Alerte sur le Beyfortus®

11/12/2023 (2023-12-09)

[Source : neosante.eu]

Par Pryska Ducœurjoly

Alors que les vaccinations obligatoires pour nos bambins représentent déjà un marathon médical, voici que le gouvernement nous surprend avec une énième injection, que peu de parents ont vu arriver : le Beyfortus®. Depuis le 15 septembre 2023, cette nouvelle « thérapie préventive », présentée comme le meilleur bouclier contre la bronchiolite, est « vivement recommandée » chez tous les nourrissons. En toile de fond : une campagne gouvernementale contre cette inflammation des bronches touchant en priorité les bébés. Lavage des mains, gestes barrières, masques… Derrière ce nouveau cheval de bataille se cache en réalité le cheval de Troie des nouveaux traitements à base d’anticorps monoclonaux.

Développé conjointement par Sanofi et AstraZeneca, le Beyfortus® a bénéficié de la voie royale de l’évaluation en mode accéléré. Il avait en effet déjà obtenu de la part de plusieurs organismes réglementaires la désignation très spéciale de « Traitement innovant » (Breakthrough Therapy pour la FDA américaine) ou de « Médicament prioritaire » (PRIME, pour l’Agence européenne des médicaments) dans la lutte contre le VRS, le grand méchant virus respiratoire syncytial des bronchiolites.

Décidément, le gouvernement français est sur tous les fronts sanitaires cet automne : Gardasil anti-papillomavirus chez les collégiens, campagne anti-Covid et antigrippe chez les aînés… Le ministre de la Santé enrôle à tour de bras (droit et gauche) et à tous les âges. Il ne manquait plus que les tout-petits ! Ils sont pourtant déjà bien aiguillés… Mais pas contre la bronchiolite !

[Note de Joseph : compte tenu de la multiplication des « vaccins » en dépit des alertes passées et présentes contre leurs effets secondaires, il semble bien que la seule réelle manière de stopper l’industrie pharmaceutique et les gouvernements dans cette course vaccinale, voire de faire tomber cette industrie pour en revenir à des approches plus saines et naturelles de la Santé, soit de propager largement la connaissance que l’hypothèse virale est une fraude scientifique et que la théorie mère des germes a également été scientifiquement réfutée.
Les virus pathogènes n’ont jamais été réellement isolés (ceci en suivant une démarche scientifique) et leurs divers prétendus « séquençages » génétiques ne sont que des opérations virtuelles suite à une mauvaise cuisine rituelle appelée « culture virale » dont le résultat est pourtant exactement le même sans matériel biologique supposément « infecté ». Et les bactéries et autres micro-organismes ne sont pas nos ennemis, mais participent dans des conditions de vie normales à des échanges symbiotiques. Notre corps héberge notamment en permanence plus de bactéries de toutes sortes qu’il contient de cellules. Ces bactéries se comportent comme de minuscules usines chimiques qui se nourrissent de certaines substances et en produisent d’autres. Dans notre organisme, elles servent notamment à assimiler les aliments et à nettoyer des déchets. De même, les « exosomes » (dont l’existence a elle été démontrée scientifiquement [contrairement aux virus pathogènes] et qui sont visuellement semblables à ce qui est pris pour des virus pathogènes) servent à évacuer des déchets génétiques (brins d’ARN ou d’ADN) hors des cellules puis du corps et peut-être également à avertir d’autres cellules de la présence de substances toxiques.
Le nouveau paradigme médical (qui hérite des travaux d’Antoine Béchamp et d’autres savants ignorés ou discrédités sous l’influence de Big Pharma) propose une vision plus logique et positive des micro-organismes. Et conséquemment, elle remplace la notion de supposé système « immunitaire » par celle de système de nettoyage, d’assimilation, d’entretien et de réharmonisation.
Voir le dossier Vaccins et virus.
Si en réalité il n’existe pas le moindre méchant « virus » ni la moindre méchante bactérie (la multiplication bactérienne soudaine et anormale en certains endroits du corps ne répondant qu’à la présence d’une cause perturbatrice plus profonde), alors la notion même d’« anticorps » devient caduque et grotesque.
Selon le nouveau paradigme, les maladies proviennent de déséquilibres (par excès ou par déficience) sur un ou plusieurs plans de l’existence : chimiques, physiques, vitaux, émotionnels, affectifs, mentaux, psychologiques, psychiques, et même spirituels. Sur le plan purement concret, les perturbateurs possibles sont nombreux : pesticides, additifs alimentaires, détergents, substances toxiques que sont de nombreux ingrédients cosmétiques, des médicaments et des « vaccins », polluants atmosphériques, contaminants de diverses industries (dont la pétrochimie), etc., mais aussi toutes les formes d’ondes artificielles, spécialement lorsqu’elles sont pulsées (radars, Wi-Fi, radio, télévision, téléphonie sans fil — dont la récente 5G —, Bluetooth, etc.), à cause de leur interaction avec la nature électrique sensible des organismes vivants du fait des multiples courants électriques de faible intensité qui les parcourent en permanence (et pas seulement au niveau des nerfs et des neurones pour les espèces dotées d’un système nerveux). Mais il existe aussi des perturbateurs émotionnels (produisant notamment la peur et la colère, nocives pour l’organisme physique et amenant des excès dhormones), affectifs, mentaux, etc.]

