de Koch  !
Que nenni, ce n’est pas ainsi que la « science » médicale réagit.

Au lieu de critiquer la théorie virale et envisager qu’elle reposerait peut-être uniquement sur des croyances non scientifiques, il a été estimé que les postulats de Koch (qui sont totalement logiques) n’étaient pas adaptés aux virus.

« En 1937, il était très clair que les virologues étaient incapables de satisfaire à aucun des postulats de Koch afin de prouver que des particules invisibles supposées être des “virus” existaient et pouvaient causer des maladies. Même Robert Koch lui-même a eu des difficultés avec ses propres postulats, ce qui l’a amené à contourner certains d’entre eux pour tenter de “prouver” la pathogénicité de certaines bactéries. Au lieu d’accepter que les postulats, comme indiqué à l’origine, fonctionnaient et réfutaient la théorie des germes, les virologues se sont tournés vers diverses méthodes immunologiques indirectes pour prouver leurs affirmations5. »

Reuters6 a même factchecké la théorie en affirmant :

« Les postulats de Koch, tels qu’ils ont été compris à l’origine, n’ont pas besoin d’être démontrés pour établir qu’un microbe provoque une maladie. »

Affirmer, c’est prouver !
Ils n’ont pas le choix, car cela remettrait en cause toutes les théories virales.

La phrase pourrait se traduire par :

« Il n’est pas nécessaire de prouver qu’un microbe provoque une maladie pour prouver son existence et qu’il en est la cause. La théorie se suffit à elle-même. »

Les postulats de Rivers

C’est alors que Thomas Rivers tente d’arriver au secours de la théorie virale en publiant des critères plus compatibles.

  1. Le virus peut être isolé sur des hôtes malades.
  2. Le virus peut être cultivé dans des cellules hôtes
  3. Preuve de filtrabilité : le virus peut être filtré à partir d’un milieu qui contient également des bactéries (Afin de s’assurer que ce n’est pas un autre composant qui causerait la maladie).
  4. Le virus filtré produira une maladie comparable lorsque le virus cultivé sera utilisé pour infecter des animaux de laboratoire. (La fameuse « éthique » à géométrie variable).
  5. Le virus peut être isolé à nouveau de l’animal de laboratoire infecté.

Ici encore les postulats de Rivers n’ont jamais pu être vérifiés.

L’université de Laval de préciser :

« L’application stricte des critères ou postulats de Rivers décrits plus tôt n’aurait jamais permis d’établir le lien causal qui existe entre l’EBV (virus d’Epstein-Barr) et la mononucléose parce que :

  • Le virus ne peut être cultivé/isolé en laboratoire (1er postulat)
  • Difficile de reproduire expérimentalement la maladie (3e postulat) si on ne peut cultiver ou isoler le germe. ».

Il est « naturellement » admis que des virus existent
sans qu’il soit possible de les isoler, les cultiver,
ni prouver qu’ils sont la cause d’une maladie.

Il a donc fallu inventer d’autres preuves de leur existence par l’immunologie :

  • « Absence d’anticorps au début de la maladie.
  • Apparition d’anticorps durant la maladie ou après.
  • Production d’anticorps (à la suite d’un vaccin) prévient la maladie. »

L’anticorps serait la preuve du passage d’un virus… alors même qu’il pourrait être là pour n’importe quoi d’autre.
Notons que pour les anticorps c’est aussi une théorie7.
La protection ou l’immunité d’une personne face à une maladie ne serait pas liée à l’absence ou au niveau d’anticorps, mais à un phénomène plus complexe.

Je vous rappelle aussi que la théorie de la contagion n’a pas pu être prouvée non plus (cf. mon texte).

Enfin le PCR est venu au secours des scientifiques.
Vous cherchez un bout de séquence ADN (ARN retranscrit) que vous pensez être celle du nouveau virus que vous cherchez et si le voyant s’allume, vous déclarez que c’est bien le nouveau virus cherché8.

Il est intéressant de voir qu’il n’existe aucun débat sur le fait que les postulats de Koch et de Rivers ne peuvent s’appliquer.
Et c’est donc Koch et Rivers qui avaient tort de vouloir prouver l’improuvable !

Un article publié en 2020 dans Eur J Clin Microbiol Infect Dis indique9 :

« … de nos jours, même les postulats moléculaires de Koch ne sont pas justifiables.

De plus, selon les nouvelles découvertes scientifiques, divers critères tels que les modifications du système immunitaire, la pathologie et les résultats cliniques, ainsi que les résultats des tests de laboratoire quotidiens, devraient être utilisés pour appliquer les postulats de Koch dans les études étiologiques. Dans le cas contraire, les éventuelles relations étiologiques entre les hôtes et les microbes ne peuvent être vérifiées en raison de nombreuses complications ; assurément, la relation entre le médecin et le labo s’en trouve finalement fragilisée. Par conséquent, la santé publique, la prévention et une grande partie des traitements antimicrobiens resteront également dans un état d’ambiguïté. »

J’imagine que le sujet est tellement délicat, pour ne pas dire blasphématoire, que les chercheurs qui ont publié ce papier doivent écrire à demi-mot pour essayer de faire passer que l’on ne peut balayer le problème.

Donc :

Pour la « science » :

  • Les virus existent sans le moindre doute !
  • Ils causent des maladies quand bien même il peut être :

    • Impossible de les isoler.
    • Impossible de contaminer une personne.
    • Impossible de vérifier qu’elle a contracté la même maladie.
    • Et impossible de retrouver ce même virus sur la personne rendue malade.

Les « preuves » ne sont qu’indirectes, et donc théoriques, raisons pour lesquelles il est indispensable de désavouer les postulats de Koch et Rivers qui, eux, prouveraient leur existence et leur pathogénie.

Merci

Alain Tortosa10
25 octobre 2022
https://7milliards.fr/tortosa20221025-koch-rivers-theorie-virale.pdf





« Primum non nocere » : que nenni ! Un coup d’État politico-financier sous prétexte sanitaire ?

Par Catherine Teilhet, retraitée des services informatiques de la Ville de Paris.

2020-2021

2022




Cuisson lente, thermostat 5G — Conférence sur les effets des champs électromagnétiques artificiels sur le vivant

[Sources : halteaucontrolenumerique.fr et Anthony Brun-Maestroni]

Anthony Brun est un jeune ingénieur qui a dû changer de profession, déménager et changer de vie suite à la découverte de son électro-hypersensibilité. Il a donc décidé d’alerter sur les effets biologiques des champs électromagnétiques artificiels (Wi-Fi, utilisation du portable, etc.) par le biais de conférences gesticulées.

Nous sommes de plus en plus soumis à des ondes. Quels effets cela entraîne-t-il pour nous ? Nous manquons d’informations sur leurs effets cumulés. On voit de plus en plus de personnes devenir électro-hypersensibles et être soumises à une vie devenue extrêmement difficile (voir situations de Virginie et Marie-Jeanne).


À l’heure du déploiement sans consultation de la 5 G en France et dans le monde, de la multiplication des antennes-relais et des satellites, de la croissance exponentielle du recours aux objets connectés, il est plus que nécessaire de se poser la question des effets de l’electrosmog sur la santé.

À travers son parcours d’ingénieur devenu électro-hypersensible (EHS), Anthony partage le fruit de ses recherches sur ces effets nocifs qui sont passés sous silence.

Les ondes électromagnétiques, du simple courant électrique alternatif aux antennes-relais de la 5 G, en passant par la radio, les radars, les satellites, la 2G/3G/4G, le Linky, le Wi-Fi, etc. présentent un risque sanitaire pour les EHS, mais aussi pour tous les êtres vivants.

Liens vers les principales sources citées pendant la conférence :

— Annie Lobé, La fée électricité : fée ou sorcière ? Santé Publique éditions (http://www.santepublique-editions.fr/livre-la-fee-electricite-par-Annie-Lobe-9782916653020.html)

— Rapport BioInitiative (https://bioinitiative.org/table-of-contents/)

— Résolution 1815 de Conseil de l’Europe (https://assembly.coe.int/nw/xml/xref/xref-xml2html-fr.asp?fileid=17994)

— Arthur Firstenberg, L’arc-en-ciel invisible, éditions Ambre (https://editions-ambre.fr/boutique/sante/larc-en-ciel-invisble/)

— Evidence for a connection between coronavirus disease-19 and exposure to radiofrequency radiation from wireless communications including 5G (https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC8580522/)

[Voir aussi :
dossier 5G et ondes pulsées]

Enregistrement du 22/10/2022 à Figeac.

Remerciements à Martin Colmant pour l’enregistrement et le montage. Remerciements également à Marie et Simon pour leur accueil le jour de l’enregistrement.

Musique du générique : AYEMA — Gardiens du vivant (https://www.youtube.com/watch?v=I2yqkD38-Z0)





Les stratagèmes totalitaires des génocidaires mondialistes, partie 1

[Illustration : source]

.
Par Kelleigh Nelson

31 janvier 2023

Peu importe les droits que vous avez en vertu de la Constitution des États-Unis, si le gouvernement peut vous punir pour avoir exercé ces droits. Et peu importe les limites que la Constitution impose au pouvoir des représentants du gouvernement, s’ils peuvent dépasser ces limites sans aucune conséquence négative.

Thomas Sowell

Les gens ont ce qu’ils méritent. Quel que soit le parti politique, si les gens soutiennent les candidats qui promeuvent l’holocauste des vaccins, il y aura 200 millions d’Américains morts d’ici 2030. S’ils soutiennent les candidats qui encouragent la crise de la chaîne d’approvisionnement, il n’y aura plus de diesel pour transporter la nourriture des fermes aux épiceries. Et si les gens soutiennent les candidats qui fournissent des milliards de dollars aux voyous et terroristes néonazis du bataillon Azov en Ukraine, vous aurez droit à une Troisième Guerre mondiale lorsque Poutine en aura assez. Peu importe pour qui vous votez si votre candidat est un maniaque du génocide mondial.

Steven Fishman

Aimez votre pays, mais ne faites jamais confiance à son gouvernement.

Robert A. Heinlein (1907-1988), écrivain américain.

Ceux qui peuvent vous faire croire à des absurdités peuvent vous faire commettre des atrocités.

Voltaire, écrivain français

Les bolchevistes étaient une faction marxiste révolutionnaire d’extrême gauche, fondée par Vladimir Lénine, qui s’est séparée avec les mencheviks du Parti ouvrier social-démocrate russe marxiste, un parti politique socialiste révolutionnaire formé en 1898. En 1917, deux révolutions ont eu lieu dans l’Empire russe. La première a renversé la monarchie impériale et la seconde a placé les bolcheviks au pouvoir après une guerre civile sanglante.

Le fascisme a dominé de nombreuses régions d’Europe entre 1919 et 1945. NAZI signifie Parti ouvrier allemand national-socialiste. Les nazis ne sont pas de droite, ils sont d’extrême gauche, mais les qualifier d’extrême droite persiste à cause des imbéciles et des amateurs qui souhaitent étiqueter toute personne à droite du centre comme un fasciste. C’est ce qu’ils ont fait à Donald Trump, et aussi frauduleux que cela puisse être, le mensonge répétitif s’est installé. (Des nuances de Joseph Goebbels) Trump est beaucoup de choses, mais fasciste n’en fait pas partie.

Lénine, Staline, Hitler et Mao n’ont pas eu leur pareil pour assassiner leur propre peuple et les peuples européens, même si d’autres ont été tout aussi cruels et délibérés dans l’extinction de millions de personnes. 100 millions de personnes serait-il un chiffre proche de celui des personnes assassinées ? Peut-être, mais je parierais que c’est beaucoup plus.

Aujourd’hui, des totalitaires du monde entier sont impatients de réduire en esclavage les survivants de leur dernier massacre de dépeuplement. L’anéantissement de la création de Dieu a toujours été le but de ceux qui sont possédés par le mal. Leur excuse a toujours été que la population dépasserait la production de nourriture. Cependant, les progrès réalisés au fil du temps ont prouvé que c’était faux. Les objectifs d’aujourd’hui sont à la fois la dépopulation et la pénurie de nourriture, et ils veillent aux deux afin de réaliser leurs aspirations et leurs prédictions.

Forum économique mondial

Il n’y a pas de normalité chez ceux qui sont attirés par la conquête et la révolution mondiales. Les sympathisants sont attirés par les membres ordinaires et viennent grossir leurs rangs. Pensez à ceux du Parti républicain qui sont membres du Forum économique mondial. Vous voulez que j’en cite quelques-uns ? Elise Stefanik, Dan Crenshaw, Darrell Issa, Debra Fischer, Eric Holcomb, Michael McCaul, Pat Toomey, Roger Wicker et bien d’autres. Kevin McCarthy, qui n’aurait jamais dû être nommé président de la Chambre des représentants, assiste à toutes les réunions du FEM et a dîné avec Klaus Schwab. De nombreux politiciens du Parti démocrate stalinien sont également membres du FEM. Ce sont des traîtres à leur pays et des traîtres à leurs serments d’office.

Schwab et son principal conseiller, Yuval Noah Harari, sont les deux hommes qui conduisent actuellement les États-nations dans leur monde de domination dystopique complète sur les masses. Ils ont infiltré tous les gouvernements et ont réussi à amener les dirigeants gouvernementaux dans le giron du FEM. L’économie malthusienne de Schwab et Harari est tout droit sortie du manuel de la dépopulation de Maurice Strong. Strong, père du réchauffement climatique et de l’Agenda 21 des Nations unies, sans doute le plan le plus important et le plus secret pour la transformation du monde, était l’ami et le mentor de Klaus Schwab.

La durabilité et les villes à croissance intelligente sont maintenant partout aux États-Unis. Mais il existe des projets plus ambitieux. Le milliardaire américain Marc Lore a entrepris de construire une ville du futur qui incarne l’équité, la diversité et l’inclusion. Telosa City devrait être construite dans une région désertique des États-Unis, probablement l’Utah, et son coût est estimé à 400 milliards de dollars. Oui, toujours le même plan : nous entasser tous dans une zone urbaine pour vivre ensemble dans ce qu’ils croient être une utopie. Voici le plan :

America’s INSANE New City Of The Future

Dans cet article, Mastering the Future : The Megalomaniacal Ambitions of the WEF, Michael Rectenwald écrit :

« De peur que nous n’imaginions que le FEM et ses réunions ne représentent que les délires grandioses de quelques clowns inefficaces, il convient de noter que le “capitalisme des parties prenantes” du FEM — introduit en 1971 par Klaus Schwab, le fondateur et président du FEM, dans Modern Enterprise Management in Mechanical Engineering a été adopté par l’ONU, par la plupart des banques centrales, ainsi que par les principales entreprises, banques commerciales et gestionnaires d’actifs du monde. Le capitalisme des parties prenantes est désormais considéré comme le modus operandi du système économique mondial. »

L’agriculture, le changement climatique, la durabilité, la crise alimentaire, l’approvisionnement en eau, les crises économiques, les catastrophes naturelles, les virus et tout ce que Strong a exposé dans son tome de l’Agenda 21 de l’ONU font partie du plan du FEM pour dominer le monde et ses habitants.

Klaus Schwab explique (en anglais) l’agenda de la Grande Réinitialisation en 15 minutes.

[Voir aussi :
Les origines sombres de la Grande Réinitialisation de Davos
L’ONU et Davos veulent accélérer la mise en place de « l’Agenda 2030 »
L’objectif de l’Agenda 2030 : contrôle, déshumanisation et dépopulation
« L’Agenda 2030 » (vert) de l’ONU est derrière la « Grande Réinitialisation » du Forum Économique Mondial — Suivez la piste de l’argent !
Agenda 2030 : vous n’aurez rien et vous serez heureux
Les mondialistes utilisent le COVID-19 pour inaugurer l’Agenda 2030 des Nations Unies « Brave New World »* avec dix ans d’avance sur le calendrier
But des Agendas 21 et 2030
Pourquoi le Great Reset est l’Agenda du Chaos….
D’ici 2030, nous n’aurons rien et nous en serons heureux
L’ultime objectif du Forum Économique Mondial : prendre le contrôle de l’Humain
Le Great Reset : Le Forum économique mondial dévoile un projet mondial d’« identité numérique »
Le Forum Économique mondial de Davos promeut un contrôle total de l’information mondiale par les Big Tech
Le Forum économique mondial publie un guide sur la façon de contraindre et de manipuler le public pour imposer le vaccin Covid-19
Pénuries alimentaires dans six mois – Les mondialistes nous disent ce qui va se passer ensuite
Harari et « l’homme numérique de demain » : les projets inquiétants du Forum de Davos]

Rectenwald termine son article par cette déclaration :

« En bref, avec l’agenda de Davos, nous sommes confrontés à une campagne concertée et coordonnée visant à démanteler les capacités de production dans les domaines de l’énergie, de la fabrication et de l’agriculture. Ce projet, dirigé par les élites et qui leur profite, équivaut au plus grand bond en arrière de l’histoire. S’il n’est pas arrêté et inversé, il conduira à un désastre économique, notamment à une réduction spectaculaire de la consommation et du niveau de vie. Et il entraînera presque certainement une augmentation de la faim dans le monde développé et des famines dans le monde en développement. Le président du FEM, Schwab, pourrait surpasser le président Mao. Si nous le laissons faire. » 

Ceux qui siègent au conseil d’administration de cette gigantesque abomination tyrannique et ce qu’ils ont prévu pour nous sont les mêmes acteurs qui s’y emploient depuis des décennies.

Le plan du Parti nazi

L’histoire du Parti nazi peut être racontée en termes de nouvelles formations au sein du mouvement, chacune devenant plus vicieuse et cruelle. Pensez au Nouvel Ordre Mondial, qui est devenu l’Agenda 21/2030 des Nations unies et qui est maintenant devenu la Grande Réinitialisation. Tous les objectifs sont les mêmes, mais le fait de changer les noms pour différentes générations empêche les gens de comprendre que, quel que soit le nom, nous sommes confrontés au même mal diabolique et qu’à chaque changement, les génocidaires deviennent plus maniaques. Ajoutez-y les principes du marxisme et du fascisme et vous aurez une image claire de ce à quoi l’humanité est confrontée.

Hannah Arendt explique dans son livre, Les Origines du totalitarisme (NDT : version anglaise), page 368 :

« Un autre avantage du schéma totalitaire est qu’il peut être répété indéfiniment et maintient l’organisation dans un état de fluidité qui lui permet d’inclure constamment de nouvelles couches et de définir de nouveaux degrés de militantisme.

« Les SA, les stormtroopers (fondés en 1922), ont été la première formation nazie censée être plus militante que le parti lui-même ; en 1926, les SS ont été fondés en tant que formation d’élite des SA ; après trois ans, les SS ont été séparés des SA et placés sous le commandement de Himmler ; il n’a fallu que quelques années supplémentaires à Himmler pour répéter le même jeu au sein des SS. »

Tous plus militants les uns que les autres, les SS ont d’abord créé les troupes de choc, puis les formations à tête de mort (unités de garde pour les camps de concentration) qui ont ensuite fusionné pour former la Waffen-SS, et enfin le bras exécutif de la « politique de population négative » et leur bureau des questions de race et de réinstallation. Soldiers of Destruction—SS Death Head Division, écrit par Charles Sydnor, Jr, donne au lecteur une image claire des atrocités et du mal perpétrés par la SS-Division Totenkopf.

Le mal mondial nous confronte à un nouveau titre et à une nouvelle menace, et cette fois, la majorité des gouvernements sont dans le coup, y compris les États-Unis.

Tout comme l’Ukrainien Zelensky.

Volodymyr Zelensky

Avant de devenir président de l’Ukraine, Zelensky était un comédien. On le voit dans une vidéo portant des talons hauts et faisant une danse gay érotique avec trois autres hommes. Et au cas où vous l’auriez oublié, voici Volodymyr Zelensky avec un ami, faisant semblant de jouer du piano avec son pénis.

Matériel présidentiel ? Je ne pense pas.

Jim Hoft du Gateway Pundit a récemment rapporté que les officiels ukrainiens ont gaspillé 100 milliards de dollars de l’Unipartisme américain en voitures de sport, manoirs, vacances de luxe, etc. L’argent de nos impôts au travail. En fait, c’est du papier sans valeur et sans aucune garantie. Notre président illégitime estime donc qu’il peut continuer à imprimer des dollars sans valeur et que les Américains paieront avec une inflation exorbitante.

L’Amérique a envoyé plus de 100 milliards de dollars à l’Ukraine, ainsi que des tonnes d’équipements militaires grâce à la reprise par Biden du Lend Lease Act de la Seconde Guerre mondiale. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le marxiste Harry Hopkins, qualifié de co-président de FDR, vivait dans la chambre Lincoln de la Maison-Blanche. Il était en charge du programme de prêt-bail à la Russie.

Extrait du livre de Diana West, American Betrayal, chapitre 5 :

« Victor Kravchenko était un fonctionnaire soviétique qui a fait défection en Amérique. Il avait été au siège soviétique de Lend Lease à Washington. Après la guerre, il a témoigné devant le Congrès que l’opération soviétique Lend Lease dont il a fait défection et qui était située à seulement trois pâtés de maisons de la Maison-Blanche était la commission soviétique d’espionnage, de vol et de saccage. Ils ont réussi à voler le plus grand nombre possible de secrets industriels et militaires. »

Lien

La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, a déclaré sans ambages, dans de nouvelles remarques, que les alliés occidentaux mènent une guerre contre la Russie. Les États-Unis et l’Allemagne ont déclaré qu’ils enverraient des chars à l’Ukraine. L’Allemagne envoie également trois bombardiers B2.

En décembre, Volodymyr Zelensky est devenu le premier dirigeant étranger en temps de guerre depuis Winston Churchill en décembre 1942 à s’adresser à une session conjointe du Congrès américain. Au moins, Sir Winston s’est présenté en costume, Zelensky a porté son sweat-shirt. Peut-être ne possède-t-il pas de costume, puisqu’il s’est présenté à Davos en tee-shirt. Pelosi a déposé un baiser sur la joue du fasciste.

L’Ukraine a remplacé le COVID. C’est un pays de corruption fasciste et les Bidens et ses copains, y compris les Républicains, ramassent le butin.

Les retraités ukrainiens qui sont arrivés aux États-Unis après le déclenchement de la guerre totale pourront recevoir la pension du Supplemental Security Income (SSI) du gouvernement. C’est ce qu’a annoncé l’Office of Refugee Resettlement du ministère américain de la Santé et des Services sociaux. Le SSI est une pension gouvernementale versée aux personnes à faible revenu âgées de plus de 65 ans et aux personnes handicapées. Lien

Financer des fascistes pendant que les Américains souffrent. Où est l’indignation ? !

Le bataillon fasciste Azov a été immédiatement intégré à l’armée ukrainienne par Zelensky. En fait, il a déclaré la même chose dans son interview il y a quelque temps sur Fox, mais sa déclaration a été supprimée. Apparemment, les médias ne veulent pas que nous sachions que nous finançons les descendants directs des nazis d’Hitler pour qu’ils combattent avec la Russie.

Zelensky est membre du FEM, et l’Ukraine possède déjà une forme de système de crédit social. Il a été rapporté l’année dernière qu’il avait suivi la Chine et combiné la surveillance des citoyens par le gouvernement et les entreprises. Ce système donne aux citoyens un « score » qui peut restreindre la capacité des individus à entreprendre des actions — comme l’achat de billets d’avion, l’acquisition de biens ou l’obtention de prêts — en raison de leurs comportements. Ce système est en cours d’élaboration pour fonctionner en Amérique.

Le colonel Douglas MacGregor nous dit que l’Ukraine est en train de regarder l’anéantissement en face :

Notre vie privée fait partie du passé, le quatrième amendement est foutu, tout comme le premier, et le deuxième est une cible de choix. La Déclaration des droits est en lambeaux, mais bien sûr, le dernier candidat à la magistrature nommé par Biden, ne pouvait même pas nommer un seul de nos dix droits garantis par Dieu. Duh !

La Russie de Poutine

À la fin du mois d’août 2022, la Russie avait détecté plus de 50 biolabs gérés par les États-Unis près de ses frontières, et elle prévoyait de présenter les preuves à l’Office des Nations unies à Genève au début du mois de septembre.

Vous vous souvenez de Victoria Nuland ? Elle était sous-secrétaire d’État aux affaires politiques et a témoigné devant une audience de la commission des affaires étrangères du Sénat sur l’Ukraine le 8 mars 2022 à Washington, DC. Elle a déclaré : « L’Ukraine a des “installations de recherche biologique”, elle craint que la Russie ne les saisisse. »

Le Pentagone a admis le jeudi 9 juin 2022 qu’il a exploité 46 biolabs en Ukraine manipulant des agents pathogènes dangereux, après avoir précédemment rejeté les accusations comme de la propagande russe.

Peut-être…

[Concernant les recherches en biolabs, voir :
C’est l’heure du conte « Gain de Fiction »* avec RFK Jr. et ses amis !
et la vidéo suivante en anglais entre 2:54 et 14:26 :
Biotoxines]

Le 22 septembre 2022, Konstantin Kosachev, vice-président du Conseil de la Fédération, a déclaré que les biolabs gérés par le Pentagone en Ukraine poursuivent des objectifs militaires, prouvés par des preuves irréfutables.

Poutine n’est pas satisfait de ces armes biologiques du DoD près de sa frontière ni du fait que Zelensky voulait rejoindre l’OTAN qui engage ses membres à se défendre mutuellement.

Vladimir Poutine n’est pas Zelensky.

Le 23 juin 2007, Der Spiegel a publié une interview d’Alexandre Soljenitsyne. Alexandre s’était vu offrir un prix par Gorbatchev dans le passé, puis un prix par Eltsine. Les deux ont été refusés. Mais lorsqu’un prix lui a été proposé par Vladimir Poutine, il a accepté. Voici ce qu’il a déclaré dans cette interview :

En acceptant le prix, j’ai exprimé l’espoir que l’amère expérience russe, que j’ai étudiée et décrite toute ma vie, soit pour nous une leçon qui nous préserve de nouvelles ruptures désastreuses.