L’État vient justement de recevoir les 200 000 premières doses de Beyfortus®. C’est une quantité qui ne comblera pas encore les besoins des 750 000 naissances annuelles. Les parents sont invités à se ruer sur cette rareté pharmaceutique. Pourtant, il n’y a pas de quoi se précipiter : la bronchiolite est assez bénigne. Elle est certes la première cause d’hospitalisation des bébés, mais il faut garder à l’esprit que cela représente généralement moins de 1,8 % des bébés de moins de deux ans (25 000 hospitalisations environ pour une population de 1,4 million).

Une trop curieuse coïncidence…

Il semble que les maternités aient été les premières servies. Depuis le 15 septembre 2023 donc, on injecte le Beyfortus® à des nourrissons âgés de trois ou quatre jours, avant même leur sortie. Prématurés ou pas, à peine nés, déjà piqués ! Les bénéficiaires de cette innovation thérapeutique ne sont-ils pas un peu trop « pris au berceau » ? Cette injection est-elle vraiment sûre et efficace ? Du côté de la Haute Autorité de Santé française, qui a rendu un avis favorable au remboursement de cette nouvelle spécialité (le 19 juillet 2023), on reconnaît que le bénéfice en matière de réduction des hospitalisations sera probablement assez faible, mais on estime que le risque sera lui aussi limité à quelques réactions cutanées. Vraiment ?

Après la polémique sur les injections Covid, l’opinion publique est devenue plutôt méfiante sur les nouveaux traitements… Par précaution, l’Agence France-Presse a immédiatement déployé son bouclier anti-intox « AFP Factuel » pour débunker les premiers tirs émanant des tranchées de la dissidence médiatique. Parmi les premières alertes neutralisées, celle de la biologiste Hélène Banoun, personnalité du Conseil Scientifique Indépendant déjà bien connue du service fact-checking de l’AFP…

Dans son article publié le 12 novembre 2023, sur le site de l’Aimsib, la scientifique démonte méthodiquement le bénéfice/risque du Beyfortus® à partir de trois essais cliniques ayant conduit à son autorisation de mise sur le marché. Elle explique aussi que l’injection généralisée peut avoir un effet contre-productif, sur le plan individuel ou collectif : risque de facilitation de l’affection, risque de sélection de souches résistantes et donc moins faciles à traiter… Elle rapporte par ailleurs l’existence de plusieurs décès dans la cohorte des nourrissons ayant reçu l’injection. Quel âge avaient-ils ? De quoi sont-ils morts ? Pour l’instant, ces informations ne sont pas disponibles et aucune autopsie n’a été pratiquée, les décès ayant été classés comme « sans lien » avec l’expérience. Or, il y a quelques jours, de nouvelles données produites par une statisticienne française sont venues apporter un nouvel éclairage, là encore peu rassurant.

Christine Mackoi, observatrice aguerrie des données officielles de mortalité infantile et néonatale, fait état d’une hausse de la mortalité chez les nourrissons âgés de deux à six jours. Cette hausse dépasse largement les attentes habituelles : 54 décès en septembre 2023 (au-delà de la fourchette des 26 à 50 décès attendus), 61 décès en octobre (encore au-delà de la fourchette des 28 à 52 décès attendus). « Deux mois consécutifs avec des taux de mortalité étonnamment élevés, et particulièrement alarmants en novembre ! Que se passe-t-il ? ». Le constat n’a pas manqué d’attirer l’attention d’Hélène Banoun qui a tout de suite établi la corrélation avec le déploiement du Beyfortus®. Les deux scientifiques ont décidé de publier une nouvelle alerte sur le site de l’AIMSIB le 10 décembre 2023, soutenues par les données récentes.

Où est l’étude sur les nouveau-nés ?

En explorant le site de la Haute Autorité de Santé, on découvre plus grave encore. Parmi les annexes disponibles dans le dossier Beyfortus®, une transcription de la réunion de la Commission Transparence se révèle tout particulièrement instructive. Cette réunion, qui s’est tenue le 19 juillet 2023, est fondamentale, car elle sert de base pour la rédaction de l’avis officiel de la HAS. Or, à la lecture du document, on constate que les experts approuvent tranquillement l’injection de bébés de moins de 6 jours en l’absence de données de sécurité les concernant.

Ce texte dévoile en quelque sorte l’arrière-cuisine de nos experts sanitaires, encore bardés de conflits d’intérêts (après étude de leur pedigree sur le site Transparence Santé). Ici, pas vraiment de débats contradictoires. La discussion suit un cours cordial, évoquant tour à tour l’importance du besoin médical d’un nouveau traitement, les conséquences psychosociales des hospitalisations de jeunes nourrissons ou encore la nécessité de procéder dans l’intelligence collective et la diligence, car la saison des bronchiolites approche. Certes, une posture d’objectivité amène un participant à souligner les failles et imperfections des essais cliniques. Mais la Société Française de Pédiatrie (SFP) n’a pas trop de doute, sa présidente fait même preuve d’un zèle certain : « Les études que vous avez rappelées sont extrêmement prometteuses. On n’a pas de signaux ni d’inquiétudes particulières quant aux effets secondaires ». Elle insiste sur le fardeau de la maladie : « Au pic de l’épidémie, c’est 70 % des lits qui sont occupés par des bronchiolites, pour plusieurs semaines de l’hiver, et qui fragilisent tout notre système de santé ».

La présidente de la SFP, dont l’avis est décisif pour l’avis final, est de toute évidence une pro-vax convaincue, on se souvient d’ailleurs de son émotion au micro de BFM TV devant la « grande maturité » et le « civisme » des 12-17 ans allant se faire vacciner contre la Covid (dès le 15 juin 2021), ce qui lui avait valu d’être épinglée pour ses conflits d’intérêts par ses détracteurs. Concernant le Beyfortus® : « Notre proposition était, pour un premier hiver (2023, ndlr), d’immuniser avant tout les moins de 6 mois, de manière systématique, et dès le début de la période épidémique avec une distribution des médicaments, qui serait idéalement faite en maternité pour que les enfants sortent immunisés et protégés dès les premiers jours (…) ». Dans la foulée, la vice-présidente du Collège de Médecine générale, également présente à la réunion, assure de l’appui des généralistes pour bien communiquer en amont auprès des patientes enceintes.

Cependant, au milieu de la réunion (page 25 de ladite transcription), le ronronnement ambiant est subitement interrompu par la question d’une experte qui a examiné la méthodologie des études cliniques :

— Dans ces essais, ils ont inclus des enfants essentiellement dits en bonne santé, demain, avez-vous l’intention de donner ce médicament à tous les nouveau-nés, en sachant que les études n’ont pas inclus de nouveau-nés ? Ils ont inclus des enfants qui avaient entre moins de trois mois, certes, mais jusqu’à plus de 6 mois.