Vladimir Poutine — oui, il était un officier des services de renseignement, mais il n’était pas un enquêteur du KGB, ni le chef d’un camp du goulag. Quant au service dans les services de renseignement étrangers, il n’est négatif dans aucun pays — il attire même parfois les louanges. George Bush père n’a pas été beaucoup critiqué pour avoir été l’ancien chef de la CIA, par exemple.

Avant la mort d’Alexandre Soljenitsyne, Poutine l’a rencontré et Soljenitsyne a dit à Poutine ce qui devait être changé, plus de contrôle local, moins de contrôle central.

Le dirigeant russe a écouté. Soljenitsyne est mort le 3 août 2008, quelques mois avant son 90e anniversaire. Deux semaines plus tard seulement, il a été annoncé que la Grande Rue communiste de Moscou (ulitsa Bolshaya Kommunisticheskaya) allait être rebaptisée « rue Alexandre Soljenitsyne », un honneur accordé par décret personnel du président Poutine.

Joseph Pearce écrit ce qui suit dans son article Soljenitsyne et Poutine :

En octobre 2010, il a été annoncé que L’Archipel du Goulag deviendrait une lecture obligatoire pour tous les lycéens russes. Lors d’une rencontre avec la veuve de Soljenitsyne, Poutine a décrit L’Archipel du Goulag comme une « lecture essentielle ». « Sans la connaissance de ce livre, il nous manquerait une compréhension complète de notre pays et il nous serait difficile de penser à l’avenir. »

Que faut-il dire de plus ? Dans la Russie de Vladimir Poutine, le plus grand classique de la littérature anticommuniste est désormais une lecture obligatoire dans tous les lycées de la nation. Si l’on pouvait en dire autant des lycées des États-Unis, nous n’aurions pas l’ignorance historique et politique endémique qui a conduit à la sympathie généralisée pour le communisme chez les jeunes Américains. À la lumière de ce qui précède, et à la lumière de l’admiration évidente de Poutine pour Soljenitsyne, n’essayons pas de prétendre que la Russie est une nation communiste. Nous n’avons pas besoin d’aimer Vladimir Poutine. Nous n’avons pas besoin de l’admirer. Mais nous devons reconnaître que la Russie a tourné la page sur les maux du socialisme, alors que nous risquons d’embrasser ces mêmes maux.

Et pourtant, nos politiciens américains communistes/fascistes veulent faire de lui l’ennemi alors que nous finançons massivement le véritable adversaire.

Conclusion

Dans la deuxième partie, nous examinerons les plans à venir des oligarques dystopiques pour l’ensemble de l’humanité.

© 2023 Kelleigh Nelson — Tous droits réservés

E-Mail de Kelleigh Nelson : proverbs133@bellsouth.net




Macron et l’américanisation de la France

Par les Gilets Jaunes de la Victoire

Banquier d’affaires chez Rothschild(([1] https://www.francetvinfo.fr/elections/presidentielle/quand-emmanuel-macron-etait-banquier-d-affaires-un-element-prometteur-mais-sans-plus_2171646.html)), Young Leader du Forum Économique Mondial (Forum de Davos)(([2] https://business-cool.com/decryptage/insolite/young-global-leaders/)), Macron suit le plan des mondialistes, pour cela depuis son élection en 2017 il n’a de cesse de saper tous les fondements de notre nation. La liste de ses méfaits serait fastidieuse, elle se résume en une formule « Tout pour la finance, rien pour le peuple qui pour être rentable doit être exploité. ». Pour ce faire il amène la France vers une gestion du pays à l’américaine où le capital a pris la main sur tous les rouages de l’économie. Regardez vers quoi il veut vous entraîner.

La protection sociale aux États-Unis

(Extrait d’un article d’Europusa(([3] https://www.europusa.com/vivre-aux-etats-unis/vie-personnelle-aux-usa/les-americains-et-vous/la-protection-sociale-aux-etats-unis/)) )

Les prestations sociales sont limitées au minimum aux États-Unis. Les charges sociales restent faibles par rapport à l’Europe. Cela représente un avantage important pour les employeurs et la flexibilité du marché du travail. Cependant, le bien-être des citoyens et leur protection sociale sont mis à l’épreuve.

Quelles différences du système de santé aux USA avec l’Europe ?

La protection sociale aux États-Unis est très différente de l’Europe. Les charges sociales sont très faibles, mais cela présente des inconvénients pour la protection sociale des citoyens en matière de couverture médicale, chômage, retraite, soins de longue durée et soins palliatifs. Les Américains doivent souvent payer pour des soins de santé et des retraites privés. En effet, les programmes publics sont très limités.

Comment fonctionne l’assurance santé aux États-Unis ?

Avant 65 ans, les Américains sont assurés par des assurances privées. Généralement, les prestations de santé et de retraite aux États-Unis sont principalement financées par les employeurs et les travailleurs, plutôt que par l’État. Les employeurs de plus de 50 employés sont tenus de fournir une assurance santé pour leurs employés. Cependant, ils peuvent choisir de ne pas le faire. Les travailleurs doivent contribuer à leur assurance santé et à leur retraite via des prélèvements sur leur salaire. Cela signifie que les personnes qui ne travaillent pas ou qui travaillent pour des employeurs qui ne fournissent pas d’assurance santé sont souvent sans couverture.

Est-ce qu’il existe un système de sécurité sociale aux USA ?

À partir de 65 ans, les Américains bénéficient d’un système de sécurité sociale tel que nous le connaissons en France. Il s’agit de Medicare. Cependant, Medicare ne couvre pas tous les frais de santé et les individus doivent toutefois souscrire une assurance complémentaire pour couvrir les coûts restants.

Comment fonctionne le chômage aux États-Unis ?

On peut pratiquement dire que le chômage n’existe pas dans ce pays. Si vous êtes licencié, vous toucherez des allocations chômage représentant 20 % à 40 % de votre salaire. La durée d’indemnisation ne peut pas durer plus de 6 mois. De plus, ces allocations sont souvent insuffisantes pour couvrir les dépenses de la vie de tous les jours. Il est donc important de rapidement retrouver un autre travail. Les travailleurs qui perdent leur emploi peuvent également être admissibles à des programmes de formation professionnelle pour les aider à se réinsérer dans le marché du travail.

Comment se porte le marché du travail aux USA ?

Le marché du travail est beaucoup plus flexible aux États-Unis. Les employeurs n’hésitent pas à embaucher quelqu’un pour « essayer » puisqu’ils peuvent en toute légalité le licencier du jour au lendemain, sans donner de motif. D’un côté, cette flexibilité est un avantage pour les employeurs. D’un autre, elle peut être source d’insécurité importante pour les travailleurs. Mais pas de panique, nous avons quelques conseils pour vous aider à trouver un emploi aux États-Unis.

Comment se passe la retraite aux États-Unis ?

La retraite est fixée à 65 ans aux États-Unis, mais beaucoup de personnes continuent d’exercer une activité au-delà. L’importance que représente le travail dans la vie sociale fait qu’il est difficile pour beaucoup d’Américains de s’arrêter si vite. Les prestations de retraite aux États-Unis ne sont pas garanties par le gouvernement comme cela peut être le cas dans d’autres pays. Les Américains doivent généralement compter sur des programmes comme la Sécurité Sociale et les plans de retraite privés pour lesquels ils peuvent avoir cotisé pendant leur carrière pour soutenir leur retraite.

Comment toucher une retraite plus avantageuse aux USA ?

Le dynamisme de l’économie de ces dernières années d’un côté et la courbe démographique en rétrécissement de l’autre crée une tension sur les retraites à payer. Les Américains ont donc trouvé une solution très pragmatique, comme toujours : si vous continuez à travailler jusqu’à 70 ans, vous toucherez tout simplement une retraite plus élevée !

Puis-je avoir une assurance santé aux États-Unis si j’ai un petit salaire ?

Certaines personnes peuvent être plus vulnérables que d’autres en termes de protection sociale aux États-Unis, comme les travailleurs à bas salaires, les personnes âgées et les personnes ayant des besoins médicaux spécifiques. Il existe cependant des programmes publics pour les personnes à faible revenu, tels que Medicaid et l’Obamacare. Ces programmes ont été créés pour aider les personnes qui ne peuvent pas se permettre une assurance privée. Ils ont amélioré l’accès aux soins de santé pour certains. Toutefois, ils restent limités et sont souvent sujets à des débats politiques. Aucun de ces fonds ne finance entièrement le coût des soins. Le programme prévoit le paiement d’une assurance, de frais déductibles ; mais l’individu devra en payer une grande partie de sa poche (out-of-pockets costs). D’autres programmes gouvernementaux, tels que Medicaid, aident au paiement de certains frais en association avec Medicare. Des programmes tels que Medigap permettent de combler la différence : toutefois, bien que ces assurances soient légalement fixées par le CMS, elles sont vendues et administrées par des entreprises privées.

Conclusion

Au cours de son histoire la République malgré ses erreurs avait amené le pays a un niveau de vie somme toute correct(([4] C’est que doivent penser en tous cas les migrants.)), Macron en financiarisant à outrance la gestion du pays(([5] Exemple de l’hôpital.
https://www.francetvinfo.fr/sante/hopital/sante-plus-de-4-300-lits-supprimes-dans-les-hopitaux-en-2021_5385343.html)), en suivant à la lettre les directives de ses maîtres, en les introduisant au cœur de l’État(([6] https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2021/01/26/intervention-du-president-emmanuel-macron-dans-le-cadre-de-lagenda-de-davos-organise-par-le-world-economic-forum)) fait écrouler en même pas deux mandats l’État français.

Quel sort va-t-on lui réserver ?

Notes




Elon Musk, défenseur des libertés? 1re partie

#1 L’opposition contrôlée : Elon Musk et les Twitter files

Il n’a échappé à personne que suite au rachat de Twitter en 2022, Elon Musk et ses équipes ont révélé la manière dont certains politiques américains et un nombre de lobbys internationaux ont contrôlé les comptes et les messages des plateformes de réseaux sociaux. Cela s’est particulièrement produit sous l’influence des démocrates et de Big Pharma qui ont censuré un nombre invraisemblable de lanceurs d’alerte et de voix critiques, aux États unis comme en Europe.

Mais faut-il pour autant célébrer Elon Musk, lui faire confiance ? Ne s’agirait-il pas d’un « limited hangout », une « sortie limitée » d’informations, pour récupérer une situation problématique ? La censure massive exercée par les réseaux sociaux a poussé de très nombreux usagers à déserter les plateformes classiques. Comment rattraper le tir et restaurer la confiance du public dans ses applications et dans « le processus démocratique » ? Car si l’on perd le contrôle d’un côté, il faut bien le rattraper de l’autre en organisant et pilotant une opposition. Alors que fait véritablement Elon Musk et à quoi cette opération peut-elle aboutir ?

Depuis qu’il est passé aux commandes de Twitter en rachetant la société pour un montant astronomique de 44 milliards de dollars, Musk a divulgué des documents internes attestant des demandes de censure de certains sujets ou de certains comptes. Des journalistes et des lanceurs d’alerte concernés ont donc publié ces preuves, principalement sur leur lettre personnelle hébergée sur la plateforme Substack. À titre d’exemple, Matt Taibbi a révélé comment dès 2017 les services des renseignements ont pris le contrôle de Twitter sous l’influence des démocrates en supprimant les messages hostiles à Clinton et aujourd’hui les dossiers compromettants sur Hunter Biden. Alex Berenson a lâché ses bombes en révélant les pressions de Pfizer pour censurer les tweets de Scott Gottlieb sur la supériorité de l’immunité naturelle à celle du vaccin et le Dr Michael Shellenberger a révélé comment Facebook a rassuré la Maison-Blanche en expliquant que les informations défavorables à la vaccination sont supprimées, même lorsqu’elles sont vraies.

La liste des scandales est longue. Officiellement, les géants de la technologie ont fait savoir qu’ils ne supprimaient que les informations contenant « de fausses informations médicales », ce qui revenait déjà à laisser l’OMS décider de l’état des connaissances scientifiques et à supprimer tout débat contradictoire. Mais il apparaît désormais que l’ampleur de la censure est encore bien plus importante. La CIA, le FBI et d’autres agences gouvernementales ont donc régulièrement envoyé des demandes de suppression de tweets ou de comptes, et même appuyé leurs exigences par de solides compensations financières. Twitter a, par exemple, perçu 3 415 323 dollars du FBI pour les services rendus par ses employés.

La divulgation de toutes ces informations ouvre également la voie à des actions judiciaires. Ainsi l’avocat Robert F. Kennedy, Jr. a porté plainte pour violation de la liberté de la presse et de la loi antitrust contre le « Trusted News Initiative », un partenariat regroupant plusieurs groupes de presse dont la BBC, Associated Press (AP), Reuters le Washington Post et l’Agence France-Presse et d’autres médias ainsi que les plateformes de réseaux sociaux Google (Facebook, YouTube, Instagram) et Twitter. Ceux-ci s’étaient alliés pour censurer collectivement les informations concernant la Covid 19 et les élections présidentielles, qui n’étaient pas alignées sur les récits officiels. Plusieurs autres célébrités de la « résistance » américaine, telles que les époux Bollinger et le Dr Joseph Mercola, se sont associées à la plainte, savourant le plaisir d’enfin pouvoir contre-attaquer ces cartels qui les étouffent depuis plusieurs années.

Robert F. Kennedy Jr @RobertKennedyJr

Le vent tourne-t-il ?

C’est en tous cas ce qu’affirme l’eurodéputée Virginie Jauron dans une interview récente concernant les faits de corruption et de censure au sein des institutions européennes (voir l’excellente interview « Miss Pfizer au milieu de la tourmente » sur Kairos » dans laquelle elle finit par mettre en cause le nouvel ordre mondial et l’agenda de Davos) :

Je suis optimiste parce que le vent tourne. On l’a vu avec le rachat de Twitter. On a la certitude que la lutte contre la désinformation est en train d’être remise en question. Cela part des États-Unis, mais maintenant cela va se voir au sein de l’Union Européenne.

Dans son allocution de fin d’année, elle s’était déjà exprimée sur les Twitter files, expliquant que :

Bruxelles avait publié jusqu’en juillet 2021 des résultats de son programme de surveillance de la désinformation liée au Covid. En Europe, Twitter aurait désactivé plus de 1500 comptes, éliminé 43 000 tweets et contesté 11,7 millions de comptes pour cause de désinformation liée au Covid.

Prise par l’enthousiasme, la députée n’avait pas hésité à porter le milliardaire aux nues, en déclarant à la veille des fêtes de fin d’année :

Je voudrais terminer par cette 3e superbe nouvelle : nous avons eu un très beau cadeau de Noël par Elon Muskdans notre combat pour la vérité. Vous le savez Elon Musk c’est cet entrepreneur génial devenu milliardaire en lançant des voitures électriques et des satellites et qui a racheté Twitter pour 44 milliards de dollars en octobre dernier.

L’on comprend son enthousiasme et l’on ne peut que se réjouir du fait que ces informations soient divulguées. Il faut saisir les occasions offertes par Elon Musk et espérer que la commission d’enquête Corona des parlementaires européens parvienne à obtenir plus de précisions sur la manière dont la censure des réseaux sociaux s’est déroulée en Europe.

Mais en revanche, il est impératif de rester vigilant quant à la suite de l’opération lancée par Musk et à la confiance que l’on peut lui accorder.

Ironmusk à la rescousse

En quelques mois monsieur Musk s’est transformé en nouveau héros de la résistance, incarnant la figure du milliardaire donneur de leçons tel Tony Stark/Ironman, le personnage de la série Marvel qu’il affectionne.

Musk est l’incarnation du rêve américain vendu par Hollywood. Il jouit de la puissance du milliardaire qui peut tout se permettre, mais finit par se vouer à une bonne cause. Ses passes d’armes sont jubilatoires, il casse les codes du politiquement correct pour endosser ceux de l’imaginaire et met tout le monde au défi. (Par exemple lorsqu’il pousse à la démission d’Anthony Fauci, le monsieur santé qui a imposé la désastreuse politique Covid aux États-Unis). Musk est devenu le défenseur de la liberté d’expression, de la libre entreprise et de la décentralisation.

Il s’en était d’ailleurs également pris à PayPal (entreprise qu’il a co-fondée avec Peter Thiel, et dont il a revendu ses parts en 2000) et avait fortement condamné les manœuvres visant à étouffer le journalisme indépendant. Ces deux dernières années, la plateforme de payement a effectivement montré à quoi l’on peut s’attendre en matière de liberté, allant jusqu’à informer ses clients qu’en cas de diffusion de fausses informations, ils s’exposaient à des amendes de 2500 dollars, des blocages de compte pouvant aller jusqu’à 180 jours et la rétention de la totalité de leurs avoirs. La nouvelle avait provoqué un tollé et Musk avait déclaré que « cela ressemblait à un épisode de Black Mirror », une série britannique sur les dérives totalitaires de la technologie. PayPal avait alors rapidement corrigé le tir en invoquant « une erreur de communication ».

Comment expliquer que Musk soit animé par un penchant aussi aigu pour l’éthique et les valeurs démocratiques ? A-t-il eu une sorte d’épiphanie ? L’avantage du personnage fantasque, c’est que l’on ne cherche pas à le comprendre. Il suffit d’être excentrique et tout s’explique.

Et les médias participent à l’édification de cette épopée héroïque. Bien entendu Musk se fait aujourd’hui lyncher par la presse mainstream qu’il a dénoncée, mais cela ne fait que renforcer la crédibilité du personnage. N’est-ce point la preuve qu’il est dans le bon camp ? À titre d’exemple, le Nouvel Obs lui consacré un article au titre on ne peut plus éloquent : « Elon Musk de super-héros à super-vilain des Américains ».

En effet, le voici à présent dans la tourmente, son capital plonge et l’on exige sa démission. Le « pauvre » Musk risque de devoir abandonner son trophée gagné de haute lutte, et sera peut-être contraint de céder la direction de Twitter à, à…

À ses anciens amis de Paypal ?

Selon un article de Fox Business (que l’on pourrait qualifier de média de l’opposition contrôlée, en référence aux médias de propagande officiels) Elon Musk envisage déjà de démissionner de la présidence de Twitter et pourrait faire appel à ses anciens camarades de Paypal, notamment Joe Lonsdale qui en fut le co-fondateur et qui a participé à lancer Palantir le programme d’espionnage et de récolte de données de la CIA et du Mossad.

Pour l’instant l’on n’en sait rien, mais il est impératif de se demander quel est l’objectif derrière toute cette saga. Car l’idée qu’Elon Musk est une véritable force d’opposition du système est difficile à croire. Même en voulant, comment s’y prendrait-il pour réellement faire cavalier seul et s’opposer à ceux qu’il dénonce, tant il collabore étroitement avec « le régime » ?

Marié aux agences gouvernementales

Elon Musk, c’est avant tout l’un des principaux partenaires du gouvernement américain pour toutes les activités de renseignement, d’espionnage, de conquête spatiale et de technologie militaire.

Ses sociétés Space X et Starlink sont des sociétés qui dépendent quasi exclusivement de contrats gouvernementaux, la demande civile pour nombre de leurs produits étant quasi inexistante. Musk possède le plus grand réseau de satellites au monde et a obtenu des milliards de dollars de contrats pour produire et lancer des satellites-espions, des drones et d’autres technologies de télécommunications militaires. SpaceX a par exemple conclu des contrats (ici 150 millions de dollars, ici 130 millions) avec l’armée de l’air pour mettre en orbite son satellite de commandement, avec l’Agence de développement spatial pour envoyer des dispositifs de suivi dans l’espace, et avec le National Reconnaissance Office (NRO) pour lancer ses satellites-espions. Ces satellites sont utilisés par les « cinq grands » organismes de surveillance, dont la CIA et la NSA.

Récemment, le déploiement de milliers de terminaux Starlink en Ukraine, offerts par Musk en soutien à la population lui a valu beaucoup de sympathie. Officiellement, il s’agit d’aider la population à retrouver l’internet suite à la coupure du réseau dans une grande partie du pays. Starlink permet aux personnes disposant d’un terminal de se connecter à un système de 2400 petits satellites en basse orbite, la plupart lancés par SpaceX.

Cependant, il s’est rapidement avéré que le « don » extraordinaire de M. Musk a été discrètement financé par le gouvernement américain. Ainsi l’agence USAID — une agence gouvernementale a qui a régulièrement fait office d’organisation de changement de régime (« en résumé la CIA ») — aurait versé l’argent nécessaire à l’achat et à la livraison de la majeure partie des terminaux en question.

Car Starlink n’offre pas vraiment une solution commerciale. Les terminaux — qui sont en fait de minuscules antennes paraboliques portables — ont une portée nettement limitée et ne sont utiles que dans un contexte très local. Mykhailo Fedorov, ministre ukrainien de la transformation numérique, a estimé que les 10 000 terminaux Starlink permettaient à environ 150 000 personnes de rester en ligne, un chiffre assez modeste en réalité.

Par contre, en quelques semaines, Starlink est devenu la pierre angulaire de l’armée ukrainienne, lui permettant de continuer à cibler les forces russes via des drones et autres engins de haute technologie dépendant d’une connexion internet. Un responsable a confié au Times of London qu’il « doit » utiliser Starlink pour cibler les forces ennemies via l’imagerie thermique.

« Starlink est ce qui a changé la guerre en faveur de l’Ukraine. La Russie a fait des pieds et des mains pour faire sauter toutes nos communications. Maintenant, ils ne peuvent plus le faire. Starlink fonctionne sous le feu des Katyusha, sous le feu de l’artillerie. Il fonctionne même à Mariupol », a déclaré un soldat ukrainien au journaliste David Patrikarakos.

L’indépendant au service des idéaux ?

Elon Musk joue le personnage de l’outsider, du milliardaire indépendant qui s’oppose au système de subsides de l’état et défend la libre concurrence. Mais dans les faits, c’est autre chose. En 2015, le Los Angeles Times avait déjà calculé qu’au moins 4,9 milliards de subsides avaient été versés à ses entreprises.

Par exemple sa société Tesla profite largement des règles internationales complexes qui régissent la production de véhicules électriques. Dans le but de réduire les émissions de carbone, les gouvernements du monde entier ont mis en place un système de crédits pour les véhicules « propres », selon lequel un certain pourcentage de la production de chaque constructeur doit être constitué de véhicules à zéro émission. Tesla ne produit que des voitures électriques et remplit donc aisément cette condition.

Mais ce système permet surtout à l’entreprise de revendre les crédits carbone excédentaires aux constructeurs qui ne peuvent pas atteindre ces quotas. Sur un marché concurrentiel où chaque constructeur doit atteindre certains objectifs, ces crédits valent leur pesant d’or et rapportent à Tesla des milliards de dollars de bénéfice chaque année. Par exemple, rien qu’entre 2019 et 2021, Stellantis, qui possède les marques Chrysler, Fiat, Citroën et Peugeot, a déboursé près de 2,5 milliards de dollars pour acquérir les crédits verts américains et européens de Tesla.

Cela explique en partie pourquoi Tesla est le premier constructeur, en termes de capitalisation boursière. Jusqu’il y a peu, la société valait plus que ses cinq principaux concurrents réunis, alors qu’elle ne fait même pas partie des 15 premiers constructeurs automobiles en termes de véhicules vendus. Cela explique aussi l’engagement d’Elon Musk en faveur des politiques liées au changement climatique. Les voitures électriques et les énergies renouvelables rapportent considérablement en termes de subsides. (Idem pour les panneaux solaires avec Solar X qui récolte des tonnes d’incentives et d’avantages fiscaux). La fortune du milliardaire s’est donc aussi largement accrue avec l’argent des contribuables.

L’on sait pourtant que la production de véhicules électriques est loin d’être aussi écologique qu’on ne l’a affirmé et l’on connaît aujourd’hui les conséquences de l’augmentation de la consommation en électricité. Pourtant cela ne semble pas remettre en question la politique du « tout à l’électrique ». Ne serait-ce pas lié à l’immense avantage qu’auraient les gouvernements de pouvoir prendre le contrôle des déplacements de chacun ? Après tout, ces véhicules sont des ordinateurs sur roues commandés par des softwares, donc susceptibles de passer sous le contrôle d’autrui. (par ex. ici et ici).

Partenaire des coups d’État

Cette collaboration étroite d’Elon Musk avec les gouvernements se voit jusque dans la politique étrangère américaine et internationale. Outre l’exemple de l’Ukraine, l’on peut citer celui de la Bolivie où il a appuyé le coup d’État de 2019 contre le président Evo Morales qui s’opposait à l’exploitation des mines de Lithium, un minerai utilisé pour les batteries des voitures électriques Tesla. Critiqué par une internaute sur Twitter à ce propos Musk avait répondu : « we will coup whoever we want. Deal with it. » (Nous renverserons qui nous voulons. C’est comme ça !).

Enfin, même s’il s’en défend, il semble bien adhérer aux idées du Forum économique mondial. Selon certains, Musk aurait fait partie de la promotion 2008, mais son nom aurait été retiré de la liste. Quoiqu’il en soit, ses objectifs sont éminemment alignés sur ceux des élites de Davos et de leur agenda 2030. Quelques internautes ont d’ailleurs remarqué ses messages quasi « copiés-collés » du compte du Forum économique mondial, plaidant tour à tour pour l’introduction de la taxe carbone (qui rapporte indirectement à Tesla), le revenu de base universel, la vaccination avec les technologies génétiques ou l’identification des personnes par implantation de micropuces.

Une chose est certaine : Musk était bien présent au forum de l’an dernier à Davos et a même été considéré comme l’un de ses principaux intervenants. Il s’était exprimé sur la transition liée au changement climatique et les défis liés à la 4e révolution industrielle remplaçant le travail humain par la technologie robotique.

Mais depuis la saga des Twitter files, Musk et Twitter semblent être devenus des « indésirables » et ont été « supprimés des partenaires du forum de Davos » pour la semaine de réunion de janvier 2023, alors que l’on continue de promouvoir les plateformes chinoises comme TikTok, Weibo et le système de crédit social WeChat.

Tout ce combat d’Elon Musk prend donc sa place dans la confrontation ostensible entre « le modèle chinois » centralisé, avec sa censure draconienne et son système de crédit social et le modèle américain du marché libre et de la liberté d’expression issus des valeurs de la démocratie occidentale.

Avec cette polarisation de plus en plus marquée entre l’Est et l’Ouest, nous sommes amenés à croire que la lutte entre leurs deux « visions d’avenir » déterminera le futur des relations internationales et l’orientation des États-nations. Mais les choses sont souvent plus complexes qu’elles n’y paraissent. En réalité, la transformation mondiale n’est pas tant menée par les gouvernements nationaux, que par un réseau mondial de parties prenantes et d’intérêts privés qui œuvrent ensemble vers une forme de technocratie globale. Et Elon Musk est un pion important sur l’échiquier de cette « solution pour le futur », puisqu’il semble vouloir contrôler tous les domaines technologiques essentiels pour y parvenir. De quel côté cherche-t-il à faire pencher la balance ?

Article à suivre dans la 2e partie

[Voir aussi :
Le soutien d’Elon Musk à la « liberté de mourir » met en lumière l’impasse du libertarianisme
Quand Laurent Alexandre décrivait le projet d’Elon Musk de greffer des implants dans les cerveaux de nos enfants
Le grand jeu : Elon Musk et Twitter]




Drs Gérard et Nicole Delépine : « On n’a plus de traitement adapté au malade qu’on a devant soi. »

[Source : Nexus]

Dans un entretien vidéo pour Nexus, les Dr Nicole et Gérard Delépine nous parlent de la fin des traitements individualisés des patients atteints de cancer à l’hôpital. Ils reviennent également sur leur parcours de soignants et sur la crise Covid.

Version intégrale



Version courte



entretien précédent filmé en 2020






Comprendre la magouille vaxinale anticovid en 3 minutes

[Voir aussi :
D’ici 2028, BlackRock et Vanguard posséderont « presque tout »
Vandana Shiva expose l’agenda des milliardaires dans son dernier livre
La stratégie globale de BlackRock
Black Rock : un problème majeur pour l’humanité
Qui possède le monde ?
Les 4 firmes qui possèdent les USA]




Pierre de Gaulle : « Ils ont détruit la France de mon grand-père ! »

[Source : Sud Radio]

Avec Pierre de Gaulle, petit-fils du général de Gaulle :





Le sénateur Duplomb interpelle le gouvernement sur les grillons dans nos aliments

[Source : medias-presse.info]

Le débat sur la présence d’insectes dans nos aliments, désormais autorisée par la Commission européenne sous la signature d’Ursula von der Leyen, s’est invité dans l’hémicycle sénatorial. « Savez-vous ce qu’est l’Acheta domesticus ? », interroge le sénateur LR Laurent Duplomb, s’adressant aux ministres présents. Le ministre de l’Agriculture répond ensuite pour justifier une politique européenne sur le sujet des insectes dans les aliments. À la suite de quoi le sénateur reprend la parole pour défendre la gastronomie française, la viande française ainsi qu’une alimentation saine et durable, et se moquer de ceux qui veulent manger des grillons.

[Voir aussi :
Comment les industriels nous obligent à manger des insectes
Voici le dernier signe que les Américains vont manger des insectes et être heureux
http://xochipelli.fr/2022/10/homo-chimericus-les-processus-de-chitinisation-de-lalimentation-insectivore-en-synergie-avec-les-processus-de-graphenisation-vont-engendrer-un-nouvel-organisme-humain-chimerique-et-connect/]






Mea culpa d’un ex covidiste : « Il est temps pour la communauté scientifique d’admettre que nous nous sommes trompés sur le COVID et que cela a coûté des vies »

[Source : reseauinternational.net]

Un véritable « mea culpa », une révision continue et rapide de l’histoire, ou une gestion narrative plus poussée en ce qui concerne l’« amnistie » de ce que « les autres » ont fait à ceux qui ont pensé par eux-mêmes au cours des dernières années…

Par Tyler Durden

À vous de décider…

Dans un torchon libéral comme Newsweek, Kevin Bass (étudiant en médecine MS/PHD, école de médecine) a écrit un article d’opinion assez surprenant (et « courageux ») disant qu’« il est temps pour la communauté scientifique d’admettre que nous avions tort au sujet du COVID et que cela a coûté des vies… »

En tant qu’étudiant en médecine et chercheur, j’ai fermement soutenu les efforts des autorités de santé publique en ce qui concerne le COVID-19.

Je pensais que les autorités avaient répondu à la plus grande crise de santé publique de notre vie avec compassion, diligence et expertise scientifique. J’étais avec eux quand ils ont demandé des mesures de confinement, des vaccins et des rappels.

J’avais tort. Nous, la communauté scientifique, avions tort. Et cela a coûté des vies

Je constate aujourd’hui que la communauté scientifique, des CDC à l’OMS en passant par la FDA et leurs représentants, a à plusieurs reprises exagéré les preuves et trompé le public sur ses propres opinions et politiques, notamment sur l’immunité naturelle ou artificielle, les fermetures d’écoles et la transmission des maladies, la propagation des aérosols, les masques obligatoires, l’efficacité et la sécurité des vaccins, en particulier chez les jeunes. Toutes ces questions étaient des erreurs scientifiques à l’époque, et non a posteriori. Étonnamment, certains de ces obscurcissements se poursuivent encore aujourd’hui.

Mais ce qui est peut-être plus important que n’importe quelle erreur individuelle, c’est que l’approche globale de la communauté scientifique était et continue d’être intrinsèquement défectueuse. Elle était défectueuse d’une manière qui a miné son efficacité et entraîné des milliers, voire des millions, de décès évitables.

[Note de Joseph : parce que dans la grande majorité des cas, il ne s’agit plus de science, mais de scientisme basé sur des croyances religieuses quasiment sectaires.
Voir aussi : Note sur l’incohérence écologiste]

Ce que nous n’avons pas bien compris, c’est que ce sont les préférences qui déterminent la façon dont l’expertise scientifique est utilisée, et que nos préférences peuvent être — en fait, nos préférences étaient — très différentes de celles de la plupart des personnes que nous servons. Nous avons créé une politique basée sur nos préférences, puis nous l’avons justifiée à l’aide de données. Puis nous avons dépeint ceux qui s’opposaient à nos efforts comme étant malavisés, ignorants, égoïstes et mauvais.

Nous avons fait de la science un sport d’équipe et, ce faisant, nous lui avons fait perdre son caractère scientifique. C’est devenu « nous » contre « eux », et « eux » ont répondu de la seule façon que l’on pouvait attendre d’eux : en résistant.

Nous avons exclu d’importantes parties de la population de l’élaboration des politiques et fustigé les critiques, ce qui signifie que nous avons déployé une réponse monolithique dans une nation exceptionnellement diverse, forgé une société plus fracturée que jamais et exacerbé des disparités sanitaires et économiques de longue date.

Notre réaction émotionnelle et notre esprit de parti bien ancré nous ont empêchés de voir l’impact total de nos actions sur les personnes que nous sommes censés servir. Nous avons systématiquement minimisé les inconvénients des interventions que nous avons imposées — imposées sans la participation, le consentement et la reconnaissance de ceux qui sont forcés de vivre avec elles. Ce faisant, nous avons violé l’autonomie de ceux qui seraient le plus négativement touchés par nos politiques : les pauvres, la classe ouvrière, les propriétaires de petites entreprises, les Noirs et les Latinos, et les enfants. Ces populations ont été négligées parce qu’elles nous étaient rendues invisibles par leur exclusion systématique de la machine médiatique dominante et corporatiste qui présumait de son omniscience.

La plupart d’entre nous ne se sont pas exprimés pour soutenir des points de vue alternatifs, et beaucoup d’entre nous ont essayé de les supprimer. Lorsque des voix scientifiques fortes, comme celles des professeurs de renommée mondiale de Stanford John Ioannidis, Jay Bhattacharya et Scott Atlas, ou celles des professeurs de l’Université de Californie à San Francisco Vinay Prasad et Monica Gandhi, ont tiré la sonnette d’alarme au nom des communautés vulnérables, elles ont dû faire face à la censure sévère de foules implacables de critiques et de détracteurs au sein de la communauté scientifique — souvent non pas sur la base de faits, mais uniquement sur la base de différences d’opinions scientifiques.

Lorsque l’ancien président Trump a souligné les inconvénients de l’intervention, il a été rejeté publiquement comme un bouffon. Et lorsque le Dr Antony Fauci s’est opposé à Trump et est devenu le héros de la communauté de la santé publique, nous lui avons apporté notre soutien pour qu’il fasse et dise ce qu’il voulait, même lorsqu’il avait tort.

Trump n’était pas parfait, tant s’en faut, pas plus que les critiques universitaires de la politique consensuelle. Mais le mépris que nous avons affiché à leur égard a été un désastre pour la confiance du public dans la réponse à la pandémie. Notre approche a aliéné de larges segments de la population de ce qui aurait dû être un projet national et collaboratif.

Et nous en avons payé le prix. La rage des personnes marginalisées par la classe des experts a explosé sur les médias sociaux et les a dominés. Ne disposant pas du lexique scientifique nécessaire pour exprimer leur désaccord, de nombreux dissidents se sont tournés vers les théories du complot et une industrie artisanale de contorsionnistes scientifiques pour faire valoir leurs arguments contre le consensus de la classe des experts qui dominait le courant dominant de la pandémie. Qualifiant ce discours de « désinformation » et le mettant sur le compte de « l’analphabétisme scientifique » et de « l’ignorance », le gouvernement a conspiré avec Big Tech pour le supprimer de manière agressive, effaçant ainsi les préoccupations politiques valables des opposants du gouvernement.

Et ce, malgré le fait que la politique de lutte contre les pandémies a été créée par une frange très mince de la société américaine qui s’est autoproclamée présidente de la classe ouvrière — des membres du monde universitaire, du gouvernement, de la médecine, du journalisme, de la technologie et de la santé publique, qui sont hautement éduqués et privilégiés. Du haut de ses privilèges, cette élite prône le paternalisme, contrairement aux Américains moyens qui louent l’autonomie et dont la vie quotidienne les oblige à prendre en compte les risques. Il est inadmissible que nombre de nos dirigeants aient négligé de prendre en compte l’expérience vécue de ceux qui se trouvent de l’autre côté du fossé des classes.

En raison de ce fossé des classes, nous avons sévèrement jugé les critiques du confinement comme étant paresseux, arriérés, voire mauvais. Nous avons rejeté comme « escrocs » ceux qui représentaient leurs intérêts. Nous pensions que la « désinformation » énergisait les ignorants, et nous refusions d’accepter que ces personnes aient simplement un point de vue différent et valable.

Nous élaborions des politiques pour les gens sans les consulter. Si nos responsables de la santé publique avaient fait preuve de moins d’orgueil, l’évolution de la pandémie aux États-Unis aurait pu avoir une issue très différente, avec beaucoup moins de vies perdues.

Au lieu de cela, nous avons assisté à une perte massive et continue de vies en Amérique en raison de la méfiance à l’égard des vaccins et du système de santé ; une concentration massive de la richesse par des élites déjà riches ; une augmentation des suicides et de la violence armée, en particulier chez les pauvres ; un quasi-doublement du taux de dépression et de troubles anxieux, en particulier chez les jeunes ; une perte catastrophique du niveau d’éducation chez les enfants déjà défavorisés ; et chez les plus vulnérables, une perte massive de confiance dans les soins de santé, la science, les autorités scientifiques et les dirigeants politiques en général.

Ma motivation pour écrire ces lignes est simple :

Il est clair pour moi que pour restaurer la confiance du public dans la science, les scientifiques doivent discuter publiquement de ce qui a bien fonctionné et de ce qui a mal fonctionné pendant la pandémie, et de ce que nous aurions pu faire mieux.

Il n’y a pas de mal à se tromper et à admettre ses erreurs et ce que l’on a appris. C’est un élément essentiel du fonctionnement de la science. Pourtant, je crains que beaucoup ne soient trop ancrés dans la pensée de groupe — et n’aient trop peur d’assumer publiquement leurs responsabilités — pour le faire.

Pour résoudre ces problèmes à long terme, il faut un plus grand engagement en faveur du pluralisme et de la tolérance dans nos institutions, y compris l’inclusion de voix critiques et impopulaires.

Il faut mettre fin à l’élitisme intellectuel, à la crédulité et au classisme. Le rétablissement de la confiance dans la santé publique — et dans notre démocratie — en dépend.

Le problème n’était pas l’ignorance des faits par les gens, mais l’antagonisme et la censure organisés à l’encontre de toute personne présentant des données contraires à l’agenda du mandat. Ceci sans tenir compte de proclamations comme celles du LA Times, qui a soutenu que se moquer de la mort des « anti-vaxxers » pouvait être nécessaire et justifié. Après deux ans de ce type d’absurdité arrogante, il est difficile d’imaginer que les gens seront prêts à faire comme si tout allait bien.

L’effort actif pour faire taire toute donnée opposée est le crime fondamental, cependant, et non, il ne peut jamais être oublié ou pardonné.

Les gens sont toujours livides…

On ne peut s’empêcher de remarquer que l’appel de l’Atlantique à l’oubli passif et maintenant ce mea culpa dans l’éditorial coïncident avec la fin des déclarations d’urgence du COVID, au milieu d’une réaction politique croissante à ces deux dernières années de verrouillages et de mandats insignifiants, et les démocrates ont joué un rôle déterminant dans la mise en œuvre des deux. Une grande partie de la population considère qu’un parti est la cause de la plupart des conflits de l’ère covidienne.

Peut-être que les grands médias réalisent soudain qu’ils vont devoir payer pour leur fanatisme covidien ? « Nous ne savions pas ! Nous ne faisions que suivre les ordres ! » Tout cela semble plutôt familier.

source : ZeroHedge via Le Libre Penseur




Gerhard Wisnewski : ce dont les journaux n’ont pas parlé en 2022

[Source : kla.tv]

L’auteur de bestsellers allemand Gerhard Wisnewski sort chaque année un livre intitulé « verheimlicht – vertuscht – vergessen » (« caché – dissimulé – oublié »). Dans ces livres, il résume à chaque fois les événements passés sous silence durant l’année écoulée. Sur la chaîne de télévision en ligne AUF1, il donne un aperçu de ce qu’on n’a pas pu lire dans les journaux en 2022.

Qu’en penseriez-vous si quelqu’un avait l’idée de vous implanter des opinions ? Ou d’effacer en vous toute croyance dans le bien et le mal ? Ou de vous faire croire que la neige est noire ? Impossible ? Scandaleux ? Mais non, c’est tout à fait possible. Après tout, nous croyons déjà qu’un homme est une femme et une femme est un homme. De là à la folie totale et à la neige noire, il n’y a qu’un pas. Et ce sont toutes des techniques du Tavistock Institute, qui a fêté son 75e anniversaire en 2022. Vous n’en avez jamais entendu parler ? Ce n’est pas grave, je vais y venir.

Bonjour et bienvenue pour commencer. Je m’appelle Gerhard Wisnewski et je suis l’auteur de la célèbre rétrospective annuelle « caché – dissimulé – oublié », qui paraît ces jours-ci pour la 16e année. En effet, chaque fois que 365 jours sont derrière nous, je me penche sur l’année écoulée, joliment arrangée par la presse mainstream, et je la remodèle dans les règles de l’art. Et une nouvelle fois, j’ai l’honneur de jeter un regard en arrière sur l’année 2022 pour AUF1.

À propos de 2022, il est difficile de croire que nous nous en sommes tirés avec juste un œil au beurre noir, non ? Heureux ceux et celles qui ne sont pas encore fauchés, qui ont encore un revenu assuré et qui ne ressentent pas encore les effets secondaires de la vaccination, voire qui sont encore en vie. Car pas mal de personnes sont déjà mortes des effets secondaires de la vaccination.
Mais nous aurions encore quelques autres questions, par exemple : « À qui en fait profite la guerre en Ukraine ? Et qui l’a vraiment déclenchée ? Pourquoi nous assène-t-on sans cesse de nouveaux coups durs ? Covid, guerre, guerre nucléaire, inflation, explosion des prix de l’énergie, pannes généralisées, etc., etc. ? » J’aborde ces questions et bien d’autres encore dans mon nouvel annuaire « caché — dissimulé — oublié, 2023 ».

Et encore : « Quel rapport entre la météo, la guerre et la politique ? Des morts peuvent-ils encore téléphoner ? Qui paie la colle pour les autocollants climatiques ? Et qui est Annalena Baerbock ? Qu’est-ce qui se cache vraiment derrière ces changements de sexe qui font rage ? Et pourquoi les agriculteurs montent-ils aux barricades ? Comment l’actrice américaine Anne Heche est-elle morte ? Et où a-t-on encore menti, déformé, parfumé, enjolivé et passé sous silence » ? Et bien sûr : « L’Allemagne et l’Europe ont-elles encore un avenir » ?

Prenons trois sujets parmi tant d’autres dans le livre :

24 février 2022 :

La Russie attaque l’Ukraine. Le président russe Poutine appelle ça une opération militaire limitée. L’Occident parle de guerre d’agression. L’indignation est à son comble. Les trois coupables s’appellent Poutine, Poutine et bien sûr Poutine encore. Mais qu’est-ce que cela signifie ? Car les médias grand public sont des médias de l’OTAN, fondés après la Seconde Guerre mondiale avec des licences des alliés occidentaux et faisant donc toujours partie de la guerre psychologique de l’OTAN. Et maintenant, ils font juste leur travail, qui consiste à faire de la propagande de guerre. Et comment cela a-t-il fonctionné ? D’un jour à l’autre, des drapeaux bleu et jaune ont flotté partout, des bâtiments ont été illuminés aux couleurs de l’Ukraine, pour l’Ukraine – et contre Poutine. Et pourtant, Poutine est le meilleur pion de Biden. Oui, vraiment ! Cela fait au moins 20 ans que les États-Unis investissent en Ukraine : putschs, aide militaire, conseillers militaires et armes. La Russie avait été provoquée à maintes reprises, en Ukraine mais aussi ailleurs. Mais jamais Poutine n’a voulu prendre les armes… pour traire des souris.

Tout était pourtant prêt. Et, le 24 février, les canons ont enfin tonné en Ukraine ; et à Washington, les bouchons de champagne ont sauté. Enfin, le « pion » avait attaqué et transformé en « guerre chaude » ce conflit entre la Russie et l’Ukraine, qui durait déjà depuis si longtemps.

Le professeur de politologie américain Jack Rasmus énumère à lui seul dix raisons qui expliquent pourquoi les élites américaines pourraient avoir intérêt à ce que la Russie envahisse l’Ukraine. Citation : « Les médias américains, le gouvernement Biden et les faucons de guerre américains au Congrès prétendent vouloir empêcher une invasion par Poutine et la Russie. Mais ce qu’ils disent ne correspond pas à ce qu’ils font. De nombreux éléments indiquent que les États-Unis et l’OTAN veulent une confrontation tant qu’il s’agit d’une guerre par procuration entre la Russie et l’Ukraine, à laquelle ils peuvent assister, où ils peuvent alimenter l’incendie généralisé par les armes et atteindre par la même occasion d’autres objectifs US-OTAN. » Fin de citation, The World Financial Review, online, 07 février 2022

Concrètement, les dix raisons de Rasmus sont les suivantes :

  1. réunifier l’OTAN et renforcer l’hégémonie américaine,
  2. amener l’Allemagne à arrêter Nord Stream 2 et, à la place, acheter du gaz américain.
  3. créer un prétexte pour déployer encore plus de troupes et d’armes modernes dans les pays baltes et en Europe de l’Est.
  4. obtenir davantage de concessions économiques de la part de l’Ukraine pour les affaires américaines en échange d’armes US/OTAN plus nombreuses et de meilleure qualité.
  5. générer un soutien politique croissant pour les États-Unis afin d’être actifs en Moldavie, d’en chasser les soutiens russes et d’installer un régime fantoche américain sur l’ensemble du pays.
  6. justifier des efforts plus importants pour déstabiliser la Biélorussie et le Kazakhstan.
  7. augmenter le vent favorable pour les démocrates avant les élections de mi-mandat en novembre 2022.
  8. justifier une nouvelle augmentation du budget de la défense par le Congrès.
  9. créer un prétexte pour agir contre les soutiens pro-russes : Venezuela, Nicaragua et à nouveau Cuba.
  10. tester l’efficacité des dernières armes américaines contre les forces russes et l’efficacité des armes russes contre les États-Unis sans avoir à affronter directement la Russie ; découvrir les cybercapacités de la Russie.
    La guerre de Poutine est donc un coup de maître pour les États-Unis. Dans mon livre, j’ai énuméré une trentaine d’autres avantages que les États-Unis tirent de la guerre en Ukraine.

Pour nous, la guerre a bien sûr été un choc – un « Tavis-choc », comme je l’appelle depuis peu, en référence au Tavistock Institute de Londres, fondé il y a 75 ans. Le Tavistock Institute est issu de la Tavistock Clinic, où l’on avait découvert que les vétérans traumatisés de la Première Guerre mondiale étaient particulièrement faciles à contrôler. C’est ce qu’on a appelé le « shellshock », le choc des obus. Et en ce moment, nous assistons à un véritable feu continu de chocs. Après la crise du Covid, la guerre d’Ukraine, la résurgence des peurs nucléaires du siècle dernier, une nouvelle vague d’immigration massive, l’explosion des prix de l’énergie, la menace de pannes généralisées et de pénuries alimentaires, l’inflation, le chômage, l’angoisse existentielle, etc. En d’autres termes, trop de chocs pour pouvoir les assimiler. Les chocs, souvent artificiellement gonflés, ont l’avantage de rendre l’homme impuissant et contrôlable, exactement comme les chocs d’obus de la Première Guerre mondiale.

Citation : « Si les chocs étaient suffisamment proches les uns des autres, et s’ils se produisaient avec une intensité croissante, il serait alors possible de plonger la société entière dans un état de psychose de masse », ont écrit les deux personnes de Tavistock, EricTrist et Frederick Emery. Source : EstulinTavistock Institute –« Social Engineering the Masses, » 2015. « Après des chocs persistants, expliquent les collaborateurs de Tavistock, une grande partie de la population constate qu’elle ne veut plus prendre de décisions, ce qui réduit la force de ses intentions. Cette stratégie ne peut être poursuivie qu’en niant les racines plus profondes de l’humanité et la psyché individuelle qui relient les gens à un niveau personnel. »

Et plus loin : « Un tel groupe sera facile à contrôler et obéira docilement aux ordres sans se rebeller, ce qui est le but de l’exercice. » Fin de citation. Le psychiatre de Tavistock, le général de brigade John Rawlings Rees, voulait même envoyer de véritables troupes de choc dans le monde en 1945 pour effrayer les gens. Mais pour cela, nous avons aujourd’hui les journalistes, la télévision et des médias comme le SPIEGEL, le principal magazine de choc en Allemagne, fondé avec une licence du gouvernement militaire britannique. Spécialité : le choc – une grande histoire qui esquisse et justifie une nouvelle horreur, ainsi qu’une photo de couverture qui vous glace le sang. Le reste de la meute médiatique suit.

La question qui nous anime tous en fin de compte est la suivante : « L’Allemagne et l’Europe ont-elles encore un avenir ? » 2022 a marqué le début de la Grande Finale pour l’Allemagne, prise en tenaille par les faux amis, gouvernée par les amis des faux amis, écrasée et broyée entre les blocs. Les caisses de l’État allemand sont exsangues. Les crédits sont gonflés et des fonds spéciaux sont créés, qui ne sont pas des actifs, mais des dettes. Parallèlement, une nouvelle vague migratoire inonde le pays, l’Allemagne est coupée d’une énergie bon marché et livrée aux prix exorbitants du gaz liquide américain. La classe moyenne et l’industrie s’effondrent sous les prix de l’énergie et les nouvelles réglementations environnementales. Bref, la guerre hybride contre l’ancienne locomotive économique et technologique de l’Europe bat son plein. Aucun doute : pour l’Allemagne, l’enjeu est de taille. À quoi ressemblera-t-il, l’avenir des Allemands ?

Le poète Christian Friedrich Hebbel a écrit « Il est possible que l’Allemand disparaisse un jour de la scène mondiale, car il a toutes les qualités pour gagner le ciel, mais aucune pour s’imposer sur la terre, et toutes les nations le haïssent comme les méchants haïssent les bons. Mais s’ils parviennent vraiment un jour à le supplanter, il se présentera une situation dans laquelle ils voudront à nouveau le sortir de la tombe avec leurs ongles. »

Voilà, c’était notre rétrospective annuelle d’AUF1. Une rétrospective et des perspectives sombres ? Oui et non. Oui, parce que ces perspectives sont évidemment loin d’être positives. Non, parce qu’il y a au moins une lueur d’espoir, à savoir un regard lucide sur la stratégie de choc de ceux de Tavistock, avec laquelle nous sommes tous dirigés depuis des décennies.

Mais à l’avenir, nous ne devrons plus faire face à ces chocs sans nous défendre, mais nous pourrons les considérer d’une méta-perspective, une perspective d’en haut pour ainsi dire. Et nous avons enfin un terme pour désigner ces chocs permanents, à savoir : « choc tavistockien » ou plus brièvement « tavis-choc », comme je l’ai appelé. Les concepts aident en effet à comprendre les choses, à les conceptualiser et à s’en libérer. Et c’est notre chance. Ce n’est qu’en comprenant cette stratégie qu’on cesse automatiquement d’être paralysé par le choc et que ces manipulateurs diaboliques sont détrônés. Dis : « Le nouvel ordre mondial se tient et tombe avec les chocs. Alors, laissons-les tomber ! »

En outre, vous trouverez bien entendu de nombreux autres thèmes dans « dissimulé — caché — oublié, 2023 ». Et maintenant, je vous souhaite un merveilleux Noël et un esprit éveillé pour la nouvelle année 2023. Et n’oubliez pas : la neige reste blanche, l’homme reste homme, la femme reste femme et quatre doigts restent quatre doigts. Merci de m’avoir regardé et à l’année prochaine, j’espère.

Cordiales salutations
Gerhard Wisnewski.

de Sara

Sources/Liens :

https://auf1.tv/auf1-spezial/auf1-spezial-was-2022-nicht-in-der-zeitung-stand/




Brésil — Projet de loi qui prévoit l’emprisonnement pour ceux qui doutent des vaccins

[Source : echelledejacob]

Six projets de loi au Congrès criminalisent tout, depuis les files d’attente pour recevoir un vaccin jusqu’aux personnes qui diffusent de « fausses nouvelles » sur le fonctionnement des vaccins.

Rédigé par le sénateur Angelo Coronel (PSD), le PL 5555/2020 prévoit l’inclusion dans le Code pénal d’une peine d’emprisonnement d’un à trois ans pour les personnes qui omettent ou s’opposent à la vaccination obligatoire des enfants ou des adolescents dans une « urgence de santé publique ». 

Le projet criminalise également, avec une peine de deux à huit ans de prison, les personnes qui refusent de prendre les doses obligatoires de vaccins. La même peine s’applique également à ceux qui diffusent de « fausses nouvelles » sur les vaccins ou leur fonctionnement.  

Si l’individu est un employé public, la peine est doublée. Le PL a vu ses procédures mises à jour en décembre 2022. À l’époque, il est passé par le Secrétariat législatif du Sénat fédéral et a vu sa continuité confirmée. La proposition a de nouveau été discutée sur les réseaux sociaux ce mois-ci lorsque le site Internet du Sénat a mené un sondage sur le projet de loi. La proposition a été rejetée par 92% par les personnes qui ont répondu aux questions.  

En avril 2021, le sénateur a demandé que sa proposition soit traitée en tant que PL 25/2021 par le membre du Congrès Fernando Rodolfo (PL/PE). La proposition de Rodolfo criminalise la coupure en ligne pendant la vaccination avec une peine de deux à cinq ans et une amende. De plus, le député qualifie le détournement de fournitures médicales de crime, passible de cinq à 15 ans de prison. L’infraction est aggravée si elle est commise par un agent public. La demande d’Angelo a été acceptée et les deux propositions sont traitées ensemble. 

[…]

Source




Pardonne-moi Francis

Lettre ouverte à tous les Francis
qui luttent pour les libertés

Par Alain Tortosa

Oui pardonne-moi mon impuissance !
Nous ne nous connaissons pas, en tous les cas pas intimement, et pour autant j’ai la prétention de ressentir une partie de ta souffrance.

Douleur que tu n’exprimes pas toujours avec des mots quand ton corps semble parler, voire même hurler, à ta place.
Alors oui nous ne sommes pas (encore ?) amis, mais c’est pourtant en cette qualité que je m’exprime.

Pourquoi toi ?
Pourquoi t’ai-je « choisi » comme « cible » alors que nous sommes si nombreux, nous les résistants, à être en souffrance en ces temps difficiles ?

Je ne saurais l’expliquer, mais ce n’est pas la première fois que ce besoin s’exprime en moi.
Nous nous étions croisés une première fois à Avignon lors d’une rencontre organisée par Carlo.
J’avais ressenti au lendemain le besoin de t’écrire une lettre ouverte pour te dire :

« Tu n’es pas seul ! ».

Pudeur, peur du jugement, manque de confiance en moi ?
Toujours est-il que je n’avais couché que quelques mots avant de les laisser se perdre…

En te voyant vendredi, en te regardant devrais-je dire, j’ai à nouveau ressenti dans mon cœur, dans mes tripes, le poids du monde que tu sembles porter bien seul.

Mais Francis garde encore son panache !
Quand une connaissance te demande si tu vas bien, tu te plies aux conventions sociales.
Tu réponds un « oui » de façade, comme je le fais aussi, et autrui se sent soit rassuré, soit fait semblant d’y croire par pudeur ou sentiment d’impuissance.

Je ne me l’explique pas, personne me m’y oblige et pourtant je porte trop souvent le poids de cette humanité en détresse.
Tant de souffrances, d’injustices, de divisions où l’indifférence est reine et la solidarité l’exception.

Difficile d’être debout, droit et optimiste en voyant les ténèbres de ce monde.
Une civilisation qui peut imprimer des milliers de milliards d’euros lors d’une plandémie afin d’acheter le silence du peuple.
Et dans le même temps, constater que les « grands » de ce monde n’arrivent pas à trouver 30 milliards par an pour mettre fin définitivement à la famine dans le monde.

Le « n’arrivent pas » étant un synonyme « ne veulent pas » ou plutôt de « préfèrent ne pas ».
Une planète sur laquelle il est totalement légal et moralement acceptable de spéculer sur une future famine.

Mon déplacement à Paris m’a encore renvoyé en pleine gueule la laideur de ce monde.
Quelle violence de passer d’une bouche de métro avec des SDF qui ne possèdent rien à la rue du Faubourg Saint-Honoré qui m’inspire un zoo pour nantis et me donne envie de vomir.
Comme quoi le zoo de Vincennes n’est pas là où l’on pourrait le croire.

Des boutiques qui présentent des habits dont des pulls, particulièrement laids, à plus de 10 000 euros, représentent le summum de l’indécence et de la folie des hommes.

Le laid et la folie ne touchent pas que les nantis.
Que dire de pantalons vendus usés, déchirés, délavés aux produits chimiques toxiques par des enfants dans les usines bidonvilles de pays pauvres.
Quel est le regard de ces esclaves sur les dégénérés que nous sommes devenus ?

Mais ne vous méprenez pas.
Le pire n’est pas que ces personnes aient perdu tout sens du vivant, du merveilleux, de la nature et dont le sentiment d’existence se résume à dépenser pour dépenser des habits hors de prix, vêtements qu’ils ne porteront peut-être jamais…

Non, l’insondable est que notre société accepte des hommes, femmes et même enfants dormant dans les rues en hiver.
Les associations et bénévoles généreux qui cherchent à aider ces malheureux permettent paradoxalement à l’État de se dédouaner et se défausser sur eux alors que cela relève de son entière responsabilité.

Je ne parle ici que de la misère visible, mais que dire des milliards d’esclaves dont la sueur et le sang permettent notre confort matériel d’Occidentaux.
Le Grand Reset semble avoir trouvé la solution en voulant aussi faire de nous des habitants du tiers-monde.

LA question centrale est :

Comment pouvons-nous vivre dans un tel monde ?

Les fourmis que nous sommes sont impuissantes tant qu’elles n’œuvrent pas ensemble à la destitution de la reine !

S’autoflageller n’apporte pas de réconfort à celui qui souffre.
Ce n’est pas en brisant mes membres que je pourrais rendre le sourire à un enfant qui a perdu les siens sur une mine antipersonnel.
Mines qui permettent l’enrichissement de pourritures qui volent légalement des milliards sur la souffrance de leurs frères humains.
Mines probablement fabriquées par d’autres enfants dans des usines prison.

Vous pourriez vous dire en cet instant que j’ai oublié le sujet de mon texte, quid de Francis ?
Je suis peut-être dans l’affabulation, dans le délire, mais j’ai pourtant le sentiment de n’avoir jamais dévié de mon propos.
Puisses-tu me pardonner si je suis en dehors de toute réalité.

Je voulais réagir à ta vibrante intervention lors de « la journée des libertés » organisée par Carlo1

Tu nous dis croiser régulièrement des inconnus qui te remercient chaleureusement pour ton implication dans la défense des droits de l’homme, des libertés et de la démocratie.
Élan d’amour qui pour autant semble aussi te blesser.

Je ne peux croire que cet amour spontané et gratuit ne te réchauffe le cœur.
Pour autant j’ai entendu ta détresse impliquant le fait que les résistants ont aussi, voire même surtout besoin d’aide concrète.
L’amour ne se dit pas uniquement avec des mots, mais avec des actes, vérité qu’il est toujours bon de répéter.

Il est facile de critiquer, il est facile de dénigrer, il est facile de crier au loup, il est facile de faire sa vierge effarouchée… facile, mais pas forcément moral si l’on demeure un simple spectateur.

Les résistants qui n’ont pas une fortune personnelle, un patrimoine ou une famille pouvant subvenir à leurs besoins fondamentaux ont une nécessité réelle, voire même vitale, d’argent pour, ne serait-ce que survivre, manger et pouvoir continuer la lutte.
Quel fut l’esprit du résistant, il n’en demeure pas moins avoir un corps.

Ce n’est pas charité que de les aider matériellement en fonction de ses capacités.

Dans un monde juste, chacun aurait accès à un toit, à l’eau, à l’électricité et j’en passe…
Nous nous devons de pallier les carences et l’ignominie de nos dirigeants.
Je pense ici aux personnels suspendus sans salaire ni indemnité dont le seul objet de la sanction était de les détruire psychiquement et matériellement afin de prévenir toutes vocations.

Je pense que tu fais partie de ceux qui n’ont écouté que leur cœur, leurs valeurs, en risquant tout.
Et cela ne date pas d’hier avec ton implication dans le mouvement des Gilets Jaunes, les « sans-dent » comme disait Hollande.

De toute évidence tu en payes le prix aujourd’hui et je pourrais dire que le montant de la facture est indécent.
Au-delà de ces réalités matérielles factuelles, je ne peux pas croire que le manque de ressources soit aujourd’hui ce qui te pèse le plus.

Je ne suis pas stupide, encore que, au point de penser que ce fait serait anecdotique.

Oui, il faut aider matériellement et financièrement
en fonction de nos ressources les résistants
qui ont des difficultés financières du fait de la dictature !

Cela ne se discute pas, quand bien même l’on n’épouserait pas l’intégralité de leurs idées.

Je pourrais même ajouter que les soutenir relève d’un devoir égoïste, si, si…
Comprenez qu’il est impossible de mettre son énergie pour remplir son frigo tout en mettant une énergie équivalente au service de la cause.

Donnons, donnons, donnons égoïstement pour notre liberté !

Cette parenthèse étant refermée, il m’est possible de revenir à mon ressenti.

J’ai la croyance que la croix que tu portes n’est pas uniquement le fruit de difficultés financières et encore moins du manque d’implication des inconnus éveillés que nous sommes.

Ce n’est pas à toi, l’humaniste, que je vais rappeler cette vérité.

La dignité de l’homme ne se mesure pas à son compte en banque !

Je pourrais même affirmer que c’est plutôt le contraire, quand bien même il existe des exceptions.

L’homme qui n’a rien, qui vit dans la rue, a plus de dignité que l’occupant de l’Élysée.

Riche ou pauvre, tu resteras un grand homme, un fou admirable et respectable.

Je me répète, mais je ne peux croire que ton épuisement, ton abattement, la tristesse visible au fond de tes yeux, ne soit que le reflet de ces difficultés financières.
Si honte il y a, celle-ci repose sur tous les responsables de ta situation, et certainement pas sur toi et la sincérité de ton action totalement désintéressée.

Alors oui, je te sens profondément blessé, meurtri et épuisé…

J’imagine que tu n’es pas né de la dernière pluie, que tu as une idée assez précise de la nature humaine.

Et pourtant…

Malgré les épreuves que tu as eu à endurer durant ta vie, malgré tes expériences, je crois qu’ils ont encore réussi à te blesser.

Il faut dire que ces dernières années ont été riches d’enculés, mais aussi de moutons dociles.

Et ce sans parler des collabos qui n’ont pas le panache des dictateurs.

Pourtant derrière cet écrasement, l’extraordinaire tribun est encore présent.

Tu as encore une puissance inouïe pour mener l’estocade, un panache chevaleresque.

Mais je ressens aussi que tu puises l’énergie dans tes dernières ressources tel un taureau fier se relevant une dernière fois avant la mise à mort.

Oui j’envie le sort du taureau mourant dans une arène après une lutte épique, une mort digne, debout, à la lumière.
En rien comparable à l’égorgement d’une vache encore consciente dans un abattoir sombre, empli d’effluves de sang et de cris d’effroi.

Tu n’es pas homme à mourir sans lutter jusqu’à ton dernier souffle.
C’est peut-être un des éléments, cette fougue, cette passion, cet engagement, cette sincérité non calculée, quasi viscérale qui fait que nul n’est indifférent à ta présence.

L’évocation de ton nom, chez « les gens bien », est au mieux synonyme de ricanements et au pire d’un profond mépris, voire d’une haine.
Certains te détestent ainsi viscéralement tandis que d’autres t’adorent.
J’imagine que tu ne recherches ni l’un… ni l’autre…

Ce que je connais de l’homme m’empêche bien entendu de te haïr.
Comment ne pas respecter ton action, ta droiture et ton absence de compromis contre nature ?

Mais je ne suis pas non plus du genre à aduler des humains et encore moins moi-même.

Les zombies que la société a modelés se contentent de faire quelques pas de côté lorsqu’une personne s’effondre à la sortie du métro suite à une myocardite vaccinale.
C’est tout juste s’ils la voient.

En revanche, j’ai l’intime conviction que si c’était toi qui t’effondrais, certaines personnes n’hésiteraient pas à t’insulter, tandis que d’autres te donneraient des coups de pied dans le ventre et dans la gueule avec satisfaction.
Sans doute la rançon de l’absence de faux semblants.

Mais si ton abattement n’est pas uniquement forgé d’un manque de ressources ou de soutien concret de la part des résistants, qu’en est-il ?

Le proverbe qui dit que « l’on est jamais trahi que par les siens » est sans doute le plus révélateur.

Force est de constater que les « artistes », je me dois de mettre ce mot entre guillemets, ont totalement disparu durant la crise sanitaire et qu’ils n’ont pas pointé le bout de leur nez pour le conflit en Ukraine.
Cette profession, car il ne s’agit plus que d’individus qui pensent à leur carrière, leur notoriété et à l’argent, a disparu du paysage… Envolée.

J’ai été éduqué et baigné dans l’idée que les artistes étaient là pour défendre la liberté d’expression, les libertés, le pluralisme, la démocratie, les droits de l’homme, la paix, l’amour et j’en passe.

Les avez-vous entendus durant la dictature Covid ?

À part quelques-uns qui ont osé relever la tête pour la rebaisser aussitôt et se prostituer, ils se comptent sur le doigt d’une main.

En fait ce que je dis est faux, ils ont été des milliers et sont encore des milliers à être de vulgaires collabos.
À s’insurger contre celles et ceux qui ne portent pas le masque.
À exiger que les non-vaccinés perdent leur statut de citoyen, leur travail ou leurs droits.
À voir en ceux qui refusent une troisième guerre mondiale et critiquent le clown corrompu Zelenski, des traîtres pro-Poutine.
Mais comment peuvent-ils encore se regarder dans un miroir tant ils sont sales et à vomir ?
Qu’ils ne s’étonnent pas de voir que les Français boycottent les salles de cinéma.

Et je ne parle pas du journalisme dont l’encéphalogramme est totalement plat.
Ils auraient dû être tous dans la rue lorsque le média RT a été censuré, que ceux-ci partagent la ligne éditoriale ou pas.

J’en reviens donc tout naturellement à toi Francis.

Ils ont osé !
Oui les « artistes » ont tout osé te concernant !

Ton abattement est probablement proportionnel à l’illusion que tu te faisais de la profession et de personnes que tu pensais être des « amis ».

Car même si cette crise nous a permis de rencontrer des personnes formidables avec qui nous partageons tant, notre cœur est meurtri d’avoir perdu des êtres chers pour lesquelles notre simple existence est devenue insupportable.

Au lieu d’être à tes côtés, au lieu de te soutenir, au lieu de lancer des campagnes médiatiques pour te défendre toi et la liberté d’expression…
Ces personnes du monde artistique ont fait quoi ?

Des campagnes de presse et des pétitions pour réclamer plus de dictature !

Un à un, ils t’ont tourné le dos au point qu’il t’est désormais impossible d’avoir aujourd’hui une salle, une campagne de promotion, ou le droit de parole dans un média mainstream.
Tu as été rayé du paysage médiatique hormis pour te salir, tu n’existes plus !

Nous pourrions faire le parallèle entre les « médecins » et les « artistes ».

La souffrance des soignants suspendus, qui sont restés dignes, qui défendent encore et toujours le secret médical et leur serment d’Hippocrate ont subi le même sort.
La grande « famille », la « confraternité » a fondu comme neige au soleil.
Du jour au lendemain les soignants qui n’ont pas courbé l’échine sont devenus des parias, des personnes non fréquentables, et même des complotistes à abattre !

Encore aujourd’hui, voyez-vous les personnels injectés, y compris les lâches qui ont fait de faux passes, réclamer le retour des suspendus ?

Quelle dignité reste-t-il à ces êtres pitoyables qui pleurent le manque de personnels dans les médias et qui n’ouvrent pas leur gueule pour dire que leurs camarades, suspendus sans salaire depuis 500 jours, leurs amis de 30 ans pourraient venir les aider dans l’heure qui suit ?

Triste planète s’il en est, de tous ces collabos de l’ombre.
La situation est bien entendu identique dans les autres professions ayant subi l’obligation expérimentale… Pompiers, gendarmes, etc.

Mais toi Francis, tu sembles un cas encore plus « particulier » !

La question que l’on pourrait se poser est :

« Pourquoi tant de haine à ton encontre ? »

Pourquoi le monde médiatique, qui n’a plus rien d’artistique, ne se borne pas à l’indifférence, s’ils n’adhèrent pas à tes idéaux ?

Pour la simple raison que tu es leur Jiminy Cricket, le miroir de leur noirceur !

Oui toi Francis, tu leur renvoies violemment en pleine gueule leur connerie, leur lâcheté, leur couardise, leur renoncement, leur collaboration et j’en passe…

Tu leur interdis d’enterrer au plus profond la noirceur de leur être.

Tu es un phare ancré solidement dans la Terre qui les éblouit alors qu’ils ne sont que ténèbres.
Tu les empêches de ne pas voir et de faire semblant.

En te voyant toi, si lumineux, si honnête, si intègre, et pourquoi pas, si con… la frontière entre le héros et le con est souvent bien mince… mais toi au moins tu gardes une dignité qui est un lointain souvenir les concernant.
En te voyant toi, ils se prennent en pleine gueule la noirceur de leur âme.
En te voyant toi, ils ne peuvent oublier.

Te faire taire, t’écraser devient banalement humain.
Ta simple existence constitue une violente agression à laquelle ils répondent par une violence encore plus forte n’ayant aucun argument à te renvoyer.

La Vérité fait mal.

Ah quel « panache » de te traiter de fou, d’illuminé, de malade mental, de complotiste, d’extrême droite, voire d’antisémite et j’en passe !
Cela mesure à quel point ils ne sont plus que l’ombre d’eux-mêmes, un vague souvenir qui se dissout dans la brume.

Au contraire de t’écraser, j’aimerais que tu prennes cette bêtise, cette lâcheté, cette méchanceté, cette haine, comme on reçoit une vraie Légion d’honneur.

Légion d’honneur officielle qui récompense aujourd’hui le crétin, le menteur, le voleur, le violeur, le pédophile ou le collabo !

Pour autant j’ai l’impression que le phare Francis perd peu à peu de sa vigueur et j’ai peur qu’il ne s’éteigne définitivement et se transforme en souvenir… une simple ligne dans les livres d’histoire.

Lorsque je t’observe, j’ai mal, je ressens et je porte ta souffrance.
Ridicule me diras-tu, car cela ne soulage en rien la tienne.

Mais soyons logiques, comment pourrais-je te donner ce que je cherche pour moi ?

Il est des humains qui ont le choix, mais tel n’est pas notre cas, le cas de ceux qui résistent à l’oppression.
Juste, injuste, qu’importe, c’est un fait.
Nous sommes chacun, en fonction de nos possibilités, un rempart, une brique, une feuille de papier qui est là pour dire « non » et porter la parole de celles et ceux qui n’ont pas la capacité de se défendre.

Nous avons le devoir, que dis-je, l’obligation, de rester et ce quelque soit la souffrance.
Nous, résistants de fer ou de paille (comme moi) sommes les derniers remparts face à la Bête.

Notre renoncement serait leur faire un cadeau.
Notre renoncement serait une invitation à poursuivre encore plus dans l’immonde.
Notre renoncement serait leur victoire.
Notre renoncement serait la fin de l’humanité.

Je ne suis pas Charlie, la parodie ridicule de bons sentiments hypocrites, mais en revanche je peux affirmer :

« Je suis Francis ! ».

Merci
Alain Tortosa2
30 janvier 2023 https://7milliards.fr/tortosa20230130-francis-lalanne-resistons.pdf

1 Président de Réaction 19 https://reaction19.fr

2Telegram https://t.me/+cNljt4jKWeVW0I1o




Les institutions européennes et la désinformation

[Source : Ciel Voilé]






Note sur l’incohérence écologiste

Par Joseph Stroberg

À l’image de la médecine, si l’écologie a été un jour une science, elle est désormais une religion, voire un secte.

La première aurait dû rester l’art de soigner ou même d’aider à rester en bonne santé par une alimentation, un comportement et un environnement sains. La seconde aurait pu devenir l’art d’aider l’Humanité à soigner la planète ou de l’aider à rester en bonne santé, ceci en respectant les ressources qu’elle offre, et en adoptant un comportement responsable pour éviter de la détruire.

Les deux domaines se sont progressivement remplis de dogmes divers, de croyances que l’on n’a pas le droit de remettre en question (vaccination, théorie virale… d’un côté — énergies « vertes », réchauffement climatique… de l’autre), de fidèles fanatisés, d’inquisiteurs, de grands prêtres (souvent télévisés), de saints (Pasteur ou Greta, par exemple), de rituels (protocoles médicaux, manifestations anti-CO2)… comme il est typique de le voir dans des mouvements religieux sectaires. Autant l’Église Big Pharma déploie une vaste activité prosélytique pro vaccinale, autant celle des Verts le fait pour les éoliennes et le tout électrique, les deux sans la moindre considération des conséquences néfastes pour la santé et pour l’environnement humain et planétaire. L’électricité empoisonne pourtant probablement autant les corps que les vaccins peuvent le faire (voir les dossiers Vaccins et virus, et 5G et ondes pulsées, sachant les délicats équilibres chimiques et électriques qui existent dans les organismes vivants et dans la nature).

La science est basée sur le doute, sur une remise en question permanente des connaissances et des théories en fonction des nouvelles observations et découvertes. Tout l’acquis peut s’y trouver légitimement contesté à tout moment, en particulier dès qu’un élément observable et mesurable vient contredire les connaissances établies. L’existence d’un consensus, voire de l’unanimité sur une hypothèse, un modèle ou une théorie ne représente aucunement la preuve de sa validité. Tout le monde pourrait bien se tromper. La politique et les pressions financières ne devraient jamais s’en mêler. Sinon, la science se corrompt et tombe dans le scientisme et le sectarisme religieux.

L’hypothèse de gaz à effets de serre et d’une influence déterminante du CO2 produit par l’Homme sur le climat est contestée à juste titre (voir le dossier climat et l’article suivant [source] en PDF).

La lutte contre la production de CO2 et de méthane pousse les fanatiques écologistes au végétalisme (pour diminuer la production de pets de vaches) et au tout électrique supposé vert, alors que la production de batteries est particulièrement polluante et que le CO2 est nécessaire et bénéfique pour la vie végétale. Ces individus nuisent à la croissance végétale en diminuant le CO2 d’une part et en mangeant exclusivement des végétaux d’autre part. Ils nuisent aux animaux et à l’environnement avec la production d’éoliennes, de parcs solaires et de barrages hydroélectriques. De plus, en Allemagne, faute de production d’électricité à partir du nucléaire, ils en viennent maintenant à relancer le charbon qui pourtant produit beaucoup de CO2. (Voir https://www.bvoltaire.fr/le-fiasco-ecolo-fait-froid-dans-le-dos-des-villages-ruraux-allemands-sacrifies-sur-lautel-du-charbon/)

La production d’électricité nucléaire nuit aussi à cause des déchets radioactifs (sauf peut-être par la filière qui tend à les recycler ou par une approche avec le thorium) et la production d’énergie à partir de pétrole est également fortement polluante.

La solution pour un environnement sain et un corps sain ne passe pas par l’annulation du CO2 ni par le tout électrique, pas davantage qu’elle peut passer par le nucléaire, le charbon ou le pétrole. Elle passe par un changement radical de mode de vie. Cependant, un tel changement ne doit nullement être imposé par une élite mondialiste qui n’applique pas elle-même ce qu’elle prône, mais se réserve la belle vie face à des millions d’esclaves sous-alimentés.

Cette solution peut par contre passer par une prise de conscience, elle-même stimulable par l’éducation, mais sans recours aux processus de propagande et d’endoctrinement tels qu’ils ont cours actuellement autant en médecine qu’en écologie. En passant, découvrir avant cela une nouvelle source d’énergie quasiment inépuisable ne ferait probablement qu’aggraver les pollutions et autres atteintes néfastes à la planète autant qu’à l’Humanité.

La prise de conscience gagne à se faire sur la base d’une stimulation du sens de la responsabilité individuelle et collective. Si nous voulons moins polluer, nous devons moins produire d’énergies sales et de substances nocives ou toxiques qui en découlent. Et moins en produire implique moins consommer, moins de confort matériel, moins de loisirs oisifs tels que le tourisme, moins de commerce international, etc.

Cependant, nous pouvons conserver une certaine qualité de vie en retournant dans les campagnes, en décentralisant, en retournant à la créativité artisanale, en favorisant le partage des ressources et des productions (notamment mécaniques et technologiques), en produisant localement, en misant bien davantage sur la qualité des rapports humains et avec la nature, etc. Nous y gagnerons en santé, en temps libre et en joie de vivre, de partager, de donner, d’aider, de soulager… (Voir aussi Manifeste pour un nouveau monde).




Soigner l’arthrose naturellement

[Source : bioalaune.com]

Bio à la une

Par Charlotte Vierne, journaliste indépendante

Souvent taxée de mal du siècle, l’arthrose fait aujourd’hui deux fois plus de victimes qu’il y a cinquante ans et ce, principalement chez les seniors. Alors que la médecine allopathique se focalise sur les symptômes, des solutions naturelles ont démontré leur efficacité pour en prévenir l’apparition ou en freiner l’évolution. Le point avec le docteur Philippe Véroli, médecin anesthésiste spécialisé en nutrition.

« L’arthrose n’est pas une fatalité ! », promet Philippe Véroli. Pour ce médecin anesthésiste spécialisé en nutrition, en médecine chinoise et auteur de L’Arthrose, les solutions naturelles pour vos articulations (Ed. Thierry Soucar), « contrairement à une idée répandue, la cause de l’arthrose n’est pas à rechercher dans le vieillissement mais dans une mauvaise hygiène de vie ! ». Pourtant, l’arthrose, maladie inflammatoire fréquente résultant d’une dégradation progressive du cartilage et des articulations, touche environ 10 millions de Français et devrait concerner, à l’horizon 2030, environ 22 % de la population. Elle concerne aujourd’hui 60 % des plus de 60 ans et 80 % des plus de 80 ans. Mais, « si la fréquence de la maladie augmente en effet avec l’âge, c’est, assure-t-il, davantage la conséquence d’années de vie sédentaire et d’une mauvaise alimentation ! ».

Arthrose : alimentation et exercice physique en prévention

Prévenir la maladie ne tiendrait donc qu’à nous. « Ce qui passe évidemment par un régime alimentaire adapté, couplé à une activité physique régulière d’autant plus efficace que l’on s’y attelle tôt ». À l’instar de nombreuses pathologies chroniques, l’alimentation anti-arthrose s’apparente au régime méditerranéen faisant la part belle aux fruits et légumes – « de préférence bio » (pour limiter au maximum les pesticides).

Outre l’apport essentiel en vitamines et en minéraux, une alimentation riche en végétaux favorise en effet l’équilibre acido-basique et permet, en régulant l’acidité du corps, d’éviter des réactions inflammatoires responsables de nombreuses maladies : « l’arthrose évidemment mais aussi les maladies dégénératives et chroniques ou encore le cancer. » Elle est aussi riche en polyphénols (des molécules alliées contre le vieillissement) et autres substances antioxydantes et permet de perdre du poids.

Un avantage non négligeable dès lors que le surpoids entraîne une majoration de la contrainte mécanique sur les articulations, favorisant ainsi l’usure du cartilage. Il faut également privilégier « les aliments les moins transformés possibles » présentant l’avantage d’être exempts d’additifs et de sucres raffinés. Une limitation des acides gras saturés (beurre, fromage, viandes grasses, viennoiseries) et des protéines glyquées (contenues dans les aliments frits, grillés et rôtis auquel il faut préférer les mets cuits à basse température) sont également de mise.

Un régime de « bon sens » donc, et dont les effets seront d’autant plus probants s’il est accompagné d’une activité physique adaptée à sa constitution et à son état général. « Dans la médecine énergétique, le mouvement c’est la vie !, rappelle Philippe Véroli. Il entretient la mobilité des articulations mais il a également une action anti inflammatoire ». Étonnement, nous n’avons pas toujours conscience des effets métaboliques majeurs de l’activité physique sur la santé : « elle constitue pourtant la mesure la plus efficace dans la prévention de la récidive contre les cancers et, s’agissant des articulations, elle assure leur oxygénation et renforce les muscles exerçant un effet protecteur sur le cartilage ! » Pour Philippe Véroli, le mieux est donc de privilégier dans un premier temps les mouvements « de la plus grande amplitude possible avant de passer, ensuite, aux exercices d’assouplissement et de musculation ainsi qu’à une gymnastique spécifique en fonction des articulations atteintes ».

Une complémentation pour freiner l’arthrose

Au-delà de ces préconisations de fond, aussi efficaces en préventif qu’en curatif, Philippe Véroli prescrit avec succès une complémentation naturelle. Et s’il aime à rappeler qu‘une consultation médicale est toujours préférable tant « la prescription dépend de ce qui prédomine comme anomalie chez le patient », il s’accorde néanmoins à reconnaître l’existence de « fondamentaux naturels » ayant démontré une efficacité contre l’arthrose.

Une indication d’autant plus salvatrice qu’elle permet d’éviter les médicaments traditionnels avec leur cortège d’effets indésirables et que les anti-inflammatoires traditionnellement prescrits en médecine allopathique « aggravent souvent son développement ! ». Dès le diagnostic posé, le Boswellia serrata, une résine d’arbre utilisée de longue date en médecine ayurvédique (Inde) mais aussi dans la médecine traditionnelle chinoise constitue un allié de choix dans le traitement des arthroses « débutantes ». En effet, « ses propriétés anti-inflammatoires, notamment sur l’arthrose du genou, ont été démontrées par les études cliniques ».

Une complémentation en silicium organique permet, de son côté, de favoriser le processus de métabolisation osseuse. À cela s’ajoute encore la vitamine D dont l’effet protecteur sur les articulations n’est plus à démontrer : « Elle intervient dans le métabolisme de la matrice extra-cellulaire du cartilage dont le catabolisme est par ailleurs accéléré par les carences en vitamine D » et se révèle donc particulièrement adaptée pour les patients souffrant de douleurs ostéoarticulaires.
Pour en favoriser l’action, Philippe Véroli ajoute généralement une prescription de magnésium, complémentaire de la vitamine D.

Dans les cas d’arthrose plus avancée, l’association de glucosamine et de chondroïtine « améliore l’état des arthrosiques dans 80 % des cas ! ». Ces deux compléments connus sont particulièrement efficaces sur la diminution de la douleur et permettent également de préserver les capacités fonctionnelles du sujet. S’il sera sans doute possible, à terme, de régénérer des articulations endommagées par l’injection-greffe de cellules souches, cet espoir est encore lointain. Et, dans l’état actuel des choses, une médecine naturelle s’inscrivant dans la durée semble ainsi la plus adaptée.

« À moyen et long terme, il n’y a pas d’infériorité des traitements naturels par rapport aux anti-inflammatoires traditionnels, lesquels présentent, rappelons-le, des effets secondaires redoutables et aggravent notamment l’usure du cartilage. »

L’ordonnance de Philippe Véroli :

  • LE BOSWELLIA SERRATA :

300 à 500 mg d’extrait standardisé, trois fois par jour. Effet obtenu après deux à quatre semaines de traitement. Le boswellia ne présente aucune toxicité et il n’y a aucune interaction connue avec les médicaments.

  • LE SILICIUM ORGANIQUE :

Le silicium est naturellement présent dans les fruits et légumes et les céréales complètes. Pour une supplémentation, on pourra recourir à des plantes comme la prêle (plante la plus riche en silice), le bambou ou l’ortie, très utilisées en phytothérapie. Il existe enfin des préparations commerciales (médicaments ou compléments alimentaires) qui apportent du silicium sous forme de silice colloïdale (association d’acide orthosilicique à des glucides ou des protéines) ou d’acide orthosilicique stabilisé par de la choline (sous forme de chlorure de choline).

  • LA VITAMINE D :

En cas de douleurs chroniques, faire doser sa vitamine D afin de dépister une éventuelle hypovitaminose D et pouvoir la corriger. Votre taux sanguin de vitamine D ne devrait pas être inférieur à 75 nm/l.

En cas de carence : prenez de la vitamine D3 soit tous les jours, soit de façon plus espacée (tous les mois ou tous les deux mois). L’important, c’est d’obtenir un bon taux sanguin de vitamine D (qui doit donc être vérifié) et de le conserver tout au long de l’année.

  • LE MAGNESIUM :

300 mg/jour à prendre en complément de la vitamine D3.

  • LE SULFATE DE CHONDROÏTINE (STRUCTUM®, CHONDROSULF®) :

1 200 mg par jour, en deux ou trois prises, pendant les repas. L’effet peut être constaté après quatre à huit semaines de traitement. La chondroïtine proposée dans le commerce est, soit extraite du cartilage de bœuf, soit d’origine marine (cette dernière étant à éviter en cas d’allergie au poisson).

  • LE SULFATE DE GLUCOSAMINE :

1 500 mg par jour, en deux ou trois prises, pendant les repas. L’effet peut être constaté après deux à huit semaines de traitement. Deux études cliniques menées sur des personnes souffrant d’arthrose du genou ont montré que la prise quotidienne de 1 500 mg de sulfate de glucosamine pendant trois ans permettrait de bloquer la progression de la maladie.

Pour aller plus loin :

[Voir aussi :
Arthrose : le grand mensonge]




Le sénateur américain Ron Johnson fait entrer le crime de la vaccination Covid19 dans la conscience populaire

[Source : kla.tv]

Le sénateur américain Ron Johnson lance le processus d’un débat public national en organisant des auditions sur les dommages et les décès dus au vaccin Covid19. Les experts scientifiques, médicaux, judiciaires, médiatiques et autres invités par Johnson font entrer dans la conscience populaire que les vaccins Covid-19 sont, en toute objectivité, une campagne hautement criminelle.

Avec ses auditions sur les dommages et les décès dus au vaccin Covid19, le sénateur américain Ron Johnson lance le processus d’un débat public à l’échelle nationale. Ce que la politique, l’industrie pharmaceutique et les principaux médias tentent de balayer sous le tapis, les experts scientifiques, médicaux, judiciaires, médiatiques et autres invités par Ron Johnson à sa plate-forme le font entrer dans la conscience populaire : Les vaccins Covid19 sont – en toute objectivité – une campagne hautement criminelle.

(Film Inside the Capitol Hill Covid Forum – The HighWire – résumé de 10 minutes)

Le sénateur Ron Johnson :
La raison principale de l’événement d’aujourd’hui était avant tout de donner au public américain les informations qu’il mérite et qui lui sont cachées. Et tout ce que nous pouvons faire pour éviter d’autres dommages. Je ne veux pas effrayer les gens, ce n’est pas ce que je veux, nous – aucun d’entre nous ne veut cela, d’accord ? Mais ils doivent avoir ces informations.

Aaron Siri :
V-safe est le principal système de sécurité vaccinale du CDC pour le vaccin COVID-19. Il s’agit d’un tableau de bord créé par ICAN (Informed Consent Action Network : réseau d’information médicale aux États-Unis) afin de pouvoir présenter visuellement les données V-safe. Dans la base de données de 9 à 10 millions de personnes, environ 800 000 personnes ont signalé qu’elles avaient besoin de soins médicaux. Cela représente environ 7,7 % des personnes enregistrées dans V-safe qui ont déclaré avoir besoin de soins médicaux, soit une personne sur 13. Néanmoins, le CDC n’a pas retiré l’injection.

Lieutenant-colonel Theresa Long :
En janvier 2021, je me suis présentée devant eux comme lanceur d’alerte au sein de l’armée et j’ai signalé une augmentation catastrophique des maladies et des dommages dans l’ensemble du ministère de la Défense. Le nombre total d’événements à déclarer est passé de 110 000 en 2020 à plus de 200 000 en 2022. Le vaccin a été introduit dans l’armée en janvier 2021.

Josh Stirling :
… crée des centaines de graphiques, de toutes les manières, depuis dimanche. Jusqu’à cet été, le gouvernement britannique a publié une série de données montrant les taux de mortalité relatifs des personnes vaccinées et non vaccinées en fonction du nombre de doses de vaccin, et a conclu que les personnes au Royaume-Uni qui ont été vaccinées ont un taux de mortalité supérieur de 26 % selon le dernier ensemble de données disponible.

Edward Dowd :
C’est la Société des actuaires (actuaires = experts en évaluation des risques) qui le dit. En 2021, la population active de notre nation, âgée de 25 à 64 ans et couverte par une assurance vie collective, connaît une surmortalité de 40 %. De plus, 1,2 million d’Américains de notre population active ont été mis en incapacité de travail. Cette population active qui a disparu correspond à la taille des États du Wyoming et du Vermont réunis.

Del Bigtree :
En tant que journaliste, j’ai regardé l’autorisation d’urgence du vaccin pour voir s’il pouvait arrêter la transmission, ce qui est notre définition d’un vaccin. Mais quand nous avons regardé l’autorisation d’urgence, on savait que les données n’étaient pas suffisantes pour évaluer l’efficacité du vaccin contre la transmission du SARS-Covid-2 ; ils n’avaient aucune idée… ils n’avaient aucune idée si le vaccin allait arrêter l’infection, et pourtant ils ont fait ces déclarations dans les informations. Et maintenant, nous apprenons des responsables de Pfizer qu’ils n’ont même pas testé, au sein des études, si le vaccin pouvait ou non arrêter la transmission.

Dr. David Gortler :
En janvier 2020, j’étais conseiller principal du Commissaire de la FDA pour la sécurité des médicaments et la politique scientifique de la FDA. Je ne comprends pas comment, à cette date, nous pouvons encore recevoir en toute bonne conscience des vaccins contre le COVID-19, qui ont été nommés ainsi en 2019 d’après une souche virale qui n’existe plus aujourd’hui.

Dr. Ryan Cole :
Cette protéine spike, lorsque nous injectons ce gène dans notre corps et que nous nous obligeons à la produire… Ces cellules tueuses naturelles examinent alors nos propres cellules, y font un petit trou, puis y lancent une petite grenade et commencent à les faire exploser. Ce n’est pas seulement que cette protéine spike est dangereuse. Les nanoparticules lipidiques peuvent se retrouver n’importe où dans le corps. Elles ont été conçues pour transporter des médicaments de chimiothérapie dans le cerveau. Vous ne voulez pas de protéine spike dans votre cerveau !

Kirk Milhoan :
Nous disposons à présent de données provenant de plusieurs sources selon lesquelles les protéines spike, que le corps est censé fabriquer dans les vaccins ARNm actuels, sont cardiotoxiques et provoquent une inflammation du cœur. La protéine spike déclenche une cascade d’événements qui activent les plaquettes sanguines pour former des caillots et enflamment les vaisseaux sanguins qui tapissent le cœur ainsi que le muscle cardiaque lui-même.

Dr Peter McCullough :
Ce que j’ai observé cliniquement, c’est que les patients ont reçu le vaccin et ont eu le COVID, et ils ont reçu le vaccin, et maintenant tout est mélangé et il y a plusieurs expositions. Plus il y a d’expositions, plus je pense qu’il y a un risque de myocardite (inflammation du muscle cardiaque) et de myocardite récurrente, ainsi que de caillots sanguins et d’autres thromboses.C’est pourquoi la FDA et les fabricants ont strictement exclu les patients guéris du COVID des essais cliniques.

Lieutenant-colonel Theresa Long :
J’ai vu trois accidents vasculaires cérébraux, des accidents ischémiques transitoires, des caillots massifs dans la rate et le foie, des tumeurs de la colonne vertébrale, des tumeurs cérébrales, une sarcoïdose (maladie inflammatoire qui affecte tout le corps), un lupus (maladie auto-immune), des troubles cognitifs, une myocardite (inflammation du muscle cardiaque), une péricardite (inflammation du péricarde) et une suppression choquante du système immunitaire, qui est omniprésente.

James Thorp :
Mes patients sont des femmes en âge de procréer, des femmes enceintes et des fœtus. Et ce que j’ai observé dans ma pratique clinique, c’est une augmentation considérable et sans précédent des anomalies menstruelles avant la grossesse et une augmentation considérable de l’infertilité, une augmentation considérable des fausses couches, des morts fœtales et des malformations fœtales, et ce que nous avons vu est catastrophique. C’est un signal de danger comme aucun autre.

Dr Robert Malone :
Il y a des différences considérables de toxicité d’un lot à l’autre, comme par exemple le lot que j’ai reçu avec ma deuxième dose et qui a failli me tuer parce que j’ai développé une hypertension artérielle avec une valeur systolique de 230. Il doit y avoir une raison pour laquelle certains lots sont associés à beaucoup plus de décès et de maladies que d’autres.

Brianne Dressen :
Ma vie avant ma vaccination était magnifique… Je suis désolée, il m’est difficile de me souvenir des pires moments de ma vie. J’ai participé à un essai clinique pour AstraZeneca. Et maintenant, je souffre d’une forme grave et débilitante de neuropathie qui va continuer à progresser jusqu’à ce que je me retrouve concrètement dans une maison de retraite.

Joel Wallskog :
J’ai reçu ma seule injection de Moderna le 30 décembre 2021. Dans la semaine qui a suivi l’injection de Moderna, j’ai ressenti des engourdissements et une faiblesse dans les jambes. J’ai rapidement reçu un diagnostic de myélite transverse (une forme d’inflammation de la moelle épinière). Il s’agit d’une lésion de ma moelle épinière thoracique. Je suis maintenant handicapé de manière permanente. Si vous avez un effet secondaire après votre injection, vous êtes seul(e).

Dr Robert Malone :
Actuellement, 50 études cliniques différentes sont en cours sur d’autres nouveaux vaccins à ARNm. Ce produit, dont nous sommes tous d’accord pour dire qu’il est défectueux, est désormais protégé par un droit d’antériorité, ce qui permet à Pfizer, Moderna et BioNTech de bénéficier d’un monopole fonctionnel pour l’utilisation de cette technologie à pratiquement toutes les fins.

Pierre Kory :
Il existe toute une série de médicaments dont les propriétés antivirales ont été démontrées. Et ils ont été très rapidement identifiés et largement utilisés dans le monde entier – pas dans ce pays.

Dr Paul Marik :
Mais 40 % des médicaments. 40 % des médicaments utilisés dans les hôpitaux sont utilisés sans étiquetage, ce qui est acceptable lorsqu’il s’agit d’une maladie cardiaque. Mais quand il s’agit du Covid, tout à coup la FDA, le CDC et le NIH ne veulent plus qu’on utilise un médicament sans étiquetage, parce qu’il ferait concurrence à Big Pharma.

James Thorp :
Je voudrais demander pourquoi l’American Board et le Collège américain d’obstétrique et de gynécologie, ainsi que la Société de médecine maternelle et néonatale, que j’ai servis de manière remarquable tout au long de ma carrière, font la promotion de ce vaccin mortel, risquant ainsi l’avenir de toute l’humanité.

Renata Moon :
D’autres pays ont interdit ce produit parce qu’il est trop dangereux pour les jeunes.
Que faisons-nous ?

Kirk Milhoan :
Je m’engage avec passion pour la santé de nos enfants. Je m’engage également avec passion pour les jeunes soldats que j’ai servis pendant 13 ans dans l’Air Force en tant que médecin de vol – j’ai été déployé deux fois en Irak. Pour nos enfants en bonne santé et la plupart de nos soldats, les données montrent que le risque de myocardite (inflammation du muscle cardiaque) est plus important que les bénéfices des vaccins. En tant que médecin j’ai juré de ne pas faire de mal, je pense que nous ne devrions pas en prescrire.

Dr. David Gortler :
Je ne peux pas croire qu’à la FDA, où j’ai travaillé en tant que fonctionnaire médical, je ne peux pas croire que parmi les quelque 20 000 employés de la FDA, des médecins, des pharmaciens, des infirmières et des fonctionnaires de santé publique, je sois la seule personne à s’exprimer ici sur ce sujet. Je ne comprends pas.

Dr Paul Marik :
C’est un scandale, un scandale moral, éthique et médical.

Dr Peter McCullough :
Toutes les recommandations de vaccination doivent être abrogées immédiatement. Nous avons besoin de candidatures et d’un financement immédiat pour des centres d’excellence pour les dommages liés aux vaccins dans tous les États-Unis. Pour le dépistage, la détection, le diagnostic, le pronostic et la gestion. Nous avons besoin d’un changement massif dans notre système de santé pour traiter ce grand nombre de victimes de la vaccination.

Janci Lindsay :
Il est absolument irresponsable de continuer à vacciner des jeunes en âge de procréer ou plus jeunes. Quiconque peut les administrer sans même enquêter sur ce point, et je demande maintenant que cela soit fait.

de hm.

Sources / Liens :

Ron Johnsons Anhörungen zu Covid19-Impfschädigungen und -toten
https://thehighwire.com/videos/inside-the-capitol-hill-covid-forum/




Sortir du piège idéologique du « Droit à l’IVG »

[Source : valeursactuelles.com]

La commission des lois du Sénat a rejeté pour la deuxième fois le 25 janvier l’ajout d’un droit à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) dans la Constitution. Alors que le scrutin en séance publique le 1er février s’annonce serré, Grégor Puppinck, docteur en droit et directeur de l’ECLJ, invite les sénateurs à sortir du piège idéologique du « droit à l’IVG ».

Par Grégor Puppinck

Manifestation pour le droit à l'avortement, le 2 juillet 2022, au Mans. Photo © GILE Michel/SIPA
Manifestation pour le droit à l’avortement, le 2 juillet 2022, au Mans. Photo © GILE Michel/SIPA

De « mal toléré », les promoteurs de l’Interruption volontaire de grossesse (IVG) sont parvenus à faire de l’avortement un symbole politique, un dogme, au point qu’il est impossible pour un responsable politique d’exprimer un doute ou un questionnement sans être aussitôt condamné. Même les initiatives visant à aider les femmes à éviter l’avortement sont dénoncées comme autant de remises en cause de ce « droit sacré ». C’est ce piège idéologique qui est en train de se refermer sur la France, avec le verrou de la Constitution. Si ce verrou est refermé, l’IVG deviendra officiellement une valeur de la République.

À LIRE : Droit à l’IVG dans la Constitution : la grande mascarade

Il est possible et nécessaire de briser ce dogme, de sortir de ce piège idéologique en replaçant l’IVG sur le terrain qui devrait être le sien : celui, humain et concret, de la politique sociale. C’est sur ce seul terrain qu’un réel progrès peut être accompli pour la condition des femmes, le respect de la vie humaine et le bien du pays.

Ne nions pas les conséquences de l’avortement

L’avortement pose des problèmes à plusieurs niveaux. Il y a d’abord l’atteinte à la vie de l’enfant, ce qui est bien sûr le problème le plus grave. La société ne devrait pas s’habituer à ce flot incessant d’enfants sacrifiés. Il y a ensuite les atteintes causées par l’avortement à la santé des femmes et des couples. Selon un sondage de l’IFOP de 2020, 92 % des femmes déclarent que l’avortement laisse des traces difficiles à vivre, elles sont 96 % chez les 25-34 ans.

L’avortement est un acte traumatisant pour de nombreuses femmes, cela est largement prouvé par les études statistiques. Outre les troubles physiques pour la femme et les futures grossesses, l’avortement provoque aussi des troubles psychologiques : des dépressions et des idées suicidaires, notamment chez les jeunes. Ainsi, 42 % des femmes qui ont avorté avant l’âge de 25 ans souffrent de dépression. Le taux de suicides est multiplié par 6,5 chez les femmes ayant avorté par rapport à celles ayant accouché. La moitié des femmes mineures qui ont subi un avortement souffre de pensées suicidaires. Les femmes qui ont avorté ont aussi trois fois plus de risques de subir des violences physiques, mentales ou sexuelles que les femmes qui ont mené leur grossesse à terme. L’avortement affecte aussi les hommes : ils sont 40 % à vivre une détresse psychologique forte à cette occasion. Et 22 % des couples se séparent suite à un avortement.

L’avortement médicamenteux pose des problèmes supplémentaires car il est particulièrement éprouvant et douloureux pour les femmes, qui, de plus en plus, avortent chez elles sans assistance. Imaginer ces milliers de jeunes filles qui se tordent de douleur et perdent leur sang en cachette dans les toilettes est abominable. Les saignements peuvent durer une quinzaine de jours. En France, l’avortement médicamenteux peut être entièrement réalisé en téléconsultation. Au-delà, l’avortement a des conséquences pour toute la société, notamment démographiques.

Beaucoup plus d’avortements en France que chez nos voisins

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. En moyenne, l’avortement prive la France d’environ 220 000 naissances par an depuis 47 ans, soit plus de 10 millions d’enfants.

La France a beaucoup plus d’avortements que ses voisins, tant en nombre absolu que relatif (c’est-à-dire indépendamment du vieillissement de la population). 223 300 IVG ont été réalisées en France en 2021 contre 99 948 en Allemagne, 88 269 en Espagne et 66 400 en Italie en 2020. En valeurs relatives, selon Eurostat et l’INED, 298 avortements ont été réalisés pour 1000 naissances en France en 2020, contre 129 en Allemagne et 125 en Suisse. C’est plus du double toutes proportions gardées.

En France, ces avortements sont moins compensés par les naissances, car celles-ci diminuent alors que l’IVG reste très élevée. En 2022, la France a connu le solde naturel le plus faible depuis 1946 (+ 56 000) en raison de la baisse des naissances à 723 000 (selon l’INSEE). L’une des conséquences est le vieillissement de la population : la part des plus de 65 ans augmente et atteint 21,3 % de la population en 2022. En 2022, l’indice de fécondité, c’est à dire le nombre moyen d’enfant par femme a encore baissé, pour atteindre de 1,8. Il est globalement inférieur à deux enfants par femme depuis 1975, année de légalisation de l’avortement. C’est l’immigration qui contribue à présent « pour près des trois quarts à la hausse de la population » selon l’INSEE.

Si l’IVG baissait de 50% en France — ce qui est faisable, comme nous allons le voir — l’indice de fécondité repasserait la barre des deux enfants par femme, et cela serait très bénéfique pour la société. Mais ce n’est pas la direction prise actuellement.

L’avortement, subi bien plus que choisi

Toute les mesures visant à aider les femmes et les couples à éviter l’avortement ont été supprimées depuis la loi Veil : le délai de réflexion, la consultation psycho-sociale obligatoire pour les majeures, l’indication systématique des aides disponibles aux femmes enceintes, et même le délit « d’incitation à l’avortement » a été abrogé alors qu’il protège les femmes contre les pressions, graves et fréquentes. Toutes les mesures visant à prévenir l’IVG ont été supprimées, au motif qu’elles constitueraient des obstacles à l’IVG, qu’elles stigmatiseraient les femmes. Pourtant, ce n’est pas le rejet social de l’IVG qui cause la souffrance des femmes, mais l’IVG elle-même : ce sera toujours un acte violent qui met fin à une vie. Il est impossible de « normaliser » l’IVG, même en l’inscrivant dans la constitution, cela ne change rien à la nature de l’acte.

La réalité sociale montre que l’avortement n’est pas une liberté, ni un véritable “droit”. Le plus souvent, l’avortement est subi, et non choisi. En effet, selon l’Institut Guttmacher, 75 % des femmes qui ont eu recours à l’avortement indiquent y avoir été poussées par des contraintes sociales ou économiques.

Il faut dire d’emblée que la principale cause de l’avortement n’est pas tant la grossesse elle-même, que le contexte dans lequel elle se produit. Car la même femme placée dans des circonstances plus favorables n’aurait pas recours à l’avortement. Ce sont ces circonstances, ces contraintes sociales ou économiques qui déterminent la décision d’avorter.

Déterminisme social de l’avortement

Les statistiques démontrent le déterminisme social de l’avortement : plus une femme est pauvre et isolée, plus elle a de risques de subir un avortement et d’en souffrir psychiquement. Les femmes seules ont un risque supérieur de 37 % à celui des femmes en couple de subir un avortement. De même, les femmes faisant partie des 10 % les plus pauvres ont un risque supérieur de 40 % de subir un avortement par rapport aux 10 % les plus riches, à groupe d’âge et situations conjugales identiques (selon la DRESS). La situation est similaire en Angleterre où les femmes qui vivent dans les zones les plus pauvres ont plus de deux fois plus de risque d’avorter que celles qui vivent dans les quartiers riches. Selon le sondage IFOP précité, la moitié des femmes françaises déclare que la « situation matérielle » constitue « l’influence principale qui pousse une femme à recourir à l’IVG ».

Pour ces femmes, pauvres et seules, l’avortement n’est pas une liberté ! D’ailleurs, les personnes les plus modestes sont moins favorables à l’avortement que les plus aisées. Le soutien à l’IVG est aussi plus faible parmi les plus jeunes : 30% des 18 à 24 ans sont contre l’avortement, contre seulement 8% parmi les plus de 65 ans (Fondation Jean Jaurès, 2022). La leçon de ces statistiques, c’est que plus on est exposé à subir un « avortement contraint », moins on y est favorable.

Il est possible de réduire le recours à l’IVG, sans même en restreindre les conditions d’accès

Pourquoi la France, contrairement aux autres pays européens, ne tente pas de réduire le recours à l’IVG ? En France, le recours à l’avortement est parmi les plus élevés d’Europe, et il ne diminue pas, à la différence des autres pays européens. Nous sommes passés de 202 180 en 2001 à 232 000 avortements en 2019 (DRESS). Nous sommes à un maximum jamais atteint. À l’inverse, le recours à l’avortement baisse considérablement chez nos voisins. Depuis 2000, il a été réduit de moitié en Italie (de 135 133 à 66 413), et il est passé de 134 609 à 99 948 en Allemagne (Eurostat). Cette baisse n’est pas due au seul vieillissement de la population car le taux d’avortements par naissance a baissé considérablement, en passant de 150 à 129 avortements pour 1000 naissances en Allemagne, et 195 à 162 avortements pour 1000 naissances en Italie, entre 2013 et 2020. En France, il reste autour de 300 avortements pour 1000 naissances (INED).

En Hongrie, le recours à l’avortement a été divisé par deux entre 2010 et 2021, passant de 40 450 à 21 900 avortements par an. Cela n’est pas dû au vieillissement de la population, car le taux d’avortement par femme en âge de procréer a baissé de plus de 42% sur cette période (passant de 16,9, à 9,8 avortements pour 1000 femmes).

Cette baisse est la preuve qu’une politique de prévention et d’aide aux femmes et aux couples permet, en quelques années, de faire chuter le recours à l’IVG sans même en restreindre ses conditions d’accès légales.

Une politique de prévention serait consensuelle

L’avortement est mauvais pour les femmes, pour les couples, pour les professionnels de santé et pour tout le pays, alors pourquoi le promouvoir quand il est possible de mener une politique de prévention ? D’ailleurs, c’est ce que veulent les Français. Selon le sondage Ifop précité, 73 % des Français estiment que la société devrait aider les femmes à éviter l’IVG. Ce chiffre est en augmentation. Toujours selon l’Ifop, 88 % des Français sont favorables au lancement « d’une campagne de prévention et d’une étude sur l’IVG par les pouvoirs publics ». 84% des sondés sont favorables, par exemple, à ce qu’on indique systématiquement aux femmes enceintes les aides qu’elles peuvent recevoir pour garder et élever leur enfant. Pourquoi est-il interdit en France à un médecin, lors de l’entretien d’information préalable à l’IVG, d’indiquer à une femme les aides qu’elle peut recevoir pour garder son enfant ? Pourquoi ? Aider n’est pas culpabiliser. Il y a beaucoup à faire, les idées ne manquent pas.

La France s’est d’ailleurs engagée à protéger la maternité, avant comme après la naissance. Ainsi, par exemple, en ratifiant le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, la France a reconnu qu’une « protection spéciale doit être accordée aux mères pendant une période de temps raisonnable avant et après la naissance des enfants ». La France a aussi reconnu, en ratifiant la Convention sur les droits de l’enfant de 1989, que « l’enfant, en raison de son manque de maturité physique et intellectuelle, a besoin d’une protection spéciale et de soins spéciaux, notamment d’une protection juridique appropriée, avant comme après la naissance ». Plus encore, la France s’est engagée lors de la Conférence du Caire sur la Population et le Développement de 1994, à « réduire le recours à l’avortement » et à « prendre des mesures appropriées pour aider les femmes à éviter l’avortement ». Selon cette déclaration, « tout devrait être fait pour éliminer la nécessité de recourir à l’avortement ».

Un choix ontologique radical

Enfin, il faut souligner pour conclure que la constitutionnalisation de l’IVG revêt aussi une dimension symbolique essentielle, à mon sens, est presque aussi importante que le choix de la laïcité de l’Etat : ce choix marque l’âme du pays. C’est un choix ontologique radical, c’est l’affirmation d’une conception de l’être humain : une conception matérialiste et volontariste, qui affirme la domination de la volonté sur l’être, de la volonté individuelle sur la vie humaine. C’est un choix terrible qui déclare que la destruction de la vie humaine est une liberté humaine. C’est aussi un choix qui nous oblige à croire que l’homme n’a pas d’âme, mais seulement un corps doté d’intelligence.

Une constitution sert à conférer des institutions à un peuple afin qu’il puisse persévérer dans l’existence : le but ultime d’une constitution est de servir la vie du peuple. Placer la liberté avant la vie est un suicide. Certes, l’homme est libre, mais il est d’abord vivant. La vie est un préalable à la liberté. Plutôt que de promouvoir l’avortement tel un droit abstrait, ce qui ne ferait qu’empirer le problème, il serait plus sage et bénéfique pour chacun, et pour la société dans son ensemble, de considérer l’avortement pour ce qu’il est : un problème social grave, qu’il est possible de prévenir. Il suffit de le vouloir.




Pourquoi les non-vaxinés antiCovid dérangent

[Source : Ciel Voilé]






Christine Anderson, députée européenne qui combat pour la liberté

[Source : Myl traduction 🌼]

Christine Anderson parle notamment du passage de Justin Trudeau au parlement européen, du PDG de Pfizer absent, et des contrats caviardés.






La médecine de Tesla

[Source : maisonsaine.ca]

Par Robert W Connolly

https://teslasmedicine.com/

Par Robert W. Connolly, réalisateur du nouveau film Tesla’s Medicine
Texte paru dans Vitality Magazine en octobre 2022.
Adaptation : André Fauteux

On a demandé un jour à Albert Einstein : « Qu’est-ce que ça fait d’être l’homme le plus intelligent du monde ? » Il a répondu : « Je ne sais pas, il faut demander à Nikola Tesla. »

On a récemment demandé à Elon Musk, PDG de Tesla Motors : « Qui admirez-vous le plus, Thomas Edison ou Nikola Tesla ? » Il a répondu : « Thomas Edison parce qu’il a mis ses inventions sur le marché et les a rendues accessibles au monde entier. »

Pour comprendre ces deux déclarations déroutantes, nous devons rembobiner à une époque où une « guerre des courants » entre Edison et Tesla se déroulait littéralement jusqu’à la mort dans les chutes du Niagara. Le vainqueur alimenterait la première centrale hydroélectrique, puis le monde entier.

Pour diaboliser Tesla, considéré comme un inventeur fou de dangereux champs magnétiques à courant alternatif, Edison a montré et filmé publiquement l’électrocution de chiens, d’éléphants et de criminels dans le couloir de la mort à l’aide de l’électricité alternative de Tesla, puis l’a montrée devant des salles combles dans les cinémas du monde entier!

Pour contrer cette cruelle publicité négative, Tesla, dans un tour de force stupéfiant, s’est allumé tout le corps comme une ampoule humaine et a affirmé que ses champs magnétiques alternatifs étaient sans danger et même capables de guérir des maladies graves comme le cancer. Il crée la Tesla Electrotherapeutic Company pour fabriquer des machines électromagnétiques de guérison. [Pour plus de détails, lire l’article Electricity : the greatest of all doctors (l’électricité, le plus grand des médecins), sur le site de l’IEEE, l’Institut des ingénieurs en électricité et en électronique.]

Médecine socialisée contre médecine capitaliste

Pour soutenir les miracles de la nouvelle médecine de Tesla, des hommes politiques tels que Gaylord Wilshire, plus connu pour le célèbre boulevard Wilshire à Hollywood, ont fabriqué plus de 50 000 bobines Tesla d’électrothérapie Ionaco dans les années 1920 et les ont présentées de manière agressive comme un remède contre le cancer, le diabète, la tuberculose, l’arthrite et l’insomnie en utilisant une pleine page de publicité dans le Los Angeles Times.

Comme prévu, la diabolisation publique efficace de Tesla par Edison crée tellement de peur et de confusion que le président des États-Unis insiste pour que les lumières de la Maison Blanche soient allumées et éteintes par des domestiques! Afin de calmer un monde en état de choc et de permettre une application commerciale complète de l’électricité alternative, les champs magnétiques de Tesla sont considérés comme inoffensifs et incapables de produire des effets curatifs.

Si Tesla a gagné la bataille contre Edison pour alimenter la planète en électricité, sa thérapie magnétique n’a jamais connu de succès commercial en Amérique en raison d’un nouvel adversaire : l’industrie pharmaceutique réglementée par la Food and Drug Administration (FDA), l’agence fédérale règlementant l’industrie pharmaceutique naissante. Le corps humain n’était plus qu’un grand sac de produits chimiques, que l’on ne pouvait modifier qu’en y ajoutant d’autres produits chimiques. Ce n’était pas une batterie rechargeable comme Tesla le prétendait.

Le retour de la médecine Tesla

Alors que le nom et les inventions médicales de Tesla ont été retirés des manuels scolaires en Occident, c’est tout le contraire qui se produit en Union soviétique et dans les pays germanophones qui offrent un système de santé socialiste rentable. Dans ces pays, la médecine de Tesla fut raffinée, améliorée et achetée par l’élite pour un usage personnel, y compris par les stars de la télévision hollywoodienne.

Le point de retour a eu lieu en 2011 lorsque le Dr Mehmet Oz a décidé qu’il était temps de prendre des risques. Au début de sa populaire émission de santé à la télé syndiquée, il a déclaré avec audace, avec l’aide de son public, « qu’aujourd’hui, nous allons changer la pratique de la médecine ». Il a réintroduit la technologie de médecine magnétique de Tesla sous le nom de PEMF (Pulsed Electro Magnetic Fields ou CEMP en français pour champs électromagnétiques pulsés) et a affirmé qu’il suffisait de s’allonger sur les bobines Tesla énergisées pour faire disparaître des douleurs incurables. À la fin de l’émission, le Dr Oz a demandé à son public de télécharger des documents sur les CEMP depuis son site Web et de les apporter à leur médecin, car cette technologie miraculeuse n’est pas enseignée dans les écoles de médecine.

L’industrie de la thérapie des champs magnétiques pulsés se prépare à faire des affaires

Ce message a eu l’effet d’une bombe atomique. Les professionnels de la santé aux États-Unis et au Canada ont reçu les retombées de centaines de milliers de lettres imprimées, de télécopies, de courriels et d’appels téléphoniques de leurs patients bien intentionnés.

Cette fois-ci, Tesla a gagné. La FDA a capitulé en créant une nouvelle catégorie appelée « appareils de bien-être » [qui peuvent être réglementés ou non, tels les stimulateurs de croissance osseuse non invasifs, pour les fractures dites non soudées car elles ne guérissent pas]. Les appareils CEMP seraient autorisés à entrer dans le pays sans taxes ni droits de douane, à condition d’être enregistrés auprès de la FDA et de ne pas faire d’allégations de santé. Cette technologie ajoutait de l’énergie « chi » pour créer du bien-être dans le corps…. En réalité, le gouvernement a contourné son plan d’assurance santé Medicaid parce qu’il veut que le public dépense l’argent de son compte d’épargne santé et utilise les produits de CEMP comme alternative aux médicaments antidouleur addictifs.

Le gouvernement canadien a adopté une approche différente et a considéré les générateurs de CEMP comme des dispositifs médicaux à part entière [régis par une longue liste de normes], un pourcentage de chaque vente étant destiné à financer Santé Canada. Au lieu des hôpitaux financés par l’État, des cliniques privées loueraient et vendraient ces appareils au public. On pourrait en faire la publicité pour réduire l’inflammation, augmenter la microcirculation et atténuer les troubles musculo-squelettiques, ce qui est assez vaste. [Lire la page Wikipédia Thérapie par champ électromagnétique pulsé et Thérapie par signal pulsé et traitement de l’ostéoarthrite, rapport de l’Agence d’évaluation des technologies et des modes d’intervention en santé présenté en 2001 au ministre délégué à la Recherche, à la Science et à la Technologie du Québec.]

Les appareils canadien Centurion (notamment utilisés sur les chevaux de course), allemand Bemer et italien Seqex (subventionné par le gouvernement de l’Italie) sont tous trois homologués par Santé Canada en tant qu’appareils médicaux de magnétothérapie (CEMP) pouvant faire l’objet d’allégations et être utilisés à des fins commerciales. Aujourd’hui, une personne peut importer au Canada tout appareil médical non homologué par Santé Canada à condition qu’il ne soit pas utilisé à des fins commerciales et qu’il soit destiné à son usage personnel. 

Néanmoins, la diffusion du message magnétique auprès des médecins reste un gros problème. Comment les professeurs de médecine peuvent-ils honnêtement enseigner aux médecins que les champs magnétiques pulsés à micro-ondes [hautes fréquences radio] utilisés par l’industrie des télécommunications – et classés 2B (« peut-être cancérogènes ») par l’Organisation mondiale de la santé – n’ont aucun effet sur la santé, alors que les CEM pulsés à basse fréquence peuvent être utilisés pour guérir des maladies graves ? Où se trouve la ligne de démarcation entre la santé et le mal ?

La réponse : si les ondes artificielles sont générées à des fréquences dans le spectre naturel (du sol, du son et du soleil), elles peuvent être utilisés pour guérir parce que leurs vitesses d’oscillation sont les mêmes basses fréquences auxquelles vibre notre ADN. Toutefois, comme pour toute médecine, cela dépend aussi de la dose et de la durée d’exposition.

Ma prise de conscience personnelle

J’ai pris conscience de l’existence des CEM il y a dix ans. Au départ, un sentiment d’anneau fantôme (comme une vibration) dans la poche de mon pantalon où je mettais autrefois mon téléphone cellulaire s’est transformée en maux de tête, en brouillard cérébral, en confusion, en nausées, en anxiété, en dépression et, finalement, en une méchante dépression nerveuse. Les symptômes ont été soulagés en réduisant mon exposition au cellulaire et autres technologies sans fil (mon four micro-ondes coupait ma connection Internet Wi-Fi utilisant la même fréquence!), en faisant de longues promenades en forêt pour me mettre à la terre et en utilisant la thérapie CEMP de Tesla. Après trois jours de cette thérapie, ma dépression a été remplacée par un énorme sentiment de vitalité et de bien-être. Je l’utilise encore aujourd’hui. Des appareils de stimulation magnétique transcranienne aux CEMP qui sont homologués sont reconnus pour traiter la dépression. 

J’avais découvert que mon corps est comme une batterie rechargeable, constamment sous l’influence du soleil et du champ géomagnétique de la Terre. Tesla faisait sa promenade quotidienne de 8 km dans Central Park, à New York, pour recharger naturellement son corps. Lorsque vous marchez, vous exercez une pression sur vos os qui sont de nature cristalline. Chaque pas crée une impulsion piézoélectrique [selon Wikipédia, la piézoélectricité est « la propriété que possèdent certains matériaux de se des matériaux de se polariser électriquement sous l’action d’une contrainte mécanique »] qui est amplifiée par les lignes des champs magnétiques de la Terre que vous traversez.

Pour la technologie CEMP, pendant que vous vous allongez à l’intérieur ou sur des bobines Tesla alimentées en énergie [les mêmes extrêmement basses fréquences que celles produites et utilisées par le corps], le générateur pulse, pousse et tire les champs magnétiques à travers vous. C’est comme prendre une douche, mais dans ce cas, au lieu de la saleté, vous éliminez l’électrosmog [électricité artificielle de 60 hertz ou de radiofréquences dans les kilohertz, les mégahertz ou les gigahertz). Les basses fréquences qui ressemblent au pouls de la Terre, autour de 10 Hz, réinitialisent les cellules épuisées et se chargent. Lorsque je génère le pouls de la nature en utilisant un dispositif CEMP, mon corps retrouve son équilibre.

J’ai accepté ma guérison miraculeuse comme une expérience religieuse et j’ai décidé de devenir un expert de la thérapie par champs magnétiques de Tesla, avec pour mission de parcourir le monde pour produire un long métrage documentaire intitulé Tesla’s Medicine.

Huit ans de recherche sur la médecine de Tesla

Au cours des huit dernières années de cette production, j’ai documenté des guérisons stupéfiantes grâce aux champs magnétiques pulsés. La vision des gens s’améliore, des couples infertiles conçoivent, des enfants autistes deviennent stables, des enfants et des adultes se débarrassent de l’arthrite, de la sclérose en plaques, de la fibromyalgie, de la dépression, du syndrome de stress post-traumatique et bien d’autres choses encore. 

En République tchèque, l’Institut de réadaptation de Kladruby (www.rehabilitace.cz) traite les patients paraplégiques pour des lésions de la moelle épinière en utilisant les CEMP et les lasers pour réparer les os et les nerfs en activant les cellules souches neuronales.

La clinique suisse Paracelsus, mondialement connue (www.paracelsus.com), utilise les CEMP pour éliminer la douleur après une opération dentaire. Cette technologie est également utilisée pendant la chélation, l’ozonothérapie IV et la vitaminothérapie pour désintoxiquer le corps des métaux lourds, éliminer les virus et soutenir le système immunitaire. Des milliers d’athlètes, comme ceux de l’équipe olympique suisse, utilisent les CEMP pour améliorer leurs performances. Dans certains villages suisses, une maison sur trois est équipée d’un tapis de thérapie CEMP dans l’abri antibombes commun et l’utilise comme la fontaine de jouvence du « secret suisse ».

En Italie, la Société de la sclérose en plaques de la Ville de Trente utilise le CEMP Seqex pour analyser les patients afin de déterminer les champs magnétiques appropriés et fournit une unité portable utilisée à domicile pour améliorer la microcirculation et réduire l’inflammation, généralement en un à sept mois. Seqex est également utilisé comme médecine complémentaire dans les hôpitaux spécialisés dans le traitement du cancer, car les champs aident les cellules précancéreuses faibles à ne pas être endommagées pendant la radiothérapie et la chimiothérapie devient plus efficace avec moins d’effets secondaires.

Fréquences de guérison pour les chevaux et les humains 

Après de nombreux voyages en Europe de l’Est et de l’Ouest pour acquérir les appareils, nous les avons testés au Rose Lab (www.TheRoseLab.com), un centre de recherche appartenant à la toxicologue Dre Magda Havas, spécialiste des effets biologiques des champs magnétiques. Nous avons constaté que le Wi-Fi retardait la croissance des semis alors que le CEMP l’augmentait.

Centurion Systems/Systèmes Centurion est une entreprise canadienne qui a importé les premières bobines Tesla allemandes il y a plus de trente ans. Ses appareils ont été adoptés par l’industrie des courses de chevaux en raison de la vitesse à laquelle ils pouvaient réparer les pattes cassées – parfois en quelques semaines. Ils sont maintenant particulièrement populaires auprès des athlètes qui souffrent de blessures entraînant des douleurs chroniques et de l’arthrite.

La Société d’assurance automobile du Québec (SAAQ) a déjà remboursé des bobines Centurion Tesla fabriquées au Canada à des victimes d’accidents routiers afin qu’elles puissent bénéficier d’un rétablissement accéléré sans douleur. « La SAAQ nous a acheté des systèmes par le passé pour certains de ses assurés. En fait, elle rembourse le client qui détient une prescription médicale pour un appareil PEMF » (CEMP), explique  Michel Gareau, vice-président Développement des affaires dans l’est du pays chez Systèmes Centurion.

La Dre Havas a personnellement supervisé une étude pilote sur les bobines Tesla Centurion qui a été publiée dans la revue Novel Techniques in Arthritis & Bone Research. Intitulée : « Pulsed Electromagnetic Field Therapy (PEMFT) Alleviates Symptoms of Osteoarthritis. Havas a constaté qu’elles réduisaient considérablement la douleur et augmentait le bien-être général des participants. 

L’avenir de la thérapie par l’énergie

La Société canadienne du cancer reconnaît désormais diverses « thérapies énergétiques » complémentaires, comme le reiki («basé sur la croyance qu’il y a de l’énergie dans le corps et qu’on peut utiliser les mains pour aider à améliorer la circulation de cette énergie »).

En 1920, le Dr Raymond Rife a inventé un microscope capable de voir des virus cancéreux vivants et a utilisé les ondes radio haute fréquence de Tesla pour les dévitaliser. Cette découverte se retrouve aujourd’hui dans le système Oncotherm, un appareil homologué par Santé Canada qui utilise les radiofréquences et la chaleur thermique pour le traitement du cancer du sein. Un nombre croissant de cliniques naturopathiques de l’Ontario l’utilisent avec la chimiothérapie et l’ozone.

Au lieu d’un séjour en Suisse, The Nature Medicine Clinic (www.NatureMedicine.ca) propose des vacances de bien-être dans la région de Niagara pour une fraction du prix. Les patients peuvent explorer les attractions voisines après leur cure de désintoxication à l’ozone CEMP et leur traitement anticancéreux Oncotherm.

Le thérapeute des fréquences à domicile

Alors que le monde se précipite pour avoir la dernière technologie sans fil, nous devons réaliser que même après la 5G, l’industrie des télécommunications continuera à se développer. Nous pouvons éliminer l’électrosmog de notre maison, mais dès que nous franchissons la porte, l’eau de notre corps l’absorbe et le stocke. Si l’on ajoute à l’équation l’air et l’eau pollués, les pesticides et les produits chimiques transformés dans les aliments, on obtient un système immunitaire défaillant, en particulier chez les personnes âgées.

Étant donné que notre système de santé accepte désormais officiellement la « thérapie énergétique » CEMP mais refuse de la financer, une nouvelle tendance de la médecine privatisée se dessine : des « thérapeutes des fréquences » proposent des traitements de désintoxication par le son, les vibrations, la lumière et les champs magnétiques dans une clinique ou au domicile du patient.

Le Dr Oz et notre gouvernement nous envoient le même message. Les machines de Tesla sont désormais légales et efficaces, mais vous ne les trouverez pas dans les hôpitaux. Le temps est venu où vous devez dépenser votre propre argent pour les soins de santé.

Tout comme une salle à manger sert à manger, un salon à lire, une chambre à coucher à dormir et une salle de bain à se laver le corps, une salle de guérison équipée de la médecine de Tesla à construire dans votre maison vous permettra de prospérer dans ce monde sans fil.

La déclaration d’Elon Musk sur les échecs de Tesla à commercialiser lui-même ses inventions sur le plan commercial semble avoir du mérite. Cependant, Tesla était un visionnaire et c’est peut-être le moment idéal pour faire connaître ses champs de guérison au monde entier.

« Que l’avenir dise la vérité et évalue chacun selon son travail et ses réalisations. Le présent est le leur ; le futur, pour lequel j’ai vraiment travaillé, est le mien. » 

Nikola Tesla




La corruption tue la science et aussi les malades

Par Nicole Delépine

« À TOUS CEUX QUI SONT MORTS SEULS », par le DR Alain COLLIGNON

« L’ordre se lave les mains pendant qu’on cloue Hippocrate sur sa croix »

Vidéo à ne pas manquer pour comprendre tout ce qui s’est passé depuis trois ans en ce qui concerne le Covid19.

Merci à Alain Colignon qui a fait cette belle vidéo et à Pascal Sacré qui la diffuse largement, médecins belges qui (avec quelques rares autres dans plusieurs pays du monde) ont sauvé l’honneur de notre profession.

PRENEZ LE TEMPS DE L’ÉCOUTER ET DE LA PARTAGER.

Les pieds nickelés font de la science, dixit le PR Raoult à juste raison.

Le « virage vers les ténèbres » de la Science contemporaine

Commentaire du film par le réalisateur le DR Colignon

« L’aphorisme par lequel Richard Horton, éditeur du Lancet, évoque est le mobile central du court-métrage que j’ai réalisé. Ce court-métrage s’articule sur 2 sujets principaux relatifs à la corruption des scientifiques :​

Le premier traite de la véritable criminalité scientifique avec l’exemple du Professeur Mandeep Mehra de la Medical School de Harvard.

Le second traite de la corruption “politiquement correcte”, avec le docteur Nicolas Dauby, du CHU Saint-Pierre, archétype du mensonge scientifique “sincère” ou “naïf”, banalisé et admis aujourd’hui par une paradoxale “néo-coutume” médicale.

Cette corruption plus insidieuse et difficilement détectable résulte davantage de la façon dont on sélectionne les experts que de leur manque de loyauté ou de sincérité… Un labo pharmaceutique n’est plus confronté aujourd’hui, à la nécessité d’acheter un médecin pour qu’il mente, pour qu’il trahisse sa pensée ou pour qu’il en nuance les conclusions. Il suffit que ce labo soutienne les scientifiques dont l’avis va dans le sens de ses intérêts et qu’il ostracise ceux qui émettent des opinions dangereuses pour ses cibles commerciales. En raison de ce “Cherry Picking” opportuniste, un médecin dont les travaux ne sont pas favorables à l’utilisation d’un produit ou d’un dispositif médical, n’a aucune chance d’être invité à un congrès, d’être lu par des reviewers, d’être soutenu dans ses recherches, d’être engagé dans une institution financée par le secteur privé ou d’être interrogé par les grands Médias. Il est et reste “invisible”… On retrouvera dans les congrès et dans les institutions de recherche, des médecins sincèrement favorables aux objectifs de ses sponsors, et c’est sans arrière-pensée qu’ils les serviront, parfois au mépris volontaire ou involontaire de la vérité. Les truands qui traînent des valises de billets ne sont plus vraiment utiles à un secteur qui a fait main basse sur les Universités, sur les instituts de recherche et sur les organes officiels comme Sciensano et l’OMS.

Le Président de l’Ordre de Bruxelles et du Brabant Wallon a courageusement pris l’initiative d’un débat déontologique le 4 février au Château du Lac à Genval. Il serait raisonnable d’y aborder l’important sujet des conflits d’intérêts, souterrains, lointains, apparemment inoffensifs et pourtant si délétères pour la santé publique avec sagesse, avec raison, avec sérénité. Mettra-t-il à l’ordre du jour, l’analyse méticuleuse de cette corruption larvée qui laisse grandir son invisible mycélium sous nos vérités les plus sacrées ? Empêchera-t-il ce symposium de se transformer en messe basse servie sur l’autel de la bienséance ? Si le docteur Melot a le courage, en vertu d’une charge ordinale qui fait de lui le maître supérieur de nos consciences, d’engager une lutte décisive contre la tyrannie de l’argent, il laissera assurément une trace dans l’histoire de notre admirable métier, qui doit se mettre inconditionnellement et sans la moindre ambiguïté, à l’entier et unique service du patient ». 

APPEL CONTRE LA CORRUPTION EN SCIENCE ET SANTÉ DE 2002

Une épidémie de corruption sévit dans notre profession.
N’a pas été entendu malgré tous ceux qui suivront.

Les mises en garde ne furent pas entendues et la situation ne fit que s’aggraver comme l’explique le DR A. Colignon dans son film. Les livres, vidéos, éditoriaux s’accumulèrent dans le silence médiatique complet. Les professionnels se soumettaient pour ne pas risquer les ennuis des quelques résistants (refus de nomination universitaire, refus de publication d’études dans les revues ou dans les congrès internationaux). Nous avons tous vécu ce que raconte si bien le Dr Colignon. Une anecdote (rigolote ?) : un article capital sur le sarcome d’Ewing vers 1999 nous fut refusé pour « mauvais anglais » mais de fait c’était un article commun avec le célèbre et trop vite disparu le Pr américain G Rosen… Combien de patients auraient-ils pu bénéficier plus tôt de la chimiothérapie préopératoire facile et efficace et bénéficié d’une chirurgie conservatrice si ce papier novateur n’avait pas été censuré ?

À QUAND LA GRANDE LESSIVE ?

Marcia Angel a démissionné en 2004 puis son successeur en 2007 pour dénoncer la corruption des revues médicales les plus prestigieuses. Le pire est que les patients largement avertis, s’ils le souhaitent, font majoritairement l’autruche et préfèrent croire les mensonges bien présentés que la triste vérité. De tout temps, semble-t-il…

https://youtu.be/Mcp-cssMgFc

Car la corruption en médecine ne touche pas seulement certains leaders d’opinion et quelques revues. Depuis plus de 20 ans, elle s’est emparée des agences sanitaires devenues « captives »1 des seuls intérêts de l’industrie pharmaceutique expliquant des décisions de plus en plus discutables et l’apparition récurrente de scandales sanitaires de plus en plus catastrophiques. Après le scandale du sang contaminé, de l’amiante, du chlordécone, de l’hormone de croissance, le médiator a causé quelques milliers de morts, le Vioxx 60000 à 500 000 morts2 aux USA et les opioïdes encore plus (actuellement100 000 morts chaque année depuis 2020)3 4.

LA CORRUPTION TUE LA SCIENCE ET AUSSI BEAUCOUP DE MALADES !


1 La capture réglementaire des agences sanitaires, conséquence de la défaillance de l’État et du clientélisme, donne la priorité à l’industrie pharmaceutique au détriment des contribuables et les malades qu’elles sont censées protéger.

2 Quand un demi-million d’Américains sont morts et que personne n’a remarqué ALEXANDRE COCKBURN27 AVRIL 2012
https://www.theweek.co.uk/us/46535/when-half-million-americans-died-and-nobody-noticed

3 Les décès de fentanyl dans le comté de Los Angeles ont augmenté de 1 280 % de 2016 à 2021 — rapport

4 The Lancet Managing the opioid crisis in North America and beyond February 02, 2022 DOI:
https://doi.org/10.1016/S0140-6736(22)00200-8




240 témoignages d’exclus de la société française depuis 500 jours

[Source : lemediaen442.fr]

Brutalement, des milliers de personnels de santé et de pompiers ont été suspendus sans revenus ni aide sociale. 500 jours plus tard, rien n’a changé. Ils restent abandonnés des syndicats qui auraient pu les défendre et de leurs collègues qui auraient pu se montrer solidaires. La cassure est très profonde. Ce gouvernement les a exclus, humiliés, salis et pire, pour certains d’entre eux, il les a détruits !

Marius Jacob a compilé plus de 240 témoignages de personnes suspendues, tout comme lui…

« À la mémoire du sergent-chef Max, sapeur-pompier professionnel dans le Var, suspendu le 15 septembre 2021 suite à l’obligation vaccinale. Il a fait le choix de rejoindre les anges du ciel à tout jamais le 17 septembre 2021. Il laisse derrière lui, sa femme, elle aussi suspendue, et leur fils de 3 ans qui pense souvent à son « PAPA-ANGE ». Nos pensées vous accompagnent

Pour cette triste date d’anniversaire, Yoyo leur rend un hommage à travers un zapping :




Information générale afin de rester prudent et vigilant : conseils pour les injectés

Mon amie homéopathe le Dr Martine Gardenal avait écrit cette mise en garde il y a déjà un an alors que les personnes contraintes à se faire injecter cherchaient légitimement des solutions qui malheureusement n’existent pas vraiment.

Actuellement la révélation des très nombreux effets toxiques (doux euphémisme) de l’injection génique pousse de multiples personnes à publier à nouveau des traitements « antidotes », ce qu’on peut comprendre. Afin de mesurer la limite du système, le Dr Gardénal a accepté de publier sa mise en garde toujours d’actualité. Nous l’en remercions.

Cet article [du 15 Mars 2022] ne veut pas dire que rien ne peut servir à quelque chose. Les papiers sur les tisanes d’aiguilles de pin par exemple(([1] Voir :
Débarrasser le corps du graphène
et
Teinture Mère d’aiguilles de pin sylvestre)) ou l’Artémisia donnent de l’espoir à certains et ne doivent pas être négligés. Le but de ce rappel est de dire qu’il n’y a pas de traitement miracle contre la toxicité de l’injection à ce jour et donc que rien ne doit vous faire accepter l’injection en vous faisant croire qu’elle n’aura aucun risque. Roulette russe…

Dr Nicole Delépine

Par le Dr Martine Gardénal
médecin homéopathe, médecin du sport, et olympique, ex-attachée de consultation à l’Insep

Je suis très souvent interrogée par des personnes qui sont ou vont être injectés par le produit ARN messager contre le COVID.

Leur question est :

« Que puis-je faire pour ne pas avoir d’effets secondaires ou pour les faire disparaitre ? »

Je me décide aujourd’hui à vous dire le fond de ma pensée. Ceci, non pour vous faire entrer dans la peur, mais pour être claire.

Cette injection transgénique anti Covid est toujours en phase 3. Elle appartient donc encore au domaine expérimental, ce qui veut dire :

  1. que nous n’avons pas le produit à notre disposition en vente libre dans les pharmacies,
  2. que nous ne savons pratiquement rien de leur composition exacte,
  3. que comme pour tout traitement expérimental cette thérapeutique comporte différents types de produits, et obligatoirement des placebos dont nous ignorons le pourcentage. (Voir essais cliniques).

Cela explique que certaines personnes ont dû recevoir du sérum physiologique, alors que d’autres ont été injectées avec le produit expérimental. Aussi, certains n’ont absolument aucune réaction même après 3 doses, alors que d’autres réagissent dès la première injection et d’autres seulement après la 3°. Tout peut se voir.

En plus, actuellement, les pistes sont totalement brouillées :

  1. la personne ne sait pas ce qui lui est injecté,
  2. au fil des doses, la personne peut recevoir des produits provenant de laboratoires différents (Astre Zeneca, Johnson et Johnson, Moderna, Pfizer) et des doses placebo ou non,
  3. l’état sanitaire de la personne n’est jamais pris en compte.

En tant que médecin homéopathe, je sais que chaque individu à son propre terrain, avec sa plus ou moins grande susceptibilité aux produits étrangers et aux germes.

Jusqu’alors, avec tous les autres vaccins (classiques), j’avais pris l’habitude de faire un traitement préventif, mais surtout curatif afin que le terrain soit le moins touché possible par ces perturbateurs immunitaires.

Ma longue expérience professionnelle et celles d’autres confrères m’ont conforté dans notre position. Pour les vaccins classiques, cela n’a jamais posé de problème : je n’ai jamais eu à déplorer la moindre nuisance. N’est-ce pas le but recherché ?

Pour mémoire, je rappelle quelque chose qui semble bien oublié depuis des années. Le rôle du médecin est « primum non nocere » [NDLR « D’abord, ne pas nuire »].

Actuellement, avec ces injections transgéniques à ARNm, ne sachant pas ce que contient la seringue, et n’ayant pas à notre disposition les flacons, il est impossible — et nous n’aurons jamais l’assurance — que les produits homéopathiques fabriqués appelés « isothérapiques » correspondent à ce que la personne a reçu.

C’est peut-être un placebo qui a été injecté. (sérum physiologique) et peut être non ? Alors ?

Comment éthiquement parlant, proposer à quelqu’un un traitement incertain dont il est impossible de prévoir le résultat de façon sûre ? Comment affirmer qu’avec l’homéopathie il n’y aura pas d’effets secondaires et surtout que la protéine Spike va disparaître ?

Personnellement je ne me sens ni le courage ni le droit de faire de telles choses, et je refuse d’en prendre la responsabilité.
Je serai trop loin de mes choix personnels, et mon éthique m’en empêche.

Dans l’état actuel des choses, je ne vois aucun traitement préventif ni curatif avec certitude…
Les seules choses que l’on puisse faire, c’est de préparer le terrain au mieux pour qu’il réagisse le moins possible et que cela diminue les réactions de type allergique, oxydatif, sidération immunitaire. C’est ce que beaucoup proposent et font.

J’avoue que lorsque je lis les articles de certains, certifiant qu’avec des traitements naturels et/ou des isothérapiques homéopathiques faits avec des injections transgéniques antiCOVID, les injectés sont garantis de passer à travers toutes les conséquences néfastes de ces produits, à court et long terme, je suis révoltée de tant de malhonnêteté et ne peux cautionner une démarche aussi peu scientifique.

J’attends les preuves

Il faut se méfier des illusionnistes, qui pour entretenir leur réputation et récupérer quelques monnaies, ne se comportent pas mieux que les lobbys pharmaceutiques.

Je suis désolée de ne pas pouvoir dire mieux, mais au fond de moi quelque chose m’empêche de proposer un produit dont on ne sait rien et qui est sans doute faux.

Un espoir : quand on pourra acheter librement ces produits injectables contre le COVID, le problème sera sans doute différent. À voir…

Par contre, tous les petits conseils donnés dans mon ouvrage « Homéopathie, le livre de référence pour se soigner au naturel », restent vrais pour minimiser les réactions secondaires et limiter les dégâts pour les vaccins classiques.

Et dans « T’as mal où ? ma réponse homéo ». Je vous propose un traitement si vous avez le COVID.

Dr Martine GARDÉNAL

15 Mars 2022





Le défi des radiations…

Par John Hunter

La Fed a envoyé un long message sur la reprise du parc éolien de Nozay/Voltalia. Celui qui est encore le plus célèbre en France pour les dégâts sanitaires sur le cheptel et les hommes. Notamment la famille Potiron. Un procès initié par le mouvement de la ruralité proche de l’ex-député Lafarge et défendu par Me DiVizio n’a pas convaincu les juges qui n’y connaissent rien en matière de radiations sur le tissu biologique. Pourtant le labo ToxSeek avait donné son diagnostic. Intoxication aux terres rares pour les vaches et les gens.

Les gens de Nozay sont obligés de prendre du Chlorella pour tenir. Le coup de balai pour les toxines. La zéolite pour encore plus de nettoyage. Et puis peut-être de la benzodiazépine pour pouvoir dormir.

Alors on programme des machines pour tuer l’humanité des gens, la vie des bêtes ?

Un article dans Science et Vie de mai 1917 décrit les radiations subies par des astronautes hors du bouclier terrestre. Jean François Botollier Depoix explique :

« C’est un Bain de radiation de 330 millisieverts entre la Terre et Mars. Le mSv est une unité qui mesure les dégâts biologiques d’une irradiation en fonction de la quantité reçue et de la nature des radiations. En France la dose naturelle est entre 2,4 à 2,9 mSv, pour une année.

Pour ces astronautes le Soleil dégage des bouffées de proton qui doublent la dose.

En France et au Sol, la dose maximale de radiations est à 20 mSv.

Toujours pour les astronautes irradiés qui absorbent des doses sur un temps court, si l’irradiation dépasse 1 milligray mGy il y a effets sur les cellules et altération de l’ADN. À partir de 4,5 grays (Gy), c’est la mort. »

« Nous savons qu’il ne faut pas dépasser 100 mSv pour les leucémies et 200 mSv pour les cancers solides. »
(Citation de Nicolas Foray du centre de recherche en cancérologie de Lyon.)

« Après ces seuils la courbe est exponentielle. Chaque millisievert augmente de 1 % l’effet de risque. »

« L’os est concerné, les cellules sont plus sensibles que celles de la peau. La matrice de l’os se modifie. Le cerveau peut vieillir plus vite.

L’ATM qui répare l’ADN migre du cytoplasme vers le noyau sous radiation. Nous avons déterminé trois types de radiosensibilité :
– Le premier type répare vite et bien. La majorité.
– Le second type répare moins bien.
– Le troisième type : L’ATM ne fonctionne pas.

L’hypersensibilité aux faibles doses de radiation a été illustrée par les usagers du Linky qui perdent le sommeil. Ce sont les gens du groupe 2 susnommés. Les cellules de l’os sont touchées. Une irradiation à 0,2 Gy déclenche des détériorations de 2 Gy !!! »

Retour sur terre avec les cancers pédiatriques de Sainte Pazanne, cette école Notre-Dame où éoliennes et champs électromagnétiques pourris d’après le géobiologiste Nollet ont déjà liquidé des enfants. On sait bien que la leucémie a atteint plusieurs foyers sous ligne haute tension ou sous éoliennes. Voilà pourquoi les docteurs peuvent prescrire de la mélatonine, mais le déséquilibre est déjà consommé, car la mélatonine est fabriquée naturellement par le corps. Donc les radiations la font disparaître !

On sait que des champs électromagnétiques (CEM en abrégé) sont issus des turbines et ses câbles souterrains et ses postes de transmission. Ils ne savent pas comment les isoler correctement et les lobbies du renouvelable ont accéléré la pression sur le gouvernement pour que ces technologies terribles s’installent sans études épidémiologiques, surtout qu’elles auraient démontré leur nocivité irrépressible. L’agence internationale de l’énergie a dû être phagocytée par le lobby éolien. Ils sont partout.

Les fréquences éoliennes mesurées en hertz sont des radiations/impulsions qui atteignent le tissu biologique. (Recherche Weichenberger. Allemagne 2015.
Recherche Inagaki. Japon.
Recherche Kaprzak. Pologne.
Recherche Alves Pereira, Dr Rapley et coll. NZ.)

Pourquoi ne pas tester les résidents de la périphérie éolienne avant d’y construire des turbines et voir si les gens catégorie 3 n’y sont pas présents ? Même les gens deux sont touchés dans leur os !! L’humain ne compte pas avec les technocrates qui se repaissent du sang du peuple martyrisé.

S’il y avait une agence de santé responsable… une ARS revivifiée, ces misères et crimes environnementaux n’existeraient plus. Il est temps que les politiques prennent en main la recherche scientifique et exercent leur pouvoir régalien à bon escient au lieu de nier la réalité et de prétendre qu’il n’y a aucune preuve valide de dangerosité. On dirait la voix de son maître (les éoliens).

[Voir aussi :
dossier 5G et ondes pulsées]

On écoute les chercheurs de Lyon pour les astronautes, mais pas pour les résidents autour des parcs éoliens ? C’est l’omerta. Tel scientifique va parler et sa carrière sera abrégée. On se croit chez Al Capone dans les années trente !

Ceux qui parlent sont à la retraite.

Proposition deux pour la gestion raisonnable des projets éoliens : que les promoteurs déclarent le niveau des radiations en millisieverts, Hertz et SPL et que le centre scientifique de Lyon corrobore les données avec ses appareils… et décide.

Les préfets ne sont pas formés aux risques et méfaits électromagnétiques comme le démontre l’article ironique de la FED qui ridiculise le préfet de la Vienne confondant MW et MWheure et donnant des performances fulgurantes alors que la turbine fonctionne à 25 %. (Article signé Patrick Kawala).

Certains scientifiques et ingénieurs sont plus habiles.

Il ne s’agit plus de garder un devoir de réserve, mais de protéger une population innocente et sans armes contre les champs magnétiques. Ou alors devrait-on pressuriser leur maison comme on fait porter aux pilotes une combinaison spéciale ou qu’on les loge dans leur cabine pressurisée ?

Le cas actuel du GPSE qui mesure seulement à partir de 50 Hz, n’a pas de subventions et est infiltré par France Énergie Éolienne est un scandale absolu. Il est rétribué simplement par les fauteurs de trouble, RTE, Enedis ou éoliennes. On voit le paysage ! Circulez, il n’y a rien à voir, ou bien : « Votre installation électrique Monsieur l’éleveur n’est pas en équipotentialité ». Ou bien : « Vous ne nourrissez pas assez vos bovins ». Ou bien : « Nous ne pouvons pas expliquer pourquoi vos animaux meurent, vos veaux naissent avec des cornes supplémentaires, ou uniquement femelles, ou refusent le pis maternel. C’est l’affaire des géobiologues ou des vétérinaires. ». Lesquels ne savent pas plus.

Mais qui forme les vétérinaires aux méfaits des CEM alors que les docteurs les ignorent royalement ?

Si ces propositions sont refusées, c’est bien que les dommages existent et qu’on regarde à côté. Où est l’intérêt supérieur de la France à fabriquer des malades et des morts parmi les animaux d’élevage ou les humains ?

Dans ce cas d’investigation poussée, le projet éolien n’aboutira pas. Mais nous sommes loin des mesures qui protégeraient la santé publique. L’ARS commence à bouger quand il y a des villages entiers irradiés. Après du sang sur le carreau. Les lignes Enedis suintaient du Courant et ont envoyé à l’hôpital tout un village au centre est de la France.

Le chef de l’État a fait beaucoup de mal en phagocytant l’ARS avec l’américain McKinsey. L’ARS ne dit plus rien ni ne fait de recherches. Par contre il a envoyé des lettres de menaces aux professionnels de santé dans le cirque Covid. Une renaissance s’impose, mais elle peine à arriver et ce ne sera pas les ENR qui vont sauver ce Titanic, notre pauvre pays qui fait eau de partout.

Aux dernières nouvelles la mère fouettarde Pannier R a des actions dans un complexe d’extraction de pétrole au Congo RDC et une Plainte contre Perenco pour pollution des sols, des aquifères et de l’air.

Chez les bougnouls, il n’y a pas besoin de prendre des précautions environnementales. Eh ?

Et cette femme vient donner des leçons de renouvelable aux gens de France ?




Lien entre 5G et Covid-19

[Source : @Roms17]

[NDLR À un moment, il apparaît « bouse de taureau » dans la transcription en français, mais il s’agit d’une traduction littérale de « bull dung » synonyme de « bullshit » et qui signifie dans le contexte plutôt « connerie ».]

[Note de Joseph : dans la vidéo suivante est évoqué le caractère éventuellement choquant que la 5G puisse induire des virus comme réponse cellulaire. Cependant, Stefan Lanka a pu scientifiquement démontrer que les « virus » sont en réalité des composants cellulaires par ailleurs connus (isolés et caractérisés) produits par des cellules agressées (et elles peuvent l’être par des ondes pulsées telles que la 5 G, la 4 G ou le Wi-Fi), alors que jusqu’à présent aucun virus pathogène n’a pu être réellement isolé et caractérisé à partir de tissus biologiques soi-disant infectés.
Voir au moins :
À quel point les virus sont-ils morts ? dans le dossier Vaccins et virus.
Et pour ce qui concerne la 5G comme cause possible et probable de la 5G :
Preuve d’un lien entre la Covid-19 et l’exposition aux rayonnements radiofréquences des communications sans fil, y compris la 5G dans le dossier 5G et ondes pulsées.]






Le cirque de Davos

[Source : Vivre sainement]




ANDRÉ BERCOFF humilie JULIEN PAIN sur son interview ratée de KLAUS SCHWAB

[Source : TRED]




Nous devons continuer à diffuser la vérité

[Source : mondialisation.ca]

Par Dr Pascal Sacré

« Il ne suffit pas d’inscrire des droits dans une Constitution, 
Il faut que le Peuple éduqué puisse les lire, 
Les comprendre et les défendre. »

« En face », ils nous disent quoi penser, quoi dire.  « Eux », ils savent. 
« Eux », ils ont compris et nous expliquent ce qu’il faut penser et faire, et c‘est ainsi. Pas autrement.

Ils emploient les grands moyens, émissions télévisées remplies d’experts bardés de titres, articles dans la presse écrite « sérieuse », synthèses par des instituts officiels aux noms et acronymes très professionnels. Les experts en question sont souvent bien habillés, ils ont des qualifications indiscutables sur le papier, ils parlent bien et les journalistes ou animateurs sont très gentils avec eux, boivent leurs paroles, et l’ensemble dégage une connivence, une évidence qui rend le message comme allant de soi.

  1. La vaccination ne se discute pas(([1] « La vaccination, cela ne se discute pas » estime Touraine | egora.fr)), elle a sauvé l’humanité(([2] Les vaccins ont-ils vraiment sauvé l’Humanité ? (collectif-federateur.org) )), c’est la seule vraie solution face aux épidémies.
  2. Le climat, c’est un réchauffement et il est dû principalement au CO2 humain.
  3. L’Ukraine, c’est à cause d’un méchant dictateur sadique et fou qui défie le monde ou exploite son peuple (toujours la même excuse, de Cuba, du Venezuela, d’Irak, à l’Afghanistan, en passant par la Lybie, le Mali, le Yémen, la Syrie… c’est à chaque fois cette même histoire, un méchant dictateur sanguinaire fou qui veut détruire son peuple ou l’humanité, Castro, Chavez, Hussein, les talibans, Kadhafi, el-Assad…)

Ce sont les trois derniers dogmes en date.

Si nous émettons un avis contraire, ou nuancé(([3] Nous avons été fact checkés ! | Science, climat et énergie (science-climat-energie.be) )), alors ils font semblant de ne pas l’entendre. Si nous insistons, surtout si nous sommes légitimes, alors ils nous traitent de tous ces termes peu flatteurs, disqualifiant :  complotiste, négationniste, sceptique, rassuriste, stupide, fou, incompétent, charlatan, antivax, antisémite, raciste…

« Ne pensez pas, nous pensons pour vous », voilà ce qu’ils prônent en face et ma foi, ils sont convaincants, ils ont les moyens médiatiques et institutionnels avec eux. Premièrement, cela démontre ce que nous savions déjà : l’être humain, depuis qu’il est tout petit, depuis la nuit des temps, adore les histoires. Si celles-ci sont simples, avec un gentil et un méchant, un gentil très gentil et un méchant très laid et très méchant, c’est encore mieux. Si elles ont des solutions toutes faites qui dépendent des autres, alors là, beaucoup d’êtres humains sont aux anges. Ils peuvent vaquer à leurs occupations quotidiennes en se disant que d’autres s’occupent de tout et surtout, que ces « experts » ont une solution toute faite et indiscutable.

Pratique, un dogme, il faut bien l’avouer. Pas besoin d’agir ni même de réfléchir. Malheureusement, un dogme n’a rien à voir avec la vérité, il n’a même rien à voir avec la réalité. Je sais que d’aucuns arrivent à vous dire que la réalité n’existe pas.(([4] La réalité n’existe pas | larecherche.fr)) Ça, c’est fort et pourtant, c’est ainsi, des personnes tentent de vous en convaincre et beaucoup de gens s’y laissent prendre. Pourtant, si je vous brûle le bras, je vous assure que la douleur et la blessure vous convaincront que la réalité (la chaleur dans ce cas) existe.

Ne pas confondre « perception de la réalité », et « la réalité elle-même ».
Idem pour la vérité.  Ou pour le bien et le mal.  Il y a le bien, qui ne veut pas dire perfection, et le mal.  Souvent, on discerne le bien du mal non pas au niveau cérébral, mais au niveau des tripes, du cœur et de sa peau. Le mal c’est par exemple torturer les animaux, maltraiter tout être vivant. Là où cela devient plus subtil, plus insidieux, c’est quand on a compris que le mal, c’est aussi laisser faire, laisser d’autres gens torturer les animaux, ou maltraiter un être vivant, sans rien dire, rien faire contre cela.

[Note de Joseph : la vérité peut se définir comme la traduction, l’interprétation ou la (re)présentation la plus fidèle possible de la réalité. Le problème est que cette transcription par un être humain dépend de la perception qu’il a de la réalité, perception qui dépend notamment de sens limités.
Voir aussi :
Pensée multiple
La fabrication des perceptions
Prise de conscience et autisme
Note sur le mental et l’astral
La vue, la vision et la vie
Note sur la vision
Note sur la lecture des événements]

En sachant combien la plupart des animaux sont maltraités et c’est un euphémisme, continuer à en consommer fait de nous de facto des complices de cette maltraitance mondiale. À ce moment très inconfortable sur les plans intellectuel et émotionnel, l’être humain va user d’artifices pour se trouver des circonstances atténuantes, détourner le propos, noyer le poisson, c’est le cas de le dire. Alors commencent les petits arrangements avec le mal, ces concessions qui laissent à penser que le mal, c’est relatif.
Non. Le mal est le mal. Le bien est le bien. Pour ma part, je ne tente pas de devenir végétarien que pour l’environnement ou la santé. Je le tente pour la seule raison qui se suffit à elle-même, sans avoir besoin d’aucune autre, pour cesser d’être complice d’un plus grand mal. 

Revenons à la vérité, dont le dogme est le pire ennemi. Autrement dit, la vérité est la pire ennemie du dogme. C’est la raison principale pour laquelle les dissidents actuels sont autant diabolisés, discrédités, censurés, chassés par un système qui a un besoin vital de dogmes pour se perpétuer. Plus les dogmes sont rigides, intraitables, plus la violence envers toute dissidence est forte et brutale. C’est la raison pour laquelle nous, les véritables lanceurs d’alerte, ceux qui bravent toutes les censures, nous devons continuer à éduquer de manière pédagogique et à diffuser la vérité.

Je parle de la vérité, à ne pas confondre avec la connaissance qui évolue sans cesse, beaucoup font cette confusion. Il n’y a d’ailleurs pas de vérité scientifique, c’est une impossibilité. Il n’y a pas de vérité économique, géopolitique, etc. Il y a des connaissances dans tous ces domaines, et celles-ci changent, évoluent en fonction du temps, des découvertes, du contexte, des actions et réactions des uns et des autres. Un exemple parmi les plus connus est d’avoir cru un moment que la Terre était le centre de l’Univers. Aujourd’hui, on sait que la Terre est une planète parmi d’autres et qu’elle tourne autour du soleil. Cette connaissance a évolué pour se conformer à la réalité.

La vérité, par contre, c’est la vérité. Soit vous avez trompé votre femme, soit vous ne l’avez pas trompée. Soit vous étiez à cet endroit à cette heure-là, soit vous n’y étiez pas. Vous ne pouvez pas être « à moitié » quelque part, vous ne pouvez pas avoir trompé votre femme « au quart ». Et cette vérité-là ne changera pas, ni deux jours après, ni mille ans après.

C’est là que les problèmes commencent : quand on confond, sans le vouloir ou intentionnellement, vérité et connaissance. La vérité est une et permanente. La connaissance est évolutive et plurielle. Dire que les vaccins ont sauvé l’humanité, ou qu’ils sont la meilleure arme contre les épidémies, c’est une connaissance qui évoluera en se confrontant aux faits. Elle doit être constamment vérifiée, comme toute autre connaissance scientifique du moment.

Dans le cas précis de la vaccination contre le covid, tout est parti d’une supposition puisque on a commencé cette vaccination mondiale alors que toutes les études n’étaient pas encore terminées. Le problème majeur est d’avoir présenté au public profane cette connaissance-hypothèse comme une vérité à ne plus discuter.

C’est ce que tentent toujours de faire pas mal d’experts assermentés, adoubés par le Système, comme ce docteur Nicolas Dauby(([5] BAM! News – Un expert indépendant ?)), un prototype de ce que j’entends par expert bardé de titres et coiffé d’une aura indiscutable, incontournable. Je vous encourage vraiment à lire toute la référence 5, un symbole de tout ce qui ne va pas dans ce monde opaque de l’expertise dépendante des lobbys.

Il y a des dizaines et des dizaines de « Nicolas Dauby » dans le monde entier. Un peu comme Anthony Fauci aux États-Unis ou Neil Ferguson en Grande-Bretagne. Peu importe que les prédictions et décisions de ces personnes se soient révélées fausses, mauvaises, influencées, ils conservent leur aura d’expert indiscutable, incontestable. Cela ne peut se faire qu’avec le concours des médias principaux, ceux qui ont accès au plus large public profane.

Ces médias sont l’équivalent moderne des prêtres et docteurs de la loi d’antan, l’intermédiaire indispensable entre le public profane et les pouvoirs, avec leurs « débats » convenus d’avance et leurs fact-checkeurs (« vérificateurs » de faits) anonymes et partisans. Experts adoubés et médias complices sont les outils indispensables d’un Pouvoir bâti sur des dogmes. Je ne sous-entends pas que tous ces « experts » adoubés seraient incompétents ou forcément malhonnêtes. Pour la plupart, j’ignorais jusqu’à leur existence, avant cette crise.

Je parle du processus tacitement admis qui consiste à désigner un « expert » plus ou moins légitime sur le papier puis de ne plus écouter que cet « expert » en faisant abstraction de tous ses conflits d’intérêts, conflits d’intérêts qui vont forcément influencer ses convictions, ses propositions, ses décisions et ses actions.
Je parle de ce processus universel et tacite, principe à l’œuvre partout, dans toutes les démocraties, qui consiste à supprimer les débats contradictoires en enfermant les opinions et les messages dans un vase clos bâti sur des préceptes qu’on ne discute plus, ânonnés par quelques-uns.

Cela se retrouve dans les débats sur le climat qualifié de réchauffement alors que d’autres scientifiques également légitimes parlent de refroidissement, réchauffement dont la cause est le CO2 dû à l’activité humaine alors que d’autres scientifiques, d’autres experts sérieux parlent de multiples autres causes. 

Cela se retrouve dans les débats sur la guerre en Ukraine pour laquelle a été posé d’emblée en Occident le postulat inviolable selon lequel le dictateur Poutine est le seul responsable, sans plus pouvoir à un seul moment discuter, nuancer ce dogme (forcément, ce ne serait plus un dogme, sinon), comme l’a amèrement expérimenté Ségolène Royal.(([6] Ségolène Royal met en doute les crimes de guerre commis en Ukraine, malgré les preuves (lemonde.fr) ))

Et cela s’était déjà produit lors des guerres au Kosovo, en Afghanistan, en Irak, en Syrie…
Pourquoi ?
Quel paradoxe !  

Tous ces scientifiques, tous ces journalistes, tous ces « experts » deviennent comme des équilibristes, autoproclamés spécialistes, factuels, dignes de foi alors que tous leurs discours sont finalement bâtis sur des dogmes. Cela se passe avec le concours zélé des médias principaux écoutés comme les prêtres d’antan par une partie de la population profane.

Un dogme n’est pas la vérité.
Un dogme est le socle pour raconter une histoire qui se travestit en vérité, s’habille en réalité seulement parce que chaque auditeur, chaque spectateur accepte d’y croire. C’est ce qui fait la force d’une fiction réussie. On sait que c’est faux mais on a choisi tacitement, implicitement d’y croire, ce qui fait que le spectateur frissonne, sursaute, pleure, a peur, vibre avec son acteur fétiche.

Il est vrai que nous, les êtres humains, nous sommes ainsi faits. Nous adorons les belles histoires, surtout les histoires simples, avec un gentil et un méchant bien identifiés, avec des solutions toutes faites, élaborées par d’autres à l’apparence crédible. L’apparence suffit.

Les lanceurs d’alerte, les diseurs de vérité viennent casser l’ambiance, mettre les points sur les i, les virgules à la bonne place, car si l’humanité préfère l’histoire à la vérité, à ce point de décalage, celle-ci sera très amère et brutale, alors qu’elle pourrait être mille fois plus formidable que la plus belle des fictions. À condition de regarder la vérité bien en face et de la considérer telle quelle, sans travestissement.

Je vous dis l’inverse de ce qu’ils vous disent : pensez par vous-même. Soyez vous-même. Reprenez les rênes de votre esprit. Je sais. Cela demande beaucoup d’efforts. C’est inconfortable. Au début. Par contre, cela ne nécessite pas de l’intelligence, ni d’avoir fait de longues et savantes études. Ces derniers points peuvent même être des obstacles, des pièges.

La personne de bon sens, qui a les pieds bien en contact avec le sol, qui n’a jamais fréquenté les universités ou les grandes écoles, est souvent la mieux à même de discerner le vrai du faux, le réel de l’illusoire, le bien du mal.

Pensez par vous-même. Ou alors, soumettez-vous.

« Si nous ne sommes pas en mesure de poser des questions de manière sceptique, d’interroger ceux qui nous disent que quelque chose est vrai, d’être critique à l’égard de ceux qui détiennent l’autorité, alors nous sommes à la merci du premier charlatan, homme politique ou religieux, venu. »

Carl Sagan, scientifique et astronome américain, 1996

Quelle que soit l’option choisie, ensuite, assumez-la. Il n’a jamais été aussi vital, pour chaque être humain comme pour toute notre espèce, de penser par lui-même et d’arrêter d’être complice de l’illusion, du faux et du mal.

En attendant, nous les lanceurs d’alerte, ceux qui bravent toutes les censures, nous devons continuer à diffuser la vérité.

Dr Pascal Sacré

La source originale de cet article est Mondialisation.ca
Copyright © Dr Pascal Sacré, Mondialisation.ca, 2023

Notes :




Le soutien d’Elon Musk à la « liberté de mourir » met en lumière l’impasse du libertarianisme

[Source : medias-presse.info]

Par Pierre-Alain Depauw

Sur plusieurs sujets, Elon Musk apparaît comme un allié des opposants à la censure totalitaire. En libertaire engagé, Musk a rapidement restauré les comptes Twitter suspendus de Donald Trump, du Dr Jordan Peterson, et de nombreux dissidents. Ce qui, pour de nombreux journalistes du système, a fait de lui une personne non grata classé à droite voire à l’extrême droite. Et une partie de l’opinion publique, de l’extrême gauche à l’extrême droite, gobe cette vision simpliste de journalistes aux ordres.

Mais le fait que les wokistes voient le soutien à la liberté d’expression comme le retour du fascisme n’est pas une indication d’un quelconque engagement anti-mondialiste de la part de Musk. Elon Musk, en fait, est à la fois un artisan du transhumanisme, plutôt LGBT-friendly et s’aligne sur la redéfinition subversive du mariage. Il s’est vanté de sa grande famille, mais la réalité est que cinq de ses fils ont été mis au monde grâce à la Fécondation In Vitro et il a également utilisé la maternité de substitution (avec plusieurs femmes différentes). Lors de la dernière fête d’Halloween, il avait revêtu une cuirasse ornée de la tête de Baphomet, symbole des satanistes.

Le récent commentaire de Musk sur le suicide assisté montre que sa vision de la liberté est une vision post-humaine. Le médecin et entrepreneur Peter H. Diamandas a demandé au milliardaire sur Twitter à quel point sa vision de la liberté était maximale :

« Pensez-vous que les humains devraient pouvoir choisir quand ils meurent ? »

« Absolument« , a répondu Musk . « La liberté signifie la liberté de mourir quand vous êtes sûr de le vouloir. »

Un débat sur le suicide assisté et l’euthanasie – sujet d’actualité brûlant dans le monde occidental – a immédiatement commencé sur Twitter. Le Dr Jordan Peterson, lui-même psychologue clinicien, a répondu :

« De nombreuses personnes qui ont des conditions traitables (la dépression, par exemple) choisiraient la mort en raison des conséquences pourtant réparables de la maladie. Pas bon. De plus, nous avons donné le pouvoir de prendre cette décision à l’État au Canada. Plus de 30 000 personnes ont choisi la mort. Pas bon. Et pire à venir. »

L’éthicien Wesley J. Smith du Discovery Institute était d’accord, notant :

« Non. Un droit est exécutoire par la loi. Voyez les horreurs de l’euthanasie en cours au Canada. Les personnes suicidaires devraient recevoir de la prévention, pas de la facilitation. Si un droit de mourir pour une raison quelconque = mort sur demande. Cela conduit à la coercition et à l’abandon.»

Allie Beth Stuckey a répondu :

« Alors tout le monde devrait se suicider quand il en a envie ? »

Faisons un instant abstraction des commandements de Dieu et de la doctrine catholique qui excluent le suicide assisté et l’euthanasie. Et faisons simplement appel à la raison pour démonter le raisonnement de Musk.

En effet, le commentaire de Musk et les réponses qui y sont apportées soulignent une fois de plus le problème mortel de la conception libertaire du suicide assisté, vu simplement comme un droit universel au suicide. Musk l’affirme en déclarant que la liberté est la « liberté de mourir quand on est sûr de le vouloir« . Ce que nous constatons dans la pratique, c’est que le mot « sûr » dans cette phrase pose beaucoup de questions. Combien choisissent l’euthanasie parce qu’ils sont soumis à la pression extérieure ? Ou sont poussés au suicide assisté en raison de leur situation économique ou de leur incapacité à obtenir des traitements de santé mentale ou physique ou des soins palliatifs ?

Comme l’illustre le régime mortifère canadien, tous ces scénarios sont réels, et se produisent en ce moment. Un monde dans lequel des personnes libres décident de se suicider à l’abri des pressions extérieures est un fantasme libertaire mortel qui permet en réalité de conditionner des personnes en détresse à choisir une injection létale pour échapper à leurs soucis. Ce type de libertarianisme s’attaque aux faibles, aux défavorisés et aux souffrants – et il doit être complètement rejeté.




Les fondements de la communication

Par Joseph Stroberg

Notre société moderne pense vivre à l’ère ou à l’heure de la « communication » quand transférer un message d’un continent à l’autre ne demande plus qu’une seconde ou quelques minutes selon son ampleur, alors que dans le même temps ce concept, commercialisé, implique maintenant l’art de travestir la réalité pour lui substituer une image, une illusion. Mais que signifie ou devrait signifier « communiquer » ? S’il s’agissait à l’origine, ou s’il s’agit encore dans la nature de tout autre chose, a-t-on gagné, ou au contraire a-t-on perdu au change ?

Si la communication est devenue rapide par le recours à des moyens technologiques et informatiques de plus en plus sophistiqués (et parallèlement fragiles), ce concept n’a pas attendu l’Homme pour s’incarner dans la Forme (les mondes formels). Déjà les animaux utilisaient des sons ou des gestes pour transmettre des informations à certains de leurs pairs : avertissements de danger, appels en vue de certaines actions, enseignement de savoir-faire, etc. Mais également, comme l’ont démontré certaines expériences et observations, les végétaux peuvent aussi communiquer entre eux, ceci en particulier en utilisant des substances chimiques diffusées dans l’air. Et rien n’empêche d’envisager que les cristaux naturels eux-mêmes, s’ils sont dotés d’une forme de vie et de conscience, utilisent une forme de communication pour s’échanger des informations d’un ordre ou d’un autre. Même chose pour les planètes, les étoiles, les galaxies… d’autant plus que la physique quantique a mis en évidence l’existence de liens étranges entre les particules qui composent la matière, avec la notion d’intrication qui leur permet en quelque sorte de communiquer instantanément leur état en s’affranchissant totalement de la supposée limite de la vitesse de la lumière.

Si l’on se base sur ce qui existait déjà dans la nature bien avant l’apparition de l’être humain, la communication y existe (presque ?) universellement et y remplit au moins des fonctions essentielles. Les plus importantes sont directement liées à la survie de l’espèce : avertir de dangers, apprendre à trouver de la nourriture, à se protéger, à trouver un abri, trouver un(e) partenaire pour la reproduction lorsque celle-ci est sexuée… D’autres semblent couvrir des besoins moins vitaux, mais peut-être tout aussi importants pour l’équilibre individuel et collectif : des fonctions ludiques, des partages émotionnels, la délimitation d’un espace de vie (par exemple pour la chasse), un appel à l’exploration de territoires inconnus (en vue de découvrir notamment de nouvelles ressources)…

Quelle que soit la fonction immédiate de la communication dans les règnes végétal et animal, il apparaît que pratiquement chaque fois, on peut constater que celle-ci apporte une aide à celui qui émet le message et/ou à celui qui le reçoit. La communication dans la nature se révèle habituellement bénéfique et utile. On n’y parle pas pour ne rien dire ou pour nuire au destinataire. Et l’on peut imaginer ou supposer logiquement que la communication humaine primitive reposait sur une approche similaire.

L’observation des mondes végétal et animal, voire de certaines sociétés humaines autochtones épargnées par la « civilisation » laisse entrevoir les fondements probables de la communication dans la nature, et de manière plus générale dans le cosmos. Il s’agit à la base d’un mécanisme d’entraide destiné notamment à préserver la vie dans la Forme, à lui permettre de s’y dérouler plus facilement ou avec moins de souffrances effectives. Une forme de vie émet une demande d’aide ou offre une aide à une autre de même espèce ou d’une espèce différente face à une situation potentiellement ou effectivement problématique.

Pour que la communication passe, aboutisse, soit effective, elle doit être comprise par le receveur selon la signification, dans le sens voulu par l’émetteur. Et cela sera d’autant plus le cas que cette communication utilise un langage commun aux deux protagonistes et qu’elle n’est pas perturbée ou altérée par quoi que ce soit dans le milieu entre l’émetteur et le receveur. De ce point de vue, la communication idéale est d’ordre télépathique : un lien direct entre les deux consciences impliquées, sans le moindre support matériel qu’il soit naturel ou technologique. Dans la pratique, c’est très rarement le cas. Cela passe le plus souvent par un langage oral ou gestuel (au moins pour les animaux et les êtres humains), et de nos jours par des moyens artificiels tels que la radio, la télévision, le téléphone, Internet…

Une communication se révèle d’autant moins efficace et apte à permettre l’action éventuellement demandée ou proposée qu’elle est basée sur un langage pauvre et/ou qu’elle utilise des intermédiaires (que ceux-ci soient vivants ou artificiels). Et un groupe d’êtres qui recourt à une communication fragilisée voit une réponse proportionnellement affaiblie à ses besoins, même vitaux. Il a alors plus de chances d’échouer dans ses objectifs et même dans sa perpétuation.

Depuis plusieurs décennies le langage utilisé dans la communication humaine s’est généralement dégradé, quelles que soient la nation et la langue maternelle considérées, car les fondements de l’instruction scolaire ont été progressivement sabotés, érodés, renversés… pour être remplacés de plus en plus souvent par des succédanés à base idéologique destructrice (tels que la théorie du genre) qui n’ont plus guère de rapport avec une connaissance et un savoir-faire à acquérir, mais bien davantage avec une entreprise de démolition de l’être humain et de la civilisation. Avec un vocabulaire de plus en plus appauvri et vulgaire, le jeune élève, puis l’étudiant ont de plus en plus de mal même à exprimer leurs émotions et ressentis. Avec l’absence de sérieuses bases dans des disciplines aptes à forger leur mental, ils deviennent des crétins, intellectuellement handicapés, tout juste aptes à servir de robots dans des entreprises de plus en plus déshumanisantes. Avec l’utilisation de machines, dont le téléphone cellulaire, pour remplacer notamment leur mémoire et leur aptitude au calcul mental, ils deviennent de plus en plus techno dépendants et à la merci des programmeurs (ou plus exactement de ceux qui ont commandé les programmes).

Alors que la technologie et l’informatique ont considérablement augmenté la vitesse et le débit des informations communiquées, l’Humanité n’a pas réalisé qu’ainsi elle remplaçait la qualité par la quantité, comme elle l’a fait d’ailleurs dans la plupart des autres secteurs de la vie humaine. Les réseaux dits « sociaux » ont ainsi réalisé la même décadence en matière de relations humaines et sociales : une grande quantité de prétendus « amis », mais une perte notable de liens profonds et solides. L’agriculture industrielle a obtenu un résultat similaire avec les aliments d’origine végétale comme animale : de vastes quantités disponibles (souvent gaspillées), mais de faibles qualités nutritives accompagnées de nombreux poisons (additifs alimentaires, pesticides, antibiotiques, hormones, OGM…). À causes similaires, effets similaires. Dans chacun de ces trois secteurs indiqués (comme pour les autres situations de même ordre), on ne dispose, individuellement aussi bien que collectivement, que d’un certain « volume » utile et utilisable : volume de données ; volume relationnel ; et volume de ressources alimentaires.

Chaque volume est le produit d’une surface (représentant la quantité, le nombre) et d’une hauteur (représentant la qualité). Si l’on augmente la quantité des données, on réduit d’autant plus leur qualité. Si l’on augmente la quantité des relations, on diminue le nombre de véritables amis. Si l’on augmente la quantité de ressources alimentaires au point d’en gaspiller beaucoup chaque jour, on réduit la qualité des aliments. L’Humanité a augmenté considérablement les possibilités et les débits de communication, avec notamment une diffusion massive de « nouvelles » chaque jour, mais les informations vraiment utiles pour l’évolution et la perpétuation de la civilisation comme des individus se trouvent de plus en plus perdues dans la masse. Comment a-t-on pu en arriver là ?

Imaginons, quelque part vers le Moyen-Âge, un certain volume de communications accessibles pour l’Humanité de l’époque. Un tel volume était à l’image d’un tube étroit, mais de grande hauteur, peut-être aussi haut qu’une montagne. Les communications étaient difficiles, peu accessibles, nécessitaient de se déplacer à pied, à cheval, en bateau… Les lettres étaient rares. Les services postaux n’existaient pas. Lorsque l’on communiquait d’un bout à l’autre d’un pays, ce n’était pas pour des affaires dérisoires, pour parler de la pluie ou du beau temps, pour s’échanger des recettes de cuisine…, mais pour des choses plus vitales et importantes.

Mais à un moment donné, les Hommes, par fainéantise, se sont mis à construire des machines pour avoir moins besoin d’utiliser leurs muscles, puis plus récemment (moins d’un siècle) à construire des ordinateurs pour avoir moins besoin d’utiliser leur cerveau. Et bien sûr, par construction, par définition, ces machines et ces ordinateurs permettent effectivement de faire certaines tâches bien plus rapidement que le permettent les muscles et le cerveau. Ils augmentent la fameuse « productivité ». Ils permettent notamment aux riches de s’enrichir encore plus vite, et aux soldats de tuer encore plus vite. Oui, mais voilà, le règne de la quantité a progressivement supplanté automatiquement celui de la qualité. On ne peut pas tout avoir. Rappelez-vous : nous ne disposons que d’un volume limité, parce que le monde matériel est lui-même limité. La Terre elle-même est un espace limité.

Si l’on tape sur le long tube vertical de la communication pour communiquer en masse et très rapidement d’un bout à l’autre de la terre, on finit par obtenir l’immense crêpe plate actuelle qui s’étend sur tous les continents : on communique en masse, mais avec une très faible qualité, notamment une faible Conscience, sans guère s’occuper de la conséquence des propos sur ceux qui les recevront. Car ce n’est plus à un seul destinataire que ceux-ci s’adressent désormais, un destinataire unique auquel le message pouvait être spécifiquement adapté. C’est maintenant potentiellement à des millions ! Et parmi ces millions, les points de vue, les opinions, les croyances… sont très diversifiées. Il est maintenant très facile de blesser un grand nombre de personnes avec des propos irréfléchis ou de mauvaise qualité.

Alors que la communication devrait fondamentalement servir à aider ou à être aidé, individuellement ou collectivement, elle est devenue un moyen de nuire, volontairement ou involontairement. D’un outil pour transmettre le beau, le bien et le vrai (souvent au compte-gouttes vu la dispersion géographique des communautés antiques), elle est devenue celui de transmettre la laideur, le mauvais et le faux, en masse. Par sa paresse, mais son inventivité quelque peu diabolique, l’Humanité a remplacé la beauté, la bonté et la vérité des messages par la laideur, la méchanceté (voire la haine), et la fausseté, l’hypocrisie, le mensonge au point que les individus et les groupes en viennent à se mentir à eux-mêmes, à se fabriquer une image factice pour bien paraître et pour mieux se supporter lorsqu’ils se regardent dans un miroir. Comme l’avaient déjà perçu les Amérindiens à l’époque des grandes invasions, l’Homme corrompu par le confort mécanique a une « langue fourchue ». Ce qu’il peut communiquer le concernant n’est plus fiable depuis longtemps. Il ne le fait plus pour donner, mais pour voler ou pour détruire. La « communication » est devenue l’art du mensonge, pour mieux manipuler, pour mieux endoctriner, pour inciter à « consommer » ou à se faire injecter des poisons dans le temple sacré que devrait rester le corps de chair et de sang…

En conséquence de cette communication profondément pervertie et inversée, l’Humanité est devenue tout aussi profondément malade et il existe peu d’individus en bonne santé physique, morale, psychique et spirituelle. Alors que les sciences devaient au départ aider l’Homme a mieux comprendre son environnement, à mieux comprendre sa nature et à mieux communiquer, elles ont créé des artefacts technologiques et des chimères qui ont largement contribué à détruire l’environnement, à souiller sa propre nature, et à rendre rare la communication authentique. Peut-il encore retrouver une langue simple (non fourchue) et vertueuse ? Avec un peu de chance ou de bonne volonté, l’Humanité pourra se guérir si elle retrouve les fondements de la communication et qu’un nombre critique d’individus exprime donc la beauté, le bien et le vrai, autant dans ses demandes d’aide que dans celle qu’il peut offrir aux autres. De plus en plus d’individus travaillent dans ce sens.