Nul doute que cette remarque a dû laisser un blanc ! Vérification faite (par nos soins après consultation de la fiche produit sur le site de Sanofi), les nouveau-nés ne représentent effectivement qu’une toute petite partie des 4 500 bébés inclus dans les essais cliniques. L’âge médian oscillant entre 2,6 et 3,5 mois selon les cohortes. La recommandation de vacciner les bébés directement à la maternité, c’est-à-dire à la naissance, relève ainsi plutôt de la légalisation d’une expérimentation de masse : ce public n’étant pas représentatif de celui inclus dans les essais cliniques.

Un bébé de six jours est totalement immature sur le plan immunitaire, il est évidemment beaucoup plus fragile qu’un nourrisson de six mois. Cela peut faire une différence de taille en matière d’effets indésirables. Par ailleurs, les essais cliniques ne sont pas représentatifs du type d’effets indésirables et de leurs niveaux, qui seront très probablement différents sur le terrain. En revanche, ces essais peuvent contribuer à produire un avis officiel rassuriste !

Un bénéfice plus que douteux ! Sauf pour les labos…

Après lecture de l’Avis définitif résultant de cette réunion de la Commission Transparence, on ne peut qu’être perplexe sur l’impartialité de la Haute Autorité de Santé : elle reconnaît que les essais n’ont pas apporté la preuve suffisante d’une réduction des hospitalisations, mais elle valide un médicament pour tous les nourrissons ! Par ailleurs, comparé à l’autre traitement existant, la protection réelle contre la bronchiolite n’apparaît pas vraiment supérieure.

Cet autre traitement déjà disponible contre la bronchiolite mérite un petit détour ! Le Synagis® est également un anticorps monoclonal commercialisé par AstraZeneca, mais sa première autorisation de mise sur le marché remonte à 1999. Le brevet de la molécule active du Synagis® serait-il tombé dans le domaine public ? Sanofi et AstraZeneca, grands perdants des vaccins contre la Covid, ont-ils fait pression pour trouver de nouveaux marchés ?

On peut se perdre en suppositions ou… chercher l’explication dans les propos du deuxième expert de la Société Française de Pédiatrie invité à participer à la réunion de la Commission de la Transparence :

— Pour le Synagis, c’est un produit qui ne protège qu’à 50 % alors que l’autre, c’est plutôt 78 % — 80 %. Il est beaucoup moins efficace, et il faut cinq injections très onéreuses. C’est entre 400 et 600 euros, le flacon 15 milligrammes/kilo…

Oui, vous avez bien lu ! Jusqu’à présent, le pack anti-bronchiolite coûtait donc 2 000 € par tête de nourrisson pour une saison de protection. Au-delà de l’efficacité affichée (nous expliquerons pourquoi ce chiffre est trompeur dans le prochain numéro de la revue Néosanté), on comprend bien l’impossibilité de rembourser un tel traitement chez l’ensemble de nos poupons… Dans les faits, le Synagis® a toujours été réservé aux nourrissons à risque, soit environ 6 000 bébés éligibles chaque année. On comprend désormais que l’intérêt du Beyfortus® réside surtout dans son mode d’administration : une injection pour cinq mois de protection. Pour le praticien de santé, il sera beaucoup plus facile de convaincre les parents, et ainsi d’élargir le nombre de personnes prétendument protégées.

À ce stade de la discussion, le président de la Commission Transparence se doit de rappeler les règles de la Commission :

— On ne peut pas parler du prix des médicaments.
— Alors on ne parle pas du prix. Par contre, il y a cinq injections qui sont douloureuses et qu’il faut faire tous les ans, et cela marche beaucoup moins bien. C’est clair qu’il n’y a pas photo entre les deux.

Les bons sentiments ont parfois un coût. La question du prix du Beyfortus®, éludée au cours de cette réunion, est loin d’être anodine. Hélène Banoun s’est d’ailleurs penchée sur cette question, mais elle n’a pas réussi à obtenir le prix de la négociation entre la France et le laboratoire. Top secret ? Aux États-Unis en revanche, la transparence reste de mise : le Beyfortus® coûte entre 300 $ et 500 $…

Il est maintenant possible de sortir la calculatrice pour évaluer, du point de vue du laboratoire, le bénéfice de ce nouveau traitement :

Pour le Synagis® : 6 000 nourrissons x 2 000 € pour 5 injections = 12 000 000 €, c’est le montant maximum du marché.

Pour le Beyfortus® : 750 000 nourrissons x 400 € (estimation) pour une seule injection = 300 000 000 € ! C’est le chiffre d’affaires annuel potentiel de ce nouveau traitement s’il était généralisé, dans le cadre d’une obligation thérapeutique préventive par exemple ou via un forcing promotionnel similaire à celui du Gardasil.

On comprend mieux l’intérêt pour AstraZeneca d’écraser son ancienne molécule au profit de la nouvelle version ! À condition que les effets indésirables passent sous les radars de la pharmacovigilance, ce « me too » peut représenter une bien meilleure opération encore que le Gardasil de Merck : deux injections (230 €) pour 850 000 enfants de 12 ans, cela donne 195 500 000 € par an, « seulement ».

Le 12vaccin obligatoire avance-t-il masqué ?

Pour le ministère de la Santé, rappeler qu’il ne s’agit PAS d’un vaccin est cette fois-ci un élément clé du narratif : « Le Beyfortus® repose sur la technologie des anticorps, c’est-à-dire que l’on donne à l’organisme les outils pour se défendre, et est efficace sur plusieurs mois, à la différence de la vaccination qui présente la maladie à l’organisme pour l’entraîner à se défendre seul ». Ce charabiargumentaire ne veut pas dire grand-chose et à ce titre, les soi-disant vaccins contre la Covid n’en étaient effectivement pas, puisqu’ils ne présentaient pas la maladie à l’organisme. Dans le cas du Beyfortus®, on administre directement des anticorps anti-VRS, très similaires aux anticorps vaccinaux induits par un « vrai » vaccin anti-VRS. Bref, dans l’éventail des nouvelles thérapies immunitaires, il y a franchement de quoi s’y perdre. Même la représentante du Collège de médecine générale patauge :

— … ce vaccin, j’ai bien compris qu’il allait être pris en charge à 100 %. Normalement, nous allions l’avoir à disposition, comme on a pu l’avoir pour le Covid dans les cabinets. Ce que nous craignons, je ne vous le cache pas, c’est qu’on fasse une campagne d’information et que nous n’ayons pas les doses…

Le président de la Commission Transparence se doit de rectifier :

— Merci. Juste une précision, ce n’est pas un vaccin. C’est un produit qui ne passera pas par la Commission Technique des Vaccinations (CTV).

Dont acte. Mais pourquoi avoir convoqué un membre de la CTV en tant qu’expert pour cet audit ? Et notamment Daniel Floret, figure historique de la CTV jusqu’à peu (entre autres commissions), grand spécialiste des vaccins, mais aussi collaborateur régulier de l’industrie pharmaceutique ?

En fait, l’industrie a tout intérêt à ce que le Beyfortus® soit considéré comme un vaccin. Comme toutes les nouvelles thérapies destinées à lutter contre des maladies infectieuses (notamment les produits de thérapies géniques), « le flou est volontairement entretenu du point de vue de la qualification de ces nouveaux produits » rappelle Hélène Banoun. L’industrie aimerait qu’ils suivent plus ou moins la réglementation plus souple des vaccins, en vue d’éviter des essais cliniques complexes et longs. Par exemple, le Beyfortus® contre le VRS a été approuvé en urgence comme un vaccin aurait pu l’être »…

Mais du côté politique, il s’agit surtout de ne pas effrayer les parents avec un « nouveau vaccin » et encore moins relancer la douloureuse polémique sur les vaccins obligatoires du nourrisson. Donc NON, on ne peut pas parler de vaccin ! Et encore moins d’un vaccin obligatoire puisqu’il « ne peut être administré sans l’accord des parents », assure le Ministre de la Santé. Du moins pas pour l’instant… Mais peut-on encore vraiment lui faire confiance ?

[Voir aussi :

Le train du Beyfortus a déjà déraillé

https://www.aimsib.org/2023/12/10/le-train-du-beyfortus-a-deja-deraille/

]

image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

S’abonner à la discussion
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires